Forum RPG dans l'univers de Saint Seiya (Les chevaliers du Zodiaque)
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Dans la paume de Bouddha

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Stelios
Spectre de l'Hécatonchire
avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 22/08/2014

Feuille de personnage
Hp:
131/131  (131/131)
CS:
350/350  (350/350)
Pa:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Dans la paume de Bouddha   Dim 9 Nov - 22:24

viens d'ici

Tel un satellite, le cadavre tournait autour de l'étoile géante couleur sang. Une étoile dont le destin était jumelé avec celui du spectre. Les vagues solaires semblaient s'agiter sur la surface de ce soleil expulsant un magma bouillonnant d'énergie pure donnant une couleur. 

*Il est temps Stelios... Il est temps. Tu as le don obscur d'Hadès en toi. Reviens d'entre les morts !*

Une légère pulsation  résonna dans la cage thoracique du mort... puis une deuxième. Alors le soleil se mit à briller, puis changea de couleurs se zébrant de volute noirs.
Il ouvrait les yeux et sa bouche voulu exprimer un cri sans pouvoir en expulser un seul son dans le vide spatial. Pourtant, son cosmos explosa instantanément et rageusement, se mettant au diapason de l'étoile avec qui il faisait face. 
Sa chaire couleur craie se reconstituait à une vitesse surnaturelle, provocant une douleur puissante et pourtant bienfaisante. Il sentait chaque organe reprendre vie, chaque os se ressouder et chaque cellule se réactiver.

* Cottos... *

*Oui... Comme je le pensais la malédiction d'Athéna est levée. Les spectres sont bel et bien à nouveau immortel. Tu t'es adonné à un jeu périlleux. *

Ses yeux contemplait se qu'aucun humain ne verrait jamais. Une étoile infernale placée par un Dieu, comme un des flambeau pour affirmer sa puissance terrifiante. Pourtant, il ne laissait pas son objectif.  



* Qu'importe... J'ai fais tout ce que j'ai pu pour le détruire. Même si il n'a pas été blessé, il aurait suffit de rien pour que ce soit lui qui soit à ma place. Même si son ego cri victoire, Il le sait tout autant que moi, Je dois  le combattre encore, et finir par le battre. Il me fera gagner en puissance. Je ne pouvais rever un meilleur adversaire...*


le corps du guerrier était à présent entièrement reconstitué. Il ouvrit les bras face à l'étoile dont les pulsations battait en même temps que son cœur et son cosmos.


*étoile de la domination, merci d'avoir réchauffer ma dépouille. Je rendrai hommage à ta puissance. Par Hadès, je te le promet. Cottos, dans quel état es-tu ?*

*Cela faisait parti de ton plan en cas de défaite... Je n'ai pas une seule éraflure. Il serait peut-être temps que tu te serves de moi comme d'un bouclier.*

*Tu as tant hate d'être mis en morceaux ?*

* J'ai Hâte que tu l'écrases !*

stelios afficha un sourire radieux.


Je vais devoir rejoindre la terre... Mais d'ici... Je ne suis pas sur d'arriver ne serait-ce que sur le même continent. Si il se déplace, ce sera compliqué de le retrouver par la suite. *



Focalisant son esprit sur le chevalier d'or, stelios concentra chaque parcelles de son esprit vers la  terre, visualisant  Ozymandias. Un trou de ver se forma et le guerrier se laissa happer laissant derrière lui son étoile.

Maintenir un pont aussi long était un effort considérable pour le jeune manipulateur dimensionnel et manipuler. Tout était question de timing et de précision diabolique. Sentant qu'il touchait au but, il déchira un passage dans le couloir inter-dimensionnel et s extirpa aussi agilement que possible et ralentissant sa chute tant bien que possible, il  posa les pieds brutalement dans le sol qui s'enfonça de quelques centimètres.

Il prit alors une respiration profonde, comme pour profiter de l'oxygène qui n'était devenu qu'un confort pour le spectre et quasiment plus une nécessite pour survivre.
La vision panoramique du spectre lui fit immédiatement se rendre compte la nature du décors. La roche dans laquelle il avait atterri était couverte d'or.
Il leva la tête pour regarder le spectacle de ses propres yeux  ne cachant pas son étonnement et il vit quinze mètres plus haut le visage géant d'une statut couverte d'or.





« Je crois que je viens d'atterrir dans la paume de bouddha... »


Puis son regard se tourna vers un jeune homme au crane rasé munit d'un balais le postérieur collé au sol, comme si celui-ci était tombé à la renverse.
Sa tunique orange et rouge ne laissait aucun doute sur le fait qu'il était certainement un moine du temple.
Ses yeux était exorbité. Et petit à petit, comme au ralentis il se mit à reculer sans oser se retourner, rampant comme une araignée avec ses mains et ses pieds, puis l’instinct de survie devint plus fort et se remettant dans le bon sens, se mit à courir en hurlant vers la large porte du temple ouverte, laissant une lumière aveugle en contre jour.

 « Lha-ma-yin !!! »


Stelios n'était pas franchement surpris. L'apparition d'un homme en armure bardée de bras sortant de nul part s'enfonçant dans la main d'une statut de bouddha en or était probablement une vision traumatisante.

« Je me demande ce qu'il vient de crier »

« Lha-ma-yin... C'est du tibétain, cela veut dire asura... Il te prend pour un démon. »


« Tu parles le thibétain ? »


« J'ai des milliers d'années. Mon esprit, même s'il  n'est qu'un fragment est celui d'une créature divine. J'ai eu le temps d'observer une infinité de choses. Le langage humain est aussi simple à apprendre que respirer pour un mortel.  En portant mon surplis, tu pourras comprendre et leur parler comme bon te semblera. »

« Pratique. Je commençais à me demander à quoi cela servait que tu puisses me parler... »

« Il y a encore beaucoup de choses que tu ignores sur moi Stelios. »


Le spectre descendait de la Main de la statut et se dirigea lentement vers la sortie tout en focalisant sa concentration sur la présence de cosmos.

« ça je n'en doute pas... mais pour l'heure tu vas devoir garder tes secrets un peu plus longtemps. Je sens sa présence. Il n'est pas très loin. Deux cents kilomètres peut-être. Je aussi sens les cosmos des habitants. Ils sont forts pour de simples humains. »

Sortant du temple le chevalier vit en bas des escaliers une cinquantaine de moines le fixant depuis le contrebas. Certain était en toges, d'autres torses nue et au milieu le jeune garçon serrant à son balais comme le dernier point d'encrage  d'un monde normal.
Observant les environs , le spectre vit toute l'architecture si typique des temples tibétains perdue dans les montagnes les plus hautes du monde.





« un temple Shaolin... »


Soudain un jeune garçon qui devait probablement s’entraîner hurla et se mit à courir le long des marches sous le regard médusé de ses compagnons. Il portait dans ses mains une longue lance ornée de plumes rouges accroché à la lame.

« Tu vas crever, démon ! »



Pour le regard du spectre le combattant avançait comme une tortue. Pourtant il voyait dans ses yeux le courage de ce dernier.

« Tu avais raison, je comprend très bien leur langue maintenant !  Je croyais que les moines de shaolin étaient du genre à réfléchir avant d'attaquer. »

 « Ils n'en restent pas moins humain. La peur est parfois très motivante. Que vas tu faire ? Les anéantir comme le peuple de Jamir ?


Stelios émit un air agacée et attendit que le combattant use de façon appliqué son arme qui fendait l'air.
Une des mains du surplis attrapa la lance par la lame et la brisa en l'écrasant comme une coquille d'œuf. Puis un autre bras attrapa à la gorge le moine à la gorge, le souleva au dessus du sol. Ce dernier se débattait comme un vers au bout d'un hameçon.
Le reste de l'assemblé émis un soupir collectif, et plusieurs se jetèrent aussi à l'assaut.

L'air contrarié de l'hécatonchire se lisait de façon évidente sur son visage à présent. Alors il jeta sa prise en avant et le moine percuta les deux premiers en haut de l'escalier.
Il fit alors bruler son cosmos de façon à ce qu'il soit visible des mortels, ravageant le sol et émettant un souffle alternant une température brulante et un froid glacial et fit alors résonner sa voix.


« FUYEZ, PAUVRES FOUS ! VOTRE TEMPLE EST MAUDIS ! LES DÉMONS VONT SE BATTRE EN CES LIEUX ! FUYEZ ! »

D'un mouvement des ses bras, il leva un courant d'air qui fit effondrer une petite tour qui était dans le champs de vision des moines.
L'action était du plus bel effet et ce fut le coups de semonce pour convaincre les hommes de prendre leur jambes à leurs cous.
Tous se mirent à descendre et dévaler les différents escalier menant au contrebas de la montagne.

« A quoi cela rime Stelios ? »

« J'ai eu mon lot de massacre pour aujourd'hui. Leur mort n'est pas nécessaire pour l'heure. Je te l'ai déjà dis, je fais ce qui doit être fait. Néanmoins, je vois cet endroit comme un signe... Il sera donc mon futur champs de bataille. La seule mort que je convoite, c'est celle du saint des gémeaux ! »

Cottos ne répondait pas.


Alors que les yeux de l'hécatonchire regardait s'éloigner les habitants du temple. Il dirigea pleinement sa concentration vers un seul et unique but et usa son esprit pour envoyer un message télépathique vers Ozymandias et brûla son cosmos puissamment, au point de faire fondre et se cristalliser la roche sous ses pieds afin de se faire repérer de ce dernier, tel un phare dans la nuit.


*Je ne sais pas si les dieux t’apprécient ou si ta conviction dépasse toutes choses... Mais je peux t'assurer que même la mort n'émoussera pas la mienne. Reprenons ou nous en étions ! *

Stelios défiait à nouveau les terribles gémeaux


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ozymandias
Grand Pope et Chevalier d'or des Gémeaux
avatar

Messages : 198
Date d'inscription : 10/09/2013
Localisation : Chaque jour vers l'Enfer descendant d'un pas, sans horreur, à travers des ténèbres qui puent.

Feuille de personnage
Hp:
192/192  (192/192)
CS:
400/400  (400/400)
Pa:
152/152  (152/152)

MessageSujet: Re: Dans la paume de Bouddha   Lun 10 Nov - 20:02

Arrow Le round 1 se passait par là

Après un affrontement aussi fulgurant, il me restait comme une aigreur à l’âme en plus d’une étonnante sensation de victoire. J’avais sans conteste mené cet affrontement haut la main, mais tout avait été trop rapide, bien trop rapide et bien trop propre pour que je ne perçoive pas derrière ces évènements le souffle glacé d’une volonté supérieure m’ayant désigné vainqueur avant même le premier échange de coup.

Cela, ajouté à ma propre malédiction que je savais encore suspendue au-dessus de ma tête comme une épée de Damoclès, fit que je me sentais alors comme un pantin remué par des fils invisible, un être dont le chemin était déjà tout tracé et qui ne faisait que jouer son rôle.

*Non, jamais je ne croirais une chose pareille.*

J’avais toujours réfuté l’idée du destin, pour des raisons à la fois pratique et philosophique. Ce qui arrivait était la conséquence d’une suite logique d’événement passés et rien d’autre. La causalité en était la seule responsable, et non un improbable trio de vieille femme passant leur vie à tisser le canevas du passé, du présent et du futur.

*Oui, si j’ai autant dominé ce combat, ce n’est que grâce à mon talent.*

Et tandis que se poursuivait encore ma longue chute du haut de mon pied d’estale, je me surpris à penser à mes prédécesseurs. Avaient-ils vraiment choisis d’accepter leur destin ? Ou avaient-ils lutté comme moi jusqu’au bout ?

Plus j’y réfléchissais, et plus je trouvais l’hypothèse de leur ignorance invraisemblable. En tant que chevalier des gémeaux, il était virtuellement impossible d’ignorer l’histoire de tous ceux qui vous avez précédé dans cette armure d’or et dont le cosmos imprégnait encore la protection du troisième gardien du zodiaque d’or.

*Non, ils ne peuvent pas avoir simplement oublié ou ignoré qui ils étaient, et comment ils finiraient si jamais ils ne faisaient rien. Mais s’ils ont cherché comme moi un moyen de s’affranchir de notre malédiction, leur expérience me serait inestimable…*

Tant de connaissances se trouvaient potentiellement entre leurs mains, dans le vestige de leurs âmes, à présent condamnée pour l’éternité aux tourments des enfers…

Songeant alors à l’effroyable fin qui attendaient l’ensemble de l’humanité, je me rendis compte à quel point mon fardeau était finalement timoré. Comparée à une éternité de souffrances sous le joug d’un dieu maudissant jusqu’à notre condition, la dichotomie un peu trop prononcée d’une âme entre le bien et le mal n’était finalement qu’un bécot.

*Une chose à la fois, d’abords la malédiction des gémeaux, ensuite le sort réservé aux Hommes dans l’autre monde.*

J’étais devenu puissant depuis l’incident en Antarctique, incroyablement puissant. Capable maintenant à moi seul d’anéantir toutes les armées de la terre, si ce n’est plus encore. Mais même avec Yamato, l’enfer me restait encore inaccessible, je le savais. Dans mon état actuel, si j’y descendais, ce serait un voyage sans retour.

*Il n’y a qu’un seul moyen. Le huitième sens, l’Arayashiki.*

Mes deux problèmes pouvaient-ils être résolus en un seul objectif ? Maintenant que j’y songeais, en atteignant le sens suprême, supérieur même à l’ultime cosmos, je pourrais aller et venir librement entre le monde des morts et celui-ci. Thanatos et Hadès eux même n’auraient plus de pouvoir sur moi, et de cette façon, accéder aux âmes de mes prédécesseurs. Oui, cela se tenait.

*Y’a plus, y’a qu’à…*

Plus facile à dire qu’à faire. Déjà que le 7eme sens était réputé pour être le saint Graal de tout chevalier, de tout adepte du cosmos, le 8eme était longtemps resté un mythe, et ses secrets demeuraient pour le moins obscur, car seulement connus par une infime poignée de guerrier aux travers des âges. Actuellement je le savais, aucun chevalier ne s’en était encore approché, et d’ailleurs, j’étais surement celui qui avait poussé le plus loin les recherches sur le sujet.

*Aucuns chevaliers, aucuns spartiates… Restent les dieux et… Le Grand Pope peut être ?*

Oui, le chef suprême des 88 chevaliers était désigné comme étant le plus fort des chevaliers d’or, un parangon dans tous les domaines. Si sa puissance était si grande, alors peut-être aurait-il des choses à m’apprendre concernant le pouvoir de transcender les notions de vie et de mort…

*Oui, peut-être… Mais me les révèlera-t-il ? M’aidera-t-il ?*

Le chef suprême du sanctuaire, le représentant d’Athéna sur Terre devait avoir un emploi du temps plutôt chargé, aussi, faire un entrainement avec lui ne devait pas être chose accessible au premier chevalier d’or venu.

*Ça ne coûte rien de demander, et puis je ne suis pas le premier chevalier d’or venu.*

Concentrant alors mon pouvoir dans ma main droite, me préparant à me téléporter au sanctuaire, je ressentis alors à l’horizon comme une sensation familière, celle d’un cosmos que je venais de quitter il y a seulement quelques secondes…

« Mais… C’est impossible ! »

Heurtant alors lourdement le sol de mes jambes qui s’y enfoncèrent profondément, je me relevais sans séquelles et fixais ce point lointain dans les montagnes me faisant face où semblait être revenu le mystérieux guerrier que j’avais envoyé à l’autre bout de la galaxie il y a à peine un instant.

*Ok, qu’importe qu’il possède aussi des capacités dimensionnelles, la géante rouge aurait dut le carboniser en plus de le réduire à néant. Je l’y ai envoyé plus mort que vif, et maintenant, je ressens son pouvoir jusqu’ici ?*

Il n’y avait jamais eu que deux types d’être à avoir jamais su se relever si vite après de telles blessures, le premier type se résumait au chevalier du phénix, le second quant à lui englobait tous les serviteurs du sombre empereur.

*Bon, j’ai beau ne pas être le plus physionomiste de tous les hommes, je sais qu’il n’est pas le phénix… Mais son armure, ce n’est pas celle d’un spectre… Pas d’un spectre connu en tout cas.*

Etait-ce possible ? Y avait-il encore des soldats infernaux qui soient inconnus de nos archives après toutes ces guerres saintes livrées contre eux ?

Plus aucun doute ne subsistait. La voix reconnaissable entre mille du guerrier aux huit bras s’invita alors dans mon esprit, sans la moindre trace de faiblesse ou de découragement.

"Tu oses imaginer pouvoir me vaincre alors que je viens de te terrasser, si facilement ? Pathétique créature sans âme… Combien de fois vais-je devoir te redonner l’éternelle leçon ?"

Sentant l’excitation du calme précédent la tempête me donner la chair de poule, je me téléportais sur le champ à proximité de mon adversaire, fraîchement ressuscité pour ainsi dire, et arborant maintenant un corps tout neuf.

« Je comprends mieux maintenant pourquoi tu ne crains pas la mort, pour les tiens elle votre lot commun dès votre renaissance… »

Je n’avais pour ainsi dire aucun espoir de victoire à long terme face à un tel adversaire. Immortel ainsi que des êtres dont même la mort ne voulait plus, ce guerrier se relèverait encore et encore malgré tout ce que je pourrais lui faire subir, à moins…

Sautant du toit de la pagode où j’étais apparu, je ralentis alors ma chute à quelques centimètres au-dessus du sol pour me poser sans heurtes aucun dans la cours pavée où il se trouvait aussi, face à moi.

« Et bien soit. Cela ne change rien. Affronter un être immortel ne fera que faire perdurer ton attrition. Et puis j’ai toujours voulu voir comment vous faisiez pour récoler vos membres tranchés. »

J’étais encore quelque peu fatigué de nos derniers échanges de coup, tandis que lui était en pleine forme. Je ne partais pas vainqueur, mais cela ne ferai que lui laisser une chance.

Faisant croître mon cosmos en accord avec ma provocation, le tonnerre au-dessus de nos têtes se mit à gronder, sans doute les formidables émissions de chaleur et d’énergie que nous avions tous deux déployées avaient chamboulées le climat de la région, et pourtant, bien qu’à une hauteur qui aurait dut nous placer bien au-dessus des nuages, une pluie drue commença à tomber sur nous tandis que de mon pouce gauche, je fis sortir le collier de mon arme de son fourreau en un bruit sec et métallique.

« Reprenons-donc. »

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stelios
Spectre de l'Hécatonchire
avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 22/08/2014

Feuille de personnage
Hp:
131/131  (131/131)
CS:
350/350  (350/350)
Pa:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Dans la paume de Bouddha   Mar 11 Nov - 6:38

Et ça se passe par
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Chevalier d'or du Scorpion
Chevalier d'or du Scorpion
avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 18/08/2013

Feuille de personnage
Hp:
194/194  (194/194)
CS:
310/310  (310/310)
Pa:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Re: Dans la paume de Bouddha   Dim 30 Nov - 9:27

Arrow
Sanctuaire / Palais du Grand Pope / Krusos Sunagein

"La montagne ça vous gagne !"

Cela faisait plusieurs heures que moi et mon compagnon arpentions les pentes escarpées, et les sentiers étroits, longions des précipices du Toit du Monde, l'Himalaya, la chaine de montagnes séparant la Chine de l'Inde. Il y avait quelques petits pays qui s'y trouvaient, tels le Bouthan ou le Népal ; celui où nous étions se nommait Jamir. En fait plus une région qu'un pays, tellement ce coin était petit et ne figurait pas vraiment sur les cartes (peut être sur Gogol Earth à la rigueur).

Dieu merci, le Krusos avait pas duré trop longtemps : le Grand Pope avait exposé la situation et avait donné ses ordres. Des ordres brefs et précis, comme je les aimais : la Sagittaire et la Vierge devaient se rendre à Sparte et moi, flanqué de Kylian (qui avait pas pipé mot durant la réunion) devions aller à Jamir.

Le Grand Sachem nous avait parlé de deux Chevaliers d'Or, le Bélier et le Taureau, qui ne s'étaient pas rendus à la réunion et qui par conséquent devaient être considérés comme des traîtres... Oulah ! Ça me rappelle des souvenirs... Ceux de 1743, quand certains de mes confrères avaient une odeur de soufre ; je pense à la Balance qui voulait jamais se battre (une vraie baltringue ce type) ou encore aux Poissons qui passait, d'après ce que j'avais compris, plus de temps chez les Marinas de Poséidon qu'au Sanctuaire (sans compter qu'il avait l'air d'une tarlouze).
Bon, il est vrai qu'avec deux Déesses Athéna, une fausse et une autre qui avait l'air vraie mais dont j'étais pas sûr qu'elle l'était à 100%, il y avait de quoi provoquer un sacré bordel. Ceci dit, ils étaient déjà bien baisés de la caisse avant tout ça.

Sinon, Arès, le Dieu de la Guerre, était de retour et cela voulait dire que... eh bien, c'était la guerre ! Mais apparemment il y aurait une autre divinité à l’œuvre derrière, du style un Dieu Primordial, un Grand Ancien qui tire les ficelles dans l'ombre et qui ricane...

Je m'arrêtai car je venais de sentir une sorte de perturbation dans le Cosmos, comme deux courants d'énergie qui venaient de se télescoper brusquement avant de s'éteindre brutalement. Je sentis un Cosmos familier non loin et le reconnus : celui d'un de mes confrères !

Je me tournai vers Kylian : tu as dû le ressentir toi aussi ? De toute évidence, un furieux combat vient d'être livré.

Nous nous mîmes en route et parvînmes bientôt à un véritable chaos de roches brisées, dévastées et d'arbustes déracinés ou calcinés ; ça et là on pouvait voir des cratères, des traces de déflagration et de brûlure. L'air était poussiéreux et empestait. C'était à ce genre de signes que l'on pouvait voir qu'un combat cosmique avait eu lieu.

C'est là que vous me demanderez pourquoi, après une lutte titanesque impliquant deux êtres manipulant le Cosmos, que ce soit des Chevaliers, des Géants, ou des Dieux, les mortels n'y voient rien d'autre qu'une catastrophe naturelle de grande ampleur. Eh bien la réponse est simple : comme leur Cosmos ne s'est pas éveillé, leurs perceptions ne sont pas aiguisées, si bien que par exemple, au lieu de voir un Géant abattu par l'un d'entre nous, ils ne verraient qu'un chaos de roches entremêlées , ou une colline dénudée, battue par les éléments déchainés. Et s'il se retrouvait au cœur d'un de ces affrontements titanesques, il ne verrait rien d'autre qu'une tempête effroyable, une tornade dévastatrice ou encore un tremblement de terre.
Certains êtres dont les sens ne sont pas encore trop émoussés et qui ont un tant soit peu d'imagination (comme les petits enfants mais on peut y inclure également ceux qui ont fumé un peu trop de shit), peuvent distinguer "autre chose" au-delà de ces catastrophes naturelles : ils parleront de géants, d'êtres de lumière ou de ténèbres, de fées, etc...
C'est la raison pour laquelle les habitants des époques passées, qui avaient encore cette "mentalité magique", voyaient beaucoup plus de choses que le mortel lambda du XXI° siècle, occupé à mater toutes les conneries qui passent à la télé ou sur le net, et que ce qui pour nous parait "légendaire", "magique", "mystérieux", etc... était somme toute assez "ordinaire" pour eux.

Finalement nous arrivâmes à l'épicentre du combat. Là se tenait mon confrère des Gémeaux, Ozymandias si je me souvenais bien. Il était bien amoché et son Armure d'Or avait pris cher. Mais il était en meilleur état que celui qui gisait au sol et qui donnait l'impression d'être passé dans une moulinette géante. Je vis des éclats métalliques noirs et compris que nous avions devant nous un Spectre d'Hadès...

- Salut à toi cher confrère ! Je suis content de voir que tu es en vie et que tu as foutu une bonne branlée à ton adversaire ! Moi et Kylian avons reçu l'ordre de la part du Grand Pope de nous rendre en cette région afin de euh... sauver ce qui peut l'être ici...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kylian
Chevalier d'argent de l'Autel
avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 02/05/2014

Feuille de personnage
Hp:
140/140  (140/140)
CS:
273/273  (273/273)
Pa:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Dans la paume de Bouddha   Dim 7 Déc - 14:44

On débarque d'ici.

Comme prévu, j'avais suivi le saint du Scorpion. Un combattant volontaire tel que l'avait été Milo autrefois. D'une certaine façon, il lui ressemblait tout en paraissant encore plus ironique dans son attitude, piquant sans le moindre doute, ce qui était assez logique au final. Le Scorpion était réputé pour son attaque passant pour l'une des plus rapides et des plus douloureuses. Une épreuve capable de révéler le vrai courage mais nous étions dans le même camp quoique Hyoga avait pu déguster les effets de la fameuse Scarlett Needle.

C'était aussi cela être un survivant, on ne pouvait s'empêcher de rechercher les traits des anciens et les comparer aux nouveaux. Chose plus que compliquée parfois. Le fait que l'élite comportât des femmes était aussi un fameux changement. J'avais si souvent vu le mépris de certains envers les combattantes, cette arrogance rétrograde que mon maître m'avait appris à repousser. Maintenant, on verrait ce que donnerait cette nouvelle génération issue des terres de Sparte. J'en avais eu vent mais n'avais pas davantage participé à la muse en place de la cité que cela. Saori avait tenu à ce que l'héritage de Mû et de mes amis ne se perde pas mais aussi que personne n'assiste à sa fin. Chose que l'enfant que j'étais à l'époque avait mis des années à comprendre. La Sagesse de notre déesse avait permis aux savoirs de ne pas se perdre.

Puis, soudain, je ne pus l'ignorer. Cette explosion de cosmos plus terrifiante qui venait d'éclater juste sur ces terres qui étaient encore les miennes. Deux énergies de taille à tout détruire, de quoi me faire bondir et répondre aussi sec à Bardamu.

" Oui et Jamir a presque été rayé de la carte !!! Pourvu que... "

Il allait se diriger droit vers le passage menant au peuple jamirien lorsque la présence des Gémeaux se fit clairement sentir et serrant une nouvelle fois les poings, il se résolut à laisser cette idée de côté avant de rejoindre le vainqueur de ce qui n'avait pu être qu'une lutte titanesque.

" Saint des Gémeaux, je suis Kylian de Jamir, maître de ces lieux. Je les ai quittés juste après la tempête de Zeus et je les retrouve en cet état tout comme vous. Laissez-moi me charger des soins dont vous et votre armure avez besoin. Cela vous laissera aussi le temps de nous raconter ce qu'il s'est passé. Ensuite, nous pourrons aller à la rencontre des habitants... "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ozymandias
Grand Pope et Chevalier d'or des Gémeaux
avatar

Messages : 198
Date d'inscription : 10/09/2013
Localisation : Chaque jour vers l'Enfer descendant d'un pas, sans horreur, à travers des ténèbres qui puent.

Feuille de personnage
Hp:
192/192  (192/192)
CS:
400/400  (400/400)
Pa:
152/152  (152/152)

MessageSujet: Re: Dans la paume de Bouddha   Lun 8 Déc - 19:36

Arrow Je reviens du round 2

Droit, debout, figé dans son ultime arcane malgré les innombrables plaies que lui avait infligé ma lame, ce spectre semblait vouloir encore me combattre, même dans la mort.

« Tssss… »

De mon existence, jamais encore je n’avais affronté d’adversaire aussi déterminé, et son absence totale de crainte vis-à-vis de la grande faucheuse le rendait encore plus effrayant. Il avait cela que malgré tout mon pouvoir, malgré toute mon écrasante force, je n’avais pas encore ; la capacité à revenir d’entre les morts.

Certes il était un esclave, certes il n’avait plus la moindre liberté, mais au fond, en avais-je vraiment moi-même ?

« Si c’est fini spectre, j’en ai fini avec toi. »

Et poussant de mon index droit le corps immobile de mon ennemi alors qu’il reprenait petit à petit ses forces, je le fis s’écrouler de toute sa hauteur au milieu des ruines de ce temple parsemée de statue lui ressemblant tellement. Ses capacités de régénérations avaient beau être impressionnantes, cette fois il ne se relèverait pas avant un bon moment.

« Azura… Sens-toi libre de me défier autant de fois que tu le désireras, car en vérité je te le garantis, tant que j’existerai, ce monde, et tout ce qu’il contient, n’existera que pour que je m’en empare, et j’ai bien l’intention de vivre éternellement… »

Il devait y avoir un moyen, la légende parlait d’êtres capables de vivre des siècles tout en conservant leur force et leur âme immortelle. Certains avaient appartenu au peuple issu de l’antique Atlantide, mais d’autre, comme le précédent chevalier d’or de la balance, s’était vu gratifié d’un don exceptionnel, un don que je me devais d’obtenir à mon tour.

« Aussi je te le promet, jamais tu ne connaîtras l’ennui. »

Faisant alors disparaître mon sabre dans une poche dimensionnelle, je m’accordais un bref instant de repos, focalisant ma concentration sur ma guérison tandis qu’au loin, je sentis s’approcher deux cosmo-énergie.

« Hum… »

Si l’une d’elle m’était inconnue, leur puissance elles, étaient aisées à percevoir. L’une d’entre elle n’était autre que celle du chevalier d’or du Scorpion, tandis que l’autre cosmo énergie, plus modeste, était néanmoins d’un niveau proche de celui des chevaliers d’argents.

*Pourvus qu’ils ne me percent pas à jour.

Est-ce ainsi que sera notre existence désormais ? Partagée entre la crainte et la fuite ? Tu penses pouvoir tromper ton monde pour toujours alors que ton cosmos n’est que noirceur ? Combien de temps comptes-tu vivre ainsi ?

Aussi longtemps qu’il le faudra, le temps pour moi de trouver le moyen de ne plus avoir à me cacher.

Pauvre fou, nos contemporains ont retenu la leçon de nos prédécesseurs, ils savent pour nous, tu n’as aucune chance.

Nous sommes déjà d’un niveau bien supérieur à celui des autres chevaliers d’or. Même la Vierge n’est pas de taille contre nous. Aucun chevalier si puissant soit-il ne parviendra à pénétrer mon esprit. Aussi que verront-ils ? Que sentiront-ils ? Ce que je leur montrerais. Seul le pope saurait désormais nous percer à jour, comme ce fut le cas pour nos prédécesseurs.

Ton cosmos te trahira, tu te berces d’illusions.

Oh mais c’est toi qui t’illusionnes, crois-tu que nos prédécesseurs auraient pu ainsi approcher les précédents Pope si leur cosmos étaient si facilement décelables ? Regarde donc…*


Ozymandias et moi n’étions qu’une seule et même personne, nos cosmos n’étaient au final qu’un seul et même tout, et la seule chose qui lui donnait sa teinte étaient nos pensées.

Diminuant alors mon pouvoir au point de le rendre à peine décelable, le corps encore perclus de douleur des suites de mon combat contre le spectre sans nom, je rendis à mon pouvoir et à mes cheveux leur teintes dorée.

*Tu vois ? C’est facile quand on sait comment faire.

Hahaha ! Cela te prend presque toute ta concentration, et cela t’empêche d’utiliser ton pouvoir à son plein potentiel. Tu sauras peut être dissimuler ta vraie nature dans les moments de paix, mais à peine un combat éclatera que tu révéleras ta vraie nature.

Tu dis vrai… Mais je n’aurai qu’à choisir le lieu et le moment de mon prochain combat.

Cela ne durera qu’un temps, tu ne pourras pas cacher ton existence éternellement. Et ne crois pas que je baisserai jamais les bras. Tant que j’existerai, tant que tu existeras, nous ne serons jamais en paix !*


Serrant les dents devant les assauts répétés et inlassables de mon alter égo encore contenu au tréfonds de ma conscience, je me sentis étouffer sous le casque devenu lourd de l’armure des gémeaux. L’ôtant alors, je découvris l’une de ses deux faces pleurant la perte de son chevalier attitré.

« Arrête de pleurer ! Je suis aussi digne d’être ton porteur que lui ! Plus digne même encore, car moi je n’hésiterai pas à faire ce qui doit être fait ! Rien ne m’arrêtera, ni les Hommes, ni les spectres ni les dieux ! »

Les deux autres cosmos arrivaient maintenant sur moi, je devais faire vite.

Essuyant d’un revers de la main les larmes de la face souriante de mon casque, je le coinçais maintenant sous mon bras et laissait ces deux nouveaux venus se présenter à moi.

« Salutations à vous deux, maître de Jamir et Scorpion d’or. »

Pestant intérieurement contre l’arrivée des plus importunes de deux émissaires du Grand Pope, je me sentis alors en danger, comme s’ils étaient tous deux venus pour m’exécuter. Grace à ses dons de visions, le Pope avait-il déjà tout saisi ? Ou bien était-ce simplement une mesure préventive ? Oserait-il se débarrasser ainsi d’un de ses chevaliers, lui censé représenter Athéna ?

Je n’avais pas encore eut le temps de récupérer de mon combat contre le spectre anonyme demeurant encore immobile derrière moi et toujours en train de se régénérer, aussi, un affrontement m’aurait été pour le moment des plus défavorables.

Je devais ruser, gagner du temps, et surtout ne pas attirer l’attention sur moi.

« Merci Bardamu. Ce ne fut pas chose aisée, affronter un spectre d’Hadès est une épreuve pour le moins épuisante, et je n’ai pas encore eut le temps de me régénérer… »

Mon armure et mon corps étaient en piteux état, et même si mon cosmos commençait à accomplir des miracles, j’étais encore faible et fragile, tout prêt d’un adversaire pouvant se relever d’un instant à l’autre.

« Merci maître de Jamir. Deux combats d’affilés contre un tel adversaire ont en effet prélevés un lourd tribut sur ma protection. »

J’hésitais alors à ôter mon armure d’or, seul rempart à mon corps contre les attaques ennemies le temps que mon corps ait eu le temps de guérir au moins en partie, mais la garder sur moi aurait été bien trop suspect à leurs yeux.

*Et dire que je ne peux même pas envoyer ce spectre dans une autre dimension sans me trahir…*

Le temps m’avait manqué. Désormais, il nous faudrait demeurer tout prêt d’un ennemi capable de ressusciter à volonté, ou partir.

Ôtant alors ma protection qui sur le champ prit sa forme totémique, j’eu un regard plein d’appréhension en examinant mon casque et surtout sa face souriante à la recherche de larmes, mais fut rapidement soulagés par leur absences.

Au moins ce n’était pas cela qui me trahirait, du moins pour l’instant.

« Faites vite Kylian, cet adversaire est un spectre du royaume souterrain, bien que son armure me soit inconnue. Cela fait déjà deux fois que je le terrasse, et il ne semble pas encore prêt à mourir. »

Un simple regard sur le corps encore criblé de lacération de mon ancien ennemi suffisait pour comprendre qu’à l’instant même où nous parlions, il était en train de se régénérer.

Combien de temps nous restait-il avant sa guérison complète ? Quelques minutes ? Quelques secondes ?

M’approchant alors de mon armure et connaissant par cœur le rite de régénération, je relevais ma manche droite, et du tranchant de ma main gauche, m’entaillais le poignet d’un geste rapide et sans hésitation. Un fin filet de sang s’écoula alors sur ma protection dorée qui sembla comme l’absorber avec avidité. Ma dîme ainsi payée, il ne restait plus au réparateur d’armure qu’à faire son œuvre.

« Il n’y a pas grand-chose à dire. J’ai ressenti le pouvoir de cet ennemi alors que je revenais d’une mission spéciale pour le Grand Pope et me suis aussitôt hâté en sa direction. En chemin, j’ai découvert le pont menant à la tour détruit, le village des Jamiriens anéantit jusque dans ses fondations, et la tour totalement rasée. Partout où ce spectre est passé, il ne demeure plus qu’une suite de cratères hémisphériques, seuls témoins de son passage et de la puissance de sa technique gravitationnelle. Nous nous sommes d’abords affronté sur ce qui restait du flanc de montagne où jadis s’était élevé la tour de Jamir, et après que j’ai réussi à l’envoyer aux confins de l’univers, il est revenu à cet endroit même, au cœur de ce temple bouddhiste, où nous nous sommes à nouveau affronté et où cette fois il a bien failli me tuer. »

Resserrant mon poing et cicatrisant sur le champ ma plaie peu profonde, je reculais d’un pas, laissant le dénommé Kylian se mettre au travail tandis que je revenais régulièrement du regard sur le spectre encore immobile.

« Je suis navré Kylian. Je suis arrivé trop tard pour les vôtres. Il n’y a plus rien à sauver là-bas. Jamir n’existe plus, et vous êtes maintenant le dernier représentant de son peuple. »

Je voulus alors poser une main amicale sur l’épaule du jeune homme pour feindre l’amitié et le réconfort, mais cela l’aurait sans aucun doute dérangé dans son ouvrage, et ma protection passait avant tout.

« Mais et vous-même ? Quelles nouvelles apportez-vous avec vous ? »

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Chevalier d'or du Scorpion
Chevalier d'or du Scorpion
avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 18/08/2013

Feuille de personnage
Hp:
194/194  (194/194)
CS:
310/310  (310/310)
Pa:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Re: Dans la paume de Bouddha   Mar 13 Jan - 20:15

Ozymandias ôta son Armure d'Or qui prit sa forme habituelle. Je l'observai pendant quelque temps. Ce n'était pas tant son état qui m'intéressait - car elle était sacrément bien amochée - mais plutôt son aspect : elle me faisait penser à une sorte d'idole barbare et je me dis que celui ou celle qui l'avait forgée avait dû soit boire un coup de trop, soit être un peu zinzin. Voire les deux.

Mon collègue doré versa un peu de son sang sur son Armure - il a été plus rapide que moi car j'étais prêt à donner le mien. C'est la condition sine qua non pour réparer une Cloth : à partir d'un certain état, un peu de sang était nécessaire pour redonner vie à l'Armure.

C'était tout de même pas très sérieux : dans son état, se vider de son hémoglobine était le genre de truc qui pouvait vous faire passer de vie à trépas. Enfin bon, il était, tout comme moi, un Chevalier d'Or : la maîtrise du Septième Sens nous permettait de puiser directement dans le Cosmos environnant, nous donnant ainsi accès à de vastes réserves d'énergie.

Pendant que Kylian était en train de faire son office, j'observai le cadavre du Spectre : les blessures commençaient à se refermer doucement et il avait fort à parier que le Guerrier d'Hadès, en vertu d'un lien mystique avec le Sombre Monarque, allait ressusciter. Je me demandai si lui couper la tête pouvait se révéler efficace mais j'en doutais fort...

Je me tournai vers Ozy, Kylian était toujours en train de bosser, faut pas déconcentrer les artistes :

- Je pense qu'on devrait voir s'il reste pas des survivants même si, vu l'état du terrain, et j'embrassai du regard le décor chaotique tout autour de nous, j'ai bien peur qu'il n'y ait plus nulle âme qui vive. Mais bon, on sait jamais...

J'avais plongé mon regard dans le sien : il y avait quelque chose de bizarre chez mon collègue. J'arrivais à sentir ces choses là : l'instinct du tueur, ou du chasseur, ce qui revenait à peu près au même.

Je donnerai cher pour savoir ce que tu as dans le crâne, voire au-delà... semblai-je dire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kylian
Chevalier d'argent de l'Autel
avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 02/05/2014

Feuille de personnage
Hp:
140/140  (140/140)
CS:
273/273  (273/273)
Pa:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Dans la paume de Bouddha   Ven 16 Jan - 21:11

[Post fait en accord avec Ozymandias Razz ]

La réponse du saint des Gémeaux ne s'était pas faite attendre quoique qu'il avait paru un peu crispé au maître de Jamir. A moins que cela n'était directement lié au passé et au poids de cette armure. La revoir lui faisait un certain effet, Kylian ne pouvait le nier ni oublier les porteurs maudits de cette protection si différente des autres. Son cosmos était aussi troublé. Le jeune homme s'en rendait compte mais le combat pouvait aussi avoir sa part de responsabilité et laissant le saint du Scorpion s'occuper de ce qui était visiblement le cadavre d'un spectre, le saint de l'Autel se tourna vers l'autre chevalier d'or. Et ce fut aussi à cet instant, une fois la réparation débutée par l'offrande de sang qu'il comprit la raison d'un tel émoi.

" Non !!! Non, c'est impossible ! Jamais Jamir ne serait ainsi tombé sous les coups d'un seul spectre. Ce monstre d'Hadès est aussi de retour alors. Lui aussi... "

Suspendant sans même s'en rendre compte son geste, il se tut soudain comme frappé en pleine tête. Telle une statue, il demeura, ainsi figé dans la posture du réparateur penché sur sa patiente dorée et ce ne fut qu'à l'instant où quelques larmes aussi rares que douloureuses s'écoulèrent en silence le long de ses joues qu'il semble reprendre vie. Son cosmos se déploya soudain avant de se répandre dans toute la zone dont il ne restait plus rien.

Mon peuple, mes amis, mes semblables... Plus aucun ne répond aux vibrations cosmiques du maître de Jamir. Plus personne ne respire... En voici la preuve ultime Bardamu du Scorpion. Plus rien ne vit en ce lieu et en l'ancien village de Jamir. Plus rien, la Tour elle-même s'est éteinte et avec elle l'antre des saints du Bélier n'est plus que poussière. Moi seul, moi seul suis dépositaire de la mémoire et du savoir de mon peuple tout comme l'unique possesseur des outils sacrés et des derniers trésors de savoirs que j'avais ramenés des années plus tôt au Sanctuaire pour les confier à la déesse Athéna. Quelque chose menaçait et Saori l'avait annoncé avant de partir pour Sparte.

Pourquoi !!!


La colère de Kylian éclata encore plus immense que sa douleur.

Pourquoi ne pas avoir déplacer le peuple avec eux, Saori !!! Pourquoi n'as-tu rien pu faire ? Pourquoi, n'as-tu rien vu ? Que t'a-t-on fait, déesse ? Est-ce Zeus ? Ou pire encore Cronos qui aurait déjà agi à cette époque dans le but de préparer son retour.


D'autres cris de rage et de douleur entremêlées suivirent avant que soudain le silence ne retombe et que sans un mot de plus, le jeune homme ne reprenne sa tache avec une ardeur telle que l'armure qui reprit forme entre ses mains éclatait de beauté et de puissance, plus encore qu'avant.

Ozymandias, ton armure est revenue encore plus puissante qu'avant. Merci pour tout ce que tu as fait même si tu es arrivé trop tard. Nous-mêmes le sommes, je ne peux te reprocher ce que moi-même n'ai pu faire. Que ton armure soit plus puissante qu'elle ne l'a été jusqu'ici et qu'avec elle, tu puisses faire justice contre tous ceux qui ont joué dans cette tragédie. Arès qui nous a frappé en tant de lieux, Hadès qui vient d'entrer dans cette guerre et Cronos dont les desseins ne peuvent qu'être terrifiant.

Que cette armure soit mon premier vrai geste envers Athéna la grande déesse avant que mon cosmos ne se jette à son tour dans la bataille. Jamir n'est plus mais un jour, je reviendrai, un jour tout repartira.


Et s'éloignant de l'armure, il jeta un regard de pure haine sur le cadavre du spectre.

Quant à celui-là, il est à toi. Fais ce que tu veux. Tu l'as vaincu déjà par deux fois.

[Armure des Gémeaux réparée]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ozymandias
Grand Pope et Chevalier d'or des Gémeaux
avatar

Messages : 198
Date d'inscription : 10/09/2013
Localisation : Chaque jour vers l'Enfer descendant d'un pas, sans horreur, à travers des ténèbres qui puent.

Feuille de personnage
Hp:
192/192  (192/192)
CS:
400/400  (400/400)
Pa:
152/152  (152/152)

MessageSujet: Re: Dans la paume de Bouddha   Lun 19 Jan - 16:09

Terrible secret autant que formidable puissance était celui de l’art ésotérique lié aux armures. Un art jalousement gardé par ceux qui s’étaient vu confié il y a si longtemps le pouvoir de réparer les protections sacrées.

Un sentiment de frustration m’envahissais alors que j’épiais les gestes du dénommé Kylian tandis qu’il s’attelait à la tache de réparer les quelques dommages que ce mystérieux spectre lui avait infligés.

*Pourquoi ? Pourquoi n’avoir confié ce savoir qu’à de trop rares élus, incapable de se défendre par eux-mêmes ? Pourquoi nous rendre dépendant d’une faction qui quoi qu’alliée, à toujours prit le plus grand soin d’éviter la première ligne ? Pourquoi nous obliger ainsi à leur devoir quoi que ce soit Athéna ?*

Si je ne pouvais comprendre la nécessité d’un tel secret, je pouvais néanmoins reconnaître la fidélité inébranlable d’un peuple qui avait maintenant tout sacrifié pour sa déesse. Mais maintenant que ce peuple avait quasi entièrement disparu, avec lui c’était peut-être le secret des armures qui allait disparaître, si tout du moins Sparte ne s’était pas vu elle aussi accorder la confiance de la prétendue Sagesse…

*Ce savoir ne doit pas se perdre. Sans lui, nous ne serons bientôt même plus des chevaliers.*

En effet, que pouvais bien faire un chevalier sans armure ? La réponse me semblait pour le moins évidente.

*Comment faire ? M’occuper de lui et lui extorquer le secret ? Hum… Il préférera sans aucun doute mourir plutôt que de trahir ses convictions, mais j’ai de quoi le briser.*

Si l’esprit de ce qui, malgré ses connaissances, demeurait un simple chevalier d’argent m’était aisément accessible, il restait le souci de mon homologue du scorpion, présent lui aussi, et qui sans aucun doute, ne me laisserait pas agir à ma guise.

*Devrais-je le tuer pour ensuite m’occuper de Kylian ? Non… Il profiterait de notre affrontement pour fuir et alerter le sanctuaire. Je manque encore de puissance… Maudite patiente !*

Rageant intérieurement devant mon incapacité à obtenir sur le champ ce secret me rendant intolérablement dépendant d’un autre, j’entendais plus que je n’écoutais les révélations du chevalier de l’autel concernant le retour des deux plus grands seigneurs immortels que la création n’ait jamais compté.

*Intéressant… Le père et le fils, réunis cette fois dans notre décor… Hum… Avec un peu de chance, ils s’entretueront sans qu’on ait besoin de nous en occuper nous-même, et eux partie, que restera-t-il pour s’opposer aux forces du Sanctuaire ?*

A maintes reprises par le passé, les enfers réunis s’étaient révélés incapable de l’emporter contre la puissance faite Homme, et maintenant que le sombre empereur du monde souterrain semblait s’être réveillé, l’histoire allait sans aucun doute se répéter encore une fois, car ainsi allait le monde, les petits recommencements faisant l’éternité.

*Et s’il existait une troisième voie ? Si Athéna et Hadès n’étaient pas les seuls dépositaires de l’avenir de la Création ?*

L’Homme pouvait-il vraiment s’affranchir des dieux ? Seiya et ses compagnons avaient prouvés que le pouvoir humain ne connaissait pas de limite, mais cela les avait-il pour autant libérer de leurs conditions humaines ? Maintenant, qu’étaient-ils devenus ? Leur pouvoir leur avaient-ils permis de s’affranchir des enfers malgré la mort ? Et si s’était le cas, où étaient-ils à présent ?

Peinant à réfléchir convenablement avec les cris et autres borborygmes ineptes du chevalier de l’autel se laissant aller à sa douleur, je tachais d’avoir l’air au moins un minimum compatissant en affichant une mine désolée autant que frustrée, ce qui ne fut pas difficile, car frustré, je l’étais vraiment.

« Les voies de la déesse sont impénétrables jeune chevalier de l’autel. La douleur ne doit jamais te faire perdre la foi. Ceux qui aujourd’hui sont tombés rejoignent les innombrables victimes innocentes que les guerres saintes ont laissées derrière elles, mais comme par le passé, leur souvenir deviendra notre lumière. »

Cela sembla le calmer, du moins assez pour qu’il termine son ouvrage, qui contre toutes mes attentes, se révéla être de première facture.

« Magnifique… »

C’était la première fois que j’assistais de mes yeux à la réparation d’une armure, et alors que Kylian s’éloignait de ma protection, remise à neuf et encore plus resplendissante que par le passé, je ressentis sa nouvelle puissance irradier au travers de son orichalque jusqu’à moi.

« Chevalier de l’autel, reçois mes remerciements pour ton ouvrage. Soit sur que je saurai utiliser ton présent au mieux de ses capacités. Sois sur de ceci, nos ennemis sont peut-être puissants, mais nous le sommes encore plus. »

Tendant la main vers ma protection dorée, celle-ci vint alors sur le champ me recouvrir et me régénérer de sa prodigieuse puissance. Sentant l’euphorie me gagner tandis que j’étais parcouru des vibrations bienfaitrices qui émanaient d’elle, je compris alors l’absolue nécessité de m’emparer de ce secret, et la meilleure manière d’y arriver était de gagner encore en puissance.

*Au final, tout se résume à cela. La puissance, celle d’insérer de force sa volonté dans une réalité récalcitrante.*

Mon armure et mon corps ainsi entièrement régénérés, je n’avais plus rien à faire céans, et deux destinations potentielles attirent alors mon attention.

*Sparte, ou le Sanctuaire ? Hazama, ou le Grand Pope ?*

Ces deux êtres avaient-semble-t-il beaucoup de chose à m’enseigner, que ce soit dans une voie ou dans l’autre, mais par soucis de préserver les apparences, le Grand Pope passait en priorité.

*Après tout, quel genre de chevalier ne rentrerait pas immédiatement informer son supérieur d’une telle découverte ? Et puis, ce vieil ivrogne et moi avons à parler...*

« Kylian dit vrai Bardamu. Il ne reste rien à sauver dans les environs. Il ne restait déjà rien à mon arrivée, cet assassin mystérieux à bien fait son œuvre, et malgré toute notre puissance combinée, nous ne pouvons encore le terrasser définitivement, car il appartient à Hadès. Il faut nous rendre à l’évidence, actuellement, seule Athéna demeure en mesure de contrer les capacités régénératrices des spectres, et tant que le chapelet n’aura pas été retrouvé, ou qu’un nouveau n’aura pas été fabriqué, nous demeurerons en position de faiblesse faces aux forces du sombre empire. Nous n’avons pas le choix, nous devons nous replier. »

Déclarer une telle évidence avait de quoi faire naître en moi un profond sentiment de dégoût, mais pas autant plus que notre absolue impuissance devant un adversaire encore invincible. Cependant, mourir maintenant aurait été bien plus inadmissible encore.

« Ce n’est pas à toi de me dire quoi faire de nos ennemis, Kylian. N’oublie pas ta place, et à qui tu t’adresses. Et surtout, ne croit pas que parce que tu as réparé mon armure, tu sois mon égal. Cet adversaire n’est pas à ma portée, et encore moins à la tienne. Pour ma part, l’avoir vaincu déjà deux fois est une preuve de l’absurdité d’un tel affrontement, aussi, je ne compte pas réitérer l’expérience avant d’avoir trouvé le moyen d’en finir avec lui, définitivement. »

Puis, me tournant vers un Scorpion décidément bien silencieux, sans doute se demandant ce qu’il faisait là, je lui déclarais sans détour mes intentions ainsi que ce que je lui conseillais comme étant la meilleure marche à suivre.

« Bardamu, je ne peux pas t’imposer quoi que ce soit, car toi et moi sommes égaux, cependant, si la logique gouverne tes actes, tu ne pourras que te ranger à mon avis. Ce combat est une absurdité. Il ne peut pas perdre, et nous ne pouvons gagner. Quel que soit ton courage ou le mien, se jeter dans une bataille perdue d’avance ne rime à rien. Je vais rentrer de ce pas au Sanctuaire et informer le Grand Pope de ma découverte ainsi que de la destruction du peuple de Jamir. Lui saura quoi faire pour contrer la résurgence des spectres. Tu peux m’accompagner ou rester ici à attendre le retour de cet ennemi, cela ne tient qu’à toi… En revanche, chevalier Kylian, tu es désormais le dernier dépositaire connu des secrets de ton peuple, et par ce fait, tu es devenu beaucoup trop précieux pour qu’on te laisse sacrifier ta vie, et je t’ordonne de rentrer avec moi au sanctuaire sur le champ. »

Mon ton ne laissait que peu de place à la discussion. Ce chevalier d’argent était maintenant à mes yeux un trésor d’une valeur inestimable, aussi, s’il le fallait, j’étais prêt à le ramener au sanctuaire en le portant comme un sac de patates, quitte à devoir l’assommer au préalable.

Ouvrant alors d’un geste de ma dextre un passage vers l’entrée du sanctuaire, je m’y engouffrai sans attendre tout en m’assurant qu’il resterait un instant ouvert pour que ceux voulant me rejoindre puisse le faire s’ils se décidaient rapidement.

Arrow Entrée du sanctuaire, puis palais du Grand Pope avec Kylian (il a intérêt à venir, ou je l’envois voir la dimension parallèle réalisée par l’équipe du film Tron Twisted Evil )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kylian
Chevalier d'argent de l'Autel
avatar

Messages : 28
Date d'inscription : 02/05/2014

Feuille de personnage
Hp:
140/140  (140/140)
CS:
273/273  (273/273)
Pa:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Dans la paume de Bouddha   Mer 6 Mai - 14:13

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bardamu
Chevalier d'or du Scorpion
Chevalier d'or du Scorpion
avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 18/08/2013

Feuille de personnage
Hp:
194/194  (194/194)
CS:
310/310  (310/310)
Pa:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Re: Dans la paume de Bouddha   Dim 31 Mai - 21:23

Ozymandias et Kylian étaient retournés vers le Sanctuaire et je me retrouvais seul. Le Chevalier d'Or des Gémeaux avait peut être raison quand il affirmait qu'il ne restait plus aucun survivant suite à cette bataille titanesque mais je me refusais à laisser d'éventuels rescapés au milieu des décombres de ce qui avait dû être il n'y a même pas quelques heures un village. Et puis les pessimistes n'avaient pas toujours raison et mon confrère l'était un peu trop à mon goût.

Un miaulement sur ma gauche attira mon attention : un petit chat tigré blanc et noir se dirigea vers moi et se frotta contre ma jambe en ronronnant. Bien, j'avais déjà trouvé un survivant !

Durant les heures qui suivirent j'en trouvais d'autres : une famille qui avait eu le bon réflexe de se réfugier dans une caverne avant le début de la tourmente (à noter qu'elle était déjà occupée par un ours mais ce dernier avait eu autant peur que les humains du cataclysme qui s'était abattu sur la région et n'avait pas chassé les intrus), une fillette d'environ neuf ans que je dégageais des décombres de la maison de ses parents, un adolescent qui avait préféré gambader dans les montagnes plutôt que de se faire ses corvées (les Dieux étaient généreux envers les oisifs...), un vieillard, une mère de famille qui avait perdu son mari et la moitié de ses enfants et qui en attendait un autre, un robuste jeune homme qui était allé cueillir des herbes pour sa mère malade qui avait finalement péri au cours du tumulte provoqué par l'affrontement entre Ozymandias et le Spectre (les Dieux avaient un sens de l'humour qui parfois m'échappait...), cinq chiens et trois yaks. C'était peu mais c'était mieux que rien...

Quand la nuit tomba je logeais tout ce petit monde dans la grotte qui était assez spacieuse pour accueillir une bonne dizaine de personnes. J'utilisai mon Cosmos pour apaiser l'humeur du plantigrade qui appréciait modérément de voir ainsi son logis occupé par ces visiteurs impromptus et au final la cohabitation se déroula sans trop de problèmes.

Au cours des semaines qui suivirent, j'aidai les survivants à reconstruire leur village ainsi que leur vie. J'avais rangé mon Armure dans son écrin et c'est habillé comme un simple paysan que j'assistai ces braves gens habitués au rude climat de l'Himalaya ; au cours de mon séjour, je soignai les blessés, allai à la chasse et à la pêche (l'ours m'aida un peu car j'étais peu doué pour attraper le poisson) enseignai aux villageois quelques rudiments de l'art du combat, redonnai une seconde jeunesse au vieillard grâce à ma science des points vitaux et allai même aider la mère de famille à accoucher de son enfant. Ils formaient maintenant une grande famille et j'étais heureux d'avoir mis un peu de baume dans leur cœur meurtri par cette douloureuse épreuve.

Vint enfin le moment du départ et c'est au petit matin que je repris mon Armure et m'en allai sans dire au revoir ; je n'aimais pas les adieux déchirants...
Arrow  Sanctuaire d'Athéna
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dans la paume de Bouddha   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dans la paume de Bouddha
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les sens des mots dans les différentes langues
» CONTE BOUDDHISTE: le lapin dans la lune
» Une main dans sa culotte...
» Du vent dans mes mollets - Moussafir / Mam'zelle Roüge
» [AIDE] Ma vidéo .mp4 n'apparait pas dans l'onglet photos et vidéos

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Knights of Hope :: Le Monde :: Asie-
Sauter vers: