Forum RPG dans l'univers de Saint Seiya (Les chevaliers du Zodiaque)
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Jamir par une nuit sans lune

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
La Main du Destin

avatar

Messages : 121
Date d'inscription : 03/08/2013

MessageSujet: Jamir par une nuit sans lune    Ven 10 Oct - 18:38


[Imaginez cela de nuit, lors d'une vraie nuit noire sans lune]

C'était par une de ces nuits noires dont Nyx avait le secret que le vent cessa de souffler sur le pont menant à la Tour de Jamir. Rares étaient les âmes à s'aventurer en ces lieux perdus au sommet d'une montagne. L'air y était froid, pauvre et triste mais pire que cela l'odeur de la mort régnait. Pas une mort classique mais une fin orchestrée par le maître des lieux. Une épreuve des plus cruelles opposées aux cœurs vaillants désireux de redonner vie à leur armure. La Tombe de l'Armure Sacrée était un de ses noms les plus redoutés et pour qui tentait de passer ce pont, cette véritable arche de pierre jetée au-dessus d'une multitude de pics acérés, la mort était à l'affût, prête à frapper de sa puissance.

Un chemin obligatoire pour tout être vivant peuplés d'ombres et de squelettes assoiffés de sang et de vengeance. Sombre était la nuit, sombre était la terre et innombrables, les morts venus se massés sur l'étroit chemin. Qu'avaient-ils donc senti pour paraître en si grande nombre ?

Que défendaient-ils si férocement sinon cette Tour dont les formes se devinaient au loin. Immense et vivante, elle avait abrité en son époque le vaillant Saint Mû du Bélier avait que son jeune disciple ne reprenne le flambeau, renforçant déjà la tour si bien isolée de sa propre puissance. Haute et solitaire, patientait donc la Tour de Jamir. Vaillante sur son pic rocheux, veillant autant sur le peuple antique de Jamir dont elle détenait un passage secret que sur le savoir de Kylian de l'Autel, celui qui autrefois portait le nom de Kiki. Trésors si vastes et hors de portée de coups du destin, tout de par le passé l'avait prouvé. Le peuple de Jamir était à part, épargné par la folie des hommes et des dieux car rares étaient ceux capables de l'atteindre...

Et paisible pour ce peuple était la nuit. Les Maisons bien accrochées aux parois rocheuses dormaient paisiblement. Pas un guetteur, pas un animal pour venir troubler le repos bien mérités des travailleurs. Après tout qui les connaissaient, qui connaissait le véritable emplacement de leur ville perdue. Quelque part, près des étoiles, baignée de la plus pure de lumière en pleine journée, abreuvée en permanence de sources dont la pureté n'avaient d'égale que leurs vertus vivifiantes et curatives, la cité éclatée était plus vaste qu'on ne pouvait le penser à première vue. Le tout était de pouvoir réellement la visualiser tant ses demeures et autres constructions étaient éloignes les unes des autres, perchées sur l'ensemble de pics et réunies par des ponts qu'eux seuls connaissaient. Des ponts qui ne se dévoilaient qu'à eux, enrichis de minéraux brillant dès que la plus faible des lumières venaient les frapper. Les quelques tours de guets, elles, servaient davantage à observer les étoiles et avertir les habitants en cas de tempêtes et autres déchaînements naturels mais cela faisait bien des années que les feux d'alarmes ne s'étaient plus enclenchés...

Le calme de cette nuit si noire était à l'ensemble des autres nuits, serein et reposant. Après tout la guerre des dieux était achevée et si rares étaient ceux connaissant le secret de leurs existences. Pour eux, rien, en cette nuit, ne viendrait les troubler...

Dormaient paisiblement, descendants de Mû. Épouses auprès de vos maris, enfants dans leurs lits et nourrissons encore accrochés au sein de leur mères. Repose, peuple oublié, refermé sur lui-même, repose en cette nuit, en paix...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stelios
Spectre de l'Hécatonchire
avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 22/08/2014

Feuille de personnage
Hp:
131/131  (131/131)
CS:
350/350  (350/350)
Pa:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Jamir par une nuit sans lune    Dim 12 Oct - 16:58

dans le ciel sans lune de la région de Jamir, une porte s'ouvrit dans l'espace en silence et le guerrier à l'armure au bras et aux yeux surnuméraires atterrissait sur un pic rocheux avec la souplesse d'un chat et une discrétion absolue. surplombant à la verticale les maisons troglodytes abritant ce peuple caché du genre humain. La déesse Athéna avait prêté à certains rares endroits une forme de protection toute particulière. Le village de Rodorio au pied du Sanctuaire en était un, et cet endroit un autre exemple. Ces habitants étaient les descendants du continent perdu de Mü. Une poignée d'êtres gardant des secrets légendaire, et parmi ceux-la, la forge des armures liés aux constellations.

Perséphone n'avait pas envoyé Stelios au hasard. Parmi les éveillés au cosmos, peux étaient capables de voyager entre les dimensions. En quittant directement les enfers pour la surface, il avait pu arriver sur le lieu de ce village vertical sans passer par le pont maudit qui le protégeait.

Son but premier était d'envoyer ad patres ce peuple dans l'autre monde. une fois celui-ci éradiqué, il pourrait s'occuper de détruire le pont, la tour et le propriétaire des lieux si celui-ci s'y trouvait.

Il garda le silence et observa les lieux à travers le regard parfait de son armure.

l'endroit possédait chaque hameaux possédaient des miradors avec des buchers prêt à être allumer pour avertir en cas d'invasion, mais il étaient tous situé sur une seul et même falaise.

*Ce lieu appartient à un autre age..*

*En effet, les habitants de cet endroit n'ont aucun contact avec l'extérieur depuis des millénaires. Les éliminer ne manquera à personne. ce sera une partie de plaisir *

*Cesse donc tes sarcasmes. Ce que je m'apprête à faire ne m'amuse pas le moins du monde.*

*Des remords? c'est pourtant ton idée d'assassiner les Jamiriens. Si tel est ton envie, alors tu devrais être heureux que Persephone t'en ais donné la permission.*

*Ce n'est pas une question d'envie Cottos. Mais de nécessité. Ce que je fais le mieux, c'est tuer. Cela ne veux pas dire que c'est par plaisir. Je le fais pour résoudre une situation inextricable. Quand bien même, je détruirai la tour ou le pont de Jamir et même le forgeron, c'est ce peuple qui en détient les secrets. il est la source du pouvoir des armures d'Athéna.*

*Haha. Ne me fais pas rire Stelios, Tu n'as pas besoin de te justifier, je te regarde depuis l'enfance, et je t'ai mené jusqu'à moi. Ne me fais pas croire que tu n'as pas de plaisir en ôtant une vie.*

le guerrier garda un regard froid.

*Ne confond pas le plaisir du combat et un meurtre de masse. Je fais ce qui doit être fait.*

*Hum... désolé, mais tu ne me convaincras de cette manière. Celui qui à le gout du sang le garde jusqu'à sa mort... Et même parfois après.*

Stelios serra légèrement les dents, agacée par la discussion. Pour cette fois l'esprit de l'hécatonchire avait le dernier mot.

Le guerrier observait la situation dans son ensemble.
Il se concentra pour percevoir les cosmos des habitants et compris rapidement que tous étaient semblables à ceux de simples humains.

Comment attaquer? Un par un tel une ombre frappant à grande vitesse, ou frapper tout le village d'un seul et puissant coups?
La première solution laissait une trop grande marge d'erreur, mais la seconde solution était-elle réalisable sans créer la terreur?

Il avait fait la promesse à la déesse Perséphone de tout faire pour que les habitants meurent en paix.
Semer la mort dans la panique aurait été plus simple. Pourtant il possédait une arcane capable de résoudre la situation instantanément.
Une attaque sans violence physique qui entrainerait le village entier dans un sommeil éternel. Et pour ceux qui par hasard ne trouvaient pas le sommeil, ils se retrouveraient prisonnier d'une illusion les figeant dans le temps tout en éteignant leurs corps de toutes vies quasiment instantanément.

En théorie ce pouvoir était fait pour un combat singulier contre ceux qui égalait sa puissance. mais pour de simples mortels, un tel pouvoir pourrait endormir à jamais un village tout entier.

là était la solution.

chaque oeil de l'hécatonchire s'ouvrait laissant leur orbite observer chaque mouvement. Animaux, insecte ou humain, aucun n'échapperait au regard de la créature mythologique vivant au sein du surplis ainsi qu'a son porteur.

*Brule mon cosmos...*

TEMPUS FUGIT.




l'attaque psychique se répandait comme une onde immatérielle à travers la montagne endormit. L'illusion du temps qui sarrette Sans un bruit était si puissante que l'inconscient assimilait l'évènement à une pure et simple mort. Chacun relâchait un dernier souffle paisible. L'attaque avait frappé sans distinction. Homme femme ou enfant, Tous s'étaient endormis définitivement.

Du haut de son promontoire Stelios observait et sonda le village et ses alentours de son esprit. Tous étaient mort.

*Alors satisfait?*

*Pas tout à fait Cottos...*

*Pourquoi? Ils sont tous mort. il n'y à plus un battement de cœur à la ronde.*

*ça ne suffit pas. Je dois raser ce village maintenant qu'ils sont tous mort. L'anéantir de façon définitive. Tôt ou tard quelqu'un viendra voir ce qu'il s'est passé. Peut-être que les secrets de Jamir sont cachés sous forme d'écrits, quelque part dans ce village*

*A présent que tu les as endormis, tu vas tout détruire? Pourquoi ne pas avoir commencé par ça? ça aurait été plus simple...*

*J'ai fait une promesse à la déesse des saisons. même toi et ton esprit facétieux peuvent comprendre qu'il était nécessaire que je la tienne.*

Cette fois-ci ce fut le spectre qui parla en dernier.


L'étoile de la domination se mit à briller fortement, et le cosmos dont stelios était le maître brula en tournoyant sur lui même se concentra dans ses dix mains se comprimant à l'infini et soulevant une puissante tempête. une bille d'un noir absolue en suspension apparue, déformant le décors autour d'elle.

"Adieu Jamir... INFINITE VOID! "



Stelios relâcha son pouvoir en le projetant contre le front du village vertical.

Le trou noir fit son office et dévora la surface de la montagne. Il s'enfonçait à l'intérieur du pic qui se mit à trembler, se déchirant et se comprimant dans un fracas tonitruant, anéantissant définitivement le village avalé par le vide absolue de l'univers.

Stelios n'avait pas bougé d'un iota en regardant la scène dantesque. En se refermant le trou noir avait laissé en lieu et place de la montagne un cratère bouillonant causé par les écrasantes forces gravitationnelles en action.




Pas un seul sentiment ne déteignait sur le visage de Stelios. Assassin il était, et assassin il resterait. Jusqu'à son dernier souffle.


A présent il tourna son visage vers l'horizon. Son prochain objectif était le pont... Une aura malsaine s'en dégageait. Il lui faudrait détruire ce lieu dénommé "La tombe de l'armure".

Se laissant tombé dans le vide, Stelios disparue et bondissait à nouveau dans un vortex en direction du lieu maudit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stelios
Spectre de l'Hécatonchire
avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 22/08/2014

Feuille de personnage
Hp:
131/131  (131/131)
CS:
350/350  (350/350)
Pa:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Jamir par une nuit sans lune    Ven 17 Oct - 1:28

assez loin de que fut le les habitations de Jamir, Stelios apparue derrière le pont emblématique du lieu. Corde de roche de deux mètres de large suspendue au dessus du vide, l'endroit nommé tombe de l'armure était vertigineux. De part et d'autre Le fond était invisible, caché par des brumes épaisses se déplaçant rapidement au grès des courants d'air puissants.
Le cosmos malsain du lieu empestait comme une moisissure trop longtemps accrochée à la roche . Un maléfice séculaire hantait l'endroit. Certains esprits capturés par les maitres des lieux étaient captifs de cet endroit. Leur sacerdoce, empêcher tout être de passer.  Le fait étant que les capacités particulières à voyager comme bon lui semblait avait mené l'Hécatonchire non pas à l'entrée, mais directement à la sortie.

le silence fut tranché par des hurlements fantomatiques.

"COMMENT? Un étranger a traversé le pont. Nul ne peut échapper à notre vigilance!"

"Et pour cause. Je ne l'ai pas traversé, mais il n'est pas nécessaire d'expliquer. Je viens vous libérer définitivement !"

Stelios s'était mis en garde . Ses yeux perçant, couleur rubis, tranchaient dans l'obscurité, et ses bras en posture de combat renforçaient l'aspect effrayant et surnaturel de l'assassin d'Hadès.

Face à lui, martelant le sol, une multitudes de squelettes apparurent couverts d'armures en ruine, cachant de façon irrégulières les os blanchis par le temps. Pendant une fraction de seconde, Il évalua le cosmos de ses assaillants et compris qu'il n'était pas en danger.

Cette armée était bonne à faire fuir le commun des mortels, ou de faiblards chevaliers de bronze.

"C'est une plaisanterie..."

L'armée osseuse se rua sur Stelios qui les laissa s'approcher au plus prêt.

"Rejoins nous sombre chevalier! rejoins les chevaliers morts au combats!"

l'energie noire et écarlate de la cent-neuvième étoile se concentra dans son poing droit.

" Vous rejoindre? C'est à vous de partir définitivement de cette tombe! Les gardiens de Jamir sont finalement aussi coupables de sacrilèges. Capturer des esprits et s'en servir comme soldat est un privilège qui appartient à Hadès et à son armée... Je vais faire en sorte de rétablir l'ordre des choses. Je vais tous vous renvoyer dans l'autre monde. "

Une expiration au moment ou le premier cadavre effleura le surplis un cri, et une énorme détonation se fit entendre à travers les montagnes.

GIGANTIC SHODOWN!


L'énergie relâchée virevoltait et ricochait dans toutes les directions, déchirants armures et os sans distinctions rasant l'armée toute entière.

Stelios avançait, foulant du pied les débris sans y prêter la moindre attention.


"cette garde est bien ridicule..."

"Tu devrais te méfier. L'architecte de ce stratagème a pensé à tout..."

"Hum...?"


Les déchets d'armures et d'os commençaient à se rassembler, et les voix fantomatiques se refaisaient entendre.

"Tu ne pourras jamais nous détruire... Nous sommes déjà mort!"

Stelios regardait d'un air froid le spectacle de ré-assemblage de l'armée.

"Bien... Je vois que je perd mon temps. C'est par respect envers les guerriers que vous étiez que j'ai préféré vous frapper face à face. Vous n'acceptez pas la défaite car vous ne pouvez quitter ce lieu. Ça tombe bien, vous n'étiez pas ma cible. Comme pour le peuple de Jamir, je ferai en sorte qu'il ne reste absolument rien. "

Stelios disparue du sol laissant l'armée perplexe. Il réapparu loin au dessus à travers un portail et se laissant tomber concentra son à nouveau l'orbe onyx dévoreuse au creux de ses mains et la relâcha à la vitesse de la lumière vers le pont éloigné de deux cent mètre en dessous.  

INFINITE VOID!




Frappant l'armée et la roche en tourbillonnant, le disque d'accrétion fit son office La mécanique était effroyable emmenant les deux cotés du pont cédant immédiatement sous la pression ainsi que les fantômes et squelettes qui le peuplait. Tout était avalé sans distinction faisant disparaitre à jamais le lieux mythique.

Stelios était à présent perché sur le rebord de la sortie du pont à présent déchirée, ressemblant à des Thermopyles perdue dans les altitudes frôlant le sommet du monde. Il regarda vers le fond. L'attaque  avait finit son travail et les brumes qui avaient elles même été dévoré laissait à présent le fond remplie de pics acérés à la vue du spectre.

"Le deuxième point de la mission est accomplie. Plus personne ne pourra passer par là. Tout du moins seul ceux qui n'ont pas des pouvoirs similaires à moi, ou doté d'ailes..."

"Tu finiras bien par en rencontrer..."

Stelios eut un sourire en coin.

"Je n'en doute pas une seconde. A moins qu'Athéna et ses saints ne s'intéressent plus à ce lieu, je serai étonné que personne ne vienne défendre cette fameuse tour sacrée".

Le ciel commençait à s'éclaircir et à se teinter de fortes couleurs orangée annonçant l'arrivée du soleil.

Le guerrier se retourna, et cette fois-ci, il n'avait pas besoin d'user de ses pouvoirs pour atteindre sa destination.
Tout proche se dessinait à contre jour une grande colonne fragmentée de plusieurs toits.



Il avançait vers elle, sans se hâter. Ce n'était pas nécessaire. Le peuple de Jamir était envoyé vers Perséphone et le pont était un souvenir. il n'y avait plus d'urgence à régler le sort de la forge des saints. Pour autant, en bon assassin il restait sur ses gardes, prêt à réagir instantanément à l'arrivé d'un nouveau trouble-fête.


Dernière édition par Stelios le Lun 20 Oct - 17:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stelios
Spectre de l'Hécatonchire
avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 22/08/2014

Feuille de personnage
Hp:
131/131  (131/131)
CS:
350/350  (350/350)
Pa:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Jamir par une nuit sans lune    Lun 20 Oct - 17:19

Stelios se trouvait désormais au pied de la tour de jamir. sa perception lui indiquait que le lieu était bel et bien desert. Aucun forgeron, ni servant.

"Une coquille vide..."

Un sentiment de frustration naissait dans l'esprit du guerrier, et son armure connecté de façon quasi symbiotique le ressentait.

"Que t'arrive t'il? Tu sembles déçu. L'absence du Saint forgeron te perturbe?"

"Peut-être... D'une façon comme d'une autre, il faudra le trouver tôt ou tard..."

"Quoi qu'il en soit, une partie de la mission est de détruire l'endroit. L'occasion est trop belle pour la manquer..."

"Oui... Et c'est peut-être grâce à cela que nous débusquerons le forgeron. Il finira par venir à moi pour se venger, j'imagine. Même si Perséphone espère laisser le crime sans signataire, il y aura forcément des forces en œuvre pour découvrir que l'armée d'Hadès se cache derrière tout ça..."

" Tu fais pourtant tout pour ne pas laisser de preuve, comme te l'a demandé ta souveraine."

" C'est vrai mon arcane du vide infini a cette faculté de tout effacer, pourtant, je doute que cela suffise. Entre les Dieux, les chevaliers d'or, ou le pope, ce serait folie de croire que cela passera inaperçu, et puis... Je n'aime pas l'idée d'attaquer dans le dos de l'adversaire et de fuir en prétendant que nous n'y sommes pour rien. C'est une attitude lâche... "

La voix de l'armure se fit plus amusée.

"Oserais-tu dire que la Déesse des enfers et des saison est une couarde?"

Stelios y répondit avec le même amusement.

"N'essaie pas d'avoir encore une fois le dernier mot Cottos. Tu sais parfaitement ce que je veux dire par là. Perséphone est soumise à une pression terrible. Tant psychologiquement que physiquement, Elle tente de reconstruire à elle seul les enfer contre tous... Elle pait les imprudences passées d'Hadès et n'est pas véritablement dans les grâces de Zeus. Son seul allié est Ares, et du très peu que j'en sais, l'instabilité du Dieu de la guerre en fait une arme potentiellement à double tranchant. Par cet acte de destruction de Jamir, elle signe définitivement une scission avec l'Olympe..."

Les paroles de Cottos prirent un ton plus sombre.

"Jugerais-tu alors les actes de Perséphone comme imprudent...."

"Je ne saurai encore le dire. ¨Perséphone est prise entre son sens du devoir et sa haine envers Athena... Soit cet acte sera prit comme une mise en garde définitive pour annoncer aux Saints de ne plus jamais affronter les enfers tels qu'ils l'ont fait, soit c'est une déclaration de guerre..."


imperceptiblement pendant sa conversation avec l'âme parcellaire de l'hécatonchire, Stelios avait encore fait bruler son cosmos. le sol commença à se fissurer sous ses pieds. Encore une fois son arcane Ultime se forma dans sa main.

"Quoi qu'il en soit, le sanctuaire regrettera de na pas avoir assuré une arrière-garde. La honte couvrira le saint de l'autel..."

INFINITE VOID!




Un tremblement de terre se déclenchait sous l'impacte de la sphère qui frappait la base de la tour. Elle s'émietta dans un bruit étourdissant tout autant que le sol sur lequel elle reposait, s'effaçant à une vitesse exubérante de la réalité.

En une fraction de seconde, la moitié de la falaise avait disparue de la surface de la terre.

Le cent neuvième spectre s'approcha du bord du précipice désormais plus proche d'une centaine de mètres regardant vers le bas. Plus rien n'indiquait la présence possible de reste de la battisse millénaire. S'accrochant au sol comme unique reste, du sable vitrifié encore fumant, accroché à la parois.





"C'en est finit de Jamir..."


"Que faisons-nous à présent?"

"Attendons un peut Cottos. Je suis sur qu'Athéna ou le Pope qui protégeaient cet endroit caché ont senti la disparition de ce peuple. Nous verrons si un émissaire vient. Auquel cas, j'aviserai, Sinon je m'en irai débusquer ce Kylian pour terminer ma mission. Où qu'il se trouve..."

Laissant un champs de ruine derrière lui, Stelios croisait les bras, et fermait les yeux pour méditer en lieu et place... Pour autant cela ne changeait en rien sa capacité à détecter le moindre arrivant. Non seulement il pouvait repérer quiconque doté d'un cosmos, mais de plus, telle une tour de contrôle, les yeux de son surplis prenaient le relais en permanence, assurant une surveillance à trois cent soixante degrés..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ozymandias
Grand Pope et Chevalier d'or des Gémeaux
avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 10/09/2013
Localisation : Chaque jour vers l'Enfer descendant d'un pas, sans horreur, à travers des ténèbres qui puent.

Feuille de personnage
Hp:
192/192  (192/192)
CS:
400/400  (400/400)
Pa:
152/152  (152/152)

MessageSujet: Re: Jamir par une nuit sans lune    Mer 22 Oct - 14:33

HRP:
 

Arrow Je viens d'ici

Le chauffeur ayant mystérieusement disparu, une fois redescendu du sommet de cette tour nouvellement érigée, je dus en revenir aux anciennes méthodes pour ce qui touchait au voyage de retour.

Ce n’était pas un problème, car en plus d’être un de ceux capable de se déplacer plus vite que la lumière, j’étais également un de ceux encore plus rares à pouvoir plier l’espace à ma volonté.

Me téléportant alors au pied de la tour que j’avais sans le vouloir ramené à la vie, je quittais sans me retourner ce lieu qui désormais respirait l’autre monde.

*Un jour il me faudra y aller. Là-bas m’attendent tous mes prédécesseurs, et leur secret.*

Plus que la possibilité d’apprendre d’eux les moyens de lever ma malédiction, je caressais à présent l’idée d’en apprendre bien plus, que ce soit à propos de leur technique ou de leurs expériences personnelles. Tous à leur manière avaient été parmi les plus grands, et à présent que j’avais retrouvé mon héritage, je pouvais me tenir en leur illustre compagnie sans éprouver de honte.

*Soyez patient, glorieux fantômes du passé, votre pouvoir ne tombera pas dans l’oubli.*

Franchissant alors dans l’autre sens les grilles de ce qui fut jadis les restes d’un hôpital psychiatrique, je laissais derrière moi ce qui deviendrait sans doute ma future porte d’entrée personnelle au royaume d’Hadès, quand le temps serait venu, quand je n’aurai plus à redouter de devenir son esclave.

*Et maintenant où va aller le nouveau-né ?*

Devais-je retourner au sanctuaire ? A Sparte ? Devais-je disparaître et poursuivre seul ma propre route ? J’avais à présent encore plus de question à l’esprit, et si peu de nouvelles réponses…

Les mises en garde des ombres, l’avertissement du spectre d’Athéna, cette puissance que je sentais irradier au travers de mon arme sans pour autant même la comprendre…

Qu’était-elle vraiment ? D’où venait-elle ? Qui l’avait créé et pourquoi ? Quel était finalement ma destinée ? Ma quête de salut n’était-elle au fond que le chemin devant m’amener à ma perte ?

*Foutaises. Balivernes de défaitistes et de couards voulant se dédouaner.*

Le destin, les prophéties, rien de tout ça n’était immuable. Ce n’était le plus souvent que des excuses employées que dans le but de déculpabiliser ceux n’ayant pas le courage de revendiquer leur acte. J’étais seul aux commandes de mon destin, et si une malédiction pesait sur mes épaules, c’est par ma seule volonté que je la lèverai.

Des réponses, il me fallait des réponses. Hazama semblait en savoir long sur mon héritage et sur Yamato, il serait donc ma prochaine visite. Mais avant d’aller le trouver, il me faudrait encore faire un petit détour d’ordre purement pragmatique.

Ces combats livrés contre des illusions plus vraies que nature avaient prélevés un lourd tribut sur mon armure même si ses formidables capacités régénératrices la faisaient paraître encore immaculée ; et si comme je le pensais, mon périple ne faisait que commencer, il me fallait la faire examiner, de toute urgence.

*Le bélier a disparu alors que j’étais encore à Sparte en même temps que le taureau, et je doute fortement qu’ils soient rentrés bien sagement au sanctuaire. Et puis si j’allais là-bas, je serai sans doute convoqué et retardé pour un temps considérable…*

Cette possibilité écarté d’office, il ne me restait plus que deux possibilités. Aller trouver Athéna, ou aller là où je savais trouver l’héritage de Mü.

*Qu’Athéna aille au diable, je ne dépendrais plus jamais d’elle. Plus jamais elle ne me verra à genoux et misérable devant elle pour l’implorer. Plutôt aller me perdre en enfer !*

Serrant mes doigts sur le fourreau métallique de Yamato, j’avais pris ma décision, et dans une faille spatiale, je me téléportai à Jamir.

**********

Voulant éviter de paraître trop arrogant ou pressé, je rouvris la faille spatiale à l’entrée du chemin menant à la fameuse tombe de l’armure, que tous ceux voulant faire réparer leur protection devaient emprunter, un pont qui avait été franchis par des êtres aussi glorieux que le furent Shiryu du dragon ou Aiolia du lion.

*Tiens ?*

Arrivant en vue du pont, je ne découvris qu’un gouffre béant dont même les brumes avaient été soufflées, laissant apparaître en contrebas les stalagmites acérés constellés de squelette sans la moindre trace de cosmos.

*C’est bien l’endroit pourtant, alors… Où est le pont de pierre ? Où sont les spectres de ceux ayant échoués ?*

De l’antique construction, je ne découvris que deux tronçons de chaque côté de la falaise, aux bords arrachés comme si quelqu’un s’était acharné à le détruire.

*Le gardien de la tour en a-t-il assez des visiteurs ? Ou bien est-ce quelque chose de plus sérieux ?*

Ne perdant pas de temps en hypothèses, je décidais d’aller jeter un œil moi-même au village situé non loin et d’en avoir le cœur net. Si quelque chose était arrivé au pont, les müyens le sauraient surement.

**********

Apparaissant alors au beau milieu d’un cratère encore brûlant, là où aurait dut se trouver une petite trentaine d’habitations, je compris alors que quelque chose clochait. Détruire le pont était une chose, mais s’en prendre aux müyens en était une autre.

*Pas de survivant, pas de témoins. Une attaque éclair et foudroyante. Un ennemi du sanctuaire puissant... Arès !*

Celui-ci avait déjà attaqué le sanctuaire via un de ses généraux, mais avait-il également envoyé le reste de ses forces sur les autres territoires d’Athéna ?

Vu la chaleur accablante qui régnait encore au sein du cratère, l’attaque ne devait pas avoir été lancée il y a plus de quelques minutes…

*Le pont, le village, il ne reste que la tour. Le gardien !*

Je devais faire vite !

**********

Me téléportant alors au pied de la tour, je ne rencontrais que du vide sous mes pieds. Etant parfaitement confiant en mes capacités de déplacement spatiale, j’en conclus d’un regard que plusieurs dizaines de mètres de falaise manquaient à l’appel.

Profitant de ma chute dans le vide pour vérifier si sous mes pieds ne se trouvait pas quelques restes, un simple regard me suffit pour constater que rien n’avait résisté à l’attaque. Le flanc de falaise mis à nu était le seul témoin d’un changement brutal de la topographie locale, avec son aspect vitrifié, comme si une lame brûlante l’avait découpé. Une lame à la forme d’une demi-sphère…

*C’est comme pour le pont et le village. Celui qui a fait ça semble disposer d’une capacité de destruction éminemment concentrée sous la forme d’une sphère. Ca me rappelle un peu…*

Une technique purement destructrice de type explosion ou physique n’aurait pas pu anéantir ainsi toute trace de sa cible. Pour anéantir toute matière, il fallait soit un feu infiniment puissant, soit une technique semblable à la mienne, une technique ne détruisant pas, mais envoyant la cible là où nul ne la retrouverait.

*Un serviteur d’Arès usant de capacité spatiale ?*

Cliché ou pas, l’hypothèse du feu me semblait alors bien plus probable. Et en me téléportant de nouveau, j’imaginais à peine la chaleur que ce guerrier pouvait développer pour savoir ainsi sublimer jusqu’à plusieurs centaines de millier de tonnes de roche d’un seul coup sans en affecter le reste de la zone.

*Comment fait-il pour ne pas affecter le reste de la zone avec son attaque ? Contient-il ses flammes dans un champ de force, comme une étoile ?*

Quelque chose me disait que je n’allais pas tarder à en avoir le cœur net…

**********

Apparaissant alors mes deux pieds sur la terre ferme, je tombais presque nez à nez avec ce que je crus un instant être une antique statue d’un quelconque démon hindou, juste avant que les dizaines d’yeux écarlate parcourant son corps ne s’alignent sur moi et que je perçoive émanant d’elle un cosmos meurtrier.

Bondissant alors en arrière pour m’éloigner de cette apparition aussi surprenante qu’inconnue, j’avais beau me creuser la cervelle, je ne parvenais pas à retrouver l’image de ce guerrier dans aucune des banques de données que j’avais pu consulter jusqu’à présent.

*Aucun spectre, aucun chevalier, aucun marinas, même aucun Asgardien ne possède une telle armure...*

La couleur grise de son armure, bien que singulière, m’aida néanmoins à l’éliminer de la longue liste des serviteurs des dieux Poséidon et Hadès, ceux-ci n’ayant que des guerriers de couleur rouge, vert ou orange pour l’empereur des mers et violacés pour l’empereur des enfers.

Redescendant alors sur terre en ralentissant ma chute aux derniers centimètres au-dessus du sol, Yamato dans la main gauche et mon casque sous le bras droit, mes pensées, plus limpides et plus acérées que jamais des suites de l’obtention de mon héritage, je fis rapidement le tri dans mes questions en y répondant moi-même pour la plupart.

*Qui est-il ? Un ennemi, très probablement le responsable des trois attaques contre Jamir et son peuple. Que veut-il ? Un combat, sinon il ne serait plus là à simplement attendre. Quel dieu sert-il ? Un ennemi du sanctuaire, ce qui vu la couleur de son armure ne laisse qu’une possibilité.*

Combinée à la nature très probable de ses attaques, et au côté visuellement intimidant de son armure, cela tombait sous le sens.

« Attaquer par surprise des êtres n’ayant même pas la force de se défendre n’est pourtant pas dans les habitudes de ton seigneur… Où est son honneur maintenant ? »

Le dieu du carnage, lui que l’on disait le plus fier et le plus ardent de tous les guerriers. Lui qui jamais n’avait attaqué un adversaire autrement que les yeux dans les yeux et qui répugnait à ne serait-ce que côtoyer ceux qu’ils jugeaient indignes de sa puissance. Tout cela n’était-il finalement qu’un ramassis de mensonges à la manière de la propagande qu’Hadès aimait servir à ses spectres concernant son côté empli d’amour et de miséricorde ?

Fermant les yeux devant le désenchantement progressif et inexorable du monde et de ses légendes alors que tout me paraissait chaque jour devenir de plus en plus gris, je repris d’une voix aussi calme que mesurée.

« Tu m’as attendu, je suis là… »

Faisant léviter mon casque de ma main droite, je le fis délicatement se poser sur ma tête avant de rouvrir les yeux, une expression froide comme la mort dans le regard.

« Je ne vais pas perdre mon temps à te faire des leçons d’humanité. Les tiens n’ont aucune humanité. Vous êtes les fantassins d’un fou furieux assoiffé de meurtre et vous détruire serait perçus comme faisant gagner l’Elysion si nous étions quelques siècles en arrière.
La dernière fois, je suis arrivé trop tard, mais cette fois, au moins, je vais pouvoir envoyer un message à ton dieu.
Quand il verra ta carcasse démembrée, éviscérée et à demi désintégrée, il n’aura aucun mal à imaginer les souffrances que je t’aurai infligé de mes poings, de mes bottes, de mon cosmos et de ma lame.
Quand il fermera les yeux, et que dans son sommeil ce qui lui reste de conscience le tourmentera, c’est vers ta propre douleur que les Oneiroy guideront ses cauchemars.
»


N’ayant que très peu pratiqué l’art exquis du maniement du sabre japonais, je laissais mon instinct et mon arme me guider dans ce qui serait mon premier combat avec une arme cosmique.

Le cosmos de mon adversaire était encore bien faible, mais comme nous, mortels, avions tous pour ainsi dire la capacité de le faire exploser, cela ne voulait rien dire, hormis qu’il n’était pas un dieu ou un Titan.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stelios
Spectre de l'Hécatonchire
avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 22/08/2014

Feuille de personnage
Hp:
131/131  (131/131)
CS:
350/350  (350/350)
Pa:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Jamir par une nuit sans lune    Mer 22 Oct - 17:17

Quelques heures passèrent et ce fut un éclair d'or franchissant l'espace qui troubla la méditation de Stelios. le regard infaillible de l'armure de la domination avait fait son office injectant directement dans le cerveau de son hôte la vision du visiteur, mais plus encore, le cosmos que dégageait ce dernier évoquait une puissance des plus impressionnantes. Il ne la cachait pas, bien au contraire et stelios reconnaissait immédiatement la capacité à plier les dimensions. Cottos fit immédiatement entendre sa voix dans l'esprit de Stelios.

*Un chevalier d'or! Particulièrement puissant... Plus que la plupart d'entre eux!*

*ça ne peux pas être le forgeron alors... Kylian est de source sure un chevalier d'argent.*

* Ce chevalier porte l'armure des gémeaux. Son arrivée est peut-être une coïncidence...*

Stelios expira un souffle de mécontentement.

*Son arrivée est pour le moins rapide. Mais la chute du Peuple de Mü est un événement majeur pour Athéna. Nous verrons bien ce qui motive ce saint, et surtout quelle sera sa réaction.*

Il leva un sourcil sans changer de posture et laissa le saint observer la situation et les ravages  causées par le déploiement de ses pouvoirs avant son arrivée.

posant le pied au sol, sans qu'il ne se présente, il fit pleuvoir les accusations sans attendre, d'abord dans un ton emplie de colère puis avec un calme mesuré, définissant le coupable de lâcheté, de soif de sang, de folie furieuse, et surtout lui fit une promesse de massacre en bonne et dû forme. Dans le flot de paroles stelios avait relevé au moins une chose de réellement juste, il l'avait attendu.

Le saint couvrit sa chevelure blonde d'un casque bicéphale. l'avantage étant qu'il n'y avait aucun doute sur l'identité de celui qui s'apprêtait à défier l'Hécatonchire.

Stelios était toujours face au vide mais regardait son opposant littéralement grâce à ses yeux derrière le dos.

Il se retourna et décroisait les bras et ses yeux fixaient le manche d'un sabre japonais. Les effluves cosmiques qui s'en échappaient étaient brutales et surtout particulièrement ténébreuses et usa d'une sereine.

"Je croyais que la déesse de la sagesse et de la guerre interdisait l'usage d'armes, d'autant plus avec une aura aussi maléfique. Mais au vue de la façon dont tu tiens cette lame, il est clair que tu ne t'en priveras pas."

Il croisa alors le regard du chevalier d'or et eu un sourire.

"Tu sembles maudire ma soif de meurtres, et pourtant tu promets le massacre et la torture de mon corps et de mon âme avec un regard assassin. La légende est donc vrai, le saint des gémeaux passe son existence entre lumière et ténèbres. Tu es effectivement un piètre porte étendard de la notion d'humanité. "


Stelios analysait le combattant prêt à en découdre. Au vue de ses paroles, il n'avait pas identifié qui il était et le confondait probablement avec un serviteur d'Ares. Même si il n'aimait pas l'idée de masquer son identité, ne pas la révélé correspondait aux désirs premiers de Perséphone, et ne mettait donc pas en péril sa mission.

*Si ce n'est Athéna ou le pope qui l'envoient, c'est bel et bien une coïncidence. C'est pour moi une occasion de vérifier ma force...*

*Prend garde Stelios, son expérience du combat cosmique est plus grande que la tienne. Tu devras rester en permanence sur tes gardes et frapper juste.*

La mise en garde de Cottos affuta la soif du combat de Stelios. Ce challenge dépassait de loin ce qu'il attendait au premier abord.  
Le combat qui se préparait allait être féroce, et il fallait à présent effacer tous sentiments d'incertitudes. qu'importait qu'il appartienne au bien ou au mal.
Le cent neuvième spectre avait attendu le forgeron, mais un challenger lui était servi en la présence du gardien de la quatrième maison du zodiaque.


"Cessons les courtoisies verbales, chevalier. Tu veux m'affronter, qu'il en soit ainsi..."


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ozymandias
Grand Pope et Chevalier d'or des Gémeaux
avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 10/09/2013
Localisation : Chaque jour vers l'Enfer descendant d'un pas, sans horreur, à travers des ténèbres qui puent.

Feuille de personnage
Hp:
192/192  (192/192)
CS:
400/400  (400/400)
Pa:
152/152  (152/152)

MessageSujet: Re: Jamir par une nuit sans lune    Mer 22 Oct - 18:01

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stelios
Spectre de l'Hécatonchire
avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 22/08/2014

Feuille de personnage
Hp:
131/131  (131/131)
CS:
350/350  (350/350)
Pa:
125/125  (125/125)

MessageSujet: Re: Jamir par une nuit sans lune    Ven 7 Nov - 20:22

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ozymandias
Grand Pope et Chevalier d'or des Gémeaux
avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 10/09/2013
Localisation : Chaque jour vers l'Enfer descendant d'un pas, sans horreur, à travers des ténèbres qui puent.

Feuille de personnage
Hp:
192/192  (192/192)
CS:
400/400  (400/400)
Pa:
152/152  (152/152)

MessageSujet: Re: Jamir par une nuit sans lune    Lun 10 Nov - 20:04

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Jamir par une nuit sans lune
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bonne nuit, La lune (Auzou)
» Salvatore, R.A. - Nuit sans étoiles - La Légende de Drizzt 8 - Les Royaumes Oubliés
» Nuit sans sommeil
» [WALLPAPERS] by KRYPT *
» Segura, Magali - Leïlan, tome 3, Une nuit sans lune

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Knights of Hope :: Le Monde :: Territoires des Différents Sanctuaires-
Sauter vers: