Forum RPG dans l'univers de Saint Seiya (Les chevaliers du Zodiaque)
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le preneur de cranes (combat Perséphone vs Arès)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Arès
Dieu de la Guerre et de la destruction
avatar

Messages : 156
Date d'inscription : 04/08/2013
Localisation : Là où me porte l'odeur du sang

Feuille de personnage
Hp:
389/389  (389/389)
CS:
600/600  (600/600)
Pa:
500/500  (500/500)

MessageSujet: Le preneur de cranes (combat Perséphone vs Arès)   Sam 1 Aoû - 11:43

Arrow Perséphone et moi venons d'ici

Et c'est parti ! Pour commencer, je commence !


Dernière édition par Arès le Sam 1 Aoû - 12:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arès
Dieu de la Guerre et de la destruction
avatar

Messages : 156
Date d'inscription : 04/08/2013
Localisation : Là où me porte l'odeur du sang

Feuille de personnage
Hp:
389/389  (389/389)
CS:
600/600  (600/600)
Pa:
500/500  (500/500)

MessageSujet: Re: Le preneur de cranes (combat Perséphone vs Arès)   Sam 1 Aoû - 11:44

POWEEEEEEEEEEEEEEEEER ! MORE POWEEEEEEEEEEEER !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sélène
Déesse Lune
Fondatrice
avatar

Messages : 346
Date d'inscription : 19/07/2013

Feuille de personnage
Hp:
300/300  (300/300)
CS:
300/300  (300/300)
Pa:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: Le preneur de cranes (combat Perséphone vs Arès)   Sam 1 Aoû - 11:44

Le membre 'Arès' a effectué l'action suivante : Lancer des dés

'Chaos' : 4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://knights-of-hope.forumactif.org
Arès
Dieu de la Guerre et de la destruction
avatar

Messages : 156
Date d'inscription : 04/08/2013
Localisation : Là où me porte l'odeur du sang

Feuille de personnage
Hp:
389/389  (389/389)
CS:
600/600  (600/600)
Pa:
500/500  (500/500)

MessageSujet: Re: Le preneur de cranes (combat Perséphone vs Arès)   Sam 1 Aoû - 12:41

Devant toi, ta cible, ta mission.

A quelques mètres à peine, celle que l’on t’a désignée comme objectif, celle que bien malgré toi, tu dois ramener en Olympe.

Qu’il te serait aisé de déchainer ta toute puissance sur elle, de la briser, de la réduire à néant comme tu l’avais fait pour ses pathétiques soldats de fortunes, mais cela t’était interdit, du moins tant que durerait ta mission, celle pour laquelle tu t’étais aventuré dans ces terres maudites.

Au moins nul ne pourrait nier qu’elle avait de l’estomac, au moins elle ne pourrait pas être plus faible que les misérables spectres ayant osé croire qu’ils pourraient même t’affaiblir.

Elle ne fuit pas, elle ne détourne pas le regard. Elle te fait face, fière et droite, comme l’avaient fait il y a à peine quelques instants les malheureux qu’elle avait envoyée au massacre.

Qu’avait-elle donc imaginé ? Artémis elle-même n’en aurait fait qu’une bouchée.

Oh oui Perséphone, tu possèdes d’innombrables esclaves, mais bien peu de guerrier. Et à présent, le moment était venu où ils craindraient d’avantage les coups de lance du dieu du carnage que vos coups de fouet !

Que tous tremblent de peur devant ta force incomparable ! Que les tambours de la guerre fassent vibrer les entrailles de la terre, et qu’en ce jour ! Tous sachent que même la déesse des saisons pouvait saigner !

« PEEEEEEEEEEEEEEEERSEEEEEEEEEEEEEEEEEEPHOOOOOOOOOOOOOOOOONE ! »

Ne pas la tuer…

TUE-LA !

Ne pas la tuer…

DETRUIS-LA !

Ne pas la tuer…

REDUIT-LA EN CENDRE !

Arriveras-tu seulement à retenir ton bras ? Arriveras-tu seulement à contenir la rage insensée t’emplissant en cet instant alors que ta lance écarlate colore les cieux infernaux de sa couleur ?

Perséphone n’est pas un spectre, elle n’est pas non plus une victime comme une autre. Elle est l’une des batârde de ton père, et malgré son statut de pariât qui vous rassemble, elle t’est aussi insupportable que ne l’est la déesse de la chasse ou le dieu des voleurs.

Au bout d’une lance sa tête finira ! Au bout de ta lance incandescente à la masse démesurée.

D’un bond, tu déclenches l’apparition d’une tempête de feu et de fumée, d’un pas tu provoques l’explosion du sol sous tes bottes d’airain, alors que pourras donc faire une déesse fille de la moisson et de la nature ?

Que peuvent bien faire tous ces pacifistes ridicules se prenant pour ne serait-ce qu’une partie de ce que tu incarnes ?

Tu es le seul maitre de la Guerre ! Tu es le seul à détenir la force nécessaire à l’obtention de la victoire ! Pas tous ces tarés ! Pas ces dieux-vers ! Pas ces larves divines qui voudraient te ressembler !

Qu’ils tombent tous ! Que leurs cranes craquent sous tes bottes ! Que leur cœur encore palpitant soient arraché de leur poitrine par tes mains ! Que leur sang t’abreuve, et que leur trépas t’inspire !

« MOUAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAR ! »

D’un cri, tu vaporises littéralement l’eau et la roche sous la masse de rage et de flamme que tu es devenu. Ton souffle, chargé de puissance, de fureur et de volonté, est désormais autant une arme que les flammes dont tu t’entoures.

Porteur de la Voix, héritier du seul couple royal, qu’aujourd’hui tous puissent entrevoir la majesté et la gloire du faiseur et défaiseur d’empire !

Un bang supersonique retentit alors, ton accélération foudroyante en plein air, alors que tu prends appuis sur un sol artificiel de ta conception. Et ta lance pointée droit sur ton adversaire, tu fonds sur lui, tel le rapace sur le lièvre.

Tu ne chercheras pas à feinter, tu ne chercheras pas à ruser. Comme à ton habitude, tu attaqueras de front, sans te cacher, sans te dissimuler. De toute ta puissance tu attaqueras, encore et encore, jusqu’à ce que brisé et défait à tes pieds, ton ennemi repose !

récap de tour:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perséphone
Déesse des Enfers et des Saisons
avatar

Messages : 128
Date d'inscription : 13/08/2013
Localisation : Partout dans l'autre monde, en Olympe ou au Château d'Heinstein

Feuille de personnage
Hp:
359/359  (359/359)
CS:
735/735  (735/735)
Pa:
350/350  (350/350)

MessageSujet: Re: Le preneur de cranes (combat Perséphone vs Arès)   Sam 1 Aoû - 12:49

lancer de dés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sélène
Déesse Lune
Fondatrice
avatar

Messages : 346
Date d'inscription : 19/07/2013

Feuille de personnage
Hp:
300/300  (300/300)
CS:
300/300  (300/300)
Pa:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: Le preneur de cranes (combat Perséphone vs Arès)   Sam 1 Aoû - 12:49

Le membre 'Perséphone' a effectué l'action suivante : Lancer des dés

#1 'Chaos' : 3

--------------------------------

#2 'Blocage' : 5

--------------------------------

#3 'Attaque simultanée' : 5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://knights-of-hope.forumactif.org
Perséphone
Déesse des Enfers et des Saisons
avatar

Messages : 128
Date d'inscription : 13/08/2013
Localisation : Partout dans l'autre monde, en Olympe ou au Château d'Heinstein

Feuille de personnage
Hp:
359/359  (359/359)
CS:
735/735  (735/735)
Pa:
350/350  (350/350)

MessageSujet: Re: Le preneur de cranes (combat Perséphone vs Arès)   Sam 1 Aoû - 16:03

Je suis toujours dans ce qui était autrefois la salle d'audience avec un fou furieux

Une nouvelle fois, le cri d'Arès aurait fait trembler les Enfers si Enfers, il y avait encore. Telles en étaient à présent les choses. Il ne restait plus rien de ce royaume qui ne lui était proche que par alliance. Nul attachement de coeur à l'Outre-Monde. Ces lieux n'étaient pas ce qu'elle chérissait, juste de la Putréfaction qui lui procurait plus de nausée que de délectation. Seul Elysion était quelque peu respirable. Alors pourquoi se serait-elle attardée sur tout cela surtout en en connaissant les secrets. Un seul flamboiement, une seule explosion de cosmos de son époux suffirait à tout redresser. De quoi détacher encore davantage la reine de ces lieux qui ne lui étaient que si peu attrayants. Tout était fait selon les désirs d'Hadès et non les siens. Aussi nulle larme n'avait coulé des yeux de Perséphone, nul signe de tristesse sinon au plus profond d'elle-même pour les spectres qu'elle avait envoyés au massacre pour rien.

Tout est de sa faute, tout est de sa faute et non de la leur. Seul un aveugle trop imbus de sa personne et injuste comme on ne pourrait l'imaginer oserait leur reprocher une défaite qu'ils ne pouvaient éviter. Toute cette paranoïa nous a menés à notre fin. Pourquoi reprocher aux loups de perdre leurs crocs et leurs griffes si on les a réduits à l'état d'agneaux...

De cela, Perséphone retiendrait les leçons. Qu'importait ce qu'il se passerait, elle en retiendrait les leçons et alors que ce qui faisait encore office de roche encerclant Arès se vaporisait à son tour, la sombre déesse déploya ses ailes en des coups d'une vitesse ahurissante pour se placer au mieux face à l'attaque qui ne manquerait pas de suivre et à la riposte qu'elle espérait avoir le temps de lancer. Déjà tant de choses brûlaient, tant de choses achevaient de se consumer, rejoignant le tapis encore flottant de cendres et de poussières d'os qu'une de plus ne se ferait même pas remarquer à condition déjà de pouvoir la distinguer. Puisqu'en effet, où que se posât son regard, ce n'était plus que murs de flammes et explosions, rendant l'ensemble aussi opaque qu'incandescent.

Aveugle, je suis aussi... Pour l'instant...

Pour l'instant, effectivement, seuls ses sens divins et ses dons lui permettaient encore de tenir en pleine fournaise alors que son cosmos atteignait enfin le sol tout en se déployant si finement qu'il faudrait du temps à un colosse aussi énorme que l'était Arès pour se rendre compte qu'il marchait en plein milieu d'un champ divin. Et par n'importe quel champ mais celui de la déesse au deux visages, celle de la Putréfaction et celle de la Régénération. Le champ de l'Outre-Monde venait de germer et croissait à chaque millième de seconde qui passait. Ainsi, déjà trois deux plantes et le chapeau d'un champignon pointait sur le tas de cendres et de roches. Un terreau rendu fertile par la déesse et prêt à nourrir en accélérer tout ce qu'elle y ferait pousser.

Un semblant de sourire se dessina même sur son visage alors qu'elle se tenait encore au centre d'un geyser de flammes, brûlant sa vie, brûlant son cosmos pour se préparer au choc qui ne pourrait maintenant plus qu'être imminent. Maintenant que le colosse fonçait à travers tout, piétinant au passage, tel le soc d'une charrue à dimension biblique la parcelle de Drosera. Un bond monumental s'ensuivit, annonçant un choc d'une violence effroyable même si ce mot était décidément trop faible quand on parlait de lui. Violente et vive, si vive que la déesse put à peine embraser son propre cosmos et le lancer droit contre ce qui se dirigeait vers elle. Une puissante vague de cosmos chargée d'une masse de poison ne connaissant pas son pareil pour se répandre en un nuage délétère sur l'ennemi avant de révéler sa nature profonde. Une attaque qu'elle avait lancée avec toute la puissance de son neuvième sens et qui se heurta de plein fouet à celle d'Arès, chargeant le ciel rouge d'immenses volutes bleutées qui ne tardèrent pas à marquer le tout de dégradés de couleurs d'une beauté à couper le souffle...

Un spectacle d'une toute autre mesure que le précédent combat avant que la déesse, blessée mais bien vivante se posa sur le champ qu'elle avait fait croître avant de se régénérer. Fille de Déméter, déesse des Mystères et de la Germination, sa vitalité n'avait d'égale que celle de sa génitrice. A ce jeu, même Artémis ne pouvait l'égaler.

De longs battements d'ailes suivirent encore, faisant se lever un courant d'air chargé de son cosmos, maintenant hors de son champ des flammes obstinées à le brûler. Un ballet qui n'aurait de cesse tout le long du combat, faisant autant danser les végétaux que croître des masses de champignons.

- Arès...

Son regard se posa à nouveau sur son demi-frère.

- Ta lance a beau m'avoir atteinte...

Elle ne pouvait nier l'ichor coulant de sa plaie.

- Elle n'est pas le sceptre d'Athéna capable de tuer d'un coup et le dernier de mes souhaits est bien de te laisser m'emmener. Ne compte pas sur moi pour te laisser prendre ma tête puisque tel est le profond souhait bouillonnant en toi. Tu ne rêves que de cela, prendre la vie de ceux que tu jalouses, ceux que tu méprises. Toi le seul légitime et aussi le plus grand paria.
Spoiler:
 


Dernière édition par Perséphone le Dim 2 Aoû - 14:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arès
Dieu de la Guerre et de la destruction
avatar

Messages : 156
Date d'inscription : 04/08/2013
Localisation : Là où me porte l'odeur du sang

Feuille de personnage
Hp:
389/389  (389/389)
CS:
600/600  (600/600)
Pa:
500/500  (500/500)

MessageSujet: Re: Le preneur de cranes (combat Perséphone vs Arès)   Sam 1 Aoû - 20:05

I'M ON A HIIIIIGWAY TO HELL !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sélène
Déesse Lune
Fondatrice
avatar

Messages : 346
Date d'inscription : 19/07/2013

Feuille de personnage
Hp:
300/300  (300/300)
CS:
300/300  (300/300)
Pa:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: Le preneur de cranes (combat Perséphone vs Arès)   Sam 1 Aoû - 20:05

Le membre 'Arès' a effectué l'action suivante : Lancer des dés

'Chaos' : 5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://knights-of-hope.forumactif.org
Arès
Dieu de la Guerre et de la destruction
avatar

Messages : 156
Date d'inscription : 04/08/2013
Localisation : Là où me porte l'odeur du sang

Feuille de personnage
Hp:
389/389  (389/389)
CS:
600/600  (600/600)
Pa:
500/500  (500/500)

MessageSujet: Re: Le preneur de cranes (combat Perséphone vs Arès)   Dim 2 Aoû - 12:15

« YAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAR ! »

Au travers des diamants prit dans l’obscurité, le fer ardent de ta lance divine se frai son chemin.

A travers la chair tendre de ta demi-sœur, ta rage et ta virtuosité s’exposent une fois de plus.

Nulle trace de pitié sur ton visage, aucun remord dans ton regard.

Tu es un guerrier, un dieu guerrier, une arme vivante, et en tant que telle, ta mission, ta raison d’exister est aussi clair que de l’eau de roche.

Le premier sang sera pour toi, mais cela ne sera visiblement pas suffisant pour faire renoncer Perséphone.

N’a-t-elle pas encore compris ?

Pourquoi était-elle encore en vie ? Pourquoi n’a-t-elle pas été touchée par ton apothéose alors que son royaume et ses serviteurs ne sont plus que cendres et fumées ? Pourquoi alors que tu aurais pu viser tant de point vitaux de ton arme n’as-tu causé qu’une profonde blessure à son épaule ?

Tout simplement car tu joues avec elle, et que tu te rie de sa faiblesse, quand bien même cela signifiait pour elle une leçon aussi longue que douloureuse.

Ta dernière attaque n’avait été qu’un avertissement amical, un simple aperçu de ton pouvoir pour que même dans son esprit rebelle, la réalité s’impose comme une évidence.

Elle ne pouvait pas l’emporter, elle n’avait aucune chance, pas même en son royaume, et si un avertissement ne lui suffisait pas, un deuxième aurait peut-être plus de succès.

Perséphone était déjà à son maximum, tu n’en étais pour ta part qu’aux échauffements. Toute la puissance de son cosmos s’était embrasée, mais n’avait pas suffi à contenir la fureur qui était la tienne, et ton attaque l’avait atteinte, malgré tous ses efforts. Telle était la différence vous séparant.

Tu as toujours été destiné à devenir le plus grand guerrier de la création, tu as toujours été de toutes les batailles, de toutes les guerres. Ton entrainement s’est poursuivi tout au long de l’histoire du monde, au travers de monde et de nations si lointaines et si éphémères qu’on en viendrait presque à douter de leur existence.

Tu avais marché sur la surface du soleil pour en apprivoiser les flammes, tu étais allé aux confins de l’univers à la recherche de la puissance de la Ruine, tu avais fait exploser d’innombrables étoiles solitaires pour te nourrir de leur énergie, et elle, qu’avait-elle fait durant tout ce temps ? Où s’était-elle entraînée ? Dans un champ de fleur ?!

« MOUAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAR ! »

Dans une symétrie parfaite, ta lance se scinde en deux nuées ardentes, alors que rougeoyant au travers de la fumée, le fer de tes haches dentelées se forme soudain avec la rapidité de l’éclair.

Deux arcs de flammes déchirent alors la tempête de cendre vous entourant, ultime vestige de la végétation vénéneuse précédemment invoquée par l’auto-proclamée déesse des mystères.

Deux arcs de flammes laissés par ton nouvel assaut déchiquetant alors avec toute la puissance de l’ultime cosmos celle te tenant encore tête.

Une nouvelle explosion de puissance retentie alors, suivie de deux lames d’énergie carmine s’en allant percuter les restes du sombre empire pour y creuser leurs marques.

Le seigneur des cranes contre la reine des enfers, le dieu rouge contre la déesse infernale, le guerrier divin contre la déesse des saisons. Quel fou ou quel sot oserait encore douter de l’issue d’un tel affrontement ?

récap de tour:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perséphone
Déesse des Enfers et des Saisons
avatar

Messages : 128
Date d'inscription : 13/08/2013
Localisation : Partout dans l'autre monde, en Olympe ou au Château d'Heinstein

Feuille de personnage
Hp:
359/359  (359/359)
CS:
735/735  (735/735)
Pa:
350/350  (350/350)

MessageSujet: Re: Le preneur de cranes (combat Perséphone vs Arès)   Dim 2 Aoû - 12:24

lancer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sélène
Déesse Lune
Fondatrice
avatar

Messages : 346
Date d'inscription : 19/07/2013

Feuille de personnage
Hp:
300/300  (300/300)
CS:
300/300  (300/300)
Pa:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: Le preneur de cranes (combat Perséphone vs Arès)   Dim 2 Aoû - 12:24

Le membre 'Perséphone' a effectué l'action suivante : Lancer des dés

#1 'Chaos' : 5

--------------------------------

#2 'Blocage' : 1

--------------------------------

#3 'Attaque simultanée' : 3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://knights-of-hope.forumactif.org
Perséphone
Déesse des Enfers et des Saisons
avatar

Messages : 128
Date d'inscription : 13/08/2013
Localisation : Partout dans l'autre monde, en Olympe ou au Château d'Heinstein

Feuille de personnage
Hp:
359/359  (359/359)
CS:
735/735  (735/735)
Pa:
350/350  (350/350)

MessageSujet: Re: Le preneur de cranes (combat Perséphone vs Arès)   Lun 3 Aoû - 13:13

Goutte après goutte, l'ichor s'écoulait de la plaie de la déesse des Enfers. Une plaie qui aurait du se cautériser au simple contact de l'arme du maître de Guerre tant sa température côtoyait celle de la lave au plus fort de l'explosion mais ce ne fut pas le cas. Aussi incroyable que cela pouvait paraître, cela n'était pas. Était-ce là la manifestation de la résistance physique de Perséphone ou le besoin de nourrir de sa propre existence la flore qui reprenait déjà vie sous ses pieds ? Si l'ichor d'Athéna avait un tel pouvoir sur l'armure de ses saints pourquoi celui de Perséphone serait-il dénué de toute puissance ? Le sang, le sang sacré de la déesse s'écoulait. Un simple filet au ton unique qui ne tarda pas à gorger le sol, le reste de ce tapis qu'Arès avait si négligemment foulé, repoussé sans même sourciller pour ne pas dire effleurer de son bouclier.

La Guerre contre la Flore, la Nature telle était l'image dont nul ne pouvait douter de l'issue mais devait-elle abandonner pour autant ? Se rendre à celui qui venait de massacrer ses esclaves ? Elle en portait une large part de responsabilités mais n'avait fait que ce qu'elle pensait être le mieux pour avoir une chance d'affaiblir l'assaillant. Cela n'avait pas porté de fruits mais qu'importait. Elle était la nature, les saisons et les enfers. Elle se serait conduite de la pire des façons à ses yeux en s'enfuyant maintenant.

Fuir ou combattre ?

Elle n'avait guère le choix. Qu'importe le lieu où ses pas l'auraient dirigées, Arès l'aurait rejointe. Elle le savait. L'occasion d'assouvir son désir de haine et carnage sur l'une de ses demi-sœurs honnies était trop belle et jamais, il ne l'aurait laissée passer. Quitte à être acculée comme un simple lapin pourchassé, mieux valait que cela soit chez elle. En ces terres où son époux l'avait menée. En ses terres dont elle était la reine et dont elle devait assurer la défense en l'absence de son roi. Tant de choses tournaient en sa tête. Elle était fille de Zeus et se demandait si son père abandonnerait aussi facilement l'Olympe en cas d'attaque annonçant sa chute soudaine.

Non, il lutterait jusque au bout de ses forces, ferait tout pour maintenir les siens en vie...

Lutter jusqu'à la mort s'il le fallait...

Fille de Zeus, je suis. Jamais, je ne fléchirai sinon sous les coups de la force brute.


Sa détermination tenait plus de la force du désespoir, l'ultime énergie qu'était capable de brûler un être pour repousser un peu plus l'inéluctable. L'éclat de ses yeux trahissaient cela. Elle avait songé une dernière fois à Hadès qui était reparti au loin. Savait-il ce qu'il se passait en son royaume ? La réponse était connue. Le simple fait de son absence en témoignait. Qu'il soit empêché d'intervenir ou ignorant de la crise mortelle que traversaient ses biens les plus précieux tombait sous le sens. Cela était certain...

Seule, je suis, seule, je resterai.

Face au colosse flamboyant, la reine sombre ne pourrait que tenir quelque temps encore avant de recevoir les pires coups.

Quelques autres centièmes de secondes s'écoulèrent ainsi sous les hurlements de douleur des Enfers. Ce qu'il restait de terres autour de l'ultime oasis qu'elle s'était ménagé n'étaient plus que gouffres et abîmes insondables où s'écoulaient au loin ce qu'il restait des fleuves et roches en fusion en un tumulte de fin de temps. Les volutes rouges le disputait aux nuées ardentes en un éblouissement d'éclairs blessant les yeux de leurs éclats. Et au milieu de tout cela, la déesse tenait, flamme bleutée au dessus d'un champ tenant par miracle telle une bulle d'espoir au dessus de mâchoires béantes prêtes à l'écraser, la broyer, jusqu'à ne laisser qu'un tas informe...

Mais plus que les terres défigurées, au point de devenir ses ennemies fatale, c'était bien la "géante rouge" qui était la menace la plus terrifiante. De ses mains, deux lances piquèrent droit vers elle. Détruisant encore et encore ce qui par miracle existait encore avant de fondre en son champ en un sifflement de pure terreur. Un son qui glaçait les sangs avant que son cri ne s'étouffe en sa gorge.

Sous le choc, l'effroyable douleur, les yeux de Perséphone s'ouvrirent tout grand, fixes et l'espace d'une seconde vitreux alors que son corps se raidissait tout entier, son teint virant au blanc, au rouge puis au gris. Les flammes l'avaient consumée avec une telle fureur qu'il lui fallut encore quelques secondes pour recouvrer ses esprits et concentrer tout son cosmos pour apaiser l'effroyable douleur qui était la sienne. Ce qui semblaient être des haches avaient transpercé son corps avant de retourner à leur maître. Une explosion si foudroyante qu'elle n'avait pu voir que deux points de flammes sur fond de flammes...

Arès...

Les dégâts l'empêcher de parler mais ses yeux suffiraient. Immenses et d'une teinte nouvelle, ils s'approchaient plus des prunelles des animaux blessés sentant la mort approcher. De ce qui sentant qu'il ne leur restait plus rien jetaient tout ce qu'ils pouvaient.

Goutte après goutte, les plaies ouvertes au travers du ventre de la déesse et de sa poitrine profondément marquée libéraient le précieux ichor. De nouvelles secondes avant qu'elle ne tombe d'un coup, déclenchant une explosion cosmique, transformant la masse champêtre une bulle croissant et croissant jusqu'à submerger tout ce qu'il restait du Cocyte et ses environs en une incroyable sphère verte où les plantes n'avaient plus rien de terrestres. Proprement cauchemardesques, elles créaient par leurs seules présences, le seul terrain encore viable pour la fille de Déméter. Une nouvelle explosion de cosmos s'ensuivit tel un geyser bleuté au milieu de la masse émeraude et luxuriante, entourant, étouffant de par son cosmos résiduel les flammes obstinées. Un geyser qui fila telle une étoile au travers du ciel apocalyptique avant que deux immenses ailes ne se déploient de nouveau et que l'étoile bleue fonde droit vers la géante rouge en un panache de courant d'énergie pure et empoisonnée. Un choc digne d'une collision infernale dont les enfers porteraient la marque...
 
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arès
Dieu de la Guerre et de la destruction
avatar

Messages : 156
Date d'inscription : 04/08/2013
Localisation : Là où me porte l'odeur du sang

Feuille de personnage
Hp:
389/389  (389/389)
CS:
600/600  (600/600)
Pa:
500/500  (500/500)

MessageSujet: Re: Le preneur de cranes (combat Perséphone vs Arès)   Lun 3 Aoû - 14:18

YAAAAAAAAAAAAAAAAR !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sélène
Déesse Lune
Fondatrice
avatar

Messages : 346
Date d'inscription : 19/07/2013

Feuille de personnage
Hp:
300/300  (300/300)
CS:
300/300  (300/300)
Pa:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: Le preneur de cranes (combat Perséphone vs Arès)   Lun 3 Aoû - 14:18

Le membre 'Arès' a effectué l'action suivante : Lancer des dés

#1 'Chaos' : 4

--------------------------------

#2 'Blocage' : 2

--------------------------------

#3 'Attaque simultanée' : 2
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://knights-of-hope.forumactif.org
Arès
Dieu de la Guerre et de la destruction
avatar

Messages : 156
Date d'inscription : 04/08/2013
Localisation : Là où me porte l'odeur du sang

Feuille de personnage
Hp:
389/389  (389/389)
CS:
600/600  (600/600)
Pa:
500/500  (500/500)

MessageSujet: Re: Le preneur de cranes (combat Perséphone vs Arès)   Lun 3 Aoû - 18:45

Gicle le sang, déchirent tes lames, résonne ton cri, et pourtant, ton ennemi, ta cible te fait face. Avec une résolution que tu n’aurais jamais cru trouver chez la déesse des enfers, elle te fait face.

Pas de doute, son courage n’a d’égal que son aplomb. Voilà ce que tu aimes, voilà ce qui fait bouillir ton ichor, de l’adversité.

Quelle joie y a-t-il à briser ce qui ne tient déjà plus debout ? Quel honneur y a-t-il à frapper un adversaire à terre ? Quelle gloire reste-t-il pour avoir faucher les faibles ? Strictement aucun.

Tu aspires à bien plus qu’une simple victoire, tu aspires à tellement plus qu’une simple défaite. Tu aspires au frisson du combat, à cette joie sans pareille que l’on ne peut ressentir qu’en mettant sa vie en jeu.

La guerre n’est pas une affaire d’esprit et de logique, la guerre est une affaire de cœur battant à tout rompre et de hurlement de fureur résonnant au travers de l’éternité.

Quand l’espace d’un instant l’acier fusionne avec la chair, quand le choc d’os et de tendons fait trembler la terre, quand les volontés et les corps s’affrontent dans une gloire non ternie, et quand mille ans après, les mémoires se souviennent encore des noms alors devenus légendes, c’est ça la guerre, c’est ça le combat !

« MOUAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAR ! »

Elle arrive ! Elle charge ! La vois-tu qui malgré ses blessures cherche encore à t’affronter ? La vois-tu qui malgré la certitude de sa défaite imminente désire encore se battre ?

Oh dieu des massacres, dieu de la guerre. Quelle magnifique vision que celle d’une déesse tachée de sang et dont le visage n’est plus qu’une ode à ta seule gloire.

Encore ! Encore !

Que son ivresse t’inspire ! Que sa fureur devienne ta fureur ! Qu’explosent vos pouvoirs, et que l’aube soit rouge !

« PEEEEEEEEEEEEEEEEEERSEEEEEEEEEEEEEEEEEEEPHOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOONE ! »

Des flammes ardentes entourant tes bras, tu provoques l’apparition d’un nouveau brasier, alors que contemplant la fureur guerrière de ta demi-sœur, tu invoques de nouveau ta lance invincible.

Le choc sera rude, ta position te rend ouvert, mais tu la conserves. Au travers de son surplis, au travers de sa défense, tu dois percer. Ton bras ne tremble pas. Tes mains sont fermes. Alors que le souffle empoisonné de la déesse des enfers s’infiltre en toi, provoquant la corrosion de tes poumons et de ton armure, tu ne dégage qu’une aura meurtrière.

Perséphone n’est plus la frêle déesse insignifiante qu’elle était encore il y a peu. Par sa volonté, par son hommage à ta gloire, elle s’est montrée plus digne de toi que tu ne l’auras jamais cru possible.

Atroce fut la douleur, abondant fut le flot d’ichor enflammé qui te remonta dans la bouche alors que l’acide divin se frayait un chemin jusque dans tes veines.

Perséphone, mortelle empoisonneuse, tu adoptes la technique du virus pour vaincre le colosse d’airain te faisant face. Une course contre la montre vient donc de commencer.

La force brutale de l’ange rouge contre la ruse de la déesse des saisons. Voyons qui s’imposerait comme le plus efficace.

« RAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH ! »

Crachant ton ichor comme un souffle de braises ardentes sur ton adversaire, faisant exploser ton pouvoir en te préparant à l'assaut, ton cri et ton souffle de feu s'en vont percuter de plein fouet la déesse qui s'était faite naine bleu partant à l'assaut d'une géante rouge. L'impact sera inévitable, et bien qu'il n'infligera lui même aucun dégât, tu comptes sur cette diversion pour pénétrer au sein de cette défense qu’un un vol divin accompli rend si difficile à percer.

Tu n’as pas d’ailes, tu n’as pas eu cette chance. Tu n’as jamais pu compter sur quiconque. Personne ne t’as instruit, personne ne t’as aidé. Dieu de la Guerre tu es devenu, et tu ne te le dois qu’à toi-même.

Ce combat, comme les précédents, tu le savoureras, tu le gagneras. Qu’importe ta place de pariât, tu imposeras ta volonté à tous ces parvenus par ton mérite et ton pouvoir sans égal. Au final, tous ploieront, ou seront détruit !

Et frappant du fer de ton arme au travers du flanc d’une déesse que sa précédente attaque avait bien naïvement rapprochée de toi, malgré la douleur, malgré les blessures, ta position demeure parfaite. Tel un éclair écarlate, ton arme s’anime et file vers ton ennemie.

récap de tour:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perséphone
Déesse des Enfers et des Saisons
avatar

Messages : 128
Date d'inscription : 13/08/2013
Localisation : Partout dans l'autre monde, en Olympe ou au Château d'Heinstein

Feuille de personnage
Hp:
359/359  (359/359)
CS:
735/735  (735/735)
Pa:
350/350  (350/350)

MessageSujet: Re: Le preneur de cranes (combat Perséphone vs Arès)   Lun 3 Aoû - 19:03

lancer empoisonné...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sélène
Déesse Lune
Fondatrice
avatar

Messages : 346
Date d'inscription : 19/07/2013

Feuille de personnage
Hp:
300/300  (300/300)
CS:
300/300  (300/300)
Pa:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: Le preneur de cranes (combat Perséphone vs Arès)   Lun 3 Aoû - 19:03

Le membre 'Perséphone' a effectué l'action suivante : Lancer des dés

#1 'Chaos' : 4

--------------------------------

#2 'Blocage' : 1

--------------------------------

#3 'Attaque simultanée' : 5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://knights-of-hope.forumactif.org
Perséphone
Déesse des Enfers et des Saisons
avatar

Messages : 128
Date d'inscription : 13/08/2013
Localisation : Partout dans l'autre monde, en Olympe ou au Château d'Heinstein

Feuille de personnage
Hp:
359/359  (359/359)
CS:
735/735  (735/735)
Pa:
350/350  (350/350)

MessageSujet: Re: Le preneur de cranes (combat Perséphone vs Arès)   Mer 5 Aoû - 22:34

[HRP : petit post mais je me rattraperai au suivant]

Face à face, cœur ardent d'une nature bien plus passionnée que l'hiver ne le laisse soupçonner contre cœur embrasé d'une rage guerrière aussi immense que l'univers, rien, rien ne pouvait nier la force de ce combat. C'était un de ces chocs inoubliables qui marquerait à jamais le visage des Enfers. Lieux qui n'avaient plus rien à voir avec ce qu'ils étaient avant la venue du saigneur rouge.

Quel autre nom aurait en effet pu convenir à Arès sinon, celui là. Lui, la mort rouge, terrifiante et inévitable même pour les dieux, faisait face à la fin de toute Vie mais aussi au Renouveau en un détonant mélange tenant autant du grandiose que du tragique. Vie et Mort se mêlaient et s'entrechoquaient un cataclysme aux dimensions proprement inimaginable. Si d'aventures quelques âmes s'étaient encore tenues en ce qu'il restait des Enfers, elles n'auraient pu qu'être tétanisées, subjuguées, éprises même de ce spectacle de fin des temps qui avait la saveur d'une promesse de délivrance.

La fin des Enfers n'était-elle pas celle des prisons et de leurs bourreaux. Chantaient ainsi les ultimes âmes vacillantes dans une ode à la Guerre dévorant les Enfers. Guerre qui hurla son désir incommensurable d'en découdre à l'infini alors qu'une étoile transperçait ce qu'il restait du ciel pour s'écraser droit sur lui.

Nouveau choc des mondes, second impact où le peu de sol qu'il demeurait aux Enfers rugit à son tour en une débauche d'explosion et de lumières. Un son, un cri à nul autre pareil tandis que creusant entonnoirs sur entonnoirs, les deux divinités, écrasaient, broyaient, remodelaient, recréaient un nouveau visage à ces terres qui ne vivraient guère plus que le tour précédent. Éphémère et pourtant d'une beauté aussi éclatante que chaotique, les terres qui recevaient en leurs seins aussi bien Perséphone qu'Arès n'étaient plus que gouffres, pentes improbables et débordante d'une flore luxuriante. Déchiquetées, elles étaient une véritable atteinte à toute forme de logique, tant les courants venant de l'hyperdimension semblaient se joindre à la partie pour encore les tourmenter. Et en ces lieux d'une splendeur toute particulière se tenaient encore les deux divinités.

Savoure, Arès, savoure, mon frère, la force de ce poison...

Cette arme toute féminine qui glisse sur toi, en toi, se fondant au plus profond de ton ichor. Force primale contre gracieuse subtilité... Cela ne peut qu'aiguiser cet appétit que tu as aussi grand que le celui de père en d'autres domaines...


Un sourire passa fugitivement sur les traits de Perséphone. Elle avait souffert sous les coups de son demi-frère, savait que seule la force du désespoir lui permettait d'encaisser mais jamais, jamais, devant cette brute insensée, elle ne ploierait.

Je suis reine, je suis déesse tout comme toi, tu es dieu, fils de roi, mais un fils honni et rejeté dans l'ombre d'une demi-sœur qui t'a si souvent rabaissé...

Telle est la distance entre nous. A sa façon, Hadès tient à moi mais à toi, personne, pas même ton père ne peut s'attacher...

De nous deux, parias et rejetés des fiers olympiens, sans doute suis-je la plus désirée...


Sursaut d'orgueil, sursaut de survie. Elle en était là, elle était tout comme lui en bien des points et si éloignées en d'autres. Fille de Zeus, elle partageait cela avec lui, fille de Déméter, elle en était irrémédiablement éloignée. Ainsi l'ichor les rapprocher mais jamais ne les réunirait.

Un autre souffle tandis que le seigneur rouge, la Géante Rouge, faisait face à la Naine Bleue, la reine qui lui avait tenu tête. En pure perte ? Peut-être mais étrangement, elle en était satisfaite...

En quoi ?

Si elle-même le savait. Ce combat portait la marque de la Guerre, celle qui la plaçait irrémédiablement dans le camp des parias, des maudits. A son doigt, la bague semblait presque lui brûlait mais pas de la même façon que le faisait les flammes de son frère. Elle ne comprenait, elle n'avait pas le temps de comprendre. Tout repartait, tout recommençait et comme pour annoncer le prochain round, le silence s’abattit tel un couperet sur l'incroyable zone avant d'être fauché par le cri d'Arès...

Une nouvelle fois, l'arme dantesque fila droit vers cette petite reine que le pourfendeur des villes voulait tant soumettre, réduire à merci, anéantissant, transperçant, nébulisant tout sur son passage mais pour ne trouver que du vide. Frapper Perséphone lui était simple, si simple, à condition de bien savoir où elle se tenait. Elle dont l'ichor autant que le cosmos s'étaient si intimement fondus dans un champ dont les proportions et les excentricités tenaient à présence de la démence pure plutôt que de la nature tendre et chaleureuse. Un décor inouï, tourmenté par les courants de l'hyperdimension, et qui pourtant lui offrait une aide aussi délicate que prodigieuse.

Spoiler:
 


Dernière édition par Hypnos le Jeu 6 Aoû - 13:29, édité 2 fois (Raison : quelques fautes d'orthographe)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arès
Dieu de la Guerre et de la destruction
avatar

Messages : 156
Date d'inscription : 04/08/2013
Localisation : Là où me porte l'odeur du sang

Feuille de personnage
Hp:
389/389  (389/389)
CS:
600/600  (600/600)
Pa:
500/500  (500/500)

MessageSujet: Re: Le preneur de cranes (combat Perséphone vs Arès)   Jeu 6 Aoû - 0:13

RAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sélène
Déesse Lune
Fondatrice
avatar

Messages : 346
Date d'inscription : 19/07/2013

Feuille de personnage
Hp:
300/300  (300/300)
CS:
300/300  (300/300)
Pa:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: Le preneur de cranes (combat Perséphone vs Arès)   Jeu 6 Aoû - 0:13

Le membre 'Arès' a effectué l'action suivante : Lancer des dés

'Chaos' : 3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://knights-of-hope.forumactif.org
Arès
Dieu de la Guerre et de la destruction
avatar

Messages : 156
Date d'inscription : 04/08/2013
Localisation : Là où me porte l'odeur du sang

Feuille de personnage
Hp:
389/389  (389/389)
CS:
600/600  (600/600)
Pa:
500/500  (500/500)

MessageSujet: Re: Le preneur de cranes (combat Perséphone vs Arès)   Jeu 6 Aoû - 14:37

Dans un bruit de tonnerre que mille échos faisaient encore résonner, le fer de ta lance ne rencontre que du vent.

Par une technique d’illusion des plus méprisable, Perséphone s’est jouée de toi, comme tu t’y étais attendu de sa part.

Elle n’est qu’une faible femme, et par conséquent, ne peut rivaliser avec toi en terme de force pure, c’est ainsi que le Chaos a voulu les choses. Ta demi-sœur ne connait rien à la guerre, rien à l’honneur d’un homme ou d’un guerrier, elle ne connait que le poison et la décrépitude, le poison et la décrépitude comme seule arme, le poison et la décrépitude pour seule compagnie.

Mais aussi vénéneuse qu’elle puisse être, aussi foudroyant que puisse être ses armes de lâches et de faible, ce n’est pas cela qui te détruira, ce n’est pas cela qui te vaincra. Le feu en ton sein ne sera pas vaincu par cette arme indigne, et ce qui ne te tue pas te rend plus fort !

Tes yeux ne sont pas aveugles, et aussi terribles que puissent être tes armes divines, ta plus grande arme est et demeure à jamais ton esprit.

Un esprit aussi vif qu’intuitif, un esprit qui a tôt fait d’analyser, de comprendre, et d’agir en conséquence.

Génie dans ton domaine tu es, depuis le premier jour. Tu as vécu d’innombrables combat, d’innombrables victoire, et fort de ton expérience, aujourd’hui encore, invaincu tu demeureras.

Qu’importe l’adversaire, qu’importent ses armes, tu es le dieu de la Guerre, le fléau des Hommes et des Dieux. Rien ne peut résister à ton bras une fois qu’il porte le fer à tes ennemis.

Par sa ruse et ses armes de femme, Perséphone s’est montrée plus redoutable et plus sournoise que tu ne l’aurai cru possible de prime abord, mais cela, loin de te décevoir, te réjouis en vérité.

Tu avais pensé n’avoir pour adversaire qu’une larve misérable, tout juste digne d’être déchiqueté par tes molosses de guerre, mais contre toutes attentes, tu es tombé sur une déesse qui à défaut d’être honorable, mérite de périr par ta main et fait malgré elle bouillir ton ichor incandescent.

Le sort en était jeté. Perséphone s’était montrée digne de ton intérêt, et il n’était jamais bon pour quiconque d’attirer ton attention, à présent le véritable combat allait pouvoir commencer…

« MouuuuuuuuuuuUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUU »

La déesse des mystères, demi-sœur maudite et fille de la nature à jamais dichotomique, venait à peine de s’évaporer sous ton dernier assaut que déjà, ta lance redevint flamme aveuglante.

Ne lui laisse pas le temps de souffler ! Ne lui laisse pas le temps de penser ! Que la prochaine seconde soit pour elle aussi lointaine que la fin des temps !

Sous cette forme de poussière d’ichor et de cosmos, tu la vois à présent sous sa forme la plus éthérée, et tu vois, tu vois désormais comment l’atteindre, comment la briser.

Ta lance est l’arme du guerrier par excellence, mais en tant que telle, elle n’est faite que pour affronter d’autres guerriers.

Ton épée est invincible, mais elle demeure ta botte secrète, le point final à tout affrontement qui puisse être, et seuls les plus dignes de tes ennemis sont en droit de recevoir sa morsure.

Perséphone n’est pas un guerrier, elle n’est même pas honorable, et bien que digne de ton attention, elle ne mérite pas encore que tu te serves de la Khaos Eater.

Il ne reste donc que le fer dentelé de tes haches. Eux conçus pour non pas trancher, mais forgés dans un unique but, déchiqueter. Eux qui sont à la fois une arme terrible, mais aussi incroyablement efficace contre ce que Perséphone a de plus précieux.

Oui, tu sais désormais ce qui la rend dangereuse, et comme toujours, c’est là que tu frapperas, à son point fort.

Si ton adversaire est plus fort que toi, tu lui brises les bras, s’il est plus rapide, tu lui tranche les jambes, et s’il dispose d’ailes, tu les lui arrache…

De flamme et de braise, tes haches se matérialisent à nouveau, avant que tournant sur toi-même avec une fulgurante rapidité, tu ne les envois sur la brume divine te faisant face.

Toujours fixées à toi par les chaines incandescentes qui les lies à tes avants bras, tes armes deviennent ainsi étoiles filantes, comètes ardentes qu’une force et une volonté invincible animent et animeront à jamais.

« AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAR ! »

Un nouveau hurlement, un nouveau bang supersonique, et une nouvelle explosion de cosmos s’en suit alors, une explosion que même la puissance de la Ruine semble approuver tant à présent tu sens son pouvoir enfler en ton sein.

En cet instant où même le Chaos semble aussi avoir reconnu Perséphone comme étant digne de périr ici-même de ta main, lui aussi semble vouloir l’honorer de son pouvoir.

Et alors que dans face au cyclone de cosmos, d’acier, et de flammes que tu deviens, l’arcane de Perséphone atteint ses limites, ton attaque, prenant la forme d’un formidable maelstrom d’airain et de plasma l’atteint enfin dans un choc faisant exploser le neuvième cercle infernal.

Incinérant encore et encore ce que la déesse des saisons voulait faire pousser, le jeu des puissances allait encore se poursuivre, du moins pendant quelques temps, et tu savourerais chaque coup que tu lui porterais, car il ne t’en restait plus beaucoup à lui administrer.

Elle apprendrait, oui elle apprendrait. Aucun de tes coups n’était à prendre à la légère, aucun de tes coups ne demeurait sans conséquence…

Réjouis-toi Perséphone, car en ce jour qui verra ta mort, ce n’est pas de la main d’une justice froide et mécanique que ta tête tombera, mais bien de celle du plus grand guerrier que la création ait jamais connue !

récap de tour:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perséphone
Déesse des Enfers et des Saisons
avatar

Messages : 128
Date d'inscription : 13/08/2013
Localisation : Partout dans l'autre monde, en Olympe ou au Château d'Heinstein

Feuille de personnage
Hp:
359/359  (359/359)
CS:
735/735  (735/735)
Pa:
350/350  (350/350)

MessageSujet: Re: Le preneur de cranes (combat Perséphone vs Arès)   Jeu 6 Aoû - 18:46

Bon, jeter de dés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sélène
Déesse Lune
Fondatrice
avatar

Messages : 346
Date d'inscription : 19/07/2013

Feuille de personnage
Hp:
300/300  (300/300)
CS:
300/300  (300/300)
Pa:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: Le preneur de cranes (combat Perséphone vs Arès)   Jeu 6 Aoû - 18:46

Le membre 'Perséphone' a effectué l'action suivante : Lancer des dés

#1 'Chaos' : 3

--------------------------------

#2 'Blocage' : 6

--------------------------------

#3 'Attaque simultanée' : 5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://knights-of-hope.forumactif.org
Perséphone
Déesse des Enfers et des Saisons
avatar

Messages : 128
Date d'inscription : 13/08/2013
Localisation : Partout dans l'autre monde, en Olympe ou au Château d'Heinstein

Feuille de personnage
Hp:
359/359  (359/359)
CS:
735/735  (735/735)
Pa:
350/350  (350/350)

MessageSujet: Re: Le preneur de cranes (combat Perséphone vs Arès)   Sam 8 Aoû - 18:54

Tout, tout n'était plus qu'ultimes gravas en voie de destruction, d'annihilation finale, aux abords de son champ. Alors que le combat se poursuivait sans le moindre temps mort, rongeant encore et encore les Enfers, au plus profond d'eux-mêmes, les vidant de leur substance. Ainsi, allaient les choses, ainsi s'enchaînaient les assauts à la vitesse de l'éclair. Nul temps pour sentir la fatigue, nul temps pour sentir la souffrance sous les coups redoublés du dieu de la Guerre. Tout s'embrasait à une allure telle qu'on ne pouvait qu'enchaîner réactions sur réactions. A ce niveau, plus rien n'existait pour l'instant que l'autre se tenant face à soi. Et cet autre était la Guerre incarnée. Le Fléau de Guerre contre lequel, nul parmi ses frères et sœurs, Athéna exceptée, n'avait de chance et elle n'était pas la Sagesse, juste la reine des Enfers.

Que m'importe de ne pas être Athéna. Même moi, je suis capable de lutter. Même moi, je suis capable de tenir et d'agir aussi vite que tous les autres...

Perséphone savait qu'elle devait agir aussi vite qu'elle le pouvait, agir et réagir, frapper et épuiser encore et encore la masse qui lui faisait face. Son combat, son action tenait de la sape là où Arès concassait tout sur son passage. Un long combat aurait pu être favorable à la déesse s'il n'avait pas détenu une telle puissance.

Au moins, je n'ai pas à rougir de moi. Je n'ai pas à avoir honte de moi. Je sais que je n'ai pas sacrifié les spectres par lâcheté mais au nom d'un plan qui n'a pas fonctionné comme je l'espérais. L'espoir...

La reine en était autant privée que ceux qui n'étaient plus rien, pas même poussières. Un autre coup et cette fois ce serait le Tartare qui s'ouvrirait tant ils n'avaient eu de cesse de frapper encore et encore, plongeant à chaque charge à des centaines, voire des milliers de strates plus bas. Bientôt, très bientôt, l'air du Tartare se mêlerait aux courants émanant de l'hyperdimension. Déjà la plus basse, la plus vile des terres se soulevait sous leurs pieds, ajoutant une salve de séismes comme pour encourager le monstre à frapper.

Arès...

S'il venait à tomber dans le Tartare ? Quelles en seraient les conséquences ?

Même les affres du Tartare ne te feront pas reculer tout comme il ne pourra te retenir mais au moins, j'aurais la satisfaction de te voir contempler cela. De te voir face à ce que les Enfers ont de pires...

Un rictus se dessina sur ses traits tandis qu'une nouvelle explosion se faisait ressentir. A ce stade plus rien ne pouvait décrire les deux haches lancées vers elle. Plus aucun qualificatif n'était assez grand pour donner l'idée de la démesure que cette attaque prenait. Ce qu'il restait des Enfers ne bougeait plus. Le grand vide autour d'eux témoignait de la fureur de cette attaque plus que tout. Et alors que tout s'embrasait, le feu faisant ployer sous sa barbarie la flore, la déesse se remit en garde et sous une inspiration unique, un de ces instants magiques n'apparaissant qu'une ou deux fois dans toute une vie, voire une éternité, la déesse bloqua le coup...

Entre ses mains si fragiles, les haches chauffaient à blanc, plus encore, elle réduisaient en souvenir de métal la protection de Perséphone mais elle tenait. Malgré le choc, malgré le recul que la charge lui imposait, elle tenait. Ses pieds enfoncés dans la roche, traçant de longues, d'immensément longues tranchées avant de stopper enfin et que les haches ne tombent sur le sol, vite rejointes par tout ce que le choc avait détruit. La protection de la reine venait de voler en grande partie en éclat mais il lui restait ses ailes et ses plaies n'avaient pas été aggravées. L'ichor ne saignait plus autant. Des cicatrices s'étaient bien dessinées sur son corps mais plus aucune ne saignait pour l'instant et d'un geste, elle reprit son envol, relançant en même temps la croissance du champ.

Non, la nature n'était pas encore morte et il devrait composer avec elle aussi longtemps que sa sœur serait en vie. Et quelle plus belle preuve pouvait être ces plantes gigantesques fondant droit vers le monstre rouge pour l'étouffer. Sous les ailes de Perséphone, cet assaut de la masse verdoyantes, loin d'être anodine, servirait de brouillage avant sa plongée.

Une plongée qui à nouveau évoquerait le choc d'une Naine Bleue contre une Géante Rouge avec les conséquences associées. Les temps étaient à la folie et folie, il y aurait...
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le preneur de cranes (combat Perséphone vs Arès)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Goodbye Perséphone, dessins & photos
» Perséphone, le retour du printemps (diptyque)
» [JEU WINDOWSPHONE 8.1 - SWORD VS SWORD] Combat d'épées [Gratuit]
» Déesse du Printemps ou Reine des enfers
» 2000 pts full khorne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Knights of Hope :: Sombre Royaume d'Hadès :: Guidecca :: Trônes des divinités et salle d'audience-
Sauter vers: