Forum RPG dans l'univers de Saint Seiya (Les chevaliers du Zodiaque)
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un coup de trompette et un coup de... Chance.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hermès
Messager des Dieux
avatar

Messages : 183
Date d'inscription : 02/09/2013
Localisation : Quelque part à m'amuser

Feuille de personnage
Hp:
340/340  (340/340)
CS:
600/600  (600/600)
Pa:
500/500  (500/500)

MessageSujet: Un coup de trompette et un coup de... Chance.   Lun 24 Nov - 21:16

Arrow Enfer

Je ressens comme une sorte de soulagement dans mes dernières paroles avant de m'en aller brusquement pour l'entrée du sanctuaire. J'ai le coeur plus léger, une envie de voleter partout comme un papillon qui découvre le monde, je me sens vraiment en vie cette fois. Je sais que je dois prendre un air sérieux et classique devant cette entrée qui est gardée par des... Ben par des gardes quoi. Dans un éclat lumineux, j'apparais devant leurs yeux si incrédules.

D'un mouvement de révérence, je me mets à m'exprimer avec cette même légèreté qui m'est caractéristique en pensant à l'audace du pope. Lui menacer un dieu bénéfique... J'avoue que ça m'a laissé amusé sur le coup.


-Vous ne me reconnaissez pas ? Oh voyons, les sandales ailées... Le caducée... Rien que ça devrait vous mettre la puce à l'oreille. Sauf si vous êtes de la même trempe que le pope en tentant de me faire face, ça serait amusant mais je n'ai pas de temps à perdre alors je vais être simple et bref.

Cette fois je fais grandir mon cosmos qui se propage comme une colonne dorée qui va vers le ciel pour m'annoncer en plus de parler avec intensité pour me faire entendre jusqu'au sommet de ce sanctuaire... Je me demande vraiment pourquoi ma soeur a fait un endroit qui n'a pas évolué dans le temps... Toujours est-il que je m'annonce.

-Le messager des dieux est à vos portes sous les ordres du maître des cieux Zeus. Si vous ne voulez pas le contrarier, alors je vous conseillerais de venir afin de m'accorder une audience ici et maintenant. Je ne me répèterais pas vu que ce cher pope s'est amusé à m'interdire de venir à lui directement en me menaçant. Après ça ne sera pas ma faute si la foudre tombe sur lui hein !

J'en ai un rire qui se fait entendre des gardes, sachant que je me suis parfaitement fait entendre de ceux qui sont dans cet endroit. Je n'éprouve aucune gêne à les narguer pour ressentir de l'amusement, sachant que ça doit agacer ce cher pope de m'entendre lui lancer quelques plaisanteries.

Mais bon, je suis le dieu farceur, il est normal que je fasse ça pour qu'on s'en souvienne... Bon faut avouer que j'ai plusieurs facettes, un dieu multiface si on veut résumer de cette façon. Je peux montrer une facette de moi puis une autre sans m'arrêter, dédoublement de personnalité ? Qui sait... Je me sens plusieurs par moments, surtout quand je pense que j'accompagne les âmes des héros en enfer. Je pense qu'on peut dire que mes amis viennent de l'au-delà.


[Hrp : Hermès s'annonce à toutes les personnes présentes dans et autour du sanctuaire à venir au plus vite, sinon c'est la punition divine Razz ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crystalia
Chevalier d'or de la Vierge
avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 01/01/2014

Feuille de personnage
Hp:
150/150  (150/150)
CS:
354/354  (354/354)
Pa:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Re: Un coup de trompette et un coup de... Chance.   Jeu 11 Déc - 17:50

[hrp]Excuse-moi pour le retard, j’ai eu du travail et chaque fois j’ai dû reporter au lendemain ><[/hrp]

La Sainte de la Vierge entreprit de rejoindre l’entrée du Sanctuaire. Elle aurait pu attendre le visiteur, mais elle devait partir à Sparte. Donc si elle pouvait traiter cela en s’avançant cela ne serait pas un mal. De toute manière après une rapide inspection avec ses sens, le constat était assez clair que sur les douze maisons une seule n’était pas vide, à savoir la sienne. Une constatation guère réjouissante, le Sanctuaire n’était pas au beau fixe, loin de là, comptant à peine la moitié de ses Chevaliers d’Or dont deux disparus. Si jusque là ils avaient, enfin ses confrères pu repousser les problèmes, combien de temps pourraient-ils tenir comme cela ? A l’heure actuelle, seul le Grand Pope avait toute son énergie n’ayant pas combattu et pour sa part, malgré l’excursion qu’elle venait de mener, elle devait être moins marquée que les autres. Elle ne comptait pas Delphine, qui était en mesure elle aussi de combattre. Ils devaient combattre en tant que Saints avant elle. Si la déesse devait prendre les armes alors que tous étaient tombés, alors autant dire que la situation était des plus critiques pour ne pas dire désespérée. Elle poussa un soupir, rien n’était réjouissant entre la situation et ses propres problèmes.

Quand elle arriva à la seconde maison, elle prit une inspiration. Traverser le domaine d’Aldébaran lui rappelait ce qu’il en était pour lui, se demandant où il était. Elle se rappelait les paroles de Curson évidemment, disant que dans tous les cas elle serait blessée. Un présage bien obscur, mais elle refusait de croire que celui qui était comme un grand frère pour elle était tombé. Quant aux paroles du Grand Pope, elle les rejetait totalement. Il ne pouvait être un traître. Maussade, elle sortit de la maison passant dans la première. Sa gardienne était avec Aldébaran aussi. Visiblement les deux se connaissaient de longue date et le Chevalier du Taureau ne lui avait jamais parlé d’elle. Elle lui avait paru peu sympathique en l’ignorant complètement. Elle se demanda juste à nouveau où ils étaient passés.

Elle finit enfin par arriver à l’entrée du Sanctuaire où se tenait un puissant cosmos. A vrai dire son détenteur n’avait pas été des plus discret. Il avait signalé son arrivée en grandes pompes au point que jusque dans la Chambre d’Athéna on devait l’avoir sentit. Il n’y avait guère de doute sur la nature du personnage. Seul un dieu pouvait avoir une telle aura. Les paroles du dieu ayant retentit, décrivant ses attribut, il n’y avait guère de doute qu’il s’agissait d’Hermès, le messager des dieux en personne. Messager et connu aussi pour son vif esprit malicieux. Sachant cela, la jeune femme se mit sur ses gardes avant même d’arriver devant lui. Elle se connaissait et savait sa petite naïveté par moment. Hermès demandait une audience à l’entrée, le Grand pope lui ayant visiblement interdit de se présenter directement à lui. Visiblement Hermès avait dû faire cela et il y avait eu quelques soucis avec le représentant d’Athéna à cause de cela. Ou peut-être autre chose.

Crystalia finit par arriver devant le dieu et le salua en s’inclinant, se présentant en même temps.

- Crystalia Sainte de la Vierge. Je serai votre intermédiaire seigneur Hermès.

Elle l’avait appelé seigneur parce que c’était la formulation lui venant en premier, sans trop savoir si elle était adaptée. Elle n’en dit pas plus, si le Grand pope ne voulait plus le voir directement, alors de ce fait, elle jouait bien les intermédiaires, voire la représentante du Sanctuaire auprès du dieu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hermès
Messager des Dieux
avatar

Messages : 183
Date d'inscription : 02/09/2013
Localisation : Quelque part à m'amuser

Feuille de personnage
Hp:
340/340  (340/340)
CS:
600/600  (600/600)
Pa:
500/500  (500/500)

MessageSujet: Re: Un coup de trompette et un coup de... Chance.   Lun 15 Déc - 16:41

Je me demande qui va me recevoir, moi le messager divin qui patiente, je me demande même si je dois pas garder finalement ces graines, je suis sûr que je peux leur trouver une utilité. M'enfin, toujours est-il que je guette l'arrivée de la personne qui va venir m'accueillir comme il se doit, si ça se trouve le pope a retenu la leçon et il sait que les menaces sont inutiles contre moi.

J'avoue qu'un simple mortel me menaçait comme cela me fait penser à une époque lointaine où certains mortels pouvaient vaincre un dieu. Tel Hercule ou Achille, ces héros du passé sont un peu ceux que je regardais tout le temps, voulant voir à quel point ils pouvaient m'intéresser. J'avoue avoir un faible pour les héros, c'est plus fort que moi, j'adore les voir faire des choses qu'eux seuls peuvent faire. Les héros sont comme des diamants pour moi, au fur et à mesure, ils s'affinent et dévoilent leur beauté dans leurs actes qui restent dans la légende.

Rien que d'imaginer si dans cette époque, je trouverais ce héros qui saura captiver mon attention et m'amusera pleinement me fait doucement sourire. Peut-être chez les saints d'Athéna, peut-être les spectres de mon oncle... Je ne sais pas s'il y en aura un mais j'aimerais cela. Dire que j'avais espéré que le pégase puisse être celui qui comblera parfaitement mes attentes mais finalement il échoua. Le prochain porteur sera sous mon aile pour que je puisse le former à faire les exploits que je lui réserverais.

Alors que je sors de ma réflexion, je sens un cosmos venir à moi et si j'en sens l'intensité naturelle, je dirais qu'il s'agit là d'un saint assez fort. Et la surprise fut dans la personne qui se dévoila sous mes yeux ; une femme dans une armure d'or. J'en suis même fortement amusé au point de m'arrêter de bouger comme pour prendre le temps de l'observer.

Je la vois arriver à moi en inclinant la tête en se présentant comme étant le saint de la vierge. D'un petit rire malicieux, je m'approche jusqu'à être juste en face d'elle.
 

-Et bien et bien... Inutile de s'incliner comme cela voyons, une demoiselle ne devrait pas baisser la tête devant moi, sinon je ne peux regarder un si joli visage...

Avec délicatesse, je lève ma main libre pour aller me saisir de son menton pour lui relever le visage. C'est en souriant radieusement que je fixe son regard sans même avoir la moindre gêne à faire ce genre de choses. Je l'ai déjà fait une multitude de fois et pourtant, je ressens toujours le même plaisir qui n'en finit pas.

-La dernière fois que j'ai vu une femme ici, elle portait un masque, je trouvais ça dommage, surtout si les femmes qui sont chez ma soeur sont toutes aussi belles, ça serait un tel gâchis que de cacher ce visage.

Presque en m'approchant de son visage, je finis par m'écarter en riant, tel le dieu moqueur que je suis. Je ne me lasse jamais de pouvoir taquiner comme ça de temps en temps quand mon humeur est joueuse. Oh non pas que j'ai quelque chose contre les mortelles, juste que ça arrive de façon aléatoire. Puis en fouillant dans ma bourse, je finis par tendre les graines en veillant à ne pas en oublier une seule.

-Ce cher grand pope m'a menacé la dernière fois que je suis venu... Bon je suis venue directement à lui et ça ne lui était pas vraiment agréable. Le plus amusant est qu'il tenta de m'intimider en faisant tonner le tonnerre, je crois qu'il a failli imiter mon père... Enfin bref... J'ai eu pour instruction de livre cela au pope mais je suppose qu'un chevalier d'Athéna est suffisant. Ce pope saura qu'en faire il paraîtrait...

Mais contrairement à ce qu'on pourrait croire, je continue à sourire malgré tout, après tout ce n'est pas tous les jours qu'on trouve un mortel qui ose défier un dieu. Bien que je ne suis pas réputé pour mon aptitude pour me battre, je préfère laisser cette image de moi que de montrer mes atouts à qui que ce soit. Après tout je détiens la majeure partie des trésors du monde, ce qui comporte des artéfacts des temps anciens. C'est comme pour les mettre à l'abri bien que les mortels puissent se demander où sont-ils.

-Enfin bon... Il y a des moments où j'en ai marre d'être messager mais si c'est pour voir des jolies femmes, il n'y a pas de soucis. Si je n'étais pas autant pris par mon devoir, je serais bien resté en charmante compagnie, c'est si rare de nos jours. Bon et bien je crois que je dois y aller, j'espère avoir l'occasion de revoir ce visage et ces yeux la prochaine fois que je viendrais ici.

D'un claquement de doigt, mon portail s'ouvre dans son dos avant que je me rue sur elle sans la faire tomber du tout mais simplement pour passer ma main sur sa joue avant de me décaler et traverser mon portail pour disparaître aussi rapidement que je suis venu avec un rire qui se fait largement entendre.

Arrow Olympe : repère d'Hermès
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Crystalia
Chevalier d'or de la Vierge
avatar

Messages : 241
Date d'inscription : 01/01/2014

Feuille de personnage
Hp:
150/150  (150/150)
CS:
354/354  (354/354)
Pa:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Re: Un coup de trompette et un coup de... Chance.   Jeu 18 Déc - 19:26

Tous ces protocoles, Crystalia ne savait vraiment pas comment réagir à chaque fois, surtout avec des dieux aux comportements tous différents, son instruction n’ayant pas été portée sur cela. Avec un dieu comme Hermès, il fallait bien s’attendre à un comportement inattendu de sa part, décalé et donc qu’elle agisse autrement que ce qu’il fallait ou que le dieu fasse exprès de le laisser penser pour s’amuser.

Ainsi alors qu’elle le saluait, il s’approcha et doucement prit son menton pour voir son visage. Du coup Crystalia se redressa, Hermès plongeant dans ses yeux et la dévisageant, avec un certain plaisir au sourire affiché. La jeune femme aussi zen pouvait-elle être par sa nature de Sainte de la Vierge étant cependant un peu mal à l’aise devant ce dieu qui jouait les charmeurs. Enfin jouait-il vraiment ? Les dieux grecs étaient tous réputés pour l’être naturellement. Quoiqu’il en soit elle rosissait un peu des joues et le dieu avait réussi son effet. Hermès évoqua le fait que lors de sa dernière visite les femmes étaient masquées, ce qu’il trouvait dommage, ne restant pas avare de compliments. Pour sa part Crystalia ne s’était et n’avait même pas posé la question si elle devait en porter un ou non. Elle préférait être elle-même en tant que chevalier. Aldébaran n’avait d’ailleurs jamais évoqué le sujet, sachant sans doute ce quelle dirait sur cela. Il y avait aussi qu’à l’époque elle n’avait pas encore décidé de devenir chevalier, ne voulant pas aller chercher une armure qu’elle ne pensait pas pour elle.

- Les temps changent aujourd’hui nous avons le choix. Qui aurait dis à une époque que des femmes porteraient des armures d’or ? dit-elle après que le dieu se soit écarté en riant.

Hermès sortit ensuite une bourse qu’il tendit à Crystalia. La jeune femme la prit et écouta ensuite le récit d’Hermès sur sa dernière venue, imaginant très bien la situation. Du peu qu’elle avait vu le Grand pope, elle s’imaginait très bien qu’il avait du mal le prendre. Hermès semblait plutôt jovial en parlant de cela. Alors que d’autres auraient pu très mal le prendre, il semblait s’en amuser et raconter une anecdote marrante. Ce qui en soit collait très bien à lui. Hermès précisa ensuite ce qui finalement l’amenait, apporter quelque chose au Grand Pope qui saurait quoi en faire. Hermès de dit las de son rôle bien qu’il y trouvait des avantages. Crystalia entrouvrit le sachet pour voir son contenu, reconnaissant ce dont il s’agissait. Des questions lui vinrent de suite à ce sujet, mais le dieu disait déjà devoir y aller et après avoir souhaité la revoir il disparu avant le temps qu'elle puisse dire quelques chose.

Autant dire que la jeune femme resta sur place, rougissant un peu plus et surtout plantée comme ça. Elle se sentait du coup un peu couillonne.

- Bon dit-elle regardant le sachet. Je fais quoi moi maintenant de ça ?

Elle avait une idée assez précise de ce que le Grand Pope voudrait faire de ceci. Mais le souci était quelle ne savait pas le pourquoi du comment cela avait été obtenu. Les spectres étaient-ils au courant ? L’imaginer était difficile. Elle suivit les conseils d’un de ses maîtres, soit de penser toujours au pire pour se prémunir. En partant du fait qu’ils ignoraient cela, s’ils l’apprenaient ils essaieraient d’empêcher que ces graines ne fassent leur oeuvre. Il fallait donc le cacher.

- N’importe où pouvait être trouvé se dit-elle.

Elle regarda sa main. Cela était peut-être le mieux. Après tout, elle devait rejoindre Cypris, laisser seul le Pope avec cela. Elle poussa un soupir, un petit détour allait encore devoir être fait. Elle referma le sachet et se mit en route, pas de temps à perdre...

Arrow  Chez Crystalia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hermès
Messager des Dieux
avatar

Messages : 183
Date d'inscription : 02/09/2013
Localisation : Quelque part à m'amuser

Feuille de personnage
Hp:
340/340  (340/340)
CS:
600/600  (600/600)
Pa:
500/500  (500/500)

MessageSujet: Re: Un coup de trompette et un coup de... Chance.   Mar 31 Mar - 13:53

Arrow L'Olympe

Hadès... Mon oncle n'avait en rien changé et je savais que je devais agir avec prudence. Oh bien entendu d'un côté, il était inévitable qu'il aurait besoin de mes dons de messager tôt ou tard. Ne suis-je pas le messager des dieux après tout ? On peut me détester, me haïr, m'en vouloir mais au final, on me demandera toujours de faire ce pour quoi je suis encore là.

Avant de finalement m'en aller, mon père m'arrête et me demande d'attendre afin de me confier un anneau... Je sais bien que nous sommes en temps de guerre mais... Je n'arrive pas à vraiment me dire que c'est uniquement un anneau pour que mon père soit toujours avec moi... Sans doute le fait de jouer sur les mensonges et les paroles pendant suffisamment de temps qui me fait penser ça.

Pourtant je ne peux pas non plus refuser cela, mais ça signifie aussi que je ne pourrais plus aller où je le désire sans que mon père le sache. Je tends ma main pour saisir l'anneau en restant simplement silencieux, comme s'il y avait quelque chose à saisir par le regard.
J'ignore si ces anneaux vont se montrer efficace contre Cronos mais je sais que je ne peux rien faire contre lui quand il bloque le temps. J'ai déjà perdu Clio et Thalie alors je refuse de perdre quelqu'un d'autre d'aussi important à mes yeux.

Cette fois je peux vraiment partir et j'enfile donc l'anneau à l'index de ma main droite en inclinant la tête avant de me retourner vers la sortie où j'ouvre à nouveau mon portail pour me rendre au sanctuaire.

Sanctuaire.

Mon arrivée se passe à peu près comme la dernière fois j'ai envie de dire. Ce grand pope m'aura bien amusé au point que je reste face à l'entrée bien que ce soit surtout vis-à-vis de ma soeur Athéna que je reste là. Si ça ne tenait qu'à moi, je marcherais ou du moins je m'envolerais au palais du pope en riant bien de ces provocations qu'il a pu me faire.

Je me remémore une question qu'il me posa... Où était la chance quand il en avait besoin ? Elle était là quoi qu'il arrivait et pour preuve, la Terre et le sanctuaire sont toujours là avec leurs éternels chevaliers qui font tout pour protéger cette dernière. Même le grand pope est toujours en vie et Athéna reste la protectrice de la Terre, ainsi est la chance, une force qui nuance la vie mais pas le destin.

Si le destin reste le même quoi qu'il arrive, la chance ne fait que nuancer la vie en bien comme en mal. Je n'ai pas le pouvoir de plier le destin et je n'ai aucunement envie de le posséder.

J'aime bien mieux ne rien savoir à l'avance et simplement me laisser porter par la vague du temps en ayant l'espoir de me trouver des choses intéressantes. En portant ma voix suffisamment pour me faire entendre dans le sanctuaire, j'observe minutieusement afin de voir si quelqu'un prend le temps de venir me voir.


-Moi Hermès le messager des dieux est là afin de savoir si le grand pope a obtenu ce que Zeus lui a offert par l'intermédiaire de l'un des chevaliers en ces lieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ozymandias
Grand Pope et Chevalier d'or des Gémeaux
avatar

Messages : 198
Date d'inscription : 10/09/2013
Localisation : Chaque jour vers l'Enfer descendant d'un pas, sans horreur, à travers des ténèbres qui puent.

Feuille de personnage
Hp:
192/192  (192/192)
CS:
400/400  (400/400)
Pa:
152/152  (152/152)

MessageSujet: Re: Un coup de trompette et un coup de... Chance.   Dim 26 Avr - 14:44

Arrow le nouveau Big Boss viens d'ici

Suivre à la trace les émanations cosmiques d’un immortel était au-delà du descriptible en matière d’aisance. Eux si fier de leur supériorité, ne manquaient jamais l’occasion de nous rappeler, à nous autres pauvres humains, la place qu’ils avaient choisie pour nous.

Qu’il était rafraîchissant d’encore contempler de mes propres yeux l’écœurante assurance de ceux pour qui même la mort n’était rien, si ce n’est une courte sieste, dans l’éternité de leur existence.

*Voilà ce que je dois devenir, voilà ce que je dois atteindre.*

Les révélations toutes fraiches que j’avais arrachées à Star Hill tourbillonnaient encore dans mon esprit, à la manière d’une aveuglante et troublante vérité. J’avais eus sous les yeux des mots que je ne comprenais pas encore totalement, mais qu’il me tardait de percer à jour, d’assimiler, pour enfin ouvrir ma conscience à la véritable maitrise du cosmos, comme l’avaient fait mes prédécesseurs aux noms encore aujourd’hui légendaire.

*Le temps viendra où je descendrai dans les profondeurs de l’autre monde, mais ce sera alors de ma propre volonté, et sans aucunes chaines. Ce ne sera pas la mort, mais ma propre initiative qui guidera mes pas vers les profondeurs de l’Hadès, là où reposent encore tant de secret.*

Me restait-il cependant quelque chose à apprendre ? Oui, cela ne pouvait être autrement. Aussi puissant que mon séjour à Star Hill avait pu me rendre, j’étais encore très loin d’être satisfait. Il m’en fallait plus, beaucoup plus.

*Où trouver plus de pouvoir ? Qui saurait m’en donner d’avantage si ce n’est désormais les dieux ?*

Je le craignais déjà… Je craignais d’arpenter déjà l’ultime sommet accessible à l’Humanité, je faisais déjà mes premiers pas sur le chemin du huitième sens, et même si je n’en comprenais pas encore toute la plénitude, je sentais déjà mon pouvoir enfler sous sa lentille focalisatrice.

Tout ce que j’avais appris jusqu’à présent, à Sparte, ou au sanctuaire ; tous les combats, toutes les épreuves jusqu’à aujourd’hui, tout prenait un nouveau sens devant l’absolue vérité de l’Arayashiki.

Serrant mon poing devant mes yeux, je sentais en moi une force défiant l’imaginaire bouillonner en harmonie avec ma nouvelle euphorie. Ce que j’avais toujours souhaité posséder était maintenant en ma possession, et maintenant que je l’avais, je réalisais que ce n’était pas une fin, mais un commencement, le début d’un voyage encore plus incroyable vers l’infini.

Oui, j’étais déjà au-dessus des hommes. En m’éveillant au huitième sens, j’étais désormais à un tout autre niveau que les chevaliers d’or. En devenant le nouveau Grand Pope, j’avais acquis le contrôle d’une armée à nulle autre pareille. Et en obtenant la légendaire technique scellée, j’avais dorénavant le pouvoir de soumettre à ma volonté tous ceux qui m’étaient inférieur sur cette Terre.

*Je suis déjà pareil aux dieux, je suis déjà leur égal. Alors ils me craindront. Ils me maudiront. Ils ne m’aideront pas. Je vais devoir évoluer sans eux…*

Emergeant alors d’un portail dimensionnel aux abords de l’entrée du Sanctuaire, j’y découvris le dieu messagers nonchalamment installé contre une colonne, semblant comme attendre… Mais attendre quoi ? Si ce n’est que quelqu’un vienne à sa rencontre, quelqu’un comme moi.

*Il ne se satisfera pas des gardes et des civils qui peuplent également le sanctuaire, il n’est pas venu pour s’adresser à la populace.*

Un rapide échange verbal avec les gardes à proximité suffit à m’apprendre que le dieu messager était déjà passé plus tôt dans la matinée, et qu’il avait alors eut un échange avec Crystalia pour finalement lui confier un présent avant de décamper, et que quelques heures plus tard, il était revenu, pour demander si oui ou non, le Grand Pope avait reçu le présent du roi des dieux.

Par l’intermédiaire d’un chevalier ? Voulait-il parler des fruits du savonnier ? Crystalia avait-elle donc obtenue des mains d’Hermès lui-même notre arme absolue contre les spectres ? Mais si ce colis était bien à l’intention du pope, pourquoi l’avoir remis à un chevalier ? Le temps était-il donc compté à ce point pour s’encombrer d’un intermédiaire ? Même quand le dit livreur avait le pouvoir d’aller et venir librement sur la Terre comme aux cieux ou aux Enfers ?

*Etrange… Vraiment étrange.*

Il me fallait en avoir le cœur net.

« Salutation, divin messager, messager des dieux… »

Marchant à présent d’un pas tranquille vers ce divin intrus, mon casque sous le bras, et ma cape blanche claquant aux premiers vents chauds d’une journée nouvelle, j’observais une attitude neutre pour notre premier rendez-vous. Il ne s’agissait pas ni de le froisser, ni de lui donner l’illusion d’avoir affaire à un ami. J’étais encore pour le reste du monde un chevalier d’Athéna, et je devais le demeurer, tout du moins pour l’instant.

« Les gardes m’ont mis au courant de votre demande, aussi, avant de partir en mission, le Grand Pope m’a chargé de mettre un terme à vos inquiétudes. Il vous fait savoir qu’il a bien reçus le présent de votre père des mains du chevalier d’or de la Vierge, et il a déjà réalisé sa transformation. Sans doute avez-vous pu entendre sa voix alors que de Star Hill, il nous fit part de ses nouvelles directives ? »

Oui, ma voix avait portée dans tout le sanctuaire, à moins d’être sourd, le dieu messager n’avait pu la rater.

« Vous pouvez donc retourner sans craintes auprès de votre père pour lui transmettre la nouvelle, et croyez bien que nous sommes sensibles à vos… attentions particulières. Vraiment, en plus de nous transmettre un tel présent, vous vous donnez même la peine de venir vérifier s’il est arrivé à destination, c’est fort aimable de votre part. Tant de prévenance de votre part, mais je m’interroge... N’aurait-il pas été bien plus simple pour tout le monde de faire parvenir directement ce présent entre les mains du Grand Pope ? Pourquoi l’avoir donné au chevalier de la vierge ? Surtout pour revenir ensuite vérifier si elle avait bien transmit le dit présent à son destinataire final ? »

La question valait la peine d’être posée. Crystalia, de par son ascendance, représentait autant une alliée de taille qu’une menace potentielle.

Après tout, depuis toujours, trois chevaliers d’or se disputaient sans relâche le titre du plus puissant de tous les mortels, à savoir la Vierge, le Sagittaire, et les Gémeaux, et si je gageais que pour l’instant, j’étais le plus puissant des trois, cela pouvait changer.

Je ne devais pas me laisser avoir par la réussite. Je devais creuser l’écart, et pour cela, je devais savoir si la Vierge avait droit ou non à une attention particulière de la part des dieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hermès
Messager des Dieux
avatar

Messages : 183
Date d'inscription : 02/09/2013
Localisation : Quelque part à m'amuser

Feuille de personnage
Hp:
340/340  (340/340)
CS:
600/600  (600/600)
Pa:
500/500  (500/500)

MessageSujet: Re: Un coup de trompette et un coup de... Chance.   Jeu 30 Avr - 6:44

Moi qui pensais m'endormir, fallait dire que l'attente avait dû être prolongée par je ne sais quelle raison. J'ai même fait en sorte de jouer à pile ou face avec une pièce d'or bien qu'à chaque fois, je me contente de jouer sur les probabilités avec la chance. Le tout étant de savoir si la chance m'est totalement fiable ou bien il y a parfois des petites nuances.

J'ai à peine le temps de lancer la pièce en l'air que mon regard se porte vers le sanctuaire pour voir enfin quelque chose. Oh mais que voilà, un jeune homme tout en armure d'or pour me recevoir, forcément le grand pope ne daigne pas venir me voir en personne... Je me demande si je dois le prendre comme une insulte... Oh tant pis, j'y réfléchirais plus tard.

En rattrapant ma pièce sans même lui porter le moindre intérêt, je m'approche de ce chevalier en flottant juste au-dessus du sol en souriant. Je me demande bien sous quel signe est-il... Oh mais j'y pense... Je l'ai déjà vu... En différant, cette couleur de cheveux ne semble pas vraiment celle dans mes souvenirs mais ce visage, je le connais très bien.

Ce chevalier était là alors que je n'avais pas été totalement en éveil. Il a bien changé depuis, son cosmos est bien plus particulier mais c'est toujours le même.


-Voilà donc enfin quelqu'un qui daigne à me voir, j'aurais presque été insulté. Déjà que le grand pope n'est pas vraiment le genre à me recevoir les bras ouverts, il prend du temps pour décider à envoyer à ma rencontre. Mais voir un jeune homme aussi... Charmant en armure l'excuse du moins.

Oui je n'avais aucune raison de cacher mon attirance pour les deux sexes, n'avais-je pas eu dans le passé de nombreux amants ? Et puis pour un dieu, ce genre de chose n'a pas à se remettre en question. Toujours est-il que je me mis à écouter ce chevalier. Sa perplexité vis-à-vis de ce qui s'est bien passé est normale, après tout je suis le messager divin, celui qui n'a nul endroit qui peut échapper à mes pas... Tant que je le connais bien sûr. Mais comme je connais le monde entier, rien ne m'échappe comme lieu.

Sans attendre, alors que je m'approche toujours en flottant, je me mets à tourner autour de lui pour le regarder sous toutes les coutures... Hum... Il me plaît bien ce mortel.


-Voilà que de questions chevalier... Un esprit curieux mélangé à un visage bien agréable à regardé... Je n'ai pu qu'entendre ce que ce grand pope a pu dire bien que je dois avouer que ce qu'il a fait lors de ma première vraie venue en allant directement à lui sans passer par l'entrée m'a... Froissé très légèrement.

-Cet homme eut l'idée de me faire une menace, impliquant de me chasser du sanctuaire alors qu'il fit sonner le tonnerre... C'est drôle n'est-ce pas ? Moi le fils du manieur de foudre, a bien souri devant une menace si comique. Néanmoins pour éviter tout souci avec ma soeur Athéna, je préfère rester à l'entrée. Je n'aimerais pas que ma soeur vienne me gronder, ce serait dommage alors que la guerre est proche. Et comme il n'a pas pris le luxe de venir à moi, une bien jolie chevalière en armure est venue à moi et j'ai décidé de lui remettre ce que Zeus voulait remettre au grand pope. Puis comme nous sommes en guerre, j'ai estimé important de m'assurer que tout se passe comme il faut...


Marquant une pause, je me met à réfléchir à un détail qui me turlupine!

-Mais avant que je m'en aille, il y a une chose qui me rend perplexe, les paroles du grand pope sont pour le moins... Étrange. Moi qui pensais qu'une trêve a été faite entre les forces d'Athéna et d'Hadès en Olympe alors que j'y étais... Pourtant le grand pope dit de détruire les spectres, c'est vraiment troublant... Je devrais peut-être en parler à ma soeur Athéna...

-Ce grand pope ne semble pas avoir été mit au courant de cette nouvelle qui s'est passé en Olympe. Décidément, entre me menacer, décider de faire quelque chose contre un accord de l'Olympe, c'est un grand pope qui ne manque pas de culot. Est-ce que le chevalier en face de moi ne pense pas la même chose ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ozymandias
Grand Pope et Chevalier d'or des Gémeaux
avatar

Messages : 198
Date d'inscription : 10/09/2013
Localisation : Chaque jour vers l'Enfer descendant d'un pas, sans horreur, à travers des ténèbres qui puent.

Feuille de personnage
Hp:
192/192  (192/192)
CS:
400/400  (400/400)
Pa:
152/152  (152/152)

MessageSujet: Re: Un coup de trompette et un coup de... Chance.   Jeu 30 Avr - 18:14

HRP:
 

Le moins que je pouvais dire à propos du messager des dieux, c’est qu’il n’avait pas perdu sa langue bien pendue depuis la dernière fois où nous nous étions rencontré.

Cela ne remontait pourtant qu’à hier matin, mais cela me semblait déjà être de l’ordre du passé lointain, comme si un autre homme avait rencontré Hermès ou plutôt, David, révélant aux oreilles du tout-venant les origines d’Arwen gardées jalousement jusqu’alors.

Et alors que je l’écoutais me narrer avec force détail le pourquoi du comment de la raison de ce qui demeurait par ailleurs aussi inexpliqué qu’habilement noyé dans une logorrhée digne du dieu des beaux parleurs, je ne pus m’empêcher de remarquer le regard empli de désir que cet immortel au corps de jouvenceau idéal portait sur moi.

Comment devais-je le prendre ? Moi qui appartenais à la communauté en voie de disparition des hétérosexuels ? Si dans un premier temps, je fis de mon mieux pour contenir mon dégout, je fus en même temps quelque peu flatté d’avoir ainsi un physique capable d’éveiller quelques sentiments aussi fort dans le cœur d’un Olympien.

Devais-je utiliser ceci à mon avantage ? L’amour était une arme des plus puissantes quand on savait l’utiliser, de même que la luxure et le désir, choses que les dieux connaissaient aussi bien que nous autre, humains voués au trépas.

*Jouons le jeu, pour l’instant. Après tout qui sait jusqu’où la soif d’amour d’Hermès peut nous mener.*

Mais Hermès n’était-il pas le digne fils de son père en matière d’amour sans lendemain ? Quelle faveur pourrait-il bien m’apporter que je ne possède déjà ? Lui dont le destin amoureux ne semble être fait que de déception si l’on en croyait les légendes, Hermès, dieu des voleurs, était-il vraiment capable d’aimer ?

« Et bien je… Merci. Vous n’êtes pas mal non plus je dois dire. »

Je jouais désormais à un tout autre niveau. Les dieux et les humains étaient fondamentalement différent, mais cela était évident, tout comme de dire que noir n’est pas blanc. Mais qu’est-ce qui faisait vraiment la différence entre un immortel et un humain ? Etait-ce le pouvoir ? Le sang ? L’immortalité ? Pour le savoir, pour percer l’interdit qui entourait l’étude des dieux, il me fallait les approcher de prêt, de bien plus prêt que cette frigide d’Athéna ne le tolérerait jamais.

« Je vois. Je peux comprendre votre embarras devant le rejet d’un Homme, mais vous annoncer à lui avant de le rencontrer n’aurait-il pas tout arrangé ? Si j’ai bien tout saisi, seule votre apparition soudaine dans ses appartements demeure la cause de votre mésentente, n’est-ce pas ? »

Je ne comptais pas lâcher l’affaire avant d’avoir eu ma réponse. Si Crystalia avait eu un contact avec le dieu messager, il convenait de faire toute la lumière sur ce qui avait bien put se dire.

« Et bien je vous apprends que votre intermédiaire est d’abords allé à Sparte comme le stipulait ses ordres de mission, avant de nous faire parvenir votre colis il y a à peine quelques instants. Aussi, la prochaine fois que vous donnerez à une tierce personne le colis d’un autre, vérifiez donc avant si celle-ci ne s’en va pas en voyage dans l’immédiat. »

Je n’avais pas pu résister. Tout dieu qu’il était, un intolérable retard avait été pris par sa faute et celle de Crystalia, confondant ordre et priorité. Les spectres auraient pu nous attaquer à tout moment, et avec les forces dont nous disposons alors, nous n’aurions plus eut qu’à nous barricader nous même dans nos propres prisons.

« Vous menacer ? Vraiment ? Un Homme qui menace un dieu ? En voilà une chose ridicule, comme si un dieu avait quelque chose à craindre d’un Homme, comme si, je ne sais pas, comme si nous pouvions tous vous détruire hein ? C’est fou non ? »

Je n’avais pas besoin de citer les nombreux exemples qui auraient pu étayer mon idée finement sous-entendue. Si le dieu des voleurs méritait sa réputation, il comprendrait.

« Néanmoins, votre retenue à l’égard des soldats de votre demi-sœur vous honore. Il est fort à parier qu’Elle ne pardonnerait à personne l’attaque d’un des chevaliers placé sous ses ordres. Pas plus que le Grand Pope d’ailleurs. Vous êtes décidément plein d’empathie et d’attentions pour les autres, c’est si rare chez un immortel. La plupart de ceux que j’ai pu rencontrer au cours de ma vie sont soit totalement mégalomane, soit totalement fou, soit les deux, à proportions égales… »

Là aussi, je n’avais pas besoin de citer qui que ce soit. Hermès était certes du bon côté de sa famille, mais je gageais intérieurement qu’il partageait mon opinion.

*Les conseils de l’Olympe doivent être des plus animés quand les douze sont réunis…*

Et encore, il manquait au tableau le troisième frère, Hadès. Lui qui des profondeurs des Enfers, guettait comme à son habitude l’occasion de détruire la Terre pour la remplacer par la nuit éternelle…

« Une trêve entre Athéna et les Spectres ? En Olympe qui plus est ? Vous voulez dire sous l’impulsion de votre père ? Et bien si c’est le cas, pourquoi un spectre a-t-il anéanti Jamir et son peuple il y a de cela à peine quelques heures ? Pourquoi est-ce moi qui ai du arrêter ce fou sanguinaire ? Pourquoi les soldats des Enfers parcourent-ils encore librement la surface du globe, tuant et détruisant à loisir ? Navré de vous l’apprendre, dieu messager, mais le Grand Pope et les chevaliers d’Athéna restent encore la seule ligne de défense de la Terre contre ses ennemis. Si votre père est vraiment le garant d’un cessez le feu entre les mondes, et bien qu’il le prouve, par des actes. »

Je n’avais pas à parler au nom du Pope, juste au nom d’un chevalier de la Sagesse désireux de sauver tout ce qui pouvait l’être des griffes d’un ennemi aussi implacable qu’éternel. Cependant, si Hermès disait vrai, et si vraiment une paix avait été imposée par le roi des dieux, alors les perles du savonnier n’auraient peut-être pas à servir, et je ne savais comment prendre cette nouvelle.

« En attendant, tant qu’Athéna demeurera la protectrice de la Terre et de ses habitants, nous continuerons notre mission sacrée. »

La propagande ridicule que l’on distillait aux apprentis dès leur premier jour au sein de la maison blanche était restée gravée en moi, pareil à une inscription au laser sur une plaque de métal. Sans doute jusqu’à la fin de mes jours, je serai en mesure de réciter pareille niaiserie à volonté.

« Et vous, vous qui êtes un dieu de paix. La guerre ne vous a jamais attirée, et elle ne sied pas à vos talents dit-on. Cependant je m’interroge, que comptez-vous faire pour éviter celle à venir ? »

Devais-je préciser de quelle guerre je voulais parler ? Celle opposant Hadès et Athéna était presque révolue alors qu’à présent un ennemi commun plus dangereux encore était revenu des profondeurs du Tartare, accompagné d’une armée d’un genre que ce monde tranquille ne pouvait même plus imaginer.

Que ferait le dieu messager quand la guerre entre les titans et les Olympiens éclaterait ? Que pourrait-il faire ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cypris
Chevalier d'or du Sagittaire
avatar

Messages : 216
Date d'inscription : 04/08/2013
Localisation : Sanctuaire, Temple du Sagittaire ou Sparte

Feuille de personnage
Hp:
215/215  (215/215)
CS:
310/310  (310/310)
Pa:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Re: Un coup de trompette et un coup de... Chance.   Mar 5 Mai - 20:20

Je rentre d'ici

C'était le cœur lourd que Cypris, son armure récupérée, avait laissé Sparte derrière elle. S'il ne s'était s'agi d'un ordre direct de sa déesse, jamais, la blonde archère ne se serait éloignée aussi rapidement de ces lieux qui avaient fait d'elle ce qu'elle était : la sainte du Sagittaire aussi sage qu'ardente. Nul ne pouvait en la contemplant se rendre compte des échanges qu'elle avait avec les âmes de Chiron et Héraclès. Était-ce réellement leurs âmes ou une part de leurs âmes enchaînées à l'habit d'or ? Elle n'avait pas de réponse et n'en aurait sans doute pas. Fait qu'elle avait appris à accepter tout comme l'irruption du dieu Hypnos au creux de l'un de ses rêves. Éprouvée par les dieux, Hypnos, Artémis et Arès, elle n'avait pas failli. Son courage était à la hauteur du saint de Pégase. Jamais, elle ne pourrait pardonner la perte du jeune Alcor aux envoyés d'Arès lors des assauts mais l'heure de la vengeance n'était pas encore arrivée. Hadès était de retour et il avait fait du mal à Arwen. Fait qu'elle ne manquerait pas d'apprendre au Grand Pope. La cité serait sous la protection de la grande Athéna aussi longtemps que son ancien professeur serait inconscient. Un élément de taille dans son rapport tout comme l'artefact qu'elle ramenait, soigneusement dissimulée sous son armure, au contact même de sa peau.

Ne pas trop exposé ce que sa déesse lui avait fait l'honneur de lui confier. Prendre le risque de perdre le précieux présent d'Athéna aurait été la pire des fautes. Et ce qu'elle sentit à l'approche du Sanctuaire sacré ne fit que renforcer sa conviction. Sage, elle avait été.

Encore un dieu...

Décidément, ils allaient finir par être plus nombreux que les guerriers sacrés. Une observation qu'elle en manquerait pas de rapporter au chef suprême des 88 chevaliers. La guerre qui s'annonçait serait pire que toutes les précédentes avec autant de combattants capables de détruire le monde de par leurs seuls échanges de coups.

Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre courage et encore moins de compter sur ces nombreuses divinités dont les actes montrent plus l'égoïsme que la bienveillance. Seule Athéna, seule Athéna mérite notre considération et notre confiance.

Et accélérant, elle traversa l'entrée si fortement marquée par son combat contre le dragon d'Arès. Elle qui en portait désormais les cicatrices sentait sa foi se renforcer tout comme l'envie d'en découdre avec tous ces monstres de dieux. Aucun d'eux ne valait la considération qu'ils désiraient tant. Seuls Hypnos, Thalie et Athéna avaient sincèrement tenté de rompre le cycle des guerres saintes en donnant une réelle chance à la paix et comment avaient-ils été récompensé ? Les énergies de Thalie et Hypnos avaient été comme rayées de la surface de ce monde, Hazama avait aussi disparu sans laisser de traces et Sparte elle-même avait été attaquée par Hadès blessant plus que cruellement son ancien maître et nouveau Haut Commandeur Arwen.

Qu'ils aillent tous au diable !!!

Un cri de colère alors que sa rage et son indignation de par trop contenues lors de son séjour à Sparte s'exprimaient en quelques larmes qu'elle essuya sentant l'énergie divine se faire plus puissante à mesure qu'elle approchait.

Un des nôtres est auprès de lui...

Poursuivre son chemin pour aller jusqu'au grand Pope était si tentant mais, ne pouvant oublier les troubles ayant meurtri Sparte, elle ne put se résoudre à cette idée.

Je dois le rejoindre si jamais...

La seule idée qu'une divinité se permette de profiter de l'absence d'Athéna pour attaquer son Sanctuaire la mettait dans tous ses états, embrasant à un rare niveau son instinct guerrier. Un embrasement emplit alors l'air, faisant briller comme jamais l'entrée du Sanctuaire. Déployant ses ailes, Cypris avait bondi et volé avec un mélange de grâce et de puissance jusqu'à son frère et le dieu qu'il recevait. Et sans attendre, elle se posa sans agressivité inutile, s'inclinant respectueusement devant celui qui visiblement discutait avec son ami Ozymandias. Le soulagement l'ayant prise aussi soudainement que la colère, elle se découvrait une nouvelle ardeur, une humeur proche de l'orage grondant et si imprévisible. Aussi, prit-elle une ou deux secondes, le temps de reprendre contenance avant de se redresser, enfin, et de prendre la parole, découvrant au passage les hommes qui se tenaient un peu à l'écart.

" Sainte du Sagittaire, Cypris. C'est un honneur pour moi de rencontrer une nouvelle divinité olympienne et une joie infinie de retrouver un frère de combat aussi vaillant qu'Ozymandias des Gémeaux, ainsi que vous, les messagers du Grand Pope. C'est une chance que vous soyez-là.. "

Sourit-elle avant de finir.

" Je suis de retour au Sanctuaire sur ordre de la vaillante déesse Athéna... Veuillez l'avertir de mon arrivée..."

Et sur ces quelques mots, elle ôta son casque, libérant sa somptueuse chevelure blonde tout en battant des ailes en un geste de salut aussi charismatique qu'élégant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hermès
Messager des Dieux
avatar

Messages : 183
Date d'inscription : 02/09/2013
Localisation : Quelque part à m'amuser

Feuille de personnage
Hp:
340/340  (340/340)
CS:
600/600  (600/600)
Pa:
500/500  (500/500)

MessageSujet: Re: Un coup de trompette et un coup de... Chance.   Mer 6 Mai - 8:28

Intéressant... Très intéressant... Ce chevalier ne semble pas si naïf que ça contrairement à d'autres mortels. Je me demande bien ce qu'il se cache dans cette tête qui doit sans doute encore réfléchir sur le moindre de mes gestes, mes paroles. Bien des mortels ne sont pas forcément ravi qu'un dieu puisse les observer mais celui-ci ne montre pas le moindre rejet, au moins je saurais ça à l'avenir.

Je n'avais dit ça que pour l'amusement mais ce chevalier avoue avec une forme d'hésitation que je suis plutôt bien. Est-ce parce qu'il n'est pas sûr de vraiment aimer ce que je lui dis ou bien juste parce qu'il ne pense pas à ce qu'il dit ? Je l'ignore mais peu importe, de toute façon je ne vais pas chercher plus loin.

J'en apprends un peu plus sur ce qui s'est passé, ainsi cette chère vierge n'alla pas voir ce pope immédiatement, il faut croire que je doive faire comprendre que je ne suis pas un dieu qu'on peut se moquer impunément. Je ne suis pas du genre à commander mais quand je demande une chose en général dans le cadre d'une guerre. Elle ne pouvait vraiment pas remonter pour aller le voir ? Même dans le cas d'une mission pour Athéna, ce n'était pas vraiment si pressant que ça.

Certains de ces chevaliers n'arrivent donc pas à faire la part des choses entre cela et la guerre qui s'approche petit à petit.


-J'ai fais une apparition devant lui alors que les serviteurs d'Arès attaquèrent plusieurs endroits, il a cru que je me moquerais d'eux alors que j'avais eu l'idée de donner un petit coup de chance en... Rendant une visite à l'un d'entre eux. Ne suis-je pas le donneur de chance après tout ? Si j'étais plus... Axé sur l'action, je me permettrais de donner une petite leçon à cette chevalière mais pour cette fois, je compte simplement faire comprendre que je n'aime guère qu'on ne fasse pas sur l'instant ce que je demande. Surtout quand c'est juste à côté et pas à l'autre bout du globe.

En pouffant de rire, je m'écarte alors en tendant la main pour recevoir la pièce d'or que j'avais lancé juste avant.

-Nous savons très bien que les humains peuvent avoir un potentiel surprenant, pouvant aisément surprendre les dieux, j'en suis le premier à le comprendre... J'avais tant misé sur le pégase... C'est tellement dommage, sa perte me fait penser que les héros des temps modernes se font de plus en plus rares... J'aurais bien aimé pouvoir lui parler avec l'attaque des serviteurs d'Arès.

C'est vrai que j'aurais voulu le prendre sous mon aile pour saisir ce qui fait des pégases des chevaliers uniques, voir à quel point il pouvait voler haut dans les cieux et le voir briller parmi les autres étoiles. Mais bon, on ne le saura pas, je suis légèrement attristé comme à chaque fois qu'un héros meurt, je n'y peux rien si ça me fait ça. Que ça soit Héraclès, Achille, Chiron, Jason et j'en passe, j'ai toujours eu le coeur qui se serrait à chaque fois que je les voyais mourir.

Je sais que je ne devrais pas mais que voulez-vous, c'est comme ça, j'aime les héros, j'adore les voir à l'oeuvre, que ça soit dans la déchéance ou bien dans la gloire. Je ne peux pas me lasser de les observer tout le temps. On peut dire que c'est ma petite passion rien qu'à moi.


-Si j'ai de l'empathie ? Je ne suis qu'un dieu qui ne fait que son rôle sans prétendre à vouloir un trône qui ne m'intéresse aucunement. Et puis en soi ce n'est pas un mal de prendre du temps pour observer les mortels tout comme les miens. Je ne tue que rarement sauf sur ordre de mon père, mais là encore ce fut extrêmement rare. L'Olympe entière sait que la violence n'est pas mon fort... Après tout je suis un messager.

D'un grand sourire, je me mis à penser à cette petite remarque, un messager n'a pas à se battre comme on le sait, sauf quand il a les moyens de faire croire le contraire. Par contre l'information suivante me laisse... Perplexe, un spectre détruisant Jamir... Si cela s'est passé, c'est bien avant que Hadès ne soit de retour, donc cela implique que ça soit la liberté de ce spectre ou bien celle de Perséphone qui lui ordonna cet ordre.

Mais pourquoi Jamir ? Là-bas il n'y a que des... Oh je vois... Très futé ma soeur mais tu crois que je vais rester silencieux sur ça ? Je compte rapporter ça à Zeus, même si ça se passe avant la trêve, je ne laisserais pas une telle chose se passer. Même s'il ne s'agit pas forcément un ordre d'elle, il ne fallait pas laisser échapper la moindre des explications.


-Je vois... Je crois comprendre de quoi il est question sur le fait que ce spectre attaque Jamir. Il doit rester à peine quelques survivants mais surtout, vous devriez les préserver précieusement. J'ai une vague idée de qui est responsable, ne vous en faites pas, je compte rapporter ça en Olympe. Je ne peux assurer la suite mais je peux au moins en parler.

Je prends place sur un coussin d'air pour m'assoir en souriant à sa phrase, les chevaliers seront et sont comme toujours sous les ordres d'Athéna, je le sais depuis fort longtemps.

-Comme toujours, il faut bien faire en sorte qu'il y ait des humains pour protéger d'autres humains, mais quand je vois les guerres entre eux, je me demande ce que font les chevaliers pour sauver des vies innocentes. Mais ça c'est une question bien trop facile à poser. Je ne suis pas le premier à la poser je suppose.

-Ce que je compte faire ? Mon rôle comme toujours, et je ne suis ni un dieu de paix, ni de guerre, la chance ne fait aucune distinction pour cela, tout comme les voleurs ou bien les messagers, ils ont toujours une utilité dans ces deux périodes. Je n'ai pas à l'éviter, mais à me laisser guider par le flot du temps qui me guide à travers chaque époque.

-Cela me fait penser à une question que le pope me posa : où était la chance lors des moments de troubles ? Et bien je pourrais très bien répondre que le sanctuaire est encore debout et qu'Athéna veille encore sur la Terre, qu'il y a des chevaliers qui sont là. Voilà où est la chance.


Ce fut aussi simple que clair, mais peut-être trop clair pour certaines personnes. L'un de mes sourcils se leva en sentant alors approcher un cosmos que je n'avais pas senti depuis un long moment aussi. Oui c'était bien elle, la fameuse chevalière du Sagittaire. Un sourire amusé se dévoila sur mon visage en me posant sur le sol tranquillement.

-Inutile de s'incliner devant moi voyons Cypris, cela fait un long moment que je ne t'ai pas vu, la dernière fois remonte alors à mon éveil quand tu étais entre les mains d'Hypnos. Je suis content de voir que tu t'en ait remis comme il fallait. J'en suis navré de n'avoir pas pu aider le sanctuaire au moment où les serviteurs d'Arès attaquèrent mais Zeus m'a donné l'ordre de revenir à lui. En tout cas je suis désolé pour le pégase, j'aurais souhaité qu'il soit encore vivant à ce jour. Je l'ai marqué à jamais de son âme celle de mon cosmos qui fait des gens comme lui des vrais héros de l'humanité, c'est bien la moindre des choses que je puisse faire pour son sacrifice.

Je fais un pas, puis encore un autre avant de m'avancer vers le Sagittaire pour venir saisir sa main et y déposer un léger baiser avant de reculer en rigolant faiblement.

-Au moins je vois que le sanctuaire de ma soeur a bien plus d'une seule demoiselle qui fait vibrer mon coeur comme à l'époque de la Grèce antique. Je risque d'être jaloux au point de vouloir revenir ici plus souvent qui sait. Sachez au moins que l'Olympe veille à que la guerre à venir ne fasse un minimum de morts bien qu'on sache qu'il y en aura quoi qu'il arrive. Au moins je suis rassuré que ce que j'ai pu confier ici soit maintenant en sureté.

Tendant mon caducée derrière moi, j'ouvre alors un portail dimensionnel, continuant à reculer.

-Je sais que je vais vite mais la guerre nous pousse à agir en conséquence, mais je reviendrais une prochaine fois, on pourra discuter plus amplement si l'occasion s'y prête.

Mais avant de m'en aller, j'ai presque oublié une chose ; je fouille alors dans ma bourse et en sort deux pièces d'or que j'envoie vers eux deux.

-Ce sont sont des pièces qui portent chance mais ne comptez pas trop dessus non plus, c'est juste un petit coup de pouce dans les moments les plus durs à venir. Enfin bon, sur cela, je vous dis à la prochaine chevaliers, qu'Athéna vous bénisse.

Faisant mine de tomber, je traverse mon portail pour revenir sur mon domaine à la hâte, je ne compte pas le laisser sans défense.

Arrow Repère d'Hermès (Vite vite, sinon je serais en retard comme dirait le lapin d'Alice)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ozymandias
Grand Pope et Chevalier d'or des Gémeaux
avatar

Messages : 198
Date d'inscription : 10/09/2013
Localisation : Chaque jour vers l'Enfer descendant d'un pas, sans horreur, à travers des ténèbres qui puent.

Feuille de personnage
Hp:
192/192  (192/192)
CS:
400/400  (400/400)
Pa:
152/152  (152/152)

MessageSujet: Re: Un coup de trompette et un coup de... Chance.   Mer 6 Mai - 16:53

*Pfff… Cœur volage dans un corps de jouvenceau…*

C’était étrange, et pour le moins frustrant. Plus j’en apprenais sur les dieux, plus ils me semblaient n’être au final qu’esprit humain possesseur d’un pouvoir démesuré. Il était dit que nous avions été faits à leur image, et pour autant que je puisse le dire, c’était vrai, vraiment vrai.

Même la colère qu’éprouva le dieu messager pour s’être ainsi fait rouler par Crystalia m’était familière et compréhensible. Après tout, Zeus lui avait donné une mission, à savoir transmettre un colis à une certaine personne, et par paresse, par empressement, par naïveté, en tout cas, par erreur, ce livreur avait presque échoué. Cela devait en dire long aux yeux de son père, et cela justifiait amplement le retour précipité d’Hermès aux portes du sanctuaire.

« Hinhin… »

Les propos d’Hermès étaient amusant, se venger d’un chevalier ? Le pouvait-il seulement ? Et même s’il le pouvait, c’était Hermès le livreur, c’était Hermès qui avait eu la mission. Crystalia elle n’avait fait qu’obéir à des ordres prioritaires, et son erreur, certes préjudiciable, ne pouvait lui être reproché sans blâmer en même temps le dieu messager pour son choix d’intermédiaire des plus hasardeux.

« Oui en effet, accomplir des taches même les plus simples semble être devenu difficiles ces derniers temps n’est-ce pas ? »

Pourquoi blâmer Crystalia quand elle ne faisait que lui renvoyer ses propres erreurs au visage ? Pourquoi blâmer le miroir quand il ne reflète qu’un reflet ? Lui jamais inquisiteur ?

*Un miroir ne crée pas le mal, il le reflète.*

Si je venais à me regarder dans une glace, quel visage y verrais-je ? Portai-je pour ma part ma duperie et mon imposture sur le visage ? Hermès ne semblait pas l’avoir remarqué, ce qui suffit à me rassurer pour le moment.

« Il n’est facile pour personne d’être comparé à une légende. Si deux des précédentes générations de chevalier pégase ont su briller par leur exploit, combien d’entre elles sont restées anonymes ? Perdues dans l’ombre projeté par la lumière de ces noms glorieux ? J’imagine que cette sensation doit vous être familière n’est-ce pas ? Vous dont l’écrasant passé semble parfois éclipser un avenir incertain ? »

Si encore pour un humain, le poids du passé ne pouvait se mesurer que par interposition de récit s’étalant sur plusieurs génération, pour un immortel, il en allait bien autrement, et cela, je ne pouvais tout simplement même pas l’imaginer.

*Si encore Hermès ne semble pas être le genre à se soucier de son héritage, qu’en est-il de ceux et celles pour qui la gloire et la postérité comptent plus que tout ? Eux les bâtisseurs d’empire que le temps ne peut que frapper avec toute l’infinie cruauté de l’entropie ?*

Ce qui a eu un début aura une fin, ce qui a été chaud finira froid. Ainsi allait l’univers, ainsi allaient ses Lois, des lois bien antérieures aux dieux, bien au-delà de leur pouvoir. Cette caresse omniprésente que je commençais à peine à ressentir dans son infinie cruauté, les dieux devaient la vivre au quotidien.

Pour un roi immortel, quel pouvait bien être le réconfort devant une telle révélation ?

« Oui, pauvre Alcor tombé si jeune aux champs d'honneur. Il faut croire que la Chance n’était pas avec lui. »

La pique était trop tentante. Et la perche tendue trop généreuse. Cette propension devait m’avoir été instillée par le haut commandeur Hazama du temps où j’étudiais encore à Sparte. Un cadeau dont je ne savais pas devoir être reconnaissant ou au contraire irrité.

« Je vois, en somme, vous êtes ce que vous choisissez d’être et assumez vos choix. C’est avoir beaucoup de courage que d’affirmer pareilles choses le réalisez-vous ? Oh mais suis-je bête, un dieu comme vous ne peut qu’avoir conscience du Destin. »

J’avais pour ma part bien du mal à croire à ces pensées naïves, d’autant plus que j’étais l’exemple vivant d’un destin implacable et écrit bien avant ma naissance.

« Faite donc, dieu messager. Portez donc cette information à votre père que l’on dit omniscient. »

Nul besoin de développer d’avantage ce point. D’après la réaction d’Hermès, qui lui semblait totalement prit au dépourvu par mes dires concernant Jamir, si Zeus avait réellement instauré un cessez-le feu entre les Enfers et le Sanctuaire, c’était soit qu’il ignorait totalement l’incident de Jamir, soit qu’il s’en moquait. Dans les deux cas, l’image du roi prévenant et infiniment supérieur trônant dans les cieux venait d’en prendre un coup.

« Vous vous méprenez. Vous qui voulez apprendre à connaitre les Hommes devriez pourtant le savoir. Personne ne peut protéger l’Humain de lui-même, vraiment personne. Et telle n’a jamais été la vocation des chevaliers. Nous ne sommes pas les garants de la paix entre les Hommes, nous ne sommes que les gardiens de la Terre. »

Blâmer les chevaliers pour les dérives de l’humanité était en effet un reproche facile. De cela, même Hermès convenait, ce qui ne l’avait pourtant pas empêché de l’évoquer. Curieux argumentaire que celui que l’on décrédibilise soi-même en vérité.

« Je vois… En somme vous vous contentez d’agir sans réfléchir. D’improviser sur le moment en vous laissant porter par le Destin, un Destin auquel pourtant vous ne croyez pas… »

Plus cette conversation de fou avançait, plus la lassitude concernant le dieu voleur me gagnait. Il était désormais plus qu’évident qu’il ne pourrait se révéler être un allié viable pour la Guerre à venir tant il était léger, voir criminellement insouciant et négligé. Encore heureux que d’après ses dires il ne convoitait rien ni n’était en charge de rien si ce n’est la livraison de message et de colis, un rôle qui lui serait presque allé à merveille, s’il l’avait fait convenablement.

« Une chose est drôle à propos de la Chance… J’ai beau savoir qu’elle existe, impossible de lui mettre la main dessus, ou d’en mesurer les effets objectivement. Pourtant à vous entendre, nous lui devrions tout, notre survie, nos victoires, peut-être même nos existences pourquoi pas ? Ce qui ferait de nous vos débiteurs, n’est-ce pas ? Et bien si tel est le cas, je vous souhaite une longue, longue vie emplie de chance. »

Pompeux imbécile. La chance… Pourquoi pas le Deus ex machina tant qu’il y était ? Ce dieu n’était pas seulement insouciant, il était fou, incompréhensible, et incroyablement condescendant. Réduire ainsi les victoires et les sacrifices d’innombrables âmes à une simple conséquence froide et mécanique de sa volonté, nous réduire à de misérables petits pions qu’il pouvait faire briller ou disparaître d’un tour de sa baguette magique…

*Pauvre illusionniste d’opérette. Dans la Guerre qui s’annonce, puisses ta précieuse chance te sauver, car toi et moi savons bien ce qui se passe en temps de Guerre. Les faibles tomberont, les forts vaincront, et la chance n’aura rien à voir là-dedans.*

Les chevaliers n’avaient pas besoin de chance, nous n’avions pas besoin des dieux. Nous n’avions besoin que de pouvoir, le pouvoir d’insérer de force notre volonté dans un univers indifférent.

Tachant de conserver mon calme face à ce bellâtre dont le babillage à la limite de l’insupportable commençait à sérieusement me taper sur le système, je fus sauvé de l’implosion de ma colère en sentant le cosmos familier de Cypris revenir au Sanctuaire, porté par les ailes d’or du Sagittaire.

*Quelle déception… Enfin, il demeure d’autre dieu, d’autre alliés potentiels.*

Tout n’était-il qu’un jeu pour Hermès ? Il agissait comme si rien ne se passait en dehors de notre petite réunion, comme si rien ne servait de préparer, de planifier... Réalisait-il seulement que le sort du monde et de l’Olympe était en jeu ?

« L’Olympe veille sur nous, hum ? Permettez-moi d’en douter. Vu ce qui s’est passé aujourd’hui à Jamir, ou même à Sparte pas plus tard qu’hier, je doute que vous puissiez veiller sur qui que ce soit. »

Recevant alors une petite pièce d’or des mains du dieu messager, ce grigri doré fut pour moi l’entière synthèse de ce qu’Hermès pourrait apporter au sanctuaire, de la poudre aux yeux.

« Allez donc. Que la Chance soit avec vous, vous en aurez besoin. »

Qu’avais-je donc à faire de cette babiole ridicule sans le moindre pouvoir ? Pour qui Hermès me prenait-il ? Pour un gamin à qui une friandise donnerait le sourire ?

Le portail dimensionnel du dieu messager ne s’était même pas encore refermé que je lançais son pitoyable cadeau derrière moi en direction des gardes tout proche. Cet or ferait sans doute la joie de l’un d’eux qui avec cela pourrait aller se payer une chope à la taverne la plus proche. Au moins en cela, cette pièce serait utile à quelque chose.

Une fureur intense s’était alors emparée de moi devant l’amer déception d’une réalité que je n’avais encore put soupçonner, une réalité qui me prenait de plein fouet avec ce sens de l’humour parfois bien trop cruel dont aimaient faire preuve les trois fileuses.

*Seul… Nous sommes seuls dans cette guerre à venir. Et nous sommes si peu…*

L’olympe et les titans allaient bientôt s’entredéchirer, et nous, nous serions pris entre deux feux. De la position d’Athéna dépendrait notre attitude, mais qu’en serait-il après la Guerre, si après la Guerre il restait quelque chose ?

Quelle atroce fatalité que le Sanctuaire doive reprendre les armes si tôt après le massacre de nos forces lors des si récentes guerres saintes précédentes… Pour autant que les Chroniques du Sanctuaire me l’avait appris, à une seule occasion dans le passé la situation fut aussi dramatique, et ce fut lorsque même Athéna se résolue à permettre l’utilisation des armes de la balance.

*Si aujourd’hui nous n’y avons pas droit, alors quand y auront nous droit.*

Je devais gagner Sparte, je devais trouver Athéna et…

*Non, pas besoin de son avis. Le Grand Pope est son représentant, il n’a pas à la mettre au courant de ses moindres décisions.*

Le chevalier de la balance n’était pas incarné, ce qui me laissait libre d’accès aux armes de son armure. Il me fallait maintenant atteindre Sparte, et obtenir de son haut commandeur l’accès à ce formidable don de puissance que l’on disait capable de détruire les étoiles.

« Cypris… »

Retrouvant le sourire alors que je posais les yeux sur son visage emplie d’une nouvelle résolution, je m’approchais d’elle tandis que les messagers, sous les ordres du Grand Pope, lui donnait à la fois sa perle de Savonnier, et ses nouveaux ordres.

« Le Grand Pope viens de s’isoler à Star Hill. La transformation des fruits du savonnier lui a demandé énormément de pouvoir, aussi il ne souhaite pas être dérangé par qui que ce soit, quelle qu’en soit la raison. Si Athéna t’as fait porteuse d’un message à son attention, il te faudra attendre qu’il se remette, ou le lui transmettre via missive. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cypris
Chevalier d'or du Sagittaire
avatar

Messages : 216
Date d'inscription : 04/08/2013
Localisation : Sanctuaire, Temple du Sagittaire ou Sparte

Feuille de personnage
Hp:
215/215  (215/215)
CS:
310/310  (310/310)
Pa:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Re: Un coup de trompette et un coup de... Chance.   Lun 25 Mai - 14:26

A peine Cypris venait-elle de s'incliner par pure politesse que le messager des dieux la relevait d'un geste. Ce que la Sagittaire fit sans trop se faire prier avant de répondre à une remarque sur son passé à Sparte. Fait qu'elle aurait aimé garder pour elle-même sachant la nature plus que particulière de cette rencontre plus inattendue.

" Merci pour votre sollicitude, dieu Hermès, mais tout va bien. Nul besoin de s'inquiéter pour ma modeste personne. Je puis vous affirmé sans détours que le maître du Sommeil ne m'a fait aucun mal. Hypnos a juste accompli la tache qu'il s'était fixé à Sparte tout en en respectant les lois. Tout futur guerrier est sacré en ces lieux et ne doit pas être mis en danger tant qu'il n'aura pas franchi les portes de la cité du cosmos. Je ne sais ce qui m'a valu un tel honneur parmi tous les futurs saints et spectres présents mais je vous assure qu'il n'a fait que me tester avant de me laisser quitter les lieux de mon enfance et ma jeunesse. "

Et se rappelant soudain, elle ajouta.

" A moins...

A moins que la lutte entre Artémis et Arès dans l'enceinte de l'arène n'ait été à l'origine de cette intervention. Rares sont les guerriers à avoir été témoins de cela et y avoir survécu... "


Une réflexion qu'elle ne savait si elle avait envie de la poursuivre mais la chance semblait de son côté, Hermès passant à un autre sujet.

" Pégase... "

Sa tristesse était plus que visible et elle s'en voulait de n'avoir pas été présente mais sa peine ne devait encore être rien en comparaison à ce que devait ressentir Bardamu. La perte de Pégase était la première blessure qu'avait reçu l'ensemble du Sanctuaire. Rien ne pourrait faire oublier le jeune saint plein d'espoir et de courage. La vie était si précieuse. Rien ne pourrait pardonner cela. Arès était un monstre et il paierait comme tous les autres assassins divins l'avaient payé avant lui.

Oui, lui aussi paiera. Sa tête sera parmi les trophées de notre déesse.

Sur ce, le messager des dieux prit congé aussi vite qu'il était passé d'un sujet à l'autre sans réellement pousser le jeu plus loin. Tout n'était qu'évoqué mais pas étudié. De quoi laisser Cypris perplexe tout comme le fait que ce messager divin puisse encore faire preuve d'une certaine désinvolture alors que la situation portait plutôt aux pires craintes.

Et attrapant la pièce qu'il lui offrait après lui avoir embrassé la main, elle répondit.

" A bientôt alors, seigneur Hermès, si cela nous est possible. "

Et ne s'attardant guère sur le portail où l'Olympien disparut sans davantage se soucier des humains qui avaient déjà tant souffert lors des précédentes attaques, la Sagittaire ne put s'empêcher de comparer l'artefact reçu des mains d'Athéna elle-même à la simple piécette qui n'était même pas certaine de remplir son rôle fétiche. Tout cela était si parlant.

" Ozymandias... "

Elle avait repris un ton plus enthousiaste maintenant que tous deux étaient seuls.

" Ozymandias, je vois que tu as le même genre de pensée que moi au sujet de cette piécette. Elle n'est qu'objet qui brille et tout ce qui brille... "

Et ne sachant trop qu'en faire, elle la glissa dans l'un de des poches. Une certaine hésitation la retint de dire plus de suite. Les révélations sur sa rencontre avec Hypnos l'avaient mise mal à l'aise. Il était un ennemi traditionnel du Sanctuaire, allié depuis des siècles à Hadès. Et que cela se soit passé dans l'enceinte de Sparte ne suffirait pas à dissiper d'éventuels doutes sur elle. La jeune femme ne pourrait se contenter de dire que les règles de Sparte étaient telles que nulle agression ne pouvait se dérouler entre ses murs. Que l'ensemble des dieux fondateurs assuraient la neutralité des lieux. Non, la réponse la plus probable ne serait qu'une méfiance accrue envers Sparte et les saints qui en étaient issus.

Il ne pourrait pas se taire parfois ou au moins songer de temps à autre aux conséquences de ses paroles... Songea Cypris un instant avant de recevoir un autre objet autrement plus important.

" Une perle de Savonnier. C'est ce qui nous donnera toutes les chances en cas de retour d'Hadès et de désirs belliqueux à notre égard. Ce cadeau là est bien plus précieux qu'une hypothétique chance qui n'a pas sauvé Pégase du sort cruel qui fut le sien. Je préfère des certitudes même si elles sont si rares. "

Puis se tournant vers les gardes.

" Vous pouvez annoncer que la mission est accomplie en ce qu'il me concerne. Je jure de protéger cette perle comme le plus précieux des trésors et m'en servir au mieux lors des combats qui ne pourront être évitables. Au nom de la grande Athéna, je suis prête à accomplir mon devoir de Sainte du Sagittaire. "

Ainsi, les avaient-elles invités à prendre congé. Un geste amical de la main envers ceux qui n'étaient que des fourmis tout en étant indispensables à la vie du domaine sacré. Demeurée seule avec le saint des Gémeaux, elle ne put qu'apprendre la nouvelle.

" Le Grand Pope s'est isolé... "

Un soupir avait suivi ces paroles.

" Il ne pouvait pas choisir pire moment même si je peux comprendre qu'il n'a pas eu d'autre choix. Seulement, je devais lui annoncer qu'Athéna a pris la décision de rester à Sparte pour veiller sur elle aussi longtemps qu'Arwen sera inconsciente. Arwen est le nouveau Haut Commandeur de la cité du cosmos depuis la disparition d'Hazama ainsi que celles de Thalie et Hypnos. Il ne reste plus que notre grande Athéna pour maintenir la paix sur la cité tant qu'Arwen sera convalescente. Et elle aura fort à faire, le responsable de l'état de notre ancien professeur n'est autre que ce monstre d'Hadès. Il s'en est pris à elle tout en faisant exploser le palais du commandeur. Une chose que tous deux savons plus que difficile. "

Et laissant passer quelques instants, elle reprit.

" Si je comprends bien. Nous ne pouvons compter que sur nous-même pour ce qui concerne le domaine sacré. Athéna ne peut nous rejoindre et elle risque de s'opposer à Hadès si l'envie lui revient d'attaquer Sparte. Ce qui signifierait que nous serions seuls pour combattre ici. Athéna épargnant le Sanctuaire pour qu'il puisse se préparer. Même si c'est au détriment de Sparte... "

Sortant alors l'artefact offert par la déesse.

" Cette chouette d'or, et d'un autre métal dont j'ignore tout, est empreinte de la puissance d'Athéna, elle m'a été remise en mains propres par notre déesse dans un but bien précis. En cas de soucis majeur ou de trouble nécessitant la mise en avant d'un nouveau représentant directement en lien avec elle, il suffira de l'invoquer. Cette chouette libérera alors la puissance d'Athéna contenue en elle et apportera la bénédiction de la déesse sur l'ensemble des habitants dès cet instant. De part sa volonté, je suis sa messagère et celle qui actionnera la chouette si le Grand Pope en décide ainsi ou s'il n'est pas capable de revenir rapidement. J'agirais alors selon les désirs de notre déesse pour que le Sanctuaire ne soit pas laissé à l'abandon aussi longtemps qu'elle sera retenue à Sparte. "

Puis, la replaçant à l'abri.

" Et maintenant, Ozy que pouvons-nous faire pour préparer au mieux les nôtres ? Et nous préparer nous-mêmes ? J'ai pu avoir un échantillon de la puissance des envoyés d'Arès et les Titans sont de leurs envergures et sans doute plus forts encore. Nous endurcir ne serait pas de trop, tu ne penses pas...

Si nous devons nous prendre en mains, tachons d'être prêts, mon ami... "


Citation :
Cypris propose un entraînement à Ozymandias
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ozymandias
Grand Pope et Chevalier d'or des Gémeaux
avatar

Messages : 198
Date d'inscription : 10/09/2013
Localisation : Chaque jour vers l'Enfer descendant d'un pas, sans horreur, à travers des ténèbres qui puent.

Feuille de personnage
Hp:
192/192  (192/192)
CS:
400/400  (400/400)
Pa:
152/152  (152/152)

MessageSujet: Re: Un coup de trompette et un coup de... Chance.   Jeu 28 Mai - 16:14

Cypris… Sagittarius. Les ailes d’or du sanctuaire. De par nos héritages respectifs, ma meilleure ennemie.

A son attitude à la fois mesurée et pourtant des plus révélatrice pour un œil expérimenté, le présent de pacotille du dieu des voleurs l’avait laissé dans le même état dubitatif que celui dans lequel j’avais été, l’espace d’un instant, avant de renvoyer le petit bout d’or insipide à son utilité première, à savoir, permettre le commerce entre les hommes.

Hermès était décidément un dieu plein de surprises, et pas forcément dans les bonnes mesures. Déjà à notre première rencontre, il avait révélée aux oreilles de tous l’ascendance d’Arwen, et voilà qu’à présent, de sa bouche encore une fois, j’apprenais l’existence d’une épreuve imposée par le dieu du sommeil à l’un de nos chevaliers, et cela, dans le plus grand secret et au sein même de Sparte.

*Hypnos ? Tester Cypris ? Ca par exemple, voilà qui est… Inattendu. Et plutôt étrange. Pourquoi vouloir tester un ennemi, sinon pour se rendre compte soi-même de sa force ? Est-ce cela qu’Hypnos a testé chez Cypris ? Son pouvoir ?*

Le sujet avait été lancé, et en tant que membre d’élite du Sanctuaire, il ne serait absolument pas suspect de ma part que de chercher à en savoir d’avantage à ce sujet.

« Qu’est-ce que j’entends ? De quelle épreuve parles-tu Cypris ? Depuis quand nos ennemis mortels sont-ils en droit de nous éprouver au sein de Sparte dans d’autre épreuves que celles des arènes et des fanions ? La neutralité de Sparte aurait-elle était oublié par l’un de ses propres fondateur ? »

Cela en disait long sur la fiabilité des spectres et autres divinité infernales. La paix ? La cohabitation ? Tout cela n’était qu’aberrantes illusions. Il n’y avait pas de paix, il n’y avait que la passion.

*Par la passion, j’ai la puissance. Par la puissance, j’ai la victoire. Par la victoire, mes chaines se brisent. La force me liberera.*

Un simple coup d’œil à la chouette d’or que m’avait désigné le Sagittaire suffisait à me rendre compte qu’Athéna s’était encore une fois arrogé les services particuliers d’êtres exceptionnels. Mais de quel droit ? Mais de quelle autorité était-elle donc la détentrice pour ainsi oser prétendre nous commander, nous, les plus grands guerriers de l’humanité ?

*Elle prétend être notre alliée, mais lui avons-nous jamais donnée de directives ? Bien sûr que non. Elle s’est placée comme notre chef, notre suprême commandant. Et en vertu de quoi ? Rien ne lui donne ce droit de manière légitime. Elle n’est ni la plus puissante, ni la plus qualifié pour nous diriger. Elle est une déesse, et nous sommes mortels. Que peut-elle comprendre de nos tourments, de notre existence, de nos rêves, elle qui vivra éternellement ? Elle qui m’a abandonné…*

Le simple souvenir de notre précédente rencontre me suffisait à être convaincu que la renier n’était pas une mauvaise décision. Après tout, si Athéna avait vraiment été de tout temps la déesse exemplaire qu’elle voulait paraître à nos yeux, tant de traîtres à sa cause n’aurait jamais vu le jour.

En assassinant Roboute, j’avais compris qu’en tant que porteur de l’armure des Dioscures, ni humain, ni immortels, j’étais le dépositaire d’un héritage à la fois glorieux et secret, celui d’une lignée d’hommes et de femmes maudits pour avoir un jour tenté de surpasser les dieux, à commencer par leur déesse tutélaire, elle qui au final n’était qu’une dictatrice despotique et démiurge de plus.

Je me devais alors de réussir là où tous mes ancêtres avaient échoués. Je me devais de perpétuer leur héritage, et cette fois, de le faire aboutir.

*La vraie liberté. Une Terre affranchie du commandement de toutes divinités, quel qu’elle soit. Voilà mon avenir, voilà notre avenir à tous.*

Comment le futur me désignerait-il quand ma duperie serait révélée au grand jour ? Comme un philosophe ? Comme un grand général ? Comme un tyran ? Ou bien parlerait-on de moi comme de l’homme qui avait rendu la Terre aux humains ?

*Cela dépendra de la manière dont je finirai.*

Les vainqueurs écrivaient l’histoire. Je devais donc faire partie de ceux-là.

« Hum… »

Ayant écouté les dires de Cypris tout du long de ma réflexion interne, je compris alors que pour le moment, Athéna n’allait pas me poser de problème, tant l’imbroglio de politique dans laquelle elle s’était elle-même fourrée allait l’accaparer corps et âme.

*Parfait. Qu’elle sombre donc avec son utopie. Cela me laisse le champ libre pour agir.*

« Hadès est donc bien de retour, comme le Grand Pope me l’a révélé avant de forger les perles du savonnier… Avec la résurrection de Cronos et des titans, cela nous fait une raison de plus de craindre pour nos vies, et nos âmes… Et c’est maintenant qu’Athéna préfère s’occuper de Sparte plutôt que de nous guider. Est-ce de la confiance ? Ou bien… »

Je n’avais pas besoin d’en dire plus. Tout humain aurait compris devant notre situation.

« Epargner le sanctuaire ? N’est-elle pas au courant de l’attaque d’Arès dans nos territoires ? Ou de celui des forces du sombre empire à Jamir ? Tu l’ignores sans doute encore toi-même, mais Il y a de cela à peine quelques heures, Jamir et son peuple ont étés anéantie par un spectre inconnu dont j’ai dû m’occuper, sans perle ni aucune arme capable d’en stopper la formidable régénération. Oui, j’ai affronté seul et sans aide un ennemi proprement invincible, et si je ne l’avais pas profondément enterré sous la montagne, je serai sans doute mort à l’heure qu’il est. Oui Cypris. Le sanctuaire est déjà au bord de l’extinction. Nous ne sommes plus qu’une poignée de chevaliers, et nos ennemis sont déjà à nos portes. Dis-moi donc maintenant qui-a-t-il donc encore à épargner et en quoi l’absence d’Athéna nous est profitable ? Pourquoi est-ce au Grand Pope de nous procurer les armes qui nous permettront de vaincre nos ennemis ? Pourquoi est-ce à nous de nous battre contre les berserkers d’Arès ? Pourquoi est-ce toujours notre sang qui est le plus versé ? »

Une fiole d’ichor. Tout ce qu’Athéna avait daigné léguer à ses soldats, quand 87 autres auraient été nécessaire pour en pouvoir tous les chevaliers. Quelle folie, quelle criminelle erreur…

« Et cette chouette d’or, est-ce là tout ce qu’Athéna peut offrir à ses soldats ? »

Encore un artefact divin… Si seulement les dieux étaient aussi généreux dans le don de sang que dans celui des babioles sans valeur, alors nous aurions déjà purgé la Terre de leur présence nuisible, à jamais.

« En somme, c’est un moyen de communication c’est cela ? Un genre de talkie-walkie divin ? Athéna s’arroge donc le droit de destituer à tous moment un représentant qu’elle a elle-même placée à notre tête il y a à peine deux jours et à qui nous devons ces armes anti-spectre ? »

J’imaginais qu’il valait mieux en rire, mais c’était trop pathétique pour qu’un sourire daigne naitre sur mon visage.

« Tu dis agir selon les désirs de notre déesse, mais hormis activer cet… objet et entendre sa parole, t’a-t-elle seulement donné la moindre directive concernant la guerre imminente ? T’a-t-elle parlé de ses plans ? A-t-elle mentionné un plan de bataille ? Ou t-a-t-elle seulement renvoyé au sanctuaire, porteuse de cet artefact comme toute réponse aux souhaits du Grand Pope, comme le ferait un simple messager ? Est-ce là le plein usage que tu dirais pouvoir faire de tes talents et de ton pouvoir ? Servir de coursier pareillement à ce bellâtre d’Hermès ? »

Que Cypris ouvre donc les yeux. Si cela n’était pas du mépris, alors rien ne l’était.

« Pardonne moi Cypris, mais je ne peux cautionner un tel geste. Ni l’inqualifiable dédain avec lequel Athéna nous traite, nous, ses soldats fidèles et dévoués jusque dans la mort. Nous avons déjà perdu trois de nos camarades depuis moins de deux jours, deux chevaliers d’or et Pégase lui-même. Et que fait Athéna ? Elle se terre à Sparte comme si elle n’avait cure de nos problèmes et se contente de nous donner un moyen de communication avec elle ? Je vais te dire ce qu’à ta place je ferai de cette chouette Cypris. J’irai la donner au premier venu. Et peut-être que lui aura des prières à lui adresser. »

Nous n’avions pas besoin de prier, nous n’avions pas besoin de l’aval d’une déesse éternellement absente du front, nous n’avions pas besoin de sa bénédiction ni de son avis. L’histoire l’avait amplement démontré. Seuls les chevaliers gagnaient les guerres. Athéna n’était qu’une égide, un symbole que l’on agitait au bout d’un bâton et que nos ennemis s’arrachaient avec la fébrilité d’adolescent pré pubères dégrafant un soutien-gorge.

« C’est un outrage, c’est une insulte ! »

L’affront était si odieux que j’en avais le sang embrasé. Je n’avais cure que de montrer un visage à la fois emplis de colère et de déception, car c’était bel et bien les sentiments qui me taraudaient en cet instant, et ils n’étaient ni hérétiques, ni surjoués. N’importe quel chevalier d’Athéna aurait réagi ainsi. Du moins, n’importe quel chevalier aux yeux ouverts.

« Quant au sanctuaire, n’ai aucune inquiétude, le Grand Pope veille sur lui, ainsi que ses chevaliers. Ton combat contre ce berserker d’Arès ne te suffit-il pas à t’en convaincre ? Ces perles n’en sont-elles pas la preuve ? »

Une arme imparable contre nos plus mortels ennemis remis à tous les chevaliers au moment propice. Voilà qui remettrait d’autant plus le présent d’Athéna en perspective.

« Hum… Il est vrai qu’en tant que soldat toujours au front, nous nous devons d’être toujours au meilleur de notre forme, plus encore maintenant que nous sommes parmi les derniers de notre ordre. »

L’idée de voir de mes yeux le pouvoir du Sagittaire en action était des plus alléchantes, mais il y avait céans beaucoup trop de témoin, et pour un entrainement qui opposerait deux chevaliers d’or, il y avait dans les montagnes entourant le sanctuaire des lieux bien plus appropriés.

« Suis-moi. N’endommageons pas d’avantage notre sanctuaire. »

HRP:
 

Arrow Go for the training !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cypris
Chevalier d'or du Sagittaire
avatar

Messages : 216
Date d'inscription : 04/08/2013
Localisation : Sanctuaire, Temple du Sagittaire ou Sparte

Feuille de personnage
Hp:
215/215  (215/215)
CS:
310/310  (310/310)
Pa:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Re: Un coup de trompette et un coup de... Chance.   Jeu 4 Juin - 15:22

Prise au dépourvu par la brusque révélation d'Hermès qu'elle avait confirmée plus que spontanément, Cypris se retrouvait à présent face à la réaction plus que compréhensible d'Ozymandias. Lui que la blonde archère considérait comme l'un de ses amis les plus proches, issus tout comme elle de Sparte semblait maintenant s'inquiéter à son sujet.

" Je... Attend, laisse-moi me souvenir... "

Ainsi avait-elle débuté sa réponse et plus le temps passait, plus cette conversation prenait un tour aussi inattendu qu'embarrassant. Enfin, une chose était aussi claire. Jamais la guerrière ne songerait à s'en tirer d'une dérobade. Non, elle n'avait pas à rougir d'avoir rencontré un dieu et s'en être sortie indemne même si elle n'en comprenait pas vraiment les raisons exactes. Il aurait pu faire bien pire que ce qu'il s'était passé, infiniment pire...

Pourquoi alors ? Pour qui ?

Elle avait beau s'interroger, elle en arrivait toujours au même constat. Elle ne savait ce qui avait poussé Hypnos à s'immiscer au fond de ses rêves surtout que cela n'avait pas été plus loin qu'un échange entre deux êtres. Aucune de ses techniques de combat en tant que telles n'avait été révélée. C'était son mental, son esprit que le dieu avait testé ainsi sa capacité de réflexion.

Elle jeta un regard impénétrable à Hermès qui aurait mieux fait de tenir sa langue mais elle n'avait rien fait non plus contre le Sanctuaire.

" Et bien, cela s'est passé juste après ma perte de conscience lors du combat entre Arès et Artémis. Je me rappelle que nous étions deux au début. Moi et Raziel faisions face tous les deux avant qu'une voix féminine ne provoque ou plutôt n'achève l'éveil total de l'ancien Préfet de la maison noire, laissant la place à Minos du Griffon. Inutile de dire quelle fut la suite. Toute humanité l'ayant quitté, le juge partit aussitôt, me laissant seule face aux deux divinités. J'ai du perdre connaissance juste après... "

Un instant, elle ferma les yeux, rassemblant ses souvenirs.

" Oui, il est parti en laissant une de ces tirades dignes du Griffon tout en me remerciant de lui avoir permis de contempler la puissance de ma flèche d'or. Seule, j'étais seule à me dresser contre l'énergie combinée d'Artémis et Arès, les captant au cœur même de ma flèche. Je me rappelle, j'ai failli en mourir. Les flammes, les flammes m'entouraient. Je n'avais pas encore la protection de mon armure et j'ai commencé à suffoquer. J'ai fini par glisser dans la nuit avant d'entrevoir le visage d'Hazama..."

Une longue expiration et elle redressa la tête, rouvrant de splendides yeux brillant d'une volonté certaine, sans la moindre hésitation.

" Puis, ce fut le cauchemar. J'étais face à l'horreur des centaures mythiques, tout ce que notre âme pouvait avoir de plus sombre éclatait devant mes yeux. J'étais témoin de la cruauté et de la violence luxurieuse des centaures, sous leurs pires aspects. J'étais la porteuse de l'armure de Chiron et lui était un centaure mais j'ai eu la force de repousser cette vision, de prendre ma place et c'est à cet instant qu'Hypnos est apparu et m'a testée. Il a testé mon mental et non mes techniques. Je n'ai pas ressenti la haine le plus noire en lui mais plutôt la curiosité. Il m'a juste testée tout en me donnant une énigme. Une énigme que j'ai pu résoudre...

Ensuite, il a disparu. "


Bref, concis, allant droit au but comme une flèche bien tirée ou un poing balancé comme il le fallait dans la face d'un dieu trop bavard s'il ne s'était pas esquivé comme le voleur qu'il était.

" Pour la finalité exacte de cette rencontre, je ne puis t'en dire plus, Ozy, mais juste que j'avais déjà pu voir autant les attaques des lien cosmiques de Minos que lui a pu voir ma seule flèche d'or en action. On est tous exposés aux savoirs des spectres. Ils ont accès à tous les actes de nos vies une fois celles-ci éteintes. Ce qui amène à réfléchir. Connaître nos attaques qui sont quasi immuables depuis des siècles est une chose mais cela ne les a pas empêché de perdre la dernière guerre. Non, j'ai la certitude qu'Hypnos voulait autre chose sans le moindre doute en lien avec Sparte directement. "

Le tout était de savoir pourquoi.

" Et puis à quoi cela va-t-il lui servir à présent ? Hypnos est porté disparu tout comme Thalie et Hazama. Toute notre ancienne cité porte leurs deuils. Tout a pris une tournure dramatique et sans Athéna, Sparte risque gros. "

Parler de la déesse de la Guerre avait ramené le sujet de la chouette d'or sur le tapis. Un artefact, un cadeau qui eut un effet totalement inattendu sur le chevalier des Gémeaux, le laissant sans voix, lui qui aurait du se réjouir d'avoir une telle carte en mains.

" Ozy, mon ami ? Quelque chose d'autre s'est passée en mon absence ? Quelque chose de pire que l'attaque des émissaires d'Arès ? "

Des mots qui ne tardèrent pas à arriver, pires que tout, telle une nouvelle tempête qui se mettait à gronder. Trop, trop de sang avait déjà couler.

" Quoi !!! "

Elle ne put que le laisser parler. Tant de rage, tant de déception dans son cœur.

" Jamir... Jamir a été détruite alors que nous étions tous loin d'elle. Tous ses malheureux sont morts pour donner un atout de plus à Hadès. Il n'a pas tardé à agir. Ce monstre a encore frappé... !!! "

La voix de la jeune femme se fit soudain plus vibrante avant qu'elle ne se tourne vers le saint des Gémeaux, sincèrement inquiète.

" Tant d'innocents et tant de de nos frères chevaliers sont déjà morts. C'est horrible de voir tout cela. Toutes ces vies fauchées à peine écloses. Notre sanctuaire a déjà tant payé ainsi que ses alliés. Tant de sang versé...

Et toi ? Tu es certain que tout va bien ? Que tu es prêt pour... ? "


La suite ne fit que faire monter la crainte de l'archère dorée. L'état mental d'Ozy avait changé, plus qu'avant, elle sentait la révolte en lui.

Non !!! J'ai promis d'être ta bouée, de te maintenir la tête hors de l'eau. Je ne sais ce que tu as subi face au drame de Jamir mais Athéna n'y pouvait rien. Toute déesse qu'elle soit, elle ne peut-être partout. Tu as besoin de moi, Ozymandias, bien plus que tu ne le crois pour éviter qu'une nouvelle fois, la malédiction des Gémeaux ne s'abattent sur toi et sur nous tous...

Je t'aiderai...


Puis, laissant ses mots s'envoler avec lenteur tant c'était pénible pour elle de s'adresser de la sorte à un ami, un frère et ancien spartiate tout comme elle. Pourtant, il le fallait, il fallait qu'elle réponde à ces termes plus que frondeurs. Alors elle le fit, commençant sur un ton qui ne laissait aucun doute sur le sérieux de ce qui allait suivre.

" Ozymandias des Gémeaux, mon frère d'armes, mon ami, je mets sur le compte de l'émotion, de la douleur que nous ressentons tous face à la perte de tant des nôtres et de tous ces combats que tu viens de mener seul la teneur de ces paroles qui sont celles de la rébellion et mériteraient d'être sévèrement châtiées. Athéna a fait ce qu'elle pouvait. Elle est la seule survivante parmi les quatre fondateurs à tenir à Sparte avec la Vierge et la future sainte du Lion pour toute escorte alors qu'Hadès a attaqué le Haut Commandeur par surprise et peut revenir n'importe quand finir sa sinistre tache et sois certain qu'il le fera. Il la déteste. Il déteste Arwen, a tenté de la tuer et il se peut encore qu'il recommence. Tu entends, Ozy ? Arwen, notre ancien professeur qui avait succédé à Hazama est maintenant dans un coma profond dont il se peut qu'elle ne ressorte plus jamais. J'ignore ce qu'Hadès a contre elle mais il reviendra pour la tuer.

Athéna est la dernière, il ne reste plus qu'elle pour contenir le combat ou le mener, le cas échéant. Comprends-tu ? Comprends-tu ce que cela signifie ? Quelque chose de terrible couve. Quelque chose qu'aucun de nous ne pourrait prendre à bras le corps tant la puissance des dieux est élevée. J'y ai goûté, Ozy. J'y ai goûté et sans le secours que j'ai reçu, je serai déjà au sombre séjour. Les dieux se battent entre eux dans un combat à mort alors que les titans sont à nos portes. Si Athéna meurt, il ne reste que nous, nous pour sauver le monde! Comprends-tu qu'elle veut sauver tous ceux qui peuvent encore l'être. Tu parles de son attitude à notre égard mais pourquoi rejeter ce que contient cette chouette ? Qui te dis qu'elle ne contient pas le secret d'une puissance à laquelle seuls les saints pourront avoir accès, celle qui nous permettra d'user des dons que nous a faits Athéna en plus de nos armures si jamais... "


Elle ne pouvait nier avoir songé, elle aussi, à cette possibilité.

" Si jamais, la guerre l'emporte elle aussi. Hadès et Arès sont contre elle et elle est seule avec Artémis comme unique autre déesse combattante. La guerre contre les titans se passera mais si notre déesse ne règle pas le contentieux entre elle et les deux autres, nous n'aurons plus qu'à attendre les deux prochaines guerres saintes qui suivront. Je ne suis pas stupide, Ozy, je ne suis pas stupidement soumise comme tu l'as sous-entendu dans ta colère mais je sais qu'Athéna ne pourra jamais faire confiance à Hadès ou Arès et que tous deux guettent leur heure. Nous devons nous préparer à lutter seuls. C'est cela notre grand défi, lutter seuls pour prendre la destinée de la terre en mains le temps qu'Athéna retienne ou contienne les menaces hors de nos terres et de toutes les autres. Je souhaite juste..."

Et elle reprit la petite chouette.

" Juste que cette petite oiselle ne soit pas la porteuse du testament d'Athéna. "

Une longue inspiration s'en suivit et elle reprit enfin.

" Mais sache que jamais je ne serai ce que tu as suggéré. Les hommes ont besoin de nous et auront encore plus besoin de nous si Athéna est emportée par la Guerre. Je serai là, je serai là pour eux avec la puissance que nous aura laissée la Sagesse en héritage. Nul ne sait ce que notre grande déesse a placée en elle mais au fond de moi, de mon cœur et de mon âme, je sais qu'elle veillera de toute son éternité sur la terre. Même privée de son enveloppe, même privée de sa liberté ou scellée, elle aura les moyens de nous aider. Aussi, je la garde. Puisque tel est aussi ton jugement à son sujet, je la garde comme le talisman qu'elle est. "

Et redressant la tête fièrement, faisant briller son aura comme pour montrer qu'elle était plus que prête à lutter.

" Ceci étant dit, je te suis, Ozy, il faut avoir les épaules pour tenir le discours que tu viens de faire. Jamais, nous ne serons trop entraînés, aussi partons loin de ces lieux qui ont déjà bien trop souffert et que ton âme soit rassurée de savoir que jamais je ne serai une chienne enchaînée. "


=> Et c'est parti !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Un coup de trompette et un coup de... Chance.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» bon coup à faire
» Coup de coeur photo ?
» MOCHE COU A MOSCOU
» La machine à motivation
» [ROCKY] Meilleur alignement des meules à coup de Teflon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Knights of Hope :: Sanctuaire de la déesse Athéna :: Entrée du sanctuaire-
Sauter vers: