Forum RPG dans l'univers de Saint Seiya (Les chevaliers du Zodiaque)
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Vers un nouveau monde, une nouvelle vie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sivir
Juge suppléant des Enfers et Spectre du Balrog
avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 26/08/2017

Feuille de personnage
Hp:
125/125  (125/125)
CS:
350/350  (350/350)
Pa:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Vers un nouveau monde, une nouvelle vie   Sam 2 Sep - 19:32

Juillet 2002
============================
Enfin un endroit familier.

Assise à une table, seule près de la fenêtre laissant passer la lumière du soleil, je lisais inlassablement tous les ouvrages qui attiraient mon regard. Cela ne faisait que quelques jours que j'étais ici, quelques jours que l'accident avait eu lieu, quelques jours que ma vie avant changé.

Mon regard se posa quelques secondes sur ma main alors que je lisais, sans trop savoir pourquoi, la Divine Comédie de Dante. De toute manière, depuis que j'étais ici, il y avait pas mal de choses que je faisais machinalement, sans savoir comment, alors que ça me semblait tout simplement naturel. Mais là, ce n'était pas le livre qui attirait mon attention, mais la fine cicatrice qui se trouvait désormais au niveau de mon poing, seule blessure qui est ressortie de mon accident d'avion.

Enfin... un accident... quelque chose en moi me laisse à penser qu'il y avait autre chose derrière, mais peu importe. Moi qui pensais partir tranquillement en vacances en Grèce, à Athènes pour me la couler douce et profiter enfin de quelques jours de congés, voilà que mon avion commence à se secouer dans tous les sens... je me souviens encore des hôtesses de l'air qui se précipitent vers leurs sièges, nous disant de ne pas nous inquiéter. Comme si j'étais du genre à m'inquiéter. Puis il y avait eu comme un flash de lumière, l'avion a commencé à piquer du nez, et puis plus rien. Le trou noir. Quand je me suis réveillée, il y avait du feu partout, pourtant je ne brûlais pas... j'étais un peu plus loin en fait, plus sur mon siège, c'était comme si j'avais sauté en cours de route, passant au travers de la coque et n'en sortant donc qu'avec cette blessure au poing.

Et il était là... le "Chauffeur" comme il se faisait appeler. Apparemment, j'étais la seule survivante, mais ce n'était pas du au hasard ou à la chance, je m'étais... éveillée. C'était le mot qu'il avait employé, sur le moment, je ne m'en souvenais pas, mais au fur et à mesure qu'il me racontait ce qu'il avait vu, les souvenirs me revenaient. C'était comme si quelqu'un avait pris possession de moi, ou comme si une part de ma mémoire s'était débloquée... une confiance avait grandi, j'avais juste décroché ma ceinture, une aura noire m'avait entourée, et sans même un regard vers ma voisine terrifiée, j'avais donné un coup de poing dans la coque de l'avion et j'avais ensuite sauté bien avant qu'il ne s'écrase au sol.

J'avais eu une étrange sensation, comme si des ailes avaient poussé dans mon dos, mais il n'en était rien, et j'avais juste atterri souplement sur le sol alors que l'avion explosait quelques centaines de mètres plus loin, ne faisant que me couvrir de poussière et de suie. Puis la mémoire semblait m'avoir quittée, comme si tout ça n'avait existé que par un instinct de survie, puis je m'étais retournée pour tomber nez à nez avec le chauffeur.

Depuis combien de temps j'étais là à regarder bêtement ma main? Je battais un instant des cils avant qu'un homme s'approche doucement de moi, comme inquiet de ne pas me voir bouger

«Mademoiselle Rune?»
«S'il vous plaît, appelez-moi Sivir...»
oui, Rune était mon premier prénom, mais disons que pour un procureur, ça ne sonnait pas très bien. J'avais du prendre mon second prénom pour pouvoir grimper les échelons dans ma carrière, et je n'avais plus du tout l'habitude que l'on m'appelle ainsi aujourd'hui.

Et tout ça pour quoi? J'étais désormais ici, à Spartes, ou plutôt une nouvelle Spartes, pas celle de Grèce que l'on connaît aujourd'hui, une autre, réservée à ceux qui, comme moi, semblent avoir des pouvoirs enfouis en eux...

«Tout va bien?»
«Oui, je crois que j'ai besoin de prendre l'air. Puis-je emporter ce livre? Je ne l'ai pas fini...»
«Malheureusement non, les ouvrages doivent demeurer ici, mais je peux vous le réserver pour qu'il soit là quand vous reviendrez?»
«Je veux bien, merci.»


Je me levais donc, prenant une profonde inspiration avant de jeter un dernier regard par la fenêtre. J'aime bien cette bibliothèque, c'est probablement l'endroit le plus calme de toute la ville. Je ne sais pas si c'est du au choc de l'accident, mais j'ai l'impression d'avoir l'oreille plus sensible depuis. J'aime le silence.

Je quittais donc la bibliothèque pour aller faire un tour, vêtue d'une chemise blanche aux manches retroussées, d'un simple jean' aussi, mes longs cheveux noirs attachés en une natte qui descendait sous mes fesses et des baskets noires, je parcourais les couloirs afin de descendre juste dans le hall. Au fond, je comptais revenir rapidement. Je passais devant un miroir, et j'en profitais pour réajuster ma broche noire, épinglée à ma poitrine... je ne voulais pas qu'elle se décroche, la chemise était fine. Avec la chaleur du coin, ce n'était pas du luxe.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brunissen
Spectre de l'Irbis
avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 25/08/2017

Feuille de personnage
Hp:
125/125  (125/125)
CS:
350/350  (350/350)
Pa:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Vers un nouveau monde, une nouvelle vie   Mer 6 Sep - 8:05

[Post d’intro de Brunissen]

[Hrp : désolée pour le retard, je ferai en sorte d'être plus rapide pour la suite ^^]


C’était l’été, le plus bel été qu’elle n’eut jamais vu. Un cadeau des dieux, un instant de répit après les combats, les cris, les destructions de l’ultime guerre. Pourtant, elle ne pouvait savourer la paix ni la trêve entre les camps.

* Viendra le jour où la « pax romana » trouvera sa fin, trouvera sa mort… *

Forcer des êtres aussi différents à se réunir en ces lieux étaient une folie autant qu’un trait de génie. Pari dément entre les mains du Haut-Commandeur et des quatre fondateurs. Ainsi l’immensité de la ville lui faisait l’effet d’un creuset. Un lieu où toutes les puissances contraires, toutes les énergies les plus sombres, les plus méconnues côtoyaient autant d’éclats de lumières que de porteurs d’espoir. Un terreau d’où pourrait surgir aussi bien la plus merveilleuse des fleurs que la plus empoisonnée des pestes…

* Sparte, cité de tous les possibles… *

Quittant son ère d’entraînement, la blonde nordique ne pouvait qu’entendre le tumulte se dirigeant depuis les dortoirs jusqu’à la Bibliothèque.

* Un heurt en pleines rues ? Mais comment osent-ils ? *

D’une détente, elle bondit sur l’autre chemin, fila aussi vite qu’elle pouvait le faire, ne ménageant ni sa broche ni sa tenue noire. Si c’était bien ce qu’elle craignait, mieux valait qu’une ancienne se présente dans l’attente de l’arrivée d’un professeur ou de l’un des préfets. Embrasant alors son cosmos glacé juste ce qu’il fallait pour rejoindre le lieu de la rixe, elle se plaça directement entre les futurs spectres et saints. Certains tenant entre leurs mains le trésor dérobé dans le dortoir de l’autre.

" Il suffit. Vous n’avez pas à poursuivre les « Délesteurs de Fanions » et semer le désordre hors des Dortoirs. Vous le savez très bien. La victoire est leur. Que leur champion ait agi par ruse plutôt que par force ou loyauté ne change rien. Le résultat est en leur faveur. A vous d’aller rechercher votre fanion dans l’enceinte de la Maison Noire ! "

D’un regard bleu émeraude, elle avait balayé l’ensemble des aspirants spartiates. Quatre futurs saints et deux futurs spectres. De quoi donner une image assez peu flatteuse des futurs combattants d’Athéna. Préférant ne pas aller plus loin dans cette triste histoire, elle fit signe aux gardes dorés qui ne tardaient plus à arriver. Cette affaire finirait entre les mains de Cypris et Raziel, les Préfets de la Maison Blanche et de la Maison Noire. Une simple querelle entre apprentis comme on pouvait en voir plus que couramment, même au sein de son propre camp. De quoi rendre la jeune femme perplexe quant à l’avenir. Soupirant, elle vit les six apprentis se lever face aux gardes et sur un geste salua les deux futurs spectres tout en s’inclinant devant les représentants de la Maison Dorée.

Ce petit intermède passé, elle se rendit soudain compte de la présence d’un cosmos tout proche, un cosmos sombre.

* Un nouveau spectre en devenir ? *

Curieuse, elle se demandait s’il serait d’une autre trempe que les va-t-en-guerre qui venait de troubler quelque peu le silence local. Aussi, d’un geste rapide, elle remit de l’ordre dans son uniforme avant de bien replacer sa broche noire. Tout de sombre vêtue, elle paraissait encore plus blonde, plus lumineuse et que dire de son splendide regard. Elle avait tout de la rose du nord, vive et éprise de justice. Pistant alors la piste d’énergie, elle ne tarda pas à atteindre la Bibliothèque toute proche dont le plus haut des membres avait la réputation d’être aussi pointu que le spectre du Balrog en termes de silence. A la différence près que la petite femme acariâtre n’avait rien de commun avec la description qu’elle avait apprise à reconnaître au fil des lectures. Par chance, elle ne semblait pas avoir entendu le tumulte extérieur. Un avantage qu’elle espérait dont elle espérait bien profiter surtout avec une tenue aussi abîmée que la sienne. Elle qui sortait de l’entraînement ne pouvait pas être aussi nette que ceux venus parfaire leurs connaissances en ce puits de savoir.

Se glissant alors sans un bruit entre les majestueuses portes, elle ne tarda pas à atteindre le hall et repérer l’objet de son intérêt : une belle jeune femme brune portant elle aussi la broche de la Maison Noire. Un sourire s’épanouit alors sur ses traits légèrement hâlés. Quelque chose en elle lui était familier sans qu’elle ne puisse mettre un nom dessus. Accentuant juste ce qu’il fallait de son aura de froid pour rafraîchir sa peau, elle passa la main dans ses longs cheveux, les remettant en place avant de se dirigée vers la nouvelle spartiate. Qu’elle ne l’avait pas encore remarquée n’était pas si étonnant au final au vu des longues journées qu’elle avait passé en isolement total histoire de parfaire sa résistance à certaines épreuves.

S’approchant alors, elle prit la parole d’une voix douce.

" Je ne vous dérange pas ? "

Avait-elle glissé en tout premier, faisant preuve de la courtoisie qu’on lui avait inculquée depuis son plus jeune âge.

" Je vois que vous êtes nouvelle. C’est une joie de rencontrer une nouvelle Etoile en devenir. Pour ma part, j’en suis aussi une sauf que je n’ai encore aucune idée du nom de ma future armure. Oh, j’oubliais, je m’appelle Brunissen et vous ? "

Sur ce elle se tut, attendant la réponse de sa future sœur d’armes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sivir
Juge suppléant des Enfers et Spectre du Balrog
avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 26/08/2017

Feuille de personnage
Hp:
125/125  (125/125)
CS:
350/350  (350/350)
Pa:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Vers un nouveau monde, une nouvelle vie   Mer 6 Sep - 11:06

Spoiler:
 

Mon sac à dos sur une épaule, j'étais allée m'installer tranquillement sur un petit muret à l'entrée de la bibliothèque, au frais sous un arbuste qui dégageait juste assez d'ombre pour me protéger des rayons du soleil assez cuisants dans cette partie de la Grèce. Je ressentais toujours ce léger picotement dans la nuque chaque fois que ces effluves de cosmos se manifestaient un peu partout autour de moi. Je commençais à m'y habituer à force, j'arrivais petit à petit à différencier un cosmos agressif d'une simple manifestation, tout comme je percevais peu à peu l'intensité d'un cosmos selon la distance, ce qui me permettait de reconnaître un entraînement d'un vrai combat.

Mais j'avais quand même encore pas mal à apprendre, parfois, j'avais des sensations familières et je percevais bien mieux le cosmos, d'autres fois j'avais plus de mal, mais c'était étrange ce sentiment que j'avais désormais plusieurs personnes dans ma tête. Le Chauffeur m'a dit que c'était simplement mes vies antérieures qui se manifestaient, mais ça restait étrange.

Plus loin, il m'avait semblé sentir des tensions, mais j'avais sorti une pomme de mon sac et j'étais tranquillement en train de la manger sans vouloir trop m'en soucier. J'avais déjà remarqué que de toute manière, nous étions ici plusieurs... camps. On va dire que j'appelais ça comme ça, même si je n'étais pas sure que le terme soit si bien adapté. Plusieurs dieux disposaient de leurs armées et nous étions tous rassemblés ici en attendant de savoir exactement qui nous étions destinés à servir, et comment surtout. On ne pouvait pas intégrer une armée comme ça, il fallait de l'entraînement et de la détermination aussi. J'étais de celles qui aimaient étudier la théorie avant de passer à la pratique, d'où le fait que je passais davantage de temps à la bibliothèque que dans les arènes, et puis, je n'avais encore rencontré que de gros bourrins assoiffés de bagarre dans les rangs de la maison noire, ce qui ne m'avait pas trop donné envie de m'entraîner avec eux. Foncer tête baissée n'était jamais une bonne stratégie selon moi, en tout cas, au cours des différents procès que j'ai pu mener, l'attaque frontale était rarement payante. J'aimais étudier chaque cas de figure, avec impartialité et justesse, mais de toute évidence, nombre de mes futurs frères d'armes ne pensaient pas ainsi. Ça promet.

Un léger frisson me parvint alors qu'un cosmos approchait, je finissais le trognon de ma pomme avant d'aller le jeter à la poubelle, mais je ne m'attendais pas à ce que ce cosmos ressenti soit si proche et je sursautais lorsqu'une voix féminine se fit entendre.

«Hein? oh... euh.. non non.» je me tournais vers la nouvelle arrivante, elle était plutôt jolie, toute de noir vêtue, et arborant également la broche noire de ma maison. Je lui souriais en tendant la main pour la saluer

«Sivir... enchantée. De même, j'ignore encore sous quelle étoile je suis née. Mais il paraît qu'en rencontrant notre Préfet, il serait à même de m'aider un peu. Mais je ne suis pas trop pressée pour le moment, j'aime découvrir les choses par moi-même.» Raziel de ce que l'on m'a dit. Je n'avais pas encore eu l'occasion de le rencontrer, pourtant, le Haut Commandeur Hazama m'avait vivement recommandé d'aller le voir, mais... disons que je ne me sentais pas encore prête à cela.

Je regardais autour de moi, il faisait plutôt bon, et même si en soit, j'avais hâte de me remettre à ma lecture, c'était agréable d'avoir cette vision qui changeait totalement des autres membres de ma maison

«C'est agréable de rencontrer quelqu'un qui n'a pas l'air de sortir de prison, pour une fois. Même si vous semblez vous entraîner intensément.» je baissais les yeux sur ma propre tenue, forcément bien plus propre et soignée «comme vous pouvez le constater, je n'ai pas encore vraiment franchi le pas. Pour le moment, je me contente surtout de lire...»

Je lui souriais encore, j'ignorais pourquoi, mais j'avais l'impression de la connaître. Pourtant, je doutais fort qu'elle ne se soit jamais retrouvée dans mon tribunal. Ou alors peut-être en tant que jurée?
«Excusez-moi mais... est-ce qu'on se connaît? J'ai une impression de... déjà vu. Je viens de Paris, en France... j'étais Procureur à la Cour d'appel de Paris...» mon regard montrait clairement que je savais qu'elle n'était pas une ancienne criminelle, j'espérais qu'elle le comprendrait bien ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brunissen
Spectre de l'Irbis
avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 25/08/2017

Feuille de personnage
Hp:
125/125  (125/125)
CS:
350/350  (350/350)
Pa:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Vers un nouveau monde, une nouvelle vie   Mer 6 Sep - 13:13

Le moins que l’on puisse dire était que son arrivée était tout sauf attendue. A voir la réaction de la jeune femme brune, Brunissen ne put s’empêcher de sourire. Une chance que la nouvelle aspirante ne se fût pas mise en garde. Cela aurait pu être amusant mais pas du goût de la chiourme de service. Cette déplaisante perspective éloignée, la blonde prit la main de sa consœur en une franche poignée et remarquant la chaleur l’incommodant, elle étendit délicatement la fraîcheur de son aura. Une délicieuse brise ne tarda pas à souffler sur les lieux, attirant les élèves en recherche d’un peu de frais.

" Raziel ? "

Il ne lui était pas inconnu. Loin de là, sa droiture et son charisme en faisait un grand meneur en plus d’un préfet ayant toute la confiance des professeurs et du Haut-Commandeur Hazama.

" A le voir, on ne peut douter de sa destinée. Une telle force de la nature doté d’un charisme aussi écrasant ne peut être appelé qu’aux plus hautes taches dans l’Outre-Monde que nous sommes toutes deux destinées à rejoindre. Le tout est de savoir lequel des trois magnats repose en lui. "

Des paroles porteuses du respect que le préfet de la Maison Noire inspirait. Un respect que son amitié avec Cypris ne pouvait en aucun cas entamer. Puis, rebondissant sur les paroles de Sivir.

" Découvrir par soi-même est une noble tâche, Sivir, et un signe de grand courage. Maintenant, il se peut qu’un jour son aide vous soit nécessaire mais ce jour n’est sans doute pas encore venu. Pour ma part, je suis encore dans l’ignorance à cause des trop nombreuses zones d’ombres persistant en mon esprit. Un peu comme si une sorte de sceau me retenait en cet état et que seul un rituel ou une épreuve pourrait m’en délivrer. Un peu comme l’épreuve de l’armure que subisse les saints mais autrement plus subtil et profond. Cela touche à l’âme et à la mémoire. "

Sur ces mots, elle s’installa aux côtés de la jolie brune. Il fallait reconnaître que c’était rare de rencontrer des personnes aussi assidues aux études. Surtout quand les Sirènes des arènes étaient si puissantes et que dire de celles de la chasse aux Fanions. Un jeu qui rythmait par instant la vie des Dortoirs sans être aussi anodin qu’il voulait bien le paraître. Quel meilleur terreau que celui-là pour développer certains talents. Enfin, ce n’était guère le temps de songer à ce genre d’occupation surtout avec une novice qui découvrait seulement les us et coutumes de Sparte. Et relevant la remarque de sa compagne, elle sourit.

" Je peux vous retourner le compliment, Sivir. Une grande majorité des aspirants sont déjà des fous de guerre et comme vous l’avez remarqué, je ne fais pas exception. Disons que j’espère atteindre le niveau qui me permettrait d’en voir plus. Quelque chose en moi me souffle que je suis différente des autres apprentis et que mon Etoile doit être l’une des plus cachées, des plus méconnues sinon, elle se serait déjà manifestée à moi. "

Se tournant vers la jeune femme, elle se surprit à demeurer un peu trop en arrêt. Trouble que semblait plus que partager son interlocutrice.

" Non, cela ne se peut… "

Elle sourit presque tristement.

" Cela ne se peut, je viens du lointain Septentrion et n’ai jamais vécu en France. En fait, j’ai aussi cette impression de vous connaître et cela m’enchante. "

Et souriant soudain.

" Oui, cela m’enchante car cela m’ouvre aussi l’espoir de trouver enfin ma place. Raziel avait dit que les souvenirs antérieurs pouvaient se manifester et en votre présence, je sens comme une lumière s’éclairer en moi. Puissent les Moires faire que ce soit vrai. "

Et se penchant ensuite vers Sivir, elle lui demanda…

" J’aimerais vous demander… " Elle hésita avant de poursuivre… " Est-ce que cela vous ennuierait si nous nous tutoyons ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sivir
Juge suppléant des Enfers et Spectre du Balrog
avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 26/08/2017

Feuille de personnage
Hp:
125/125  (125/125)
CS:
350/350  (350/350)
Pa:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Vers un nouveau monde, une nouvelle vie   Mer 6 Sep - 20:29

Raziel, oui... c'est bien ça. J'avais hoché de la tête lorsqu'elle avait prononcé son nom,
et alors qu'elle me parlait de lui, je m'en faisais une sorte de dessin mental.

J'avais toujours fait ça depuis que j'avais commencé à être procureur, lorsque je recevais un dossier,
rien que par la description de l'accusé, je parvenais à m'en faire une représentation mentale... et souvent, sans n'avoir aucune idée de l'apparence réelle de cet individu, je tombais juste. C'était une sorte de don, comme si je pouvais lire à travers les actes de chacun, et c'était aussi ce qui m'avait conforté dans ma voie. Je n'étais pas faite pour défendre qui que ce soit, très vite j'avais renoncé au rôle d'avocat pour partir vers la voie de l'accusation. Prouver les crimes et les condamner me semblait plus juste que de défendre un coupable.

Au final, j'avais du mal à le cerner malgré tout, même si je l'imaginais dégager un charisme écrasant,
mais je l'imaginais être ce genre d'homme apte à être juge, juré et bourreau. Une sorte de sagesse parfaite et de justice imparable. Pourtant, il n'était que simple préfet dans cette ville?

«Si ce que vous dites est vrai, il faut espérer qu'il va rapidement gagner ses réelles fonctions plutôt que demeurer ici, n'est-ce pas?» plus un rôle est important et plus il doit être à sa place, non? Je souriais quand même avant de sortir une bouteille d'eau, buvant quelques gorgées tout en écoutant les paroles de Brunissen. Elle et moi semblions liées, sans savoir comment.
Avec ce que je savais des vies antérieures, probablement nous étions-nous rencontrées autrefois,
probablement que cela se débloquerait plus tard. Mais son cas semblait différent du mien, car d'après Hazama, mon étoile semblait plus ou moins précise et ne demandait qu'à s'éveiller pleinement,
alors qu'elle... son étoile était perdue?


«Je ne connais pas encore toutes les étoiles, j'ai commencé à les étudier, mais j'ignorais que certaines pouvaient être cachées...» ce devait être assez déroutant tout de même de ne pas savoir où l'on allait.

En tout cas, j'avais cette sensation étrange de déjà vu, et au cas où, j'essayais donc de savoir d'où cela pouvait venir, mais une chose était sure, elle n'était jamais venue en France

«Et je n'ai jamais quitté la France pour ma part.. du moins dans cette vie. Je partais justement pour mes premières vacances hors du territoire lorsque mon avion s'est écrasé.» je levais les yeux au ciel, quelle ironie! Enfin, peu importe.

Je buvais une nouvelle gorgée d'eau, c'était agréable de se tenir à ses côtés, elle dégageait une certaine fraîcheur et par ici, ça faisait un bien fou! Je lui proposais tout de même un peu d'eau alors qu'elle semblait hésitante? Je la regardais quelques secondes, comme figée face à sa question qui me.. déroutait.

«Euh je... j'avoue que je n'en ai pas trop l'habitude, mais pourquoi pas après tout? Tant de choses ici sont différentes de ma vie d'avant, et je suppose que nous allons être sœurs d'armes à un moment ou un autre, alors autant se comporter comme telles?» au final,
qu'est-ce que ça changeait? Tout ce que je connaissais avait volé en éclats. Mais connaissances en terme de juridiction n'avaient plus vraiment d'intérêt puisque je ne risquais pas de revenir un jour à ma vie d'avant. Rien de ce que je "savais" faire n'avait finalement d'importance aujourd'hui, eule comptait celle que j'étais au fond de moi, et ce que j'allais faire désormais.


«Vous... tu as l'air de bien connaître tout ça... les dieux, les armures, ce genre de choses. Des ouvrages que j'ai pu lire, nombreux sont ceux qui mélangent un peu la mythologie et la réalité, j'ai un peu de mal à différencier le vrai du faux, la réalité de la légende, les faits du folklore.
Peut-être que tu pourrais m'aider un peu? Bien que... hum.. je n'ai pas grand chose à vous... à t'offrir en échange!»
mais je ne voulais pas trop qu'elle soit un simple mentor non plus. Je supposais qu'il y aurait d'autres êtres aptes à mieux me former, je préférais davantage la voir comme une égale que comme ma supérieure... je ne savais pas trop ce que je pouvais vraiment faire en échange? Jusqu'à ce qu'une petite idée me vienne

«Quoi que... si ton étoile est cachée, je peux peut-être t'aider à la trouver? Après tout, je suis assez douée pour chercher les choses! J'ai toujours eu un certain flair!» il en faut pour pouvoir déceler la vérité dans le mensonge! D'ailleurs, je me rendais compte finalement que la tutoyer était bien plus simple que je ne l'avais cru, moi qui n'avais jamais tutoyé que mes amis, pouvais-je déjà la considérer comme telle?

Ces histoires de destinées semblaient bien plus vraies que je ne le pensais...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brunissen
Spectre de l'Irbis
avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 25/08/2017

Feuille de personnage
Hp:
125/125  (125/125)
CS:
350/350  (350/350)
Pa:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Vers un nouveau monde, une nouvelle vie   Ven 8 Sep - 19:07

C’était étrange, cette sensation de déjà vu. Plus elle écoutait Sivir et plus Brunissen avait la conviction de l’avoir déjà rencontrée en des circonstances qui l’avait bouleversée. Quelque chose qui s’était gravé en elle sans qu’elle ne sache plus exactement quoi. Peut-être avaient-elles combattu côte à côte en une précédente vie ?

En tout cas, son Etoile semblait l’avoir déjà plus qu’affectée. Une évidence aux yeux de Brunissen alors que sa brune consœur évoquait l’avenir de Raziel et l’imminence avec laquelle son Etoile aurait du le rappeler. Dires qui accrochèrent plus qu’elle ne l’aurait cru la jeune blonde, la poussant à répondre.

" Peut-être qu’une part de sa destinée doit aussi s’accomplir ici. Les voies des Moires sont impénétrables mais je suis certaine que Raziel s’éveillera en son temps et que cela se fera en une explosion de forces et de ténèbres. "

Puis, s’accordant quelques secondes de pause, elle acheva.

" Tout est grand et majestueux chez lui et qu’une future sainte de la stature d’un gold soit son pendant immaculé n’a rien d’un hasard. Une Etoile capable de rivaliser avec l’élite de l’armée d’Athéna en plus de rassembler par son seul charisme les spectres. Le jour où vous le croiserez, vous comprendrez. "

Sur ces dernières paroles, Brunissen sourit en réponse à celui que lui avait offert Sivir. Le sujet Raziel reviendrait sans le moindre doute en son heure. Après tout, tous les futurs spectres voire les saints en devenir finissaient par le croiser, à leurs grands désarrois en certains cas.

Se remémorant l’une des malheureuses tentatives d’intrusion des futurs saints en leur dortoir, l’aspirante toute de noir vêtue ne put retenir un léger rire. Il fallait dire que ces innocents avaient eu l’idée saugrenue de reproduire la tactique de Saori Kido lors de sa visite au Sanctuaire, prévenant ainsi le Préfet de leur arrivée imminente… La suite coulait de source et la pauvre Cypris avait du s’en arracher les cheveux.

Ce petit intermède passé, Brunissen laissa Sivir se désaltérer avant que la conversation ne se recentre sur les Spectres et leurs Etoiles. Le fait que la sienne put être cachée était une source de surprise pour la brune Sivir, surprise partagée.

" Je dois vous avouer que moi aussi, j’ignorais cela. Peut-être que l’éveil nous en dira plus… "

Derniers mots qui trahirent quelque peu l’inquiétude de la blonde nordique. Qu’elle dégageât déjà une aura glacée semblait la destiner au Cocyte ou au moins la lier. Au plus près des Magnats, au plus profond des Enfers. Sans doute l’une de celles qui restaient comme ultime carte entre les mains de l’une des trois plus puissantes Etoiles parmi les cent huit mais cela pouvait tout aussi bien être autre chose. Puis vint la question des circonstances qui avaient menée Sivir en cette cité de Sparte.

" Oui, la confrontation à une mort imminente semble être l’un des éléments déclencheurs les plus répandus pour nous, spartiates de la Maison Noire. "

A cette idée, elle se tut, préférant ne pas se rappeler ce qui l’avait menée à éveiller son cosmos et ainsi attiré le chauffeur de Sparte. C’était encore trop douloureux, trop sauvage mais plus que la souffrance, c’était ce qui l’avait traversée sans qu’elle n’en conserve le moindre souvenir qui l’avait le plus marquée. Quelque chose qui l’étranglait sans qu’elle ne sache exactement quoi.

Chassant aussitôt cette terrible vision, elle se recomposa si vite un masque de façade, histoire de ne pas inquiéter celle qu’elle espérait voir devenir une amie. Ce qui semblait être déjà sur la bonne voie…

" Merci, c’est très gentil. Ce n’est pas parce que l’on destinées à devenir spectres que cela implique qu’on soit dénuées de solidarité ou d’éducation. Aussi, je suis heureuse de voir qu’une autre comme moi affiche cette mentalité un peu différente de certains des nôtres, purs fleurons de la barbarie infernales. "  

Nul véritable mépris en ces paroles, juste la constatation que certains étaient plus axés destructions et carnages et autres mises en charpies que d’autres.

Et souriante à l’idée de voir sa proposition de tutoiement faire son chemin dans la tête de sa compagne et future sœur d’armes.

" D’accord, avec plaisir. Pour le reste, ne t’en fais pas, cela viendra en son temps. Je peux t’aider comme tu pourras m’aider. Cela fait déjà quelque temps que je suis à Sparte, pour cela que pas mal de choses me sont plus que connues. Je pourrais déjà t’aider avec tout ce qui concerne les règles de la cité, les trois Maisons et les zones d’entraînements. D’ailleurs, je pourrais même te présenter directement à Raziel ou même Cypris. "

Puis, riant doucement, faisant tinter cette partie de la Bibliothèque d’un léger rire cristallin.

" Et puis, je dois t’avouer que j’adore les jeux de recherches. Découvrir ce qui se cache même si là quelque chose semble totalement m’en empêcher. Peut-être que la clé passe par une autre Etoile que la mienne ? Un peu comme des jumelles ou des sœurs ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sivir
Juge suppléant des Enfers et Spectre du Balrog
avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 26/08/2017

Feuille de personnage
Hp:
125/125  (125/125)
CS:
350/350  (350/350)
Pa:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Vers un nouveau monde, une nouvelle vie   Ven 8 Sep - 22:00

Son pendant immaculé? Il m'avait fallu plusieurs secondes pour comprendre de qui elle parlait, jusqu'à faire l'amalgame avec Cypris qui était le préfet de la Maison Blanche mais je ne pouvais m'empêcher de sourire en voyant la manière dont Brunissen parlait de Raziel, si je ne trouvais pas ça absurde, je pourrais dire qu'elle en pinçait pour lui tiens! Dans d'autres circonstances, ça aurait presque pu paraître amusant si cette perspective n'était pas grossière quand on connaissait les enjeux de chacun par ici. Je ne savais pas trop pourquoi, j'avais du mal à imaginer l'un des grands maîtres des Enfers se laisser aller à des amourettes... mais comme déjà dit, il y avait bien des choses que j'ignorais.

Je préférais plutôt me concentrer sur cette histoire d'étoile cachée! Mais d'un autre côté, je n'avais pas encore réussi à mettre la main sur la liste complète des cent huit étoiles, aucun registre précis, comme si les aléas des étoiles étaient tels qu'il n'était jamais arrivé qu'elles soient toutes réunies en même temps pour en faire un décompte précis. Peut-être même que certaines étoiles ne s'étaient jamais éveillées? La volonté du sombre monarque pouvait être un mystère après tout...

La conversation prenait donc une autre tournure, plus simple, peut-être plus mortelle aussi. Depuis que j'étais arrivée ici, j'avais eu l'impression de me détacher peu à peu de ce que je suis, de moi-même, d'être petit à petit envahie par des émotions qui n'étaient pas les miennes, d'un savoir qui n'était pas le mien, alors ça faisait du bien d'avoir ce sentiment d'être moi-même pendant quelques minutes. Depuis toujours, j'avais été solitaire. Si je réservais le tutoiement à mes amis, on ne pouvait pas dire qu'ils n'aient jamais été nombreux. Pourtant, j'avais toujours senti qu'une part de moi était profondément liée à quelqu'un, quelque part... je savais qu'il ne s'agissait pas de Brunissen ici présente, même si en soit, je sentais que nous étions également liées d'une manière ou d'une autre, mais ce n'était pas ce que je ressentais.

J'étais liée à une autre étoile, quelque part. Mais je n'étais pas pour autant pressée de la trouver. Chaque chose en son temps, il valait mieux que je me trouve moi-même avant. Et tant qu'à faire, si je pouvais aider Brunissen à se trouver aussi, autant faire d'une pierre deux coups?

«Les individus que tu me décris iraient peut-être mieux dans l'armée d'Arès, dieu de la Guerre... mais je vois ce que tu veux dire. On ne peut pas servir le dieu des Enfers en étant des saints... sans mauvais jeu de mot.» je ne faisais évidemment pas référence aux Saints d'Athéna, mais juste au saint de façon générale, les anges,ce genre de choses...

Je buvais une nouvelle gorgée d'eau tout en regardant le paysage, au loin, on entendait de nouveau des altercations, à croire que peu importe le camps, par ici, on aime se battre juste pour le plaisir! C'était quelque chose qui m'agaçait un peu, même en sachant très bien que tôt ou tard, il faudrait que je m'y colle, je n'aimais pas l'idée d'avoir à me battre gratuitement. Chaque coup porté devait avoir une raison, une raison juste et valable. La violence n'était en rien une justification, peu importe les circonstances, quoi que l'on dise. Les seuls êtres ayant le droit de statufier de cela sont les dieux eux-mêmes.. mais nous autres, mortels, ne devrions pas avoir à choisir le moment où le combat nous semble juste.

Enfin peu importe.. je préférais me concentrer sur Brunissen, et au final, nos problèmes mutuels. Moi et mes maigres connaissances de cette ville et de ce nouveau monde, et elle avec son étoile cachée. Elle semblait plutôt contente de cette idée aussi, au moins je n'allais pas avoir une trop grosse dette à son encontre!


«Il existe de nombreuses étoiles jumelles... je ne sais pas si cela signifie pour autant que les armures ou surplis peuvent être liés... de même, j'ai lu que bon nombre de surplis sont issus des créatures mythologiques, mais il existe parfois plusieurs versions d'une même créature. Les sirènes par exemple, peuvent être des créatures mi-femmes, mi-poissons, mais aussi mi-femmes, mi-oiseaux...» bon, les sirènes étaient liées à  Poséidon évidemment, mais ce n'était qu'un exemple «de même pour les dragons, il en existe tant... avec des noms différents, vouivres, wyverne, même une hydre au final est une sorte de dragon... et puis selon les pays, ils n'ont pas la même apparence, pas les mêmes pouvoirs... les dragons chinois ne ressemblent en rien aux dragons que l'on peut voir dans les films ou dans les livres! Il y a des dragons de feu, de glace, des dragons noirs ou blancs... si une étoile pouvait être associée à chaque type de dragon, cela pourrait en constituer des dizaines qui seraient cachées au final.»

On sentait un peu la passion de mes lectures qui m'enflammaient. Dès que je lisais un livre, je l'assimilais totalement. Il ne m'était encore jamais arrivé de lire un livre et d'en oublier le moindre mot. C'était quelque chose que j'avais toujours eu en moi, d'où mes excellents résultats scolaires quand j'étais petite et la facilité avec laquelle j'avais fini major de ma promo pendant mes études de droit. Quand on a appris les différents codes juridiques par cœur, ça aide!

Je finissais par me lever d'un bond, rangeant ma bouteille d'eau dans mon sac après en avoir mis un peu au creux de ma main pour la passer sur ma nuque, même si Brunissen rafraîchissait l'atmosphère par sa seule présence, il faisait encore un peu chaud


«On peut continuer cette conversation en marchant? Comme ça, tu pourrais me faire visiter quelques lieux intéressants?» je n'étais pas encore pressée de rencontrer les différents préfets. Je ne savais pas pourquoi, j'avais dans l'idée que... enfin le sentiment que ça devait attendre un peu.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Brunissen
Spectre de l'Irbis
avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 25/08/2017

Feuille de personnage
Hp:
125/125  (125/125)
CS:
350/350  (350/350)
Pa:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Vers un nouveau monde, une nouvelle vie   Sam 9 Sep - 18:58

Songeuse aux paroles de la belle brune, Brunissen enchaîna sur un ton pensif, presque mélancolique, réminiscence du passé ou réelle tristesse... En son cas, tout se troublait, tout se perdait en une pluie de mirages.

" La Guerre, la Mort et même l’Amour peuvent se croiser et s’entrecroiser sur les champs de bataille. Il suffit de se remémorer la Guerre de Troie où Aphrodite avait entraîné son amant dans le camp des Troyens. Quoique l’idée de s’opposer à Athéna n’avait sans le moindre doute rien pour lui déplaire. "

Même ainsi perdue dans le trouble des souvenirs que l’humanité avait conservé des puissantes divinités, l’animosité entre les deux faces de la Guerre était restée vivace en les mémoires. Des heurts que le passage des ans puis des siècles n’avaient en rien la violence atténué. Une guerre qui s’opposait à une autre guerre, la lutte entre les deux enfants les plus puissants du grand Zeus.

Une guerre qui n’en demeurait pas moins une parmi l’immensité des conflits secouant le monde.

Et poursuivant en ce sens…

" Oui, ainsi en sont les choses. La guerre fait partie de nos vies, de toutes nos Non-vies. Ainsi en vont les choses, les idéaux de notre seigneur ne pourront être imposés que par la force. Surtout maintenant que son existence, les nôtres et même celle de l’Outre-monde ne sont plus réduits qu’à vaines superstitions. "

Puis, rebondissant sur l’une des autres constatations de sa désormais amie.

" Pas plus que les saints ne sont des oies blanches ou des anges immaculés. Lorsque tu en sauras plus sur les exploits de certains d’entre eux, tu comprendras. La violence et la cruauté tout comme le massacre des innocents ne sont pas que l’apanage des seuls spectres : des saints tels le tristement célèbre Masque de Mort du Cancer ont fait couler le sang plus que de raison. Quant aux Marinas de Poséidon, ils ont tout simplement suivi aveuglément l’incarnation d’une divinité désirant la noyade pure et simple de la terre en son entièreté.

Avec de tels exploits, aucun d’eux ne devrait se permettre de nous juger. Nous qui sommes la justice de ce monde, la seule acceptant de se souiller au contact de tout ce qu’Athéna se permet de laisser de côté. La noirceur de l’humanité, c’est nous qui y baignerons sans arrêt… "


Des paroles qui en d’autres lieux et en présence d’un autre auditoire aurait pu en faire grincer des dents, autrement plus que l’innocente guerre des fanions que se livraient les plus remuants des apprentis.

" Enfin, ce n’est pas vraiment le lieu pour en parler… "

Et plus que désireuse de dériver sur un autre sujet, elle repartit avec la plus grande joie sur celui des Etoiles. Passionnantes et incroyables pouvaient être ces représentations d’une qualité, un état, d’une valeur ou encore d’un sentiment. Tant de variétés, tant de différences voire de surprises pour servir le meilleur de tous les maîtres. Les spectres plus que tout autres au sein des éveillés étaient des élus, les seuls à ne pas craindre la mort et l’Outre-monde.

" Oui, les surplis sont autrement plus subtils que les armures des saints qui sont les représentations des quatre-vingt-huit constellations, les plus puissantes correspondant aux douze constellations de l’écliptique.

Quant aux relations entre les surplis, je pense qu’elles sont autant liées à leurs porteurs dont l’âme a été intimement liée à ceux-ci qu’aux précédentes vies qu’ils ont vécues sous les ailes de notre seigneur. De tels liens n’ont aucune commune mesure avec ceux que doivent connaître les saints surtout si les spectres peuvent accéder au savoir de leurs anciennes vies, de leurs anciennes batailles…

Etoiles jumelles, au fond, nous sommes toutes sœurs d’une certaine façon, nos âmes ayant été touchées par la main du plus grand des trois Cronides… "


Une nouvelle parole qui aurait pu lui valoir d’autres ennuis. Depuis quand Brunissen se montrait-elle aussi imprudente ? Était-ce l’aura que dégageait déjà la jeune femme qui la poussait à se confier ainsi. Une telle influence sur elle ne pouvait que prouvait l’existence d’une véritable ancienne amitié. Quelque chose qui dépassait tout ce que les deux femmes auraient cru pouvoir exister. Pourtant à cette idée, elle sentait son cœur se resserrer et un froid autrement différent que celui qu’elle projetait l’envahir, un peu comme si inconsciemment son âme secrète ne souhaitait pas se réveiller aussi vite.  

Soudain Sivir se leva, visiblement plus incommodée par la chaleur pourtant atténuée par l’aura de Brunissen que par ses paroles. Un sourire sur les lèvres, la blonde nordique l’imita avant de répondre.

" Oui, cela nous fera le plus grand bien de nous dégourdir les jambes et surtout de mettre un peu de distance entre nous et certains aspirants qui se montrent un peu trop enthousiastes en matière de Délestage de Fanions. J’ignore si l’on t’a déjà expliqué ce dont il s’agit mais comme tôt ou tard, tu risques d’y être confrontée, l’idéal serait que tu sois mise au courant… "

Sur cette proposition, Brunissen lissa un peu sa tenue avant de se diriger vers la sortie. A l’écoute des cris, il était clair que les jeunes n’étaient pas trop enclins à se laisser tout simplement séparés et ramenés en leurs dortoirs respectifs par les gardes de la Maison Dorée. Aussi, si Sivir ne souhaitait rencontrer aucun préfet pour l’instant, mieux valait s’éloigner. Elle, Brunissen, était déjà intervenue avant de laisser des gardes neutres ramener un peu de calme dans les esprits un peu trop surchauffés par cette compétition entre Maison Noire et Maison Blanche.
-> Là où souhaite aller Sivir

Citation :
Pour répondre à ta question :

oui, nous pouvons aller d'un sujet à l'autre sans souci comme d'autres l'ont fait avant en allant d'un lieu à l'autre de Sparte.  Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Vers un nouveau monde, une nouvelle vie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Knights of Hope :: Sparte la Sacrée :: Bibliothèques-
Sauter vers: