Forum RPG dans l'univers de Saint Seiya (Les chevaliers du Zodiaque)
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Dans l'attente de la Chasseresse Céleste et de l'Incube infernal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le chauffeur

avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 04/08/2013
Localisation : Partout où m'envoit le Maitre

MessageSujet: Dans l'attente de la Chasseresse Céleste et de l'Incube infernal   Dim 3 Mai - 15:17

Mister Light et moi même venons d'ici

Comme l’Emissaire de Sparte l’avait présupposé, le combat, ou plutôt, l’affligeant massacre de la Chasse à l’encontre d’une puissance foncièrement inférieure à la sienne, s’était clôturé avec la rapidité de l’éclair.

Au terme d’un véritable climax cosmique ayant provoqué l’apparition d’une aube étincelante en plein cœur de Sparte, Artémis avait encore une fois eut recours à la pleine puissance divine pour en finir avec son malheureux passe-temps.

*Démesuré… proprement démesuré… Quelle audace, quelle impudence, quelle arrogance, quelle insolence envers Sparte…*

Il ne revenait certes pas au Chauffeur que de blâmer ceux et celles qui par leur zèle, leur bêtise où leur orgueil mettaient Sparte et ses habitant en danger, mais il lui incombait le droit et le devoir que de veiller à ce que ceux placer sous la protection de son Maître ne pâtissent pas de la folie de quelques immortels impétueux, et déjà, ses autres Lui s’afféraient autour de l’arène principale de Sparte pour y dénicher les éventuels dégâts.

Demeurant invisible dans les ombres, sous leur formes éthérées, les innombrables familier de l’Unique n’avaient pas perdu une miette du pathétique affrontement ayant opposé un ancien membre de la maison noire à la déesse au front d’argent. Si tôt après l’incident avec la titanide des flots, voilà que bien trop de chauffeur devaient se réunir au même endroit, soucieux de l’évolution devenue incertaine de la situation.

Artémis avait gagnée, c’était une évidence, mais son adversaire ne pouvait être défait, pas même par elle, car Dante, aussi faible qu’il pouvait bien être, était l’authentique dépositaire d’une puissance dépassant de loin celle de la déesse à l’arc d’argent, ou celle du dieu des arts qui escortait alors une des très nombreuses incarnations de l’Emissaire de Sparte.

*Fichus immortels… Toujours à pavaner…*

Etait-ce dut au fait que cette fois, seule la Chasse avaient eut recours à la toute-puissance de son pouvoir, ou au fait que les nouveaux enchantements de l’arène Optimus avaient été réalisé dans l’idée de recevoir et contenir la puissance d’un dieu sans se briser, mais cette fois, à l’inverse de sa précédente version, l’immense construction bâtie à la gloire des combattants cosmiques teint bon.

Un véritable succès, surtout connaissant la gargantuesque capacité de destruction dont était capable un immortels enivré par sa propre puissance.

Au contraire du palais du Haut Commandeur, anéantit par Hadès il y a de cela à peine quelques heures, l’arène Optimus avait donc résistée. Le constat qui s’en dégageait était sans appel. Les enchantements qui l’avaient préservée seront désormais monnaie courante au sein de la cité du Cosmos.

*Hazama ne laissera pas passer cela pour autant… Cela fait deux fois que la Chasse déchaine sa pleine puissance au sein de Sparte, et si la première fois, c’était plus ou moins pour la bonne cause, cette fois, c’est par pur caprice... Cette fois elle ne s’en tirera pas avec une pirouette.*

A moins de révéler son plus grand secret à deux immortels pour le moins hautain et désireux d’asseoir leur domination sur ceux qu’ils considéraient comme inférieur, l’Emissaire de Sparte demeurait incapable d’apprendre les bonnes manières à la jumelle d’Apollon. Cette tache reviendrait donc au seul véritable seigneur de Sparte.

*Les Olympiens seraient trop heureux de s’en prendre à Sparte s’ils savaient notre puissance. Mais le temps n’est pas encore venu. Encore un peu de patiente, bientôt, Sparte pourra enfin se déchaîner.*

Le Chauffeur et ses autres Lui savaient. Les Titans, les Olympiens, les chevaliers sacrés et les forces des Enfers, tous n’étaient que pion dans le jeu du destin. Bientôt, les deux rois se rencontreraient au centre de l’échiquier, et alors, il en résulterait la fin de la partie, une partie dont le résultat était déjà écrit par les trois sœurs fileuses depuis des éons…

*Pour le Grand Œuvre.*

Invitant alors la poupée de chair d’Apollon à le suivre au sein de l’arène Optimus, l’Emissaire de Sparte n’espérait plus alors que son Maître ne tarderait pas à les rejoindre à son tour. Toute forme de vie consciente pouvait se targuer de posséder profondément enraciné en elle l’orgueil et la fierté que d’exister, et quand cette forme de vie consciente se composaient d’innombrables esprit n’en formant qu’un, cette fierté pouvait atteindre des proportions inimaginables.

« Intéressantes réflexions que celles-ci. Arès n'aura en effet rien à craindre tant que rien ni personne ne se dressera sur sa route. Mais sa manière à balayer énergiquement et systématiquement les obstacles sur son chemin ne doit pas donner envie d'essayer j'en conviens.
Quand au sombre royaume, je doute qu'il n’ait encore en son sein la moindre bonne intention. Ni même qu’il n’en ai jamais possédé, si ce n'est dans les illusions que s'en font les Hommes dans leur ignorance. Le mépris d’Hadès pour toute l’Humanité n’est un secret pour aucun de nous deux, et les pauvres âmes œuvrant pour son service en sont la preuve. La non-vie éternelle contre la servitude éternelle. Simple et oh combien cruel n’est-il pas ? Parfois, les marchés les plus simples sont les plus efficaces, surtout avec l’esprit marchand des Hommes si aisément séduit par le pouvoir et les promesses d’immortalités.
»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artémis
Déesse lunaire de la Chasse
avatar

Messages : 132
Date d'inscription : 04/08/2013

Feuille de personnage
Hp:
239/239  (239/239)
CS:
630/630  (630/630)
Pa:
500/500  (500/500)

MessageSujet: Re: Dans l'attente de la Chasseresse Céleste et de l'Incube infernal   Jeu 14 Mai - 19:32

=> Je reviens d'ici après avoir offert une petite chasse à Dante

Un bref instant, la lune avait surpassé l'ensemble de tous les autres astres présents, baignant l'arène de sa lumière à nulle autre pareille. Une clarté, un spectacle que Dante ne serait pas prêt d'oublier. Tout mâle qu'il fût, la déesse ne pouvait lui retirer son courage ou plutôt son inconscience. Il le fallait pour oser se dresser comme il l'avait fait face à elle mais elle lui avait aussi fait une promesse, celle de lui donner les moyens de retrouver son frère.

- Dante, toi et Ozymandias avez tant en commun. Quelles chances penses-tu avoir d'échapper à mes meilleurs limiers ? Eux qui ont pris ton sang et ton empreinte tout comme ils ont largement eu le temps de mémoriser l'odeur d'Ozymandias. Quoique, en tant que jumeaux, vous devez avoir bien d'autres similitudes. Réfléchis à cela. Et maintenant pour avoir déchaîné une double puissance en m'offrant davantage un hommage plutôt qu'un affront, je ne peux que te récompenser à la mesure de tes talents. Je ne puis t'offrir la plus belle de toutes les récompenses à mes yeux, celle dont ton jumeau s'est presque montré digne, mais je peux t'accorder quelques paroles.  

Souriante, quoique cela avait tendance à la rendre encore plus effrayante, la splendide déesse s'approcha du spectre en le toisant de toute sa hauteur. Arc en main, elle en paraissait encore plus sauvage et royale.

- Puisque tu as fait preuve de courage en plus de me divertir en cette chasse malheureusement bien trop courte et qui n'est que suspendue malgré ta perte de forme momentanée, voici ce que je te donne en récompense.

Et faisant sortir son compagnon de l'ombre, elle le présenta à sa proie. Immense et aussi blanc que la neige tout en portant d'innombrables taches sombres, il inspirait autant la crainte que l'admiration pour la beauté sauvage de sa fourrure. Un être unique dont la silhouette à la fois musclée et souple évoquait aussi bien le félin que le canin. Quand à ses yeux, ils étaient d'un éclat à glacer le sang, du moins pour celui qu'il fixait tout en se pourléchant les babines. Nul doute qu'un petit morceau de Dante n'aurait pas été pour lui déplaire. Un instant se passa encore avant que la main délicatement hâlée de la Nature Sauvage ne se pose en une caresse étonnement tendre sur le prédateur et qu'enfin, elle ne fasse les présentations.

- Regarde Dante, c'est l'un de mes meilleurs pisteurs. Un limier à nul autre pareil. Dès qu'il a repéré sa proie, il ne l'oublie plus. Maintenant, moi seule peut lui donner ses ordres et inutile de te préciser qu'au vu de tes exploits, il te faudra encore bien du temps avant que je ne consente à te laisser le suivre le jour où je le lancerai à la recherche de ton frère...

Tout comme il t'en faudra avant de connaître son nom.


Le ton de la déesse était quelque peu moqueur mais dénué de sa cruauté habituelle vis à vis de la gente masculine. Dante l'avait sans le moindre doute amusée à défaut de constituer le gibier que lui avait "promis" Arès. Rien de bien excitant en effet de combattre un mâle ne se distinguant que par sa folie du reste de ses semblables. Juste un coq parmi les autres, paradant comme pas deux et incapable de comprendre qu'Artémis n'était pas une femelle à sa portée. D'ailleurs, au vu de sa trop courte "prestation", Dante pouvait remercier sa nature de spectre. Sans elle, il n'aurait plus l'occasion de rouvrir les yeux et encore moins de la contempler pour les quelques instants que la déesse s'était accordés pour lui parler de tout cela. Quelques instants, quelques paroles échangées avec une déesse réputée fuir les hommes ou les détruire s'ils venaient à surprendre sa nudité. Un tel trésor était si rare mais Dante en avait-il vraiment conscience tout comme du cadeau qu'elle venait de lui faire. Le temps seul le dirait. Le temps, un autre moyen de rappeler à sa mémoire que Cronos et les siens étaient de retour.

- Que la chasse soit suspendue ne signifie pas qu'elle soit finie. A tôt ou tard, Dante, veille à être une meilleure proie si le hasard te remet sur mon chemin. Et remercie cette cité. Sur mon territoire, tu n'aurais eu aucune échappatoire...

Et sans plus attendre, elle tourna les talons, abandonnant le spectre sur le sol où il s'était totalement reconstitué. Ses chiens s'étaient remis à gronder et en tant que gardienne, même provisoire, de ces lieux qui l'avaient vue se déchaîner, il était de son devoir d'aller à la rencontre de ses nouveau arrivants.

Un voyage si rapide et si décisif pour elle lorsque, nimbée de son aura et entourée de sa meute, elle rejoignit le Chauffeur et celui qu'il escortait.

Mais ?

Son cœur s'était mis à battre avec une telle puissance. Apollon, son frère, son jumeau, le seul être masculin qu'elle aimait en plus de leur père, se tenait juste à quelques pas d'elle. Leurs liens étaient si puissants depuis leur naissance et même avant, qu'elle ne pourrait jamais se tromper. Leurs ichors étaient trop proches, trop liés pour cela. Aussi, elle était plus que sûre d'elle. Il ne pouvait s'agir que de lui mais il était hors de question que l'autre espion assiste à leurs retrouvailles. Aussi, s'avança-t-elle directement vers les deux arrivants.

- Je ne puis affirmer que je sois surprise de te revoir, Chauffeur de Sparte, même si j'aurais pensé me retrouver face à ton maître, le Haut Commandeur de cette cité. Pour ce qu'il vient de se passer céans, sache que personne n'a eu à pâtir de cette petite explication entre moi et le spectre Dante. Ce qu'il s'est passé n'est que le résultat de l'accomplissement d'un souhait qui m'a été formulé, un souhait qu'en tant que déesse, j'ai exaucé et non le fruit d'une agression envers Sparte la Sacrée. Aussi, va sans crainte porter ma parole à qui de droit. Quant à ton passager...

Elle sourit avec une tendresse évidente.

Je pense que tu l'as déjà mené au terme de son voyage et que tu le sais parfaitement...

" Apollon, mon frère, la joie déborde de mon cœur. Je suis tellement heureuse de te retrouver enfin. Rien ne pourra éclipser ce bonheur, pas même la présence de tous ces mortels indignes de nous. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dante
Spectre de l'Incube
avatar

Messages : 121
Date d'inscription : 14/12/2013
Localisation : Dans un lit

Feuille de personnage
Hp:
176/176  (176/176)
CS:
300/300  (300/300)
Pa:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Dans l'attente de la Chasseresse Céleste et de l'Incube infernal   Sam 16 Mai - 10:24

Arrow Comme la déesse le dit, je viens de

Enfin je me sens définitivement encore mieux qu'avant, comme si j'avais enfin lâché quelque chose en moi qui ne pouvais pas être lâché comme ça devant n'importe qui. Au moins j'ai cette frustration qui est partie, je peux me sentir libre à présent. Pourtant, il y a bien encore un truc qui me fait sentir que je ne suis plus humain maintenant, je l'étais avant ce combat car mon corps était encore resté le même et je le contrôlais à ma guise.

Je suis une sorte de zombie maintenant ? Non je n'ai pas tout le temps faim, un vampire ? Quand même pas non. En tout cas je suis mort et je suis de retour, on peut donc dire que je suis une sorte de mort-vivant mais en plus compliqué. C'est tordu comme truc n'empêche, je n'avais pas prévu de mourir jeune mais... Revenir comme ça me permet d'être tranquille. Mais maintenant que mon vrai corps n'est plus, ce corps que j'ai est fait en quoi ? En tout cas je sens un coeur, tout semble normal à peu près.

Ce corps est comme le mien à l'origine, ou alors c'est mon corps mais refait à partir de cosmos pour le changer en chaire... Je réfléchis trop ! Je suis de retour et c'est ce qui compte !

Je dois me faire violence pour me redresser tant bien que mal sans même que je sache si je suis en parfait état mais faut croire que oui. Je suis donc revenu en pleine forme, même pas la moindre trace de fatigue, c'est comme si j'avais passé mon temps à simplement m'échauffer. Pourtant la présence de la déesse me fait souvenir que j'ai à peine été une brindille qui s'est brisé contre un mur.

Pas la moindre parole ne sort de ma bouche, je ne peux que l'écouter en la regardant sans même avoir la moindre pensée particulière à son égard. Je crois qu'elle m'a fait changer ce que je pouvais penser d'elle en me faisant exploser comme si de rien n'était. Mes yeux me montrent un être qui semble hors de ce monde, comme si ce corps et cette aura n'étaient qu'une hallucination.

J'ai réussi ? Mais dans tout ce que j'entends, je ne sais même pas où se trouve Vergil au final, je dois donc attendre ? En tout c as la bête que je vois, ce n'est pas le truc qu'on voit au zoo, je suis sûr que c'est limite préhistorique, même pas un tigre à dents de sabre. C'est... Une bête tout simplement, je ne vois que ça à dire, ça ressemble à rien de ce qu'on voit dans les livres.

Faut croire qu'elle veut remettre ça à une prochaine fois, et je ne me priverais pas d'être au rendez-vous sans faute. D'un simple hochement de tête, je fais comprendre à la déesse que je serais prêt la prochaine fois.

Quand elle part, je lâche un soupir de soulagement, dire qu'à la base, je voulais des informations et je me suis retrouvé à me faire complètement démolir. J'espère juste que ça va pas être comme ça à chaque fois que je veux savoir un truc, sinon c'est même plus la peine que je tente des trucs.

Le temps de me relever que je sens quelque chose venir, enfin quelque chose... Quelqu'un m'appeler en enfer, Perséphone. Elle sait en direct live que je viens de finir ma petite chasse ou quoi ? En tout cas le timing est parfait. Puis rester ici ne me donnera rien comme information supplémentaire je suppose.

En m'approchant de la sortie, je vois ce chauffeur avec un homme et la déesse qui semblent parler entre eux. Boarf, je n'ai pas à m'en occuper, ce ne sont pas mes affaires. Au pire je les regarde brièvement et je détourne mon regard pour regarder la sortie en marchant tranquillement.

La prochaine fois que je reviendrais... Oh je sais pas, avec ce qui s'est passé, je n'ai pas la moindre idée si l'envie sera là. De toute façon je sors et j'emboite ma moto qui n'avait pas bougé d'un poil, au moins ce Sanguinus n'y avait pas touché.


Arrow Direction les enfers au pas de course !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apollon
dieu du chant, de la musique et de la poésie
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 08/12/2014

Feuille de personnage
Hp:
300/300  (300/300)
CS:
610/610  (610/610)
Pa:
500/500  (500/500)

MessageSujet: Re: Dans l'attente de la Chasseresse Céleste et de l'Incube infernal   Sam 16 Mai - 18:48

Ce corps est un artifice qui tend déjà à disparaître. Mais l’Âme Divine observe la scène devant lui avec une magistrale indifférence : quelle peut-être l’utilité pour une Dieu de mesurer son pouvoir avec un humain ? La réponse est sans appel : strictement aucune si ces êtres ne désiraient pas contempler ce qu’ils ne peuvent observer. Ainsi sont les choses : les dieux dominent, les hommes subissent. Le Menteur l’accompagne et ses paroles sont le synonyme de son comportement: il cache beaucoup trop de chose. Si des Dieux s’en sont moqués, cela n’est pas le cas du Dieu en Sommeil qui, désormais, portera un regard plus qu’attentif aux actes d’un mystère potentiellement dangereux pour la Volonté d’Apollon. Pour autant, silencieux, feintant ce désintérêt bien démonstratif, l’Âme Divine observe dans le plus profond des secrets cet environnement, peuplé de petits animaux qu’il convient de dresser t de maîtriser avec la plus grande des fermetés. Louer l’insecte qui sait s’agenouiller devant un Illustre et punir une vermine récalcitrante qui ose dresser le poing face à un Dieu : tel est la conception des Grands qui regarde les Petits.


Comme ce triste combat que désapprouve l’Artiste Lumineux quand il comprend la conclusion inaltérable du vermisseau qui désira tendre sa minuscule patte vers la Splendeur de la Superbe. Les paroles de sa Jumelle sont empreintes de sa Vérité si naturelle : elle aime jouer et chasser quand lui ne porte son regard que sur les Obligations concrètes de son Roi. Les Divertissements ne lui sont guère permis quand les Nécessités font force de loi. Pour l’heure, voilà un artifice qui résiste bien mieux au pouvoir de la Divine Chasseresse, symbole de cette autorité qui semble y être lié. Néanmoins, comme les Autres, elle pliera. De toute façon, elles ont toujours pliés un jour ou l’autre devant la Volonté d’Apollon. Il écouta distraitement les paroles du Chauffeur alors qu’il vit sa Sœur s’avancer enfin vers eux tandis que son regard impassible mémorisa l’apparence et le cosmos de Celui qui avait osé lever la main sur elle. C’est certainement la « faiblesse » du Jumeau que d’exterminer à plus ou moins long terme les malheureuses âmes qui osent se dresser devant sa Jumelle. Personne n’est autorisé à s’opposer à sa Sœur si ce n’est peut-être leur Père. Il fit bien de disparaître sans dire mot car son destin est scellé : cet homme connaîtra un sort bien pire que la mort ou la colère de son Roi. Après tout, quand on ne peut mourir, quand on a la vie éternelle, la souffrance est un acte perpétuel…


« Cela ne fait aucun doute qu’Arès comprendra son erreur et saisira pleinement son véritable devoir. Quant à mon Oncle, le Monarque des Enfers, qu’importent ses pensées et ses obligations envers la Race Humaine. L'immortalité engendre la paresse parce qu'un immortel remet toujours au lendemain ce qu'un mortel aurait fait le jour même. Certains pensent qu’il n'y a pas pire châtiment, pire horreur que de transformer un instant en éternité, d'arracher l'homme au temps et à son mouvement continu. Après tout, être mortel est l'expérience humaine la plus élémentaire, et pourtant l'homme n'a jamais été en mesure de l'accepter, de la comprendre, de se comporter en conséquence. L'homme ne sait pas être mortel. Et quand il est mort, il ne sait même pas être mort. Dans le cas des Esclaves d’Hadès, ces hommes et femmes ont pu mettre fin à leurs vie. Mais ils n’ont pu mettre fin à leurs immortalités. En ce qui me concerne, je pense qu’exiger l'immortalité de l'individu, c'est vouloir perpétuer une erreur à l'infini : immortel ne veut pas dire éternel… » Évoqua-t-il alors qu’il contempla enfin la présence de sa Sœur en face de lui.


Le sentiment de son amour envers sa Sœur est incomparable. C’est un privilège pour la preuve de l’existence d’un souvenir que de contempler l’immense beauté de celle qui surpasse de très loin Aphrodite elle-même. De toute manière, c’est une poupée sans âme et l’Artiste Divin ne peut que ressentir son plus profond et sincère amour pour elle. Dans le plus profond silence, il écoute les paroles de sa Sœur en direction du Chauffeur. Ainsi, celui-ci était un émissaire du Haut Commandeur de cette cité quelconque. Le Spectre, au destin déjà tout tracé, se prénommait Dante. Cet affrontement était un souhait et cet assemblage de pierres n’avait guère pâti de la Volonté de la Précieuse. Elle lui enjoignit d porter ce message à qui de droit puis se tourna vers ce Corps condamné par une Volonté trônant au-dessus de cette existence funeste. Dans un premier temps, sans regarder le Chauffeur, il s’adressa à lui.


« Je comprends mieux qui tu es. Qu’importe après tout. Du moment que toi ou ton Maître n’interférez pas dans mon désir, je vous laisse le bénéfice du doute car il serait fort affligeant de songer à une croyance qui ne se produira jamais. Accomplis ce que tu dois exécuter et tâches d’avoir l’intelligence de ne jamais oublier que rien ne m’échappe. » Déclara-t-il d’une voix calme et posé, le congédiant afin qu’il se trouve seule avec sa Sœur Jumelle et lui laissant une mise en garde qu’il était libre d’accepter ou de refuser.


Une fois qu’ils furent enfin seul, ces yeux observèrent Artémis tandis que ce Corps ne bougeait pas, refusant tout geste inconsidéré. L’Âme Divine est au summum d’un bonheur que même les Dieux ne peuvent expliquer, sa tendresse est une émotion indescriptible pour le commun des Ignorants car ceci n’est qu’une superposition infinie d’une véritable passion pour Artémis, d’un amour intemporel pour la Divine Chasseresse et d’une affection illimitée pour sa Sœur Jumelle.


« Moi aussi ma Tendre… Qu’il m’est insupportable de ne pouvoir t’enlacer mais je ne peux autoriser cet amas de chair à te toucher. Patiente encore un peu ma douce et contente-toi de ne pouvoir qu’entendre ma voix. Lorsque j’aurais récupéré mon véritable corps, alors, je te serrerais dans mes bras aussi longtemps que le Destin me le permettra. » Annonça-t-il, la sonorité de sa voix démontrant tout son amour pour sa Moitié.


« Je suis au courant de ta relation houleuse avec Arès mais j’ai le sentiment que tout ne m’a pas été dit. Artémis, dois-je porter mon intention sur le Chien de Guerre ? Également, le Misérable Humain qui a osé t’affronter connaîtra un sort pire que la mort. Les Titans sont de retour, je m’interroge encore sur leurs présences en ce monde… En vérité, maintenant que je suis de retour à tes côtés, en attendant de retrouver mon véritable aspect et mes pouvoirs ancestraux, dois-je considérer que les Olympiens ont oublié leurs véritables objectifs ? Dois-je m’attendre à voir les miens se quereller dans leurs guerres et leurs disputes intestines au lieu de se préoccuper de leurs droits et de leurs devoirs ? » Demanda-t-il toujours avec douceur mais la tonalité de sa voix prit une teinte quelque peu plus… Inquiétante.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le chauffeur

avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 04/08/2013
Localisation : Partout où m'envoit le Maitre

MessageSujet: Re: Dans l'attente de la Chasseresse Céleste et de l'Incube infernal   Dim 17 Mai - 13:32

Le chauffeur avait conduit son passager au terme de son voyage d’après les dires de la Chasse. Etait-ce seulement vrai ? Naïve pensée que de croire qu’un voyage venait de s’achever, quand en vérité, il ne faisait que commencer pour le divin jumeau d’Artémis.

*Pauvre déesse. Ta victoire éclatante sur un être oh combien inférieur t’enivre. Voilà que tu te prends maintenant pour un devin. Décidément, les deux jumeaux Olympiens ont hérités d’on ne sait trop qui un orgueil que n’aurait pas renié leur belle mère. Enfin, rien n’est perdu,  même les têtes les plus dures peuvent évoluer. Peut-être un jour, qui sait, quand nous nous reverrons, aurez-vous apprit l’humilité.*

Tant d’occasion se présenteraient d’elles même, l’émissaire de Sparte le savait. Rien qu’en Olympe, parmi leur fratrie, se trouvaient des êtres oh combien désireux de voir leur deux tête plantées sur des piques, et qui ne manqueraient pas de le leur rappeler.

« Les moires n’ont pas encore achevées de tisser le formidable canevas qui compose notre destin à tous, déesse Artémis. Quant au pourquoi de votre zèle dans l’enceinte de notre cité, gardez vos arguments pour ceux qui seront vos juges. Je ne suis pas un messager, contrairement à votre demi-frère Hermès. Ne faites pas l’erreur de me prendre pour quelqu’un dont vous pouvez disposer à loisir, car je ne sers qu’un maître, et vous n’êtes pas celui-ci. »

Qu’il était dommage qu’à cet instant précis, le seul véritable haut commandeur de Sparte soit occupé à tenir compagnie à sa protégée et à l’impérieuse reine des dieux, maintenant si proche de l’éveil.

« Oh ? Sentez-vous cela, enfant de Letho ? Cette puissance ? Cette aura royale qui vous parvient ? On dirait bien que vous n’êtes désormais plus les seuls Olympiens avec Athéna à vous trouver en notre belle cité. »

D’abord Hadès, maintenant Héra, cela faisait beaucoup de dieu à la puissance démesurée en un laps de temps vraiment trop court.

*Avec toute l’animosité que ces êtres se vouent derrière leurs apparences de solidarité, Sparte pourrait devoir se révéler bien plus vite que prévus… Je dois me tenir prêt.*

Rien qu’Athéna et Hadès réunis quasi face à face dans la même ville, cela suffirait amplement pour déclencher un conflit ouvert qui dégénérerait en véritable guerre divine, d’autant que leurs deux maisons respectives ne manqueraient pas de rejoindre leur dieu tutélaire dans la bataille.

*Haaaaaaaaalala… Tant de conflits, tant de discorde… J’espère que tu profites du spectacle Hazama…*

Souriant tout en tirant de sa poche intérieur un de ses fameux Habanos qu’il alluma du bout des doigts, l’émissaire de Sparte, plus que sensible aux mots d’adieux de la poupée de chair qui lui faisait face, s’inclina respectueusement avant de lui adresser à son tour ses mots d’adieux.

« Je suis ce que vous voyez, dieu des oracles, l’émissaire de Sparte, celui qui parcours le monde à la recherche des élus du cosmos. Même ainsi confiné dans le corps d’un enfant, je ne doute pas de vos capacités. Quant aux projets de Spartes, vous les connaissez déjà. Réunir et encadrer au sein d’un même lieu l’ensemble des élus du pouvoir divin. Cette mission n’a pas déviée de son chemin depuis nos origines, et elle ne déviera pas, pour rien ni personne. »

Rien ne lui échappait hein ? Le croyait-il seulement, ou voulait-t-il en convaincre son auditoire ?

*Haaaaaaaaaaaa... Si seulement c'était vrai.*

Qu’il était alors plaisant au chauffeur que d’imaginer le dieu des oracles tentant de lire dans le flot du temps pour y découvrir l’ampleur d’un désastre qu’il ne pouvait alors même pas soupçonner tant son pouvoir était encore à un niveau dérisoire. Certes, l’âme du dieu de lumière était bien présente en ce corps, mais en l’état actuel, il n’était en rien menaçant, ni pour Sparte, ni pour personne, alors que restait-il donc à mesurer en l'état ?

*Pas la peine de le lui rappeler. Et puis cette situation est amenée à évoluer très prochainement. Alors autant déjà préparer la suite. Hinhinhin, j'ai hâte d'y être.*
Un nouveau jouet dans la partie cosmique, un nouveau pion dans le grand jeu, un nouvel acteur dans le Grand Œuvre. Cela aurait presque donné des frissons à l’émissaire de Sparte, s’il ne se sentait pas déjà appelé ailleurs, sur le chemin du dieu des Enfers.

« A présent, veuillez m’excuser, j’ai encore beaucoup de travail. Tous n’ont pas la chance d’avoir une existence uniquement régie par l’hédonisme. »

Cette dernière réplique lancée à la face de deux dieux à la paresse aussi légendaire qu’olympique, l’émissaire de Sparte s’en alla alors, disparaissant dans le nuage de fumée grise qu’il venait de souffler.

En son for intérieur, il savait déjà comment la suite des événements allait se dérouler. Et c’est pourquoi il savait n’avoir plus rien à faire céans. D’autres prendraient le relais, et quand à lui, sa place était maintenant aux premières loges d’une scène entre deux ennemis mortels qui ne pouvait être que grandiose

Arrow Je me sauve du topic (enfin, l’un de nous se sauve du topic, héhé oui, j’ai disparu, mais suis-je vraiment parti ? Quand je vous quitte, vous ne pouvez jamais être sur que je suis vraiment parti, mouhahahaha !)


Dernière édition par Le chauffeur le Jeu 9 Juil - 10:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clio

avatar

Messages : 149
Date d'inscription : 17/10/2013

Feuille de personnage
Hp:
241/241  (241/241)
CS:
502/502  (502/502)
Pa:
500/500  (500/500)

MessageSujet: Re: Dans l'attente de la Chasseresse Céleste et de l'Incube infernal   Lun 25 Mai - 14:19

Arrow Viens d'ici

Chemin faisant, Clio n'avait pu s'empêcher de remarquer qu'à chaque fois qu'elle venait à Sparte, un Olympien faisait des siennes et Athéna était obligée d'intervenir. Certes, elle devait bien admettre que la crise de colère d'Hermès ferait pâle figure face à ce que risquait de faire Hadès. Et même la perspective de revoir Apollon ne parvenait pas à calmer son inquiétude.

"Hadès a élevé son cosmos et placé sa barrière divine... Le combat entre les deux ennemis va bientôt commencer..."

Que ferait-elle si sa grande sœur était en danger ou pire, si Hadès devait triompher d'elle ? Elle ne pourrait rien faire face à son oncle en furie, mais l'idée d'abandonner Sparte à l'ire infernale la répugnait.



"Non, je ne dois pas penser à cela. Athéna est forte, c'est une guerrière. Quoiqu'il arrive, il faut que je lui fasse confiance."

Proche de la sortie de Sparte, elle aperçu un petit moineau sur les pavés et parvint à le faire venir entre ses mains. En tant que nymphe, elle était sensée avoir un lien privilégié avec la nature, voir cet oiseau entre ses mains ne devrait pas poser trop de problème. Tout en franchissant les derniers mètres la séparant de l'entrée, Clio caressa doucement le petite animal pour le rassurer. Du même coup, elle l'imprégna subtilement de son cosmos.

-Va petit moineau, déploie tes ailes et porte ce message pour moi. Chut, ne craint rien, n'ai pas peur. Je ne te veux aucun mal.

Tout en chuchotant ces mots, elle caressa le plumage du moineau maintenant apaisé. Cette petite créature n'était rien face aux aigles de Zeus, aux corbeaux d'Apollon ou aux chiens d'Artémis. Mais cela suffirait, et elle ne devrait pas user d'une trop grande quantité de cosmos pour l'envoyer en Olympe. Tout en caressant l'animal, elle le rapprocha de son visage.

-C'est le moment pour toi de partir, petit messager. Porte mon cosmos vers mon père et mon frère. Qu'ainsi, ils soient rassurés sur mon sort. Va petite chose, vers le domaine des dieux.

Et c'est ainsi qu'un petit moineau fut téléporté sur la Terre des Muses, porteur d'une infime partie du cosmos d'une Muse. Clio quant à elle éteignit totalement son cosmos qu'elle avait très faiblement augmenté pour téléporter l'oiseau. Elle arriva en vue des enfants de Léto. Elle ne pu retenir un sourire en voyant Apollon. Certes, le dieu des Arts ne semblait pas totalement éveillé, mais le simple fait de le voir l'enchantait. Elle s'incrusta donc dans les retrouvailles entre les deux jumeaux.

-Apollon, mon cher grand-frère, si tu savais comme je suis heureux de te revoir parmi nous après tout ce temps.

Elle éleva très légèrement son cosmos pour permettre à la déité encore endormie de la reconnaitre au cas où avant de le faire disparaitre une fois encore. Puis, elle se tourna vers Artémis qui ne semblait pas avoir souffert de son combat face à Dante.

-Je vois que tu te portes bien également ma sœur. Mais je crains qu'Athéna n'ai pas apprécié ta petite confrontation avec un Spectre. Puis-je savoir ce qu'il c'est passé ?

Puis, elle jeta un regard vers la cité dans laquelle les cosmos d'Athéna et d'Hadès continuaient à se faire face.

-Elle nous demande de nous en aller d'ici au plus vite, mais je dois bien admettre que je répugne à partir avec Hadès dans les parages. Ces deux-là réunis, il peut se passer n'importe quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Apollon
dieu du chant, de la musique et de la poésie
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 08/12/2014

Feuille de personnage
Hp:
300/300  (300/300)
CS:
610/610  (610/610)
Pa:
500/500  (500/500)

MessageSujet: Re: Dans l'attente de la Chasseresse Céleste et de l'Incube infernal   Mer 27 Mai - 7:32

Le Chauffeur partit donc dans le plus grand des silences. Oui… Il y avait beaucoup de monde en cette cité mais cela n’était pas très important après tout. L’Artiste Divin ne commenta même pas la pique du Chauffeur, le qualifiant d’hédonistes. Si seulement cela pouvait être vrai, comment se porterait le monde ? Les Hommes vivant leurs vies sans gloire sous le regard paresseux des dieux, les observant d’un air détaché… Une critique bien absurde car les dieux prennent part à cette existence… Un peu trop à son goût.


Bientôt… Très bientôt, ce « Corps Inutile » rejoindra l’âme éteinte de ce qui fut un être humain… Et un morceau de chair au destin éphémère. Car tel est et sera la conception de l’humanité aux yeux de l’Incarnation Divine de la Lumière. Cela ne plairait certainement pas aux Défenseurs des Chairs Mobiles mais qu’importe après tout : s’il sait reconnaître certaines valeurs du passé, il n’en demeure pas moins que l’agacement se conjugue bien souvent à une certaine forme de neutralité. La Jumelle demeure bien sourde aux interrogations du Jumeau. Peut-être cherche-t-elle ses mots ? La vérité s’accompagnera-t-elle d’une colère justifiée ? Au loin, les cosmos s’entrechoquent dans des sentiments disgracieux : le Fils de Léto surveille toutes les présences et les fluctuations cosmiques. La Reine de l’Olympe est toujours présente. L’Âme Divine est rancunière et fière : il ne peut oublier ce qui est arrivé par le passé. Mais, il est aussi pragmatique : elle et lui partagent des intérêts communs jusqu’à ce que ceux-ci disparaissent un jour. Il n’éprouve rien de particulier à son égard et elle ne représente uniquement que ce que lui apporte son rang : l’autorité d’une reine. Au contraire, la présence du Monarque des Enfers est semblable au Tonneau des Danaïdes : il ne mérite pas le respect qui lui est dû. Son existence est anormale et illogique. Cependant, encore une fois, il représente un intérêt pour son objectif. Il est une réalité avec qui il faut compter. Quant à Athéna, la Sage Guerrière aux Mains Victorieuses n’est rien de plus qu’une jeune divinité crédule et naïve. Quand la tendresse et la charité se superposent à la rudesse et à la férocité, il est de bon ton de confirmer sa naïveté dans cette universalité que représente la Fatalité. Et, encore une fois, cette dualité manichéenne, aux antipodes de la raison, va s’affronter sur cette terre de neutralité.


La venue de sa sœur, Clio, le conforta dans sa position que les Olympiens avaient oublié leur devoirs. Depuis la fin du règne des Titans, ils ne cessaient de se guerroyer au lieu de se rassembler autour d’un but commun. Mais c’était au Roi de l’Olympe de régner sur les troupeaux égarés. Pour l’heure, le regard de ce « Corps Condamné » reflète une joie contenue de retrouver Clio. Ainsi est celui qui voue tout son amour à sa Jumelle mais qui n’oublie pas de considérer affectueusement les pairs qu’il apprécie. Puis, elle se tourna vers Artémis et la salua comme il se doit avant de lui faire remarquer que sa confrontation avec le Spectre n’avait pas plu à Athéna. Les yeux de l’ «Autre » se détournent lentement avant de se concentrer sur Clio et Artémis. Puis, un soupir se fait entendre quand la tête du » Mort » se secoue de droite à gauche.


« Je te salue ma chère sœur, je suis également heureux de te revoir. Mon retour est, désormais, définitif. Néanmoins, tout ce qui concerne les actions de ma Sœur Jumelle est du ressort du Roi de l’Olympe et de son Frère. Quant aux autres, ils n’ont pas leurs mots à dire… » Déclara la voix du Dieu des Arts avec une dangereuse détermination.


Les intentions étaient claires et évidentes : personne d’autre que le Roi et lui ne pourraient juger et s’en prendre à Artémis sans en répondre devant lui. Pour autant, la confrontation entre Athéna et Hadès ne le satisfont pas. Il se tourna alors vers le lieu de l’affrontement, un regard faussement dépité se lisant sur ce regard impassible.


« Clio… Tu n’as point à t’inquiéter davantage des actes aberrants de ta famille. Je commence à saisir pleinement ce qui se déroule même si quelques informations m’échappent encore par la grâce unique de ma volonté. En attendant, si tel est ton souhait, je t’autorise à rester auprès de ma Sœur et de moi-même autant de temps qu’il te sera nécessaire et ce, jusqu’à ce que tu sois pleinement rassuré… » Ajouta-t-il en posant son regard sur Clio et Artémis.


« Bon… Allons rendre visite à Hadès et Athéna. À force de vivre dans l’assurance du travestissement, on oublie bien souvent le véritable but de notre existence… » Annonça-t-il alors que ce « Corps » s’avança vers le lieu où se trouvait Hadès et Athéna, invitant silencieusement ses deux sœurs à l’accompagner. Car, il était bien temps de faire comprendre le véritable sens du danger : sachant parfaitement ce qu’il pouvait arriver car connaissant le tempérament de Dieu et de la Déesse, ce « Corps Condamné » dégageait une grande assurance.



Arrow Athéna, Hadès, me voilà sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Artémis
Déesse lunaire de la Chasse
avatar

Messages : 132
Date d'inscription : 04/08/2013

Feuille de personnage
Hp:
239/239  (239/239)
CS:
630/630  (630/630)
Pa:
500/500  (500/500)

MessageSujet: Re: Dans l'attente de la Chasseresse Céleste et de l'Incube infernal   Sam 13 Juin - 18:28

[HRP : vu le déroulement des différentes actions et le retard que j'ai pris dans les posts, je considère que Dante est déjà parti au début de ce post ^^, je ne t'oublie pas, ne t'inquiète pas, je compte bien reprendre la chasse à l'Incube  Twisted Evil Je réponds au chauffeur avant de le faire à Apollon et Clio. Ce ... de mâle puant le cigare n'a pas à entendre les paroles de la déesse lunaire au dieu solaire. Et en plus, il se prend pour Merlin, je connais aussi les classiques Disney ]

Très touchantes paroles, chauffeur, dois-je entendre en elles des menaces à peine voilées. Envers moi une déesse, je gage que tout ce qu'il se passe n'est pas le fruit du hasard et que la colère a une prise immense sur vous.

Cette fois, il s'était permis une révélation qui n'étais pas tombée dans l'oreille d'une sourde. Artémis avait beau être une déesse sauvage aux yeux de bien des mortels, elle n'en était pas pour autant une idiote. Cette façon qu'elle avait eu de remettre ce spectre à sa place entrait dans la logique de tout olympien encore au fait des usages anciens. Ne pas tolérer que les mortels ou autres vous manquent de respect ou vous défient sans sentir en retour le poids de la puissance dont ils avaient osé tenter de braver le courroux.

Et puis, ce jeune Dante avait gagné bien plus que les plaies temporaires qu'il avait reçu de sa part. Cette chance de retrouver son jumeau était bien réelle. Elle n'avait qu'une parole, entière et complexe à sa façon, la déesse Lune recelait d'immenses mystères et d'aussi nombreux visages...

- En ce cas, Chauffeur de Sparte, garde donc tes informations pour toi-même. Quant aux juges, je n'ai pas la prétention d'échapper à ceux qui sont à même de me juger et ont surtout le pouvoir et la puissance pour le faire. Et toi ? Es-tu, mâle orgueilleux de par la protection que t'accorde le maître de Sparte, aussi prêt à te présenter un jour devant tes juges, la tête haute, ou te cacheras-tu derrière le fait de n'avoir qu'obéi aux ordres ?

Sois certain que même toi, même ton maître, vous pouvez aussi tomber sous le poids d'un jugement. Et que le jour où ton maître sera insatisfait de tes services n'est peut-être plus aussi éloigné. N'y vois aucune menace. Tout être doué de raisonnement, ô mâle orgueilleux, peut envisager cela. Tomber sur plus fort que soi est loin d'être une utopie. Un jour qui sait les murailles de Sparte s'effondreront comme celles de Troie. Et en cet instant, nous verrons qui en portera la responsabilité et qui en seront les premières victimes. Mais je puis t'assurer d'une autre chose, je serai encore là pour me dresser contre nos ennemis. Pars ou reste, je n'en ai cure. Tu n'es qu'un mâle parmi tant d'autres de tes semblables et moi l’Éternelle Vierge, détestant la compagnie des hommes. En ce titre, je pense ne pas t'étonner en t'annonçant que tu n'es même pas digne de recevoir mes ordres.


Le ton était donné. Artémis détestait qu'on la prenne pour une lâche. Toute déesse inférieure qu'elle pouvait paraître aux yeux de cette chose puante, elle n'en était pas moins dotée de courage et capable de combattre. En tout cas, ces piques n'étaient pas passées inaperçues et cela avait sonné comme un signal d'alarme en sa tête.

On tente d'appâter ou d'agacer la proie pour la faire foncer droit dans le mur...

Son regard perçant s'attarda encore sur cet être qu'elle ne pouvait que méprise au plus haut degré surtout maintenant qu'il se permettait de prendre de la hauteur avec elle.

Ce mâle disparu, la déesse se tourna vers Apollon et sa sœur Clio.

- Tu n'as décidément pas changé, mon cher Apollon, et j'en suis plus qu'heureuse de te retrouver tel que tu a toujours été. Enfin, presque, cette enveloppe humaine ne fait que trop brouiller ta beauté, ta lumière. Une telle splendeur ne devrait jamais être cachée, mon frère.

Et se retenant de s'approcher davantage, histoire de ne pas brusquer l'orgueil toujours aussi immense de son cadet, elle ajouta avec douceur.

- Mes actes envers cette cité ne sont et ne seront jamais de la violence gratuite. Toi qui est mon jumeau bien-aimé devrait le savoir, nous ne réagissons avec violence qu'aux attaques et affronts envers nous. Ainsi, je n'ai pas d'autre explication que celles que j'ai déjà données. Maintenant pour ce qu'il est d'Arès, sa haine envers nous est pareille à celles qu'il porte aux autres enfants de Zeus. Tous, il les hait même si toi et moi avons la seconde place après notre demi-sœur Athéna. Ce qu'il s'est passé n'est que la suite logique d'une malencontreuse rencontre entre Arès et moi mais père s'en est chargé.

Quant à Dante, il n'a en effet gagné qu'un répit. Son statut de spectre ne l'épargnera pas.


Et prenant le temps de regarder le manège de Clio avec son moineau, elle répondit aussi à sa remarque.

- Athéna n'est pas la dernière à user de la force quand il le faut. Puis, je n'ai pas à justifier cela face à Athéna alors qu'elle se dresse contre Hadès. Qui penses-tu être capable de faire le plus de dégâts à la cité ? Mon pseudo-combat ou le choc entre Hadès et Athéna ?

A cette question la réponse était plus qu'évidente mais avant qu'elle ne puisse entendre la réponse de Clio, Apollon leur faussa compagnie, s'apprêtant à rejoindre Athéna et Hadès.

- Apollon, non !!! Tu es trop faible !!!

Mais elle n'eut pas le temps d'achever qu'il disparut et se tournant vers Clio, elle décida.

- Va rejoindre Héra au plus vite. De toi et moi, je suis celle qu'elle déteste le plus, aussi va l'alerter de ce qu'il risque de se passer. Moi, je pars vers père l'avertir de tout cela. Fassent les Moires qu'il m'entende et agisse avant que mon cher frère ne se dresse devant Hadès.

Et laissant juste le temps à sa sœur de répondre, elle s'envola droit vers l'Olympe, le plus rapidement possible pour ramener le seul dieu capable de calmer le maître des Enfers.

=> Olympe puis auprès de mon fou de frère Apollon, mais tu es malade d'aller face à Hadès.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dans l'attente de la Chasseresse Céleste et de l'Incube infernal   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dans l'attente de la Chasseresse Céleste et de l'Incube infernal
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les passages qui font mal : la poupée dans la mer, Angélo et Céleste dans la cabanne...
» Dans l'attente du bus
» Dans l'attente du Père Noël ...
» Dans l'attente de mes FF ……..SUITE II
» Vivre seul...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Knights of Hope :: Sparte la Sacrée :: Parc et Arènes-
Sauter vers: