Forum RPG dans l'univers de Saint Seiya (Les chevaliers du Zodiaque)
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Quand le baiser d'une princesse réveille son prince charmant [PV Minos]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alicia
Spectre du Nosferatu
avatar

Messages : 167
Date d'inscription : 29/07/2013

Feuille de personnage
Hp:
150/150  (150/150)
CS:
387/387  (387/387)
Pa:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Quand le baiser d'une princesse réveille son prince charmant [PV Minos]   Sam 5 Sep - 16:27

[HRP : je tiens compte de ton réveil, Dante, mais ce sont des retrouvailles entre mari et femme  Wink ]

Je me suis fait anéantir par Arès ici

En ce qui avait été la plus importante place des Enfers, rien se subsistait de ce qu'avait été le palais. Rien sinon le silence, silence soudain troublé par une voix, un nom lancé au lointain...

- Raziel... !!!

Raziel, Mon amour... Où es-tu ?


Echo dans l'éternelle nuit des Enfers. Tel un appel suivi du son d'un cœur qui s'était remis à battre. Un cœur, un chant dont les terres si honnies de l'Outre-Monde ne tardèrent pas à s'emplir. Un hymne comme seule la chasseresse au teint d'albâtre nacré pouvait lui offrir. La voix, le chant enchanteur de la Vampire Couronnée. Ainsi, la No-Life Queen s'était-elle réveillée, lançant un appel d'une puissance aussi vaste que l'était l'amour qui la submergeait.

Un appel qui ne trouvait pas encore d'écho tandis que d'une masse de cendres et de lave en pleine voie de pétrification, deux ailes émergeaient avant de battre avec une fureur telle que la rousse Vampire ne tarda pas à s'arracher au linceul de roches que lui avait offert l'essence même de la Guerre incarnée au terme d'un combat insensé avant de s'élever avec la grâce irréelle qui était la sienne, dominant ce qui autrefois avait été la glorieuse, la majestueuse Giudecca.

Et le constat était aussi terrifiant que l'avait été le combat entre les trois spectres et le dieu rouge. Ainsi, de ce qui quelques instants auparavant encore avait été une réunion au centre du sombre Royaume ne demeurait plus que chaos, crevasses, paysage météorique comme seules deux immenses puissances s'affrontant en une lutte à mort pouvaient en créer. Et avec lui, une évidence qui sonnait avec un goût de mort encore plus effroyable que ce que cette terre pouvait receler, la perte de Perséphone. La perte de leur reine qui n'avait pu à son tour que succomber.

Ainsi, notre sacrifice calculé n'aura servi de rien...

Constat en ses pensées tandis que concentrant son cosmos, elle rassemblait toutes ses forces. Elle était la chasseresse millénaire et non une simple garde squelette. Sa nature était aussi éternelle que l'était celle de tous les autres spectres. Si elle pouvait penser, sentir, souffrir, raisonner et aimer...

Alors toi aussi, tu le peux à présent. Toi aussi...

- Minos... !!!

Un nom sur ses lèvres, un seul qu'elle aurait tant voulu faire suivre de ceux de leurs enfants, ces trois fragiles espoirs qui avaient vu le jour en cette glorieuse nuit de leurs retrouvailles, de leurs accordailles...

Minos...

Si je viens de me relever alors toi aussi, toi aussi, tout comme Dante dont la musique commence déjà à écorcher ce qu'il reste de ce monde.


Espoir que la spectre chérissait au plus profond d'elle avant d'envoyer son chant avec encore plus de puissance. Que lui importait s'il ne restait quasi plus personne pour l'entendre. Pas même les défunts dont les âmes avaient été soufflées lors du choc des dieux. Seul un juge lui importait, seul le Griffon emplissait son âme et son cœur.

Et plongeant de toutes ses forces renaissantes, elle lança sa technique.

Liens de Sang... Baiser du Vampire...

Notre sang est notre No-Vie. Nous sommes les No-Life Lords. Je ne peux que te chercher mon roi, mon amour, ma vie...

Intense était la passion de la spectre tout comme immense était le pouvoir de son sang enrichi autant par le nectar des dieux que lui avait autrefois offert Hypnos que par le Graal Vampirique de représentait la source sacrée des Carminia. Nul sang que pouvait rivaliser avec celui de la Céleste à la chevelure d'or et de flammes à présent qu'elle avait accompli son nouvel éveil. Une fine pluie tomba en un brouillard écarlate dont nulle goutte ne se perdait...

Brume d'amour, brume de passion dont finit par émerger une autre silhouette en voie de régénération. Plus jeune vampire qu'elle, Raziel ne pouvait que prendre plus de temps à rouvrir les yeux mais son sang allait précipiter les choses tout comme ses lèvres. Et plongeant droit vers son époux, son amour qu'elle venait de retrouver, Alicia se posa  avec une délicatesse que seule son incomparable maîtrise pouvait rendre possible.

Raziel...

Minos se tenait allongé sur le sol, encore inconscient mais elle ne tarderait pas à l'éveiller en pressant ses lèvres sur les siennes.

" Minos, réveille-toi, mon amour, réveille-toi... "

Ainsi se tenait-elle, à demi-allongée sur son amour, le protégeant de ses ailes tout en lui insufflant une part de sa non-vie, de son sang...

" Éveille-toi, mon amour... "

[HRP : voilà ^^ Pourquoi, pour une fois, ce ne serait pas à la reine d'éveiller le roi ?  Very Happy ]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minos
Juge des Enfers et Spectre du Griffon
avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 04/08/2013
Localisation : Sombre empire

Feuille de personnage
Hp:
174/174  (174/174)
CS:
360/360  (360/360)
Pa:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Quand le baiser d'une princesse réveille son prince charmant [PV Minos]   Lun 7 Sep - 12:48

Arrow je ressuscite d'ici

*Où suis-je ?*

Au-dessus de moi, la nuit, devant moi, l’obscurité. J’avais beau chercher la moindre forme, la moindre lueur du regard, je ne voyais autour de moi que ténèbres à perte de vue.

*Il fait si noir, je n’y vois rien…*

Tombais-je ? Je n’aurais sut le dire avec certitude, mais j’en avais la sensation. Je chutais au travers d’une éternité plus sombre encore que la nuit depuis maintenant si longtemps que j’en avais presque oublié les raisons de ma présence dans ces limbes, et celui qui m’y avait envoyé.

*Alicia ? Alicia ! Où es-tu ma reine ?*

Perdue dans les limbes, j’appelais celle à qui toutes mes pensées étaient rattachées, celle sans qui ce purgatoire aurai été semblable au bonheur et à la liberté.

*Alicia ! Alicia !*

Ma voix semblait se perdre dans le néant, j’avais beau appeler, je ne recevais ni ne ressentais aucunes forme de réponse. Etais-je seul de nouveau ? Seul dans ces ténèbres froides et infinies ?

Le désespoir aurait pu alors me prendre, si l’envie irraisonnée de retrouver ma chère et tendre No-life Queen n’avait pas été si impérieuse. Plus qu’un caprice, c’était devenu un besoin, un besoin encore plus fort que le sang, plus fort que tout.

Il fallait que je la rejoigne, il fallait que je la retrouve, que je la sers dans mes bras. Je savais qu’elle été revenue, tout comme je savais que la mort ne voulait pas de nous. Spectre nous étions tous deux, et cela nous conférait au moins la certitude que jamais les coups de nos ennemis ne parviendraient à nous arracher l’un à l’autre.

Il me fallait quitter ces ténèbres, quitter ces limbes de toute urgence, mais mon corps refusait de bouger, comme paralysé par une force inconnue.

*Bouge !*

J’avais beau forcer encore et encore, nul cosmos ne parvenait à émaner de ce que je savais n’être que la coquille vide de mon âme. Mes forces m’avaient quittées, et seul le doux visage d’Alicia parvenait encore à me garder conscient.

Quand soudain, au-dessus de moi, les ténèbres s’illuminèrent en une aube d’ambre et de flammes rousses. Plissant les yeux devant cette clarté changeant la nuit en jour, j’entendis alors une voix, une voix si chaude et réconfortante qui m’appelait.

*Alicia ! Je suis là ! Je suis là ma reine !*

Mon corps alors empli d’une énergie nouvelle, je retrouvais l’usage de mes membres, ainsi que les ailes qui me permirent de revenir à la surface, là où se m’attendait ma chère et tendre, là où je devais être.

*J’arrive, j’accours mon amour.*

**********

Emergeant alors lentement des limbes froides et obscures, je m’éveillais au contact des lèvres soyeuses et humides de mon aimée qui comme dans un conte de fée, m’avaient arrachées au sommeil éternel.

Savourant ainsi les yeux fermés ce baiser aussi doux que salvateur, j’enlassais tendrement entre mes bras ma No-life Queen, si heureux de la retrouver après la débâcle que nous avions essuyé.

Jamais la peur de la perdre ne m’avait effleuré, mais la simple idée de ne plus pouvoir la serrer ainsi dans mes bras pendant un temps indéfini m’était déjà insupportable.

« C’est fini, c’est fini mon amour. Arès est parti. »

Un simple coup d’œil aux alentours m’avait suffi à le comprendre. De Guidecca, il ne restait qu’un paysage de ruine, une étendue de cratère de taille variable, quant au neuvième cercle, il s’était changé en une vaste étendue d’eau fumante. Le Cocyte qui depuis des temps immémoriaux avait été gelé, était à présent devenu semblable à une source thermale perdue au plus profond des enfers.

« Perséphone a été enlevée j’imagine. Elle ne se serait pas rendue sans combattre, à moins que Corée n’ait pris le dessus. Mais à en juger par les dégâts causés au neuvième cercle, je dirais que le combat fut rude. »

Ainsi le plan de l’impératrice infernale avait échoué. Nous n’avions pas su affaiblir suffisamment le dieu de la guerre pour qu’elle lui porte le coup fatal. Même à trois contre un, cela avait été un coup de glaive dans l’eau.

*Nous aurions dut combattre encore. Nous aurions dû l’affronter encore et encore jusqu’à nous même le tuer ou le faire fuir… Si seulement notre régénération n’avait pas pris autant de temps…*

Quand Hadès apprendrait, jamais sa colère ne serait plus grande. Et qui que soit l’instigateur de cette attaque contre les enfers et leur impératrice, il paierait au centuple pour ce qu’il avait causé.

« Je sens le cosmos de Dante non loin. Lui aussi est revenu. Bien. Il nous faut prévenir le sombre empereur de ce qui s’est passé ici. Arès aura sans aucun doute emporté Perséphone en Olympe avec lui, et nous ne pouvons y aller sans l’aide d’un dieu. »

Si nous agissions rapidement, peut être que nous nous épargnerions la vindicte d’un dieu dont l’épouse avait été enlevé presque sous notre nez.

« Pourquoi tu me fixes comme ça ? J’ai quelque chose sur le visage ? »

Les yeux insistants d’Alicia en disait long sur ses pensées, presque aussi long que son sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alicia
Spectre du Nosferatu
avatar

Messages : 167
Date d'inscription : 29/07/2013

Feuille de personnage
Hp:
150/150  (150/150)
CS:
387/387  (387/387)
Pa:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Quand le baiser d'une princesse réveille son prince charmant [PV Minos]   Dim 13 Sep - 13:34

Dans ce qu'il restait des Enfers, deux spectres, deux âmes-sœurs, deux amants venaient enfin de se retrouver. Et telle une caresse brûlante de passion, le souffle d'Alicia se posait sur la peau de son amour. En une délicatesse qui n'avait d'égale que la douceur de sa peau, la No-life Queen s'était penchée sur Raziel, lui soufflant...

- Enfin... Tu reviens à toi, mon amour, tu reviens vers moi. Je suis là, mon roi, je suis là pour toi, pour t'aider à revenir parmi nous...

A cette voix inimitable, le juge du Griffon réagissait de plus en plus, annonçant l'ouverture imminente de ses yeux. Plus qu'heureuse de ces menus mouvements annonçant le réveil imminent de celui qu'elle aimait plus que tout, en plus bien sûr des enfants qu'il lui avait donnés, la somptueuse vampire ne put s'empêcher de l'embrasser de nouveau. Un réveil comme en aurait rêvé sans nul doute bien des spectres. Qui au sein de la grande armée des Enfers pouvait en effet se targuer d'être traité de la sorte.

Tout n'était que douceur et amour de la part de la tendre vampire. Pour lui, Alicia se faisait aimante au-delà de toute ce qu'on pouvait imaginer chez une Céleste d'Hadès. Telle était la passion qui la dévorait, sublimait ses trais en une ode non-vivante à l'amour et la beauté.

Puis, sursautant presque au contact de ses bras l'attirant à elle, Alicia se laissa aller à cette étreinte tant désirée.

- Oui, il est parti, Raziel. Arès est parti en emmenant sans le moindre doute notre souveraine. On ne peut que se rendre à l'évidence au vu de tout ce qu'il nous entoure. Plus rien ne subsiste de nos Enfers, je ne peux qu'être d'accord avec toi. On ne peut aller contre l'évidence. Aucun de nous n'a été de taille contre lui, la Guerre incarnée et même nos coups nos plus violents n'ont pu le rendre vulnérable aux attaques de notre reine.

Et se couchant à demi contre son époux, posant sa tête tout juste contre son torse tout en savourant les caresses qu'il lui offrait.

- Je sens aussi son cosmos. Ainsi, l'Incube est de retour tout comme le sera sans le moindre doute cette Etoile qui venait à peine de nous rejoindre. En cet instant, les Enfers sont privés de leurs maîtres et meurtris au plus profond d'eux. La colère de notre seigneur Hadès sera dantesque quand il reviendra. Seul notre zèle à retrouver trace de la prochaine incarnation de Perséphone pour qu'elle puisse au moins reprendre chair dès que notre souverain l'aura reprise pourra l'apaiser à notre égard en plus d'autres choses. As-tu d'autres idées, mon amour, de ce que nous pourrions faire de plus pour que notre souverain ne passe pas sa colère sur nous ? Nous qui avons combattu de toutes nos forces pour défendre notre vénérée Perséphone...

Un questionnement dont l'importance était plus que certaine tout comme le sous-entendu dans les derniers mots que lui offrit Minos.

- Pourquoi, je te regarde...

Et se redressant tentatrice sur son coude, faisant courir ses doigts aussi fins qu'audacieux sur le corps aimé, telle une musicienne jouant d'un instrument vibrant de joie sous ses notes d'amour.

Pourquoi, je pourrais te regarder...

Sa voix s'était faite chaude, rauque même alors qu'elle caressait toujours son époux avant de relever sa main et de redessiner ce visage qu'elle aimait tant.

- Pour la première fois de mon éternité, j'ai eu peur de tomber au combat. Peur de te perdre...

Des larmes pointaient à ses yeux, si belles si troublantes tout comme les frissons parcourant le corps de la somptueuse spectre.

- Peur de te perdre, d'être séparés de toi et...

" De nos trésors... Nos enfants, que deviendraient-ils sans nous ? Sans nous pour les défendre alors qu'ils sont seuls en notre palais sous la garde d'Harcher. J'ai toute confiance en lui mais même lui a ses limites et ne serait pas de taille contre... "

Puis, baissant la tête vers lui...

" Dès que nous serons remis, allons les voir, allons les voir... "

Et saisissant le visage aimé entre ses mains, Alicia l'embrassa avec passion...

- Je t'aime, je t'aime tant...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minos
Juge des Enfers et Spectre du Griffon
avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 04/08/2013
Localisation : Sombre empire

Feuille de personnage
Hp:
174/174  (174/174)
CS:
360/360  (360/360)
Pa:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Quand le baiser d'une princesse réveille son prince charmant [PV Minos]   Mar 15 Sep - 16:46

Si belle, si belle qu’elle en ferait verdir de jalousie les trois précieuses de l’Olympe.

*Je pourrais tuer pour elle, je pourrais mourir pour elle… De toute façon ça serait le bonheur.*

Si belle, et si touchante. Elle avait eu peur de me perdre. Que la mort nous sépare. Mais pour nous qui étions à la fois No-life Lords et spectres du sombre empire, la faucheuse était une compagne de tous les instants, en plus d’être l’un des seigneurs régissant notre existence.

« Tu ne me perdras jamais ma reine, jamais. Tous les dieux ne pourront nous séparer. Si j’étais mort, et que tu combattes encore, je reviendrais des plus abyssales profondeurs du tartare pour combattre à tes cotés. »

Serrant très fort contre moi la plus belle de toutes, j’admirais autant que je craignais les larmes qu’elle savait encore verser, elle qui pourtant comme moi était de ceux que la légende décrivait comme ne pouvant plus rire ou pleurer.

*Tu as su garder ton cœur malgré tout ce que les enfers et le destin t’ont réservé. Un vampire à l’âme humaine… Un tel trésor au cœur de ce que la création a de plus noir… Ta place n’est tellement pas au cœur de cet empire de mort et de noirceur.*

Alicia méritait plus, tellement plus. Elle méritait les plus belles étoiles, les plus beaux joyaux. Elle devrait être au sommet du monde, et non pas dans ses profondeurs. Quel étrange ironie que ce soit Hadès qui l’ai trouvé.

*Il n’est pas surnommé le très riche pour rien j’imagine…*

J’aurai voulu que notre étreinte n’ai pas de fin, que rien ne vienne la troubler. Tout comme quand nous avions exprimé notre amour de la plus belle des façons dans la Source de sang, j’aurai voulu être libre, mais par deux fois mes mains étaient liées. J’étais le juge des enfers, autant que le loyal sinon dévoué serviteur du sombre empereur. Et ce n’était pas un rôle à mi-temps.

« La prochaine enveloppe ? Pourquoi la prochaine enveloppe ? Perséphone a été détruite ? Comment le sais-tu ? Arès ne l’a-t-il pas enlevé ? »

Ma reine semblait en savoir d’avantage que moi sur ce qui s’était passé entre Arès et notre souveraine après notre… Annihilation totale par le seigneur des batailles, et avant d’élaborer quelques plans que ce soit, il me fallait en apprendre un maximum.

« J’avais pensé suivre Arès à la trace pour confirmer qu’il s’était bien rendu ensuite en Olympe, et non chez un quelconque commanditaire que nous ignorons encore, avant d’envoyer un message à notre empereur via les serviteurs des ombres, mais si Perséphone a bien été détruite comme tu le dis, alors suivre Arès n’est plus utile, et il nous faut contacter Hadès de toute urgence. »

Je voulais alors me relever, accomplir mon devoir le plus imminent, mais les mains délicates de ma reine m’emprisonnèrent dans leur délicate étreinte avant que mille baisers ne suivent.

« Alicia… »

Surpris autant que ravis par cette merveilleuse initiative devant laquelle je ne pus que céder avec plaisir, je fus néanmoins surpris de découvrir en mon esprit le conflit s’opérant entre raison et désir avec d’un côté l’envie de tout envoyer promener pour exaucer à la fois les souhaits d’Alicia ainsi que les miens, et de l’autre, la certitude que notre devoir nous intimait l’ordre de partir à la recherche de notre souveraine et d’avertir son époux.

" Oh Alicia… J’adorerai. Je voudrais tellement partir avec toi. Partir loin d’ici pour toujours. Envoyer les enfers au diable. Hadès, Athéna, les dieux, les chevaliers… Tous les oublier jusqu’aux derniers… Mais la réalité se rappellerait à nous, d’une manière aussi dure et cruelle qu’elle a su le faire quand nous affrontions Arès. Que crois-tu qu’Hadès fera quand il nous découvrira non pas en train de chercher sa précieuse épouse, mais en train de nous occuper de nos propres affaires ? Qui plus est de nos enfants dont il ignore encore l’existence ? Quand il apprendra pour Perséphone, s’il ne le sait pas déjà, sa fureur sera déjà assez grande pour consumer des univers entiers, alors faisons de notre mieux pour ne pas être sur son passage. Comprends-tu mon amour ? Pour notre propre bien, et pour celui de nos enfants, il nous faut encore faire preuve de patience. N’oublie pas pourquoi nous sommes venus en Enfers après la mission que nous avait confiée Perséphone. Nous avons toujours un atout dans notre manche, et avec un peu de chance, celui-ci suffira à épargner à nos fils le sort que nous connaissons que trop bien. "

La mort dans l’âme, mais convaincu d’avoir pris la bonne décision, je regrettais déjà de devoir me relever pour aller rejoindre le spectre de l’incube, mais que pouvais-je faire d’autre, le laisser sur place avec sa guitare ?

*Non, il peut encore nous être utile.*

Arrow On arrive Dante  Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alicia
Spectre du Nosferatu
avatar

Messages : 167
Date d'inscription : 29/07/2013

Feuille de personnage
Hp:
150/150  (150/150)
CS:
387/387  (387/387)
Pa:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Quand le baiser d'une princesse réveille son prince charmant [PV Minos]   Sam 26 Sep - 21:30

[J'adore le clin d'oeil à la famille Addams  Wink ]


Si loin, tout semblait être si loin en cet instant de retrouvailles. Tant d'amour, tant de passion au milieu d'une haine et d'une noirceur sans nom. N'était-ce pas en ce genre de terreau nauséabond entre tous que les plus belles et les plus improbables fleurs pouvaient s'épanouir ? Question à laquelle un seul regard à la splendide No-Life Queen apportait une réponse. Plus qu'une étoile Céleste, elle était une étoile tout court, une lueur dans le voile des Ténèbres comme seule une âme pure pouvait en émettre. Un tel miracle était aussi extravagant dans son incongruité que glorifiant pour le maître de l'Outre-Monde. N'était-elle pas la preuve éclatante que rien n'échappait à sa main, pas même la seule Vampire millénaire encore dotée d'une âme humaine ? Une reine de sang capable de pleurer et de ressentir tout ce que ses semblables avaient la réputation de ne plus jamais connaître...

Croyance erronée entre toutes puisqu'un seul regard au terrible griffon suffisait à en montrer l'erreur. Lui, le juge, était aussi épris de la chasseresse au teint d'albâtre nacré qu'elle l'était de lui. Un amour réciproque, partagé, dévorant l'âme tout en chavirant les sens et les cœurs.

Et répondant alors que la main de son roi se perdait en d'enivrantes caresses sur son visage encore marqué par la crainte qui l'avait étreinte...

- Un seul jour, une seule heure, une seule seconde loin de toi m'est un enfer, mon amour, mon roi. Une épreuve sans nom, sans fin...

Et se laissant aller à l'étreinte que lui offrait son époux, à la fois aimante, forte et protectrice, celle d'un homme défendant la femme qu'il aimait plus que tout.

Tant de temps aurait pu se passer sans que les amants ne se détachent. Une éternité aurait très bien pu s'écouler si la réalité ne s'était pas mise en tête de les poursuivre de la plus terrible des façons. Jamais, en dépit de leur désir intense, ils ne pourraient s'émanciper de leur propre chef de la servitude qui était devenue la leur. Plus que la loyauté et la dévotion, c'était l'enchaînement au sombre monarque qui les retenait en ce monde qu'ils avaient tant appris à détester. Un royaume dont n'importe quel sujet ne pourrait qu'aspirer à quitter. Les Enfers étaient indescriptibles, broyant les âmes et les sentiments. Pour chaque être, un traitement précis, telle était la loi d'Hadès. Cette loi qui s'appliquait à tous et à toutes à moins de posséder la puissance d'un Arès. Arès qui venait de vaincre Perséphone...

- Tout le laisse à penser. Nul entre nous n'ignore la haine farouche que le dieu de la Guerre porte à ceux de son ichor. Regarde juste la puissance qu'il a déployée contre nous qui ne sommes même pas divins. Et rappelle-toi aussi de son expression. Dès que les armes se dressent et s'entrechoquent, Arès n'a plus qu'une idée, un but...

Et se tournant vers ce qu'il restait de Guidecca...

- Vaincre, faire plier sous sa botte, annihiler, réduire à néant. Oui, tout ici porte la marque de la fureur des combats et même si son corps n'a pas été détruit, le pire n'a pu qu'arriver. Nous-mêmes qui revenons quasi instantanément à la vie avons mis un temps immense à nous relever et pourtant, il ne nous vouait aucune haine en particulier.

Avant de plonger son regard dans celui de Minos.

- Si tu l'as bien regardé, si tu as osé le regarder en face, tu n'as pu comprendre que seule la chute de notre reine l'intéressait. La chute ou la disgrâce face aux autres dieux une fois qu'elle aurait été jetée aux pieds de Zeus voire d'Athéna.

Et d'enfin soupirer.

- Et notre reine savait ce qu'elle risquait en nous lançant contre lui. Face à la Guerre incarnée, elle a osé se dresser et nous lancer. Et à ce jeu, nul ne ressort indemne pas même notre puissante Perséphone. Elle a défié la Guerre et la Guerre à répondu.

Le simple constat de ce que le décor leur présentait suffisait à se poser ces terribles questions. Et s'il était vrai qu'Alicia ne pouvait être certaine à cent pour cent de la destruction de Perséphone, elle ne nourrissait par contre aucun doute sur la gravité des blessures qui lui avaient été infligées. Des plaies qui même pour une déesse pourrait s'avérer irrécupérables et lui préparer au moins une nouvelle enveloppe ne serait pas de trop.

Qu'au moins nous ayons cela dans notre manche...

Et ne pouvant que baisser les yeux aux paroles suivantes de Minos.

" Tes paroles sont si dures, mon amour, tellement dures mais sages. Je ne peux qu'être d'accord avec toi sur tout ce que tu viens de dire mais cela me déchire le cœur. Reverrons-nous seulement un jour nos enfants...

Et se laissant retomber quelque peu.

" Je le souhaite tellement mais... "

Préférant alors se taire, la splendide vampire se releva à son tour. Il était en effet temps de rejoindre le spectre de l'Incube. Au moins, elle aurait l'excuse de la perte de leur reine et de la destruction des Enfers pour justifier la peine qui risquait tôt ou tard d'apparaître sur ses traits.

=> vers Dante.

[/i]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Quand le baiser d'une princesse réveille son prince charmant [PV Minos]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Problèmes]Wifi Déconnexion quand l'appareils se mais en veille
» Problème sorti veille
» [RESOLU] Quand mon tel est en veille, il ne sonne pas...
» [REQUETE] garder le wifi en continu meme quand telephone vérrouiller
» [REQUETE] Réglage du volume pendant la veille

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Knights of Hope :: Sombre Royaume d'Hadès :: Guidecca :: Trônes des divinités et salle d'audience-
Sauter vers: