Forum RPG dans l'univers de Saint Seiya (Les chevaliers du Zodiaque)
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'Etoile et la Sagesse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arwen
Haut-commandeur de Sparte la Sacrée
avatar

Messages : 89
Date d'inscription : 10/08/2013
Localisation : Sparte la Sacrée

Feuille de personnage
Hp:
344/344  (344/344)
CS:
610/610  (610/610)
Pa:
300/300  (300/300)

MessageSujet: L'Etoile et la Sagesse   Ven 25 Juil - 18:39


Bas et lourd était le ciel au dessus de Sparte la Sacrée. Pesante comme un véritable étau, la masse de nuage noirs ne cessait de montrer à tous la puissance du maître de l'Olympe. Pour la plupart des observateurs humains, certains cumulonimbus dans les conditions requises pouvaient largement expliquer cet orage aussi soudain qu'impressionnant. Après tout, tout avait une explication, le tout était de la trouver. La science avait pris la première place, chassant la magie. Fait que l'ancien professeur de Sparte n'ignorait point, elle qui avait passé des années à enseigner les sciences aux futurs éveillés du cosmos ne pouvait qu'en être consciente. Les humains s'efforçaient de chasser le divin de leur champ de conscience, le remplaçant par la connaissance maximale de tout ce que les entourait. C'était ainsi mais elle ne leur en voulait pas. Après tout, Athéna avait laissé le souvenir des dieux se dissiper dans la nuit des temps, ne laissant que le sien et celui de ses deux pires oncles transparaître en ce monde. Athéna, quasi la vierge Marie, une image bien édulcorée d'une déesse plus que féroce quand il s'agissait de défendre ses idéaux ou ses intérêts. Depuis des siècles, la mythologie avait autant mis en avant son côté implacable et cruel que sa sagesse légendaire.

Ils nous ont oublié sauf ici en cette cité où différentes faces divines cohabitent et non plus la seule version de la déesse de la Guerre... Puissions-nous un jour leur ouvrir à nouveau les yeux sur l'existence d'essence divine dépassant toute compréhension, toute logique, bien au-delà de ce que leur esprit pourra inventer. Nous sommes et restons les divinités, différentes et innombrables...

L'éloignement des humains et des dieux, une réalité dont la blonde déesse ne pouvait que constater l'ampleur à chaque nouvel arrivant. Le désir des humains de s'émanciper du divin, de nier jusqu'à son existence avec l'aide indirecte de celle chargée de les éclairer. La fille de Métis était l'une des pires représentantes divines. Sasha et Saori avaient à leur façon permis l'émergence de ces conflits incessants. Vaincre Hadès était une chose mais diminuer son pouvoir en allant contre la cruauté de ce monde et de l'humanité envers la terre, envers elle en était une autre qu'Athéna n'avait jamais pris pour cible.

Les Enfers étaient pleins, les Enfers forgeaient les spectres condamnés à vivre dans la pire de toutes les fanges. La folie d'Hadès ne les choquaient même plus tant la noirceur de crimes plus ignobles les uns que les autres matraquaient leurs âmes jusqu'à les rendre aveugles et insensibles.

Soudain, l'orage se manifesta de nouveau et, cette fois, un cri retentit en écho.

Héra en personne...

Si puissante bien qu'encore latente au plus profond de sa nouvelle incarnation, la reine des dieux venait de marquer son retour sur cette terre.

Si puissante et même pas  éveillée. La gagner à ma cause, je dois la gagner à ma cause. Elle seule pourrait intercéder en faveur de père et mère... Elle seule a un certain ascendant sur Zeus...

Le chagrin d'Arwen était si vaste. Son coeur saignait tellement sous sa carapace. Ses parents victimes de la colère de Zeus pour le plus grand profit de celle lui faisant face.

Athéna, Hermès et tous les autres... Seule Héra pourra me préserver de leurs coups bas. Elle seule aura le courage de parler à son frère et époux.

Tout roi des dieux qu'il était, Zeus tenait à son épouse. Malgré tout ce qu'il s'était passé, jamais, il n'avait répudié sa femme et que dire de sa crise de jalousie furieuse à la seule idée qu'un mortel puisse imaginer séduire Héra. Il l'aimait malgré tout, il n'avait jamais cessé de l'aimer. Les coups des Moires avaient été si rudes.

Oui, je dois lui parler. Elle n'a pas encore été en contact avec les autres. Qui sait ? Sans doute ne cherchera-t-elle pas déjà à détruire Hazama...

L'image du Haut Commandeur fuyant pour sa survie avait marquée l'Etoile née du Rêve et de l'Inspiration. Le Haut Commandeur avait été son ami en plus d'être son supérieur hiérarchique. Le seul en qui elle pouvait avoir confiance. La retourner contre lui était dans les intentions des enfants olympiens et elle ne pourrait que feindre d'entrer dans leurs jeux pour avoir une chance de réussir à sauver ceux qui lui avaient donné le jour.

Père, mère, je dois lui parler d'eux, de leur amour maudit et du mariage que tous leur refusent...

Un choix sans doute judicieux. Héra était la déesse du mariage, protégeant les familles tout en étant aussi haineuse des amours adultères. N'avait-elle pas pourchassé tous les enfants nés des amours illégitimes de son époux. comment allait-elle prendre la naissance de la blonde Arwen, enfant d'un amour véritable que personne n'avait osé bénir. Prendre la déesse sur ce point était sans le moindre doute une façon de la mener sur le chemin qu'Arwen souhaitait tant la voir emprunter. L'aider à sauver ses parents en plus de leur offrir ce que tous leur avaient refusé, la reconnaissance de leur amour et le mariage auquel ils aspiraient tant.

Sa résolution prise, elle considéra d'un autre regard cet orage.

Il avait permis le réveil prématuré d'Héra, déesse qui pèserait lourd dans la balance. Maintenant, il lui fallait parer au plus pressé : se charger de la déesse Athéna. Les paroles de la déesse de la Sagesse s'étaient voulues apaisantes mais l'étoile née du Rêve et de l'Inspiration n'était pas dupe. Hazama l'avait avertie de la sournoiserie de cette déesse ayant tant de fois vaincu ses adversaires par la ruse.

- Bien, veillez me suivre, Athéna. La Sagesse s'est exprimée par votre bouche. L'aide que nous vous apportez sera précieuse et je vous remercie doublement au nom de mes parents disparus ainsi qu'en celui d'Hazama, mon prédécesseur. Le temps est au recueillement en ces instants si effroyables. Je vous prie d'excuser les réactions d'un cœur meurtri qui ne cesse de saigner.

Et sur ce ton visiblement las, la blonde déesse ouvrit la marche, invitant la déesse de la Guerre à la suivre. Laisser Athéna entrer en ces lieux qui étaient maintenant les siens pourraient passer pour une faiblesse mais que lui importait. Sa fierté n'était pas aussi immense que celle d'Héra ou de tant d'autres olympiens. Jamais, elle ne se laisserait aller à la bêtise voire l'idiotie la plus impardonnable.

Les portes franchies, l'immense bureau se présenta tel qu'il était resté depuis le départ d'Hazama. Un certain désordre régnait mais rien de grave. Juste l'empressement d'un Haut Commandeur dérangé en plein travail comme en attestaient les rouleaux et autres documents éparpillés ça et là. Prenant une mine affecté en plus d'un air gêné, Arwen s'adressa à Athéna.

- Au vu du désordre, préférez-vous prendre place ici ou vous rendre en un salon un peu plus agréable ?


Le ton était lancé, la balle était dans le camp de la Sagesse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Athéna
Déesse de la Guerre et de la Sagesse
avatar

Messages : 125
Date d'inscription : 01/12/2013

Feuille de personnage
Hp:
435/435  (435/435)
CS:
622/622  (622/622)
Pa:
400/400  (400/400)

MessageSujet: Re: L'Etoile et la Sagesse   Ven 15 Aoû - 13:01

[HRP : premier post depuis mes vacances, on reprend du service ^^]

Arwen et moi venons d'ici

La tristesse, la crainte et la douleur, je pouvais les sentir au travers de son cosmos. C'était bien une déesse à l'âme déchirée qui me faisait face et que certaines paroles mal venues ou trop hâtives malgré leurs légitimités avaient encore davantage blessée. Je la voyais se cramponner à ce qu'il lui restait. Son esprit s'était comme fermé, retranché derrière un mur qui était depuis devenu sa plus haute protection. Blonde et splendide, elle avait bien hérité des beautés de ses parents, Hypnos, le maître du Sommeil et Thalie, la Divine Inspiratrice, tout comme de leurs dons, j'en étais certaine. Et pour avoir combattu, plusieurs fois, le fils de Nyx, je ne pouvais de sentir la partie serrée qui serait notre discussion. De tout coeur, j'espérais pouvoir apaiser le nouveau Haut Commandeur à défaut de le faire tomber, ce qui était loin d'être dans mes intentions mais le sort des nôtres, de la terre mais aussi de l'Olympe était en jeu. Tout comme Clio venait de le rappeler, nous n'étions pas seuls dans la balance et certains de ses dires avaient trouvé un bien étonnant écho en moi.

Serais-je restée trop longtemps en sommeil pour que des faits aussi importants aient ainsi pu m'échapper. Et tendant une nouvelle fois mon esprit vers ma jeune sœur.

" Clio, il faudra que l'on se revoit. Certains faits que tu as mentionnés me sont totalement inconnus et mieux vaut combler cette faille au plus tôt. Si tu as des informations sur ce qu'il est arrivé à notre sœur ainsi qu'à Hypnos avant mon éveil, je compte sur toi pour m'expliquer le tout. Dès que j'aurais pu discuter avec Arwen. Elle souffre comme tu l'as dit mais elle est aussi craintive. La peur, je peux la reconnaître et elle ne tremble pas que pour elle ou ses parents. D'autres occupent sans le moindre doute ses pensées et parmi eux, je crains qu'Hazama n'occupe une place de choix. Dorénavant, je te conseille de point montrer la moindre hostilité à son égard. Si Arwen est attachée à lui par des liens de confiance, voire de sentiments, il sera difficile de lui ouvrir les yeux. Et lorsque le moment viendra, nous n'aurons pas de seconde chance. Elle est déesse et pas la plus faible. Son pouvoir n'est que latent et aucun de nous n'en connaît la teneur alors qu'elle...

Elle a eu tout le temps de se renseigner sur nous... "


Sur ces derniers mots, je n'avais pu dissimuler la pointe d'anxiété piquant mon coeur à l'idée de devoir me dresser contre la fille des ceux qui avaient partagé le même rêve que moi. Sans doute le partageraient-ils encore si le destin leur permettait de revenir en cette époque. Thalie et Hypnos, le couple maudit mais dont la force et la fidélité forçaient le respect. Jamais, je n'avais vu un dieu changer en si peu de temps, l'Amour pouvait faire des miracles et j'avais vu à quel point il avait comme redonné vie au fils de Nyx, chassant l'horreur qui s'était depuis tant de siècles emparé de lui.

Et maintenant, s'il venait à perdre celle qu'il aimait plus tout ?

L'idée de la perte irrémédiable de la Muse de la Comédie ne m'avait jamais effleurée. Qui en cet univers pourrait en vouloir à mes tendres demi-sœurs, filles de Mnémosyne ? Qu'on veuille la tête d'Arès, d'Hadès, de Poséidon, d'Apollon voire même d'Héra, je pouvais parfaitement l'envisager au vu des nombreuses victimes qu'ils avaient laissées dans leurs sillages mais la Muse de la Comédie...

" Clio ? Le rire, la joie, les élans de la Comédie et tout ce qu'elle offre comme beauté à cette terre risquent aussi de disparaître avec celle qui en est l'Inspiratrice...

Songe à cela, songe au fait que l'humanité risque d'être privée de toutes les joies que lui dispensait notre sœur depuis des siècles et des siècles. Chacune d'entre vous a son rôle même si les hommes vous sous-estiment. Prend soin de toi, Clio, je tiens aussi à toi. "


Ce qui conclut en même temps notre échange. Sondant quelque peu le cosmos d'Hermès, je sentais aussi sa tristesse infinie, perdre celle qu'il aimait sans jamais pouvoir espérer voir son amour partagé l'avait meurtri mais pour elle justement, il se devrait d'être fort...

Quelques instants s'écoulèrent encore alors que je suivais leurs cosmos. Arwen leur avait intimé de quitter Sparte et je ne pouvais me résoudre à lui donner tous les tords. La cité avait déjà souffert et en ces temps, elle aurait besoin de reprendre pied avant d'aller de l'avant.

Je sentais de nouveau l'orage et les tourments à venir mais j'étais sereine. Je n'avais pas de réels griefs contre la fille d'Hypnos sinon le fait qu'elle semblait avoir hérité de l’orgueil démesuré de son père. Si les circonstances n'avaient pas été aussi exceptionnelles, je l'aurais remise à sa place mais je ne le pouvais pas. Un coup à mon propre égo auquel devrait aussi répondre Hazama...

Où était-il ? J'avais la certitude que même elle, le Haut Commandeur ne le savait pas. Un être comme lui devait être parmi les plus grands paranos, craignant tout élément pouvant les mettre en danger. Il avait du préparer ses plans depuis des décennies voire plus. J'avais senti quelque chose lorsqu'il était venu me trouver alors que j'étais encore sous les traits de Saori mais en même temps, je n'avais plus la force de réagir. L'emprise qu'on avait exercée sur moi en me scellant dans le corps de ma dernière incarnation resterait gravée en moi pour des années. Cela aussi j'aurais du mal à le pardonner, cette atteinte à mon honneur de déesse de la Guerre en m'enfermant dans ma propre incarnation.

Tachant de rassembler des souvenirs qui avaient encore du mal à remonter à la surface, j'entrais dans le bureau du Haut Commandeur. Celui dont Arwen venait juste de prendre possession et qui était pourtant encore tellement imprégné de la présence de son prédécesseur. Un autre signe de l'estime qu'elle lui portait ainsi que de l'espoir de le voir de retour. Elle devait réellement l'apprécier, plus comme un ami sans en être intime, plutôt comme une sorte de mentor...

J'en étais tout à ma découverte de ces lieux lorsque la voix d'Arwen se fit soudain entendre...

- Vous êtes toute excusée. Ne pensez pas que je sois sans cœur...

Je pense que c'est aussi ce qu'on me reproche le plus souvent. De m'être détachée des autres divinités en devenant trop humaine. Maintenant, je vous ai promis de vous aider à retrouver vos parents. Et je me doute qu'au vu du passé, cela doit vous paraître étonnant mais il se trouve que j'ai toujours eu beaucoup de tendresse pour mes sœurs, les Muses, et que si Hypnos et moi, nous nous sommes si souvent heurtés, c'était davantage de par la volonté du seigneur Hadès, mon oncle et ton grand oncle, que par la sienne...

Je ne cache pas mon passé et son lot de heurts mais c'est ensemble que vous parents, moi et Hazama avons fondé Sparte. Que vous en preniez soin ne peut que les combler de fierté, où qu'ils soient. Les divinités...

Les divinités sont immortelles et vous êtes bien placée pour savoir que certains lieux sont accessibles qu'à vos parents. eux qui ne peuvent qu'espérer vous retrouver ou vous joindre tenteront sans doute de le faire depuis ce genre d'endroit qui m'est totalement inaccessible...

Ne vous sentez pas coupable si vous avez besoin de temps pour vous y rendre... Vos frères et moi sommes prêts aussi à vous aider...


Puis, m'avançant dans la direction qu'elle me montrait.

- Bien, rendons-nous en ce salon, ce sera en effet bien mieux pour discuter. Toutes deux sommes désormais les seules protectrices de Sparte encore présentes. Voyez-moi en alliée et non en ennemie...

Et parlant d'ennemie, je sentais quelque chose ou plutôt quelqu'un m'appeler depuis l'Outre-Monde. J'avais toujours eu une relation privilégiée avec Pégase. Et sans nul doute que son âme même piégée en ces lieux pouvait encore m'atteindre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zeus
Roi des Dieux
avatar

Messages : 106
Date d'inscription : 04/08/2013

Feuille de personnage
Hp:
552/552  (552/552)
CS:
1004/1004  (1004/1004)
Pa:
500/500  (500/500)

MessageSujet: Re: L'Etoile et la Sagesse   Dim 17 Aoû - 23:06

Au-dessus de l’élu divin du manieur de foudre, le ciel se chargea soudain d’éclairs opalins, symboles de la toute-puissance du roi des dieux. Le tonnerre enfla en grondant avant qu’un trait de foudre aveuglant ne tombe face à lui, n’infligeant nul dommage ni aux alentours, ni à l'immortel auquel il était adressé.

Le flash de lumière passé, les yeux qui purent le contempler découvrirent une forme à demi-humaine, couronnée d’éclair et faite de nuages crépitants. Le visage impérieux du fils de Rhéa s’y matérialisa avant que la voix sans pareille du père de l’Olympe ne s’en échappe.

« Athéna ! Par ma couronne et ma Loi, je te convoque céans en mon palais céleste ! Mon enfant, ma fille, glorieuse princesse chérie entre toutes parmi les dieux, accoure sur l’heure ! Que rien ne te retienne ou crains ma colère ! »

Et la forme éthérée disparut alors, ne laissant derrière elle que l’écho des mots du roi des dieux avant que les sombres nuages chargés d’éclairs ne disparaissent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arwen
Haut-commandeur de Sparte la Sacrée
avatar

Messages : 89
Date d'inscription : 10/08/2013
Localisation : Sparte la Sacrée

Feuille de personnage
Hp:
344/344  (344/344)
CS:
610/610  (610/610)
Pa:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: L'Etoile et la Sagesse   Dim 24 Aoû - 14:40

Un instant d'accalmie, suspendu entre deux périodes avec autre chose que des ennemis désireux de profiter de toute faiblesse. Arwen se sentait comme prise dans un de ces moments si précieux. Elle faisait bien sûr face à la plus redoutable de toutes les déesses, la Guerre et la Sagesse, mais elle la connaissait suffisamment pour savoir que cette dernière ne la frapperait pas tout de suite. Épuiser les possibilités de discussions passerait avant d'entamer les vrais assauts était aussi son point d'honneur. Elle était ainsi et cette nouvelle incarnation changeait drôlement de l'ancienne. Grande, brune, forte et toute en féminité malgré sa tenue, elle dégageait un charisme unique. Son cosmos divin dégageait autant de puissance que de chaleur. Il était simple de se laisser aller à la sensation protectrice que l'ancienne spartiate dégageait et face à cela, Arwen pouvait se rendre compte de la fascination que la porteuse de l’Égide pouvait dégager de sa seule présence.

La petite Muse lui semblait bien fade maintenant tout comme l'immature Hermès. Trop de choses s'étaient passées en ces treize dernières années et ce n'était pas en quelques heures que dieux ou pas, on pouvait tout tenir en mains. Personne n'avait la connaissance de tout ce qu'il se passait en ce monde sinon Hélios mais cela n'était valable qu'en certains lieux et l'Olympe ou les Enfers y échappaient. Aussi comment Arwen aurait-elle pu savoir tout ce qui se tramait. La perte de ses parents était le fruit d'actes cruels et seule, elle n'avait que Sparte pour se raccrocher. Les soupçons à son égard était la pire chose à avoir. Elle qui avait été mise en mauvaise posture de par la faute de ce même Hermès, en quoi pouvait-il lui reprocher d'avoir mal agi en le remettant à sa place. Elle était déesse et pas une simple mortelle qu'il sermonnait. Déesse tout comme lui, était-ce si dur à comprendre ?

La tempête qui agitait son âme avait tant besoin d'apaisement et que lui avaient-ils apporté, lui et Clio ? Des paroles qui n'avaient rien de réconfortants. Des accusations mais personne pour lui dire exactement ce qu'il en était de son père. Personne ne savait ce qu'il en était du maître du Sommeil et pourtant; ils le savaient. Ils le savaient tous les deux mais se taisaient, détournant les flots de fiel sur le seul Hazama. Son mentor et le seul à vouloir réellement la protéger en plus de ceux de Sparte.

Son regard ne cillait pas face à celui d'Athéna. Elle n'avait pas à cacher sa tristesse et la douleur qui ne cessait de la ronger.

Elle allait d'ailleurs parler lorsque son pendentif se rompit...

Quoi ?

Contrairement à la peau de biche immaculée présent d'Artémis qu'elle conservait précieusement, cet artefact était maintenant réduit à rien.

Je vois... Hazama avait raison. Ce dieu des voleurs n'est qu'un infâme menteur. Et tout comme lui, ses cadeaux ne sont que du vent. Du vent ou de la contrefaçon. Après tout, s'approprier le travail, l'oeuvre d'une vie même d'un autre n'est pas la plus noble des manières d'être. Que sont les armes sacrées entre des mains indignes. Juste de lourdes babioles inertes et souillées...

Le temps qu'elle redresse la tête, Athéna avait surpris son regard.

- Non, ce n'est rien. Juste un mensonge que la vérité a dissoute. Si seulement, votre frère Apollon était là. Lui saurait quoi faire...

Le ton de la splendide étoile était resté doux avant que soudain une nouvelle manifestation divine ne se fasse entendre. Zeus en personne venait de paraître en son salon et si le cœur d'Arwen manqua un battement, croyant sa dernière heure venue avec le retour du préféré devant papa, il reprit soudain ensuite.

Athéna... Bien sûr, qui d'autre que elle l'intéresse. Maintenant que ma mère a disparu sous sa volonté, il rameute ceux qu'il juge digne de lui...

Contempler ainsi le bourreau de ses parents avait fait se baisser la tête du Haut Commandeur de Sparte avant qu'elle ne respire à fond, faisant tout pour se reprendre et rester digne de ses parents et du sang de Nyx coulant en ses veines.

- Athéna, j'ai entendu cet appel impérieux. Je ne peux me résoudre à vous mettre en mauvaise position face à l'Olympe et à son roi. Aussi, je comprendrasi parfaitement que cet entretien doit être ajourné. Ce qui se passe sur la Montagne des dieux concerne la totalité de ce monde et des autres. Aussi, Sparte n'est jamais qu'une seule cité et je puis comprendre que votre place est au conseil des dieux. Puisque telle est la volonté de votre divin père, j'ajourne donc cette entrevue sur son ordre et vous invite à revenir plus tard. Dès que cela vous sera agréable. Quel que soit l'instant, je me tiendrai toujours disponible.

Sparte était le rêve de mes parents et le votre. Je vous promets de la protéger de tout mon pouvoir et de tout mon amour..
.

Puis approchant de la déesse, elle s'inclina devant elle, aussi dur que cela pouvait être pour son orgueil de divinités.

- Personne n'a cru bon de me dire ce qu'il est advenu de mon père. Personne alors qu'il a disparu. Je sais l'ignorance des autres au sujet de ma pauvre mère mais j'ai lu dans leur silence qu'ils savent pour mon père. Aussi, je vous en prie ma tante, dites-moi. Lorsque vous saurez, dites-moi ce qu'il lui est arrivé que tout le monde me tait. En tant que Haut Commandeur de Sparte et double héritière de Thalie et Hypnos, il est de mon droit de savoir. Quand vous saurez, je vous en prie, dites-moi. Ce sera ma seule requête, tante Athéna...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Athéna
Déesse de la Guerre et de la Sagesse
avatar

Messages : 125
Date d'inscription : 01/12/2013

Feuille de personnage
Hp:
435/435  (435/435)
CS:
622/622  (622/622)
Pa:
400/400  (400/400)

MessageSujet: Re: L'Etoile et la Sagesse   Jeu 28 Aoû - 19:48

Ce fut sans la moindre hésitation que je suivis la fille d'Hypnos et de Thalie. Nouvellement promue Haut Commandeur, elle avait fait preuve de toute la hargne et le caractère d'une louve défendant ses petits. Cette image lui seyait plutôt bien tout comme sa tenue sombre et moulante. Sa peine s'exprimait avec violence sans qu'elle ne perde réellement pied. Puissante, elle devait l'être tout comme ses parents. Je la suivais de quelques pas et en son sillage, je ne pouvait que ressentir les palpitations de son cosmos trop longtemps contenu. Singulier et attirant, il était unique tout comme elle. A la scruter ainsi, ma curiosité à son égard ne faisait que croître. Sans la moindre hésitation, elle nous avait tous trois convoqués, nous enfants de Zeus et parmi ses préférés. Pas la moindre distinction entre mes frères et sœurs et à la contempler ainsi en ces quelques instants de calme, je ne pouvais que me rendre à l'évidence, elle m'avait ménagée uniquement en ma qualité de fondatrice de Sparte et en tant que sœur de sa mère. En ce qui concernait son père, je ne me faisais aucune illusion. Les guerres saintes n'avaient eu de cesse d'émailler l'histoire au fil des siècles. Le fait de fonder Sparte avait été un trait de génie en bien des points. Quelque chose d'immense sommeillait encore en ses lieux. Un rassemblement de cosmos de natures tellement diverses avant leurs dispersions...

Au creux de Sparte, les forces s'agitaient comme prises au sein d'un terreau plus que fertile. C'était comme un creuset offrant une réelle occasion de changement. Le changement faisait peur, pouvait être périlleux mais n'avions-nous pas choisi cette possibilité de créer du neuf, d'offrir une nouvelle chance de paix voire même l'avènement d'une nouvelle ère quel que soit les dangers que cela représenterait.

Concentrer autant de forces vives ne pouvait qu'attirer les pires essences et même si elles étaient encore trop invisibles, je ne pouvais douter de leurs présences. Ce n'était pas une hypothèse mais bien une certitude. Une telle richesse ne pouvait qu'attirer tel un aimant plus que puissant des destructeurs, de tourmenteurs, tout ce qui représentait l'inattendu.

Peut-être même nous a-t-il devancés ?

L'idée d'un piège m'avait très souvent effleurée vers la fin de ma présence au sein de l'enveloppe qu'avait été pour moi Saori. J'avais comme été partiellement scellée en sa chair. Ce qui pourtant ne l'avait pas empêchée de remporter ses dernières guerres mais à quel prix. La perte de la majorité de la chevalerie, la ruine des terres marines et infernales...

Tour cela devait s'arrêter. J'avais senti une dernière menace. Assemblant tout ce qu'il me restait de pouvoir, j'avais brûlé toute la force vitale de Saori Kido pour préparer mon retour prématuré. Un retour que la plupart pensait voir dans deux cents années minimum mais il me fallait être là. La perte de Saori n'était qu'une transformation de plus...

Sparte est comme un mortier où tous sont soumis aux coups d'un pilon invisible et anonyme, espérant un changement sans le moindre doute au mieux décisif, au moindre explosif...

Mais viendrait le temps où les masques tomberaient. Un instant que je me devais de vivre auprès des miens, aux côtés de ma famille et des mes chevaliers. Ce fameux moment allait arriver, je le sentais...

Tout à mes pensées, je n'en avais pas pour autant oublié notre courte marche qui s'arrêta dans un nouveau salon avant que soudain mon père, le grand Zeus en personne ne se manifestât. M'appeler, il m'appelait à le rejoindre au plus tôt. Il n'avait rien perdu de sa prestance ni de son côté impérieux. Lui désobéir était le pire de tous les crimes. Même moi, j'avais ressenti cela au milieu de la tendresse générale. Réfléchissant aux différentes possibilités, j'en arrivais à ma conclusion lorsque Arwen reprit la parole.

Remarquable...

En effet, elle était capable de réflexion, elle aussi. La regardant avec le même aplomb, je répondis.

- Bien, cela m'attriste également mais je ne peux que me ranger à ta décision, ma chère nièce. Père est impérieux mais il est juste. Il fera ce qu'il y a de mieux pour l'avenir du monde et des autres. Mêmes si ses actes sont incompris, il oeuvre pour l'ensemble des terres qui sont sous sa protection.

Et m'approchant d'elle tout en respectant son territoire personnel, je poursuivis.

- Je sais que tu es terriblement meurtrie mais tu pourras toujours compter sur moi. Je ferais tout ce qu'il est en mon pouvoir et en celui de mes chevaliers pour découvrir le fin mot de cette histoire et la vérité au sujet de la disparition de tes parents. Je serais là pour te sauver si jamais on tente de te faire du mal, Arwen. Le combat ne m'a jamais effrayée même si ce ne sera jamais que la dernière des solutions. L'ultime lorsque toutes explication ou discussion est devenue impossible. Hypnos et moi nous nous sommes heurtés souvent mais je te promets de tout faire pour que tes voeux soient réalisés. Je ne puis d'ailleurs me résoudre à te laisser seule sans autre défense que les garnisons de cette cité. Aussi, l'un de mes familiers va demeurer à tes côtés le temps que la réunion à laquelle père m'a convoquée prenne fin.    

Illuminant soudain le salon de mon cosmos, je fis apparaître l'une de mes chouettes, l'offrant à la jeune femme. De part mon lien avec elle, je resterais au courant de tout ce qu'il se passerait dans la cité du cosmos.

- Elle te sera d'une aide précieuse. Je te l'offre. Qu'elle te soit dévouée et essentielle pour la réussite de notre rêve à tous...

Et sur ses mots, je me retournais, me mettant ainsi en mauvaise posture devant elle, lui montrant ainsi la confiance que je ressentais en me montrant aussi vulnérable. L'instant suivant, je quittais la pièce avant d'embraser mon cosmos et de me diriger directement vers le temple de mon père...

J'avais déjà prévenu les saints pour qu'ils se tiennent prêts à intervenir, aussi, je n'avais nul besoin de me répéter. La suite se ferait selon les actes de chacun...

=> Olympe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L'Etoile et la Sagesse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Knights of Hope :: Sparte la Sacrée :: Palais du Haut-commandeur-
Sauter vers: