Forum RPG dans l'univers de Saint Seiya (Les chevaliers du Zodiaque)
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 A la découverte du temple qui a vu la fin de Pégase

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alicia
Spectre du Nosferatu
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 29/07/2013

Feuille de personnage
Hp:
160/160  (160/160)
CS:
387/387  (387/387)
Pa:
125/125  (125/125)

MessageSujet: A la découverte du temple qui a vu la fin de Pégase   Dim 3 Mai - 12:40

=> je viens d'ici avec Mon Minos et Anusar

[HRP : pour ne pas trop surcharger le post à Giudecca, je préfère faire un crochet par le temple du jugement et permettre de faire l'inspection prévue avant de filer rejoindre Perséphone dans le topic.

Post fait en accord avec Perséphone]

Se rendre compte de l'état du temple du jugement...

Tel était le désir de son cher époux, si impérieux qu'une réelle envie de retrouver ces lieux perçait en sa voix. Une évidence qui fait sourire la merveilleuse chasseresse. C'était si légitime au fond, si compréhensible aux yeux d'Alicia. Elle qui n'avait eu de cesse, au cours de toutes ces Non-vies, d'être associée au puissant et redoutable spectre du Griffon ne pouvait que comprendre cette envie. Malgré tout le poids du passé et toute la splendeur inimitable de ce qu'ils venaient de vivre et partager au Manoir des Carminia, quelque chose subsistait. Quelque chose de différent des liens qui les retenaient de force aux sombres monarques. C'était presque palpable comme si les Enfers leur rendaient des forces...

L'espoir... L'espoir s'est réveillé et c'est lui qui nous donne ce nouvel excès de zèle... En plus d'une vision totalement différente de celle que nous avions autrefois. Les Enfers sont la clé de notre avenir et aussi notre demeure.

Un sourire qu'elle cacha au regard d'Anusar. Autant ne rien montrer directement devant lui même si cela privait son époux de la beauté radieuse de la rousse vampire. Enfin juste d'une infime partie vu que la chaleur débordante de la spectre se déployait pour lui seul en certains instants qui avaient le don de se prolonger en son sang. Ce sang sacré qu'elle avait si souvent versé lors des guerres pour défendre les terres de ses souverains. Ces terres qui s'étendaient maintenant sous leurs ailes et qui malgré leur envie si intense de liberté ne pouvaient les laisser indifférents. C'était leur éternité depuis tant et tant de siècles qu'une part d'eux-mêmes y étaient comme accolée. Une part qu'elle était prête à trancher. Pour lui, pour leurs enfants, elle était prête à se blesser et sacrifier une part de son existence. Le destin était avec eux. Pour la première fois en des millénaires, les Moires avaient gratifié les No-Life Lords d'une chance unique, d'une chance pour laquelle elle était prête à lutter tout comme son époux. A deux, ils viendraient à bout de tous les obstacles.

" Regarde mon amour. Ces terres qui sont celles pour lesquelles nous avons tant de fois lutté, tant de siècles œuvré. Ces terres que nous avons cessé d'aimer depuis des siècles, ne sont maintenant plus des terres de passages. Des terres que jamais nos enfants ne fouleront comme les esclaves que nous sommes si nous en perçons à nouveau le secret. Tout comme le Temen-ni-gru, reprenons-les, réappropriez-nous les. Qu'elles soient le tremplin pour notre bonheur futur. Brillons aux yeux de nos maîtres en tant que premiers éveillés et premiers acteurs en ces terres qu'ils gardent avec tant de jalousie. Soyons ceux qui malgré tous les désastres passés sont encore là. Pour nos enfants, nos enfants attendent notre retour.

Nos enfants qui auront l'avenir que nous leur gagnerons par la force de notre amour et celles de nos mains... "

Quelques autres battements d'ailes dans l'air si particulier de l'Outre-monde dont l'éclat n'avait d'égal que la cruauté avec laquelle était traitée les âmes des défunts. Tout était froid, immonde et odieux au regard. C'était la lie dans sa plus grande signification, la fange des damnés. Celle qui montrait aussi aux spectres la chance qu'ils avaient de ne pas pourrir en ce sol aussi épouvantable que le reste du décor. Rien ne pouvait apporter de répit, de réconfort sinon le jardin et certains lieux que la spectre appréciait telle la Tolomea de son cher juge.

Seulement, tous deux savaient bien ce qu'il risquait de se passer s'ils venaient à s'y poser. Trop d'yeux les regardaient pour qu'il se laissent aller à la plus infime imprudence. Une bourrasque soudaine et l'immense bâtiment apparut, fier et droit se découpant sur le reste du paysage. Déjà des cohortes d'âmes cheminaient tête baissée vers lui, sans esprit, sans résolution, vides comme tout défunt parvenant ici, résignés à subir le courroux du dieu qui de tout les avait privés.

Et amorçant avec cette grâce qui était la sienne la courte descente vers le palais du Silence, la Rose infernale s'adressa à nouveau à son époux et amant, soufflant directement en son âme.

" Le temple est à nous. Et même si le Balrog a toujours trôné en ta place, c'est ton rayonnement qui l'y maintenait et le soutenait. Maintenant, j'aimerais aussi tant pouvoir revoir la Tolomea. Là où tu m'as éprouvée si cruellement. Pardonne-moi d'avoir été aussi aveuglée. J'ai tant du te faire souffrir sans même savoir le tourment qui te rongeait. Je t'aime, mon tendre Raziel. Même si je dois feindre l'indifférence, je ne me plaindrais pas car je ne sais que trop ce que mes erreurs passées ont pu t'infliger. Je te promets de rester debout face aux épreuves que le destin nous enverra et de ne jamais te quitter, mon amour. Jamais plus tu n'auras à souffrir à cause de moi. Tu es mon roi et je suis ta reine, aussi longtemps que Gaïa existera. "

Toutes ces paroles prouvaient que sa mémoire s'ouvrait, se réveillait, révélant des pans entiers que le long Sommeil avait comme préservés. Non, c'était plus encore que cela. C'était comme si le Sommeil avait enrichi ses souvenirs d'images et de sons qu'elle n'aurait jamais du voir de par son absence des derniers combats. Tel était donc l'effet du traitement de faveur que lui avait offert Hypnos ?

D'un geste gracieux, elle caressa l'or si particulier qui s'accrochait à ses magnifiques cheveux. Ce diadème aussi chaud que brillant qu'elle n'avait jamais ôté. C'était un présent qu'elle apprécierait toujours à sa juste valeur sans pour autant s'être éprise du maître du Sommeil. Son cœur appartenait à Minos tout comme celui d'Hypnos avait son plus précieux trésor. Alicia connaissait ce secret, elle en avait même été témoin. Un lointain passé dont la spectre se sentait encore toute proche.

Hypnos ? Le maître du Sommeil pourrait-il nous aider ? Ou bien nous a-t-il oubliés pour redevenir le dieu presque aussi indifférent à notre sort qu'Hadès ?

Une carte qu'elle devrait aussi jouer mais rappeler à Minos l'intérêt que le fils de Nyx avait pu avoir pour elle n'était pas l'idéal. Même si cet amour était celui du Griffon qui en cette lointaine époque avait touché le cœur même du dieu. Fait que la splendide chasseresse à la chair d'albâtre ignorait. Qui pouvait réellement savoir ce qu'avait renfermé le cœur du dieu aux yeux d'or en cette époque ? Personne sinon lui...

Quant à lui poser la question, le jeu en valait-il seulement la chandelle ? Les divinités pouvaient se montrer plus qu'imprévisibles et mieux valait soigneusement se préparer à la moindre entrevue.

Elle avait à peine fait quelques pas qu'une énergie immense se fit ressentir. Une émission de cosmos qui ne laissait aucun doute sur la propriétaire.

- Seigneur Minos, vous avez senti ? Notre reine est de retour et il fait aucun doute que notre vénéré Hadès ne suive bientôt.

Telles furent ses paroles avant qu'elle ne taise attendant autant les ordre de la reine des Enfers que ceux du juge. Le jeu allait commencer et il s'annonçait très serré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minos
Juge des Enfers et Spectre du Griffon
avatar

Messages : 90
Date d'inscription : 04/08/2013
Localisation : Sombre empire

Feuille de personnage
Hp:
185/185  (185/185)
CS:
360/360  (360/360)
Pa:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: A la découverte du temple qui a vu la fin de Pégase   Mar 5 Mai - 11:58

Arrow Alicia et moi venons d'ici

Ayant perdu depuis longtemps toute traces du spectre de seconde zone que nous avions rencontré il y a de cela à peine quelques instants et dont déjà je ne parvenais plus à me souvenir du nom, Alicia et moi, portés par les puissants courants chaud qui balayaient les premières prisons infernales, avions déjà l’esprit bien éloigné du sort du gardien tricéphale, ou de son plus proche compagnon.

*C’est vrai qu’ils feraient la paire ces deux-là, ils ont presque la même tête. Rien que son totem… Waf, waf...*

L’armée des spectres avaient beau être ce qu’elle était, pour l’écrasante majorité, un tas d’immondice, le sombre empereur avait vraiment parfois un sens de l’humour trop audacieux.

Je devais m’estimer chanceux d’avoir pu revêtir un surplis aussi résistant que glorieux, quand d’autre portaient leur nullité sur leur épaule, comme une pancarte adressée aux yeux du reste de l’univers.

*Je suis nul, tuez-moi… Oui, c’est l’idée.*

Souriant alors de ma remarque acide, songeant à tous ces spectres inférieurs justes bons à mourir encore et encore sous les coups du plus faible de nos ennemis, je m’enorgueillissais une fois encore de ma puissance, de ma noblesse, et de ma haute naissance.

*Je n’ai rien de commun avec ces misérables larves répugnantes. Je suis le fils de Zeus, le plus grand des trois juges des enfers, et le seigneur de la demeure du jugement. Aucun spectre n’est plus proche du sombre couple infernal que je ne le suis. Oui, je n’ai rien à voir avec cette fange. Ma place est celle que j’occupe actuellement, loin au-dessus d’eux.*

Conserver la compagnie de celle qui entre toutes méritait mon amour, la chérir et la serrer fort entre mes bras, voilà vers quoi en cet instant mes pensées s’étaient tournés, délaissant jusqu’au souvenir même des déchets insignifiants que nous survolions tous deux de nos battement d’ailes.

"Oui mon amour, cette terre noire que nous n’avons eu de cesse de quitter à chaque guerre sainte… Pourquoi nous battre pour un tel royaume ? Il n’y a rien à glorifier dans la possession de ce que personne ne désir. S’il n’y avait pas le sombre couple impérial enfouis dans ses profondeurs, même nous aurions laissé passer ces chevaliers insensés. Encore une fois, seule nos seigneurs furent responsables de notre sort. Sans eux, jamais les forces d’Athéna ne seraient venues en ces lieux maudits."

Le constat était édifiant, au final, Hadès n’avait jamais été que l’unique responsable de ses défaites. Y compris il y  a maintenant presque vingt ans, en permettant à ses mortels ennemis de parvenir jusqu’à lui, jusqu’à son palais, quand il lui aurait été si simple de retourner à la surface.

*Pauvre imbécile… Ce n’est pas de soldat dont il a besoin, mais de stratège.*

Etre ainsi l’esclave d’un tel maître était une épreuve de tous les instants, mais en ma qualité de juge des enfers, je gageais de pouvoir l’influencer, et peut être même, parvenir à lui faire éviter dorénavant ce genre d’erreur aussi pathétiques que grotesques.

"Notre seigneur a trop longtemps été seul, seul dans sa folie et son mépris. Son sort est lié au notre, aussi, nous devons désormais aller au-delà de ce que notre hiérarchie nous autorise. Les enfers ne pourront pas supporter un autre désastre, et maintenant, il se trouve des êtres qui dépendent de nous."

L’imposante demeure du Jugement se profilait déjà à l’horizon, quand une plainte stridente se fit entendre loin derrière nous. Etait-ce une âme malheureuse qui recevait le fouet ? Ou plutôt le spectre de la pourriture se faisant écharper par les nombreux dangers rodant dans les enfers ?

*Bon débarras…*

L’envie de me saisir du corps d’albâtre de ma no-life queen me traversa l’esprit aussi violement qu’un coup de tonnerre, mais je savais devoir m’y refuser. Trop d’yeux, trop d’oreilles nous observaient déjà, et notre union ne devait pas encore être révélée.

"Rune n’est que mon remplaçant en cas d’absence. Il n’est ni juge ni en charge de cette demeure. Maintenant que je suis de retour, il me revient la charge du sort des damnés, sauf en temps de guerre, car ma présence au front est bien plus précieuse pour le sombre empereur que le fait de rendre ces simulacres de justice."

En tant que juge des damnés, j’avais pu voir la dégradation des conditions d’équité et d’impartialité au sein de mon propre tribunal. Ce qui a l’origine était une Loi juste s’était transformée au fil des âges en une forme légale de répression injuste et aveugle. Plus aucune âme humaine n’avait pu atteindre Elysion depuis des temps immémoriaux. Pour le plus infime des délits, la sentence était invariablement aussi cruelle que démesurée. La justice aux enfers ? Mais quelle justice pouvait-il bien y avoir dans la condamnation systématique des cueilleurs de fleur, ou des simples athées dont le seul crime avait été de croire en d’autres dieux ?

"En vérité, je te le dis Alicia, un singe castré équipé d’un maillet de croquet pourrait occuper ma place en ce tribunal…"

Par tous les feux du sombre empire, que je pouvais être désabusé et acerbe en cet instant… De fort méchante humeur même on pourrait dire. Etait-ce dut à mon retour en ces terres maudites ? Au souvenir de ma précédente défaite aussi honteuse ? Ou plutôt à ce lointain passé où pour la première fois j’avais posé mes yeux que celle qui allait me faire autant souffrir que frémir de plaisir ?

"N’en parlons plus. Tout cela fait partie du passé. Laissons ces souvenirs là où ils doivent être, et songeons plutôt à notre avenir commun."

Le feu d’un désir invincible me rongeait déjà les entrailles alors que d’un regard des plus avides, je devinais les formes généreuses cachées sous le surplis du Nosferatus. Tentant, c’était si tentant de faire courir mes fils cosmiques sur cette chair si soyeuse, si électrique…

Et reléguant encore une fois à plus tard mon examen minutieux de la plastique oh combien féminine de l’étoile des ténèbres, je lui emboitai alors le pas, ou plutôt, le vol, pour atterrir sans bruit, comme flottant sur un petit nuage, sur le parvis de ma demeure de fonction.

M’avançant d’un pas fier et sur en direction de l’entrée de ce temple si représentatif du système judiciaire infernal, je fus stoppé dans mon élan par l’émission brusque et immanquable d’un pouvoir émanant des profondeurs du Cocyte, un pouvoir de nature divine.

« Perséphone… »

Alicia avait raison. Hadès n’était jamais loin de sa reine chérie. Si la déesse des enfers rentrait à la maison, alors son époux ne tarderait pas lui non plus.

« Priorité aux priorités. Ce lieu attendra. Et le sort des damnés passe bien après notre mission. Notre reine nous demande un rapport, alors un rapport nous lui donnerons, dans les plus brefs délais. »

Il n’y avait rien à ajouter. Notre visite au temple du jugement devait maintenant prendre fin, car la sombre impératrice attendait.

« Suis-moi Alicia. »

Un puissant battement d’aile plus tard, et j’étais déjà reparti dans les airs, cette fois en direction de l’endroit le plus sombre et le plus froid de la création, ce lieu qu’on disait à jamais hors de portée de la lumière du soleil, le Cocyte, et en son cœur, le palais de Guidecca.

Arrow Et hop, c'est partit !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
A la découverte du temple qui a vu la fin de Pégase
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Torii - Portail de temple Shintoïste (Japonais)
» Découverte du Luxembourg (Mersch)
» Une découverte extraordinaire !!!!
» Egypte - Temple d'Edfou
» Surprenante découverte !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Knights of Hope :: Sombre Royaume d'Hadès :: Demeure du Jugement, première prison-
Sauter vers: