Forum RPG dans l'univers de Saint Seiya (Les chevaliers du Zodiaque)
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Prélude à la tempète

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ozymandias
Grand Pope et Chevalier d'or des Gémeaux
avatar

Messages : 189
Date d'inscription : 10/09/2013
Localisation : Chaque jour vers l'Enfer descendant d'un pas, sans horreur, à travers des ténèbres qui puent.

Feuille de personnage
Hp:
180/180  (180/180)
CS:
400/400  (400/400)
Pa:
152/152  (152/152)

MessageSujet: Prélude à la tempète   Dim 15 Sep - 16:13

Post d’introduction suivant la présentation.

Si peu, nous étions encore si peu à nous être éveillés à notre destin. Au sanctuaire, le zodiaque d’or était vide, vide à l’exception de ma nouvelle demeure, troisième sur la route menant au palais du pope, palais vide également.

*Où sont-ils donc, mes compagnons, mes frères et sœurs de bataille ?*

Si peu de chevaliers, cela laissait-il présager la fin de l’humanité telle que nous la connaissions ? Le grand changement annoncé par le vent allait-il advenir de mon temps ?

*Peu importe le nombre, la qualité à toujours primé sur la masse. Le temps l’a prouvé. Et je suis prêt.*

Durant l’histoire de notre confrérie, il n’avait jamais fallu qu’une poignée de soldat déterminé et aguerrit pour remporter coup sur coup l’ensemble des guerres nous ayant opposés à nos plus mortels ennemis.

Durant le dernier siècle, cinq chevaliers de bronze avaient suffis à eux seul à remporter deux guerres saintes, allant jusqu'à affronter les dieux eux-mêmes, et si aujourd'hui, leur corps avaient disparus, leurs mémoires et leurs gloires elles ne nous quitteraient jamais.

*Immortels dans nos cœurs. Chevalier de l'espoir, porteur de miracles. Je serais digne de vous. Nos ennemis apprendront à me craindre comme ils vous méprisent aujourd'hui.*

Hadès, Poséidon, monstres et chimères du passé… Tant de combat, tant de victoires tachées de sang. En tant que nouveau chevalier d’or des gémeaux, je n’ignorais rien de mon héritage et du passé glorieux que nous avaient laissé nos prédécesseurs, et aujourd’hui il me faudrait m’en montrer digne, à ma façon.

*Si le changement approche, autant l’embrasser plutôt que de chercher à lutter contre lui. Bientôt viendront les épreuves, et avec elle la sélection, puis l’ascension. Le sommet m’attends.*

Assit sur les marches du parvis de ma demeure, les yeux baissés sur les temples inférieurs et les quartiers des chevaliers d'argents, je levais alors le regard pour jeter un regard envieux vers la montagne du Grand Pope. Haute et solitaire, sa vision me procura un profond sentiment de frustration alors que j'imaginais les trésors encore inaccessible qu’elle recelait. Tant de puissance et de secrets réservés à un seul homme, le champion du sanctuaire, le plus sage et le plus grand des chevaliers d’or, celui qui, nommé par la Sagesse, devait de sa parole commander à l’ordre des 88 chevaliers sacrés.

*Grand Pope… Mon destin n'attendra pas bien longtemps.*

Le temps me serait favorable, je le savais. J’étais encore le seul rempart du zodiaque d’or, et le seul membre de l’élite de la chevalerie à être à son poste pour le moment, alors autant profiter de cet avantage pour creuser le fossé qui toujours devait me séparer de mes semblables.

Toujours plus haut, toujours plus grand, tel était mon credo. Et aujourd’hui plus que jamais, je le suivrais vers l’avenir, vers mon avenir.

Nombreuses seraient les épreuves, nombreux seraient les obstacles. Je savais qu'un jour, je trouverais sur mon chemin des êtres face auxquels je n’étais rien, des êtres ayant vécu d’innombrables vies humaines et qui d’un simple geste de la main pouvait anéantir des nations; mais cela ne m’effrayait pas, bien au contraire. C’était la preuve qu’il me restait encore bien du chemin à parcourir, que le cosmos autorisait bien plus que ce que ma modeste maîtrise ne permettait.

Progresser, je le devais, pour moi, mais aussi pour ceux qui un jour dépendraient de moi et me suivraient jusqu’aux enfers s’il le fallait.

Rentrant dans l’enceinte de ma demeure après m’être permis un instant de contemplation, je scrutais à nouveau l’obscurité du temple des gémeaux comme si j’y cherchais encore les spectres de ces précédents occupants, des noms de légende même si encore aujourd’hui très controversés.

*Aspros, Deuteros, Saga, Kanon… Des champions, des êtres exceptionnels, mes prédécesseurs.*

Arrivant alors à la salle d’arme, je scrutais d’un œil à la fois admiratif et fasciné le coffre cubique dans lequel reposait encore l’armure d’or que tant de grands Hommes avant moi avaient portés.

*Un jour, lorsque la situation l’imposerait, j’aurai à la revêtir moi aussi. J’aurai alors sur mes épaules le poids de la grandeur et de la décadence. Mais jamais je ne sombrerais dans leur travers. Leur erreur ne seront pas miennes, l’histoire ne se répétera pas avec moi, sur cette armure et sur mon rang, j’en fais le serment.*

Plaçant la main sur l’arête lisse et tiède du précieux coffre d’or, j’en parcourais d’une main puissante mais délicate la tranche supérieure tout en ressentant avec délice le pouvoir en émanant.

*Bientôt je te tirerais de ton sommeil, bientôt. En attendant, rêve de notre gloire future, rêve de notre nom qui entrera dans la légende.*

Et alors que sans m’en rendre compte, j’arborais à présent un petit sourire en coin, j’eus comme un pressentiment, une sensation étrange mais familière.

*Cette sensation… Un cosmos… ? Oui, un cosmos de grande puissance.*

Me retournant posément, je scrutais l’encadrement sombre de l’entrée encore voilé d’obscurité en m’attendant à en voir émerger la mystérieuse source du pouvoir m’ayant étrangement échappé jusqu’à présent.

« Inutile de vous tapir plus longtemps dans les ombres. Je sais que vous êtes là, alors pourquoi ne pas vous montrer ? »

La possibilité d’un assassin venu prendre la vie du seul chevalier d’or du sanctuaire n’était pas à exclure. Je m'étais préparé à cette éventualité depuis ma découverte de l’état de nos forces. Si ce mystérieux pouvoir voulait ma mort, alors au moins il n’aurait plus l’effet de surprise de son côté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roboute
R.I.P.
avatar

Messages : 132
Date d'inscription : 25/08/2013

Feuille de personnage
Hp:
150/150  (150/150)
CS:
414/414  (414/414)
Pa:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Re: Prélude à la tempète   Mar 17 Sep - 19:27

Post d’introduction suivant la présentation.

Que le monde avait changé, soupirât l'être caché dans les ténèbres d'une longue cape immaculée alors que son pas lourd descendait lentement les escaliers menant de la quatrième maison du sanctuaire d'un air pensif: comme la Terre avait changé... Mais quoi de plus normal ? Elle avait dû tellement tourner sans lui que le fantôme des temps violents qu'il était, n'arrivait plus à trouver sa place dans ce nouvel âge si lointain du sien. De son temps, un petit homme s'était autoproclamé Empereur de l'ancienne Gaule, le nouveau continent marchandait des pays avec celui-ci alors qu'un nouvel Âge moderne fait de fer et d'acier commençait à peine à voir le jour. Voilà qu'à présent, il pouvait contempler les cieux être parcourue par d'immenses oiseaux migrateurs faits de métal volant bien plus haut qu'aucun chevalier de son époque ne put jamais le faire, la nuit il entendre des insectes bruyants aux couleurs lumineuses dans la pénombre: la science de cette époque ne pouvait que crier à Roboute une bien triste vérité, le monde avait changé sans lui....

Heureusement lui, était toujours le même. Du moins, c'était ce qu'il voulait croire... La vérité était qu'il n'était plus le même homme qu'il y'a deux cents ans avant le grand sommeille ne le plonge dans l'inconscient: le bras qu'il gardait plaqué contre son corps par une attelle de bois et de bandelette ne cesserait jamais de lui hurler les faits, malgré le tissus qui recouvrait alors son bras couvert d'orichalque, il pouvait parfaitement sentir que le don de vie que la déesse lui avait offert, dévorait lentement mais surement ses forces pour ne pas s'attaquer au reste de sa chaire...

Par-delà son corps meurtri, il n'avait plus un seul repère en ce lieu si ce n'est la structure millénaire du Sanctuaire: la maison des Saints elle, rester là même par-delà les âges. Elle et ses myriades de passage, s'amusât alors le vieux personnage en se demandant depuis combien de temps il descendait les escaliers du temple du cancer pour celui du gémeau.

"Ah... Cela n'a pas changé à ce que je vois. Comme toujours, le labyrinthe de Castor et Pollux attrapent ceux qui sont égarés... Voilà alors quoi je suis réduit à présent..."

Soupirât-il avant de venir redresser son bras libre hors de sa cape pour révéler à sa hanche, une besace jaunie par les années et vraisemblablement remplie avec un contenu des plus conséquents? Son bras se terminât par une main tendue, une main rugueuse et usée par les années comme l'homme à qui elle appartenait: mais qui avait gardé toute sa force d'antan alors que l'être encapuchonné fermât le poing en fermant les yeux, imaginant alors une galaxie enfermée entre ses doigts, une galaxie faite de foudre et qui, alors qu'il rouvrit la main: déchira le piège entre les dimensions d'un milliard d'éclair doré.

"Voila qui est fait... J'éspere que je n'y suis pas allé trop fort quand même ..."

Dit alors le vénérable ancêtre avant de voir qu'un homme aux traits fins et à la silhouette longue lui faisait face: le jeune personnage en question était juste en face du poing de chair de l'homme encapuchonné et devait surement penser que l'homme en face de lui avait des intentions malveillantes pour venir lui faire face le défi au poing. Était-ce le protecteur de la maison des Gémeaux  ? Pourquoi n'avait-il pas sentit sa présence avant se demandât alors Roboute en baissant son poing tendu sans un geste brusque avant de la porter à sa capuche: dévoilant alors son visage taillé par des années de batailles. Ses cheveux blancs brillaient sous la lumière encore ambiante du cosmos qu'il avait utilisé pour sortir du labyrinthe, son oeil droit balafré était couplé avec un bandeau sur celui de gauche; le tout donnant au vieil homme un aspect des plus sévères et des plus À craindre. Chose que l'homme essaya de faire disparaitre en redressant sa main en un signe amical cette fois-ci, il n'avait nullement envie d'avoir à affronter qui que ce soit en cet instant

"Veuillez pardonner mon intrusion... Explosive, jeune homme. Je ne suis qu'un pauvre hère qui a perdu son chemin. Je m'appelle Dayspring, Roboute Dayspring et je m'excuse d'avance si ma présence ici vous incommode, je ne fais que passer et j'aimerai descendre si, naturellement vous n'y voyez pas d'objection ?"

Terminât-il avec un sourire presque paternel à la pensée qu'il était peut être en présence de l'un des chevaliers dont il avait la charge...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ozymandias
Grand Pope et Chevalier d'or des Gémeaux
avatar

Messages : 189
Date d'inscription : 10/09/2013
Localisation : Chaque jour vers l'Enfer descendant d'un pas, sans horreur, à travers des ténèbres qui puent.

Feuille de personnage
Hp:
180/180  (180/180)
CS:
400/400  (400/400)
Pa:
152/152  (152/152)

MessageSujet: Re: Prélude à la tempète   Mar 17 Sep - 23:02

*Il arrive.*

Le cosmos étranger gagnait en puissance à mesure qu’il se rapprochait de moi. Enflant à la manière d’une bulle, il interdisait du même coup toute furtivité à son possesseur. Etait-il donc si sûr de sa force qu’il en méprise de manière aussi évidente la plus élémentaire des précautions ?

*A moins qu’il ne s’agisse pas d’un ennemi.*

La possibilité d’un confrère nouvellement nommé devenait des plus probables. L’apparente facilité avec laquelle cet invité progressait au cœur du sanctuaire, sa décontraction des plus rafraichissantes, sa provenance et surtout, la nature même de son pouvoir, celle qui l’annonça dans un torrent d’éclairs dorés.

*Mais qu'est-ce que..?*

Devant moi, à seulement quelques mètres, les ténèbres de ma demeure furent déchirées par une gerbe de lumière dont jaillir sans crier gare des centaines, des milliers, des millions d’éclairs dorés fusant dans ma direction.

« Par la déesse ! »

Bien que décontenancé par ce pouvoir que l’on disait d’ordinaire réservé au roi des dieux, je n’allais certainement pas laisser ces manifestations grossières de puissances brutes venir saccager ma demeure sans réagir. Si de tous les chevaliers d’Athéna, j’étais bien celui dont on disait le plus à même de plier l’espace et la substance à sa volonté, c’était le moment de le prouver.

« Pas si vite ! »

Une fraction de seconde de concentration alors que je me remémorais les jours, les mois, les années qu’il m’avait fallu afin de maîtriser le pouvoir qu'aujourd'hui je maniais librement.

*Le pouvoir d’un dieu dans la paume de ma main...*

Levant une main chargée d’un orbe sombre et strié, je n’eus alors plus qu’à faire exploser mon pouvoir, faisant du même coup enfler l’orbe avec lui.


« Another Dimension ! »


En moins d’une fraction de seconde, la salle d’arme devint ténèbres étoilées alors que j’ouvrais de mes vœux un passage vers une autre dimension, une autre dimension qui dans un long et profond soupire, aspira l’intégralité des arcs électriques qui s’étaient lancés à ma rencontre.

Au final, pas un éclair n’en réchappa, la menace qu’ils représentaient avait été écartée, mais celle de leur lanceur elle, ne faisait que se préciser.

Du point d’origine de cette attaque fulgurante émergea alors une immense cape blanche laissant entre-apercevoir par endroit un corps musclé, taillé par les combats, celui d’un colosse qui le plus naturellement du monde émergea de sa création le poing droit tendu vers moi, comme s’il venait pour me défier.

« Ça c’est ce que j’appelle de la mise en scène. Magnifique entrée. »

Petit trait d’humour comme je me plaisais à en dispenser parfois au cours des entrainements que j’avais pratiqué assidument durant ma formation. Cet homme au cosmos incroyable serait-il donc mon premier véritable adversaire ?

L’envie de revêtir immédiatement mon armure me prit soudain, et sans m’en rendre compte, je vis ma main gauche se diriger vers elle avant que je ne la rappelle à l’ordre.

*Pas encore, ce n’est pas encore le moment. Même si son entrée à tout l’air d’un défis, quelque chose cloche dans son attitude...*

En voyant cet inconnu faire tomber sa capuche pour me révéler son visage aussi ancien que carré, je su d’instinct qu’il n’était pas à sous-estimer.

Refermant alors ma faille dimensionnelle encore béante qui faisait virevolter sa cape opaline, je l’écoutais se présenter à moi tout en le détaillant des pieds à la tête.

*Un combattant, un très ancien combattant. Et ce cosmos… Il n’est clairement pas un chevalier, est-ce seulement encore celui d’un humain ?*

Quelque chose en cet homme me dérangeait, comme si en son pouvoir se trouvait quelque chose de malsain, de néfaste. Etait-ce la raison de l’état de son bras gauche à présent dissimulé sous sa cape ?

« Vous vous êtes perdu ? C’est bien ce que vous essayez de me faire croire ? Perdu ici, au cœur même d’une terre que seuls les initiés peuvent arpenter ? Perdu alors que vous émergez indemne des illusions de ma demeure ? Vous auriez perdu votre chemin ? N’auriez-vous pas plutôt perdu l’esprit, ou sous-estimez-vous les capacités du mien ? »

Le sourire et le ton chaleureux de ce Dayspring n’apaisaient pas le moins du monde ma méfiance envers cet être étrange et dangereux. Pour déchirer les illusions que j’avais tissées dans ma demeure, il fallait plus que de la puissance pure, il fallait des dons exceptionnels.

« Je me nomme Ozymandias. Sachez que vous êtes ici dans la troisième maison du zodiaque d’or, et que j’en suis le gardien; ce que vous savez déjà, sinon vous ne m’auriez jamais demandé la permission de poursuivre votre route... »

Les dires de Dayspring en disaient long sur lui, il voulait descendre, descendre sans doute dans l’un des deux temples précédents le mien.

*Taureau ou Bélier ?*

Vu la carrure du personnage, j’aurai été tenté de dire qu’il avait tout du taureau parfait, mais sa maitrise des éclairs le désignait sans l’ombre d’un doute comme un possesseur des crocs du lion. Venait-il donc simplement de son temple situé deux niveaux plus hauts ?

« Maintenant, dites-moi. Vous avez percés les défenses de ma demeure parce qu’elles vous gênez dans votre progression, vous dites vouloir descendre et vous maniez les éclairs d’or… Vous venez donc assurément d’un temple situé plus en hauteur, serait-ce le cinquième ? En êtes-vous le nouveau gardien ? »

A cette perceptive, j’eus un sourire d'espoir. Ma solitude au sein de l’élite de l’armée de la Sagesse semblait enfin toucher à son terme, mais en attendant d'en savoir plus, et cela quelle que soit la réponse de Dayspring, je resterais sur mes gardes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roboute
R.I.P.
avatar

Messages : 132
Date d'inscription : 25/08/2013

Feuille de personnage
Hp:
150/150  (150/150)
CS:
414/414  (414/414)
Pa:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Re: Prélude à la tempète   Sam 21 Sep - 14:58

Malgré son sourire ridé et la fatigue qui se dégageait de son visage, l'esprit du vieil homme était resté vif et affuté malgré les siècles: Bien qu'il semblât complètement sénile et hagard des son arrivées brutales dans la réalité du temple du gémeau, Roboute avait pleinement eu le temps d'observer les mouvements de la personne qui lui faisait face, décomposant la surprise qui avait teinté ses yeux un court instant avant d'être balayé par une confiance des plus résolues. Son cosmos avait pris un battement de coeur pour croitre avec assez de force pour écarter les lignes du réel par une technique accordé seulement à celui qui avait hérité de Castor et Pollux: Seul le chevalier des Gémeaux avait le pouvoir d'ouvrir d'autre dimension, d'ordinaire nul autre que lui ou les dieux possédaient de tels dons, du moins la puissance suffisante pour le faire.

*Alors il serait bel et bien le gardien de ce lieu, l'un de mes premiers chevalier d'ors... Il m'a l'air pourtant si jeune pour le futur qui s'annonce...*

Se présentant sous le nom d'Ozymandias, le gardien de la troisième maison du zodiaque d'or sortit l'ancêtre qu'était Dayspring de ses pensées par le biais de questions légitimes teinté de menace,, révélant que celui-ci n'était point dupe, cependant, ce n'était pas au vieux singe qu'on apprenait à faire la grimace s'amusât alors Roboute en cherchant quelque chose sur lequel s'asseoir. Tournant son oeil valide de gauche à droite, il remarqua un petit tabouret d'une facture rustique non loin de lui: marchant alors d'un pas lent sans faire de geste brusque, le vétéran posa sa masse sur le support de bois qui émit un gémissement significatif d'un poids trop élevé.

"Oups... Veuillez pardonner au vieillard que je suis, sa fatigue mais auriez-vous la gentillesse de me dire où est-ce que je pourrais me reposer ? Marcher dans votre labyrinthe hors du temps et de l'espace est une chose bien dur pour un vieil homme."

S'amusât Roboute avant de se lever du tabouret et venir poser son dos massif contre l'un des piliers du temple en caressant ses cheveux de sa main de chaire tout en gardant son sourire imperturbable.

"Comme vous l'avez si bien compris, je ne suis pas qu'un errant dans le sanctuaire de notre bien aimée déesse. En mon temps, j'ai porté l'armure d'or du lion sous les couleurs de la justice et de l'espoir... Cependant, je ne suis plus un chevalier à présent car j'ai été blessé à la guerre: j'ai laissé ma place a la nouvelle génération et je suis ravi qu'elle compte un homme comme vous, Ozymandias.''

Fit le vieil homme avant de sortir une gourde de la besace qui pendait à son flanc droit sous sa longue cape blanche: retirant alors le bouchon à l'aide de ses dents, Roboute prit une bonne gorgée de celle-ci avec un air revigoré par le liquide qui coulait le long de sa gorge.

"Ah... Que tout ceci est rafraîchissant pour un ancêtre comme moi... Dites-moi, Ozymandias. Pourquoi restez-vous sur vos gardes ? Vous n'avez rien à craindre d'un homme aussi âgé que moi et si cela peut vous rassurer: je n'ai aucune mauvaise intention envers vous... J'aimerais même davantage vous connaitre: Vous avez éveillé ma curiosité, mon garçon ."

Fit Dayspring avec un sourire alors que sa présence dont l'aura chaude et le calme qu'il arborait donnaient l'impression de voir un vieux lion allongé sur le ventre et qui serait en train d'observer l'un de ses lionceaux avec un certain intérêt pour celui-ci, comme une intuition étrange que seule le grand âge peut apporter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ozymandias
Grand Pope et Chevalier d'or des Gémeaux
avatar

Messages : 189
Date d'inscription : 10/09/2013
Localisation : Chaque jour vers l'Enfer descendant d'un pas, sans horreur, à travers des ténèbres qui puent.

Feuille de personnage
Hp:
180/180  (180/180)
CS:
400/400  (400/400)
Pa:
152/152  (152/152)

MessageSujet: Re: Prélude à la tempète   Dim 22 Sep - 16:19

Visiblement, Dayspring semblait beaucoup s’amuser comme le laissait deviner son œil valide et son sourire en coin.

Devisant avec moi comme il aurait devisé avec un camarade, l’imposant personnage faillit se retrouver les quatre fers en l’air lorsqu’il tenta de démontrer la qualité des menuisiers de Rodorio en imposant son poids conséquent à un frêle tabouret de chêne conçu à l’origine pour supporter une paires de jambe.

« Oui, j’imagine que même pour un ancien chevalier d’or, la montée ou la descente des marches du sanctuaire demeure une épreuve. »

Répondant à sa boutade par une des miennes, je commençais à apprécier le ton de la conversation ou chacun faisait preuve de trait d’esprits taquins mais amicaux.

« Vous ne trouverez cependant rien pour vous assoir céans, ici vous êtes dans la salle d’arme, et ici ne repose que mon armure d’or comme vous pouvez le voir, quand à ce tabouret, j’y dépose ma veste lors de mes entrainements. »

Croisant les bras en voyant le vieil homme s’adosser à une colonne, j’eus un petit sourire en coin lorsqu’il m’avoua avoir jadis fait partie de l’élite de la chevalerie, confirmant par-là mes soupçons. De toute manière sa maitrise des éclairs ne lui permettait que deux identités, celle du possesseur des crocs du lion, ou celui du roi des dieux, et malgré son cosmos des plus impressionnants, je ne le croyais pas etre d’essence divine.

« Hum… Je sais que tous les chevaliers de la précédente génération ont trouvés une fin digne d’eux devant le mur des lamentations. Et je sais également que le précédent chevalier du lion se nommait Aiolia, ou quelque chose du genre. Il prit ses fonctions et son armure à l’âge de treize ans sous la tutelle de son frère, le sagittaire Aiolos, et par conséquent, cela fait de vous quelqu’un de bien plus âgé que votre apparence ne le laisse présumer. »

Bien mystérieux était cet homme qui en cet instant tira de sa besace une gourde dont il but le contenu avec délectation.

« J’imagine que pour ne pas m’en etre vu proposé, ce que contient cette gourde doit etre à votre seul usage, ou manquez-vous seulement de politesse envers vos successeurs ? »

Le ton était bien plus moqueur que chargé de reproche, en cet instant j’étais bien plus intrigué par les objectifs et l’identité de mon hôte qu’envers le contenu de sa gourde.

« Suivez-moi si vous souhaitez rester pour bavarder, nous serons mieux dans le salon. »

Et quittant alors sans me retourner la salle d’arme, je conservais toute mon attention sur cet homme qui m’emboitait le pas sans apparemment trahir sa parole. Son cosmos restait calme et son visage souriant arborait toujours cette étrange impression, comme s’il cherchait à me cerner avec cet entretien.

« Vous voulez en apprendre plus sur moi n’est-ce pas ? Mais n’est-ce pas à la personne qui demande de se présenter avant ? Je sais votre nom, vous savez le mien, je sais qu’elle fut votre rôle jadis, vous savez quel est le mien à l’heure actuelle, nous sommes donc à égalité. »

Et alors que nous devisions tranquillement, nous débouchâmes tous deux dans une pièce au style le plus moderne qui soit vraisemblablement refaite il y a peu.

« Voilà qui déjà devrait vous informer sur mes goûts en matière de mobilier. Ce n’est pas que j’ai quelque chose à l’encontre du charme rustique, c’est plutôt que selon moi, l’art d’une civilisation s’accorde à son époque, et qu’en l’occurrence, l’art grec n’est plus à mes yeux que le hobby de quelques nostalgiques passionnés dont je ne fais pas partie. »

Pointant du doigt un large canapé de cuir de vache sombre, je me dirigeais d’un pas rapide vers le bar où se trouvait une véritable collection d’alcool et de breuvage divers.

« Si vous saviez le mal que j’ai eu à transformer cette demeure en quelque chose de vivable. Avant ma venue, il n’y avait rien, pas même l’électricité. Heureusement que la salle d’eau était quant à elle desservie en eau courante car vu la contenance de ces thermes, les remplir à la main aurait pris une éternité. Sans parler de l’isolation tant phonique que thermique. Les murs sont épais et dans ce labyrinthe l’air circule très mal, un cauchemar pour qui désire avoir moins chaud ou moins froid que ce que l’air ambiant lui impose. »

Une série de goutte d’eau alla heurter la baie vitrée nous faisant face et donnant une vue imprenable sur le sanctuaire s’étalant en contrebas de ma demeure. Une pluie légère débuta alors tandis que le ciel se chargeait peu à peu de nuages sombres présageant un véritable orage.

« Tenez, rien que pour faire cette baie vitrée, ce qui ne relève pas pourtant du génie nous sommes d’accord, il aura fallu que j’explique presque aux maçon et architecte de Rodorio ce qu’était du verre… A croire qu’ici le temps s’est arrêté à l’époque de la Rome antique… Pourtant, la vue n’est-elle pas bien mieux ainsi ? »

J’aurai pu poursuivre ce monologue sur l’aménagement de l’espace intérieur et les nombreuses modifications que j’avais faite au troisième temple du zodiaque, mais cela aurait été assez inappropriée vu la situation et rien ne me disait que mon hôte aurait gouté à de tel sujets de conversation.

« Je vous sert quelque chose ? Eau, vin, scotch, bourbon, j’ai à peu près tout ce qui peut se boire et que l’argent permet d’acheter dans cette partie du globe. »

Me servant de mon côté un scotch pur malt avec une boule de glace, j’attendais la réponse de mon invité déjà confortablement installé dans le canapé.

« Echange de bons procédés monsieur Dayspring, à vous de m’en dire d’avantage sur vous, comme par exemple de quel siècle vous êtes natif, ou encore quelles sont les raisons qui vous amène en ces lieux alors que vous n’y avait plus votre place. »

Certes il était un ancien chevalier, certes il se dégageait de lui quelque chose d’apaisant qui me mettait en confiance, et certes son vocabulaire était celui de notre époque, mais l’histoire du sanctuaire était minée par les erreurs, comme l’était l’intégralité de l’histoire humaine. Des erreurs qu’aujourd’hui nous ne pouvions plus nous permettre.


Dernière édition par Ozymandias le Lun 30 Sep - 13:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roboute
R.I.P.
avatar

Messages : 132
Date d'inscription : 25/08/2013

Feuille de personnage
Hp:
150/150  (150/150)
CS:
414/414  (414/414)
Pa:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Re: Prélude à la tempète   Sam 28 Sep - 14:09

Refermant sa gourde de la même manière qui l'avait ouvert, le vieil homme ne put retenir un léger éclat de rire à travers ses lèvres quand la phrase du jeune homme blond comme le soleil lui vint aux oreilles: il aurait aimé répliqué que de son temps, seuls les adultes et les anciens avaient le droit de boire de telle liqueur. De plus, après avoir attendu pendant plus de deux siècles: le contenue de cette gourde n'aurait pas mis longtemps à faire tomber ce garçon plein d'enthousiasme dans le sommeil bienheureux de ceux qui abusent de la boisson.

Hélas, l'occasion lui passa sous le nez quand le protecteur de la maison des Gémeaux lui tourna le dos. L'invitant alors à le suivre avant de lui signaler qu'ils étaient tous deux dans sa salle d'armes, une salle que le vieux personnage aurait imaginée plus spartiate pour un chevalier d'or... Ah ces jeunes, s'amusât-il intérieurement en quittant du regard les objets et les meubles qu'il n'aurait jamais cru voir dans un endroit comme celui-ci. Même voir tout court, quels pouvaient être ces étranges instruments posés à la base des murs ?

Cette pensée quitta son esprit lorsqu'il réprima un frisson douloureux le long de son échine quand il se redressa: sa vielle carcasse alourdi par son bras gauche le faisait souffrir d'une différence de poids sur la répartition de son corps et seule le fait de se poser semblait occultait la sensation qui lui tirait le bras. Cependant, cela était bien trop peu pour stopper Roboute qui, prit alors la suite du jeune chevalier d'or en marchant sur ses pas à travers le temple jusqu'à découvrir une salle baignée par la lueur du soleil à travers un long mur de verre. Que la chaleur du jour peut être douce... Pensât-il avant d'observer les meubles que possédait Ozymandias sans pour autant en reconnaitre le style: venaient-ils d'une contrée lointaine ? Ou tout simplement était-ce le genre de décoration manufacturé de cette époque ?

Se posant lourdement sur le canapé qui ne manquât pas de souligner le poids de l'ancien chevalier, le vieil homme toussa un instant avant de relever son visage vers celui qui s'était posté prés d'un coffre dont la texture lui était inconnue:

" De mon temps, seuls les anciens avaient droit à de tel nectars. Les choses ont bien changé j'ai l'impression, et le sanctuaire avec elles: pardonnez mon ignorance mais je n'ai pas saisi un traitre mot de ce que vous m'avez dit."

Fit-il avec un sourire à moitié gênée sous une expression d'amusement grandissant alors que l'ancêtre qu'il était posa son regard sur chaque appareil présent dans la pièce avant de se rapprocher d'un étrange point fixé dans un mur semblable a une petite bouche blanche... Tel un enfant, il ne put s'empêcher de toucher celle-ci jusqu'à enfoncer son doigt à l'intérieur: écrasant sans le savoir le cuivre reliant le neutre et la phase de ce qu'il apprendra plus tard, appartenait à une prise électrique.

Un bref éclair remonta le bras de l'ancien chevalier d'or alors qu'un arc électrique sortit du bras qu'il cachait: une partie de ses bandages pour révéler un métal normalement disparu de la surface de la terre. La majeure partie de l'électricité du temple traversa le corps de l'ancien lion sans pour autant le blesser: son cosmos irradiait de sa forme centenaire alors que la force qui traverser son corps, fit rediriger vers la prise avant que celle-ci ne se reconstruise sous l'effet d'un cosmos contrôlé a la perfection.

"Mille excuse pour ce petit désagrément, j'ai cru reconnaitre là la découverte de Volta. "

Dit-il en se redressant tout en s'essuyant la main comme si de rien n'était, se concentrant alors sur le jeune homme comme s'il venait de se rappeller les paroles de celui-ci:

"Alors je prendrais de l'Amasec si vous en avez, ma réserve personnel est pratiquement vidé."

Fit-il avec un sourire avant de s'installer plus confortablement contre la canapé toujours grimaçant sous la masse de l'ancien.

'' Mon garçon, comme vous l'avez deviné: je viens d'un âge plus ancien que le vôtre et il se pourrait même que les noms que vous avez cités fassent parti de ma descendance... Je viens du temps où un petit homme se prit pour l'empereur de l'ancienne Gaule, du temps où ce qui vient de traverser mon corps venait à peine d'être inventé. Comme vous l'aviez compris: je ne suis pas de cette époque."

Terminât-il en le regardant, examinant sa réaction avec le sourire accroché au lèvres.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ozymandias
Grand Pope et Chevalier d'or des Gémeaux
avatar

Messages : 189
Date d'inscription : 10/09/2013
Localisation : Chaque jour vers l'Enfer descendant d'un pas, sans horreur, à travers des ténèbres qui puent.

Feuille de personnage
Hp:
180/180  (180/180)
CS:
400/400  (400/400)
Pa:
152/152  (152/152)

MessageSujet: Re: Prélude à la tempète   Lun 30 Sep - 15:14

*Quel étrange personnage… Soit il vient de sortir d’une grotte, soit c’est le meilleur acteur que j’ai jamais vu, et pourtant je m’y connais.*

Me repassant en mémoire les plus grandes scènes du cinéma de ces vingt dernières années, je devais bien avouer que je n’y décelais nulle part le visage ou le nom de mon hôte. Ce qui était rassurant d’une certaine façon, la présence d’une star d’Hollywood au sein du sanctuaire aurait été des plus improbables et des plus difficiles à expliquer.

*On dirait que tout l’intrigue, comme s’il n’avait jamais vu une télévision ou un ordinateur de sa vie. Serait-il si ancien que cela ? Et surtout, où était-il passé durant ces dernières années ? Au fin-fond du Kalahari ?*

J’eus un bref sourire amusé en imaginant ce colosse à la peau pale marcher au milieu des Bochimans et partageant leur repas.

« Ceux de votre âge ? Quel âge me donneriez-vous monsieur Dayspring ? Fais-je si jeune que cela, ou avez-vous été entouré de tant d’adolescent boutonneux que vous ne puissiez imaginer qu’il en soit autrement aujourd’hui ? »

Reprenant une gorgée d’un scotch de plus de douze ans d’âge, je croisai alors les bras sur le bar tout en me penchant vers mon hôte.

« Ca va peut etre vous faire un choc, mais j’ai fêté mon trente-et-unième anniversaire en mai. »

Apparemment, de son coté comme du mien, les apparences étaient trompeuses, nous étions tous deux beaucoup plus vieux que nos apparences laissées supposés, et étant donné son âge, vraisemblablement à trois chiffres, il me voyait comme un enfant.

« Où étiez-vous donc passé pendant ces trente dernières années pour regarder un écran de télévision de cette manière ? Et faite attention, c’est le dernier modèle ! »

Quittant rapidement le bar pour retirer mon IPhone de la table en verre avant qu’il n’arrive malheur, je le mis rapidement dans ma poche avant de m’en retourner au bar me servir un autre verre.

« Attention à… ! »

Trop tard, pendant ce temps, l’imposant personnage venait de plonger ses doigts dans l’une des prises murales qui ne tarda pas à lui faire savoir le sort qui attendait tous les inconscients jouant avec l’électricité. Certes, il faudrait plus que ça pour mettre à terre un chevalier d’or à la retraite, mais devant le coté ingénu de Dayspring, je notais de rapidement mettre sous clef tant le matériel multimédia que l’ensemble des nouveautés qu’il risquait de vouloir découvrir en profondeur de ses doigts.

*Il faudra peut etre que je fasse installer des protections enfants… Ou lui dire simplement de conserver ses mains dans ses poches…*

Buvant une nouvelle lampée de scotch tout en le voyant reconstruire la prise à la perfection, je me demandais ce que pouvait bien vouloir dire cette main couverte d’une armure pour le moins faite sur mesure.

« J’imagine que vous demandez si vous allez bien serez hors de propos. Si votre corps semble indemne, le fait que vous mettiez vos doigts dans une prise électrique m’inspire les plus vives inquiétudes quant à votre esprit… »

Le moins que l’on pouvait dire au sujet de Dayspring, c’était que si son but en faisant cela était de détendre l’atmosphère, il avait réussi. Certes je ne savais toujours pas ce qu’il faisait là ou encore d’où il venait, mais une chose était sûr, il n’était pas mon ennemi.

« Volta ? Volta le physicien ? »

Je lui connaissais l’invention de la pile voltaïque, mais en ce qui concernait les prises électriques, le rapport m’échappait complètement, j’attribuais plutôt sa conception à Hubbell, près de deux siècles plus tard.

« De l’amasec, de l’amasec… »

Fouillant dans mes placards à la recherche de cette liqueur de vin à la qualité pas toujours constante, je découvris la bouteille encore neuve au fond d’un tiroir, caché derrière les tord-boyaux et les produit d’entretiens de canalisation.

La chance était avec Dayspring, si la majorité des crus de cet alcool ne valaient même pas le raisin nécessaire à leur conception, il s’en trouvait parfois des crus recherchés par tous les amateurs de boissons d’hommes, comme celui que contenait cette bouteille par exemple.

« Je note votre apparente résistance à l’alcool, si cette gourde contenait exclusivement ce genre de boisson, et qu’elle se voit à présent vide, soit vous avez pris votre temps pour la vider, soit vous pourriez descendre plusieurs tonneau à vous seul et savoir toujours différencier le haut du bas. »

*Quoi que le coup de la prise…*

Sortant du même coup un sceau à glaçon ainsi qu’un verre à liqueur, j’apportais le tout auprès de mon invité avant de m’installer moi-même dans un fauteuil club directement importé d’Angleterre.

« Si ce que vous dites est vrai, alors vous aurez bientôt surpassé en âge les légendaires Dohko de la balance et Shion du bélier. Cependant vous n’avez pas vécu parmi nous durant tout ce temps n’est-ce pas ? A vous voir on dirait que vous venez directement de cette époque comme si pour vous il s’agissait d’hier. Sachez que nous sommes maintenant à l’aube du vingt-et-unième siècle, près de deux cents ans après la mort de Bonaparte, et comme vous pouvez vous le voir, le monde a bien changer depuis cette époque. »

Faisant rouler ma boule de glace dans mon verre à whisky, j’essayais d’imaginer qu’elles pouvaient bien etre les pensées d’un chevalier provenant des tréfonds du dix-neuvième siècle.

« Bienvenue dans le futur en tout cas. A la vôtre. »

Vidant mon verre avant de le poser sur la table, il était temps pour moi de renvoyer l’ascenseur à mon hôte.

*Echange de bon procédés…*

« De mon côté, Ozymandias ne fut pas toujours mon nom. Je fus autrefois nommé Adrian Veidt, il y a des années, bien avant… Tout ça. »

Ouvrant alors les bras comme pour désigner l’ensemble de la pièce où nous nous trouvions, je ressenti comme de la nostalgie s’immiscer en moi alors que je m’apprêtais à narrer à mon invité une partie de mon passé.

« Autrefois je fus l’une des dix plus grandes fortunes de ce monde, le président directeur général et le principal actionnaire de l’un des plus puissants conglomérats du globe. Si vous vous demandez maintenant ce qui m’a conduit ici, moi qui il y a encore sept an ignorais jusqu’à l’existence même du cosmos, je vous répondrais en citant l’histoire d’Icare, lui qui si fier de ses ailes, tenta d’égaler les dieux et qui sombra dans la mer qui désormais porte son nom. Oui, j’ai moi aussi tenté de contrôler cette force nommée cosmos, j’ai voulu l’offrir au monde comme Volta, Edison ou Tesla avant moi avaient offert l’électricité. Mais j’ai échoué, et par ma faute, des centaines de mes employés sont mort, et moi avec eux. Tout du moins une partie de moi, celle qui correspondait à Adrian Veidt. »

Fixant le vide, l’esprit parcouru de fragment d’une vie qui me semblait si lointaine aujourd’hui, je me levais alors pour me placer devant la vitre sur laquelle tombait encore la pluie battante.

« Après l’incident, Sparte m’a recueilli, et pour le monde entier, Adrian Veidt est mort ce jour-là. J’ai survécu grâce à mon don, grâce au pouvoir qui coule en mon âme, le pouvoir des Dioscures. Sans lui, je ne serais même plus de ce monde… Cette force qui a tué tant de personne m’a sauvée moi sans même que je ne lui demande. Qu’est-ce que cela peut bien vouloir dire monsieur Dayspring ? »

La pluie et le sujet de mon passé me rendait nostalgique, je me surpris à songer à Arwen, à la blonde Cypris, elle si jeune encore lors de mon départ et déjà tellement prometteuse.

« Echange de bon procédés monsieur Dayspring… Que faites-vous ici ? Vous n’avez toujours pas répondu à cette question, et cette fois vous n’avez plus de prise électrique à pénétrer de vos doigts en feignant l’idiotie. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roboute
R.I.P.
avatar

Messages : 132
Date d'inscription : 25/08/2013

Feuille de personnage
Hp:
150/150  (150/150)
CS:
414/414  (414/414)
Pa:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Re: Prélude à la tempète   Ven 11 Oct - 21:28

L'expression du visage de Dayspring prit la teinte d'une grande satisfaction quand son jeune interlocuteur lui apporta la bouteille du nectar qu'il lui avait commandé ainsi qu'un verre pour le boire, quoique celui-ci lui parût un peu petit pour pouvoir apprécier pleinement la saveur sèche et violente de l'Amasec. Cependant, il serait impoli de réclamer un plus grand conteneur... Faisant doucement jouer celui-ci entre ses doigts, le vieil homme reporta son regard sur Ozymandias quand celui-ci s'installa sur un fauteuil des plus séduisants et des plus robustes. Peut-être lui demandera-t-il de lui fournir le même confort dans une future proche... Ce futur semblait bien favoriser le luxe et la douceur pensât le vieux personnage en gardant l'intensité de son regard sur le support du jeune homme face à lui, l'écoutant d'une oreille attentive alors qu'il se voyait déjà assis à sa place. Quoi qu'il pourrait dire, à l'avenir : il ce fauteuil sera à lui !

Cependant, les mots du chevalier d'or des Gémeaux mirent fin à ce désir naissant quand celui-ci prononça les noms de deux individus issus du lointain passé du chevalier d'or qu'était Roboute. Un éclair de surprise traversa l'oeil unique du vétéran centenaire avant que son visage ne se teinte de nostalgie et de tristesse: l'homme âgé de plus de trois siècles se remémora une partie de son passé du temps où le vieux lion blessé qu'il était, avait transformé son temple en tanière où il avait entrainé son successeur. Un jeune homme du nom d'Ilias, un garçon brillant mais de faible constitution... Il se remémora alors la naissance du lionceau de celui-ci, un petit homme nommé Regulus qu'il ne put voir grandir... Puis, il se rappela de Dokho et de Shion, encore de jeunes chevaliers promit à un grand destin. Promis à l'élite des protecteurs de la Terre.

Cachant son visage de la largeur de sa main unique, l'ancien chevalier baissa sa tête contre la paume de celle-ci en retenant un sanglot à la pensée de tout ce qui avait pu arriver à ses anciens protégés ainsi qu'aux enfants devenue homme et femme, maintenant parmi les étoiles, qu'il avait vu grandir. Sa voix se fit doucement plus grave alors qu'il redressa son visage de manière a que seule son œil unique ne puisse paraitre entre ses doigts.

"Je t'en prie, fils. Ne m'apprend pas ce que sont devenue ceux qui m'étaient chers en mon temps... Je ne suis pas encore prêt à supporter le fardeau des années où j'aurais dû être avec eux..."

Le ton de sa voix avait changé: on aurait dit que le vieillard sympathique s'était changé, l'espace d'un instant, en un lion grognant un ordre sans possibilités de désobéissance possibles. Prouvant à l'occasion que l'étrange personnage avait encore toute sa tête ainsi que les crocs des lions d'ors du sanctuaire.

Gardant alors son sérieux le long de l'histoire d'Ozymandias, Roboute écouta attentivement le récit de la vie que celui-ci le dévoila: imaginant alors celui qui avait été à l'apogée de Sa Grandeur avant de la perdre en découvrant sa destinée. Que leur bien-aimée déesse pouvait parfois être dur avec les hommes, soupirât-il alors entièrement avant de se redresser pour s'approcher du chevalier d'or et lui poser une main douce sur l'épaule. Son expression s'était radouci alors qu'un regard bienveillant illuminait son visage ridé:

"Icare ne s'est jamais relevé de sa chute, Adrian... Contrairement à vous qui avez gardé la tête haute pour renaitre tel un phénix. Certes le monde des hommes a perdu l'homme que vous étiez mais, il a gagné celui qui se tient devant moi comme protecteur: peu importe comment nous avons répondu à l'appel du cosmos, on ne peut juger la valeur d'un homme en ce qu'il fait ou paie, Ozymandias. Seul le regard divin de la déesse de la sagesse peut répondre à cela... Ce n'est pas le don des enfants de Léda qui vous créer, pas même que les crocs de Némée ne me caractérisent: Vous êtes un chevalier d'Athéna, protecteur de la paix et de la vérité, de la justice. Un champion du bien, peu importe dans quels matériaux vous avez été forgé. "

Le vénérable ancêtre retira doucement sa main de son épaule et se dirigea vers la baie vitrée donnant sur le sanctuaire avec la légèreté d'une brise, son regard se perdant dans l'horizon.

"À mon tour de répondre à votre question mais, tout d'abord: Je suis bien plus vieux que Dohko ou Shion car j’étais déjà vieux quand ils eurent fait leur entrée dans la chevalerie. Il vaut que vous sachiez que j'ai vu le jour il y a plus de trois cents avant votre ère. Je ne dois pas ma longévité par le biais du Misopethamenos mais aux soins de notre déesse qui, cacha mon corps à Star Hill, le protégeant du temps par l'un de ses sceaux divins. En échange de ma future, j'ai accepté la mission de protéger les Saints des temps à venir contre la venue d'une menace telle que notre bien-aimée déesse juge bon de garder un guerrier du passé en vie pour ce combat."

Posant alors sa main libre sur le bandeau qui cachait son œil gauche, le vieillard découvrit alors une flamme cosmique d'une lueur prodigieuse dans son orbite découvert. Un feu d'une puissance sans équivoque se baignait dans son regard quand celui-ci posa alors les yeux sur le chevalier d'or.

" Bien malgré moi, je suis le prophète de nuage sombre et de combat meurtrier... Je suis le lion des temps anciens qui s'est réveillé pour affronter le chaos qui va se manifester dans le monde."

Terminât-il en dévoilant ensuite son bras gauche: arrachant complétement ses bandages pour révéler un bras entièrement recouvert d'un métal disparu depuis des temps immémoriaux, composant le plus résistant des armures d'ors de l'élite de la déesse de la victoire.

"Voici le ceste de Némée, jeune homme. Voici le cadeau que m'avais offert Athéna avant de me plonger dans le grand sommeil: voici le poing que devront affronter les ennemies de la terre, le poing de Dayspring, porteur des crocs du lion d'or."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ozymandias
Grand Pope et Chevalier d'or des Gémeaux
avatar

Messages : 189
Date d'inscription : 10/09/2013
Localisation : Chaque jour vers l'Enfer descendant d'un pas, sans horreur, à travers des ténèbres qui puent.

Feuille de personnage
Hp:
180/180  (180/180)
CS:
400/400  (400/400)
Pa:
152/152  (152/152)

MessageSujet: Re: Prélude à la tempète   Lun 14 Oct - 13:50

Les yeux fixés dans le lointain, trouvant apaisante la vision de la pluie tombant drue sur la baie vitrée, je sentis à peine la main imposante de Dayspring se poser sur mon épaule à la suite de mon récit. Rien en elle n’aurait pu attirer un geste de méfiance de ma part aussi je n’y répondis qu’en tournant légèrement la tête tout en écoutant les dires de mon invités.

« Vous avez raison. Je ne pourrai sans doute jamais rembourser la dette que j’ai envers tous ces morts, mais j’ai décidé de dédier le reste de mon existence à la sauvegarde de ceux n’ayant pas la force de se protéger eux même. Une bien commune expiation j’en conviens, mais encore aujourd’hui, je ne vois toujours pas meilleure manière d’employer mes dons. »

J’aurai en cet instant voulu en apprendre d’avantage sur ceux qui avant moi était entré dans la légende, obtenir d’un de leur contemporain des récits fidèles de la vie passé de Shion, de Dohko et de tous les autres chevaliers du 18eme siècle mais quelque chose dans la voix de Dayspring m’avertissait que c’était là un sujet sensible, au moins autant que ne l'était pour moi celui de ma chute. Je préférai donc ne plus aborder le sujet.

*Après tout, je n’ai aucune raison de ne pas me montrer courtois.*

Dayspring retira alors sa main avant de venir se placer à ma droite et visiblement lui aussi apaisé par la vue, me narra son histoire, une histoire qui me laissa à la fois perplexe et empli d’une curiosité renouvelé.

« Vous seriez donc le plus âgé des chevaliers à ce jour à l’exception du maître de Dégel du verseau. C’est fantastique. Pouvoir voir de ses yeux ce que l’avenir vous réserve et… »

Je me stoppai net dans mon élan enthousiaste, certes cet homme venait d’un passé lointain, mais en même temps il avait quitté tout ce qu’il connaissait, tous ceux qu’il avait pu aimer ou connaitre et se retrouvait à présent en terre connue, mais dans une époque inconnue.

« Pardonnez-moi, j’ai beau avoir changé radicalement de mode de vie, je suis toujours fébrile lorsqu’une perceptive nouvelle se présente à moi. Mon côté savant fou si vous voulez. »

Et les révélations du vieil homme ne devaient pas s’arrêter là, car lorsqu’il découvrit tant son œil que son bras, je sus à cet instant avoir en ma demeure quelque chose qui ne pouvait plus correspondre à la définition d’un humain.

« Par la Sagesse… Qu’êtes-vous devenu ? »

Il n’y avait nul dégout, nulle frayeur dans ma voie, simplement une question appelant une réponse. Athéna avait tout pris à cet homme, sa vie, ses amis, sa vie, et l’avait transformé en quelque chose d’autre, quelque chose de plus puissant, de plus résistant.

*Quelque chose taillée pour la guerre.*

« Une arme, vous êtes devenu une arme Roboute Dayspring. Et si c’est bien la Sagesse qui vous a rendu ainsi, alors je crains que vous n’annonciez plus que de simple nuages sombres… »

Je n’eus pas le temps d’achever ma réplique qu’un tremblement de terre se mit à secouer les terres du sanctuaire. Sur les étagères surplombant le bar, les bouteilles et les verres s’entrechoquèrent avant de dégringoler au sol. Ce fut à cet instant que de l’horizon jaillit une immense colonne de lumière pourpre mêlée de violet et de noir, une colonne d’énergie qui poursuivit son chemin au travers des cieux jusqu’à littéralement crever la voûte céleste, révélant la noirceur abyssale de l’espace nous entourant. Pendant quatre pleines secondes, les cieux s'illuminèrent de cette manifestation dantesque de puissance avant qu'elle ne s'affaiblisse et disparaisse aussi mystérieusement qu'elle était apparue.

« Par tous les dieux ! »

Ce fut seulement à cet instant que nous parvint la tempête générée par cette déflagration d'énergie. Avec une rare violence, elle heurta de plein fouet la baie vitrée devant laquelle nous nous trouvions encore Dayspring et moi, et dans un bruit de verre se fissurant, la vitre nous faisant face commença à céder sous la force du vent qu’elle retenait.

« Oh non ! Pas question ! »

Canalisant alors mon propre pouvoir dans l’orbe d’espace que je créai en cet instant entre mes mains, je le fis traverser sans violence la vitre et lui fit parcourir plusieurs centaine de mètres avant d’en libérer la puissance sous la forme d’un minuscule trou de vers qui instantanément aspira l’air l’entourant, créant ainsi une dépression stoppant nette la tempête s’abattant sur le sanctuaire.

Faisant alors disparaitre mon arcane et balayant la pièce du regard à la recherche d’un danger imminent, je notai avec aigreur les bouteilles et les verres brisés mais étais globalement satisfait de n’avoir que cela à déplorer.

« Vous allez bien ? »

Une question surement bien stupide étant donné la nature du personnage, mais elle m’était venue toute seule.

Reportant mon regard sur le ciel déchiré par la force de cette mystérieuse colonne de lumière, mille questions m’assaillaient alors et la même réponse y était associée.

« Il faut que j’aille voir ce que c’était. »

La direction d’où pointait le rayon ne laissait aucune place aux doutes quant à son origine.

« Dayspring, je crains fort que nous venions d’assister tous deux au début de ces combats sanglants que vous avez évoqué plus tôt. Je pars sur l’heure pour Sparte afin de découvrir de quoi il s’agissait. Je sais bien que mon devoir est normalement de veiller sur le zodiaque d’or, mais à la différence de mes prédécesseurs, je pense que la sauvegarde du monde est plus importante que la défense d'un lots de maisons vide de leur occupant et surtout vide de leur déesse. »

Sans le moindre doute cette colonne de lumière ne pouvait etre d’origine humaine. Et si son seul souffle avait presque suffit à détruire ma baie vitrée, pourtant située à des centaines de kilomètres de son point d’origine, je n’osais en imaginer la puissance.

*Il ne peut s’agir que d’une attaque, mais qui en est l’auteur ? Et surtout qui était visé ?*

Dans le ciel parcouru à présent de nuages sombres veinés d’éclair écarlates, je vis avec stupeur la lune, pleine et brillante en plein jour comme si nous étions au beau milieu de la nuit.

« Des dieux… »

Oui, seuls ces êtres immortels avaient de tel pouvoirs, et si j’en jugeais par la nature même de ces manifestations, j’avais déjà une petite idée sur l’identité d’un des responsables.

« Je ne peux rien vous imposer Roboute, vous n’êtes pas un chevalier et encore moins un subordonné. Je n’ai donc aucun droit de vous ordonner quoi que ce soit, mais sachez cependant que si vous souhaitez m’accompagner, vous êtes le bienvenue. »

Déchirant alors le voile des dimensions de mon bras, j’ouvris un passage aux travers de l’espace vers la cité du Cosmos, là où j’avais découverts mon destin, là d’où venait cette colonne de lumière.

Arrow Entrée de Sparte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Roboute
R.I.P.
avatar

Messages : 132
Date d'inscription : 25/08/2013

Feuille de personnage
Hp:
150/150  (150/150)
CS:
414/414  (414/414)
Pa:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Re: Prélude à la tempète   Jeu 24 Oct - 16:28

"Une arme ? Voici une comparaison des plus intéressante, mon garçon."

Dit-il avec douceur tout en dressant son bras gauche de toute sa hauteur face à lui: celui-ci reflétait la lueur cosmique émanant de l'oeil doré du vieux chevalier, renvoyant sa lumière dans toute la pièce tout en soulignant davantage le caractère inorganique du bras de Roboute. Couplé a son oeuil cosmique, celui-ci rendait le vieux guerrier des plus inhumain... Mais en rien, le lion d'or et d'orichalque n'avait perdu son humanité. Plus qu'une arme, Athéna avait laissé au sanctuaire une force, un bouclier et par dessus tout, un exemple pour la génération a venir s'amusât Dayspring en caressant la forme qui se détachait de son sac avant de la replonger à l'intérieur d'un mouvement de sa main de chair.

"Une arme n'a pas de conscience, pas de but ni d'existence propre... Or, Athéna, dans sa grande sagesse m'a offert bien plus que ce que vos yeux peuvent percevoir à cet instant. Notre bien-aimée déesse m'a offert un destin et un choix pour mon existence et la vôtre, chevaliers de la justice. Je suis le ..."

Les mots de l'ancien lion disparurent soudainement entre ses lèvres quand une explosion sans précédente raviva ses sens endormies: une puissance titanesque venait d'apparaitre, immature et incontrôlé venait de scarifier les cieux d'une colonne de force sans pareille à l'échelle humaine.

"Pas déjà... Pas maintenant... Pas quand tout est encore à faire..."


Se désola Roboute en devinant facilement la nature de ce qui pouvait être l'origine d'un tel déploiement absurde de force; d'ailleurs, Ozymandias semblait l'avoir compris lui aussi pensât intérieurement le vieux guerrier alors qu'une onde de choc d'une ampleur titanesque se fracassa contre la baie vitrée du temple des Gémeaux: à la vitesse de la pensée, le protecteur de la troisième maison éclipsa les morceaux de verre qui auraient pu abimer le mobilier, protégeant de surcroit le fauteuil que convoitait l'ancien lion.

Affolé et le cœur battant, le comportement de son hôte ne laissait peu de place au doute sur sa connaissance des événements, chose que ses mots confirmèrent par la suite avant qu'il ne propose vieux chevalier qu'était Roboute, de le suivre.

"Avec plaisir je vous aurais répondu de mon temps, cependant je n'ai ni le droit ni la force de vous suivre pour l'instant. Il y a un temps pour tout en cet âge et il n'est pas du mien de vous accompagner à Sparte. Bien que la nostalgie me demande de revoir la terre où les plus grands se sont entrainé, je ne peux que vous accompagner de mes voeux. Je protégerais le sanctuaire en votre absence, valeureux chevalier. Allez à présent, qu'Athéna vous guide."

Finit-il alors qu'Ozymandias entailla les frontières du réel pour s'y glisser en un éclair, laissant seule le vieux lion dans le temple sacré.

"Impétueuse jeunesse... Cela ne me rajeunit pas. Pardon de ne pas t'avoir rejoint, fils. Mais je n'ai pas le droit de partir: il est de mon devoir de rester pour protéger le sanctuaire, ses maisons et, ses chevaliers... N'est-ce pas ?"

Demandât alors Dayspring en levant l'objet qui dépassait de son sac: un casque doré surmonté d'un dragon aux ailes déployées. L'observant avec un soupire, le vieil homme le rangea dans son sac avant d'en sortir une bourse remplie d'écu vieux de plusieurs siècles. Il la laissa tomber sur une table et prit le fauteuil qu'il convoitait depuis son arrivée dans ce temple d'une main avec le sourire, s'il avait su le taux de change avec les reliques du passé qu'il venait de laisser: il aurait su qu'il pouvait s'en acheter un sur mesure, de fauteuil.

Arrow Temple du Scorpion
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Prélude à la tempète   

Revenir en haut Aller en bas
 
Prélude à la tempète
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» prélude de la goutte d'eau
» Prélude en mi mineur op. 28 n ° 4 Chopin
» LE CYCLE DE FONDATION - PRÉLUDE (Tome 1) PRÉLUDE Á FONDATION de Isaac Asimov
» [Tirtiaux, Bernard] Prélude de cristal
» [3500] Tempête du chaos ( Bataille légendaire )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Knights of Hope :: Sanctuaire de la déesse Athéna :: Temple des Gémeaux-
Sauter vers: