Forum RPG dans l'univers de Saint Seiya (Les chevaliers du Zodiaque)
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 On va boire un coup?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aphrodite
Spartiate
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 28/09/2017
Localisation : Toulouse

MessageSujet: On va boire un coup?   Lun 2 Oct - 10:25

Non mais quel bordel de par le monde! Sérieusement, ça partait dans tous les sens, et Aphrodite n'était pas au bout de ses peines. La veille, elle était en plein défilé, encore dans la peau de Myrrha, magnifique mannequin à l'avenir plus que prometteur, et voilà que tout avait été foutu en l'air par Hadès qui avait choisi ce moment là pour ouvrir les portes des Enfers! Non mais vraiment celui-là, dans le genre casseur d'ambiance, il n'était vraiment pas drôle!

Devoir fuir ce défilé en petite tenue, être récupérée par un bus chelou avec un type qui ne paraissait pas plus net, se retrouver ensuite à Spartes, cette cité qui était apparue comme ça du jour au lendemain à cause de dieux qui estimaient utiles de former leurs futures recrues - y compris les dieux eux-mêmes? On marche sur la tête! Depuis quand les dieux ont besoin d'être formés? Non mais vraiment! - puis on lui avait collé une broche dorée sur la poitrine en lui disant en gros de rester dans le coin pour le moment?

Non mais hé? Depuis quand est-ce qu'on lui disait ce qu'elle devait faire?

Bon au moins, elle avait pu prendre une douche et s'habiller un peu plus convenablement... un joli t-shirt imprimé de type débardeur - faut dire que même en automne, il fait une chaleur à crever dans ce fichu pays - qui mettait en avant ses formes, et un petit short en jean' assez court qui dévoilait ses jambes de lait et une paire de chaussures légères de sport - juste parce que bon, même si elle y était habituée, parcourir les milliers d'escaliers qui occupaient cette ville en talons haut, c'était juste chiant.

Bref! Tout ça pour dire que pour le moment, la belle était assez boudeuse et attendait gentiment de savoir d'une part, comment elle allait pouvoir faire payer Hadès d'avoir osé lui collé Adonis sous le nez en mode zombie - sans pour autant chercher à le tuer hein? C'était pas son genre, mais elle voulait quand même sérieusement l'embêter - tout en restant coincée ici? En prime, elle s'était rendu compte que malgré son éveil dans le corps de Myrrha, son cosmos n'était pas encore au top, et elle allait devoir... oh quelle horreur, réapprendre à se battre? Ouais non mais ça c'était pas drôle du tout quoi! Elle n'avait pas envie de taper sur des gros lourdauds couverts de sueur et qui puent!

Bref, pour le moment, elle était restée dans le dortoir, assise sur le rebord de la fenêtre avec une sucette à la bouche à regarder dehors, les autres qui s'entraînaient dans les arènes, ou encore d'autres qui se chamaillaient pour une histoire de fanions. Autant elle s'en fichait, ça ne les concernait pas, il parait que ceux de la maison dorée devaient jouer les arbitres dans ces jeux débiles, mais Aphrodite avait quand même autre chose à faire quoi! Donc bon, elle les regardait juste tout en affichant un air blasé


«Boudiou qu'on s'ennuie ici! Sérieux quoi...»

T'en fais pas Aphrodite, Hadès n'en a pas encore fini avec ses conneries! Bientôt, les morts vont débarquer par là aussi!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dionysos
Spartiate
avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 17/09/2017

MessageSujet: Re: On va boire un coup?   Lun 2 Oct - 13:02

C’était The Walking Dead à Las Vegas ! C’était la panique générale ! Tout le monde criait, hurlait, s’enfuyait, c’était 2012 avant ou après l’heure ! Et, honnêtement, ça ne me plaisait pas trop mais on dira que comme je viens de me ramener et que j’ai encore l’esprit humain qui ne cesse de me prendre la tête, tout ça me passe par-dessus la caboche ! Dans le taxi, c’était le pied : vingt bacchantes entassées sur et ou sous moi, au choix : on était un peu à l’étroit mais c’était marrant. Ce qui l’était mois, c’est que j’avais interdiction totale de boire ne serait-ce qu’une seule goutte d’alcool tant que l’humain ne passerait pas de vie à trépas. En échange, il consentait à la fermer un minimum. J’appris, au bout de quatre secondes, que c’était au-delà de l’impossible.  Il avait décidé de me faire chier à excès parce que j’avais fait foirer sa grande heure. N’empêche Las Vegas… Tonton Hadès, il aurait pu viser toutes les villes des États-Unis mais pas Las Vegas… Et pas Hollywood… Et pas Los Angeles… Pas ces villes où on peut faire la fête à outrance ! Bon, pas grave, je reconstruirais tout ça… À mon image héhéhé…


Bon en tout cas, on passera les détails sur notre arrivée ici à Sparte. Mais, avant de pénétrer en ce lieu, il faut se faire annoncer. Et avec moi, c’est toujours avec excès, folie et une bonne dose de n’importe quoi ! Parce que, comme le disait si bien cet humain dont je ne me souviens plus le nom et peut-être qu’il est en mode zombie, c’est en faisant n’importe quoi qu’on devient n’importe qui ! Et là, dans cet endroit que je savais complètement mort et où on s’emmerdait royalement, il était temps de mettre les petits plats dans le grands.  

« Ramenez-moi toutes les Choupinettes de l’Olympe ! On va mettre le bazar dans ce coin de dépressifs ! »Commandais-je alors que la voix de l’Humain prit le relais.

«  Euh ! T’es sûr de ton coup là ?  Je suis quand même toujours vivant en toi et je tiens toujours à crever avec classe ! » Prévint-il.

«  T’en fais pas mon gars ! Tu vas connaître la folie à l’état pure ! L’excès comme jamais ! Tu vas rencontrer des Dieux de l’Olympe, des héros bien plus balèze que les Avengers, la Justice League ou même les Gardiens de la Galaxie ! » Répliquais-je alors que je me mis à sourire avec mon  petit air du dieu qui préparait un mauvais coup.

«  Je suis toujours dans ta tête, je sais ce que tu penses » Commença l’Humain alors qu’il s’interrompit et qu’il se mit à rire avec sa voix. «  Et punaise que ça me plaît ! » Approuva-t-il.  


L’équation est toujours simple : mettez l’humain le plus dingue du monde en compagnie du dieu le plus taré de l’Olympe et imaginez ce que ça donne. En tout cas, nous nous trouvions maintenant à deux cent mètres de Sparte et personne ne se doutait de ce qui allait arriver jusqu’au moment où je déciderais qu’on viendrait foutre le bordel.  Plus nous avancions, plus les Bacchantes firent leurs apparitions : une véritable armée de prête à envahir Sparte mais non pas pour faire la guerre mais semer une zizanie telle qu’Éris passerait pour une débutante à côté de moi. Et puis…

«  It’s show time ! » Proclamais-je alors que toutes les portes s’ouvrirent  et qu’un déferlement de nanas en mode bombe atomique ou complètement allumées du ciboulot fondirent sur la ville. Le tapis rouge fut déroulé et je fis mon entrée au milieu de la ville telle une super star !


«  Salut la compagnie ! On s’ennuie ? Dionysos débarque dans la place et ça va être la fête totale ! Faites péter la vignasse, sortez les chaises et les tables, allumez les projecteurs, allez mes choupinettes ! Foutez-moi le Bonheur du Bordel taille XXL dans cette ville de dépressif !!!! »  Hurlais-je  alors que j’étendis les bras façon croix, respirant ce moment court mais intense où le grand n’importe quoi prend la place de la triste réalité d’une vie chiante au possible !


Je me retournais et vis mon arme secrète faire son apparition ! On allait voir ce que ma nouvelle Bacchante était capable de faire. Et tandis que le déferlement de la folie furieuse du divertissement à outrance battait son plein, allez savoir pourquoi comment ça se faisait mais on s’en fout car avec Diony, rien n’est impossible, une scène fit son apparition avec Zara au commande d’un ensemble DJ avec des enceintes à faire trembler les murs de la ville. Un petit claquement de doigt et la fête commença. Son, spectacle, lumière et son, c’est la discothèque géante à Sparte, offerte par Dionysos !




Danse en compagnie de ses choupinettes tandis que les Guerriers, qui s’entraînaient, se prenaient au jeu d’une situation qui dégénérait dans le bon sens du terme.  Je m’avançais dans la ville en dansant, prenant dans mes bras les femmes qui n’étaient pas miennes mais je m’en foutais.  Des bars de fortunes étaient installés n’importe où dans la ville tandis que mes Choupinettes-Serveuses faisaient péter l’alcool comme jamais. Et puis, ce fut à cet instant que je ressentis comme une impression un peu reconnaissable. Un claquement de doigt alors que je me dirigeais vers l’endroit alors que je me mis à rire à gorge déployer.

«  Wahou ! Comment tu mets le feu et tu n’es pas encore à cent pour cent » Déclara la voix de l’Humain.

«  Hé ouais ! Mais là, on va voir une très vieille copine ! Je vais te présenter la plus belle femme de l’univers ! »
Rétorquais-je en me frottant la main.


Tandis que l’ambiance était chaude et que tout le monde s’amusait, je me dirigeais vers le lieu où j’avais perçu la Déesse de la Beauté. Ma superbe copine ! Mon ultimate super choupinette qui est un canon atomique à elle tout seul ! Pas besoin de se presser : au contraire, partout où je passe, je sème la joie et la bonne humeur. Adieu monotonie ! Bonjour bonne humeur et pas passagère pour un sou c’est sûr ! Finalement, la porte où je ressentais vaguement son esprit, était là. Je l’ouvris en grand fracas et quand je la vis, je ne pouvais que saliver devant Aphrodite !!


«  Salut Choupinette !  Devines qui est de retour aux affaires ? »  Demandais-je alors que j’entrais dans la chambre où se trouvait Aphrodite tout en faisant quelques mouvements de danses. J’allais me prendre une bouteille d’alcool quand ma main s’arrêta et que la voix de l’Humain sortit de ma propre bouche.


«  Ah non ! Pas question que tu boives de l’alcool ! Retiens-toi  encore une bonne heure ! C’est ce qu’on avait convenu sinon ça va encore être le bordel intégral et je pourrais pas crever avec classe ! » Me sermonna-t-il alors que je cherchais à prendre le verre mais qu’il s’y opposait le connard.

«  Bonjour, je m’appelle DJ Dio ! Je suis à l’intérieur de ce dieu crétin et c’est un véritable plaisir de vous rencontrer Madame Aphrodite ! » Salua l’Humain alors que soudain, le son de ma voix apparut alors que je rigolais tandis que l’enflure me dirigeait de force vers Aphrodite alors que je voulais boire comme un trou.

«  Madame Aphrodite ! Je te jure que si tu m’empêches de boire de la binouze, je pose mes mains sur les seins d’Aphrodite et on va salement morfler toi et moi ! » Avertis-je en saluant Aphrodite, symbolisé par une rapide agitation des mains en un salut amical et avec en prime mon plus beau sourire.

«  Non mais tu vas pas faire ça ! Je suis encore en toi et je tiens à être fidèle à Zara tant que je suis vivant ! Après, tu feras ce que tu veux, je serais mort, je ne pourrais pas t’empêcher de faire toutes les cochonneries qui te passent par la tête. Et puis, si tu n'avais pas bu avant la cérémonie, on n'en serait pas là ! »
Me réprimanda-t-il alors qu’il me força à m’éloigner du bar….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aphrodite
Spartiate
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 28/09/2017
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Re: On va boire un coup?   Lun 2 Oct - 15:21

L'ennui... c'était le mot d'ordre pour cette journée, bien que ça n'allait clairement pas durer. Alors que la belle observait cette vaste cité qui pleurait le sérieux et l'envie de se battre, elle cherchait désespérément autre chose à se mettre sous la dent, même si elle avait repéré quelques beaux mâles, ce n'était pas pour autant qu'elle y voyait grand intérêt! Elle avait bien assez d'Arès dans le genre grand beau brutos sans cervelle!

C'est alors que de la musique commença à se faire attendre dans l'un de ces rythmes assez populaires dans cette génération! Si Aphrodite n'y était pas encore habituée, elle sentait que c'était familier à son hôte et elle eut un léger sourire amusé en se penchant exagérément à la fenêtre pour connaître la source de ce délicieux raffut! Un cosmos familier qui lui fit quand même froncer un peu du nez, mais elle ne le voyait pas de là où elle était! Des filles défilaient dans les ruelles en contre bas, plutôt jolies, mais pas au point que la déesse de l'amour se sente menacée, jusqu'à ce que l'une d'entre elles se pointe et se mettent à faire un concert improvisé sur l'une des places de la ville!

Elle par contre, elle était jolie. Très jolie. TROP jolie, et la belle se vit parée d'une petite ride entre les sourcils devant cette potentielle rivale qui ne lui plaisait clairement pas! Elle était toujours penchée à la fenêtre si bien que lorsqu'un homme s'engouffra dans le dortoir en l'appelant d'un petit nom un chouilla trop familier à son goût, il eut en première vision qu'un belle paire de fesses!

Elle se redressa alors et regarda le nouveau venu de haut en bas, battant des cils en se demandant qui cela pouvait bien être, le temps que son cerveau fasse le lien entre ce physique inconnu et ce cosmos familier!

«D.. Dionysos?» il s'apprêtait à boire lorsque son corps fit un drôle d'écart qui paraissait presque grotesque, et une autre voix s'échappa de ce corps, lui interdisant de boire? Il était devenue Schizophrène avec le temps celui-là? Mais lorsque l'individu se permit de l'appeler Madame, la moutarde lui monta carrément au nez

«Madame? Madame? MADAME?????» elle s'apprêtait à séparer en une demi-seconde l'espace entre elle et cet hurluberlu lorsque l'autre voix se fit entendre, plus familière celle la, et qui menaçait visiblement son autre lui? Non mais hein? La belle rousse s'était alors stoppée dans son élan, assistant à ce spectacle des plus affligeants

«Non mais.. attends... t'as pris possession d'un corps sans réussir à maîtriser l'esprit dedans? T'es vraiment pitoyable Dionysos!!» croisant les bras et tapant du pied, elle s'approcha doucement en commençant à tourner autour des deux Dio - puisque visiblement, l'autre aussi s'appelait comme ça, les dévisageant de haut en bas «M'enfin au moins, je reconnais que tu l'as bien choisi celui-là! Il te met en valeur! Tu dois être le seul dieu qui a besoin d'un hôte plus beau que l'original!» pas comme elle, Myrrha avait beau être d'une grande beauté, elle ne lui arriverait jamais à la cheville!

Elle s'approcha cependant du dieu coincé dans ce corps de mortel et l'attrapa par le col pour plonger son regard dans le sien avec un petit air pas content

«Par contre, appelle moi encore une seule fois Madame, et je me débrouille pour te jeter un sort qui te fera détester l'alcool pour l'éternité!! N'oublie pas que je connais quelques sorcières!» elle le lâcha bien vite, Dionysos était peut être un abruti, mais il n'était pas méchant. Elle lui tourna le dos et retourna vers la fenêtre pour regarder le raffut dehors

«Bon, maintenant que tu es là pour mettre un peu d'ambiance dans cette cité ennuyeuse, qu'est-ce que tu prévois?» elle semblait être une toute autre personne d'un coup! Plus de colère, plus de bouderie, elle affichait ce petit air malicieux de celle qui a mortellement envie de faire des bêtises! Il fallait bien qu'elle prenne ses marques dans ce nouveau monde, et si elle voulait embêter Hadès, il fallait aussi qu'elle trouve comment! Et quoi de mieux pour emmerder le monde que de collaborer avec un emmerdeur professionnel?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dionysos
Spartiate
avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 17/09/2017

MessageSujet: Re: On va boire un coup?   Sam 7 Oct - 9:45

Récapitulons le joyeux bazar où on se trouve et on peut dire que Tonton Hadès est en train de nous la mettre bien profond. Je peux comprendre que ça en énerve quelques-uns mais moi, ça ne me fait ni chaud ni froid.  Quand c’est cassé, on répare ! Et quand on répare, c’est parce que c’est cassé. Mais, au moins, Tonton Hadès fait pas dans la demi-mesure, là, il fout vraiment le bordel… Même si ça manque d’excès dans le délire. Bon, en attendant, alors que c’est encore Walking Dead même à Sparte, je reçus l’aimable message de mes Choupinettes, indiquant que comme ça devient trop chaud, elles se cassent ! Plus de musique, plus de danse, plus de bar, plus rien du tout ! Une fête de gâchée ! Bah, c’est pas la première fois et ça ne sera pas la dernière fois, je m’en moquais un peu. Mais, pas l’humain qui protestait car ça partait en couille dans tous les sens encore une fois. Et, moi qui voulais la paix, je suis encore parti pour me retrouver dans des situations impossibles. Mais, c’est pas grave : c’est rigolo et ça donne du piment à la vie.

Comme Aphrodite qui est en train de m’en faire voir de toutes les couleurs parce que l’autre crétin l’a appelé Madame. Non mais ça fait « vieille » : Aphrodite est certainement bien plus vieille que moi mais elle est aussi bonne que la plus bonne des bonnes. Pris par le col, au moins, elle eut la décence de m’avertir d’un fait que je savais depuis fort longtemps mais que mon hôte ne savait pas. Chez les Humains, quand on dit Madame, c’est être poli et agréable aussi. Bref, je ne cherchais pas plus loin la recherche de la psychologie car j’en eus pas le temps.

Elle pouvait bien se moquer de moi : c’est vrai que j’avais des circonstances pas très atténuantes mais je m’en fichais. En vérité, j’étais un peu gros, je puais la vignasse à des kilomètres à la ronde et j’étais pas aussi beau qu’Adonis. Mais, je m’en foutais car le plus important, c’était l’intérieur et pas l’extérieur. La phrase fétiche des moches, j’avoue…

Et ouais, j’ai un peu abusé, il y a eu un petit dysfonctionnement  un peu trop bizarre. Je suis vraiment super pitoyable mais j’en ai strictement rien à faire.  Elle n’avait pas tort mais elle oubliait Héphaïstos : il était plus laid que moi et il avait vraiment besoin d’un corps bien plus beau que le mien.  Mais ça, je le lui enverrais dans la tronche plus tard.  Comme je le lui enverrais dans la tronche que c’est pas moi qui l’ai appelé Madame mais l’autre timbré et qu’elle pouvait toujours faire appel à ses Sorcières ou quoi que ce soit, s’il y a un truc qu’on ne pourra jamais me retirer, c’est mon côté alcoolique notoire et mon sens de la fête.  Et quand elle me demanda ce que j’avais prévu, devenant ce que j’aime chez elle et abandonnant son côté strict de pucelle à la Athéna ou Artémis, je souris. Il était temps de passer la seconde comme qui dirait. Mas avant ça…


«  Hé Chérie ! Tu permets que je règle un petit truc avant tout ça. Désolé, tu vas avoir le droit à une petite scène de discussion rapide en mode schyzo avec mon partenaire. » Prévins-je en regardant la Déesse la Plus Belle que je connaissais.


«  On y arrive enfin hein ? Tu oublies quand même que je suis en toi et que tout ce que tu sais, je le sais. Tout ce que tu projettes de faire, je le sais. »
Déclara la voix de l’Humain qui était en moi.


«  Ouais ! Ouais ! Ouais ! Tu as connu ta dernière éclate malgré ce beau bordel ? » Demandais-je avec ma voix.


« Sans rancune aucune ! J’aurais pu tomber sur bien pire mais c’était cool ! » Répondit la voix de l’Humain, qui semblait plus que satisfait.


«  À la bonne heure ! Moi aussi, je me suis bien amusé finalement ! C’était court mais c’était drôle ! » Approuvais-je en éclatant de rire.


«  T’es vraiment un vicelard de première toi  mais si, nous les Humains, on avait connu des dieux comme toi, bah c’est sûr qu’on vous aurait plus apprécié et qu’on aurait eu moins peur. » Poursuivit la Voix de l’Humain.


«  Merci du compliment. Tu es donc prêt ? » Demandais-je avec une pointe de regret.


«  Ouais ! C’est bon !!  Salut la Déesse de la Beauté ! Salut le Dieu des Dégénérés ! » Répondit la voix de l’Humain alors qu’un silence s’instaura pendant de longues minutes.


En tout cas, lorsque je refis face à Aphrodite, l’Humain n’était plus là : il avait disparu et la première phase de mon plan était en marche. Je pris une bouteille de vin, je dégoupillais le bouchon et je la bus cul sec en soupirant d’aise. Il n’y a pas à dire, c’est de la bonne ! J’en pris une autre que je lançais en direction d’Aphrodite et je m’en pris une autre pour moi et je me postais à côté d’elle en regardant le bazar en bas.  


«  J’ai un peu menti. J’ai fait croire que ça avait un peu foiré mais je voulais offrir une dernière opportunité à cet humain de connaître un dernier truc délirant dans sa vie avant de disparaître pour de bon. Hélas, Tonton Hadès a encore une fois foutu le bordel. Tu veux vraiment savoir ce que j’ai prévu ma petite femme adorée ? »
Demandais-je alors que je lui avais révélé mon mensonge.


« Premièrement, je vais profiter que tu sois là pour me bourrer la gueule et observer les autres se foutre sur la tronche avec la plus belle femme du monde et la plus canon des déesses de l’univers et de la terre entière ! Et puis ensuite, je vais aller récupérer mon véritable corps en Olympe. Mon autre véritable corps, pas celui que vous avez tous connus. Et enfin, en un mot comme en cent, vu que je n’ai pas récupéré tous mes pouvoirs, je ne vais rien faire de plus… À part chercher à te tripoter les seins tout en m’en prenant pleins la tronche ! » Enumérais-je en me tournant vers Aphrodite et en lui adressant un large sourire d’excessif débile… Avec une pointe de complicité….  


« Après tout, on a couché ensemble hein ? On a même eu un gosse ! Elle est pas belle la vie ! Allez viens ma Chérie ! Regardons ce spectacle ! Observons-les et, dans un délire excessif de folie, imaginons ce que nous pourrions accomplir comme idée grandiose une fois que nous serons prêt… » Poursuivis-je alors que je balançais un canapé devant la fenêtre et que j’invitais à Aphrodite à s’asseoir à mes côtés.


Oh le beau bordel que j’avais en tête… Le bazar que j’allais mettre… L’Olympe ne serait plus jamais le même : ni les dieux, ni les déesses, ni les Titans, ni les Humains. Et, dans un coin plus sombre de mon esprit, j’imaginais un petit plan spécial pour Héra. Elle allait prendre chère, très chère ! Mais en attendant, je commençais mon petit jeu des mains baladeuses en directions des seins d’Aphrodite ! Qui allait gagner ce petit jeu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aphrodite
Spartiate
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 28/09/2017
Localisation : Toulouse

MessageSujet: Re: On va boire un coup?   Lun 9 Oct - 18:34

Sérieusement, ce dieu était vraiment le pire de tous! Heureusement qu'il était marrant parce que sinon, il servirait vraiment à rien ce bougre!

Soupirant doucement, les bras croisés et tapotant du pied avec agacement alors que dehors, le bordel ne faisait que croître, la jeune déesse le regardait se parler à lui-même en comprenant petit à petit son petit jeu! Ah, c'était bien son genre ça! Passer pour un con et faire croire au monde entier qu'il a pas fait exprès alors que tout était calculé! C'était ce petit truc qui lui avait plu à l'époque de la mythologie, cette époque lointaine, TRÈS lointaine où elle avait seulement envie de sortir avec un peu n'importe qui juste pour faire chier les autres dieux. Sérieux quoi, on l'avait mariée de force  à Héphaistos qui était loin d'être le plus beau des dieux, fallait pas s'attendre à ce qu'elle se tienne tranquille hein?

Affichant ce petit sourire en coin, elle lui fit un clin d'œil alors qu'il lui expliquait ce qu'il n'avait pas trop besoin de faire, et elle lui demanda surtout ce qu'il comptait faire à présent! Car à quoi ça sert d'avoir le dieu de la fête sur place si c'est pour rester à ne rien faire hein? Mais elle ne savait pas si son programme lui plaisait vraiment

«Non mais hé! Qui te dit que j'ai envie de servir de morceau de viande! Et puis sérieux, tu crois vraiment qu'avec le bordel qu'il se passe dehors, les mecs vont s'entretuer pour moi?» bon, elle ne disait pas qu'il devait bien y en avoir un ou deux qui allaient vouloir lui sauter dessus, c'était inévitable! Elle était si belle et si parfaite hein? En tout cas, lorsque Dyonisos l'invita à s'asseoir sur le canapé pour la tripoter, elle pouffa de rire avant de boire une gorgée de vin

«Et en quoi toi, tu aurais droit à ce privilège hein? On a peut-être eu un gosse ensembles, mais ne va pas t'imaginer des trucs! Va falloir le mériter mon cher, et davantage qu'avec ta vignasse! Et c'est quoi cette histoire d'autre corps? T'en as combien?» là par contre elle s'avança et s'assit à côté de lui, dehors ils entendaient les quelques cris des soldats de Sparte qui essayaient de repousser la horde de morts vivants. Elle s'avança très près au point de frotter le bout de son nez contre le sien avec un air taquin «alleeeeez! Dis moi c'est quoi cette histoire d'autre corps et je te laisse me tripoter un peu sans risquer une baffe en représailles!» attention hein? Une seule fois!

Malheureusement, ce ne serait pas pour tout de suite car des apprentis débarquèrent dans le dortoir et les trouvèrent donc là limite à se bécoter, la jeune femme se tourna vers eux, se demandant bien ce qu'ils voulaient!

«Mais qu'est-ce que vous foutez là??? Vous voyez pas qu'on a besoin de toute l'aide possible dehors?»
«Et puis quoi encore?? Vous croyez quand même pas que je vais m'amuser à taper sur des zombies répugnants!»
elle se leva alors d'un bond, laissant négligemment une de ses bretelles tomber sur son épaule, avant de s'avancer d'une démarche chaloupée vers les deux pauvres apprentis qui passaient déjà par de nombreuses couleurs... le rouge de la gêne ou du désir, le blanc, un poil de vert peut-être face à son regard de braise, puis elle commença à leur tourner autour avec volupté et ce sourire dévastateur qui faisait fondre même le plus dur des cœurs de glace

«Regardez-moi... vous voulez vraiment que je me jette à corps perdu dans cette horde affamée? Qu'ils s'en prennent à moi? Déchiquettent mon corps de leurs dents nécrosées?» sa voix était douce, presque éteinte, comme si elle avait vraiment peur. Elle avait d'ailleurs ramené ses bras autour de ses épaules en un geste défensif, affichant cette petite mine de fille fragile et apeurée avant de leur faire face à nouveau «je.. je ne suis pas prête pour tout ça... mais si vous insistez...»
«N.. non non!!! Surtout pas!! Restez ici mademoiselle, on va rester devant la porte et empêcher quiconque d'approcher et de vous faire du mal!»


Elle leva alors ses deux mains devant elle, feignant un espoir sans nom de ses yeux brillants de fausse reconnaissance
«Vous... vous feriez ça?»
«Oui bien sûr! Restez ici en sécurité!! Par contre, toi là bas! Ramène toi! T'as pas d'excuse pour pas te battre!»
dit-il à l'attention de Dyonisos! Aphrodite se tourna alors vers le dieu des ivrognes, tournant ainsi le dos aux deux apprentis pour ainsi lui tirer la langue en un clin d'œil malicieux qui disait clairement "tu te débrouilles!!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dionysos
Spartiate
avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 17/09/2017

MessageSujet: Re: On va boire un coup?   Dim 15 Oct - 10:56

«  Mais depuis quand considère-t-on Aphrodite comme étant un simple morceau de chair ! Mais bien entendu que les mecs vont se faire harakiri pour toi ! T’as juste qu’à faire ta petite ingénue sans défense en mettant bien en avant tes charmes pas trop discrets et pour sûr que tu feras tout ce que tu veux des humains. »   Assurais-je en levant un pouce et en lui offrant un large sourire lors que je m’avalais cul sec une autre bouteille de vignasse avant de la jeter dehors tout en regardant en bas qui se la prendrait dans la tronche.

Je riais de bon cœur avec elle lorsque je m’aperçus que ma bouteille avait tapé sur la tête à une célébrité. On aurait dit Michael Jackson ou Prince : de toute façon, ils se ressemblent vraiment l’un et l’autre. Bien sûr, elle me servit son laïus des femmes rebelles et libérées dans le style qu’il faut la mériter. Mais je suis Dionysos : j’ai le droit à tous les privilèges du monde car je ne les obtiens pas en claquant des doigts mais en les provoquant. À ma manière bien sûr ! Mais quand je la titillais sur mon nouveau corps, je la sentis bien excité de curiosité au point qu’elle m’autorisait à faire pam pam avec ses seins.  Tâter de la poitrine d’Aphrodite, ça vaut bien tout l’or du monde et tout l’ambroisie des dieux. D’ailleurs, comme moi elle regardait les Spartiates se battre vaillamment contre les Zombies. Mettons un peu de folie dans cette tragédie.

«  T as vu ma chérie ? J’ai balancé ma bouteille de vignasse dans la tronche à Michael Jackson ! Lui qui s’est fait connaître en tant que Zombie Danseur, maintenant, il gère le move à la perfection ! » Déclarais-je en rigolant. Puis…


«  Oh la vache ! Mais c’est pas ton ex là bas ? Adonis ? Mazette ! Il est à côté de mon ex à moi aussi : Ariane ! Faudra que je lui demande  qu’elle me passe un coup de fil de temps en temps quand cette histoire se terminera. »
 Ajoutais-je en cherchant à attraper une autre bouteille d’alcool.

«  Tu peux m’en filer une Choupinette s’il te plaît ? Oh la la la ! Attention ! Attention ! Trois spartiates sont en train de se faire bouffer par Katy Perry, Jacques Chirac et Harry Potter ! Hey !!! Ma Puce !! Regarde là-bas ! Il y a des spartiates qui sont en train de faire tomber des zombies du sixième étage d’un bâtiment. Oh punaise ! Ils tombent ! Oh la vache ! Mouhahahahahahaha !!! Ils sont tombés, le cul premier, sur la tête d’autres zombies ! Tu en as qui se sont même empalés sur la tête de ceux en bas ! » Commentais-je en rigolant comme un dégénéré alors qu’Aphrodite finit par me passer a bouteille tant espérée et que je commençais à la siroter tranquillement avant de me tourner vers elle, les larmes à l’œil à force d’avoir trop rigolé. Puis, une fois que le fou rire passa…


«  Tu veux savoir pour mon autre corps ? Bah, en fait, comme il est vraiment classe, je le gardais pour le sortir pour le moment où je viendrais vraiment foutre le bordel dans ce monde.  Il est assez beau pour que même toi, tu tombes raides dingues ! J’aurais besoin d’ailleurs d’un petit coup de main et tu me seras très utile le moment venue ma chérie ! » Avouais-je en la regardant dans les yeux, toujours avec ce côté farceur mais cachant quelque chose de peut-être un peu plus inquiétant qu’il n’y paraissait.


Nous étions si proche. Je pouvais l’embrasser. Nous pourrions même redevenir ce petit couple sympathique bien que son temps d’existence était des plus faméliques. Une petite nuit, un gosse et tchao bye bye après. En un sens, ça ne m’avait pas dérangé : me taper la Déesse de la Beauté pour une nuit, et encore c’était elle qui l’avait désiré, avait été un pied extraordinaire : elle avait sombré dans le pétage de câble et ce n’était pas moi qui aurait refusé chevaleresquement cette situation. Et, comme avant, cette situation s’était finie… Même si maintenant, elle n’avait même pas commencé lorsque des cons finis vinrent nous déranger pour leurs traditionnels «  hey es Glandus, y a de la castagne, venez taper avec nous ! » Et bien sûr, Aphrodite nous fait sa spéciale dans le style du « Je suis une pauvre femme sans défense, je vais me casser un ongle, je vais déchirer ma robe, on va lacérer mon visage donc faut me laisser tranquille  hein mes choupinous ? » Purée ! Elle est balèze dans l’esquive celle-là ! Et en plus, elle se fout de ma tronche ! je lui jetais un autre regard complice amusée alors que je lui envoyais un doigt d’honneur mais bien dissimulée pour que les deux crétins ne voient rien et ne se doutent de rien. Mais, moi, je ne ferais pas dans le subtil, je ferais dans le bourrin délirant. Tout en excès et dans le what the fuck à a sauce olympienne. Et quand l’autre m’ordonna de venir, il disait que je n’avais pas d’excuse pour me battre ? Bah, il n’avait pas tort mais je n’avais pas envie en fait Donc…

« Je m’appelle Dionysos ! Elle, c’est Aphrodite ! Je veux bien me battre avec vous mais d’abord, j’ai des choses à faire. » Annonçais-je alors que je me dirigeais vers les deux hommes avec mon regard qu’Aphrodite connaissait si bien : ce petit quelque chose de bien singulier en moi qui faisait que j’allais faire n’importe quoi et rendre ce monde dingue.

«  J’ai besoin de boire comme un pochtron pour retrouver toutes mes forces et toute ma super puissance divine dévastatrice. Donc, je me bourrine la gueule à la vignasse vu qu’il n’y a rien d’autres. Ensuite, Aphrodite et moi allions desceller une puissance inimaginable pour libérer Sparte en joignant nos deux corps dans un élan d’ébats interdits et immoraux mais vous nous en avez empêché »   Accusais-je en pointant un doigt vers eux.  Bien entendu, c’était faux et c’était non seulement pour me porter pâle et me foutre de leur gueule. Dans ma voix, l’intonation était ultra convaincante. Mais Aphrodite pouvait se douter que je délirais. Mais, ce n’était pas fini : tant qu’à y aller à fond dans le délire, autant ne se donner aucune limite !


« Humains ! Le Destin de Sparte est entre vos mains : Aphrodite et Dionysos consentiront à se battre au côté des Spartiates et libéreront le monde de la menace des Seigneur des Enfers à la condition qu’Athéna et Artémis viennent en ce lieu et acceptent d’embrasser le popotin du Dieu des Excès. » Poursuivis-je d’une voix cérémonial alors que je poussais les deux humains vers la sortie de la chambre.

« Allez ! Bon courage ! Faites attention : ne vous faites pas tuer, ce serait un peu ennuyant pour vous ! » Leur recommandais-je alors que je continuais à les pousser vers le couloir et que je refermais la porte.


«  Jamais Artémis et Athéna voudront embrasser mes fesses ! On est tranquille ma chérie ! En fait, on en était où avant qu’on soit interrompu ? »
Demandais-je alors que je me rapprochais d’Aphrodite en souriant façon beau gosse mais c’était plutôt en mode bon super copain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
On va boire un coup?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» invitation a boire un coup
» Moi je, etc ... et autres bd de filles
» Viens boire un petit coup ...
» [ROCKY] Meilleur alignement des meules à coup de Teflon
» [Coup de gueule] - Ortographe, informatique, lettrage...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Knights of Hope :: Sparte la Sacrée :: Dortoirs :: Maison de Zeus-
Sauter vers: