Forum RPG dans l'univers de Saint Seiya (Les chevaliers du Zodiaque)
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un entretien important [Sivir / Brunissen / Raziel-Minos]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sivir
Juge suppléant des Enfers et Spectre du Balrog
avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 26/08/2017

Feuille de personnage
Hp:
125/125  (125/125)
CS:
350/350  (350/350)
Pa:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Un entretien important [Sivir / Brunissen / Raziel-Minos]   Mar 26 Sep - 16:36

Brunissen et Sivir ont fait un petit tour vers les arènes
============================
J'étais partie de cette bibliothèque en étant simple procureur, à la recherche de qui j'étais ou encore qui j'allais être, et ma simple rencontre avec cette belle blonde avait changé ma vie en quelques minutes à peine. De simples discussions qui nous liaient à chaque seconde, comme si nous avions un passé commun, un passé douloureux par contre, je n'arrivais pas à m'en souvenir alors que bon nombre des événements de mes vies antérieures me revenaient peu à peu. Des bribes de mes vies, de mes actes, des guerres saintes contre ces chevaliers d'Athéna qui ne comprenaient pas l'importance du rôle de notre Empereur, qui se fourvoyaient dans une utopie de paix qui ne pouvait exister avec les hommes d'aujourd'hui - et d'avant.

Mais concernant Brunissen et moi, il y avait comme quelque chose de bizarre. Notre rencontre passée ma paraissait presque... douloureuse. Nous avions vécu quelque chose, je me suis vue l'extirper des Enfers, de ce lac de sang dans lequel nous envoyons normalement les êtres qui ont agi par pure violence tout au long de leur vie... tiens? Je m'en souviens aussi de ça, chaque prison semble se dessiner dans ma mémoire, son rôle aussi et quelques bribes de jugements rendus, mais concernant Brunissen, je n'arrivais pas à me souvenir si j'étais celle qui l'avait envoyée dans cet Enfer, et pourquoi? Si elle était l'une des nôtres, pourquoi l'y avoir envoyée? Et pire encore, pourquoi l'en avoir sortie? On ne devait pas extirper une âme qui avait été jugée et condamnée! En tant que Spectre du Balrog, je le savais et pourtant...

Pourtant, je n'étais pas le Balrog à cette époque. Je ne portais pas le même surplis, je le savais car je m'étais vue clairement avoir des sortes de lianes dans le dos et une énorme fleur, comme le surplis de l'Alraune... pouvais-je être née sous deux étoiles? Seul Raziel pourrait avoir la réponse.

Quant à Brunissen, son rôle au sein de notre armée semblait toujours avoir été obscur, peut-être n'avait-elle pas toujours fait partie des nôtres, une âme égarée qui avait finalement trouvé sa voie, mais qui avait encore du mal à se retrouver... peut-être n'avait-elle pas pu se trouver à l'époque, là aussi, peut-être que Raziel pourrait répondre, mais j'avais le sentiment que c'était bien plus dur pour la jeune blonde qu'elle ne voulait le dire, mais par pudeur et par respect, je n'insistais pas.

Après un bref passage aux dortoirs pour que je puisse prendre une douche - je n'étais clairement pas présentable pour rencontrer le Préfet - j'avais enfilé une autre chemise, rouge foncé cette fois et j'avais remis mon jean' qui n'avait pas été taché pendant notre escapade aux arènes... mes cheveux attachés en une longue natte, je regardais Brunissen dans l'espoir d'être présentable


«Tu en penses quoi?» une fois de plus, je réalisais combien il m'était facile de la tutoyer. Plus je la regardais et plus j'avais ce sentiment grandissant d'un lien entre nous, ça me faisait.. bizarre, mais ça faisait du bien aussi. Bien que je sentais qu'elle n'était pas la seule, qu'il y avait d'autres liens, normal maintenant que mes anciennes vies se révélaient peu à peu, j'avais forcément noué certaines relations avec d'autres spectres par le passé! «je suis présentable pour rencontrer le Préfet?»

C'était la première fois que j'allais le rencontrer, alors forcément, j'étais nerveuse. J'avais l'impression d'être dans ma salle d'audience et que j'allais faire ma première plaidoirie! Non et encore, je m'en souviens, j'étais même pas aussi nerveuse... normalement, la salle où se trouve le Préfet doit être au centre des dortoirs, même sans jamais y être allée, je savais à peu près où me rendre, aussi on se mettait en route.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brunissen
Spectre de l'Irbis
avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 25/08/2017

Feuille de personnage
Hp:
125/125  (125/125)
CS:
350/350  (350/350)
Pa:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Un entretien important [Sivir / Brunissen / Raziel-Minos]   Mer 4 Oct - 21:59

Arrow  J'ai guidé Sivir depuis les arènes jusqu'ici.

Sans un mot, Brunissen avait escorté Sivir jusqu’à la Maison Noire. Songeuse, la blonde jeune femme ne pouvait que se sentir étrangement attirée vers ce sentier qu’elle n’avait eu de cesse d’éviter. Une nouveauté qui valait plus que la peine que l’on s’y attarde. Peut-être était-ce là le signe que son attente ou plus exactement son hésitation touchait enfin à sa fin. Qu’aux côtés de la brune spartiate, elle trouverait enfin la force de s’aventurer en cette terre inconnue.

* Serait-elle la solution ? Celle capable de me guider vers mon véritable moi ? *

Une pensée, une intuition qui finirait bien par se voir infirmer ou confirmer. De toute manière, il était plus que temps que tout cela finisse ou s’éclaircisse. En son for intérieur, la blonde nordique sentait bien que son passage se ferait dans la douleur et, surtout, qu’elle ne pouvait l’accomplir seule. C’était un peu comme si, au terme d’une vie précédente, quelqu’un avait emporté avec lui une part du sésame qui lui permettait d’accéder à son Etoile. Et que cette personne, cette âme ne fut autre que la brune Sivir était une idée plus que séduisante. De suite, cela avait collé entre elles. Un peu comme deux amies, deux sœurs qui se retrouvaient après une longue très longue séparation. De quoi encourager la belle à franchir enfin le pas.

Après tout, elle était plus que prête. Eveillée au cosmos depuis de longues saisons, sa maîtrise de la glace et du combat étaient de taille à rivaliser avec les célèbres chevaliers des glaces. Sans qu’elle en fût un. Aux dires d’Hazama, cela ne faisait pas le moindre doute. Jamais, elle ne ferait partie des saints de la Sagesse. Son destin, bien que particulièrement excentrique, était de servir le seigneur de l’Outre-Monde. Une perspective qu’elle avait eu largement eu le temps d’accepter.

* Accepter… *

Et en cela résidait la différence entre elle et les autres aspirants spectres. C’était avec une sorte de résignation qu’elle s’était faite à l’idée de servir un dieu tel que Hadès. Chose qui l’avait plus que perturbée mais qui pouvait être tout à fait normale. Après tout, jusqu’ici, nombreux avaient été les incarnations d’Etoiles à totalement ignorer leurs véritables destins et ce jusqu’à ce que la mort ne les appelle. En son cas, elle aurait juste été mise au courant trop vite. Ce qui n’avait de cesse de la perturber.

Était-ce la vérité ou non ? Elle ne savait. Elle pouvait parfaitement se fourvoyer mais au moins, elle essayait.

Aussi, lorsque Sivir sortit de la douche, juste après elle, ce fut la mine perplexe que Brunissen la rejoignit avant de répondre à sa question.

" Oui, c’est parfait. "

Elle-même s’était changée, délaissant sa tenue d’entraînement pour une longue robe bleue nouée à la taille. Quant à sa chevelure, elle l’avait relevée en chignon, offrant une apparence à la fois élégante et sobre. De quoi se présenter elle aussi au cas où.

" Si tu es prête. Nous pouvons nous mettre en route. "

Une demande qui n’attendait pas vraiment de réponse. Sivir ne pouvait qu’être prête au vu de la force qui la poussait à aller à la rencontre du Préfet de Sparte. Aurait-il réellement toutes les réponses ? Brunissen ne le savait exactement. Cela dépendait surtout de son éveil propre en tant que spectre et de son accès aux informations concernant le passif de l’armée des spectres. A quelle étape se trouvait-il en son propre cheminent vers l’éveil final ? La blonde nordique ne le savait aucunement mais elle sentait bien qu’il était destiné à devenir une étoile des plus puissantes, voire l’un des trois magnats, et saurait trouver les mots pour satisfaire ou non la curiosité de Sivir. Tout allait dépendre de ce que leur dieu avait déjà bien voulu lui confier.

Quelle que fut la conclusion de cet entretien, il devait avoir lieu. Au plus profond de son âme, Brunissen sentait qu’il devait avoir lieu. Aussi, ce fut sans la moindre hésitation qu’elle mena Sivir jusqu’au bureau de Raziel avant de sonner à l’interphone et d’annoncer la visite des deux jeunes aspirantes en ces quelques mots.

" Préfet Raziel ? "

Et attendant la confirmation de la présence de celui-ci, elle enchaîna.

" C’est l’aspirante Brunissen qui vous présente ses respects. J’ai à mes côtés Sivir, une nouvelle venue de la Maison Noire, qui demande à vous rencontrer. "

Et sur ces derniers mots, elle se tut, attendant respectueusement la réponse du futur spectre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minos
Juge des Enfers et Spectre du Griffon
avatar

Messages : 90
Date d'inscription : 04/08/2013
Localisation : Sombre empire

Feuille de personnage
Hp:
185/185  (185/185)
CS:
360/360  (360/360)
Pa:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Un entretien important [Sivir / Brunissen / Raziel-Minos]   Ven 6 Oct - 12:47

Une journée ordinaire dans mon quotidien de préfet. Les demandes des aspirants à combler, les plaintes des autres maisons à examiner, les directives du haut-commandeur à exécuter.

Sur mon bureau, depuis ce matin, une foule de dossier étaient déjà arrivée, et je savais que leur nombre, bien qu’allant en diminuant au fil des heures, ne se tarirait pas avec le temps.

Demain, le manège recommencerait sa ronde, et de nouveaux dossiers viendraient alors prendre leur place. Tel était le fardeau de ceux qui comme moi par le passé avaient porté la broche noire de préfet. Et mon rôle n’était pas différent. A vrai dire, le rôle de tous les préfets n’était pas différent. Cypris, au loin, dans les profondeurs de la maison blanche, devait en ce moment même s’atteler aux mêmes travaux, quant à la maison dorée…

Je l’avais toujours connu sans préfet, ou plutôt, avec un préfet bien trop distant pour se mêler aux autres Spartiates. On le disait reclus dans les plus hauts sommets de la tour de l’Olympe, et ne quittant jamais ses quartiers. En cela, il était parfaitement dans son rôle, si son rôle était de singer le comportement du maître des nuées… Arrogant pompeux.

Reposant alors le planning des prochaines sessions d'entraînements communs avec la maison dorée, je m’accordais quelques secondes de repos en me massant les paupières.

Certes, le cosmos était une arme à la puissance démentielle, mais elle n’était d’aucune utilité pour ce genre de tache. Aussi, tout génie que je fus nommé par mes confrères et mes ennemis, je n’étais ici qu’un simple humain parfois presque dépassé par l’ampleur de sa tâche.

J’espérai alors sincèrement que ma demande d’ajout d’un siège de secrétaire général au sein de la préfecture de la maison noire aboutirait, quoi que lors de notre dernière entrevue, le haut commandeur Hazama eut l’air plutôt d’accord avec ma proposition, on ne savait jamais ce qu’il pensait vraiment. Cet homme avait le don d’être indéchiffrable, même pour les yeux surnaturels que je possédais. Des yeux capables de lire jusqu’aux cœur et à l’âme de ceux qu’ils croisaient, et d’en tirer la synthèse de leur existence.

Une vision globale, cohérente. Un récit complet de leur vie passée, un récit qu’un simple contact et un regard suffisaient à produire.

Le don de lecture. Voilà le nom que les archives de la maison noire donnaient à ce pouvoir des plus singuliers. Un don rarissime, que même au travers des âges, fort peu d’êtres pouvaient se targuer d’avoir même entrevue. Alors le simple fait de le posséder… Cela ne laissait que fort peu de place au doute concernant mon avenir.

Un secret bien gardé. Même si tous se doutais bien de mon avenir parmi l’élite de l’armée infernale, nul ne savait encore quelle serait ma place, j’y avais veillé. Mon don de lecture était encore un secret, et je tenais à ce qu’il le reste, car il était une force qui à la lumière, perdrait tout pouvoir.

Reprenant alors mes rapprochements entre les souhaits de la maison dorée et les possibilités des pensionnaires de la maison noire, je fus cependant interrompu par la sonnerie de ma ligne interne.

« Hum ? »

Sans doute encore des apprentis qui voulaient me demander des conseils pour la chasse au fanion, ou pour le maniement du cosmos…

« Qui y a-t-il ? »

Et la voix fluette et posée de ma standardiste me confirma mes soupçons. Brunissen et Sivir ?

Deux femmes, deux apprenties ayant déjà attirée mon attention, chacune pour des raisons particulières.

« Faites-les entrer. »

Et refermant le dossier qui attendrait bien la fin de cette entrevue fort bien tombée, j’attendis donc que les portes de mon bureau s’ouvrent sur ces deux futurs spectres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sivir
Juge suppléant des Enfers et Spectre du Balrog
avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 26/08/2017

Feuille de personnage
Hp:
125/125  (125/125)
CS:
350/350  (350/350)
Pa:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Un entretien important [Sivir / Brunissen / Raziel-Minos]   Ven 6 Oct - 15:11

La vache, quand je regardais Brunissen, elle avait presque l'air super chic à côté de moi! J'en étais à me demander si je ne devais pas me changer, mais elle semblait estimer que ma tenue était plus que correcte. Bon, j'espérais. J'avais une certaine boule au ventre à l'idée de rencontrer le Préfet, mais bon, ce n'était pas comme si c'était quelque chose que je devais fuir hein? Au contraire, il était probablement temps d'affronter ma nouvelle vie.

Nous remontions le couloir afin de gagner les quartiers du Préfet, Brunissen connaissait bien l'endroit, alors je la laissais prendre les directives. On nous annonçait, le temps semblait interminable et je me sentais assez fébrile, mais ce n'était pas tant de la peur, plutôt une forme d'excitation indescriptible, comme si toute ma vie allait se jouer dans les minutes qui allaient suivre.

On nous intimait d'entrer - enfin - je me tournais vers Sivir en lui souriant, j'avais eu une envie subite de lui prendre la main, mais j'avais senti que ça serait indécent, aussi je m'avançais simplement jusqu'à ce que l'on nous fasse entrer, et je compris au premier regard ce que Brunissen m'avait dit concernant le potentiel du Préfet.

Raziel, son aura était presque écrasante, bien que rien dans son regard ou son attitude ne semblaient menaçants. Il était de ces hommes au charisme indéniable, pas forcément beau, mais qui dégageait ce quelque chose que l'on se devait de respecter, qu'on le veuille ou non. Je m'inclinais respectueusement, une main sur le ventre, c'était comme si je venais de rencontrer l'une des personnes les plus importantes de ce monde et pourtant, il n'était que Préfet... pour l'instant.


«Je vous prie de nous excuser pour le dérangement, Préfet Raziel... nous aurions besoin de quelques uns de vos conseils avisés suite à certaines révélations.» malgré l'aura qu'il dégageait, j'avais un sentiment de confiance, celui de pouvoir parler librement, mais je savais aussi que je me devais d'être brève, il n'avait probablement pas beaucoup de temps à nous accorder.

«Il semblerait que j'ai eu, il y a quelques minutes, certaines révélations concernant l'étoile sous laquelle je serais née... j'ai des images, des visions, des souvenirs de plus en plus précis de mes vies passées, peu importe sous quelle apparence, peu importe l'époque... cependant, l'un des souvenirs ne concorde pas avec les autres, il semblerait qu'à une autre époque, j'ai pu porter un autre surplis?»

Je supposais que cet état de fait allait l'intéresser? D'après Brunissen, ce n'était pas vraiment habituel?
«Bon nombre de mes souvenirs m'ont placée sous l'étoile du Talent, les écrits que j'ai pu lire, les crimes que j'ai pu juger lorsque le Seigneur Minos s'absentait du Tribunal» j'eus un léger picotement à la nuque lorsque je mentionnais ce nom, mais j'essayais de chasser cette sensation, ce n'était pas le moment «pourtant, je me suis vue à une époque lointaine, quelques siècles surement, portant le surplis de l'Alraune... même si j'ai le sentiment que quelque chose clochait, je n'ai pas encore repris totalement mes souvenirs pour comprendre. Mais peut-être que vous avez une trace quelque part? Une trace d'une époque où j'aurais pu porter deux surplis?» jeune mortelle manipulée par Queen, pour sûr que ça n'avait pas du arriver souvent... mais de là à être retranscrit quelque part? je me tournais vers Brunissen pour voir si elle souhaitait en profiter pour en apprendre plus sur son étoile cachée aussi, autant faire d'une pierre deux coups.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brunissen
Spectre de l'Irbis
avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 25/08/2017

Feuille de personnage
Hp:
125/125  (125/125)
CS:
350/350  (350/350)
Pa:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Un entretien important [Sivir / Brunissen / Raziel-Minos]   Jeu 12 Oct - 17:46

Quelques instants à peine et les deux jeunes femmes furent introduites auprès de Raziel. Une bien étonnante répétition pour Brunissen quoique la présence de Sivir semblait faire pencher la balance en une toute autre direction que lors de leur précédente rencontre. Pourtant, à la vision du charismatique préfet installé à son bureau, elle ressentit de nouveau ce terrible choc lui traverser le corps. C'était comme une onde la transperçait tout du long alors qu'un effroyable frisson lui parcourait l’échine, de la base du crâne jusqu’au bas des reins. C’était si surprenant qu’elle ne put dissimuler le soudain tremblement qui la prit. A croire que ses réticences à recouvrer sa mémoire trouvait bien leur origine en un lointain passé et étaient autant liées à Raziel qu’à la brune aspirante. Quelque chose que son âme ne souhaitait pas revivre mais qu'elle devrait bien se résoudre à affronter. Elle n'avait guère d'autre choix, il lui faudrait bien en passer là. Enfin le moment n'était pas encore arrivé, c'était surtout de Sivir qu'il s'agissait...

Espérant que son trouble ait pu échapper au préfet de la Maison Noire, la blonde nordique s’empressa de se recomposer un masque d’apparente impassibilité. Il fallait qu'elle se montre à la hauteur de son futur surplis et ce devant tous et toutes.

Par chance, la voix de sa compagne et future sœur d’armes s’éleva dans le calme pesant du vaste bureau. Tout en l’attitude de Sivir montrait une retenue et une application certaine. C’était quelqu’un de réfléchi, d’avisé, rien de commun avec la fougue nerveuse dont pouvait parfois faire preuve la blonde aspirante. Un peu comme si un fauve sommeillait en elle, un fauve lié à la glace et dont la rage pouvait éclater sans crier gare.

Enfin, ce ne serait pas pour cette fois, hormis l'effet qu'elle ne pouvait maîtriser à sa seule vue, Brunissen s’était plus que préparée à cette rencontre qu’elle savait inévitable, la date en ayant toujours été la plus grande inconnue. Et maintenant, elle se retrouvait enfin face à lui, prête à lui poser la question. Celle qu’elle n’avait eu de cesse de repousser. C’était si singulier comme situation : un spectre qui ressentait comme une répugnance, non pis que cela, une terreur à s’éveiller. C’était si extraordinaire qu’il lui avait fallu rencontrer une autre aspirante pour s’avancer enfin sur cette voie. Un signe qui ne trompait pas. Les deux combattantes étaient liées, plus que liées et si la présence de Brunissen avait poussé Sivir à s’élancer droit vers son destin, celle de Sivir semblait forcer la blonde à se prendre enfin en mains.

* Deux âmes liées… *

Que fallait-il en penser ? Brunissen ne le savait…

Se concentrant sur les paroles de Sivir, elle revint aussitôt à la réalité. Deux Etoiles pour la même âme ? C’était si fou et pourtant, la brune était plus que sincère en ses paroles. Elle avait vécu cela et visiblement, ce n’était pas courant.

Laissant s’écouler quelques instants au terme des paroles de Sivir, la blonde sembla soudain se réanimer face au préfet de la Maison Noire.

" Mes respects, Préfet Raziel. J’ai préféré laisser à Sivir le soin de se présenter et de vous confier le souci qui agite son âme depuis notre rencontre. C’est moi-même qui l’ai menée face à vous car j’ai l’intime conviction que nous sommes tous trois liés. "

Et rassemblant ses souvenirs…

" Enfin, ce n’est toujours malheureusement qu’une intuition. Aucun de mes souvenirs n’étant revenu sinon la sensation d’un vide immense en mon âme, un puits si obscur que je ne peux en voir en fond ou simplement l’entrée. Seulement, lorsque mes pas ont croisé ceux de l’aspirante Sivir, j’ai senti que nous étions liées toutes les deux et qu’elle serait sans doute celle qui m’aiderait à briser l’étrange mur qui m’empêche de retrouver ma propre identité. Et puis… "

Elle se tourna vers Sivir un instant avant d’achever un sourire aux lèvres.

" Lorsqu’elle m’a parlé d’objets ou d’armes sacrées, je lui en ai forgées quelques-unes au moyen de ma glace. Et l’une d’elles lui a fait l’effet d’un véritable électrochoc…

Cette arme, c’était le fouet de Rune de Balrog. Une réplique à laquelle elle a insufflé une part de son énergie. C’est un fait. Maintenant, j’ai aussi senti autre chose, une sensation unique et terrifiante. Celle de mon propre corps se consumant au sein de flammes invisibles. J’ignore ce que cela signifie mais j’espère de toute cœur que c’est un premier pas vers la libération de ma mémoire…

Un véritable premier pas. "


Et sur ce, la jeune femme se tut. Elle ne savait que penser de cette sensation. Avait-elle par le passé combattu un maître des flammes ? Ou bien était-ce lié à un lieu plutôt qu’à un guerrier ? Elle ne le savait mais ne pouvait s’empêcher d’espérer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minos
Juge des Enfers et Spectre du Griffon
avatar

Messages : 90
Date d'inscription : 04/08/2013
Localisation : Sombre empire

Feuille de personnage
Hp:
185/185  (185/185)
CS:
360/360  (360/360)
Pa:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Un entretien important [Sivir / Brunissen / Raziel-Minos]   Ven 13 Oct - 16:35

Avec respect et révérence, les deux apprenties s’étaient présentées à moi. Leurs esprits alors agités de questions et de doutes ne leur faisant pas pour autant oublier le protocole face auquel j’avais toujours été si attaché, je ne pus que leur rendre un salut tout aussi respectueux.

Moi qui savait où mon destin me conduisait, moi qui rien qu’avec mon don de lecture, et ma maîtrise innée du changement de forme du cosmos, ne pouvais douter de quel serait mon rôle dans l’armée infernale, je me sentis presque peiné pour ces deux âmes encore perdues dans l’incertitude.

Où allaient-elles ? Qui étaient-elles ? Quel serait leur futur ? Toutes ces questions ne pouvaient que les tourmenter, et elles étaient hélas le lot commun de bon nombre des aspirants de la maison noir. Eux pour qui l’Eveil pouvait prendre mille et une formes, eux pour qui aucune garantie de sauvegarde n’était jamais promise.

Se sachant ainsi être sur la corde raide depuis leur arrivée dans la Cité du Cosmos, nombre d’aspirant devenaient fous ou sombraient dans la plus noire des dépressions. Certains attentaient même à leur jour en s’imaginant déjà perdu, mais d’autres, plus rares, plus précieux, acceptaient leur sort avec une abnégation forçant le respect.

« Je vois. »

Elles n’étaient donc pas les premières à venir me trouver pour ce genre de question, et elles ne seraient surement pas les dernières.

« A la lumière de vos déclarations, je dirais en effet que vos deux Etoiles semblent proches. Très proche. Surement par le passé avez-vous été proche collaboratrice, voire d’avantage. »

Je disais la chose en taisant le mot, l’art de la litote était parfois indispensable lorsqu’on abordait certains sujets, et celui-ci en était un.

« Quant à savoir quelles sont vos Etoiles respectives, différentes pistes peuvent vous mettre sur la voie, et vous semblez avoir déjà exploré la plupart. Vos aptitudes spécifiques, vos talents innés, vos goûts, votre mentalité même est généralement en droite ligne avec celle de l’Etoile qui est la vôtre.

Toi, Sivir, Tu n’es ici que depuis quelques jours, aussi ton entrainement n’a encore rien révélé, mais ton gout pour la lecture, ton ancienne vie de procureur, tes facilités concernant l’analyse et la synthèse, et ce fouet que tu tiens dans les mains, combiné à ces souvenirs qui remontent en toi ne peuvent te tromper.
»


Elle avait cependant soulevé un point particulier, un point pour ainsi dire unique dans les déclarations que m’avaient fait tous ceux passés dans ce bureau.

« Quant à ces souvenirs mentionnant l’Alraune… Je ne sais quoi te répondre, sinon que je n’ai pas la réponse ici à ta question. Les chroniques des enfers que nous avons ici ne sont qu’un condensé grossier de ceux que l’on décrit pouvoir trouver en Toloméa, mais hélas, elles sont hors de notre portée, tout comme le royaume des morts. »

Hors de portée étaient les chroniques, cela était un fait, mais il y avait un autre moyen.

« Maintenant, la réponse à ta question ne se trouve peut-être pas si loin. Peut-être même est-elle ici même, dans cette pièce. »

Je souriais mystérieusement en me levant de mon fauteuil et en m’approchant d’elle. Otant alors un des gants dans un geste fort exceptionnel, j’avais un plan, un plan audacieux et qui inclurait que j’investisse de ma personne dans l’opération, mais après tout, si Sivir était bien liée à l’Etoile du Talent, alors elle et moi serions bien assez tôt intime collaborateur.

Et posant alors une main sur son épaule, je fus comme à l’accoutumé assaillis par un flot d’image en tout genre en provenance des souvenirs de la jeune femme. Chaotique et sans ordre chronologique, j’étais ballotté entre des périodes éloignées de son existence actuelle tout en cherchant à reprendre un contrôle que j’avais encore du mal à conserver.

Dans ce monde d’images et d’impression, la force n’était rien, seule la volonté importait, je l’avais compris heureusement assez rapidement, aussi, sans me départir de mon sourire, et durant cette seconde qui fut pour moi une éternité, j’appliquais toute ma volonté à fouiller dans cet esprit à la recherche de souvenirs qui n’en étaient pas.

Les réminiscences, voilà quelles étaient mes cibles. Un lieu inconnu, une voix étrangère, un combat contre un chevalier peut être ? Le don de Lecture permettait de voir ce que l’esprit avait vécu, même quand la personne l’avait oublié, mais dans le cas d’un spectre non éveillé… C’était un tantinet plus compliqué. C’était comme s’élancer à l’assaut d’une montagne se perdant dans les nuages, armé de son seul élan, et sans rien pour s’accrocher en cas de chute.

Aussi loin que je m’élançais dans l’ombre de son mental, je n’entrevoyais encore que des fragments, des anecdotes… Une ombre semblable au surplis du nécromancien, l’image d’une tour aussi ancienne que l’Arche Infernale…

Et soudain, un flash, non pas en provenance de sa mémoire, mais de la mienne.

Un temple, tout du moins cela y ressemblait. Un temple aux effluves parfumées, aux parures somptueuses, aux fontaines de miel et de lait, parcouru de nymphes chatoyantes et radieuses. Une vision idyllique, et pourtant, je n’en ressentais aucune jouissance, car tout n’était qu’illusion. Le parfum n’était que vapeur empoisonnée, effluves putrides de cadavres laissés à pourrir dans les ombres. Les parures n’étaient que taches graisseuses et fongus s’étalant sur des murs décrépis et en proie à la vermine. Les fontaines ne crachaient plus que goudron et immondices, et les nymphes, autrefois sublimes, s’étaient changées en momies décharnées dont les orbites creusent laissaient paraître une faim insatiable, une faim indicible et outrageuse.

Que faisais-je en ces lieux ? Pourquoi laissais-je ces créatures me dévorer du regard en rampant à mes pieds ? J’étais céans pour rencontrer quelqu’un. Quelqu’un pour qui je n’avais qu’aversion. Une souillure à son nom et à son héritage. Pourquoi voulais-je alors la rencontrer ? Cela concernait une affaire où je n’étais qu’indirectement impliqué. Cela concernait… Mon suppléant !

*Le Balrog !*

Oui, j’étais là pour rappeler à cette créature sa place dans la hiérarchie infernal… J’étais aux Enfers. Mais où dans les Enfers ? Pourquoi voulais-je rappeler à la maitresse des lieux sa place dans les Enfers ? Et qu’est-ce que cela avait a voir avec le Balrog ?

Je me sentais insulté, outragé, furieux. Presque souillé, pourtant rien ne m’avait été fait. Tout concernait le Balrog. Quelque chose lui avait été fait. Quelque chose d’odieux, d’injuste. Quelque chose qui m’avait foncièrement choqué. Quelque chose qui m’avait fait traverser d’une traite les Enfers de la Demeure du Jugement jusqu’aux immensités glacées du Cocyte.

*Le Cocyte !*

Seul quatres bâtiments se tenaient au Cocyte, et seuls deux d'entre eux pouvaient répondre à une telle vision : L’Anténora ou la Caïna. Guidecca et la Toloméa étant par défaut éliminés de la liste des possibilités.

Mon grief était donc contre le Magnat de la Wyvern ou celui du Garuda. Pourtant rien dans ma vision de Sparte ne semblait correspondre à la description qu’en faisaient les écrits de Sparte. Cette vision n’avait pas sa place aux enfers, pas dans un temple de Magnat en tout cas.

Comprenant alors déjà un peu mieux mon impression de dégoût alors que la vision se poursuivait, je me vis éconduire, comme un malpropre, comme un colporteur vendant des boutons. Moi, le Juge des Enfers ! Econduit par cette putride créature !

La colère m’avait fait bouillir, j’avais voulu briser les murs et les corps me faisant face jusqu’à la trouver elle, mais je m’étais retenu. Je n’étais pas ce genre d’homme, je ne l’avais jamais été. Je n’étais pas venu là pour cela. Je n’étais même pas venu me venger.

La punition que j’appliquais au cadavre ambulant de la nymphe n’était en rien une vengeance, simplement un avertissement amical. Un avertissement devant rappeler à la Souillure que si elle s’en prenait encore à une Etoile sous mon autorité elle en paiera le prix.

Tout ça pour l’Etoile du Talent alors en éveil. Tout ça pour elle.

*Elle ?*

Le Balrog ? Une femme ?

Un visage, un nom, le souvenir d’une rencontre datant de près de deux cents ans.

*Sivir…*

Et revenant alors à la réalité alors que la vision s’achevait aussi rapidement qu’elle avait commencé, je plongeais mes yeux chargés d’une connaissance nouvelle dans ceux de l’aspirante que je reconnaissais alors sous un nouveau jour.

« La réponse est en toi, plus que dans aucun livre. Aussi, avec un peu d’aide, tu la trouveras toi-même. »

Que Sivir pèse quelque temps mes mots, le temps pour moi de répondre à Brunissen.

« Quant à toi… »

Je m’approchais de l’apprentie encore bien silencieuse, et lui demandait sa main.

« Puis-je voir ta main ? »

Intriguée, mais sans raison de refuser, elle s’exécuta, et à peine nos doigts s’effleurèrent, les premières images commencèrent à affluer tandis que je faisais mine d’examiner les lignes de sa dextre.

Déjà plus habile dans l’analyse des souvenirs que je l’avais été pour Sivir, génie j’étais considéré, génie je demeurai. Prodige selon mes pairs, ou seulement profitant de réminiscence d’une longue vie passée ?

Une vie entière à parcourir, des milliards de souvenirs à passer au crible, et surtout, des vies passées à retrouver.

Une ile noire, au sable de cendre, un volcan en éruption, une stalactite de glace me transperçant le cœur sans que j’en meurs pour autant. Un amour brisé par le Destin et la Trahison, une larme se perdant dans la lave en même temps qu’un corps brisé…

Flashs plus qu’images, impressions plus que récits. Encore une fois, le tout s’avéra bien flou, d’autant que cette fois, aucune réminiscence ne me vint la concernant. Rien d’étonnant, mais ce qui l’était en revanche, c’était l’absence totale de souvenir liant Brunissen aux Enfers. Même dans les fragments de sa vie passée, je n’avais rien trouvé la liant à un surplis ou à une Etoile. N’avait-elle jamais été un spectre ?

« Là je devrais dire : Hum… voilà qui est intéressant, mais... Et tu devrais me répondre : Mais quoi ? »

Je lâchais alors sa main pour m’en retourner derrière mon bureau.

« Et je te répondrais : Mais tu dois déjà savoir ce que je m’apprête à te dire. »

S’en était-elle doutée par elle-même ? Entouré par des êtres qui revivaient leurs passés de spectre, se revoyaient affronter les ennemis du Sombre Empereur, elle n’y parvenait pas, pas une seule fois. Avait-elle compris pourquoi ? Sa réponse m’intéresserait grandement, car elle expliquerait peut être sa proximité avec la future Etoile du Talent.

« Maintenant Sivir, dis-moi. T’as-t-on déjà parlé du don de Lecture ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sivir
Juge suppléant des Enfers et Spectre du Balrog
avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 26/08/2017

Feuille de personnage
Hp:
125/125  (125/125)
CS:
350/350  (350/350)
Pa:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Un entretien important [Sivir / Brunissen / Raziel-Minos]   Lun 16 Oct - 15:25

Se retrouver ainsi en présence d'un être aussi important avait de quoi intimider, pourtant, je pouvais sentir une certaine tension émaner de Brunissen, lui jetant un coup d'œil un poil inquiet avant de me ressaisir, ne voulant pas prendre le risque de lui causer des problèmes pour rien.

Je pouvais sentir une sorte de connexion entre nous, pas seulement entre Brunissen et moi, mais également entre elle et Raziel, ainsi qu'entre lui et moi. C'était bizarre, partagé entre respect, amitié, peut-être même de l'amour quelque part, bien que je n'avais pas l'impression d'avoir jamais ressenti cela à son égard, même dans mes vies antérieures... mon regard s'était furtivement posé sur la belle blonde, se pourrait-il que par le passé, nous âmes étaient été si liées? mais j'avais le sentiment de ressentir de la haine aussi quelque part, une sorte de petite boule dans mon estomac, quelque chose que je voulais cacher, refouler, une honte quelque part?

Qu'est-ce que j'avais fait?

C'est alors que Raziel s'approcha de moi et tenta de lire en moi à la recherche de quelque chose, des réponses peut-être puisque les ouvrages ici présents semblaient ne pas être suffisants pour nous aider.
Je fermais doucement les yeux alors que je me sentais projetée, dans un passé lointain où des bribes comme un film à la bande abimée qui semblait sauter d'images en images. Je portais bien le surplis de l'alraune, mon apparence était différente, bien que proche tout de même.. peau plus mate, des yeux bleus, bien plus petite aussi! J'avais l'impression d'être une petite plante verte... je me voyais d'ailleurs des affinités avec les plantes, créant un pont gigantesque ou une sorte de tunnel à partir de lianes énormes? Puis ça sautait, une tour étrange, je m'approchais d'une statue de pierre, mon surplis se détachait de moi pour rejoindre

*Queen*

Le souvenir me frappait de plein fouet, une certaine colère aussi, puis des débris, un fouet me protégeant, mais pas assez longtemps, les ténèbres ensuite, avant de renaître des années plus tard, d'autres images, cette fois j'étais un homme, mais je me déconnectais d'un coup des pensées de Raziel qui semblait parti ailleurs, dans un souvenir qui n'était plus le mien.


«Seigneur Raziel?» je préférais ne pas le déconcentrer, regardant Brunissen avec curiosité, ignorant ce qui lui arrivait. Il paraissait en transe, pourtant on pouvait lire certaines expressions sur son visage. Ce qu'il voyait ne lui plaisait pas.

Il finit cependant par revenir à lui, et continuait de parler par énigme...


«Seigneur Raziel, est-ce que vous allez bien?» même s'il semblait avoir compris qui j'étais et ce qui m'était arrivé, j'en avais également une vague idée, bien qu'il me manquait encore des pièces du puzzle pour comprendre clairement ce qu'il m'était arrivé à cette époque là. Mais le fouet avait été là encore, ce fouet qui avait tenté de me sauver, ce fouet qui faisait partie de moi.

«Je vous remercie pour votre aide... j'ignore ce que vous avez fait, mais je pense pouvoir me rappeler petit à petit cette époque.» bien que cela restait vraiment bizarre d'imaginer que j'ai pu porter le surplis d'un autre pendant un temps, comme si je l'avais porté le temps que Queen soit prêt? C'était étrange comme façon de faire, surtout lorsqu'on était destiné à une autre étoile. Si tel a vraiment été le cas, Queen a du le payer cher! Je doute lui avoir pardonné par la suite! Et si nous n'avons pas encore eu l'occasion de nous revoir depuis l'époque...

J'avais reculé pour laisser Raziel s'occuper de Brunissen, dans ma vision, j'étais aux côtés du Seigneur Minos, et je me rendais compte combien son aura m'avait semblé similaire à celle du Préfet, je pouvais me faire des idées, mais entre la belle blonde qui me disait qu'il était probablement destiné à devenir l'un des trois Juges, et cette sensation de familiarité, je n'avais plus trop de doutes...

Les mains sagement dans le dos, j'attendais de voir les conclusions du Préfet. Malgré tout, je ressentais un léger agacement à le voir si proche de Brunissen, sans trop savoir pourquoi. Un mélange de peur et d'appréhension, comme si j'avais le sentiment qu'il pourrait lui faire du mal, ou peut-être qu'elle pourrait lui en faire? Je ne savais pas trop, mais j'étais mal à l'aise à les voir ensembles.

Je fus cependant surprise que Raziel n'en dise pas davantage sur l'histoire de Brunissen. Battant des cils, je sursautais alors qu'il s'adressait de nouveau à moi?

«S.. Seigneur Raziel, il n'y a rien d'autre concernant Brunissen?» rougissant légèrement, je me raclais la gorge avant de prendre une profonde inspiration et répondre

«Pardonnez-moi... non, je n'ai rien lu concernant ce don de lecture, mais.. je crois savoir. Il s'agit d'un don permettant d'accéder à la vie d'une personne dans ses moindres détails afin d'en connaître les péchés pour les juger au mieux, n'est-ce pas?»

La réponse semblait avoir jailli de mes lèvres toute seule, malgré tout, j'avais une certaine incertitude en moi, ce n'était pas tant de la télépathie, c'était plus profond que ça, comme transformer la personne en un livre et pouvoir le lire intégralement. Un don probablement rare et précieux, et qui m'était pourtant familier?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brunissen
Spectre de l'Irbis
avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 25/08/2017

Feuille de personnage
Hp:
125/125  (125/125)
CS:
350/350  (350/350)
Pa:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Un entretien important [Sivir / Brunissen / Raziel-Minos]   Mar 17 Oct - 13:49

Face au Préfet de la Maison Noire, la jeune blonde était demeurée muette. En ces murs, c’était le mieux à faire, le plus adéquat. Ainsi, coïte, elle se tenait sans pour autant paraître tétanisée. De sa taille et son charisme, le plus haut spartiate de la Maison Noire en imposait mais quelque chose en elle la poussait à ne pas ployer sous son seul regard. Pas comme le faisait Sivir sans en avoir réellement conscience. C’en était même effrayant. A les regarder, on aurait dit un supérieur et son subalterne qui se retrouvaient. Le tout avec un immense respect partagé des deux côtés.

Clignant brièvement des yeux, elle se concentra sur les paroles de Raziel. Le jeune homme ne put que mettre fin à leurs espoirs de recouvrer leur passé entre ses murs : les véritables chroniques se trouvant bel et bien aux Enfers, hors de portée de Sparte. Par contre, il pouvait leur offrir une solution détournée. Quelque chose qui provoqua chez la blonde aspirante un mouvement de recul à peine perceptible. Son cœur manqua presque quelques battements tandis qu’il posait sa main sur l’épaule de Sivir.

* Mais que m’arrive-t-il ? *

En son for intérieur, elle ressentait comme une répulsion, un dégoût. Non, en fait, c'était pire encore. C'était comme une véritable terreur qui la vrillait à la seule idée d'être ainsi sondée par le pouvoir d’un autre spectre.

* Pourquoi… *

Si elle était bien spectre, cela n'avait pas de sens pourtant elle ne pouvait douter de ce qu'elle ressentait. Malheureusement, la réponse ne viendrait que du passé. De ce passé qu’elle répugnait tant à faire remonter en surface. C’était horrible comme sensation. Devoir traverser un mur de flammes et de fumée aveuglante pour parvenir au bout du chemin…

* Ou juste à l’étape suivante… *

Sentant alors les regards de Raziel et Sivir posés sur elle, la blonde Brunissen revint soudain au cœur de la conversation, tendant sa main comme le lui demandait le préfet. A son contact, elle ressentit un véritable choc : une onde de douleur la traversa sans qu’elle n’en connaisse la véritable origine.

* Est-ce cela que je refuse de revoir ? *

Trois ombres autour d’elle…

Trois êtres dont deux appartenant aux Enfers. L’une qui lui semblait amicale et l’autre, l’autre s’imposant à tous avant de brusquement éclater telle une flamme noire embrasant le monde avant de lui fermer définitivement les yeux.

A cette vision terrifiante, elle dut faire preuve du plus grand contrôle dont elle pût être capable pour ne pas plonger d’office sa main dans le cœur de celui qui lui faisait face. Une seconde s’écoula encore avant qu’elle ne reprenne son calme, un filet de sueur glacée lui coulant dans le dos jusqu’au bas des reins. Elle sentait que rien ne la liait normalement aux Enfers, que Raziel ou plus exactement ce qu’il incarnait autrefois avait été un danger terrible pour elle.

* Mais alors ? *

Etait-ce Sivir qui se tenait à ses côtés ? Pourtant, elle lui semblait si amicale, si proche…

* Est-ce pour cela que tu n’as rien fait ? Que tu l’as laissé me tuer si cette vision est vraie ? *

Pâle elle devait être en cet instant pourtant elle ne pouvait fuir. Pas maintenant que ses questions et ses troubles commençaient enfin à trouver leurs solutions.

" Je… Je ne suis pas un spectre… "

C’était sorti comme dans un souffle, si bas que seuls les plus proches pouvaient l’entendre.

" Pas un spectre dans le sens classique mais j’ai été tuée par eux. Ce sont eux qui sont venus vers moi, qui sont venus me chercher pour me faire franchir la porte de l’autre monde… "

Relevant sa tête qui s’était abaissée au fil de ses paroles, elle se tourna vers Sivir.

" Non, je crains qu’en l’état actuel, notre Préfet ne puisse nous en apprendre plus. Merci, Sivir, merci. Au moins, je sais que ce n’est pas toi qui m’a fait périr ce jour-là. Pas toi mais peut-être étais-tu là… "

* Les deux ombres… *

Elle se souvenait bien des noms de Spectres et d’Etoiles qui l’avaient plus touchée que d’autres au fil de ses lectures. Pourtant, si l’identité de celui qui l’avait tuée commençait à prendre forme, celle de l’autre restait encore trop dans le flou.

* Cette Etoile me semblait pourtant si familière, elle serait elle aussi liée à toi autant qu’à moi, Sivir… *

" Deux Etoiles, deux Etoiles se trouvaient là en plus d’un autre témoin. Ensuite, je ne vois plus rien, plus rien… "

Soufflant doucement, elle se recula doucement, supportant un peu moins le regard de Raziel posé sur elle.

" Sinon un fauve de glace… "

Sur ces mots, elle se tut enfin. Elle ne pouvait en dire plus sans sentir une onde furieuse remonter le long de son corps, le parcourir en tous sens. Par chance, la conversation était revenue sur Sivir. Un sursis dont la belle profita pour reprendre totale emprise sur elle. Ce qui lui fit un bien fou alors qu’une légère brume de glace l’entourait. Le froid apaisait.

Et se concentrant sur Sivir, elle l’entendit répondre à la question de Raziel au sujet du don de lecture. Sans nul doute la preuve ultime du lien entre son amie et l’Etoile du Talent.

* Fauve de glace… Le tigre ou l’Irbis… *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minos
Juge des Enfers et Spectre du Griffon
avatar

Messages : 90
Date d'inscription : 04/08/2013
Localisation : Sombre empire

Feuille de personnage
Hp:
185/185  (185/185)
CS:
360/360  (360/360)
Pa:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Un entretien important [Sivir / Brunissen / Raziel-Minos]   Mer 18 Oct - 16:34

Pas un spectre. Ainsi Brunissen le savait également. L’entendre de sa propre bouche m’arracha comme un sentiment de satisfaction que je me gardai bien d’afficher, avant que je ne rebondisse sur la demande de Sivir visiblement perturbée par ces révélations.

« Oh il y aurait beaucoup à ajouter et encore plus à découvrir, mais l’essentiel est là. Brunissen n’a jamais fait partie de nos rangs, et pourtant, la voilà ici aujourd’hui. Il n’y a que fort peu de situation qui l’aurait permis. Ma théorie à la lumière de ces dires est qu'elle a jadis passée un marché avec le Sombre Empereur. Surement pour échapper aux enfers et à son jugement dernier. Ainsi aura-t-elle été une alliée, sans pour autant être un spectre. Un destin rarissime, mais il y a déjà eu des précédents. »

Des soldats ennemis choisissant de trahir leur ancienne allégeance pour s’épargner la damnation éternelle, des pauvres âmes damnées que le Sombre Empereur avait choisi d’épargner dans Son infinie miséricorde.

« Mais peut être aujourd’hui est-elle ressuscitée sous l’égide d’une Etoile parmi les 108, une étoile que je n’ai pas encore saisie, mais qui peut être est déjà connue à notre amie commune. »

Adressant un regard inquisiteur à une Brunissen de plus en plus mal à l’aise, je tachais de détendre alors l’atmosphère. Elles n’étaient pas venues ici pour subir une inquisition, et le passé devait rester le passé.

« Si tu veux bien partager ces informations avec nous bien sûr. C’est aussi ton droit de les conserver pour toi. Mais sache que je ne te jugerai pas d’après ton héritage. Ce que ton âme a fait jadis ne sera jamais qu’un récit passé, il ne sera jamais un réquisitoire présent. »

J’affichais alors un sourire amical. Un sourire de façade certes, car nous n’étions pas amis, mais c’était le genre de geste qui permettait à l’autre de se sentir mieux, si tant est que je fasse l’effort de le vouloir. Un effort fort rare je devais bien avouer, car je n’avais jamais été un démagogue.

Sivir attira alors mon attention avec une définition fort pertinente qu’elle semblait réciter comme un implant, un implant qu’elle ne s’expliquait pas.

« C’est exact. »

Rien lu au sujet du don de lecture, mais elle en savait quand même long sur le sujet. Un sujet d’ordinaire parfaitement obscur aux non-initiés. Etait-ce là encore une réminiscence de son passé ?

Sans doute. D’autant que plus je la dévisageais au-delà de sa chair, au-delà de ses yeux couleurs d’ambre, je découvrais quelque chose de toujours plus familier. Elle et moi semblions avoir un passé commun, un formidable passé comme seuls les spectres immortels pouvaient se targuer d'avoir.

« Ton Etoile te prédispose à ce don. Tel a toujours été le cas du spectre du Balrog ainsi que de celui du Griffon. Eux seuls parmi les 108 disposent de ce talent pour accomplir leur tâche. Aussi, pour t’assurer de ton avenir parmi l’armée infernale, il te faut découvrir si oui ou non tu disposes de ce don. »

Il était fort rare qu’il s’éveille ainsi subitement. D’ordinaire, il était présent dès la naissance comme ce fut mon cas, et il était alors perçu comme une malédiction conduisant son porteur à l’exclusion et à la solitude, mais dans le cas de Sivir, il était visiblement encore endormi.

« Aussi, notre prochaine tache va être de t’aider à l’éveiller. Si je ne me trompe pas, la force du lien vous unissant toute deux va nous servir dans ce cas précis. »

Elles étaient déjà liées par un passé commun que je percevais à peine, et si concernant Sivir et moi, nos étoiles respectives l’étaient plus encore, notre lien n’était pas de même nature. Aussi celui entre elle et Brunissen me sembla-t-il plus… adapté.

« Si vous êtes d’accord, faisons ensemble une expérience. Donnez-vous les mains, et laissez-moi faire le reste. »

Otant alors mon deuxième gant, je laissai les deux jeunes femmes s’exécuter avant d’enserrai leurs quatre mains des miennes, et commencer à user de mon cosmos pour leur faire partager ce que je voyais.

« Respirez, et concentrez-vous, on commence. »

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sivir
Juge suppléant des Enfers et Spectre du Balrog
avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 26/08/2017

Feuille de personnage
Hp:
125/125  (125/125)
CS:
350/350  (350/350)
Pa:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Un entretien important [Sivir / Brunissen / Raziel-Minos]   Mer 18 Oct - 23:32

C'était dur pour moi de voir Brunissen souffrir ainsi. Pourtant, elle ne montrait presque rien, c'était à peine perceptible, juste un frémissement de lèvre, un battement de cil, mais il y avait quelque chose en elle qui n'allait pas, et c'était notamment la faute à Raziel.

Finalement, il semblait que certaines effluves de son passé revenaient à la surface, mais... elle semblait croire que j'vais pu la tuer? Je fronçais légèrement des sourcils, c'était étrange, j'avais le sentiment que lors de notre première rencontre, je l'extirpais d'un fleuve de sang, je ne l'y envoyais pas... mais je ne disais rien pour le moment, préférant la laisser finir avec le Préfet, avant qu'il ne revienne vers moi pour m'annoncer que j'avais clairement des prédispositions pour ce don de lecture, sans pour autant qu'il ne soit pleinement éveillé


«Mes souvenirs reviennent vite... je suppose que le reste de mes sens et de mes facultés également. Je ressens d'ailleurs un étrange... mal être. Enfin, ce n'est pas vraiment ça... juste que...» je baissais alors les yeux, sur ma poitrine «disons que j'ai du mal à me sentir à l'aise dans un corps de femme...»

La majorité des visions de mon passé me montraient sous l'apparence d'un homme, certes, un peu effeminé, je ne peux le nier, mais un homme malgré tout. Il ne semblait y avoir eu que deux, de mes incarnations où j'ai été en femme, peut-être trois... pas plus.

Enfin, je me tournais vers Brunissen, elle semblait avoir eu un aperçu de la voie qui était la sienne, un tigre de glace... je ne savais pas pourquoi, mais j'avais dans l'idée que ça lui irait bien. Je serrais doucement sa main dans la mienne avant de fermer les yeux. Je ressentais ce cosmos familier m'envahir, pas celui de Raziel, un autre, plus ancien, sans savoir qu'en réalité, ces deux cosmos étaient ceux d'une seule et même personne... j'avais encore trop à rattraper pour m'en rendre compte, mais je remontais dans le temps, parcourant des vies et des vies, parfois dans un tribunal, parfois dans une immense bibliothèque.

Un calme paisible, serein, c'était comme être dans un état de paix permanent. J'étais juste... bien, pleine, entière, à une époque où j'étais bel et bien moi. Bon, j'étais un homme, mais peu importe!

L'espace d'un instant, je me vis sous l'autre apparence féminine, la petite plante comme je l'appelle... mais on ne peut pas dire que je sois à mon avantage! Habillée comme un sac à patate, face à...


«La Wyverne? Une femme?» alors celle la, je ne l'avais pas vue venir... de mémoire, le Spectre de la Wyverne avait toujours été Rhadamanthe, tout comme le Griffon était Minos et Eaque du Garuda... certains étaient des demi-dieux, leur place ne pouvait être volée! Qui était donc cette espèce de...

Un bruit d'os brisés, je ne me souvenais pas ce que j'avais pu faire pour la contrarier, mais de toute évidence, elle n'avait vraiment pas apprécié. J'avais manqué de respect à un des grands chefs de nos armées, je méritais probablement mon châtiment, jusqu'à la voir s'approcher de moi tel un serpent avide et planter ses crocs dans mon cou... une sorte de vampire? Je secouais la tête avec un air de dégoût sans pour autant lâcher la main de Brunissen, les images changèrent, passant temporairement à quelques autres souvenirs, parfois même qui ne dataient que de quelques années où j'avais su deviner si l'un de mes camarades de fac de droit me mentait... le pauvre.

D'autres images défilèrent et je revenais vers celle qui m'était déjà apparue, moi, portant ce surplis de l'Alraune, ignorant encore à l'époque que je ne faisais que jouer le jeu de Queen qui voulait récupérer son bien. Un léger gout de bile en bouche, mais je ne me déconcentrais pas... passant près de ce lac de sang que je commençais à reconnaître, le lac des violents. Le lac où l'on envoie ceux qui ont pêché par le combat et la violence toute leur vie. Une étoile d'or s'échappait du ciel, en provenance du Palais du Jugement avant de sombrer, une étoile d'or qui refusait de se laisser aller, comme beaucoup lorsqu'ils arrivaient là... mais quelque chose m'attirait chez elle, une force inconnue, et je m'en étais finalement approchée pour l'en extirper.

Brunissen...

Son apparence était un peu différente de celle d'aujourd'hui, mais je reconnaissais son cosmos. Nous nous montrions méfiantes, surtout elle à vrai dire, moi je me montrais curieuse....
Qu'avais-je fait? Mon rythme cardiaque s'emballait, j'avais osé extirper une âme de la prison où elle avait été jetée? C'était.. un crime impardonnable! Et pourtant, je conduisais délibérément la belle blonde auprès de notre Seigneur et Maître, Hadès en personne, qui nous avait accordé une audience pour qu'elle puisse obtenir son pardon.

À quoi avais-je donc échappé? C'était juste... j'en avais lâché la main de Brunissen, rompant le contact entre nous tellement je me retrouvais abasourdie. J'ignorais ce qu'elle avait vu de son côté, mais pour ma part, j'avais du mal à croire que j'ai pu agir ainsi.

«Je... décidément, lors de cette vie où nous nous sommes rencontrées, j'étais vraiment... c'est impossible, j'étais une tête brûlée ou quoi? Manquer de respect au Spectre de la Wyverne, extirper une âme de sa prison... je comprends mieux pourquoi à cette époque je n'ai pas eu le temps de porter le surplis du Balrog! Même moi je me serais bannie!» je me tournais malgré tout vers Brunissen en espérant ne pas l'avoir vexée «même s'il semblerait que j'avais bien fait puisque de toute évidence, j'y ai gagné une alliée de poids... mais tout de même, j'étais.. sacrément inconsciente...» wow... ça me faisait vraiment... bizarre à imaginer. Je sentais malgré tout, au fond de moi, que je ne regrettais aucun de ces actes, pas même d'avoir manqué de respect à mon supérieur de l'époque - non mais sérieux? je ne le regrettais pas? comment c'était possible? - mais toujours est-il que je ressentais au plus profond de mes entrailles combien j'étais soulagée d'avoir sorti Brunissen de là. «est-ce que... si nous nous rendons aux Enfers, nous pourrons avoir des ouvrages qui parlent de cette époque? Même si je retrouve tous mes souvenirs, je ne suis pas sure de tout comprendre...» enfin, toujours est-il que là, ça faisait beaucoup de choses à digérer.

Évidemment, quand on n'a pas toutes les circonstances, ce n'est pas évident de juger, mais du peu que j'avais vu, cette période là n'avait pas du tout été ma plus glorieuse!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brunissen
Spectre de l'Irbis
avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 25/08/2017

Feuille de personnage
Hp:
125/125  (125/125)
CS:
350/350  (350/350)
Pa:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Un entretien important [Sivir / Brunissen / Raziel-Minos]   Ven 20 Oct - 15:37

" Pas un spectre… "

A mesure que les paroles de Raziel s’enchaînaient, le jour se faisait en son cœur, en son âme. Pas une seule fois, Brunissen n’avait pu entrevoir ne serait-ce qu’une seconde de son passé en tant que spectre et maintenant, elle venait de se voir confirmer ce qu’elle avait toujours pressenti de la propre bouche du plus puissant de tous les aspirants de la Maison Noire. Existait-il seulement un mot pour décrire ce qu’elle ressentait ? C’était à la fois comme un soulagement et une nouvelle blessure. Long, si long serait son chemin vers sa renaissance et son lot de révélations.

Plus que jamais, son destin prenait cette voie.

" Alliée sans pour autant être spectre… "

Rien que ces termes étaient incroyables. Terrifiée à l’idée d’être une sorte de paradoxe, d’erreur de la nature, la blonde nordique dut s’octroyer quelques secondes pour imposer le calme en elle. Son cœur battait si fort, si fort comme pour lui rappeler qu’elle était en vie. Qu’elle n’avait rien à voir au départ avec les soldats de la Mort.

" Comment ? Comment ? "

Choquée, elle ne pouvait en dire davantage pour l’instant. Pas même se détendre aux paroles bienveillantes du Préfet. Il ne la condamnerait pas pour ses actes passés, pour sa vie d’avant. Etait-ce sensée la rassurer ? Qu’avait-elle pu faire de si monstrueux de par le passé pour se voir ainsi amenée depuis son allégeance d’origine au giron des spectres ? C’était à la fois attirant et repoussant.  

Consciente de tout ce qu’il se passait autour d’elle, elle finit par relever la tête en direction de Raziel. D’un autre geste, elle lui renvoya son sourire. Il fallait qu’elle se détende, qu’elle reprenne pied, qu’elle ose, en un mot, affronter ce passé qui la terrifiait.

Machinalement, elle avait pris la main de Sivir, la serrant comme pour se raccrocher à elle. Ce don qu’elle possédait semblait être la clé. Ainsi, c’était ensemble qu’elles s’avançaient sur cette voie sacrée.

Fermant les yeux, elle commença à inspirer longuement, si longuement. Avec lenteur, l’air envahissait ses poumons, s’instillait en son corps, en sa chair avant qu’elle ne se relâche soudain en une interminable expiration.

* Quoi !!! *

Une vision de femme habillée comme… Comme… Une prostituée… Et que dire de son attitude générale.

Se tournant vers Sivir, elle ne put que faire part de sa répulsion et de son outrage en mettant un nom sur cette chose qui entreprenait son amie de la plus vulgaire des façons.

" La Wyvern… ? C’était cela qui avait succédé au redoutable Rhadamanthe ? Une espèce de nymphomane totalement dénuée de toute forme de retenue ou de justice. "

Rien que la vision de cette femme lui était une injure ouverte. La sensation était telle qu’elle fit s’élever une brume froide. Geste de fureur défensive qui traduisait bien ce que la belle ressentait au plus profond de son être.

Serrant les dents à en saigner, Brunissen laissa passer le reste de la vision avant d’être prise au dépourvu par un autre flashe. Vision dans laquelle elle se tenait au chevet de Sivir. C’était elle qui l’avait soignée. Du moins, en partie car deux autres, non trois autres ombres s’étaient soudain ajoutées à elles.

Lâchant presque la main de sa compagne tout en maintenant celle de Raziel qu’elle avait quasi percée de ses griffes, enfin, elle le ressentait ainsi, elle tenta de se recentrer sur la suite. Changer, changer, elle devait voir autre chose que ces scènes qui la plongeaient en un état de fureur digne des berserkers.

Ainsi se concentra-t-elle sur l’une des ombres si proches. De flammes semblait être faite sa chevelure alors qu’elle prononçait le terme.

" Vampire, ce n’est pas un Vampire qui t’a blessée mais bien le magnat de la Wyvern et tu m’as forcée à renoncer à… "

Elle avait répété cela à voix haute sans se rendre compte de la portée de ses termes avant qu’une autre image ne se dessine soudain, la plaçant cette fois au cœur de la jungle.

Cette ombre portait entre ses mains le sceptre sacré de la déesse Athéna.

" Non !!! Non, en ce temps, les spectres possédaient le sceptre d’Athéna, j’avais aidé à le retrouver mais pourquoi ? Comment ? "

Les éléments se rassemblaient. Elle se voyait aux côtés de l’ombre à la chevelure flamboyante, la même se tenant auprès du spectre qui avait mis un terme à son ancienne vie. Ce n’était pas la Wyvern ni même Sivir. Pourtant, elle lui paraissait si proche…

" Une ombre à la chevelure de flammes et aux ailes d’ambre se tenait auprès de celui qui m’a précipitée aux Enfers. Elle se tenait telle une... "

Le terme lui échappait mais elle sentait qu’un lien immense existait entre les deux Etoiles qui avaient vu sa chute passée. Puis, ce fut la vision du lac de sang et sous la violence du choc, Brunissen ne put retenir un cri de douleur à la remémoration de sa fin. Les flammes la léchant, la torturant de la pire des façons. C’était trop pour elle, d’un geste, elle repoussa la main de Raziel.

Un instant s’écoula encore avant qu’elle ne reprenne ses esprits. Entretemps, Sivir avait parlé tout en la réconfortant de son mieux. Tant de gentillesse à son égard avait de quoi lui redonner la force de se retourner vers le Préfet de la Maison Noire.

" Non… Je crains que nous ne puissions nous rendre aux Enfers sans en être éveillés. "

Puis souriant à Sivir.

" Je ne pense pas qu’Hadès t’aie condamnée pour tes actes envers moi. Rien que le fait que je sois revenue à la vie en cette ère en tant que futur spectre montre que tu avais agi au mieux malgré le côté quelque peu dément de tes actes. Que tu aies pris des risques insensés en me sauvant a même fini par porter ses fruits puisque cela a permis l'émergence d'une nouvelle Etoile. Quel meilleur cadeau faire à notre seigneur suprême que celui-là. "

Et refermant les yeux, elle se concentra, recréant sous forme de glace le sceptre en ses moindres détails.

" En plus de permettre à notre seigneur, d'obtenir par voie de conséquences, ceci. "

Un sourire éclaira alors le visage de la blonde aspirante avant qu’elle ne reprenne.

" Nous étions toutes les deux unies contre la cruauté du magnat de la Wyvern en cette époque. Cette femme répugnante qui t’avait blessée de la plus ignoble et injuste des façons. Mais il n’y avait pas que cela. Deux autres Etoiles nous soutenaient dans notre malheur. L’une d’elles pourrait parfaitement être celle de la Noblesse. En toute logique, c’était lui ton supérieur direct en tant que spectre du Balrog. Quant à l’autre, elle était présente lors de ma mort mais aussi en tant qu’alliée lorsque je me tenais à ton chevet. J’ignore totalement qui elle peut être mais elle possédait une véritable chevelure de flammes et c’était aussi elle qui, dans ma micro-vision, tenait ce sceptre que je viens de récréer sous forme de glace. "

Et achevant doucement…

" Plus que toi et moi, cela impliquait au moins trois autres spectres. Le Magnat de la Wyvern est une certitude. Reste les deux autres… "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minos
Juge des Enfers et Spectre du Griffon
avatar

Messages : 90
Date d'inscription : 04/08/2013
Localisation : Sombre empire

Feuille de personnage
Hp:
185/185  (185/185)
CS:
360/360  (360/360)
Pa:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Un entretien important [Sivir / Brunissen / Raziel-Minos]   Mar 24 Oct - 10:46

Les souvenirs… Déjà dans le cas d’un humain, ils enchainaient plus qu’ils ne libéraient, alors dans le cas d’un spectre, leur poids et leur portée considérablement plus lourds les rendaient pareils à une prison. Vivre pour l’éternité avec soi-même, tel était le véritable défi de tous ceux portant un surplis infernal.

Une charge qu’aucun mortel ne pouvaient imaginer. Un devoir pour tous ceux ayant rejoint le Sombre Empereur par inspiration et non par contrainte.

*Comme Brunissen ?*

La question valait la peine d’être posée. Avait-elle vraiment embrassé notre cause par le passé ? Ou cela se fit-il par attrition ?

*Non, le passé est le passé. Cette Brunissen n’est pas celle qu’elle fut jadis. Pas entièrement.*

Je m’étais promis de faire abstraction de ce que j’apprendrais de son passé pour tout jugement que j’aurai à rendre concernant son avenir, et je tiendrais parole, quoi qu’il m’en coute personnellement.

*Ne pas donner d’avis, ne pas juger d’après le passé… Voilà qui me semble tellement contre-nature.*

Un sourire était né sur mes lèvres, un sourire ironique, car j’y voyais là encore une preuve de mon ascendance. Une ascendance qui très bientôt deviendrait mon présent, et mon avenir.

Un avenir qui devrait cependant attendre encore un peu, car avec nos mains rejointes, ce furent les premières visions qui apparurent alors, en provenance de deux esprits.

Une tache fort compliquée que celle de trier et retranscrire les flashs venant de deux esprits aussi différents, sans doute avais-je eus les yeux plus gros que le ventre, mais je me devais d’essayer. Tant pour elles que pour moi, les réponses à nos questions se trouvaient dans nos vies antérieures, là où seul le don de lecture pouvait alors nous éclairer, tout du moins pour l’instant.

*Quel chaos… Aucun ordre chronologique, aucun fil directeur…*

Je peinais alors à démêler le pertinent du dérisoire, mais avec patiente et minutie, je faisais émerger l’ordre du chaos. Tant de scène à trier, tant de souvenir à classer. Quand bien même certaine scène de leur vie actuelle valait que l’on s’y attarde pour elles-mêmes, ce n’était pas le but de ma manœuvre. Nous cherchions des réponses sur les circonstances de leur rencontre, de notre rencontre, car tous ici présent nous étions déjà rencontrés par le passé, lors d’évènements pour le moins troublants.

Un lac de feu, une ame damnée, un choix bien impudent, un sauvetage impromptu, la bénédiction du Sombre Empereur, un magnat de la Wyvern aussi hors de propos que décadent, un châtiment en tout point injuste et cruel, une malédiction à lever, le sceptre d’une mortelle Ennemie en notre possession, et toujours la présence d’une quatrième Etoile à nos côtés. Une femme, une rousse flamboyante au surplis ailé. Une présence… intime ?

*Je… connais cette femme.*

Elle et moi étions lié. Autant que deux spectres pouvaient l’être, voir plus encore. Au simple souvenir de sa voix, je me sentais en confiance, comme auprès d’une confidente, d’une âme sœur…

Les visions cessèrent alors quand Sivir et Brunissen retirèrent leurs mains des miennes. Chacune semblait en avoir vu plus qu’elles n’auraient souhaité, mais c’était là une épreuve nécessaire. Redécouvrir son passé n’était jamais une chose aisée, plus encore lorsque l’on en avait que des fragments. Il fallait accepter le fait que parfois, il n’était ni glorieux ni même respectable.

« Oui, en effet, je t’aurai surement condamné au Cocyte pour avoir ainsi libéré une prisonnière… »

Cela m’était venu comme naturellement. Des mots qui sonnaient comme étrangers dans ma bouche, mais qui pourtant, étaient étonnamment familier. Sans doute encore une réminiscence…

« Désolé. »

Ces souvenirs allant à leur guise n’étaient décidément pas sans contrepartie.

« Hurm hurm. En tout cas, il semblerait que notre Empereur vous ait accordé Sa bénédiction à toute deux. Voilà qui devrait soulager ta conscience concernant ce point. Quant au magnat de la Wyvern… Je pense que nous sommes tous d'accord ici pour dire que quoi que tu lui aies fait, cela n’a pu être que trop doux. »

Le même frisson de dégout nous avait semblait-il parcouru à son simple souvenir. Et pour ma part, j’avais eu une vision supplémentaire la concernant. Ordure corrompue et souillure innommable, je n’avais pour regret que de n’avoir pas pu m’occuper moi-même de son sort.

« Brunissen dit vrai, le problème n’est pas vraiment de nous y rendre, le problème serait d’en ressortir… »

Même si la dernière défaite de notre Empereur face à Athéna avait affaibli son royaume, il y demeurait encore des lois immuables qui faisaient ses fondations. Aucun corps non spectral ou non éveillé au huitième sens ne pouvait y survire, et aucune âme ne pouvait quitter ce territoire sans sa bénédiction.

Nous pouvions donc nous y rendre, mais nous ne pourrions pas en ressortir, et me concernant, j’avais encore à faire ici.

« Il nous aurait fallu la bénédiction d’un dieu, mais ce n’est pas le genre de chose que l’on peut trouver au premier carrefour… »

Et personnellement, je n’avais pas cela en réserve, et je doutais même que Sparte en possède. Mais si cela se trouvait quelque part dans la ville, cela serai surement le cas dans le palais du Haut-Commandeur...

*A quoi je pense là ?*

Chassant une bien audacieuse idée qui m'était venu à l'esprit, je revenais à notre conversation.

« Concernant maintenant les autres Etoiles inclues dans vos visions, il me semble évident que la Noblesse y est mêlée de près. Après tout, il s’agit du Juge des Enfers, et du supérieur de l’Etoile du Talent. Quant à cette Etoile rousse… Elle m’est familière, mais son nom échappe encore à ma mémoire. »

Et me dirigeant alors vers mon bureau, j’en ouvris un des tiroirs pour en tirer un épais volume relié de cuir que je posais en évidence avant de l'ouvrir à la page marquée d’une comète de soie rouge.

« Mais peut être la reconnaîtrons nous parmi les 108. »

Je commençais par les Etoiles placée sous le commandement de celle de la Noblesse, quelque chose me disais que c’était une piste qui s’avèrerait fructueuse…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sivir
Juge suppléant des Enfers et Spectre du Balrog
avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 26/08/2017

Feuille de personnage
Hp:
125/125  (125/125)
CS:
350/350  (350/350)
Pa:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Un entretien important [Sivir / Brunissen / Raziel-Minos]   Mer 25 Oct - 23:24

Spoiler:
 


Ces visions avaient eu pour effet de tous nous ouvrir une voie vers l'avenir et le passé. J'ignorais pour quelles raisons j'avais sorti Brunissen du lac des violents, mais j'avais eu le sentiment que c'était la chose à faire à ce moment là... et de toute évidence, notre Seigneur avait approuvé puisque je m'étais encore réincarnée dans cette ère, et surtout, je m'étais réincarnée en même temps que Brunissen. Quelles étaient les chances pour que nos deux étoiles soient à nouveau tellement liées?

Cependant, une inconnue demeurait encore, au-delà de cette wyverne qui nous avait à tous répugnés, il y avait une femme, une spectre rousse qui semblait tous nous lier les uns aux autres, sans trop savoir comment ou pourquoi. Alors que Raziel cherchait dans un grimoire de sa bibliothèque une éventuelle, réponse, je laissais Brunissen avec lui puisqu'elle avait eu une vision plus nette de cette femme. De mon côté, je décidais de m'appuyer contre le mur, croisant les bras afin de replonger dans une certaine méditation destinée à m'ouvrir à mes anciennes vies et mes nouveaux pouvoirs.

Le fouet de glace de Brunissen m'avait ouvert la voie déjà, maintenant que je savais à quelle étoile j'étais rattachée, je pouvais mieux me concentrer sur mon surplis... qui m'attendait en Enfer. Quelle poisse, là où je ne pouvais me rendre pour le moment. Cependant, maintenant que j'avais le nom de l'étoile de la belle blonde, j'essayais de me concentrer pour le détecter. Puisant dans mes anciens savoirs, dans mon cosmos aussi qui devenait de plus en plus facile à maîtriser, j'arpentais mentalement les enfers au fur et à mesure que mes souvenirs revenaient.

Le Temple du Jugement, là où se trouvent mes quartiers avec ceux de Minos du Griffon. Un sentiment familier alors que je pense à lui, nos échanges me reviennent, ma loyauté à son égard, que j'ai été un homme ou une femme importait peu, il était mon Maître, mon supérieur, mon dieu même... même si ma totale dévotion allait à Hadès, je sentais ce lien fort entre lui et moi. La confiance qu'il pouvait avoir en moi et que je ne pouvais trahir, cette pensée ne pouvait même pas traverser mon esprit.

Je ne m'étais pas rendue compte du temps écoulé, avaient-ils trouvé la spectre? Une chose était sure de mon côté

«Je crois que mes sens s'éveillent peu à peu. J'arrive à ressentir les surplis des différentes étoiles... et je suis presque sure que celui du Balrog se trouve en Enfer, il me faudra aller le chercher si je veux m'éveiller pleinement. Mais avant, il faut trouver celui de l'Irbis, qui lui n'est pas dans notre royaume. J'en suis presque sure.»

Un surplis qui avait été enlevé, c'était possible si le précédent porteur avait lui-même été fait prisonnier. Son âme avait été enfermée quelque part et son surplis avec. J'avais le sentiment qu'il pouvait se trouver quelque part dans le Nord, l'ancien spectre s'y serait rendu peut-être au cours d'une guerre contre Asgard... de nouveaux souvenirs des précédentes guerres me revenaient en mémoire concernant ces guerriers divins qui n'existaient plus aujourd'hui, pour le moment du moins...

Je me tournais vers Brunissen, dans la mesure où mon surplis n'était pas accessible pour le moment, il aurait été judicieux d'essayer de chercher le sien. Mes souvenirs étant plus nombreux suite à mes précédentes existences, il était surement préférable que je parte avec elle? Et puis, nous étions liées, non? Enfin, tout dépendant de ce qu'ils avaient appris dans le livre de Raziel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brunissen
Spectre de l'Irbis
avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 25/08/2017

Feuille de personnage
Hp:
125/125  (125/125)
CS:
350/350  (350/350)
Pa:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Un entretien important [Sivir / Brunissen / Raziel-Minos]   Jeu 26 Oct - 15:24

Frissonnante d’horreur et de tristesse aux paroles de Raziel, Brunissen ne put que tourner le regard vers Sivir. En un lointain passé, la brune aspirante l’avait bien sauvée des affres d’un effroyable châtiment. C’était si puissant que la blonde en sentait presque les flammes la lécher, la dépouiller de tout espoir, de tout avenir. C’était si horrible qu’elle en avait presque senti les larmes lui piquer les yeux.

Une épreuve qui à elle seule suffisait à faire comprendre pourquoi son âme se refusait tant à revivre le passé, à se rappeler. Qu’y avait-il de mal à se préserver d'un tel passé ? Ne sachant que dire en cet instant, elle baissa juste la tête en murmurant un merci quasi inaudible à celle qui, au risque de sa propre âme, l’avait sauvée.

" Je comprends maintenant pourquoi tant de haine à l’égard de la Wyvern… "

C’était si horrible de ne pouvoir défendre celle qui l’avait tirée d’un tel sort en plus de lui offrir une nouvelle vie, une Non-vie. De rage soudaine, elle en tremblait avant de se calmer doucement. Le passé était mort et elle ne pouvait plus rien y faire sinon construire sa nouvelle existence. Plongeant son regard en celui de Sivir, elle lui sourit. Un geste plus qu’amical, plus que complice, une réelle force les avait unies en une autre ère, une époque révolue mais dont l’héritage avait perduré.

" La Wyvern… Mon sang bout à l’évocation de son seul nom mais l’infinie justice de notre dieu n’a pu que lui attribuer son juste châtiment. "

Des mots dits avec une telle…. Foi. Quelque chose était en train de muter en elle, la féline renaissait à chaque nouveau pas franchi. De ses paroles, le Préfet avait confirmé les doutes de la blonde nordique. Aucun d’eux ne pourrait revenir des Enfers si, d’aventure, ils parvenaient à s’y rendre. Fermant un instant les yeux, la belle spartiate entrevit des images de barque et soudain une hydre se dessina à ses côtés. Un tel choc la prit qu’elle perdit un instant son souffle. Le cœur et l’âme agités, elle parvint malgré tout à se reprendre, se jurant qu’aucun de ces malaises ne pourrait l’empêcher de franchir le fleuve de Non-Retour au-delà duquel se trouvait toutes les réponses à ses questions. Plus maintenant que Sivir était auprès d’elle.

Se penchant alors que le livre que Raziel avait sorti de son bureau, elle se posa la main sur les pages. Tant d’images, tant de représentations défilaient sous ses yeux sans qu’elle ne réagisse jusqu’à ce qu’elle ne mette à caresser les formes d’un surplis aux ailes repliées. Des formes, une silhouette quasi féminine…

Était-ce le don de lecture qui avait brisé la barrière dressée entre elle et ses souvenirs passés ? Toujours était-il que maintenant ils se déversaient en elle sans la moindre retenue. Toujours dans le désordre mais si présents, si présents.

" Carminia… Lydia… Si proche, si proche du Magnat de la Noblesse. "

Un regard empli de tristesse alors qu’elle se voyait combattre à ses côtés une sombre parodie du gold saint du Verseau. Une image d’amitié trouble avant qu’elle ne parcoure de nouveau la forme du surplis.

" Oui, c’est elle, c’est elle qui portait ce surplis. Le Nosferatu, le Vampire-roi… Roussette, Sang et Vampire, nous combattions sur une île désolée, une île maudite, une grotesque imitation du Verseau trop lâche pour nous tenir tête malgré sa puissance quasi divine. "

A ce souvenir, une indignation immense la prit.

" Nous étions amies, amies avant que le Magnat du Griffon ne détruise ce lien. C’est lui qui a tout détruit…

Je souillais le Vampire, je la souillais selon ses propres dires. Si indigné, il m’a paru si indigné et protecteur. Le Vampire, ce spectre, il lui appartenait corps et âme. "


Et se retirant pour laisser la place à Raziel, elle se tourna vers Sivir.

" Oui, le grand nord, le froid est intimement lié à moi et à l’Irbis. S’il n’est pas aux Enfers, mon surplis ne peut être que là. Là où j’aurais du retourner. Là où j’aurais du périr plutôt que de finir mes jours sur cette île. Si tel est notre destin, partons vers le Grand Nord avec votre permission et celle du Haut-Commandeur bien sûr… "

Mais était-ce réellement pertinent de partir ainsi en le laissant ainsi seul avec cette boîte de Pandore que toutes deux venaient d’ouvrir.

" A moins que nos questions n’en aient éveillé d’autres. Préfet Raziel… "

Elle se sentait honteuse de l’avoir ainsi mis de côté.

" Non, seigneur Raziel, maintenant que tout se fait jour en moi, il est plus correct de vous appeler ainsi.

Et si, comme je commence à le penser, votre Etoile est bien celle de la Noblesse, sachez que je n’aurai rien contre vous. Le passé est le passé, je n’ai plus rien contre vous. Plus rien et si j’ai pu vous aider à remettre la main sur le nom de cette Etoile si proche de celle de la Noblesse, j’en suis heureuse. Le Sang, le Sang l’entoure alors que son chant s’élève délicatement pour vous… "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minos
Juge des Enfers et Spectre du Griffon
avatar

Messages : 90
Date d'inscription : 04/08/2013
Localisation : Sombre empire

Feuille de personnage
Hp:
185/185  (185/185)
CS:
360/360  (360/360)
Pa:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Un entretien important [Sivir / Brunissen / Raziel-Minos]   Jeu 26 Oct - 17:21

Brunissen et moi même étions alors en train de scruter les représentations des différentes Etoiles placées sous l'égide de celle de la Noblesse, quand l'une d'elle attira notre attention.

Un surplis d'Etoile céleste, celui du Vampire, l'Etoile des Ténèbres.

« Lydia... »

Un souffle, un mot, un nom comme revenu d'outre-tombe. Un nom qui commença alors à me hanter comme un écho lointain, comme une porte ouverte sur quelque chose d'infiniment complexe. Une relation à la fois désiré et rejeté. Rêve et damnation, amour et devoir, tout cela semblait se confondre dans l'image de ce surplis aux ailes repliées, et à la rousse flamboyante qui la portait depuis sa création.

*Sa création... Sa création après la Guerre de Troie.*

Un nouveau flash, une nouvelle réminiscence. Une rencontre d'un autre temps, d'un autre age. Un age où les dieux marchaient encore parmi les hommes. Et au coeur des Enfers, je rencontrais alors l’âme Amazone de celle qui allait devenir ma confidente, et plus encore.

« L'Etoile des Ténèbres… Et bien l'on peut dire que ta venue en Enfer s'est faites par le biais d'Etoiles de hautes lignées. »

Et ce n'était pas peu dire. L'Elite infernale quasiment au complet avait ainsi côtoyé de près Brunissen, ou ce qu'elle fut, lors de sa résurrection, une chance que la nouvelle Etoile ne pouvait que relever, et apprécier.

Sivir parla alors, selon elle, si son surplis se trouvait bien en Enfers, celui de Brunissen quant à lui se trouvait ailleurs, quelque part donc dans le vaste monde, loin de Sparte.

Mais où ?

Ce fut Brunissen elle même qui trouva la réponse à cette question. Là où fut son chez-elle avant... Tout cela. Dans les terres du nord, là où s'était un jour trouvé Asgard aujourd'hui perdu à jamais.

Qu'un surplis s'y trouve désormais était une ironie du destin, mais cela se tenait, aussi, je n'avais personnellement aucune raison de venir m'opposer à ce projet.

« Non, je n'ai aucune raison de vous retenir ici plus longtemps. Je n'ai pas les moyens de nous envoyer aux Enfers, et je n'ai pas sur moi non plus les réponses aux questions concernant ton avenir Brunissen. Ton Etoile m'est encore inconnue, donc il te faudra la trouver par toi même, et s'il te faut pour cela quitter Sparte, et bien qu'il en soit ainsi. Je ferai en sorte que rien ne te retienne, à condition que Sivir vienne avec toi. M'est avis que vous ne serez pas trop de deux pour cette expédition. »

D'autant plus que si j'avais déjà une grande confiance en Sivir du fait de son Etoile, disons que ma confiance envers Brunissen était un peu moindre. Un chaperon ne serait pas une mauvaise chose, et puis ces deux âmes semblaient liées.

« Sivir, veille bien sur Brunissen. Et dans l'hypothèse qu'à votre retour, tu ne possèdes pas encore ton surplis, je vais m'employer à trouver de quoi nous permettre d'accéder aux enfers corps et âmes sans y mourir au passage. »

Un plan qui prendrait surement du temps à se mettre en place, mais qui aboutirait d'une manière ou d'une autre. Etre préfet avait aussi ses avantages.

« Allez à présent. Que la bénédiction du Sombre Empereur vous accompagne. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sivir
Juge suppléant des Enfers et Spectre du Balrog
avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 26/08/2017

Feuille de personnage
Hp:
125/125  (125/125)
CS:
350/350  (350/350)
Pa:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Un entretien important [Sivir / Brunissen / Raziel-Minos]   Jeu 26 Oct - 19:24

Lydia, l'étoile des ténèbres, le Vampire. Maintenant que je connaissais son nom, je la visualisais bien. Une étoile vraiment immortelle, qui par son sang de vampire a traversé bien des âges, souvent plus que n'importe lequel des autres spectres. Alors que j'étais en méditation, je revoyais des images de mon passé, de mes autres vies où j'avais pu la croiser. De même, mon apparence changeait, elle m'avait vue le plus souvent sous l'apparence d'un homme... et lors de mon autre incarnation sous le nom de Sivir, je ne l'avais que brièvement connue. Elle aurait apparemment du me soigner d'un mal provoqué par la Wyverne, mais n'en n'a pas eu l'occasion... il semblerait que je sois morte avant de pouvoir pleinement prendre mes fonctions de Balrog à cette époque.

Au final, nous ne pouvions pas aller aux Enfers pour le moment. J'aurais peut-être pu envoyer mon âme chercher mon surplis, ce qui m'aurait totalement libérée dans ma condition de spectre et m'aurait alors permis d'aller et venir à ma guise, mais j'étais presque sure que le surplis de Brunissen ne s'y trouvait pas. Ce qui signifiait qu'elle, si elle venait, elle risquait d'être prisonnière des lieux jusqu'à ce que quelqu'un lui rapporte! Et ça pouvait durer longtemps.

Elle semblait avoir le sentiment que son surplis devait se trouver dans le Grand Nord, j'approuvais pour ma part, c'était également le ressenti que j'en avais. Dans les anciennes terres d'Asgard, l'ancien spectre de l'Irbis avait du se retrouver confronter à ces êtres, peut-être nous avait-il trahi à l'époque pour devenir un guerrier divin... malheureusement, cela s'était vu, j'avais des souvenirs de changements de la sorte, des êtres qui portaient le doute dans leur cœur et qui nous avait trahi. Probablement Hadès n'avait alors plus toléré que l'Irbis soit de nouveau incarné, c'est pourquoi le surplis serait resté dans ces terres maudites.

Pourquoi aujourd'hui? On l'avait bien compris aujourd'hui, Brunissen était un être à part. Une nouvelle étoile, une nouvelle chance, une nouvelle vie. Alors c'était peut-être l'occasion de faire d'une pierre deux coups, ravir celle qui appartenait autrefois aux terres d'Asgard pour la ramener dans notre camps, là où l'ancienne étoile avait fait l'inverse. Un léger souvenir de cette histoire me revenait, je pense que j'avais du être celui qui avait jugé le traître à l'époque.

Ainsi, nous avions chacune notre destination, j'aurais pu partir chercher mon surplis en Enfer, mais j'avais plutôt dans l'idée de me joindre à Brunissen pour l'aider. Heureusement, Raziel semblait de mon avis, bien qu'il paraissait perturbé par ce qu'il venait de découvrir. Un lien fort avec la Spectre du Vampire peut-être? Dans mes souvenirs, elle était étroitement liée au Juge du Griffon, et s'il était plus que probable que Raziel en soit sa réincarnation, j'avais toujours eu le sentiment qu'elle était attachée à lui, mais que ce n'était pas trop réciproque. Le Juge de la Noblesse n'était guère du genre à succomber aux sentiments à vrai dire.

Je fixais Raziel un moment, préférant ne rien dire sur ces souvenirs qui affluaient en mouvement doux et régulier sans que je n'en prenne la migraine, puis je me redressais avant de m'incliner respectueusement

«Ainsi il en sera fait selon vos ordres, Seigneur Raziel. Mon surplis se trouve en Enfer, probablement dans la demeure du Jugement. Je pense que si nous venions à être en danger, je pourrai être à même de l'appeler. D'ici que notre aventure progresse, je serai probablement pleinement éveillée.» je me tournais alors vers Brunissen, mon regard se fit plus doux, moins formel, et je lui faisais signe de partir

«Il va falloir s'acheter des vêtements chauds!» c'était dit sur un ton léger, j'avais le sentiment qu'elle pourrait aller là bas en maillot de bain qu'elle serait à son aise!

Nous laissions donc Raziel à ses travaux, il allait avoir bien à réfléchir après notre entrevue. Nous ne nous étions pas attendue à tant de révélations, mes sens du Balrog se sont éveillés bien plus vite que bon nombre de spartiates, de ce que j'avais pu comprendre... malgré tout, même si mes souvenirs étaient présents, mon cosmos était encore faible et je devais me montrer prudente. Que nous soyons deux à nous rendre dans l'ancienne Asgard était surement plus prudent. Brunissen paraissait mieux maîtriser le cosmos que moi, mais cela n'empêchait pas que sans nos surplis, nous étions vulnérables.

Alors que l'on avançait vers notre dortoir pour nous reposer un peu et nous préparer à partir le lendemain, je me tournais vers la belle blonde

«Si je peux me fier à mes souvenirs, le précédent Spectre de l'Irbis n'a plus été incarné depuis des siècles... je crois qu'il a trahi notre Empereur pour servir le Dieu Odin en Asgard... mais il a été tué par l'un des nôtres. Depuis, son surplis a été scellé quelque part là bas et l'étoile n'a plus été incarnée, jusqu'à aujourd'hui.»

Je prenais une profonde inspiration alors qu'on arrivait dans notre dortoir, le spectre qui avait achevé l'Ibris à l'époque, c'était moi... je me dirigeais vers mon armoire pour préparer machinalement mes affaires
«Un spectre devenu asgardien. Une asgardienne devenue spectre. La boucle est bouclée?» et qui plus est, je l'avais punie en tant que traître, et libérée en tant que promise... je lui souriais tendrement, comme quoi, le destin était bien joueur parfois.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brunissen
Spectre de l'Irbis
avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 25/08/2017

Feuille de personnage
Hp:
125/125  (125/125)
CS:
350/350  (350/350)
Pa:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Un entretien important [Sivir / Brunissen / Raziel-Minos]   Dim 29 Oct - 14:16

" Etoiles de hautes lignées… "

Avait répété la blonde nordique d’un ton rêveur. Tous ces noms qui refaisaient surface comme autant de bulles remontant vers la surface depuis des profondeurs insondables. Si délicats, si attirants tels des perles sacrées qu’elle chérirait pour le reste de sa vie.

Le Balrog, le Griffon et le Vampire, trois puissantes Etoiles qui avaient entouré son émergence en ce monde. Brunissen sentait que bien d’autres encore avaient agi sur elle, directement ou non. La Wyvern en était une sans conteste même si c’était lié à Sivir. Un magnat qu’elle espérait ne plus voir réincarné ou plus exactement aussi mal incarné.

Ces quelques pensées à peine achevées, la voix de Raziel reprit. Partir, elles allaient pouvoir quitter la cité du cosmos sans le moindre souci. Avec l’accord du Préfet, cela se ferait sans coup férir. Déjà, Sivir venait de répondre, laissant ensuite la place à la jeune nordique.

" Oui, n’ayez aucune crainte pour moi. Avec, tout le respect que je vous dois, je suis tout aussi capable de me défendre que Sivir. "

Plus que quelques mots, c’était une manière d’affirmer et plus encore de confirmer qu’elle était maintenant prête à accomplir sa destinée. Plus qu’ardente en dépit du froid qu’elle générait aussi facilement ce qu’elle respirait, elle n’attendait plus qu’un signe du Préfet pour prendre congé.

" Avec votre permission, je vais aussi me retirer, seigneur Raziel, et au fond de moi, j’ai la certitude qu’à notre prochaine rencontre, je serai devenue le spectre de l’Irbis. Mes respects, seigneur Raziel. "

Sur ce, elle s’inclina et quitta la pièce en compagnie de Sivir. Le voyage serait long mais plus qu’instructif. Au fond d’elle, elle sentait que c’était plus que nécessaire et qu’un jour, elle pourrait enfin remercier la belle brune de l’avoir sauvée. A ses premières remarques, elle ne put d’ailleurs que sourire. En effet, des vêtements chauds seraient plus que les bienvenus, surtout si elles devaient se rendre sur le site de l’ancienne Asgard, le lointain Septentrion où tant de combats entre saints et guerriers divins s’étaient déroulés.

" En effet, cela ne sera pas de trop, Sivir. Je pense que nous devrions facilement trouver notre bonheur dans les quartiers commerçants. Après tout, Sparte contient tout ce qu’il faut en matière d’approvisionnement. Disons juste que c’est assez rare que l’on vienne chercher ce genre de fournitures. "

Souriante malgré la trouble qui s’emparait d’elle à l’idée de fouler ces terres ancestrales, la belle se concentrait sur tout ce qu’elle devrait emporter. Qu’elle fût d’une résistance accrue face au froid ne devait pas lui faire oublier que son corps avait aussi ses limites. Des limites qui allaient être mises à l’épreuve. C’était aussi ainsi qu’on apprenait, en allant sur place…


" J’ignore ce qu’il a pu arriver exactement à l’ancien Irbis ni ce qui l’a poussé à trahir ainsi Hadès pour rejoindre Odin. Tant de possibilités existent mais seul le recouvrement total de nos souvenirs nous en donnera la véritable clé dans toute sa nudité. Asgard n’était pas qu’une terre puissante, elle était aussi éclairée par la Sagesse du grand Odin. Je ne peux pas croire que le roi des Ases se soit fourvoyé en acceptant un transfuge instable en ses rangs pour juste le perdre à nouveau. Pour moi, c’est certain. Je le sens au plus profond de mon cœur et de mon âme, le lien entre nous n’a pas de passé direct avec cette Etoile perdue dans la nuit des temps, pas de cette manière en tout cas. J’ai comme ressenti une inspiration soudaine, un appel liant à la fois mon passé et mon avenir. Comme si notre seigneur en personne avait fait glisser une Etoile inachevée ou blessée vers moi.

L’Irbis… Un fauve des neiges comme le blanc tigre Viking… Deux formes proches et pourtant si différentes. Toute la grâce du félin et la blancheur impitoyable du froid et de la glace. "


* Une Etoile prête à fusionner avec mon âme, à m’accepter tout en me changeant en servante du sombre empereur. * Acheva-t-elle pour elle avant de sourire de nouveau vers la brune destinée à revêtir le surplis du Balrog.

Ces quelques mots envolés, la blonde se retourna de nouveau sur Sivir.

" Je vais retourner à ma chambre pour préparer à mon tour mes affaires. Certains objets me sont précieux et qui sait si leur présence ne pourra pas nous être utile. Après tout, nous allons droit vers ce qui n’existe pas ou plus… "

Puis, commençant à s’éloigner.

" Ensuite, nous pourrons faire quelques emplettes et nous diriger droit vers le grand nord. Les moyens humains nous permettront d’économiser nos forces mais ensuite, il faudra avancer seules loin des regards de tous et de toutes. "

-> Septentrion, sur les terres supposées être celles de l'ancienne Asgard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un entretien important [Sivir / Brunissen / Raziel-Minos]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un entretien important [Sivir / Brunissen / Raziel-Minos]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» entretien 4t
» Conseil pour l'entretien de vos accessoires de peinture
» Entretien d'un moteur RB V12 Rody
» [Rice, Anne] Entretien avec un vampire
» Entretien roulements

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Knights of Hope :: Sparte la Sacrée :: Dortoirs :: Maison d'Hadès-
Sauter vers: