Forum RPG dans l'univers de Saint Seiya (Les chevaliers du Zodiaque)
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Bloodlust [Combat Zoé VS Arès]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zoé
Spectre de la Succube
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 03/05/2014

Feuille de personnage
Hp:
145/145  (145/145)
CS:
250/250  (250/250)
Pa:
75/75  (75/75)

MessageSujet: Bloodlust [Combat Zoé VS Arès]   Lun 31 Aoû - 10:16

Nous venons d'ICI

- Qu'est ce que c'est que ce truc ?!

William Bedsoe était à la fenêtre du tout dernier étage de l'immeuble de la First National Bank, et dont il était le PDG, contemplant d'un air pensif le panorama de la ville de New-York étendu à ses pieds. Lorsqu'il avait levé les yeux au ciel, il avait aperçu quelque chose d'étrange à quelques centaines de mètres du sol : un colosse auréolé de flammes se tenant debout sur une espèce de plate-forme faite de lumière écarlate ; lui faisant face, une silhouette féminine portée par des ailes noirs comme la nuit, en train de faire un vol stationnaire. Ils étaient trop loin pour que l'éminent sexagénaire puisse bien distinguer leurs traits.

- Sans doute le surmenage... dit-il en se frottant les yeux. Ces derniers temps, il travaillait trop et ce n'était pas sa jeune et séduisante épouse, environ quarante ans de moins que lui, sa troisième pour être précis, qui l'aidait à se reposer : elle était vorace dans tous les sens du terme et il était obligé de prendre de la coke pour suivre le rythme effréné qu'elle lui imposait avec ses ardeurs ; sans compter qu'il la soupçonnait de le tromper avec l'un des jeunes cadres dynamiques de sa banque...

Il leva de nouveau les yeux au ciel et vit que ce qu'il avait pris pour une hallucination était toujours là. Et il n'était pas le seul à voir ce phénomène : que ce soit dans les bureaux ou dans la rue, la plupart des new-yorkais avaient les yeux braqués vers le ciel, certains prenant même des photos avec leurs portables.

***

Le regard déterminé, Zoé prit pied sur la plate-forme d'énergie créée par Arès. Dans un rugissement de tonnerre, elle fit apparaître son redoutable Chat à Neuf Queues dont les lanières de métal noir étaient ornées de barbillons aussi coupantes qu'un rasoir et aux extrémités ornées d'une pointe du même matériau. Cette arme, comme le Surplis, avait vu jour dans les forges infernales par les ombres des habitants de Mü, qui avaient péri dans un cataclysme il y a des éons de cela, à la demande du Seigneur Hadès ; ce dernier, généreux comme de coutume, les avait récompensé en leur accordant le séjour à Elysion.

- Et il y en a pour dire que notre roi est injuste... murmura Zoé avant de reporter son attention sur le Dieu de la Guerre qui attendait qu'elle passe à l'offensive. Elle ne savait pas s'il faisait preuve de galanterie ou si c'était de la moquerie, voire de la pitié...

La Spectre concentra son Cosmos et son apparence sembla se brouiller, du moins pour ceux et celles qui l'observaient avant d'adopter une nouvelle forme, conforme à leur désir, leurs goûts et leurs fantasmes ; en l'occurrence, c'était Arès qui était visé en premier lieu mais toute personne de sexe masculin posant les yeux sur la Succube verrait en elle l'incarnation de son idéal féminin.

Spoiler:
 

- Et les Dieux savent ce qu'il est pour certain... pensa-t-elle avec un petit sourire amusé. Que voyait Arès en ce moment ? Aphrodite ? Sa mère ? Une mortelle qu'il avait dû posséder à sa manière, c'est à dire virile et sans fioritures ?

A vrai dire, se trouver en présence du Dieu de la Guerre embrasait ses sens et s'il n'y avait pas ce conflit stupide, elle n'aurait pas été contre de livrer avec lui une joute d'une toute autre nature.

Elle passa une langue gourmande sur sa lèvre supérieure et fit un bond en avant, portant à Arès un coup avec son arme. Les lanières s'enroulèrent autour du corps massif du Dieu puis se resserrèrent inexorablement...
Un mortel ordinaire serait déjà mort sur le coup, un Chevalier de rang égal à celui de Zoé subirait une souffrance indicible. Mais une divinité ? Sûrement une piqûre de moustique... Sans compter que celle qu'elle combattait semblait se "nourrir" de la souffrance, y compris la sienne propre...

Spoiler:
 

Le combat venait de commencer !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arès
Dieu de la Guerre et de la destruction
avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 04/08/2013
Localisation : Là où me porte l'odeur du sang

Feuille de personnage
Hp:
325/379  (325/379)
CS:
515/600  (515/600)
Pa:
67/500  (67/500)

MessageSujet: Re: Bloodlust [Combat Zoé VS Arès]   Lun 31 Aoû - 14:55

Pour une fois que c'est pas moi qui commence... Un petit "greuh" pour y aller en douceur.

Edit: Ça commence bien... Twisted Evil


Dernière édition par Arès le Lun 31 Aoû - 14:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sélène
Déesse Lune
Fondatrice
avatar

Messages : 344
Date d'inscription : 19/07/2013

Feuille de personnage
Hp:
300/300  (300/300)
CS:
300/300  (300/300)
Pa:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: Bloodlust [Combat Zoé VS Arès]   Lun 31 Aoû - 14:55

Le membre 'Arès' a effectué l'action suivante : Lancer des dés

#1 'Chaos' : 1

--------------------------------

#2 'Blocage' : 4

--------------------------------

#3 'Attaque simultanée' : 5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://knights-of-hope.forumactif.org
Arès
Dieu de la Guerre et de la destruction
avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 04/08/2013
Localisation : Là où me porte l'odeur du sang

Feuille de personnage
Hp:
325/379  (325/379)
CS:
515/600  (515/600)
Pa:
67/500  (67/500)

MessageSujet: Re: Bloodlust [Combat Zoé VS Arès]   Mar 1 Sep - 13:13

Arrow Nous venons d'ici

Ces deux derniers jours seraient sans aucun doute de ceux que tu garderais en mémoire parmi les plus beaux de ton existence.

Tes victoires consécutives sur Artémis, ta nomination à la tête des armées Olympiennes, le meurtre de Perséphone, et la destruction du temple d’Apollon et des territoires secondaires du sanctuaire d’Athéna… Tout ceci te mettait en liesse, car tu préférais de loin un bon combat à trois repas chaud par jour.

Tout obstacles sur ta route devait être balayé, tout insensé osant te défier devait mourir de ta main. Telle était ta voie, telle était ta ligne de conduite, et jamais tu ne t’en écarterais.

Alors qu’à présent se dresse devant toi un adversaire faible de pouvoir mais grand de folie, tu méprises l’écart de puissance vous séparant, mais ne peut que reconnaître le panache de son geste.

C’était bien là ce petit brin de folie qui depuis toujours t’avais séduit chez la race humaine. Cette volonté capable d’outrepasser la logique et les vérités les plus évidentes. Ce petit quelque chose qui les rendaient à la fois si fort et si faible.

Et alors qu’elle te rejoins sur la plateforme cosmique que tu as créé dans les airs de cette mégalopole que tu avais déjà visité quelques heures à peine auparavant, son apparence change, à tes yeux, elle devient floue et l’espace d’un instant, tu crois deviner le visage de l’Amour au travers d’un voile fumé.

Ainsi elle pouvait lire dans ton cœur et prendre l’apparence de la seule femme à avoir jamais connu l’homme derrière le guerrier… Qu’à cela ne tienne, elle pouvait bien ressembler à Aphrodite, elle n’était pas elle, loin de là, et bien que tu devais reconnaitre son audace, elle allait payer chère pour oser usurper ainsi la gloire céleste de la Toute Belle.

Impassible quoi que légèrement perturbé par cette ruse de femme, tu lui offre pourtant généreusement l’opportunité de te montrer sa puissance.

Les bras le long du corps, sans arme et pourtant non désarmé, tu la vois fondre sur toi avec une lenteur proprement incroyable qui t’offrait tant d’ouverture que cela en devenait risible.

Après une éternité à traverser les quelques mètres vous séparant, les lanières d’acier de son arme t’atteignirent enfin, ou plutôt, se heurtèrent à ton écu écarlate qui déjà très affaibli par tes précédents combat, se fissura sur toute sa longueur. Encore un coup comme celui-là, et s’en serait fait de lui.

Si faibles étaient à présent tes protections, si fragilisées et incapable de se régénérer alors que ta chair avait su retrouver sa vigueur et sa pleine puissance. Le corps avait guérit, mais pas sa protection. La chair avait vaincue l’acier. Etrange paradoxe que celui-ci en vérité, mais tu n’y pouvais rien. La science des armures divines n’était pas la tienne, elle était l’apanage du dieu forgeron et de ceux ayant reçus sa bénédiction.

Ainsi soit-il, tu ne risquerais pas tes précieux artefacts plus longtemps. Quittant ton corps en un torrent de flamme et de fumées, ta protection ainsi que ton écu s’envolent pour rejoindre ton quadrige, révélant la masse de muscles, de tendons et de cicatrices que tu demeures sous ta cuirasse.

Déjà, tu sens les vents de la Guerre venir renforcer ta puissance, déjà, tu sens le chaos bouillonner en ton sein.

Le combat vient à peine de commencer, que déjà, ta rage et ta puissance atteignent leur plus haut sommet. Abondantes, si abondantes que tu ne peux que t’en enivrer.

Exsudant littéralement de flamme et de pouvoir, tu laisses libre court à tes pulsions les plus sanguinaires en libérant vagues après vagues ton influence belliqueuses sur ce monde sans défense.

Plus tôt dans la journée, par ce même pouvoir, un peu plus à l’Est, les Nations Unis avaient été rayées de la carte, changées en un vaste champ de ruines et de morts tandis que les hommes sous ton influence s’étaient entretués, et à cet instant, il en serait de même, mais à une toute autre échelle.

Le moment était venu pour toi de rependre la bonne parole, et cette parole était, la Guerre.

~~~~~~~~

Et tandis qu’en plein Time Square, survolant une ville devenue folle, deux êtres proprement hors du commun semblait se livrer à un duel de titan, sous leur pied, le frère s’en prenait au frère, le fils à la mère, le père à la fille. La Guerre, la vraie, la seule, n’épargnait rien ni personne. Dans les rues de Manhattan, le sang coulait déjà à flot, tandis que résonnaient les coups de feu et les bruits de verre brisés.

De leurs mains nues, de pistolet, de taser, de barre de fer, de couteau, de brique, de pierre, et de couvercles de poubelles, les soldats de fortunes, rendu fou par la brume sanglante, rendaient hommage à leur nouvelle divinité, l’adorant par le feu et le sang.

Cette glorieuse boucherie aurait à elle seule suffit à son bonheur, mais le meilleur restait à venir, car dans cette cité humaine devenue folle, se trouvaient des hommes bien plus redoutables que ces gros et gras empotés roulant plus qu’ils ne marchaient.

Déjà durement touchée par une attaque d’origine inconnue survenue dans la matinée, l’armée américaine avait eu tôt fait d’incriminer une quelconque puissance étrangère. Etait-ce les Chinois ? Les Russes ? Un groupe terroriste ? Les extraterrestres, la Corée du Nord ou encore les Illuminatis ? La panique et l’incompréhension avaient cédées la place à la loi martiale, et New York s’était rapidement transformée en une base militaire sous contrôle directe du ministère de la défense.

Ceux qui avaient étaient envoyés pour garantir la sécurité ne furent pas épargnés. La soif rouge les prit, et fort de leur expérience au combat ainsi que de leur armement supérieur, ils eurent tôt fait de se frayer un chemin jusqu’à ce qui à leur yeux demeuraient les cibles prioritaires à abattre.

Transport de troupes et hélicoptères furent les premiers à arriver sur les lieux du duel, suivit de prêt par les colonnes de blindés. Une force de combat qui aurait suffi à elle seule à pacifier la côte est des États-Unis, mais qui allait bientôt découvrir l’ampleur de leur insignifiance.

~~~~~~~~

« MOUAAAAAAAAAAAAAAAR ! »

A peine ton armure t’avait-elle quitté, que tu franchissais le mur du son sans même bouger d’un millimètre.

Sous l’afflux de puissance proprement vertigineux que la Ruine t’octroyait, dans tes veines, ton ichor se changea en plasma, seul capable de supporter le pouvoir démentiel qu’était alors devenu le tiens.

Et tandis que ton seul hurlement provoquait l’explosion de toutes les vitres et panneaux publicitaires aux alentours, le moindre de tes coups aurait alors suffit à anéantir cette ville et tout ce qu’elle contenait. Un seul coup t’aurait amplement suffit à en finir, mais tu n’étais pas si pressé. Perséphone était prisonnière de son propre crane, et celui-ci était à l’abri, accroché à ta kamui, elle-même à l’abri sur ton quadrige.

Huit minutes. Huit minutes était tout le temps que tu décidais d’accorder à cette femme pour te divertir.

Un bang supersonique retentit alors, c’était ta masse démesurée et nimbée de flamme qui se mettait en mouvement.

N’ayant aucune distance à franchir pour rejoindre ton ennemie encore à portée de bras, tu te contentes simplement d’agripper son beau visage de ta main démesurée encore couverte du sang de ses semblables et de sa reine, avant de bondir droit devant toi, en direction de cette haute tour de verre et d’acier située à quelques centaines de mètres en direction du soleil levant.

Fulgurant autant que brutal, tout du long de la façade ouest, tu écrases ton adversaire, lui faisant creuser avec son corps un profond sillon au travers du béton et de l’acier du building, avant de l’enfoncer au travers des étages, traversant un à un les luxueux bureaux d’affaires comme des feuilles de papier que ton pouvoir embrase à votre passage.

La balade n’avait duré que quelques secondes, et elle aurait pu durer encore bien plus longtemps, mais las de t’encombrer de ce boulet ralentissant tes mouvements, tu décidas de lui rendre sa liberté, d’une manière bien à toi.

Ton poing s’était armé, tes muscles s’étaient tendus, ton pouvoir s’était concentré, mais ton coup s’arrêta à seulement quelques centimètres de l’abdomen de ton ennemi. Un coup qui lui aurait été fatal, mais dont le simple souffle suffit à pulvériser les alentours sur plusieurs centaines de mètres à la ronde ainsi que la moitié du building où vous vous trouviez encore.

Et tandis que la haute flèche, privée de sa base, s’effondrait sur elle-même, ton adversaire était propulsé au loin, au travers des ruines et des bâtisses plus lointaines encore intactes jusqu’à présent.

Le combat ne faisait que commencer, mais déjà ta soif de sang et de destruction se voyaient comblées, presque étanchées par cette orgie de violence aussi grisante que jouissive.

Quelque chose qui aurait été parfait, si dans leur malheur, de pauvres humains n’avaient pas alors tentés d’en finir avec toi de leur armement pathétique.

Une pluie de missiles tiré depuis les hélicoptères t’atteignirent sans crier gare, explosant à ton contact sans t’infliger la moindre blessure ni même parvenir à pénétrer l’aura de flamme que tu émettais.

D’autre suivirent, en abondance, accompagnés cette fois d’obus et de munitions de gros calibres tirés depuis les blindés en contrebas comme autant de moustiques essayant de percer au travers d’une armure.

« Hors de ma vue ! »

Un nouveau souffle, une nouvelle explosion de puissance, et voilà que les pilotes d’hélicoptères perdaient le contrôle de leur appareil comme prit dans une tempête.

Leur sort aurait pu être de s’écraser au sol, comme des insectes foudroyés, mais le dieu du sang n’en avait pas fini avec eux.

Prenant appuis sur une nouvelle plateforme cosmique, tu rejoins en un éclair l’appareil le plus proche, le déchirant d’un tranchant de ta main, pour finalement t’emparer de la queue du second avant de l’envoyer valdinguer sur le blindé le plus proche.

Fondant alors sur les survivants sous un feu nourris que tu ne ressentais même pas, de tes mains nues, tu déchires leur corps comme de vulgaires torchons, arrachant au passage la tourelle d’un blindé pour t’en servir de massue improvisée.

L’envol d’un tank pensant au bas mot 50 tonnes n’était pas quelques choses de courant dans le monde des hommes, mais la venue du dieu de la Guerre sur un champ de bataille ne l’était pas non plus.

De tes poings, de tes pieds et de ton cri, tu anéantis tes opposants, les envoyant rejoindre le sombre séjour du monde des morts que tu avais laissé en ruines.

A cet instant, plongé dans une frénésie meurtrière t’ayant déjà maintes fois couvert de sang, tu avais complètement oublié ta mission et ton adversaire, mais celui-ci en avait-il fait autant ?

récap de tour:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoé
Spectre de la Succube
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 03/05/2014

Feuille de personnage
Hp:
145/145  (145/145)
CS:
250/250  (250/250)
Pa:
75/75  (75/75)

MessageSujet: Re: Bloodlust [Combat Zoé VS Arès]   Mer 2 Sep - 23:20

C'était à peine si le Dieu avait senti l'attaque de la Spectre, tout au plus avait-elle entamé l'Armure Divine qui avait été quand même bien entamée lors des précédents combats. Il s'en débarrassa pourtant, comme l'on jette une vieille chemise déchirée, révélant un torse puissant aux muscles et veines saillants. Zoé eut une petite flambée de désir à la vue de ce corps viril mais elle n'eut pas vraiment le temps de s'extasier devant ce spectacle : son adversaire dans un rugissement supersonique avait enveloppé de son immense main son petit visage puis tout en l'emportant dans son élan, l'avait propulsé dans les airs.

Elle percuta de plein fouet la façade d'un des gratte-ciels new-yorkais - qui s'avéra être le Chrysler Building - y creusant non seulement un immense trou mais le pulvérisant littéralement, fragilisant ainsi la structure même de cette partie de l'immeuble. Elle traversa des murs, des bureaux, une ou deux machines à cafés, pour finir par aboutir de l'autre côté de la façade du bâtiment. Là elle chuta dans le vide.

Le toit fléché du Chrysler Building se mit à tanguer dangereusement avant de s'écrouler vers le sol, la pointe en avant.


Au même moment, la Spectre atterrit brutalement sur l'asphalte. Un peu sonnée, elle se releva et sortit du mini-cratère provoqué par l'énergie cinétique provoquée par la chute. Son Surplis avait encaissé en grande partie le choc si bien qu'elle ne souffrit que de quelques courbatures qui disparurent bien vite.
Dans les rues c'était le chaos. Les humains pris d'une fièvre de violence s'entretuaient, se frappaient, se tabassaient avec des battes de base-ball, des tessons de bouteille, des armes à feu, des poings américains, des couteaux, à mains nues...

- Mais qu'est ce qui leur arrive ?! dit-elle à voix haute, regardant le carnage d'un air interloqué. Puis elle comprit : c'était le Cosmos d'Arès qui provoquait cette explosion de violence insensée. Les humains ressentaient son influence à travers l'astre rouge qui portait son nom - latin - mais quand il se trouvait en personne dans le monde des mortels, ces derniers en subissaient de plein fouet ses effets.

Levant les yeux au ciel, elle vit le Dieu en train de donner une bonne raclée aux militaires présents sur place, les balayant comme des fétus de paille, pliant entre ses doigts le métal de leurs chars comme si c'était du papier, fendant en deux leurs hélicoptères comme dans du beurre.

- Et d'une seul main en plus !

Les hommes de ce siècle, surtout de ce pays, ne juraient que par la force et voila qu'ils étaient confrontés à une force dépassant leur entendement !

Quelque chose la chiffonnait toutefois : Arès avait une force incommensurable mais il s'était contenté de lui administrer une "chiquenaude". Elle serra le poing : en fait il joue avec moi, il se moque de moi !

Elle allait le rejoindre afin de continuer le combat quand elle sentit des "grêlons" ricocher contre son armure. Pivotant, elle vit un F-35, le fleuron de la technologie aérienne militaire états-unienne, se tenir en vol stationnaire à quelques mètres d'elle et la mitraillant d'un feu nourri. Les munitions, capables de percer un mur en béton, rebondissaient sur la carapace de métal noir de son Surplis, sans lui faire le moindre mal.
Souriant, elle empoigna son arme et l'instant d'après les lanières s'enroulèrent autour de l'appareil, l'emprisonnant. D'une torsion du poignet, elle envoya l'avion de chasse dans le décor : il traversa les airs avant de percuter, dans une explosion apocalyptique - le carburant plus les missiles faisaient un cocktail détonant - la statue d'Atlas du Rockfeller Center...

- QUELLE FORCE ! s'extasia-t-elle. La Zoé qu'elle avait été n'aurait jamais pu accomplir cet exploit mais celle qu'elle était maintenant avait en elle une puissance qui ravalait les machines de mort des humains au rang de simples jouets !
Bien entendu, la sienne n'était rien en comparaison de celle du Dieu mais en tout cas elle n'avait rien à redouter des simples mortels...

Une pensée lui traversa l'esprit : comment se fait-il que l'armée soit déjà sur place ?! Ils ne sont pas rapides à ce point là ! Ce ne fut que lorsqu'elle prit son envol et qu'elle vit au loin ce qu'il restait du bâtiment des Nations Unies qu'elle comprit qu'Arès avait déjà foutu le bordel dans la Grosse Pomme peu de temps auparavant !

Elle finit par rejoindre le Dieu qui continuait son œuvre de mort et de carnage, au sol cette fois. D'un coup de pied, elle fit bondir dans les airs une limousine abandonnée qui alla percuter le colosse de flammes. Elle savait que cela n'allait pas lui faire grand mal, c'était juste une manière d'attirer son attention.

- Alors mon gros bébé, on fait mumuse sans moi ?! fit-elle d'une voix espiègle avant de lui balancer un nouveau coup de son Chat à Neuf Queues. Les lanières de métal noir miaulèrent, déchirant l'air avant de frapper le géant. Cette fois elle y avait mis plus de force, espérant ainsi blesser la chair du Dieu.

Spoiler:
 

Non loin de là, caché parmi les débris d'un Starbuck dévasté, un adolescent filmait la scène avec son portable, les yeux écarquillés comme s'il ne parvenait pas à croire ce qui se passait devant lui.

- P... Putain, avec ça je vais dépasser le million de "Like" sur Facebook !...

Spoiler:
 


Dernière édition par Zoé le Jeu 3 Sep - 19:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arès
Dieu de la Guerre et de la destruction
avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 04/08/2013
Localisation : Là où me porte l'odeur du sang

Feuille de personnage
Hp:
325/379  (325/379)
CS:
515/600  (515/600)
Pa:
67/500  (67/500)

MessageSujet: Re: Bloodlust [Combat Zoé VS Arès]   Jeu 3 Sep - 18:05

Aller, fini les échauffements, maintenant un bon gros MOUAAAAAAAAAR !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sélène
Déesse Lune
Fondatrice
avatar

Messages : 344
Date d'inscription : 19/07/2013

Feuille de personnage
Hp:
300/300  (300/300)
CS:
300/300  (300/300)
Pa:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: Bloodlust [Combat Zoé VS Arès]   Jeu 3 Sep - 18:05

Le membre 'Arès' a effectué l'action suivante : Lancer des dés

#1 'Chaos' : 5

--------------------------------

#2 'Blocage' : 6

--------------------------------

#3 'Attaque simultanée' : 2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://knights-of-hope.forumactif.org
Arès
Dieu de la Guerre et de la destruction
avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 04/08/2013
Localisation : Là où me porte l'odeur du sang

Feuille de personnage
Hp:
325/379  (325/379)
CS:
515/600  (515/600)
Pa:
67/500  (67/500)

MessageSujet: Re: Bloodlust [Combat Zoé VS Arès]   Ven 4 Sep - 16:36

Achevant de réduire en scories fumantes le dernier malheureux ayant bien funestement attiré ton attention, de ses propres membres, arrachés par tes soins, tu en matraque encore et encore la carcasse calcinée, jusqu’à ce que ton ancien adversaire se rappelle à toi.

Marquant une pause dans ton orgie de massacre frénétique, tu abandonnes les restes de tes anciennes victimes pour te retourner vers celle qui non content d’avoir survécu à ta mise en garde, avait réussi à conserver son aplomb devant la force faite Homme.

Elle en voulait encore ? Et bien soit, qu’elle essaie à nouveau de te blesser. Tu n’esquiverais pas, tu ne bloquerais pas. Qu’elle frappe, de toutes ses forces, et si elle pouvait te vaincre en un coup, qu’elle le fasse donc, et vite, car son temps était compté.

Huit minutes, c’était le temps que tu avais décidé de lui accorder, et déjà trois d’entre elles s’étaient écoulées.

Levant ta main grande ouverte face à elle, tu lui annonces sans un mot le temps qu’il lui reste. Comprendras-t-elle le message ? Le comprendras-t-elle à temps ? Il valait mieux que oui, dans son intérêt, car en ton sein, le chaos s’agitait.

Sentant sa propre influence grandir sur le champ de bataille où se trouve son hôte, le pouvoir originel enfle, grandit, au point de déborder de ton enveloppe corporelle, mêlé à ton propre ichor sous la forme d’un magma étincelant qui au contact de l’air s’évapore en flammes multicolores.

Si grande était sa puissance, si abondante étaient ses ressources, que même ton corps divin ne pouvait le supporter et menacer d’imploser. Tel était le risque que tu avais accepté de prendre au moment où tu l’avais accueilli en toi. Vivre chaque combat en sachant qu’il pourrait être le dernier.

Ton adversaire remarquerait-il ton état pour le moins étrange ? Comprendrait-il que cela lui offrait une chance de te blesser malgré l’écart de puissance entre vous ? Sans aucun doute, car après des mots aussi provocateurs qu’inutiles, vint enfin son attaque.

Avec plus de force que la fois précédente, les lames d’acier de son arme s’animèrent, se nimbant de flammes, et bien qu’encore une fois, sa vitesse n’était rien en comparaison de la tienne, tu demeures immobile, les bras en croix, attendant simplement que porte son attaque et faisant de ton mieux pour rester digne alors qu’en toi, le chaos s’affole.

Grande fut ta douleur, profondes furent tes blessures, et ton ichor coula. Le torse et les bras zébrés de nouvelles cicatrices, le spectre avait réussi à te blesser malgré son apparente faiblesse. Il y avait donc de l’espoir pour elle, mais en même temps, à tes yeux, elle devint plus qu’une pauvre insensée. Elle était désormais un adversaire, un adversaire que tu voulais tester.

Jusqu’où allait son pouvoir, jusqu’à quel point pouvait-elle embraser son cosmos ? Tu voulais le découvrir, sur le champ.

Et alors que de tes nouvelles plaies, ton ichor incandescent suintait poisseusement, ta contre-attaque ne se fit pas attendre. Cette fois, ton ennemie avait choisie d’attaque à distance, usant de son arme comme d’un fouet la mettant hors de portée, ou tout du moins le croyait-elle…

Mais si son corps demeurait loin de tes mains, son arme, elle, ne l’était pas, et alors que tu saisissais des lanières de métal articulées qui venaient de marquer ta chair divines de leurs empreintes, pareillement au juge du griffon, tu te servis de l’arme de ton ennemi contre lui.

D’un coup sec et fulgurant, tu tirais cette femme au visage si dérangeant vers toi, emplie à la fois de rage et d’excitation.

« Fus… »

Avec une célérité qui n’appartenait qu’aux dieux, tu emmagasinais en ton souffle le pouvoir de commandement que te conféraient à la fois ton anneau et ton statut divin.

« Roh… »

Autour de toi, malgré le temps semblant presque suspendu, tes flammes semblèrent perdre en intensité, comme aspirées en ton sein alors que prenant une profonde inspiration, tu te cambrais légèrement en arrière alors que ton ennemie arrivait à bout portant.

« DAH ! »

Expirant en un cri de guerre surpuissant tout le pouvoir et la puissance que tu venais d’accumuler en ta voix, de ta bouche, plus qu’un son, ce fut un torrent, un déferlement de puissance qui jaillit au visage de ton adversaire.

Comme un craquement de tonnerre, autour de toi, le béton, l’acier, le verre et les os craquèrent également, avant d’être emporté par ton pouvoir qui sur son chemin creusa sa marque autant qu’il pulvérisait les obstacles.

Ainsi fut emporté ton ennemie, comme un fétu de paille balayé par la tempête. Et alors que ton cri continuait son chemin, faisant trembler la terre et les cieux, ce fut finalement dans un imposant building qu’il termina sa course, pulvérisant sa façade et ses premiers étages avant de finalement s’écrouler sur lui-même dans un bruit assourdissant couvrant la glorieuse cacophonie d’une ville en proie à la Guerre.

Combien de victimes ton cri venait-il de causer ? Tu n’aurais sut le dire, car devant toi, plus rien ne demeurait sur plusieurs centaines de mètres, plus rien si ce n’est un long sillon hémisphérique poli par ton pouvoir ainsi focalisé.

Telle était la puissance de la Voix, tel était le pouvoir de ton cri.

Ton ennemi avait-il survécu à cela ? Tu l’espérais, après tout, elle était protégée par son surplis, ce qui n’était pas rien, et puis, aussi puissant que fut ce déferlement, il n’était rien à côté de ce que ton cri pouvait déployer.

Ce fut donc d’un bond puissant faisant craquer le sol sous tes pieds que tu franchis la distance te séparant des ruines où ton adversaire avait disparu, un bâtiment anciennement prestigieux nommé par la famille l’ayant fait construire, aujourd’hui guère plus qu’un tas de poussière.

Plus qu’impatient de savoir si oui ou non ton combat avait pris fin, tu t’apprêtes à en sonder les profondeurs à la recherche d’un cosmos encore actif, quand une nouvelle pluie de missiles te stop net dans ton entreprise, tirée cette fois depuis une batterie distante, se tenant hors de ta portée immédiate.

Sans perdre une seconde, tu arraches aux ruines te faisant face une large poutre d’acier, avant de bondir dans les airs à la recherche d’une meilleure fenêtre de tir quand arrivé à plusieurs centaines de mètres au-dessus du sol, tu découvres le chaos régnant sur l’ile de Manhattan, désormais ile du sang et du carnage. Une vision qui te réjouis, mais qui ne te détourna pas de ceux s’en prenant encore à toi, postés de l’autre côté de l’East River et se croyant à l’abri.

Pauvres idiots, une fraction de seconde t’aurait suffi pour les rejoindre, mais tu ne te donnerais même pas cette peine, tu avais tout ce qu’il te fallait ici, et tu n’en bougerais pas avant de savoir si ton véritable ennemi était encore vivant.

Qu’ils observent, et retiennent. Entre tes mains, tout pouvait devenir une arme mortelle. L’objet n’avait pas d’importance, un simple éclat de métal te suffisait à surclasser tout adversaire, y compris cette large poutre d’acier déjà incandescente.

Armant ton bras et gainant tes muscles telle une peinture antique de lanceur de javelot, ta main est ferme, et ta position parfaite.

Dans un bang supersonique faisant voler en éclat les vitres du quartier de Midtown, tu frappes à distance et en une fraction de seconde tes lâches adversaires totalement prit au dépourvus face à la vélocité et à la puissance de ta riposte.

A l’impact six fois supérieur à la vitesse du son, le Gantry Plaza State Park s’embrase et explose, soufflé, balayé ainsi que tes ennemis par la violence de la Guerre à l’échelle divine. Comprendraient-ils à présent ? Ils n’étaient pas de taille, et ne le serait jamais. S’ils t’affrontaient encore, ils perdraient, et mourraient. Qu’ils se terrent comme des rats, ou meurent comme des hommes, mais qu’ils ne se méprennent plus. Ils ne te vaincraient pas et mourraient pour rien, sinon pour eux-mêmes.

récap de tour:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoé
Spectre de la Succube
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 03/05/2014

Feuille de personnage
Hp:
145/145  (145/145)
CS:
250/250  (250/250)
Pa:
75/75  (75/75)

MessageSujet: Re: Bloodlust [Combat Zoé VS Arès]   Dim 6 Sep - 22:00

- Ici Cat Grant de CNN News, en direct de la ville de New-York où règne un chaos sans précédent et qui est devenue un véritable champ de bataille ! Selon toute vraisemblance, il semblerait que deux terroristes se livrent au carnage dans les rues de Manhattan et l'armée, pourtant lourdement équipée, est impuissante à les neutraliser. Ces évènements font suite à la destruction du bâtiment des Nations Unies survenue la veille et...

La journaliste ne put en dire plus car une sorte de cri assourdissant fit voler en éclat les vitres des immeubles avoisinants et précipiter la jeune femme et toute son équipe au sol.

- Putain de merde ! jura-t-elle avant de se relever. Un peu sonnée, les oreilles bourdonnantes comme si elle avait passé toute la nuit dans un night-club, elle vit que les vitres du camion de la chaine de télévision avaient été également pulvérisées.

- Shit, la caméra est complètement naze !...
- Pas seulement la caméra : tout l'équipement audio-visuel du camion est mort !
- Bordel, ils utilisent quoi comme arme ces terroristes !
- J'en sais rien mais c'est du lourd...
- J'en connais quelques uns à la Maison Blanche qui vont se faire taper sur les doigts, à commencer par le président...

***

Un cri, trois syllabes avaient suffi à balayer comme un fétu de paille la Spectre de la Succube à quelques centaines de mètres de là où elle se tenait quelques instants auparavant. L'onde de choc fut telle qu'elle avait littéralement fait exploser les vitres, le béton et le métal des immeubles se trouvant aux alentours immédiats. La terre s'était mise à trembler et l'air était envahi par la fumée des incendies et la poussière des décombres. Manhattan était devenue un véritable champs de ruines fumantes et les rares images de ce carnage, relayées par les satellites, étaient transmises aux quatre coins de la planète, plongeant le monde dans la stupeur.

Zoé se releva au milieu de ce qui était autrefois l'un des centres commerciaux les plus prestigieux et les plus luxueux du monde et qui était maintenant qu'un tas de gravats et de ruines.
Si elle avait une personne se souciant de la vie d'autrui, comme un Saint d'Athéna, par exemple, elle aurait tout fait pour déplacer le combat ailleurs, protéger les innocents et ainsi de suite, mais elle était une Spectre d'Hadès et se moquait éperdument de ce genre de considérations. Toutefois, elle n'avait ni la cruauté du Dieu ni sa soif de carnage ; elle était plutôt partisane de la sélection naturelle : si, par exemple, des civils avaient réussi à survivre à cette bataille, elle n'allait pas s'acharner sur eux pour le simple plaisir de les tuer, mais les laisseraient s'en aller. S'ils avaient survécu c'était parce qu'ils étaient plus forts, plus chanceux ou plus instinctifs que la moyenne et elle respectait cela.

Une violente explosion provenant de l'autre côté de la baie la sortit de ses pensées : visiblement le Seigneur du Carnage avait encore fait des siennes !... D'ailleurs celui-ci se tenait en hauteur, sur une plate-forme cosmique, sa fière et imposante silhouette se découpant nettement sur le ciel traversé de nuées. Il aurait été au sommet d'une pyramide de cadavres que l'effet aurait été le même.
Il y avait en Arès un tel désir de destruction en lui qu'il en était palpable, malgré la distance à laquelle elle se tenait.

- Désir... murmura-t-elle. L'un de ses pouvoirs lui permettait justement de se nourrir des désirs de ses adversaires mais elle n'avait jamais absorbé celui d'une divinité. Cette occasion ne se représenterait donc jamais de sitôt et il fallait donc en profiter !
Elle fit battre les ailes de son Surplis et s'approcha à distance respectueuse d'Arès. Une fois de plus, celui-ci s'était contenté de "jouer" avec elle car son armure comme sa chair ne portait aucune trace de brisure ou de blessure. Oh ! Ce n'était qu'une question de temps avant qu'il ne le lasse de ce petit jeu et qu'il ne lui porte un coup fatal, aussi devait-elle faire vite avant qu'il ne se décide à passer à "autre chose". Tout ce qu'elle pouvait espérer en fait c'était de faire gagner du temps à sa Déesse (comprendre par là "retarder son châtiment") ou encore aux autres Spectres même si ces derniers étaient mal en point...

Au lieu d'utiliser son arme, comme il s'y attendait sûrement, elle concentra son Cosmos, ouvrant la bouche et prenant une profonde inspiration : des volutes d'énergie rouge - la couleur attitrée d'Arès - s'échappèrent de la grande carcasse de ce dernier se dirigeant vers la Spectre qui rejeta la tête en arrière pour mieux accueillir ce flux d'énergie cosmique, se nourrissant ainsi de son désir de destruction, de sa soif de carnage.

Spoiler:
 

Les désirs étaient des choses étranges : ils naissaient pour des raisons obscures, grossissaient et étaient difficiles à assouvir et une fois qu'ils les étaient, on ressentait comme une sorte de vide qu'il fallait vite combler. Par un nouveau désir, par exemple... Les immortels ne faisaient pas exception à la règle mais l'énergie ainsi produite était fabuleuse, largement supérieure à celle des mortels.
Pour Avarvaé, l’Étoile Céleste de la Luxure, ce fut comme un choc, une révélation : c'était comme si elle s'abreuvait à la source même du Désir ! La Spectre s'abandonna à cette sensation délicieuse, son corps s'entourant d'une aura écarlate et sa chair, sa peau, ses cheveux et ses yeux se mirent à luire d'un éclat rouge comme une luciole.
Néanmoins, cela représentait un danger : l'afflux d'énergie était tel qu'il menaçait d'abîmer, voire de détruire complètement le corps servant d'hôte à l’Étoile. Cette dernière sentit le danger et stoppa net l'arrivée, juste à temps car quelques secondes de plus et l'enveloppe aurait littéralement implosé !

- FANTASTIIIIIIIIIIIIIIQUE !!!! rugit-elle. JE COMPRENDS MAINTENANT CE QUE PEUT RESSENTIR UN DIEU !!!!!

Elle avait vidé Arès de son désir de destruction, tout au moins une bonne partie, car les désirs des Dieux étaient bien plus vastes que ceux de mortels, étant en quelque sorte l'incarnation même de ces désirs, et s'en était nourrie. Pour elle c'était un morceau de choix, qui valait bien au moins 100 "repas" ordinaires...
Par contre dans son esprit résonnait le mot "DETRUIRE" : le désir du Dieu l'avait d'une certaine manière contaminé...

Les lanières de son chat à neuf queues s'animèrent, capturant l'épave d'un tank gisant au sol, d'un geste ample, elle envoya la machine de guerre au large : le lourd véhicule percuta de plein fouet la partie supérieure de la Statue de la Liberté. La tête et la main tenant la torche allèrent se fracasser sur le sol de Liberty Island.

Puis elle se tourna vers Arès, ses yeux brillants comme des rubis dans les ténèbres...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arès
Dieu de la Guerre et de la destruction
avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 04/08/2013
Localisation : Là où me porte l'odeur du sang

Feuille de personnage
Hp:
325/379  (325/379)
CS:
515/600  (515/600)
Pa:
67/500  (67/500)

MessageSujet: Re: Bloodlust [Combat Zoé VS Arès]   Mar 8 Sep - 19:34

RAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAR !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sélène
Déesse Lune
Fondatrice
avatar

Messages : 344
Date d'inscription : 19/07/2013

Feuille de personnage
Hp:
300/300  (300/300)
CS:
300/300  (300/300)
Pa:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: Bloodlust [Combat Zoé VS Arès]   Mar 8 Sep - 19:34

Le membre 'Arès' a effectué l'action suivante : Lancer des dés

'Chaos' : 1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://knights-of-hope.forumactif.org
Arès
Dieu de la Guerre et de la destruction
avatar

Messages : 148
Date d'inscription : 04/08/2013
Localisation : Là où me porte l'odeur du sang

Feuille de personnage
Hp:
325/379  (325/379)
CS:
515/600  (515/600)
Pa:
67/500  (67/500)

MessageSujet: Re: Bloodlust [Combat Zoé VS Arès]   Mer 9 Sep - 13:59

Rouge. Rouge est aujourd’hui le zénith, rouge est l’east river, rouge sont les rues de Manhattan. Où que te porte ton regard, tu ne peux voir qu’une ville à la couleur écarlate.

Plus précieux que l’or, plus vitale que l’eau, plus rares que les joyaux. Les monuments n’étaient que poussières, les contes de simples mots condamnés à l’oubli, mais le sang, le sang lui était éternel.

« MOUAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAR ! »

Ivre de carnage, tu hurles à la face des cieux ce chant de la victoire que tu ne cesses d’entonner. Tu n’as pas usurpé ton pseudonyme d’invaincu, et aujourd’hui, même les dieux tremblent devant ton nom.

Qu’ils osent regarder en direction de ton cri de fureur, qu’ils contemplent ton œuvre alors que tu imposes ta marque sur chaque chose que tu approches, et qu’ils osent alors te regarder dans les yeux !

Aujourd’hui, le monde des hommes allait assister impuissant à l’effondrement de sa plus grande ville. Pareil à la chute de Rome, celle de New York serai le vivant témoignage de la fragilité de la civilisation face à la force implacable de l’instinct.

Trop longtemps tu avais été contenu, trop longtemps tu avais du refreiner ta colère et ta puissance. Comme prisonnier d’un monde de porcelaine, ta force n’avait jamais su trouver son pleine emploi, mais plus maintenant.

Ce monde empli des trésors des autres, tu allais le regarder bruler. Tu allais en savourer les larmes et le sang jusqu’à ce qu’il soit rouge à son tour. La terre t’appartenait, les cieux t’appartenaient. La création toute entière ne se teinterait bientôt que de ta seule couleur, car tu étais le seigneur des batailles, le père de la victoire, le divin conquérant, le faiseur et le défaiseur d’empires.

Mais alors que ton regard se porte alors sur ton quadrige resté au loin bien à l’abri de ta fureur, une cosmo énergie se rappelle à toi, comme revenant d’entre les morts. Ainsi elle avait survécu à ta Voix, la malheureuse. Le destin avait été cruel de la placer ainsi sur ton chemin, et son seigneur nécrophage avait été cruel de lui offrir une existence libérée de la crainte de la mort. Mais tu étais bon. Tu l’avais traité en guerrière, et c’était bien en guerrier que tu comptais en finir malgré sa faiblesse.

La laissant alors venir à toi sans tenter quoi que ce soit, tu te demandes alors quelle sera sa prochaine manœuvre. S’était-elle enorgueillis d’avoir su te toucher ? Avait-elle sentit son cœur se gonfler de fierté à la vue de ton ichor ? Tu l’espérais, car chaque victoire devait être célébré, aussi minimes soit-elle.

Et enfin son assaut arriva. Tu t’étais attendu à une nouvelle attaque de son arme, mais ce fut une tout autre cible que Zoé avait en tête.

Sur le moment, tu ne compris pas ce qu’elle tentait de faire, mais alors que les secondes passaient, tu ressentis en ton sein une sensation que tu ne pus expliquer ni même comprendre de prime abords.

Tes flammes perdirent en puissance, ton sang perdit en chaleur, ton visage se décrispa et tes muscles se détendirent. Quelle était cette étrange sensation ? Quel était ce froid qui t’envahissait ? Pire que la mort, pire que l’oubli, pire que tout ce que tu avais jamais enduré… Par tous les dieux, étais-tu en train de… Te calmer ?

Ainsi c’était ça la botte secrète du spectre te faisant face ? Elle voulait t’arracher ce qui depuis le premier jour t’avais été encore plus personnel que tes armes et ton armure ?

« Comment… OSES-TU ?! »

Depuis les temps mythologiques, tu avais eu à subir la ruse de ceux qui étaient trop faibles pour t’affronter sur ton terrain de prédilection. Que ce soit celle d’Héraclès ou d’Athéna, en passant par Diomède ou encore Perséphone, chacune de ces tentatives avaient été à leur manière plus méprisables les unes que les autres, mais ce que tentait de faire ce spectre… Cela dépassait l’entendement, cela défiait toute tentative de description.

Ta soif de destruction était ce qui te caractérisait. Plus encore que ton nom où ton rang, elle était ce qui te définissait parmi tes paires. Sans elle, tu n’étais plus rien, moins encore que les batârds grouillant en Olympe ou pourrissant sous la surface de la Terre. C’était elle, ce but, cette passion qui te poussait, qui te guidait, qui t’animait ; et alors que ton ennemi y goutait avec délice, c’était elle qui à présent vous connectait et vous rapprochait.

Zoé avait voulu faire sien ce qui t’appartenait plus encore que ton propre sang, mais un fou tentant de vider les océans avec un sceau aurait eu plus de chance de réussir, car aussi vrai que tu étais le dieu de la destruction, cette même soif de destruction était ce qui composait ton essence, et par conséquent, elle n’avait pas de fin.

Jamais plus grande n’avait été ta haine envers quelqu’un. Jamais plus violente ne fut ta colère qu’en cet instant alors que le ciel lui-même se voilait comme pour se cacher de ce qui allait suivre. Et alors qu’en ton sein le Chaos s’insurge également de cet acte aussi odieux qu’impie, ta colère explose en une Géante rouge allant jusqu’à crever la voute céleste en une sphère de lumière écarlate visible jusque depuis l’espace.

Littéralement hors de toi, tu abandonnes toute raison, toute retenue, toute compassion. Cet ennemi, ce spectre, avait commis un sacrilège qui le plaçait d’office au sommet de la longue, très longue liste d’ennemis que tu voulais voir mort et anéanti. Cette fois il n’était plus question de jouer, cette fois c’était devenu personnel.

« RAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAR ! »

Déchirant l’air et l’espace qui vous séparait encore, tu provoques de cette fulgurante accélération supra aluminique dans l’atmosphère terrestre l’embrasement même de l’air ambiant. De Géante rouge, tu deviens supernovæ, soleil de la fin des temps, alors que la ville qui ne dors jamais contemple désormais en tremblant sa fin aveuglante.

Au diable les innombrables existences la peuplant encore, au diable la Loi de Zeus, au diable tout ce qui te retenait jusqu’à présent, car en cet instant, tu ne penses plus qu’à une chose, une unique chose, et toutes tes pensées sont focalisées sur elle.

Ta main colossale se referme bientôt sur sa gorge dénudée en un étau implacable, et alors que tu l’entraine avec toi vers ce qui reste de la statue de la liberté, New York disparait de la carte, littéralement sublimée par la rage et les flammes que tu exsudes par tous les pores.

Le voyage de Zoé prendra fin, ici même, sur liberty island. Quel meilleur endroit pour celle qui a voulu devenir un dieu ?

Tel un boulet de canon tiré à la vitesse de la lumière, tu l’expédies droit au travers de cette idole païenne de cuivre et d’acier déjà sans tête avant de faire apparaitre tes haches dentelés entre tes mains.

Cela devait finir, maintenant !

« MOUAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAR ! »

Et dans un nouvel hurlement creusant l’eau et la roche, tu frappes à nouveau. Cette fois non pas pour tester, mais pour tuer, pour détruire, pour anéantir, et cette fois Zoé verrait la différence, tout autant que l'ile sur laquelle elle se trouvait et qui dans un instant ne serait plus.

récap de tour:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoé
Spectre de la Succube
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 03/05/2014

Feuille de personnage
Hp:
145/145  (145/145)
CS:
250/250  (250/250)
Pa:
75/75  (75/75)

MessageSujet: Re: Bloodlust [Combat Zoé VS Arès]   Sam 12 Sep - 18:01

- Ici, Charlie Alpha, tout le monde est prêt pour la position de combat ?
- Prêt !
- Prêt !
- Prêt !...


Fendant les airs, l'escadrille d'avions de chasse de l'oncle Sam, une cinquantaine d'appareils au bas mot, se dirigeaient tous moteurs vrombissant vers New-York.

- Eh Maverick, on va combattre quoi ? Des terroristes ?
- A mon avis c'est plus qu'une bande de terroristes...
- Vous croyez que c'est lié à ce qui s'est passé avec le bâtiment des Nations Unies ?
- Tu parles du gros malabar qui y a foutu le bazar ? Ouais, ce doit être ça...
- Putain, ce type vaut une armée à lui tout seul !
- Ou alors c'est un genre de Godzilla...


***

La colère d'Arès dépassait l'entendement : son Cosmos, qui s'était quelque peu affadi sous l'action de l'arcane de Zoé,  s'enflamma à un point tel que le ciel devint d'un rouge écarlate, recouvrant la ville d'un dôme de lumière sanguine. Puis tout à coup il explosa, libérant une énergie colossale, équivalant à celle déployée par une bombe atomique ! Les immeubles encore debout furent soufflés, se brisant comme s'ils avaient été du verre avant de se désintégrer en fines particules de poussière. La déflagration se vit de l'espace et son onde de choc se répercuta jusqu'en Europe.

***

- Nom de Dieu !
- Putain de merde, qu'est ce qu'il se passe là-bas ?!
- Ce fou a tout fait sauter !

Dans les visières des casques de pilotes venaient de se refléter l'intense lueur rouge qui venait de déchirer le ciel et pendant quelques instants ils crurent s'être retrouvés en Enfer tant le paysage devant eux prenait des allures apocalyptiques...

***

Arès prit la Succube à la gorge, l'entrainant dans son élan. Impossible de se libérer de cet étau. Du fond de son âme, la Spectre savait qu'elle venait de dépasser les bornes et qu'elle ne devait attendre aucune pitié de la part du Dieu ; de toute manière, elle ne comptait pas implorer son pardon : elle était une Spectre et ne craignait pas la mort. Le seul être au monde devant qui elle s'humilierait de cette manière était Hadès.

La course finit sur Liberty Island, là où se tenait la fameuse Statue de la Liberté et que Zoé venait d'étêter quelques minutes auparavant. Elle percuta le sol avec fracas et l'île se mit à trembler sur ses fondations, pulvérisant ce qui restait de l’œuvre d'art livrée aux états-uniens il y a plus d'un siècle de cela.
L'impact avait creusé un cratère dans lequel elle était encastrée profondément, semblable à un papillon cloué sur une épingle.

Quand un peu de calme revint, elle vit comme dans un rêve le Dieu de la Guerre la surplomber de toute sa puissance et de sa haute taille, tenant dans ses mains deux immenses haches de bataille qui semblaient faites de lave pure...

- Eh ben, tu as quelque chose à compenser... dit-elle d'une voix faible. Allez, frappe et qu'on en finisse !...

Et l'instant d'après elle sentit des milliers de coups entailler ses chairs, perforer son Surplis, créer des ouvertures par lesquelles son sang s'échappait... Il frappait encore mais elle était déjà passée de vie à trépas, si tant est que ce mot avait une signification pour une servante d'Hadès...

***

La voix du colonel Tuckson retentit dans les micros des fiers combattants américains qui assistaient à cette scène, muets d'horreur :

- M... Mes amis, j... je vous rappelle que nous avons une mission à m... mener... Le radar vient de me signaler que notre cible se trouve sur Liberty Island. Préparez à ouvrir le feu !

Et l'instant d'après une cinquantaine d'index appuyèrent sur une détente, lâchant un missile. Cinquante engins de mort se dirigèrent à toute allure vers leur cible qui se trouvait à plusieurs kilomètres d'eux ; cette dernière n'avait pas besoin d'être à portée de vue des pilotes, le radar faisant tout le boulot.

***

Le sol sous le cadavre de la Spectre devint pourpre et la seconde d'après une sorte de vortex circulaire de couleur violette et noire s'ouvrit sous elle, l'aspirant doucement. Une silhouette sombre se matérialisa au-dessus de Zoé : c'était Avarvaé, l’Étoile Céleste de la Luxure en personne*.

- Félicitations ô puissant Dieu de la Guerre, tu viens de précipiter des millions d'âmes vers le domaine de mon suzerain ! Cela devrait hâter son retour...

Elle n'en dit pas plus et laissa le corps de Zoé descendre de plus en plus bas tandis que l'ouverture se rétrécissait comme une peau de chagrin. Avec un petit sourire énigmatique à l'adresse d'Arès qui semblait dire "nous nous reverrons !", elle disparut à son tour et la seconde d'après le puits se referma.

Le silence, un silence de mort avait fait place à ce carnage, cette démonstration de puissance insensée. Puis il fut brisé à son tour par le rugissement de cinquante missiles qui filaient droit sur le Dieu...

Spoiler:
 
* Voir le dessin dans ma signature Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hypnos
Dieu du Sommeil et des Rêves
Staff KoH
avatar

Messages : 427
Date d'inscription : 21/07/2013
Localisation : Jamais loin de ma reine

Feuille de personnage
Hp:
250/250  (250/250)
CS:
720/720  (720/720)
Pa:
250/250  (250/250)

MessageSujet: Re: Bloodlust [Combat Zoé VS Arès]   Dim 13 Sep - 20:30

Fin du combat sur une victoire d'Arès.

C'est un record de longévité je crois, autant pour Zoé que pour NY.

Bravo à vous deux pour ce superbe combat.

Vous pouvez dès à présent demander vos points dans le topic dédié.

_________________
May my wishs comes trues
« Thalie, ma reine, ma lumière, ma vie, à jamais, je t'aimerai et serai tien... »
« Paroles » ~ *Pensées* ~ "Message télépathique"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Bloodlust [Combat Zoé VS Arès]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Résultat de combat et prise de flan
» Le meilleur style de combat rapproché ?
» premier combat du tournois . 2 contre 2
» Coe David B. - Le combat des innocents - La couronne des sept royaumes T4
» Le combat ordinaire... en chanson par les fatals picards!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Knights of Hope :: Le Monde :: Les Amériques-
Sauter vers: