Forum RPG dans l'univers de Saint Seiya (Les chevaliers du Zodiaque)
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le roi des titans face au Tartare

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cronos
Roi des Titans
avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 29/10/2013

Feuille de personnage
Hp:
637/637  (637/637)
CS:
1000/1000  (1000/1000)
Pa:
400/400  (400/400)

MessageSujet: Le roi des titans face au Tartare   Lun 23 Juin - 23:26

Arrow Prison de Gaia

Les mythes des temps anciens affirment que le Tartare était aussi loin de la surface que la terre est elle-même séparée des cieux... La vérité était moindre, s'était amusé à dire le jeune éphèbe à la peau halé quand le masque d'obsidienne du roi des titans apparut alors dans un purgatoire innommable. Pour quiconque avait le don de courber l'espace et, la connaissance de l'emplacement exacte de celui-ci: il n'était pas donné à tous le monde de pouvoir situer les entrailles de la Terre et encore moins, d'avoir la capacité d'y aller en tant que simple visiteur. Du haut du masque d'Écho, la silhouette adolescente qui s'en servait de disque, se tourna en direction de la personne vêtue de cape jaune à ses côtés avec le sourire espiègle d'un enfant qui venait de préparer une bonne farce... Comment imaginer que cette figure infantile était celle du roi des Titans ? Lentement, la voix cristalline de celui-ci s'éleva en direction du serpent qui se tenait prés de lui, sur le disque que le titan avait formé à l'aide de son Dunamis qu'il venait de concentrer sous la forme du masque du monstre fantomatique qu'il était encore il y'a peu, le visage du dieu faucheur de vie que Gaia avait crée pour lui il y'a des éons...

"Nous voici bientôt au Tartare, Hazama... Bientôt, mon peuple sera libre. Bientôt, je réglerais le cas de mon plus jeune rejeton... Bientôt, l'ère à laquelle tu as contribué à la création verra le jour. Mais, l'heure n'est pas encore arrivé, comme tu le sais déjà: la défaite des miens qu'a orchestrée Pontos a fait que la plupart des titans se sont retrouvé dépossédé de leurs Dunamis et de leurs corps. C'est ce que j'ai ressentis avant de me perdre dans l'abime lors de mon affrontement avec le lion... Mon sommeil fut long avant que tu ne viennes à moi une fois mon fils vaincu par le chevalier même, qui vainquit celui qui m'a défait par le passé. "

Fit le titan en regardant alors se dessiner dans l'horizon des ténèbres, les immenses remparts d'airain baignant au milieu d'un océan de lave où le vent ne laissait entendre que le cri des damnés et des pécheurs... L'endroit n'avait pas changé depuis qu'il y avait arraché son peuple la toute première fois. À présent pleinement maitre de son corps et de son esprit, le roi des dieux laissa sa conscience se perdre dans ses souvenirs tout en profitant d'avoir retrouvé l'usage de son enveloppe charnel pour laisser glisser sa voix hors de ses lèvres: un sentiment qu'il n'avait plus connu depuis bien trop longtemps sous la forme d'une ombre, de l'ombre d'une ombre...

"Le savais-tu, le premier gardien du Tartare était une créature sous mes ordres ? Elle se nommait Campé, je lui avais assigné cet endroit bien avant qu'Hadès ne règne sur le sombre royaume et je lui avais demandé de surveiller l'engeance obscène de ma mère... Engeance que je vois à présent..."

Le sourire du titan se mua lentement en une grimace de dégout tandis qu'apparaissait pleinement la porte de bronze profondément ancré dans les trois remparts d'airain qui entouré la plus terrible prison du monde des morts... Devant la porte se tenaient alors trois immondices qu'il avait fait enfermer il y'a des millénaires, quelle plaisanterie de les voir à présent gardien du Tartare et seul rempart entre lui et la libération de ses fréres. Se posant alors sur une surface de magma refroidit avec celui qui l'accompagnait, le roi des titans laissa alors rugir son Dunamis a la vision des trois monstres aux cents bras et aux cinquante gueule monstrueuse avant d'invoquer son arme tout en crachant un seul et unique mot au gout de bile dans sa bouche.

" Hécatonchire !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hazama/Eris
Ennemi public n°1
avatar

Messages : 99
Date d'inscription : 04/08/2013
Localisation : Qui sait ?

Feuille de personnage
Hp:
330/330  (330/330)
CS:
1130/1130  (1130/1130)
Pa:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le roi des titans face au Tartare   Mar 24 Juin - 17:56

Arrow je viens d'ici en compagnie de Cronos

Le retour charnel du roi des titans marquait un tournant majeur dans les plans de l’ex haut commandeur de Sparte. Son plus puissant outil de destruction à présent pleinement régénéré, il ne manquait plus alors à Cronos qu’une armée avec laquelle embraser la création au nom de la discorde qu’Hazama affectionnait tant, ce qui n’allait plus tarder à se réaliser des plus concrètement.

Le piège pour Zeus était en place, Gaia et le cadavre de Pontos en étaient les appâts, et le temps que le père de l’Olympe s’en aperçoive, et bien le vénéneux duo composé de Cronos et d’Hazama aurait achevé sa besogne.

« Je vous suis, soyez mon guide à présent, dans ce monde devenu fou. »

Un sourire démesuré sur le visage, Hazama ressentait encore et encore la faiblesse de Thalie s’évertuant à s’évader d’une prison labyrinthique à laquelle elle ne comprenait rien. Une prison sans murs ni barbelés, sans gardes ni piège, juste un espace fait de ténèbres et de brumes empoisonnées se répandant à l’infinie.

Tenter de se déplacer ou d’user de son cosmos en un tel lieu ne pouvait résulter que d’une chose, l’activation immédiate du venin contenu dans la brume. Un venin qui si au début se montrait particulièrement inoffensif, se contentant de pénétrer le corps et le cosmos de celui avec qui il entrait en contact, se révélait rapidement être le pire fléau jamais conçus à l’encontre des élus du cosmos.

*Embrase ton pouvoir petite muse, fracasse donc tes jolies mains contre les murs de ta prison, lacère donc ton pouvoir sur le fil de mon venin, que tes larmes apaisent la soif qui me tenaille depuis trop longtemps. Encore un peu de patience Thalie, ton heure viendra.*

Ooooooooooooh oui, le destin de la pathétique muse de la Comédie ne serait pas d’errer pour l’éternité dans les brumes empoisonnées d’Ouroboros, Hazama avait un tout autre plan pour elle, et puis il avait hâte de goûter à ses larmes…

Le gout des larmes, le gout du désespoir, de la colère, de la peur. Hazama devait bien être le seul être au monde à savoir véritablement les apprécier, comme un gourmet savourant la moindre nuance de ces mets aussi précieux que choisis.

Oh il ne risquait pas d’en manquer, le monde entier était remplis de larme et de tristesse, mais avec le temps, l’ex-haut commandeur de Sparte s’était découverts un côté esthète, pour lui maintenant ne valaient la peine que les larmes les plus rares, les plus puissantes. Au début recueillant celle des élus du cosmos, il en était maintenant à chercher celles des marcheurs du ciel, les plus savoureuses et les plus chargées en émotion d’entre toutes.

Quelle immense déception l’avait submergée lorsqu’il avait compris que ni Pontos ni Gaia ne pourraient lui en procurer… L’un n’était désormais rien de plus qu’un tas d’os et de charbon, tandis que l’autre, pâle reflet spectral de sa gloire passée, ne pourrait même pas verser une larme si sa vie en dépendait.

C’était avec un regard méprisant qu’Hazama avait dit adieu à la déesse mère, disparaissant avec Cronos dans les méandres de l’espace-temps, partant avec lui vers l’endroit le plus sinistre de la création, là où les âmes immortelles des titans attendaient le retour de leur roi.

Sentant alors ses oreilles bourdonner, l’ex-haut commandeur de Sparte ria intérieurement de sa duperie alors qu’il devinait que quelque part dans l’univers, un immortel déversait toute sa haine, toute sa rage, toute son désespoir à son encontre, le maudissant encore et encore au point que le cosmos universel en soit perturbé.

La malédiction d’un élu du cosmos n’était déjà pas à prendre à la légère, alors celle d’un marcheur du ciel, qui plus est un plutôt bien placé dans la divine hiérarchie…

*Voilà que ça devient intéressant…*

Etait-ce la Sagesse ? La chasse ? La Guerre ? Ou peut-être même était-ce l’Histoire ou le donneur de chance qui hurlait à la création une colère aussi impuissante que pathétique.

Impuissante oui, car Hazama n’était pas seul, et son pouvoir déjà formidable était sous l’égide d’un être encore plus grand, un être qui était déjà revenu du Tartare à deux reprises maintenant.

*Pauvres dieux réveillé en sursaut... Si vous voulez m’atteindre, il vous faudra faire plus que cela. En attendant, maudissez moi, méprisez moi, nourrissez moi de vos sentiments extrêmes à mon égard, que lorsque nous nous retrouveront, cela en vaille la peine.*

« Hehehehehe… Hyaaaaaaaaaaaaaaaaaahahahahahahahaaaaaaaaaaah ! KYEEEEEEEEEEEEEEEEEHAHAHAAAAAAAAHAAAHAHAHAHAHAAAAAAAAA ! »

Sentant l’afflux proprement prodigieux de puissance que lui prodiguait la haine viscérale versée à son encontre venir gonfler ses veines, Hazama riait, riait encore et encore jusqu’à s’en décrocher la mâchoire.

Quel était ce prodige lui permettant de grandir avec la colère, la peur, la jalousie et la haine qui l’entourait ? Il n’en savait strictement rien, et il s’en moquait.

Hazama était ce qu’il était, et s’il se connaissait mieux que personne, lui-même n’était pas totalement parvenu à percer les ombres de sa propre histoire.

Qui était en vérité cet être surgit de nulle part devant Athéna en plein cœur de son palais il y a 13 ans ? Qui était cet allié providentiel vêtu de blanc ayant aidé jadis le dieu des flots à étendre sa malédiction sur l’ensemble des titans au temps du premier réveil de Cronos ? L’avenir le dirait-il seulement ?

« Oui je me souviens majesté. Les chevaliers d’Athéna avaient alors fait preuve d’une chance aussi extraordinaire qu’insolente, et certains de vos sujets avaient même participés à votre défaite en aidant l’un d’eux si mes informations sont exactes.
Est-ce qu’au final cela en valait la peine ? Le lion est mort, toute sa génération de chevalier est morte, tombée devant le mur des lamentations d’Hadès ou bien avant.
Que ce soit par leurs propres mains ou de celles de ceux qu’ils avaient un jour appelés frères, l’élite de l’humanité a failli, et aujourd’hui vous revoilà, éclairé de cette défaite et plus grand que jamais.
Tout ce qu’il faut espérer maintenant, c’est que vos sujets aient également retenu la leçon.
»


Le Tartare se profila alors à l’embouchure du tunnel dimensionnel, prison des dieux entourée d’un triple rempart d’airain, le plus profond niveau de la terre noire où même Hadès et son épouse n’allaient que par nécessité absolue, derrière la porte de bronze chauffée à blanc en barrant l’accès se trouvait les onze âmes divines qui représentaient tant au cœur du plus jeune des titans, ceux qu’ils avaient appelés frères et sœur avant de les appeler sujets.

« Les mythes disent qu’elle fut soit foudroyée par Zeus, soit défait par le dieu du vin… J’ose espérer que la première hypothèse est la bonne… »

Mourir saoul comme un goret n’était pas en effet une fin qu’Hazama pouvait qualifier de glorieuse.

« Quand à cette... "engeance" comme vous dites, si vous le permettez, j’aimerai en garder un pour mon usage personnel, leur force brute peut toujours être utile. »

S’avançant alors au-devant de l’arme castratrice du dieu parricide, Hazama jeta un regard amusé aux trois immenses masses de muscles et de têtes assemblées grossièrement lui faisant face.

« Ainsi c’est vous, les gardiens du tartare hein ? Vos parents devaient vraiment être d’humeur sadique lorsqu’ils vous ont conçus… »

Une façon comme une autre de débuter les hostilités en leur indiquant clairement à quel point leur simple vision faisait horreur à leur adversaire.

« Réglons ça rapidement, votre vue me rend malade... »

Rendu plus puissant que jamais par l’afflux de haine qu’il avait reçus à l’instant, l’aura de l’ex-haut commandeur de Sparte, d’ordinaire verte, se teinta alors de jaune pour croître encore et encore, se veinant alors de serpent éthérés à la couleur de la nuit tandis qu’Hazama riait et riait de plus bel, ivre de sa propre puissance qui ne cessait de croître.

« Encaisse moi ça ! »

Comme un chasseur souhaitant le plus beau trophée pour son mur, Hazama dirigea l’ensemble de sa puissance face au plus grand des trois hécatonchires, sans aucun doute le légendaire Egéon aux cents bras, laissant les deux autres à la faucille de Cronos qui n’en ferait qu’une demi-bouchée.

De la main de l’ex haut commandeur de Sparte jaillirent alors des dizaines et des dizaines de serpents cosmiques tous plus épais que lui que l’hécatonchire saisit alors de sa centaine de bras, visiblement très fier de sa supériorité physique presque inégalée dans le panthéon grec.

« Pauvre abruti ! »

Les serpents sifflèrent à l’unisson. L’erreur fatale d’Egéon fut de les saisir sous la tête, là où se saisissait normalement tout serpent afin de se préserver de leur morsure, mais les serpents d’Hazama n’étaient pas des serpents normaux, ils n’étaient pas des choses tangibles que l’on pouvait retenir aussi aisément, et sous l’effet d’une simple pensée de leur créateur, leur corps s’allongea entre les doigts puissants d’Egéon, avant de plonger leur crocs empoisonnés au cœur de la chair millénaire de l’hécatonchire.

« Destroying Flash Fang ! »

Déversant alors leur venin aux deux cents points transpercés d’Egeon, l’hécatonchire dut sans doute ressentir dans la seconde la plus grande douleur que son esprit était capable de supporter tandis que tant son cosmos et son corps semblaient se dissoudre dans l’acide.

Luttant comme un beau diable, tirant aussi fort qu’il le pouvait sur ses liens empoisonnés, Egéon ne comprenait pas que plus il déployait d’énergie, plus la douleur en devenait intenable, ajoutant d’avantage de carburant au feu qui le consumait.

« Ca fait du bien, HEIN ?! »

Tirant d’un coup sec sur ses créations, Hazama fit mettre un genou à terre au puissant Hécatonchire qui peinait à présent à bouger ses membres, totalement écrasé par la souffrance indicible qui lui oblitérait les pensées.

« Et bien voilà… Tu as trouvé ta place. »

Posant son pied sur l’une des immenses têtes de l’hécatonchire à présent au pays des rêves, l’ex-haut commandeur de Sparte octroya à Egéon le même sort qu’il avait réservé à Thalie, et en un éclair le fit disparaître au sein des immenses mâchoires spectrales d’une de ses créations.

L’immense masse de muscle et de douleur tremblante disparut alors en faisant gonfler la trachée du serpent cosmique avant d’émerger à son tour au côté de la muse de la comédie qui ainsi aurait de quoi s’occuper en attendant qu’Hazama vienne les retrouver.

« Une bonne chose de faite… »

Se retournant alors vers Cronos qui n’avait pas non plus perdu son temps, Hazama siffla d’admiration devant le carnage aussi franc que salissant qu’avait perpétré dans son dos le roi des titans.

« Fiouuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu… C’est vrai qu’une faucille n’est pas exactement une arme subtile. Je vois que les travaux manuels ne vous dérangent pas majesté. »

Pataugeant alors dans l’ichor bleuté des deux hécatonchires à présent réduit en pièce, Hazama jeta un regard vers les portes de bronze du Tartare avant de les désigner tout en s’inclinant.

« Après vous. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cronos
Roi des Titans
avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 29/10/2013

Feuille de personnage
Hp:
637/637  (637/637)
CS:
1000/1000  (1000/1000)
Pa:
400/400  (400/400)

MessageSujet: Re: Le roi des titans face au Tartare   Jeu 26 Juin - 21:42

"Misérables déchets que vous êtes, créature abâtardie de la folie de mon père d'un temps oublié... Je vous avais offert une chance en me rejoignant avant que mon fils ne vous prenne sous sa coupe. Et pourquoi ? De prisonniers, vous êtes devenu geôliers des miens sous les consignes du roi des dieux envers vos propres frères ? Je crache sur le lien qui nous unis à la déesse mère ! Vous n'êtes pas de mon sang, vous n'êtes pas des titans !"

S'exclama la frêle silhouette du jeune homme face aux deux monstruosités gigantesques qui lui faisaient face, laissa des sentiments longtemps oubliés refaire surface en lui tandis que son Dunamis se revigorait de la soif de sang qui empourprait son regard à la vision de ses deux traîtres en tant que gardien de la porte qui, interdisait la liberté de ses frères... S'en était trop, grognât intérieurement le roi des titans alors que ses trois plus longues mèches de cheveux se mirent à virevolter sous la concentration de puissance à travers lui, faisant alors doucement briller la pointe des trois longues mèches dont le bout se changeait en visage hurlant de dragon, de guerrier et de lion...

"Non, fidèles champions ! Ils sont à moi, a moi seul !"

Sous l'ordre du roi, les trois gardiens cachés dans la chevelure du titan d’ébène se turent alors à l'unisson. Cronos avait parlé et comptait bien s'occuper du sort des deux gardes qui lui faisaient face: au diable le troisième, il allait faire à ces deux monstres ce qu'il aurait dû faire il y a des éons... Seul la voix de la déesse leur avait valu l'emprisonnement en lieu et place de la mort, chose qu'il allait bientôt régler de ses propres mains. Un pas se fit entendre alors quand le roi s'avança, un tremblement gigantesque secoua soudainement les deux monstres face à lui, quelque chose de plus immense qu'eux était en train de les observer et en souriant, le maitre des titans se lécha les lèvres d'impatiences a la vision des centaines de visages de ces monstres plongé dans une expression oh combien délicieuse pour lui: ils s'étaient noyé dans la peur.

"Bande de chien et de déchet, trembler de peur mais gardez la tête haute: je ne vais pas vous exécuter ..."

Le Dunamis du titan se manifesta alors sous la forme d'Echo: monstrueux fantome de plus d'une centaine de mètre de haut face à ces congénères,  jouant de ses six mains chimériques avant de se saisir du premier d'entre eux pour le soulever dans les airs sous le regard de son confrère. Écrasant chacun des membres qu'il tenait entre ses mains, celui-ci commença alors a tirer les bras ainsi que les jambes de l'hécatonchire dans un sinistre déchirement...

"Je vais vous massacrer !"

Rugit Cronos alors que le monstre écartelé se retrouva face à la lame mythique de Cronos: perdant alors ses cinquante têtes quand ses bras et ses jambes s’arrachèrent de sa silhouette difforme par les mains de l'Écho de Cronos afin d'asperger la porte de fer d'une peinture ensanglantée... Un de moins, s'amusa Cronos avant de remarquer que le second Hécatonchire se rua sur lui avec la force du désespoir: venger son frère pouvait lui donner l'énergie de vaincre Cronos . Surement pas, s'intima le fils de Gaia alors que la Megas Drepanon se matérialisa devant le jeune titan entre les mains d'Écho. Un revers de la faux légendaire suffit à trancher la créature aussi facilement que l'on fend l'eau d'un mouvement de main. Le sang éclaboussa le visage du roi des titans qui, d'un mouvement dédaigneux de la main, l'essuya sans prendre plus attention a l'atroce débauche de violence dont il venait de faire preuve pour se concentrer à présent sur la porte qu'il devait détruire: le dernier rempart...

" Un bon roi est au service de son peuple et, le roi des titans ne délègue aucune de ses taches à celui-ci. J’espère que tu feras souffrir le survivant de cette fraternité de dégénéré... Je t'en fais cadeau."

Fit-il avant de poser les paumes de ses deux mains sur la porte ensanglantée: celle-ci avait été crée pour l'empêcher lui de sortir ainsi que ses frères. Protégé par le Dunamis de ses enfants, il n'aurait jamais pu la détruire dans des conditions normales hors, il avait récupéré son arme. Reculant d'un pas, le titan laissa son Dunamis s'embraser avant de faire éclater la faucille gigantesque qui flottait dans son dos depuis son arrivée ici: l'invoquant autour de lui afin de se parer d'une armure aussi noir que les ténèbres du Tartare.

"Recule Hazama... Il est temps de libérer mes frères."

Respirant grandement en déployant alors sa formidable puissance dans son armure noir, le titan leva les six mains de sa Soma en l'air avant de les plaquer violemment contre la porte des enfers: avec elle, il pouvait venir a bout de tout.

"Yami no Meidō !!!"

Aussi inconcevable que cela pouvait paraitre: le Tartare en intégralité était secoué par le pouvoir titanesque de Cronos...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
La Main du Destin

avatar

Messages : 129
Date d'inscription : 03/08/2013

MessageSujet: Re: Le roi des titans face au Tartare   Ven 27 Juin - 18:50

Prison éternelle plus ancienne encore que le monde lui-même, le tartare avait vu en ce jour des événements qu’il ne reverrait plus de sitôt.

Déjà pour lui, recevoir de la visite était chose exceptionnelle, mais recevoir la visite d’un être désormais ni mortel ni divin et celui d’un de ses ex-détenu était véritablement quelque chose d’unique, surtout quand cet ex-détenu s’appelait Cronos, autrefois roi des dieux, désormais seulement roi des titans.

Impassible, indifférent au sort de ces petites choses s’agitant en tous sens devant tes yeux intangibles, tu sais que ce qui se passe devant toi décidera du sort du monde, et pourtant, et pourtant tu n’en as cure.

Dans ton éternité, tu as vu des empires naître, d’autre s’élever, et encore plus s’effondrer pour disparaître sinon dans les souvenirs et les livres d'histoires.

Las, tu es si las de voir ces conflits que tu t’en lave désormais les mains. Antique fils du chaos primordial, tu continueras d’exister lorsqu’ils ne seront tous que cadavre, et tu existeras encore lorsque même la poussière de leur os aura disparu.

Le massacre de tes gardiens t’indiffère, ils ne te sont rien, que Zeus ou Cronos t’en donne de nouveaux, ou que tu te retrouves seul ne t’importe guère, seul la nuit t’es de bonne compagnie, seule ta sœur invisible et omniprésente sait t’apporter quelque réconfort…

Devant la fureur sanguinaire des deux nouveaux arrivant, les portes de bronze marquant ta limite se teinte d’ichor, la voie leur est désormais accessible, mais pas pour autant ouverte. Il leur faut encore pénétrer dans ton domaine, là d’où l’on ne s’échappe pas si facilement.

Pourquoi leur résistes-tu ? Pourquoi n’ouvres-tu pas tes portes pour en finir et retrouver la paix ? Par crainte du manieur de foudre ? Oui, il y a de cela. Mais il y a aussi peut être quelque vestige de fierté divine que tu n’admettras jamais. Tu es le tartare, la prison des dieux, et que seras-tu si l’on te retire ce titre ?

Non, si Cronos veut récupérer les siens, il faudra qu’il se batte pour eux. Quoi qu’il arrive, tu ne le laisseras pas faire ce qui lui plait sur ton domaine.

Et pourtant… Tu sais que sa force dépasse l’entendement, qu’elle dépasse la tienne. Tu n’es qu’une prison, pas un guerrier. Tu sais enfermer, maintenir en toi, tu sais empêcher tes prisonniers de sortir, pas les intrus de créer des issues…

Les six bras de l’antique soma du roi des titans frappèrent alors tes murs d’enceintes, juste avant d’y déverser une onde meurtrière déchirant tant ton cosmos que ta force vitale.

Douleur… Douleur depuis si longtemps oubliée. Ça fait mal, ça fait si mal… La réalité se rappelle à toi qui trop longtemps es resté loin de tout…

Assez ! Assez ! Que cela cesse !

Apeuré, blessé, tu ouvres alors tes portes dans un grondement sinistre, révélant un unique couloir sans fin avec de chaque côté, une infinité de cellules individuelles contenant chacune un prisonnier ayant provoqué l’ire d’un roi divin.

Que Cronos fasse son choix et disparaisse au plus vite, tu le maudis déjà de t’avoir ainsi fait si mal.

Qu’il fasse son choix et aille se perdre en enfers !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hazama/Eris
Ennemi public n°1
avatar

Messages : 99
Date d'inscription : 04/08/2013
Localisation : Qui sait ?

Feuille de personnage
Hp:
330/330  (330/330)
CS:
1130/1130  (1130/1130)
Pa:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le roi des titans face au Tartare   Ven 27 Juin - 18:52

Bon, ben étant quelque peu spectateur pour le moment, je savoure mon pop-corn et je passe mon tour pour cette fois ^^ (Goooooooooo Cronos ! Gooooooooooooooooooooooooo ! Laughing)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cronos
Roi des Titans
avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 29/10/2013

Feuille de personnage
Hp:
637/637  (637/637)
CS:
1000/1000  (1000/1000)
Pa:
400/400  (400/400)

MessageSujet: Re: Le roi des titans face au Tartare   Sam 5 Juil - 1:03

Impossibles, devaient se dire les prisonniers du Tartare... Incroyables, devaient crier les anciens alliés et les proches du fils de Gaia... Impensables, devaient alors rugir les cieux alors que l'agonie du Tartare était à son comble sous l'avalanche d'onde et de vibration que déversait Cronos en son sein... Zeus n'était pas le premier être à faire hurler de douleurs les entités primordiales de cet univers: D'un coup de sa faux, il avait castré le ciel afin de le séparer de la terre et laissa le temps naitre entre eux, la vie et le cours du même du destin. De ses mains, élevé les titans en tant que maitre de tous ce qui existait et... De ses même mains: il venait de saigner à blanc le plus proche enfant de Chaos lui même, du créateur universel. Cronos l'avait saigné, Cronos l'avait vaincu et Cronos, allait prendre le prix de sa victoire...

Lentement, les six bras du Titan se relâchèrent, desserrant les doigts de ses prises qu'il avait creusés dans l'immense portail de bronze en l'empoignant avec rage: laissant alors le dernier rempart qui le séparait du salut des siens s'ouvrir sur les entrailles du monde pour découvrir un long couloir aux ténèbres indéfinissable... Un endroit qu'il ne connaissait que trop bien malheureusement... Cependant, il avait réussi à sortir des entrailles même du Tartare: il avait vaincu celui-ci et ses gardiens, il avait même battu Pontos au sommet de sa puissance. Tout n'était que promesse d'un avenir meilleur à présent. La défaite du Tartare n'était qu'un signe de plus, une ondulation dans le fleuve de la destinée alors que le roi des titans se rapprochait toujours un peu plus de son peuple. Impérieusement, le plus jeune des titans s'approcha de l'ouverture béante, plongeant alors son regard dans l'abime sans fin du Tartare pour chercher ses fidèles serviteurs du regard: essayant alors de percer l'obscurité pour retrouver les siens. Respirant alors, les bras issus de du soma se résorbèrent dans le dos du titan à la peau d’ébène lorsque celui-ci éleva la voix.

"Mes frères ! Titans ! Regardez vous dans votre sordide prison !"

La voix du jeune roi tonna à l'intérieur du Tartare, se répercutant en écho de tonnerre dans les entrailles de la prison alors que la pénombre semblait devenir plus visible, plus palpable comme si les ombres se réunissaient face à lui.

"Qui vous a mit là ?!"

Rugit alors Cronos en ouvrant les bras tout en appelant un public invisible à lui répondre, laissant le nom de Zeus flotter dans l'air épais et nocif de la prison divine. Soudainement, le Dunamis du roi des titans se mit à enfler en sa soma: venant veiner les quatre bras de son armure qui, prirent alors une taille démente pour saisir les portes du Tartare et les ouvrir en grand.

"Et maintenant que je vous libère, quelle est la première chose, que vous allez faire ?!"

La réponse apparut alors sous la forme d'un flot terrible de fumée noire contre le roi aux yeux de rubis, le noyant sous une masse d'ombre avant de filer en direction de la surface tel un tsunami de jais fantomatique... Une fois cela fait, le roi poussa un long soupiré avant de se retourner pour voir par où les êtres qu'il avait invoqués étaient partis: laissant apparaitre un sourire carnassier sur son visage enfantin.

"Bonne réponse..."

Terminât le Roi des titans avant de poser son regard sur Hazama à ses côtés tout en laissant apparaitre de nouveaux sons alter ego de Dunamis sombre: le laissant ouvrir ses six bras fantomatiques et les recouvrir de son ombre...

 Arrow Par ici avec Hazama
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zeus
Roi des Dieux
avatar

Messages : 106
Date d'inscription : 04/08/2013

Feuille de personnage
Hp:
552/552  (552/552)
CS:
1004/1004  (1004/1004)
Pa:
500/500  (500/500)

MessageSujet: Re: Le roi des titans face au Tartare   Lun 7 Juil - 22:21

Je vous aurai bande de sadiques de l'espace !


Dernière édition par Zeus le Lun 7 Juil - 22:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sélène
Déesse Lune
Fondatrice
avatar

Messages : 346
Date d'inscription : 19/07/2013

Feuille de personnage
Hp:
300/300  (300/300)
CS:
300/300  (300/300)
Pa:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: Le roi des titans face au Tartare   Lun 7 Juil - 22:21

Le membre 'Zeus' a effectué l'action suivante : Lancer des dés

'Prescience' : 4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://knights-of-hope.forumactif.org
Zeus
Roi des Dieux
avatar

Messages : 106
Date d'inscription : 04/08/2013

Feuille de personnage
Hp:
552/552  (552/552)
CS:
1004/1004  (1004/1004)
Pa:
500/500  (500/500)

MessageSujet: Re: Le roi des titans face au Tartare   Lun 7 Juil - 23:12

Arrow La caverne de Gaia

Plus vite, plus vite ! Je devais aller plus vite !

Combien de temps avais-je perdu dans cette caverne ? Dix minutes ? Trente ? Peut être tellement plus... Dire que j’avais été piégé comme un débutant. Comme le plus idiot des idiots par un stratagème aussi simple qu’efficace….

Ce genre de ruse n’était pas dans les habitudes de mon père, lui bien trop fier et orgueilleux pour s’abaisser à de tels roublardises. Qui avait bien put lui en susurrer l’idée ?

Maintenant que j’y repensais, je comprenais pleinement la vision que j’avais eu précédemment, celle où l’ombre occultant le flot du temps s’emparait d’une étoile sous les indications d’une silhouette humaine au long manteau jaune.

*C’est lui… Ça ne peut être que lui. C’est lui qui est la cause de tout !*

Lui, elle, quoi qu’il fut... Cet être vêtu de jaune. Pouvait-il être celui à la voix si haineuse que Thalie avait entendu dans le passé ? Ce serait donc une femme ? Il n’y avait qu’un moyen de le savoir : plonger encore une fois dans le flot du temps pour en percer les mystères.

Une vision, il me fallait une nouvelle vision, et cette fois, je devais réagir avec plus de célérité. Je devais les prendre de vitesse, fort de la connaissance de leur actes avant même qu’eux ne pensent à les accomplir.

Retournant alors mentalement à la mythique frontière où les infinies possibilités du destin convergeaient pour donner naissance à la réalité, encore une fois je fus accueilli par cette ombre, l’ombre d’un être que je pouvais à présent nommer avec facilité.

Au présent cela semblait si évident, si évident et je ne l’avais pas trouvé avant que cela ne soit trop tard. Pourquoi ? Il n’y avait qu’une seule explication.

*Mnémosyne ! Encore et toujours toi !*

Mais comment pouvait-elle encore agir à sa guise malgré son enfermement au sein du tartare ? Sa malédiction m’avait-elle frappé avant ma sentence à son encontre, ou est-ce que j’ignorais encore quelques événements survenus pendant mon sommeil ?

*Je trouverais les réponses, je retournerais la création toute entière s’il le faut mais je te retrouverais, ainsi que ma mémoire.*

Des questions dans le noir, l’ombre de Cronos rendant le flot du temps des plus dangereux, et maintenant son retour au sommet de sa puissance. Qu’est-ce que je devais attendre de plus maintenant ? Le retour de ses frères et sœurs à ses côtés ?

Perçant encore une fois au travers des ombres de mon père, je trouvais alors un fin rayon de lumière multicolor contenant une brève, très brève vision montrant cette fois une femme aux cheveux rouge-sang et aux yeux sanguinaire se déchaînant contre… Hermès ?!

*Ce rire… Cette voix, c’est celle des souvenirs de Thalie !*

Un rire sadique accompagnait le duel de titans entre mon plus jeune fils et cette femme surpuissante. Pourquoi Hermès avait-il tant de mal contre elle ? Pourquoi semblait-il retenir ses coups ? Et qui était-elle ?

Encore une fois, cette vision me laissa avec plus de question que de réponses, et alors qu’elle s’estompait, j’émergeais enfin aux portes du Tartare, à présent éventré comme dans mes pires craintes.

Trop tard, j’arrivais bien trop tard. Cronos avait réussi son évasion, ses frères étaient désormais libres, libres de se réincarner sur Terre.

Serrant les poings face à mon échec et face à la duperie nouvelle de mon géniteur, je me calmais cependant en réalisant que la situation n’était cependant pas désespérée, car déjà, parmi les centaines de prisonnier du tartare, seul les titans manquaient à l’appel, et ensuite, même s’ils étaient libérés de leur prison, ils demeuraient des âmes désincarnées, privés de leur corps et donc de leur puissance jusqu’à ce qu’ils s’incarnent et ne s’éveillent de nouveau.

*Tu n'as fait que les condamner à une traque sans fin. Je leur enverrais les Olympiens au grand complet pour les débusquer et les détruire où qu'ils s'incarnent, comme les nuisibles qu'ils sont. Comme des mauvaises herbes, nous les arracheront un par un à peine nous les trouverons, je te le garanti. Puis viendra ton tour et celui de tous ceux t'ayant aidé. Car telle est ma volonté.*

Scellant alors de nouveau les portes du Tartare de mes sceaux d’éclairs successif, je quittais sans me retourner ce lieux sordide pour retourner à la montagne des dieux tout en songeant à nouveau à la promesse de puissance que m’avait offerte Hazama. Avec le retour de Cronos et la libération des titans, le temps était-il venu de reconsidérer son offre ?

 Arrow Olympe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le roi des titans face au Tartare   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le roi des titans face au Tartare
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Que pensez vous du CB 100? Face au MSR?
» Les femmes Africaines face au mariage mixte
» THE DARK KNIGHT - HARVEY DENT/DOUBLE FACE (MMS81)
» Traitement particulier d'un tableau double face . (colle de pâte, réversibilité, pontage)
» Rando : Pic Saint-Loup Face Nord

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Knights of Hope :: Sombre Royaume d'Hadès :: Le Tartare-
Sauter vers: