Forum RPG dans l'univers de Saint Seiya (Les chevaliers du Zodiaque)
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Destruction, mort, et... Attente.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dante
Spectre de l'Incube
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 14/12/2013
Localisation : Dans un lit

Feuille de personnage
Hp:
187/187  (187/187)
CS:
300/300  (300/300)
Pa:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Destruction, mort, et... Attente.   Mar 1 Sep - 20:42

Ah purée... Si je m'écoutais, je me dirais que je ne suis pas du matin, j'ai horreur des réveils difficiles mais là... En faite je suis mort. Enfin je crois, dur à dire quand on est chez Hadès, c'est déroutant tout ça. Entre la mort, la non-mort, c'est comme si ça cherchait à faire compliqué toute cette histoire. Bon j'ai été tué puis je suis mort, vive la logique.

Si j'avais encore un corps, je crois que je pourrais dire que j'ai mal mais ça serait ironique. Mais par contre, je sais que je vais revenir, peu importe le temps que ça va mettre. Cette flamme devant moi n'en est que plus forte, plus grande, ne s'arrêtant pas de grandir pour vouloir être le feu dévorant tout sur son passage. J'ai à peine le temps de regarder que je me sens déjà revenir petit à petit.

Mes yeux s'ouvrent et je me vois me recomposer morceau par morceau sous mes yeux et revenir à mon intégralité. Qu'est-ce qui s'est passé ici ? L'endroit a eu des travaux en mode bien méchant ma parole. Je suis déjà sur mes pieds mais... Où est Perséphone ? Et puis où sont les deux autres spectres ? Ah je comprends plus rien ! Je suis censé faire quoi moi ? J'ai pas spécialement envie de retourner voir Arès si jamais il est quelque part dans le coin mais je doute qu'il soit encore là, je ne sens rien en cosmos même si n'est pas mon truc.

D'un soupir... Je dois me résoudre à faire un truc, je ne vais pas bêtement rester là... Oh remarque si tiens, j'ai rien à faire, je sais même pas ce qui s'est passé donc bon, et je sais encore moins où aller. Je pourrais bien retourner à Sparte mais pour y faire quoi . Ah j'aime pas rester immobile sans savoir quoi faire ! Faut que je me fasse une raison, ça me dépasse tout ça, sans compter que je sais toujours par où aller pour trouver Vergil.

Croisant les jambes en m'asseyant, je reste sur place tout en jouant quelques accords de guitare, si je n'ai rien à faire, je peux au moins faire passer le temps. Tout ce que j'espère c'est que je ne vais pas rester là trop longtemps. Au moins j'ai le temps de réfléchir à ce qu'il s'est passé, Arès est un dieu, donc en soi je n'avais aucune chance de le toucher... Non j'avais une chance ! J'en étais sûr ! Je pouvais le toucher assurément ! Il m'aurait fallu plus de force, de puissance, je me dois de me nourrir de ce sentiment d'insuffisance sans être dirigé par ce dernier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minos
Juge des Enfers et Spectre du Griffon
avatar

Messages : 90
Date d'inscription : 04/08/2013
Localisation : Sombre empire

Feuille de personnage
Hp:
185/185  (185/185)
CS:
360/360  (360/360)
Pa:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Destruction, mort, et... Attente.   Mar 29 Sep - 11:45

Arrow Ma No-life Queen et moi venons d'ici

Suivre le cosmos de l’incube ne fut pas difficile, pas plus que de le rejoindre. Après tout, il ne faisait rien pour se cacher, et notre précédent combat contre Arès avait changé notre décor au point d’en faire un désert lisse à perte de vue.

Rejoignant donc à tire d’aile le dernier spectre à être encore présent aux Enfers, exception faite d’Alicia et moi, je ne fus guère surprit de le trouver les jambes croisées à simplement attendre, attendre des ordres, un signe, voir un miracle.

« C’est ainsi que tu sers le sombre empereur ? »

Déjà qu’il était le fils de Sparda, il ajoutait à son casier le flegme et l’indigence émotionnelle de ceux qui sont là sans même savoir pourquoi ou pour qui.

« Un Olympien a violé et détruit notre territoire, notre reine à disparue, et toi, tu joues de la guitare… Tu as de la chance que ton sort ne relève pas de mes fonctions, car je puis t’assurer que si c’était le cas, tu serais déjà allé rejoindre le précédent spectre d’Anubis dans le cloaque qui lui sert désormais de prison. »

Prit de colère devant un tel comportement, j’aurai pu tuer ce misérable à l’endroit où il se trouvait, mais cela ne m’aurait avancé de rien. Il était spectre, tout comme moi, aussi, ce combat aurait été sans fin, et au final, en pure perte.

« Enfin, puisque tu sembles n’avoir guère d’idée, tu n’as qu’à obéir. Nous partons à la poursuite d’Arès, sur le champ. Lui saura nous dire ce qu’il est advenue de Perséphone, et au vu de ses mots devant elle, peut-être même la retrouverons nous à ses côtés. »

Il n’était pas nécessaire d’épiloguer d’avantage en ces lieux sur le sujet. Il ne demeurait plus aucun témoin capable de nous apprendre ce qui s’était passé après notre défaite dans l’ensemble du neuvième cercle.

A présent, seul le dieu de la Guerre saurait nous révéler ce qui s’était passé.

*Qu’est donc devenue cette Zoé ?*

Repensant alors au bref passage du spectre du succube au palais du sombre couple infernal, je me demandais si elle avait survécu, et où elle se trouvait à présent, car après une rapide recherche de son cosmos, je n’en trouvais qu’une légère trace s’éloignant de notre position en direction de l’entrée des enfers.

*Si elle a survécu au déchaînement de violence de notre dernier combat, elle a dut se lancer à la poursuite d’Arès pour l’affronter…*

« Je viens de me souvenir de Zoé du succube. Mais son cosmos n’est pas ici, j’imagine donc qu’elle qu’elle est partie à la poursuite d’Arès. Elle doit avoir vue ce qui s’est passé après notre défaite, elle doit savoir ce qui est advenue de Perséphone. »

D’un objectif, voilà que nous passions à deux. Entre le dieu de la Guerre et un confrère infernal, le choix semblait aisé.

« Nous devons les retrouver, elle, ou lui. Du moins tant que nous ne saurons pas ce qu’il est advenu de notre déesse. »

Et déployant mes ailes, je pris de nouveau mon envol, suivant depuis les airs les traces des plus évidentes du dieu de la Guerre vers l’entrée des enfers, et sans aucun doute, la surface lointaine.


Dernière édition par Minos le Ven 1 Sep - 15:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoé
Spectre de la Succube


Messages : 46
Date d'inscription : 03/05/2014

Feuille de personnage
Hp:
145/145  (145/145)
CS:
250/250  (250/250)
Pa:
75/75  (75/75)

MessageSujet: Re: Destruction, mort, et... Attente.   Sam 10 Oct - 15:28

Je viens d'ICI

Tenant dans ses bras couleur de nuit son réceptacle, la jeune humaine répondant au nom de Zoé, l'Etoile Céleste de la Luxure, Avarvaé, descendait le puits de ténèbres, seulement éclairé par une douce lumière violette, menant vers les Enfers.
Les millions d'âmes qui avaient péri au cours de l'immense explosion qui avait ravagé New-York et qui avait été générée par Arès, le Dieu de la Guerre, les accompagnait. Le Monde des Morts avait peu l'occasion d'accueillir en un laps de temps aussi court autant d'âmes ; sûrement que cela allait donner beaucoup de travail au Tribunal Infernal !

Mais, comme l'avait si bien dit Avarvaé à l'issue de son combat contre Arès, ces défunts allaient accélérer le retour du Monarque des Enfers, Hadès, et probablement celui de son épouse, Perséphone. Quoi qu'on en dise, la Mort était le pouvoir le plus puissant de l'univers et les Enfers avaient toujours le dernier mot. Chose que ne comprendront jamais les guerriers servant les divinités du monde de la surface.

Bientôt le tunnel astral s'élargit et le flot des âmes finit par aboutir aux Enfers mêmes ; elles se dirigèrent toutes vers les rives de l'Achéron afin d'atteindre le Passeur. Au fur et à mesure qu'elles s'approchaient du sol, elles prirent petit à petit une forme humanoïde et lorsqu'elles posèrent enfin le pied sur la berge, elles avaient l'apparence qu'elles possédaient de leur vivant, exception faite qu'elles étaient translucides et qu'elles étaient ternes.
Au bout de quelques minutes la rive fut entièrement recouverte de mânes.

Quant à Avarvaé, toujours portant son fardeau, elle franchit par la voie des airs le fleuve aux eaux troubles et atteignit l'autre côté en quelques minutes. Elle traversa tour à tour les Prisons infernales, suivant la trace des Cosmos des seuls Spectres qui se trouvaient, à l'heure actuelle, en ces lieux. Lorsqu'elle arriva enfin à destination, elle se posa au sol, posant Zoé à terre et se fondit en elle.

oOo

Zoé se réveilla, ouvrant de grands yeux et prenant une profonde aspiration, telle une personne qui était restée trop longtemps sous l'eau et qui venait d'accéder juste à temps à l'air libre. Elle se dressa sur son séant se demandant ce qu'elle faisait là. Puis, comme une lame de fond, ses souvenirs affluèrent dans son esprit : le combat de ses camarades contre Arès, la poursuite, New-York, son propre combat contre le Dieu de la Guerre, l'armée, le béton arraché, les bâtiments pulvérisés et pour finir, la Grosse Pomme qui se consumait dans une gigantesque boule de feu rouge...

- C'est vrai, je suis tombée sous les coups d'Arès !...

Elle se releva et vit du coin de l’œil une silhouette familière : celle du seigneur Minos, l'un des trois Juges des Enfers, traverser le ciel pourpre, porté par les ailes de son Surplis. Déployant les siennes, elle bondit dans les airs et arriva bientôt à portée du Spectre.

- Seigneur Minos !... Je reviens de la surface où j'ai tenté d'arrêter Arès... Mais comment peut-on se mesurer à un Dieu d'une telle puissance... Nous nous sommes affrontés et il m'a terrassé... Je ne sais ce qu'il compte faire de Perséphone mais je pense qu'il n'a pas dû agir de son propre chef ; à mon avis il a dû recevoir des ordres...

Elle se tut, contemplant le spectacle dantesque des Enfers : en contrebas, gardées par des Squelettes, étaient transpercées, ébouillantées, torturées, assommées, etc. les âmes des malheureux qui s'étaient rendus coupables de crimes durant leur vivant. Au bout d'un moment, elle reprit :

- New-York a été littéralement rayée de la carte ! Les âmes des habitants sont sur les rives de l'Achéron et elles se comptent par millions !... Le seigneur Rune aura énormément de travail...

En vérité elle aurait aimé renseigner davantage le seigneur Minos sur ce qu'il était advenu de Perséphone mais quand on combattait on n'avait pas vraiment le temps de discuter et il y avait fort à parier que le Dieu de la Destruction ne lui aurait rien révélé de ses desseins.

- Peut être en se focalisant sur son Cosmos... fit-elle à voix haute plus pour elle-même que pour le Juge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alicia
Spectre du Nosferatu
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 29/07/2013

Feuille de personnage
Hp:
160/160  (160/160)
CS:
387/387  (387/387)
Pa:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Destruction, mort, et... Attente.   Mer 6 Sep - 9:48

Post de reprise

J'ai suivi mon No-Life King depuis ici

Rapide, si rapide fut le voyage jusqu’à la source du cosmos infernal qu’émettait Dante. Si simple et si cruel à sa façon. En effet, où que se posât son regard, le spectacle était désolant mais rien ne pourrait jamais égaler la perte de leur reine. Qu’une telle chose pût arriver au sein même des Enfers tenait de l’incroyable mais la période n’était-elle justement pas au changement pur et dur ? Violent dans sa plus simple expression…

Le genre capable de faire se lever les morts et changer à jamais la face du monde. En son âme la plus profonde, Alicia, le sentait bien tout comme ses pairs sans le moindre doute. Quelque chose d’énorme, d’inconcevable jusqu’ici couvait et la flamboyante Etoile se pencha quelques instants sur le répit que Minos et elle avait partagé, à leurs trois enfants demeurés au Manoir ancestral des Carminia…

Un répit, quelques instants volés à un destin de mort et de servitude que les deux No-Life Lords avaient savouré jusqu’à la Guerre et leurs serments se rappellent à eux dans la plus violente et claire des façons. La Guerre pleinement incarnée les avait tous pris de court, eux les spectres mais aussi leur incomparable reine et tout cela avant même que leur seigneur vénéré n’ordonne quoi que ce soit. De toutes leurs Non-Vies, de toutes la puissance de leurs âmes et leurs cosmos, ils avaient lutté contre le fils de Zeus avant de finir en poussières et de se relever. Comme à chaque défaite, à chaque blessure, toujours l’armée de terreur se relèverait. C’était cela leur puissance, leur courage, user l’ennemi au prix d’immenses et indescriptibles blessures.

Seulement là, il fallait se rendre à l’évidence, à moins de s’élever au-delà de toutes les limites, cette divinité serait hors de leur portée. Même leur reine n’y était pas arrivée. Non pas que ce fut une excuse mais plutôt une constatation plus que lucide. Du genre à vous faire encore davantage réfléchir à une stratégie future. Nul n’était invincible en ce bas monde. La seule difficulté étant de déceler la faiblesse d’Arès sous sa cuirasse.

Si seulement, le seigneur Hypnos avait été présent…

Lui aurait pu endormir Arès le temps que leur dieu revienne mais Zeus avait veillé à les priver d’une divinité aussi puissante pour faire basculer le cours des évènements en sa faveur. S’en ouvrir à son amour aurait été l’idéal mais le rassemblement des spectres passait avant. Tous ensemble, ils auraient davantage de chance de courser le cosmos divin et de remonter jusqu’à son point de chute. Même si cela ne pouvait être qu’un seul et unique lieu : l’Olympe.

Arrivant soudain en vue du spectre de l’Incube, le Nosferatu sentit son cœur se resserrait. A présent, elle ne pourrait plus rien laisser transparaître de ses sentiments ni de son bonheur d’être auprès du juge qu’elle avait toujours ardemment aimé. Combien de siècles avait-elle attendu ses quelques instants de bonheur ? Plus de dix sans le moindre doute mais rien n’était perdu. S’ils parvenaient à rattraper Arès et le retarder assez pour que leur maître puisse prendre la relève ou au moins l’un d’eux tenter de délivrer leur reine, cela pencherait en leur faveur…

Ne perds jamais l’espoir…

Se répétait-elle tel un mantra sacré. Et amorçant sa descente, elle ne put que soutenir les paroles de l’Etoile de la Noblesse face à l’attitude pour le moins insouciante du spectre. Dante se rendait-il bien compte de la réaction que pourrait avoir leur dieu s’il le surprenait ainsi, installé sur le sol d’une prison changée en plate étendue blanche alors que leur souveraine venait d’être enlevée ? Peut-être pas…

Gardant pourtant le silence, les paroles de l’Etoile de la Noblesse suffisant largement, Alicia se concentra sur l’ensemble des mouvements cosmiques. Unissant toute la puissance de son aura à ses sens plus qu’affinés de No-Life Queen, elle était capable de ressentir la moindre vie à des centaines de mètres à la ronde mais les Enfers restaient vides. Arès devait être déjà si loin…

Poussant encore davantage sa concentration, elle capta l’énergie de Zoé.

- Pour Zoé du Succube, ce ne sera pas bien difficile de la retrouver. Elle fonce vers nous, seigneur Minos. Je peux même dire qu’elle devrait arriver dans notre champ de vision d’ici peu.

Des paroles qu’elle avait voulu neutres, dénuées de toute la chaleur et la sensualité qu’elles pouvaient prendre quand les deux spectres se retrouvaient en toute intimité. Cela faisait si longtemps que tous deux s’aimaient dans le plus grand secret.

Levant la main, elle fit signe à sa sœur d’armes qui ne tarda pas à se poser sur le sol.

- Heureuse de te revoir Zoé, moi aussi j’aurais tant aimé que tu puisses ramener notre reine mais au moins, nous savons par où Arès s’est dirigé et peut-être comment suivre sa trace.

Et se tournant vers les deux autres spectres.

- Seigneur Minos, est-il possible de relever l’ensemble des morts causées par le dieu de la Guerre ? Cela nous donnerait de précieux indices sur la direction qu’il a prise même si je penche sérieusement pour l’Olympe…

Hormis Zeus, qui pourrait s’il a bel et bien été commandé s’imposer à lui ? Qui hormis l’un des trois frères aurait une telle puissance…


La question de Poséidon ne se posait même pas, le dieu fantoche reposant en son urne depuis sa défaite mémorable contre Athéna. Ce qui paradoxalement redonnait de l’espoir à l’Etoile des Ténèbres. En effet, si trois saints même pas d’or suffisaient à faire vaciller un dieu, pourquoi en serait-il autrement de trois spectres. Le tout restait de découvrir ce qui avait fait pencher la balance en leur faveur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadès
Dieu des morts et Empereur du monde souterrain
avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 03/11/2014

Feuille de personnage
Hp:
437/437  (437/437)
CS:
800/800  (800/800)
Pa:
400/400  (400/400)

MessageSujet: Re: Destruction, mort, et... Attente.   Mer 6 Sep - 13:32

Arrow Le Cronos Labyrinthos

Emergeant lentement aux portes de ce qui fut mon palais infernal, je posais alors les yeux sur un monde de flamme et de cendre, un monde qui n'était pas le mien, un monde dédié à la Guerre.

« Mais qu’est-ce que… ? »

Abasourdis par cette découverte, cherchant fébrilement une explication, je n'en remarquais même pas les spectres déjà présent sur place.

De Giudecca, il ne restait plus rien. Les glaces du Cocyte avaient fondues, et jusqu'à la ligne d'horizon se poursuivait désormais un vaste canyon aux pentes abruptes semblant avoir été creusé comme par une lame géante.

Il ne subsistait aucun doute dans mon esprit. Un tel épanchement de destruction ne pouvait être que l’œuvre d'un seul dieu. Le responsable de cette forfaiture ne pouvait être qu'Arès, envoyé en représailles après mes exploits à Sparte.

« Perséphone ! Ma chère et tendre ! »

Elle n'était pas céans. Et je ne percevait son cosmos dans aucunes des prisons infernales. L'impératrice des Enfers semblait avoir disparue.

Disparue, ou enlevée, voir pire encore.

A la seule pensée d'avoir ainsi perdue celle qui a mes yeux était la seule âme que j'ai jamais aimé, mon ichor ne fit qu'un tour, et sous ma colère grondante, les enfers tout entier se mirent à trembler.

« Tu… Tu vas me le payer. Tu me le paiera au centuple ! »

Je voulais exploser, je voulais répandre la mort et la destruction jusqu'au confins de la création pour laver cet affront, mais je n'étais pas encore prêt. Si Zeus apprenait mon retour en ces lieux, il viendrait, et me vaincrait encore. Il me fallait donc contenir ma rage et ma soif de vengeance encore quelque temps.

Ce fut alors que je fus interpellé par les cosmos insignifiants de mes soldats tout proche. Ainsi ils n'avaient pas fuis en voyant l'état de mon domaine. Leur fidélité n'était pas étonnante, car ils me devaient tout. Y compris leur nouvelles existences. Peut être pourraient-ils m'apprendre ce qui s'était passé durant mon absence.

Me rendant donc à leur chevet en marchant comme un simple mortel afin de rester le plus discret possible, je gageais cependant qu'aucun d'eux n'auraient le moindre doute quant à mon identité. Après tout, même discret, je restais leur dieu.

« Fidèles spectres, c’est avec de bien importantes nouvelles, et dans un cadre fort alarmant que je viens à vous. Cronos, mon père, a été libéré, ainsi que les autres Titans. Une nouvelle Titanomachie est en marche, et dans les heures qui viennent, nous les rejoindront pour marcher ensemble sur l’Olympe et ses défenseurs. La bataille sera sans pitié, et nombre d'entre vous tomberont sans doute face à nos ennemis, mais soyez certains que le nouvel age qui suivra sera le notre. Soyez sur qu'au final, nous serons les seuls à être victorieux. »

Quelques heures, il ne nous restait que quelques heures pour faire nos préparations. Nous n'étions plus qu'une poignée, mais peu importe. A moi seul, je pouvais aisément détruire le sanctuaire, ses chevaliers, et la prétendue Sagesse qui les dirigeait.

« Et vous, quelles nouvelles m’apportez vous ? Dites moi surtout ce qui c’est passé ici et qui en est responsable ? Qu’est devenu mon impératrice ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dante
Spectre de l'Incube
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 14/12/2013
Localisation : Dans un lit

Feuille de personnage
Hp:
187/187  (187/187)
CS:
300/300  (300/300)
Pa:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Destruction, mort, et... Attente.   Lun 11 Sep - 12:59

Je comprendrai jamais pourquoi ça continuera à s'obstiner à vouloir frapper sa tête contre un mur qu'est ce dieu. Il nous a montrés qu'on pouvait rien faire contre lui, et il veut qu'on le poursuive . Alors j'aime autant les risques mais faut que ça soit rentable, pas juste une simple mise à mort inutile comme la dernière fois. J'ai fait face à Artemis, je me suis fait démonter, on a été à trois sur Arès, ça a été pareil. C'est déprimant de voir que même moi je suis logique dans ma façon de penser. On ne peut pas tenir face à un dieu, c'est juste ridicule.

Heureusement qu'on peut se remettre de nos combats en un rien de temps mais quand même, entre la douleur et les traumatismes, je vous dis pas la tronche du spectre qui tient pas mentalement. Personnellement je ne suis pas fan de me faire trancher en boucle encore et encore sans arrêt.

Il voulait que je fasse quoi d'autre ce spectre ? Je sais pas où est passé Arès, ni où aller, et il me critique sur le fait de l'attendre lui et l'autre spectre. Sauf s'il me critique sur ma façon d'attendre, mais là s'il n'aime pas la guitare, j'y peux rien.  

Si ça ne tenait qu'à moi, j'aurais mon petit projet personnel mais j'imagine que ce n'est pas le moment pour ça. Mais je sais déjà que ce type, son air trop sérieux me vrille, l'envie de lui faire tâter de ma guitare dans la face me ferait grandement plaisir. Hélas, je vais me contenter de simplement hocher la tête en me relevant comme un gentil petit monsieur qui agit simplement avec tranquillité.

Mes pensées se tournent pour le coup vers mon frère en ayant au moins une chose de sûre sur lui : Artemis m'ayant révélé cet Ozymandias des gémeaux. Donc si ma mémoire n'est pas encore trop mauvaise, ce n'est pas lié à Athéna et ses chevaliers ? Je ne suis pas sûr, mais dans le doute, on va dire que oui.

D'ailleurs ça me fait venir sur ma prochaine interrogation : quoi faire une fois face à lui . Je lui fais "Eh salut, je suis ton frère, ça va ?" Non non, c'est pas le top... En plus c'est faire comme si de rien ne s'était passé. Je sais pas ! Bon et bien je trouverais bien d'ici là comment je devrais réagir. Mais au moins une chose est sûre : c'est que je serais content.

Je sors de ma reflexion quand j'entends un nom qui me fait tilter : Zoé. Celui là je m'en souviens encore, une fille que j'avais fait venir à moi dans Sparte. Elle parlait d'une histoire de frère nommé Drago ou je sais pas quoi, un truc bizarre. De toute façon je m'en souviens plus vraiment.

De toute façon la revoilà alors qu'on était prêt pour partir. Le timing n'aurait pas pu être plus parfait que ça. Au moins elle peut raconter la suite, c'est plutôt positif.


-What the f...?! New York ?!

Ça m'était sorti de la bouche tout seul sans même que je puisse me contrôler sous la surprise. Non mais sérieusement ? New York détruite ? Je n'ai pas pu m'empêcher de me passer la main sur le visage en soupirant profondément. Non mais sérieux, New York quoi, genre une ville super cool. Ses magasins, ses quartiers, ses demoiselles... Je me retenais de sortir mon arsenal d'insultes. Déjà si nous on faisait rien face à Arès, j'ose même pas imaginer ces gens qui n'étaient que des victimes collatérales au final.

Et on est censé être quoi dans tout ça hein . Quand t'as un mec qui claque des doigts et détruit des villes, toi tu peux que t'écraser en espérant ne pas être le suivant. Tout ça me donne juste envie de me défouler quelque part.


-New York...

Me parlant à moi-même comme pour me convaincre d'imaginer une ville entière plus là, je sentais comme quelque chose que je n'aurais jamais cru sentir jusque-là. Un cosmos écrasant et si... Froid et respirant la mort... Je n'aimais pas ça, c'était tout le contraire de mes préférences. Mais plus encore cette intensité que même moi qui ne suis normalement pas doué pour sentir le cosmos autre que féminin, ça n'annonçait que le retour d'Hadès.

Je ne put que tomber sur mes genoux en baissant la tête, ce cosmos n'avait que le don d'être le contraire du mien en matière de sensation. Déjà que j'avais fait en sorte de ne pas me faire engloutir par mon étoile pour en venir à un équilibre, je me sentais mal à l'aise au plus haut point face à Hadès.

Sa voix même me laissait comme un goût de... Amertume dans la bouche, comme si ce cosmos et cette voix avaient ce quelque chose qu'on m'avait appris à ne pas aimer. Et ses révélations me firent ouvrir grand les yeux avec surprise. La guerre, la guerre... Les titans, l'Olympe, tout ça me dépassaient.

Puis là je vis la faille, la potentielle possibilité que je cherchais à saisir depuis un certain temps. Même si mon ton restait monotone comme vide, je semblais comme prit d'une poussée pour répondre.


-Arès... Arès nous a tous massacrés Seigneur, nous n'avons à peine pu nous tenir devant lui avant d'être simplement écrasé devant sa puissance. Il a demandé à notre reine de venir avec lui et elle a refusé, alors elle nous a demandé de le combattre... À notre réveil, plus rien... Juste la destruction de cet endroit en ne laissant aucune trace de notre reine... Le spectre Zoé a réussi à le poursuivre et a été témoin de la destruction d'une ville entière avant de se faire à son tour battre.

J'hésitais encore sur mes prochains mots, mais il me fallait être audacieux, quoi qu'il en coûte

-Je désirerais me rendre au sanctuaire en vue de la guerre majesté. Laissez-moi être votre bras armé en ce lieu. Je tâcherais d'en emporter un maximum si tel est votre désir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minos
Juge des Enfers et Spectre du Griffon
avatar

Messages : 90
Date d'inscription : 04/08/2013
Localisation : Sombre empire

Feuille de personnage
Hp:
185/185  (185/185)
CS:
360/360  (360/360)
Pa:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Destruction, mort, et... Attente.   Mar 12 Sep - 10:08

Le spectre devant moi semblait furieux de ma remarque, mais je n’en avais cure. Il obéirait, ou serait châtié en conséquence. C’était aussi simple que cela.

Notre défaite des mains de la guerre n’était en rien une excuse au défaitisme et au laissé aller. D’autre que nous avaient affronté jusqu’à notre Empereur, et ils avaient vaincu. Alors pourquoi nous qui ne craignons plus la mort devrions nous trembler ou même hésiter ?

« Très bien. Écoutez tous. Oui nous avons subis une défaite écrasante des mains d'Arès. Oui actuellement sa puissance est supérieure à la notre, mais n'en sommes nous pas déjà ressorti plus puissant ? Ne sentez vous pas cette nouvelle force gonfler vos veines ? Nous n'avons pas affronté un simple dieu, nous avons affronté la Guerre en personne, aussi, n'ayons pas honte de notre défaite. Au contraire. Que nos cicatrices soient nos médailles, et que notre nouvelle puissance soit notre nouvel espoir. Tant que nous progresserons, nous pourrons le battre. Après tout, nous aussi nous avons le pouvoir d'accomplir un miracle. »

Mon envol n’avait alors duré que quelques secondes, car le cosmos de Zoé s’était fait sentir à l’horizon. Je retombais donc au sol et patientait jusqu’à son arrivée.

« Zoé du succube. Quelles nouvelles apportes-tu ? »

Elle semblait revenir de loin, et son récit le confirma. Ainsi Arès avait bel et bien kidnappé notre reine, et l’avait emporté avec lui en Olympe.

Zoé avait essayé seule de l’arrêter, et malgré son courage, le miracle n’avait pas eut lieu, et New York en avait payé le prix.

« Athéna ne pourra pas cacher cela au monde des hommes. Le temps des dieux semble être revenu. »

N’ayant ni émotion ni ressentiment pour cette folie destructrice que fut la destruction de cette cité des Hommes, je soupirais cependant en imaginant les millions d’âmes qu’il me faudrait bientôt juger une fois les enfer reconstruits. Une tache essentielle, mais qui en temps de guerre devrait attendre.

« Il nous faut donc nous rendre en Olympe plaider la cause de notre reine. »

Le plan était simple, mais son exécution elle… Comment nous y rendre ? Et surtout, comment atteindre notre reine une fois là-bas ?

« Il nous faudrait l’aide d’un Olympien, peut être en trouverons-nous un qui puisse nous aider à Sparte. »

L’idée même de demander à Athéna son aide me faisait frémir d’horreur, mais en l’occurrence, cela s’avérerait peut etre nécessaire.

« Bien, alors allons y… »

Je n’eus pas le temps d’en dire d’avantage. Un cosmos presque impalpable s’infiltra jusque dans mes os, et son intimité me fit l’effet d’un baume nécrotique.

« Cette essence, cette sensation… »

Je n’osais le croire. Cette essence était notre essence fondamentale. Ce pouvoir était celui par lequel nous existions encore après les coups de la Guerre en personne.

« Votre Impériale Majesté. »

Et mettant un genoux à terre face à la nouvelle incarnation de notre glorieux Empereur, je sentais déjà mes forces gonfler en sa présence.

Les nouvelles qu’il nous apprit me surprirent sans m’émouvoir, et mirent une nouvelle lumière sur les actes de la Guerre. Il ne pouvait pas avoir agit seul. Quelqu’un l’avait envoyé ici.

« Notre camp sera donc celui de votre père. Ainsi soit-il majesté. »

Dante me précéda concernant le récit des évènements survenues récemment, et à son rapport, je ne trouvais rien à ajouter, sinon face à sa dernière remarque.

« N’as-tu pas entendu notre Empereur ? D’ici peu, nous marcherons sur l’Olympe, alors qu’importe le sanctuaire et ses chevaliers. Si Athéna s’est rangée au coté de son père, nous les retrouverons tout deux sur le champ de bataille, eux, et leurs serviteurs. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alicia
Spectre du Nosferatu
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 29/07/2013

Feuille de personnage
Hp:
160/160  (160/160)
CS:
387/387  (387/387)
Pa:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Destruction, mort, et... Attente.   Lun 18 Sep - 10:55

[Hrp : changement de style, je passe à la première personne ^^

Je poste avant Zoé pour faire avancer un peu les choses. En cas de souci, n'hésite pas à me mp Wink ]

Tout comme moi, mon No-Life Lord semblait avoir une idée précise quant au lieu où notre merveilleuse reine avait été emmenée. Après tout, c’était si évident. Au sein de l’ensemble des divinités et des essences, seul le maître des Nuées avait un tel pouvoir, une telle influence. Commander les deux guerres était de son unique ressort mais nous, nous étions les messagers, les incarnations de la Mort sous toutes ses formes, l’armée de l’anéantissement et de la fin de toutes choses…

Et nul, pas même les dieux ne pouvaient ne nous le retirer. Quelques battements de cœur s’écoulèrent avant que je reprenne de ma voix enchanteresse.

- Nous rendre en Olympe ?

J’avais parlé comme en un songe avant de poursuivre.

- Hormis Hermès, qui pourrait être prêt à nous y conduire ? En sa qualité de Psychopompe, il pourrait nous ouvrir un pont entre les Enfers et l’Olympe mais comment l’appeler ou l’amener à nous aider ?

C’était en mon âme et conscience la meilleure des choses à faire. Convaincre le dieu des Voleurs et des Bonimenteurs à nous mener sur la montagne des dieux ne serait pas une mince affaire mais pour nos enfants, j’étais prête à tout. Pour qu’ils ne soient pas éternellement condamnés à porter la croix qui était nôtre. Contemplant de biais l’image de mon bienaimé Minos, je devais me rendre à l’évidence, le Devoir venait de reprendre le pas sur la Passion et l’Amour. Face à tous les autres et même à nos dieux, nous devions redevenir de simples combattants œuvrant au nom des seigneurs infernaux. Une épreuve qui me vrillerait de nouveau le cœur.

Fermant un instant les yeux, je me concentrais. Sans un mot, sans un son supplémentaire, j’amenais le calme en moi, réfrénant les élans de mon cœur. J’avais beau avoir conservé une certaine pureté, il était hors de question de me mettre ou de mettre mes frères et sœurs d’armes en danger. Le devoir passait avant quoiqu’il puisse m’en coûter…

Entre Devoir et Passion, une seule crainte subsistait en moi : celle de devoir un jour affronter le seul être que j’aimais plus que tout mais en mon être le plus profond, je savais que jamais cela ne se ferait.

Sentant soudain une aura parmi les plus sombres, les plus envoûtantes, je rouvris soudain les yeux, m’inclinant aussitôt avant d’ouvrir mes ailes et de m’agenouiller en toute humilité. Face à notre maître à tous, le respect, la dévotion étaient inscrits en nos chairs, coulant de source.

D’une oreille attentive, j’écoutais ensuite les différents échanges, ne trouvant rien à redire aux paroles de mes frères. Tout avait déjà été dit mais je me devais aussi de prendre la parole, ne fut-ce que pour marquer ma fidélité à notre seigneur le plus haut, celui par qui, nous spectres, existions.

- Mon cœur se réjouit de vous retrouver enfin, seigneur Hadès et je ne peux que confirmer les dires de mes frères d’armes. Arès nous a massacrés avant de s’emparer de notre reine… Avant même que nos corps se reconstituent. Ne pouvant rien vous apprendre d’autre en cet instant, je vous offre juste ces quelques mots. Vos ordres seront mes actes, seigneur…

Ordonnez et je vous obéirai. Quel que soit l’ennemi que vous me désignerez, il deviendra ma proie…


Et baissant la tête en signe de respect, je guettais du coin de l’œil la silhouette de Minos, maintenant juste devant notre seigneur le lien qui avait toujours existé entre lui et moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadès
Dieu des morts et Empereur du monde souterrain
avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 03/11/2014

Feuille de personnage
Hp:
437/437  (437/437)
CS:
800/800  (800/800)
Pa:
400/400  (400/400)

MessageSujet: Re: Destruction, mort, et... Attente.   Mer 20 Sep - 10:10

HRP:
 

Ainsi j'avais vu juste. Ce n'était pas vraiment une surprise, mais quand même. Que mon petit frère ose ainsi une telle frappe qu'il qualifierait bien hypocritement de préventive... Cela ne lui ressemblait guère, cela n'était pas moral, et donc politiquement incorrect.

*La peur te consumerait-elle déjà petit frère ? Ha ! Tu ne sais rien de la peur, pas encore.*

Mais très bientôt, il la connaitrait. Ce parvenu, cet orgueilleux parvenu et toute sa clique de dégénéré la connaitraient bientôt, car la Mort viendrait cette fois pour eux.

« Votre fidélité vous honore mes cher spectres, et elle ne sera pas oubliée. Lorsque tout ceci sera fini et que nous aurons récupérez la surface, je donnerai à chacun d'entre vous domaines et serviteurs sur lesquels vous aurait tout pouvoir. »

Cela serait un début. Mais il me faudrait songer à quelque chose de plus... Exceptionnel. Après tout, si j'inspirais avant tout la peur, je devais aussi inspirer ceux qui me suivaient, et quoi de mieux pour cela que de récompenser généreusement ceux qui se démarquaient par leur héroïsme ?

*Plus de puissance peut être ? De meilleures armures ? Oui, cela me semble approprié.*

Mais chaque choses en son temps. Pour l'instant, nous avions une guerre à mener, et elle pouvait arriver dans l'instant.

« Cependant le juge Minos dit vrai, Dante. Ta place n'est pas au sanctuaire, d'autant qu'il sera vide lui aussi. Nous nous avançons vers une guerre telle que le monde n'en a plus vue depuis les temps mythologiques. Une guerre qui va mobiliser l'ensemble des forces universelles, chevalier d'Athéna y compris. »

"Et nul doute que ton frère sera lui aussi appelé. Si les moires le veulent, tu auras l'occasion de lui parler avant qu'il n'essaie de te tuer."

Mes derniers mots transmis seulement à l'esprit de l'Incube, j'affichais un sourire de façade en songeant déjà au sorts tragique qui attendaient mes ennemis une fois notre inéluctable victoire remportée.

« Mes premiers ordres seront donc ceci. Déchainons enfin les enfers sur Terre. »

Zeus allait payer. Ils allaient tous payer. Ce rôle de fossoyeur, cette tache ingrate qu'ils m'avaient si généreusement octroyé pour m’être battu pour eux, j'allais leur montrer qu'elle n'avait pas que des inconvénients.

« A vous mes fidèles soldat immortels, je vais vous faire un second présent, celui d’être les premiers à voir la véritable puissance des enfers. »

Fini de jouer. Fini les demi-mesures. Je m'étais préparé à ce jour depuis que j'avais jeté mon dévolu sur la Terre et ses richesses. Avant il y avait des règles, je devais les suivre, Athéna devait les suivre, tout cela par peur de son père, mais tout cela n'avait maintenant plus aucune importance. J'étais déjà allé bien trop loin pour revenir en arrière, alors qu'avais-je à perdre ?

Et posant alors une main sur le sol calciné du sombre empire, ce fut comme un frisson qui le parcouru de part en part, comme un frémissement laissant présager du pire.

Et le pire vint alors. Ce furent d'abords les grilles qui s'ouvrirent, les chaines qui tombèrent, les geôles qui se vidèrent les unes après les autres, et en quelques secondes, l'ensemble des prisonniers du dernier royaume furent libérés alors que j'ouvrais en grand les portes des Enfers.

*Tu as été malin de verrouiller toi même les portes du Tartare mon frère, mais les enfers m'appartiennent, et ce qu'ils contiennent également. Voyons comment tu te débrouilleras face au règne de l'Enfer sur Terre.*

Et tandis que sur Terre, émergeant des quatre coin du monde, les morts de tout horizon sortaient de leur tombe pour se rappeler aux vivants, je goutais enfin au bonheur d'un pouvoir non limité, enfin libéré.

Désormais, mon souffle parcourrait la Terre, et les morts ne trouveraient plus asile en mon domaine. Ils resteraient sur Terre, tout en restant sous mon emprise. Le partage du monde l'avait voulu ainsi, et après des millénaires à rire de moi sur leur montagne, la mort et la pestilence allait les étouffer.

« Que l'Armée des Morts nous annonce. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dante
Spectre de l'Incube
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 14/12/2013
Localisation : Dans un lit

Feuille de personnage
Hp:
187/187  (187/187)
CS:
300/300  (300/300)
Pa:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Destruction, mort, et... Attente.   Sam 30 Sep - 17:10

S'il y avait bien un truc que je pouvais pas supporter, c'était que ces gens me lisent dans l'esprit, fallait que j'imagine un truc qui bloque tout ça. Hum... Un mur imprenable, qui ne tomberait pas quoiqu'il arrive... C'était déjà un bon début, maintenir ce mur dans ma tête pour qu'on ne puisse pas simplement me lire comme dans un livre ouvert. Surtout avec ce que je peux bien penser en ce moment.

Déjà je n'ai jamais signé pour être dans le camp des méchants, et en plus je n'ai jamais eu l'intention de combattre mon frère. Je vais aller le voir, lui parler, et... Il a intérêt à m'écouter car il n'aura pas le choix. Camp d'Hadès ou d'Athéna, quand on est frères, ce n'est pas important, et je ne vais pas m'en priver de le faire comprendre. Mais je dois attendre, déjà que je me sens de plus en plus mal en présence d'Hadès.

Oh c'est peut-être parce que l'humain que je suis n'a pas été consumé par le spectre en moi qui fait que je pense encore comme d'habitude et qui est pas forcément à l'aise avec certains trucs.

Hum... Je saurais presque mettre le mot dessus pourquoi mais ça veut pas sortir. Oh peu importe pour l'instant. Et si j'ai bien compris, Hadès veut lâcher les morts partout... Sérieux quoi... On a déjà perdu New York, ce n'est pas pour perdre le reste, après comment tu veux aller dans les villes pour profiter des magasins où je sais pas quoi de sympa ?

Je me sens vraiment frustré dans tout ça et pas à ma place. Mais pour l'instant, je dois simplement fermer mon esprit et attendre le bon moment. Remarque penser à de la pizza et des glaces, c'est un bon moyen pour couvrir ses pensées il paraît, en tout cas on voit ça dans les films.

Tous ces pauvres gens, femmes, enfants, hommes, ils n'avaient rien demandé et voilà comment ils se font prendre dans des histoires de dieux. J'en suis juste écoeuré de voir que ces dieux ne se privent pas d'agir sur des innocents.

Non content d'être plus puissant, il faut qu'ils s'amusent à s'en prendre à ceux qui n'ont rien à voir. Il faut que quelqu'un intervienne pour mettre fin à tout ceci... Et si personne ne le fait... Alors je le ferais mais attendre encore et encore, toujours plonger mes pensées derrière un mur de choses que j'appréciais sans limite.

Je restais la tête inclinée, à faire de mon mieux pour paraître comme le "spectre" que j'étais alors que l'humain que j'étais encore criait intérieurement.


-Vous avez raison seigneur, je suis dans ce cas là prêt à aller combattre nos adversaires. Les femmes tomberont sous ma domination et je les ferais plier le genou devant vous. Nous attendons votre ordre pour marcher sur la victoire qui nous attend de pied ferme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minos
Juge des Enfers et Spectre du Griffon
avatar

Messages : 90
Date d'inscription : 04/08/2013
Localisation : Sombre empire

Feuille de personnage
Hp:
185/185  (185/185)
CS:
360/360  (360/360)
Pa:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Destruction, mort, et... Attente.   Mer 4 Oct - 15:50

A genoux devant notre Empereur, nous écoutions, et attendions. La suite de notre destin semblait déjà être tout tracée. Une nouvelle guerre, mais cette fois, à une échelle autrement plus importante, avec des alliés parmi les plus improbables.

*Si l’on m’avait dit qu’un jour j’aurai à combattre avec les titans…*

Mais à plus d’un titre, cette époque était exceptionnelle. Des alliances se faisaient et d’autres volaient en éclat. L’équilibre du monde lui-même semblait vaciller alors que notre Empereur entrait en rébellion ouverte contre l’Ordre établi.

« Votre générosité nous touche tous Majesté, nous n’avons fait que notre devoir. »

Une récompense pour service rendu ? Oui, cette époque était bien celle du changement.

Un changement qui n’allait pas s’arrêter là.

*Mais… Il ne va pas… ?*

Notre Empereur déversa alors son pouvoir au sein de son royaume meurtri, et mille milliards d’âmes damnées hurlèrent à l’unisson. Un cri de joie autant qu’un cri de fureur, le cri de prisonniers enfin libéré.

Je crus alors rêver. Toutes ces âmes, cette armée quasi sans fin, s’engouffrant alors au travers des portes infernales pour regagner le monde des vivants… La Terre ne serait plus jamais la même, et les Enfers non plus.

« Mais majesté… Votre frère… ? »

Si Zeus pouvait pardonner nos assauts répétés contre Athéna depuis près de deux mille ans, cela, il ne le pourrait, jamais. Notre Empereur devait avoir conclu que cela en valait la peine, surtout maintenant que nous avions rejoint le camp des Titans, mais un tel acte n’ayant pu se faire que par Sa volonté, il venait là de donner Sa localisation.

« Peut-être devrions nous… Quitter ces lieux avant que Zeus ne vienne ? »

Déjà des millions d’âmes s’étaient échappés, à chaque seconde, des milliers d’autres s’échappaient du sombre empire. Bientôt, la surface de la Terre compterait plus de mort que de vivant, tous serviteurs du Sombre Empereur, tous asservis à Sa volonté.

Et soudain, le tonnerre craqua dans un ciel sans éclair, avant qu’au loin, à l’entrée des Enfers, une formidable lumière ne vienne illuminer les ténèbres du sombre empire. Zeus ! Cela ne pouvait être que lui !

« Majesté ! »

Il nous fallait maintenant partir ! il nous fallait partir tout de suite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alicia
Spectre du Nosferatu
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 29/07/2013

Feuille de personnage
Hp:
160/160  (160/160)
CS:
387/387  (387/387)
Pa:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Destruction, mort, et... Attente.   Dim 15 Oct - 20:58

Hadès avait parlé…

Désormais, le sort en était jeté et, jamais plus, le moindre retour en arrière ne serait possible. Il ne restait plus qu’à avancer et déjà le premier pas avait été fait.

Ainsi, pour la première fois, en des millénaires de Non-Vie, j’assistais à l’ouverture des portes infernales. Toutes ces âmes, tous ces défunts oubliés non seulement par la grande Athéna mais aussi par l’ensemble des divinités allaient remonter vers l’autre monde et prendre une revanche sans nom sur la cruauté du destin. De quoi faire chavirer le monde mais aussi nous faire plonger en une guerre sans précédent. Un passage décisif qui, à jamais, marquerait de son empreinte la surface de Gaïa.

Fermant les yeux, je me concentrais sur les mouvements, les cris, les plaintes se changeant en pure clameur de folie, de revanche, de conquête, se répercutant en tout coin des Enfers. C’était si assourdissant qu’il me fallut diminuer mes facultés et mes sens pour tenir le choc. Quelques instants s’écoulèrent ainsi, le temps que j’accuse le coup et enfin, je rouvris mes longs yeux bleus aux iris si changeantes. Déjà une lueur se dessinait au fond de mes prunelles. L’Etoile en moi réclamait du Sang, réclamait de la Vie. A croire que de sa seule présence, le divin seigneur de l’Outre-Monde réveillait en moi tout ce qu’il y avait de plus sanguinaire, de plus conquérant…

Car c’était bien en conquérante que j’allais à nouveau fouler cette terre que j’avais si souvent arpentée, achetée ou simplement séduite de par mes seuls dons vampiriques. Des domaines, j’en possédais déjà, tout j’avais depuis des éternités des serviteurs à mes côtés. Cela avait de tout temps fait partie de ma Non-Vie. Depuis que l’amazone que je fus en un lointain passé était tombée sous les murs de Troie pour se réveiller en tant qu’Etoile des Ténèbres face au juge Minos. Cela était si loin et si proche à la fois.

Minos et moi…

Je ne pouvais que sentir mon cœur se serrer à chaque fois que je pensais à lui. En mon âme et conscience de No-Life Queen, je le savais, jamais mon Amour pour lui ne se tarirait. C’est si puissant si viscéral. Cela ferait partie de moi, à jamais. Je l’aimais de toute mon âme, de tout mon cœur et ces sentiments n’avaient fait que croître et embellir au fil des siècles avec toute puissance que leur apportait mon sang vampirique. Ainsi, étais-je à jamais enchaînée à lui…

Minos…  

Le destin avait parfois été bien cruel avec nous. Tantôt, il nous éloignait, tantôt il nous rapprochait, voire nous dressait l’un contre l’autre mais toujours, nous étions parvenus à le surpasser, à nous rejoindre et nous retrouver. C’était si puissant que même les Moires semblaient rechigner à réellement nous séparer.

Dissimulant le sourire qui aurait pu naître sur mes lèvres si douces, je resongeais à cette nouvelle ère de bouleversements et à l’instant présent. Cet instant, cette époque pour le moins bénie qui avait vu non seulement nos plus belles retrouvailles mais aussi la naissance de nos enfants…

Des enfants auxquels notre seigneur pourrait un jour offrir la possibilité d’exister autrement qu’en éternels esclaves avec tous ces changements à venir. C’était cela mon plus bel espoir. Celui qui me remplissait de joie tout comme le fait de pouvoir enfin vivre l’amour auquel j’aspirais depuis déjà tant et tant d’années. Être libre d’aimer Minos et ce avec le consentement le plus sacré d’entre tous : celui de notre vénéré seigneur, tel était mon rêve le plus précieux, le secret que je caressais au plus profond de mon âme. Un secret que je m’efforcerais encore de préserver de toutes mes forces, de toute ma volonté et ce jusqu’à ce que notre immense seigneur soit disposé à l’entendre.

Soufflant doucement, je pris à mon tour la parole, répondant comme en échos aux voix des deux autres spectres présents.

- Oui, je ne peux que rejoindre mes deux frères en leurs paroles, seigneur Hadès. Votre générosité vous honore tout comme l’immense honneur que vous nous faites en faisant de nous les témoins privilégiés de l’ouverture des portes des Enfers…

Des mots tout en respect avant que la voix de mon cher No-Life King ne résonne de nouveau au cœur du sombre séjour. Oui, Zeus allait réagir, cela ne faisait pas l’ombre d’un doute et je ne pouvais que soutenir celui qui j’aimais de tout mon cœur. Malheureusement, je n’en eus ni le temps ni l’opportunité. A peine avais-je ouvert la bouche qu’une puissante lumière éclata, inondant aussitôt les Enfers. Une débauche de lumière telle que je dus fermer un temps les yeux pour ne point risquer de les brûler. Un cri de souffrance m’avait d’ailleurs échappé avant que je ne me reprenne, rassemblant aussi bien mes forces que mes esprits.

- Seigneur Hadès !

Il fallait que l’on quitte ces lieux. Déjà mes ailes s’étaient grandes ouvertes, prêtes à me porter loin de ces terres prêtes à se faire fermer de force par la puissance démentielle de Zeus.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hadès
Dieu des morts et Empereur du monde souterrain
avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 03/11/2014

Feuille de personnage
Hp:
437/437  (437/437)
CS:
800/800  (800/800)
Pa:
400/400  (400/400)

MessageSujet: Re: Destruction, mort, et... Attente.   Dim 22 Oct - 17:37

HRP:
 

Libéré, délivré, je ne me retiendrais plus jamais.

Qu’il était bon de se retrouver face à soi-même, dans toute la gloire qui vous avez été toujours refusé. Finies les escarmouches de bac à sable, finies les petites guéguerres entre Athéna et moi. Cette fois, ce serai une guerre totale, et cela n’avait que trop attendu.

« Haaaaaaaaaaaa… Cela faisait si longtemps que je voulais en arriver là. C’est comme un rêve qui se réalise. »

Si ce traître d’Hypnos avait été là, je l’aurai peut-être même remercié pour cela, avant de planter sa tête sur une pique. Où pouvait-il bien être d’ailleurs celui-là ? Surement perdu dans le monde du rêve, à trembler à l’idée de ma vengeance. Et bien qu’il y reste, et qu’il y pourrisse. Car je n’oublierais pas. Je n’oublierais jamais.

Lui et moi avions une dette en attente. Qu’il sorte maintenant ou dans un million d’année, nous la réglerions tôt ou tard. Quand il le voudrait. Et d’ici là, j’aurai fait brûler la terre et ses habitants, j’aurai noyé l’Olympe dans les ténèbres, et j’aurai obtenu le trône qui me revenait de droit. Le droit de l’ainé, et non celui du hasard.

Et comme pour me rappeler à son détestable souvenir, la foudre claqua alors au loin, aux portes de mon domaine alors enfin déchaîné. Zeus, Zeus venait de sceller les portes des Enfers de son pouvoir.

« Habile… Mais insuffisant. »

Les morts ne reviendraient pas pour autant dans mon empire. Pour cela, il lui faudrait déployer un tout autre genre de pouvoir, un pouvoir qui l’épuiserai sans nul doute, car même lui n’était pas infaillible contrairement à ce qu’il voulait nous faire croire à tous.

Cronos aurait alors sa chance. Face à un Zeus épuisé, et fort d’un pouvoir renforcé par la souffrance du Tartare, le roi des Titans aurait une chance, une chance qu’il saisirait. Et là, peu importe qui l’emporterait. Tout ce qui importait, c’était que je sois là pour achever le vainqueur et récupérer le prix.

Le pouvoir absolu, la couronne du roi, ma reine, la création, absolument tout.

*Ma reine… Patientez encore un peu. Bientôt je viendrais vous chercher jusqu’en Olympe, et je vous reprendrez des mains de ces parvenus.*

Etait-elle toujours en vie ? Etait-elle sauve ? Ou l’avait-on déjà puni pour une faute qui n’était pas la sienne ? Avait-on fait preuve de justesse pour elle ? Ou n’était-elle à leurs yeux qu’un dommage collatérale ?

L’incertitude me vrillait les entrailles, mais le temps n’était pas encore venu de marcher sur la montagne des dieux, pas tant que Cronos n’aurait pas avancer le premier pion.

« Paix vous autres. Zeus n’est pas venu en personne régler le cas des Enfers. Sa pompeuse majesté ne quitterait pas l’Olympe pour si peu. Nous attendrons ici le signal de… »

Un étrange invité apparu alors, un invité des plus familier semblant comme jaillir de mon ombre.

« Le signal de Cronos… »

Qu’est-ce que le chauffeur de Sparte faisait ici ?

« J’imagine que tu es ici pour me remettre un message de la part de ton maître ?

En effet. Mon maître vous fait porter ce message : l’arche d’Onyx est aux portes de l’Olympe, et Cronos s’y est déjà rendu.

Alors ça a commencé. »


Le sourire de l’Emissaire de Sparte s’agrandit alors, comme s’il s’était attendu à ma réaction. Un être bien mystérieux que cet homme aux yeux brillants sans le moindre cosmos, mais qui semblait pourtant être partout.

« Le grand pisteur de Sparte hein… Evidemment, qui de mieux pour servir de messager… Cela n’a pas été trop dur de me trouver ?

En fait non, pour libérer ainsi les morts, il vous fallait être aux Enfers, au moins pendant un temps. Aussi ce fut mon premier choix.

Heureusement que Zeus n’a pas eu la même conclusion, sinon il serait déjà là.

Oh je n’en serai pas si sûr monsieur. Après tout, lui aussi à ses propres plans. »


Ses propres plans ? Que voulait-il dire ? Zeus aurait un plan le conduisant à ne pas m’arrêter immédiatement ?

« Oh, je vois… Tu es malin Chauffeur, trop malin pour ton propre bien. Va maintenant, retourne à ton maître, et admirez ensemble le spectacle. »

Et me saluant alors d’une révérence, l’Emissaire de Sparte disparu alors comme il était venu, s’abimant dans les ombres et nous laissant seuls avec les âmes mortes furibondes cherchant à sortir de leur prison.

« Et bien mes chers spectres, on dirait que nous sommes attendu. Ne faisons pas attendre le Destin. Aujourd’hui, nous allons gagner l’ultime bataille. »

J’ouvris alors un large portail dimensionnel menant aux portes de l’Olympe, et les âmes s’y engouffrèrent.

Si Zeus pensait pouvoir enfermer les âmes des morts aux enfers, il allait voir que je pouvais toujours ouvrir une fenêtre là où il fermait une porte.

Arrow Oh que ça va etre chouette Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Destruction, mort, et... Attente.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Destruction, mort, et... Attente.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» je suis la mort et la destruction
» Le testament de César : l'attente du livre
» [Zweig, Stefan] Destruction d'un coeur
» Destruction Massive
» Les 10 thèmes de la mort et l'Espada

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Knights of Hope :: Sombre Royaume d'Hadès :: Guidecca :: Trônes des divinités et salle d'audience-
Sauter vers: