Forum RPG dans l'univers de Saint Seiya (Les chevaliers du Zodiaque)
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le retour d'Arwen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arwen
Haut-commandeur de Sparte la Sacrée
avatar

Messages : 89
Date d'inscription : 10/08/2013
Localisation : Sparte la Sacrée

Feuille de personnage
Hp:
344/344  (344/344)
CS:
610/610  (610/610)
Pa:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Le retour d'Arwen   Lun 23 Juin - 20:59

==> Je reviens d'ici

L'odeur des œufs durs et celle de tous les ouvrages qui emplissaient la pièce l'assaillirent dès son entrée. Un soupir et une pointe d'angoisse en découvrant la vaste pièce désormais vide. Ce bureau lui était pourtant si familier avant mais, maintenant, il s'en dégageait quelque chose d'oppressant. Les yeux encore embrumés de larmes retenues, elle avançait lentement, sursautant presque au son de ses talons hauts sur le carrelage.

Si vide, si silencieux...

Tout son monde venait de basculer dans tous les sens du terme. Le Royaume onirique de ses parents, la splendide cité de Sparte, ses relations et ses discussions avec Hazama. Tout venait d'être balayé du fait d'un seul dieu. Comme si elle s'attendait à le voir installé, à demi-assoupi dans cet énorme fauteuil de cuir, Arwen posa la main sur le dossiers avant de le faire tourner vers elle.

Vide...

Il était vide face à l'énorme plan de travail où s'entassaient les sempiternelles piles de documents administratifs et autres. A leurs côtés, demeurait le sceau du Haut Commandeur, son sceau à présent. Fermant les yeux, elle crut revoir l'excentrique commandeur en plein travail, pestant sur l'ennui la monotonie de certaines taches quotidienne. D'une main, elle saisit le sceau avant de le refaire à sa convenance. Ses goûts étaient différents et pour marquer le passage de pouvoir, changer quelques détails était essentiel. Autrefois, elle n'était que l'assistante du Haut Commandeur, la fille du Rêve et de l'Inspiration mais cela n'était plus que du passé. La jeune scientifique venait d'endosser un poids particulièrement lourd.

Sparte était entre ses mains, Sparte, les Maisons et les habitants. Tous étaient maintenant son peuple et son soucis en plus de celui de retrouver la trace de ses parents. Elle le voulait tellement mais un bâillement en plus d'un vertige la prit en traître.

Dormir...

Elle en avant tant besoin mais devait rester sur ses gardes. La blonde déesse avait été plus que prévenu du danger planant sur sa tête. Un instant, la scientifique avait songé à certains mondes oniriques privilégiés que son père isolait de tout et de tous, même de ses fils. Ceux où il pouvait passer de tendres moments en compagnie de sa reine.

Maman... Papa...

Son cœur saignerait sans jamais pouvoir s'apaiser. Elle devait savoir, il le fallait, elle ne pourrait trouver un semblant de paix aussi longtemps que l'ignorance persisterait. Sans doute pourrait-elle trouver refuge en l'un d'entre eux quand elle se déciderait à prendre du repos mais dans le même temps, disparaître loin de la vue de ses frères ne ferait que les alarmer. Tout cela était compliquer et elle ne devait pas éveiller les soupçons. Changer ses habitudes mettrait la puce à l'oreille des Oneiroi et puis qui disait qu'ils appréciaient tant que cela de servir le bourreau de leur père. Eux aussi aimaient Hypnos et même Thalie. Depuis sa plus tendre enfance, Arwen se souvenait des instants heureux passés en famille. Ses frères lui manquaient tant, elle avait besoin de parler à des visages connus, des membres de sa famille.

Oui, je ne dois rien changer à mes habitudes. Juste prendre en compte certains nouveaux éléments et redoubler de prudence. Je le dois à mes parents mais aussi à tous ceux qui me font confiance.

Une longue caresse sur le cuir du fauteuil. Tout le confort pour celui amener à passer de longues journées voire des nuits complètes à œuvrer pour le bonheur et la sauvegarde de tous et toutes. Une nouvelle fois, elle se sentait tellement seule mais sa décision était prise. Ce fauteuil était désormais le sien et elle allait en prendre possession. S'installant sur le siège plus que confortable, elle se concentra, yeux fermés, appuyant sa tête contre le dossier.

Père... Mère... Entendez mon appel...

Le cosmos si unique de la déesse s'était déployée à la recherche de la conscience de ses parents. Des secondes puis des minutes s'écoulèrent. Longues, effroyablement longues avant qu'elle ne pousse davantage la voie privilégiée qui était la sienne pour s'adresser à ses parents.

Toujours rien...

Elle s'obstinait, les traits tirés, presque sanglants, émettant inlassablement le même appel. Les minutes en seraient vite devenues des heures si on ne l'avait rappelée à la réalité et au péril planant sur Sparte. La colère de Zeus s'était faite entendre.

Pourquoi ? Si qui votre colère s'exerce-t-elle encore ? Lequel de vos enfants ou des nôtres est maintenant l'objet de votre courroux.

Les pensées d'Arwen n'avaient pas passé le cap de sa conscience. Nul ne pourrait savoir ce qu'elle pensait ou ressentait. Le temps était venu de voir l'apparition du nouveau Haut Commandeur de Sparte. Celui de remettre de l'ordre dans le chaos menaçant de s'abattre sur tous.

Père... Mère... Je n'aurais de cesse de vous rechercher. Je n'aurais de cesse de tout faire pour vous délivrer. je vous le promets sur ma vie. Ceux qui vous ont fait cela ne resteront pas impunis.

Sur cette promesse, elle se releva avant de se diriger vers une petite pièce voisine. Changer de tenue était nécessaire. Ne pouvant faire de longs essayages, elle usa de son cosmos pour se coudre un splendide tailleur noir, rappelant celui des femmes d'affaires et y rajustant au mieux l'insigne de Haut Commandeur, elle se dirigea vers l'immense escalier donnant sur le perron.

La place était déserte lorsqu'elle parut. Le glas sonnait encore mais elle allait le faire taire le temps de prendre la parole...

- Peuple de Sparte, en ces tem...

Quelle ne fut sa surprise de voir une colonne de cosmos jaillir d'entre les murs de la Maison Dorée, lui coupant la parole alors que c'était déjà tellement pénible de prendre ses fonctions aussi vite.

Quoi !!! Mais est-ce le moment ? Son ichor ne fit qu'un tour.

" Garde dorée !!! Menez face à moi celui ou ceux qui ose(nt) ainsi troubler la cité en plein deuil !!! Qu'il(s) s'explique(nt) devant le nouveau Haut Commandeur de Sparte. Invitez aussi Athéna à venir me rejoindre avec tous les égards du au quatrième fondateur de la cité du cosmos. Telle est la volonté de votre Haut Commandeur. "

La puissance nouvelle d'Arwen allait se manifester en cet instant alors que d'autorité, elle venait de prendre le commandement de la garnison complète.

" Sanguinius, Préfet de la Maison dorée, en ces temps difficiles, je ne peux que te remercier de te tenir auprès des nouveaux arrivants et de les protéger de la folie que menace de nous frapper. Tu as toute ma confiance. Je ne puis t'en dire plus pour l'instant, un invité a osé interrompre ce qui est essentiel à la survie de la cité et je tiens à ce que tout rentre au plus vite dans l'ordre. Dès que tout sera apaisé, j'espère te rencontré bientôt. "

[Convocation d'Hermès, Clio et Athéna devant Arwen. Vous pouvez venir de vous-mêmes ou bien les gardes vous montreront le chemin. ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Athéna
Déesse de la Guerre et de la Sagesse
avatar

Messages : 125
Date d'inscription : 01/12/2013

Feuille de personnage
Hp:
435/435  (435/435)
CS:
622/622  (622/622)
Pa:
400/400  (400/400)

MessageSujet: Re: Le retour d'Arwen   Sam 28 Juin - 21:46

==> La Sagesse vient d'ici avec Clio et Hermès sur demande d'Arwen

[HRP : post fait avec accord d'Hazama et Arwen]

Face à l'impossible ou presque, je demeurais pensive. A mes yeux, enlever Thalie n'avait aucun sens. Elle était l'une des déesses les plus bénéfiques et jamais, je n'aurais pu imaginer que l'on s'en prenne à elle. Son lien avec Hypnos était surprenant mais je ne pouvais la juger pour cela. Elle avait fait son choix et ce n'était pas à moi de la blâmer. A la rigueur, seul père aurait son mot à dire en tant que chef de famille et roi des dieux. Pour le reste, aucun d'entre nous n'avait à intervenir hormis Héra qui prendrait sans doute la mouche si elle se sentait tenue à l'écart. Son orgueil sans bornes pourrait la titiller si jamais les deux amants ne se décidaient à lui demander des les unir.

D'ailleurs, en y pensant de plus près, voir Thalie au bras d'Hypnos, épouse et comblée ne pouvait être qu'une bonne chose. La douceur de la fille de Mnémosyne finirait par déteindre sur le fils de Nyx et l'influencer en faveur d'autres choses que la Guerre que nous avions connue à tant de reprises. Le tout était de la retrouver...

Qui peut en vouloir à ce point à la déesse de la Comédie ?

Cela devait être personnel. Quelque chose que je ne pouvais imaginer en cet instant, ayant encore trop peu d'indices en ma possession. Pensive, je n'avais pas prévu la réaction d'Hermès. N'ayant plus côtoyé le messager des dieux depuis des siècles, je ne connaissais rien de son attachement envers ma demi-sœur et la sienne s'il fallait le lui rappeler ? Et cette réaction, par papa, mais elle était à l'opposé des remarques qu'ils m'avaient faites. Détruire la Maison sacrée de Zeus et cette cité en hurlant à la mort après Hazama mais que pensait-il ? Qu'on allait le laisser faire ainsi.

- Non !!!

Hermès ne devait pas s'en prendre ainsi au Haut Commandeur et à la cité du Cosmos sans la moindre preuve !!!

Médusée, Solange n'avait pas réagi lorsque mon frère fit exploser la porte sous les premiers cris des gardes impuissants et sans le moindre doute furieux de ce genre de comportement. M'élançant à sa poursuite, je ne pus que l'arracher au bras de celle qui devait visiblement être Clio. Tout autour de nous, les spartiates tremblaient, certains se montraient clairement menaçants à notre égard. Il fallait que j'agisse avant qu'on ne le fasse à ma place.

- Hermès !!! Non, tu vas attiser la colèr...

Embrasant mon cosmos comme jamais, je ne l'avais fait jusque là, j'abattis ma main en plein sur la joue de mon frère avant de crier à la vue de tous.

- Et maintenant, reprend emprise sur toi-même, Hermès. En tant qu'aînée et protectrice de la terre, je te le demande. Ne m'oblige pas à user de la force.

Puis baissant le ton pour que seuls lui et Clio m'entendent.

- Qu'espères-tu, espèce de fou !!! Que l'on va te laisser agir à ta guise en cette cité ? Que crois-tu donc, pauvre fou, que tu es le seul à aimer Thalie ?

Regarde notre sœur comme elle tremble. Elle qui n'est encore qu'une enfant. Comment peux-tu agir ainsi et mettre encore davantage en danger notre tendre Muse de la Comédie ? Tu n'as donc pas de crainte de voir Hazama se plaindre de ton comportement à Zeus ou celui qui le remplace ? Toi qui m'a directement critiquée comme étant trop humaine, regarde-toi maintenant et un conseil, contrôle-toi sinon, tu tâteras d'autre chose que de ma main. En tant que protectrice de ces gens et fondatrice de cette cité, je te demande de te calmer. Thalie est aux mains d'un être dont nous ne connaissons pas encore l'identité et maintenant, si jamais, c'est Hazama, tu l'as déjà prévenu de ce qu'il risque de lui tomber dessus.


J'avais agi au plus vite et malmener mon frère pour lui sauver la mise d'une certaine façon. J'espérais juste qu'il aurait assez de réflexion pour le comprendre et ne pas se laisser aller à son ego blessé de s'être fait remettre à sa place en public. Le temps jouait contre nous. J'avais tant de points à traiter et maintenant cette nouvelle colère en plus. Je ne pus que soupirer en voyant la garde dorée se rapprocher. Ce que je craignais allait arriver mais j'avais encore la satisfaction d'être l'une des fondatrices.

- Gardes de la Maison dorée, je vous prie de ne pas intervenir davantage. Les choses sont calmées maintenant.

Mais cela ne suffit pas. Le mal était fait. L'ouverture béante dans la façade de la Maison de l'Olympe resterait une marque indélébile en leur esprit. En plus, elle avait été faite par une divinité et pas forcément la plus aimée. La réputation d'Hermès venait de prendre un coup que mon frère aurait du mal à effacer. Les gardes en armes au dessus de leurs tuniques dorée n'étaient heureusement pas encore trop menaçants. Ma présence devait y être pour beaucoup et j'étais prête à tout faire pour calmer le jeu. Le tout était de voir leur réaction. Ce qui ne tarda pas trop heureusement.

- Déesse Athéna, nous sommes prêts à vous écouter mais lui a proféré des menaces sur la cité et notre ancien Haut Commandeur. De plus, le nouveau Haut Commandeur a ordonné de l'emmener devant elle.
- Je vois. En ce cas, je l'escorte ainsi que Clio. Nous nous rendons ensemble devant la dame mais je demande en tant que fondatrice qu'aucune mesure d'emprisonnement ou d'action ne soit menée contre Hermès. Il a perdu un instant l'esprit mais je suis là pour veiller à ce que cela ne se reproduise plus.
- Mais, noble déesse...
- J'en prends toute la responsabilité. En tant que déesse de la Sagesse et fondatrice de cette cité.

J'avais embrasé ce qu'il fallait de cosmos pour rassurer les gardes. Ils étaient pris entre moi et la nouvelle gouvernante de la cité. Je devais donc agir avec un maximum de calme et de finesse. Une dose d'énergie chaude et protectrice plus tard et ils s'inclinèrent avant de nous ouvrir le passage.

- A vos ordres, noble déesse Athéna, protectrice de la terre et fondatrice de Sparte.
- Merci de votre escorte

" Et maintenant Hermès ne ruine pas mes efforts. Sans mon intervention, c'est enchaîné que tu aurais pu finir. "

Sur ce, nous nous mettions en marche et traversions la ville avec tous les honneurs avant d'enfin arriver sur le perron du Palais du Haut Commandeur de Sparte et devant le Haut Commandeur lui-même, une splendide jeune femme blonde toute de noir vêtue. Ses traits trahissaient sa profonde tristesse en plus d'une certaine colère. La réaction d'Hermès avait du jouer sur le mental de cette jeune déesse que je sentais très perturbée. Me concentrant sur mes souvenirs, je devais faire en sorte de ne pas me tromper. Aussi, ce ne fut qu'après un certain laps de temps que je pris la parole debout face à elle, m'étant avancée jusqu'à m'arrêter à quelques pas d'elle.

- Bonjour à toi, Haut Commandeur de Sparte, dame Arwen, fille d'Hypnos et Thalie. En tant que déesse Athéna, je suis heureuse de te revoir en cette cité et infiniment triste que cela soit en de pareilles circonstances.

Puis, étendant le bras, j'invitais mon frère et ma soeur en à faire de même sous le regard sombre de la garde. Le plus dur allait se jouer maintenant.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hermès
Messager des Dieux
avatar

Messages : 183
Date d'inscription : 02/09/2013
Localisation : Quelque part à m'amuser

Feuille de personnage
Hp:
340/340  (340/340)
CS:
600/600  (600/600)
Pa:
500/500  (500/500)

MessageSujet: Re: Le retour d'Arwen   Sam 5 Juil - 13:31

La colère... Ce sentiment si fort et qui balaye la raison, Hermès en subissait les effets. Son hurlement fut fort et résonna sans difficulté. Sa dernière haine pour un unique homme remonta à très loin voir jamais. La colère d'un dieu avait ce côté effrayant mais pourtant, elle n'était qu'un sentiment aussi humain si ce n'était que l'être en question.

Thalie... Sa Thalie... Rien ne se faisait sentir, pas même sa présence, juste un vide qui pesait sur l'âme divine d'Hermès. Pourquoi elle ? Pourquoi il a fallu s'en prendre à elle ? La seule personne à pouvoir l'apaiser venait de disparaître...

Les larmes d'Hermès coulèrent le long de ses joues et Sparte put sentir sa colère certes, mais sa profonde détresse fut tout aussi forte. Le dieu souffrait de tout son coeur et seuls ses cris furent le signe de son sentiment. Devait-il lui aussi être condamné à être emporté par son côté humain et refouler sa divinité ? Hors de question ! Hermès restera toujours le même dieu quoi qu'il arrive.

L'arrivée de Clio et le trio d'homonculus qui fut happé par un portail, l'arrêtèrent pendant qu'il reprit son souffle. Son regard se perdit entre Clio et le ciel rapidement, la colère de Zeus résonnait comme la sienne si fortement qu'il en aurait cru que ça en était la sienne. Plus le moindre cri se fit entendre, seul un long silence et Hermès qui resta immobile à rester comme bloqué dans un état second jusqu'à recevoir une claque qui le fit à peine revenir à lui.

À quoi bon un monde où Thalie n'est pas là ? Si d'habitude une lueur animait les yeux de la divinité, cette fois ses yeux furent vides et à peine réactifs à ce qui l'entoura. Tout cela ne lui importait plus maintenant, tout avait cette tinte de gris et de noir, vide de sens... Plus rien. Même le regard d'Hermès se baissa tout le long où sa soeur lui fit la morale, des mots et encore des mots qui ne l'intéressent plus, même cette voix le lassait déjà.

Lui avoir menacé la cité ? Rien ne lui fit souvenir cela, seule la menace envers un homme put se faire entendre de sa part. On ose mentir sur son dos à présent ? Des bruits de voix encore et encore mais ce n'était pas grave, son esprit se portait vers celle qui pouvait encore lui redonner l'espoir et la joie.

Il ne restait que l'amertume et le cynisme, uniquement ces choses...

Sans même s'en rendre compte, il se vit marcher en suivant Athéna en direction du palais du haut commandeur... Pourquoi ? Il n'y avait rien d'intéressant là-bas.

Son retour à la réalité fut aussi brusque et soudain quand il vit qui se tenait derrière le bureau, même ses yeux reprirent cette lueur comme pour lui montrer une chose. Tout d'un coup, tout s'emboîta dans sa tête, comme une sorte de puzzle où tout ce qui se passe est une pièce... Hermès venait d'assembler un morceau de puzzle sans même s'en rendre compte jusqu'à cet instant précis.

Alors se montrant plus vivant que jamais, il ne se gêna pas pour se racler la gorge tout en montrant alors un sourire pas joyeux mais plutôt comme s'il avait une idée fixe en tête.


-Tiens donc Arwen, comme on se revoit... Pile au moment où... Oh mais c'est étrange ça... Comme quoi les coïncidences sont vraiment... Pertinentes, mais avant je dois résoudre un petit malentendu. Alors oui j'ai menacé une personne c'est vrai et je l'assume totalement, je ne suis pas un lâche mais par contre... Je n'ai pas dit la moindre parole envers Sparte, je n'ai pas non plus fait le moindre acte hostile envers cette cité, tout le monde qui m'a vu peut témoigner de m'avoir vu hurler une menace envers quelqu'un mais aucunement sur Sparte. Comme quoi on dit de moi que je mens certes et je ne le cache pas du tout, autant que l'on ose dire un tel évènement qui n'a pas eu lieu d'être, je n'aime aucunement cela.

Maintenant j'en viens à une chose, les politesses oui tiens... Me revoilà de retour Arwen, haut commandeur de... Sparte, moi Hermès est... Hum... Satisfait de te voir ici pile en cet instant. Cela tombe extrêmement bien pour ce que je compte vous dire à tous.

La raison pour laquelle j'ai été en colère est la suivante; Thalie a étrangement disparu peu de temps après que j'ai accompagné Hazama en Olympe alors qu'elle est protégée par les sceaux de Zeus. En ce cours laps de temps, la colère de Zeus se fait entendre et Thalie disparaît... La coïncidence est assez pertinente n'est-ce pas ? De plus, pile au moment où Zeus dévoile sa colère, toi Arwen réapparaît d'un coup comme ça sans prévenir en étant soi-disant Haut commandeur de Sparte alors que Hazama l'est encore... Pourtant il devrait être là à que je sache... Et surtout, je me demande par quel moyen tu as pu tout d'un coup te juger être haut commandeur sans même que Hazama en parle, oh il devrait être encore en Olympe dans ce cas-là me direz-vous. Alors pourquoi Arwen, es-tu haut commandeur comme les soldats le disent ?

La seule raison à cela serait que Hazama t'en ai parlé à un moment. Seulement tu n'aurais pas caché cela à Zeus lorsqu'on a été le voir. Cela reviendrait à dire que Hazama, après avoir été en Olympe, serait revenu ici pour disparaître mystérieusement pour te confier la cité. Mais nous sommes tous d'accord que ce ne sont que des coïncidences et que je ne fais que supposer des choses qui me semblent exactement le bon moment d'en parler.

Toi ma soeur, qui est la déesse de la sagesse et de la justice, tu es d'accord avec moi pour dire que mes paroles ne sont pas là pour accuser et que je ne fais qu'émettre des choses qui sont cohérentes, mais pas forcément vraies ? Bien sûr Arwen et Clio, vous pouvez donner vos avis sur la question, j'avoue que tout cela est... Curieux. Après tout, j'avoue que je nourris certains... Doutes sur des sujets.

Toujours est-il que si ce que je dis est faux, et bien tant pis, ça ne sera qu'un sujet de conversation comme un autre... Mais si c'est vrai, alors... Arwen, tu devras répondre à certaines questions, et pour chercher le fin mot de l'histoire, je propose simplement de voir Zeus en personne pour lui demander ce qu'il a vécu de son côté. Après tout Zeus ne mentirait pas à ce propos si cela permet de résoudre ce que j'ai soulevé. Mais comme je l'ai dit, je ne fais que supposer sans accuser qui que ce soit, je voulais simplement partager avec vous une chose qui est apparue dans mon esprit. Qu'en pensez-vous ? Nous allons voir Zeus tous ensemble pour prouver que je ne raconterais pas de mensonges au retour comme vous pourriez le craindre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clio
Muse de l'Histoire
avatar

Messages : 151
Date d'inscription : 17/10/2013

Feuille de personnage
Hp:
241/241  (241/241)
CS:
502/502  (502/502)
Pa:
500/500  (500/500)

MessageSujet: Re: Le retour d'Arwen   Sam 5 Juil - 15:40

Si ça continuait comme ça, le dieu des Voleurs risquait de commettre des dommages conséquents à la cité, quand bien même sa colère soit exclusivement dirigée vers Hazama. Clio le savait, mais ne se voyait pas faire du mal à Hermès, surtout qu'elle comprenait qu'il soit en colère face à la perte de Thalie. Qui pouvait avoir commit un acte pareil? Hazama paraissait le coupable tout désigné, puisqu'il se trouvait en Olympe à ce moment là.

-Hermès?

Le dieu aux sandales ailées ne réagissait pas, comme s'il était plongé dans un état catatonique. Fallait-il le ramener en Olympe le temps qu'il se calme? De plus, Zeus allait peut-être vouloir que ses enfants se réunissent autour de lui. La claque qu'Athéna administra à Hermès résonna mais ne sembla pas avoir beaucoup d'effet. Ainsi que la diatribe Athénienne à laquelle ils eurent droit.

-Ne t'inquiète pas pour moi, grande-sœur Athéna, je suis encore bien jeune, mais dans des circonstances pareilles, je me dois de garder un minimum de calme. Notre famille est en danger, Thalie a disparue et des ennemis invisibles nous menacent sans que je ne comprenne quoique se soit. Tout ce que je veux c'est que nous restions unis pour essayer d'éclaircir les choses.


Clio avait dit ça d'une voix  qu'elle aurait voulu pleine d'assurance mais des petites larmes virent un peu gâcher le tableau. Elle voulu se retourner pour donner des ordres au trio de robots, mais s’aperçut qu'ils avaient disparus. Son frère les avaient peut-être renvoyés en Olympe.

-J'espère que le cosmos d'Hermès n'a pas alerté trop de monde...


A peine eut-elle fini sa phrase que la garde dorée spartiate arriva, sans doute alertée par le flamboiement cosmique d'Hermès. Heureusement, Athéna prit rapidement les devants et apaisa la garde qui affirma que le dieu avait proféré des menaces contre Hazama et... Contre Sparte? Et comment cela "ancien commandeur"? Hazama n'était plus le chef de la cité?

"Que c'est-il passé ici?"

Athéna voulu accompagner Hermès, et la petite Muse se retrouva inclue dans le lot sans qu'elle n'ait son mot à dire. Clio resta impassible devant la situation, du moins en apparence, après tout peut-être valait-il mieux qu'elle les accompagnent. Athéna n'avait peut-être pas que ça à faire de se préoccuper de ce qui arrivait à ses jeunes frères et sœurs. Clio allait peut-être devoir jouer la grande-sœur auprès du dieu ailé à la place de la Sagesse lorsque celle-ci serait partie vers son Sanctuaire.

"Je me demande qui est le nouveau commandeur..."

Tandis qu'Athéna prenait la tête du trio, Clio restait en arrière pour surveiller le Messager de Zeus.  Ils arrivèrent bientôt face au nouveau Haut-Commandeur de Sparte qui n'était autre... Qu'Arwen!! Clio en resta bouche bée, tandis qu'Athéna saluait la fille de Thalie et d'Hypnos. AU souvenir de ces deux amoureux malmenés, Clio se sentit soudainement triste et coupable. Elle détourna brièvement le regard pour lui permettre de se reprendre.

-Arwen, fille du Sommeil et de la Comédie... Je suis heureuse de te revoir en vie, même si les récents évènements ont été dramatiques pour toi.

Ce fût tout ce qu'elle pût dire sur le moment, la tristesse était trop forte et les efforts qu'elle déployait pour la dissimuler lui demandait de la concentration. Si les circonstances avait été autre, elle aurait volontiers déployé ses ailes pour sauter au cou de sa nièce, mais là... Ce fût à ce moment précis qu'Hermès se lança dans un grand discours, prouvant du même coup son statut de dieu orateur, et qui peut le mérite de mettre en lumière certaines choses. Une fois qu'il eut fini, Clio crût bon de reprendre la parole.


-Arwen, je dois dire que je trouve moi aussi étrange le fait que tu réapparaisses comme ça tout d'un coup. Je veux bien croire que tu ais le qualités requises pour diriger, et comprendre que tu n'aies pas eut envie de revenir en Olympe après ce qu'il s'est passé, et que tu aies de la rancœur contre nous. Mais sache juste que certains éléments me laissent à penser que... Quelque chose se trame dans ce monde. Quelque chose d'important.

Allez savoir ce que l'Histoire pensait exactement. Après tout son rôle n'était-il pas de noter et d'analyser les évènements seulement après qu'ils ne se soient produits? L'Histoire, éternelle spectatrice de la marche du Monde, et qui ne pouvait que raconter le passé... Et craindre ce que le Futur pourrait révéler. Sur ces mornes pensées, elle acheva.


-Je n'accuse personne, je ne peux faire que des suppositions et des hypothèses. Je n'ajouterais qu'une seule chose Arwen, je peux t'assurer que mon frère n'a aucunement levée la main contre cette cité ni proféré de menace à son égard.


Si Arwen craignait de tomber dans les pièges de la divinité des mensonges, ferait-elle confiance aux paroles de l'historienne de l'Olympe?    
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arwen
Haut-commandeur de Sparte la Sacrée
avatar

Messages : 89
Date d'inscription : 10/08/2013
Localisation : Sparte la Sacrée

Feuille de personnage
Hp:
344/344  (344/344)
CS:
610/610  (610/610)
Pa:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: Le retour d'Arwen   Jeu 10 Juil - 18:09

L'appel était lancé et maintenant, le Haut Commandeur n'avait plus qu'à attendre l'arrivée des importuns en plus de celle de la déesse Athéna. Des ombres dans les ombres et des plans dans les plans, tout n'était que rouages et coups bas entre divinités plus versées dans les intrigues que dans l'art de la Guerre et de la Justice.

Mère... Père... Où êtes-vous ? Où ce monstre de Zeus vous retient-il ? Où... !!!

L'appel d'Arwen se perdait encore dans le vide du cosmos. De toutes ses forces, elle refoulait ses larmes, étouffant son cœur. De marbre, elle devait s'entourer, se faire une carapace telle qu'elle la préserverait de tous les assauts même les plus vils. Pour Thalie et Hypnos, ses parents, pour eux, elle devait être forte et ne compter que sur elle-même. Ses demi-frères ne pourraient lui être d'un véritable secours.

Pas avec le regard du roi des dieux posé sur eux...

Le supplice d'Hypnos, quant à lui, lui était encore inconnu. Hormis Hazama, personne ne lui avait parlé de la disparition de ses parents. Pire encore, personne au cœur de l'Olympe n'avait songé à l'avertir de la teneur exacte du jugement de Zeus envers Hypnos. Elle savait juste ce que lui avait appris son prédécesseur entre deux passages éperdus. Tout son univers venait de s'écrouler et alors qu'elle faisait face, ces dieux venaient porter la menace entre les murs de sa cité.

Hazama...

Il ne lui avait pas menti. Il était le suivi sur la liste. La colère de Zeus, celle d'Hermès venaient de par leur impact apporter une pierre de plus en faveur d'Hazama. Face et à elle et au bureau qu'elle avait laissé pour aller au devant des Spartiate, le peuple s'était rassemblé ainsi que les gardes.

Un court instant s'écoula encore avant qu'une escorte n'apparaisse, encadrant Athéna, Clio et Hermès. Le regard d'Arwen s'était durci à la vision de ce dernier mais elle se reprit rapidement. Elle avait les mêmes yeux que sa mère et sa grâce naturelle. Alliée au charisme de son père, cela lui offrait une allure forçant le respect alors que moulée dans sa tenue sombre, elle avança au devant de la déesse Athéna. Brune, majestueuse, les yeux brillants d'intelligence et de volonté, cette nouvelle incarnation n'avait rien de commun avec la fragile et fantasque Saori.

Non, rien de commun...

Cette fois, la Sagesse était de retour. Nul doute à son sujet. D'un signe de tête, Arwen la salua. Elle allait d'ailleurs s'avancer lorsque le messager des dieux éclata à nouveau. Un ton qui ne laissa pas la jeune femme de marbre. La colère, la colère montait en elle. Elle venait de perdre ses parents et ce gamin à peine éveillé venait lui conter des airs dont il n'était même pas sûr lui-même. Comment osait-il ? Lui qui avait fait tomber son père dans un piège. Comment osait-il ? Et pour couronner le tout, une enfant venait lui faire la morale. Elles étaient entre déesses et elle prenait Arwen de haut ?

La colère de la divinité était sur le point de monter mais elle se rappelait ses parents disparus et le risque planant sur elle et la cité. Sparte qu'elle avait juré de protéger et de guider.

- Je vois. Un instant, Hermès et Clio, vous permettez.

Et s'avança vers l'estrade que venaient d'apporter les gardes, elle s'adressa à l'ensemble des Spartiates.

- Peuple de Sparte, c'est votre Haut Commandeur qui vous parle. De par l'insigne sacré remis par mon prédécesseur, je porte entre mes mains le destin de la Cité. Que tous contemplent la broche de commandement de Sparte la Sacrée.

L'éclat du bijou illumina un instant la silhouette d'Arwen avant qu'elle ne la reprenne.

- Tous ici me connaissez. Depuis la fondation de cette ville, j'en suis l'une des gardiennes et durant toutes ces années, j'ai personnellement assuré une partie de l'enseignement en plus de seconder l'ancien Haut Commandeur Hazama. Plus que tout autre, je suis liée à cette cité que j'aime et défend de toutes mes forces ainsi que son peuple. Mon père et ma mère en étaient deux des fondateurs, ce qui rend encore plus légitime ma place à ce poste que m'a confié l'ancien Haut Commandeur avant de partir sans laisser la moindre trace pour notre plus grande tristesse à tous. En ce jour fatidique, j'ai l'immense tristesse de vous annoncer à tous la perte de Thalie, Muse de la Comédie, d'Hypnos, Seigneur du Sommeil et d'Hazama. Trois des quatre fondateurs ont disparu sans laisser la moindre trace. En leur honneur, je vous prie à tous de rejoindre vos Maisons et quartiers et respecter le deuil qui a commencé avec le glas...

Je vous prie de respecter la douleur d'une fille qui vient de perdre ses parents. Qu'en cette journée, plus personne ne vienne troubler la quiétude de Sparte. Une veillée sera organisée en la Maison Noire et la Maison Dorée et si tel est le souhait de la déesse Athéna, la Maison Blanche pourra aussi s'y joindre.


Une multitudes de réactions se manifestèrent au coeur de la foule avant qu'elle ne commence à se disperser. Cela prendrait encore du temps. Du temps qu'Arwen ne pourrait consacrer à sa tristesse. Elle avait d'autres chats à fouetter.

Puis se tournant vers les divinités présentes.

- Je suis aussi heureuse de te voir de retour, déesse Athéna. J'aimerais que tu suives les gardes et t'installe dans mon bureau. Le temps de régler quelques soucis et nous pourrons discuter de l'avenir de la cité.

Puis avançant vers Hermès...

- Toi qui profères des menaces sans la moindre preuve, t'avances ici et viens remettre ma divinité et la légitimité de ma place de Haut Commandeur en cause devant le peuple de Sparte. Toi qui accuses Hazama, un humain incapable de se téléporter de ses propres moyens, incapable de rivaliser avec la puissance démentielle du roi des dieux, d'avoir enlever ma mère alors que celui qui la dévore des yeux n'est autre que toi. Toi qui détestes mon père et l'as fait tomber dans un piège pour que Zeus puisse l'enlever. Toi qui m'as mise en péril dès ton apparition en ces murs, prêt comme tu l'es à toutes les bassesses pour obtenir ce que tu convoites comme le dieu des Voleurs que tu es, comment oses-tu ? Comment oses-tu, dieu des voleurs et des bonimenteurs venir me meurtrir encore davantage en cette heure où je pleure la disparition inexpliquée de mes parents ? Que je lutte pour sauver ce qui fut et reste leur rêve de paix, comment peux-tu me meurtrir encore alors qu'Hazama lui-même a disparu après m'avoir confié Sparte ?

Le ton indigné de la déesse se faisait encore plus dur.

- Comment oses-tu m'accuser, me mettre en cause pour une soit-disant coïncidence qui n'a aucun rapport avec les événements de l'Olympe. Si quelqu'un a fait du mal à ma mère et à ma famille, c'est toi en plus de Zeus. Les cris de souffrances de la mère sous les coups de la Foudre de Zeus, je les ai entendus me déchirer le cœur et l'âme et si je ne suis plus parue à vos sens, c'est parce que je la cherchais, je l'appelais en vain tout comme mon père.

Tu es un monstre pour me dire cela. Un monstre qui me brise encore davantage le cœur. Et tu veux aussi te débarrasser de moi. Après mon père, c'est moi la suivante sur la liste ! Mais cela ne marchera pas aussi facilement. Pars donc en Olympe, en tant que messager et avec le soutien de Sparte, je te demande de porter un message à Zeus. Je consens à le rencontrer s'il me garantit sur le Styx et selon sa parole sacrée de roi des dieux qu'aucun mal ne m'arrivera, que je pourrais aller et venir sans le moindre péril sur ma tête. Et que j'espère qu'il me dira ce qu'il a fait de mes parents. Qu'en tant que fille d'Hypnos et Thalie, je suis en droit de savoir pour eux. Repars donc en Olympe avec la Muse de l'Histoire. Qu'elle t'escorte et s'assure que tu te tiendras tranquille. Quittez tous deux la cité...

Vous l'avez assez fait trembler. Partez...

La colère et la détresse d'Arwen formaient un cocktail explosif. Le cosmos de la déesse tremblait sous le poids de ses émotions mais une chose était certaine, si les deux divinités ne s'en allaient pas d'elles-mêmes, elles les expulserait manu-militari de la ville, ne gardant que la déesse Athéna sous la main. Elle seule intéressait Arwen en cet instant.


[Clio et Hermès sont priés de quitter Sparte sur le champ. Clio devant s'assurer de la bonne conduite d'Hermès. Oui, me remercie pas pour le cadeau  Razz . Seule la qualité de messager des dieux portant un message de Zeus permettra à Hermès de revenir sans conséquences.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Athéna
Déesse de la Guerre et de la Sagesse
avatar

Messages : 125
Date d'inscription : 01/12/2013

Feuille de personnage
Hp:
435/435  (435/435)
CS:
622/622  (622/622)
Pa:
400/400  (400/400)

MessageSujet: Re: Le retour d'Arwen   Dim 13 Juil - 14:22


Non, non, comment pouvait-il à ce point avoir perdu pied ? L'amour, l'amour était une force tellement puissante que même le plus beau parleur de l'Olympe pouvait se perdre en paroles de trop.

Hermès, mon frère...

J'aurais tant souhaité qu'il se calme, qu'il se rendre compte de l'impact de ses mots sur une fille meurtrie par la perte de ses parents et de celui qu'elle devait considérer comme un proche. Plus de treize ans de collaboration entre Hazama et Arwen au sein de cette cité. Tout cela avait son poids et plus je sentais la situation devenir exploser plus la colère menaçait de monter à son tour en moi. Après le messager des dieux, ce fut Clio qui prit la parole. Elle aussi partageait notre inquiétude, notre douleur. Je sentais la peine d'une déesse ayant perdue sa sœur sans connaître le moindre indice, le plus détail de sa disparition.

" Clio, non, ne la braque pas davantage. Tu ne sens donc rien. La colère, vous êtes tous les deux en train d'attiser la colère en elle en tentant de lui prendre tout ce qu'il lui reste. En son cœur, Sparte est tout ce qu'il lui reste. "

J'aurais tant voulu intervenir, tant voulu les renvoyer tous deux en Olympe mais la garde dorée avait apporté les directives du Haut Commandeur. Le temps, le temps nous avait tous eus. Soudain, je sentis une nouvelle crise approcher. Il fallait que je calme le jeu que je calme ce qu'il menaçait d'exploser. Fusillant Hermès d'un regard noir, je tentais de lui faire comprendre l'erreur qu'il venait de commettre en s'attaquant ainsi à Arwen. Quand bien, cela ne fut pas dans ses souhaits, la jeune déesse prendrait cela comme tel. Une attaque contre elle, contre son autorité sur cette cité qu'elle était prête à défendre comme la plus dangereuse des lionnes. Artémis, elle avait la détermination de ma demi-sœur mais aussi les dons mélangés d'Hypnos et Thalie. Un tel héritage devait receler des pouvoirs dont la nature était demeurée cachée.

Incroyable...

La colère me prit soudain alors que mon poing se serrait. Je contemplais Arwen en proie à une douleur qui menaçait de la rendre démente, Hermès atteint lui aussi par une forme de folie et Clio, Clio déboussolée alors que son essence et ses pouvoirs étaient si précieux.

Nous avons été manœuvrés malgré nos précautions et nos méfiances naturelles. Tous !!! L'Olympe, la Terre, les Enfers, le Royaume sous-marin... Tous ! Tous avons été pris au piège. Arwen... Elle ne doit pas tomber. Elle ne doit pas basculer.

Était-il seulement encore temps ? Je n'eus pas le loisir de me pencher trop sur la question. Le discours de la déesse fut des plus éloquents tout comme l'authenticité de ses dires. La broche de commandement, la toute puissante maîtresse de Sparte était désormais Arwen. La cité du cosmos, le rêve que nous avions menés. Thalie, la tendre Muse de la Comédie, rayonnante de bonheur au bras d'un Hypnos que l'Amour avait transformé. Un fils de Nyx si différent de celui que j'avais autrefois connu. La magie de la Muse était telle qu'il ne me considérait même plus comme une pièce d'échec à abattre. Non, l'Amour entre eux brillait avec un tel éclat. Je m'étais même surprise à interroger Aphrodite et Éros ainsi qu'une autre divinité qui les avait bénis.

L'image de notre rencontre et de la fondation de Sparte était apparue en mon esprit. Une image et une toile que j'avais peinte de mes mains et scellée de mon cosmos. Quelque chose m'avait paru trop beau mais je ne savais plus quoi. J'avais laissé quelque chose à Sparte sur ce que j'avais ressenti en cet instant où Thalie, Hypnos et moi étions tous trois ensemble, les trois divinités. J'avais comme ressenti un flash, un avertissement. Nous trois et aucun autre ? Qu'est-ce qui nous reliait ? Je me souvenais avoir eu cette réflexion...

Qu'est-ce qui nous reliait ?

L'une des clés devait être en cette interrogation. Arwen, elle se tenait devant nous rayonnante, éclatante du pouvoir née de l'union de Thalie et Hypnos.

La sauver... je dois la sauver même si les armes sont le seul moyen. Thalie, ma tendre sœur, je veillerais sur ton enfant. Elle porte votre rêve, elle porte votre espoir...

Une nouvelle fois l'orage gronda. Tous ces éléments n'étaient encore qu'un avertissement de ce qui menacerait de nous tomber dessus. Des ennemis capables de faire basculer des dieux sans le secours d'armées. Il y en avait que peu très peu. Le temps que tout commence à prendre forme en ma tête, Arwen avait achevé. Elle chassait Hermès et Clio de la cité. Je ne pouvais que le comprendre. La fureur en elle ne faisait que croître mais elle pouvait encore être apaisée. Elle le pouvait. J'étais la Guerre mais aussi la Sagesse, je savais qu'il était encore possible de la calmer, la garder près de nous. Sparte était liée à elle maintenant, plus qu'elle ne l'avait jamais été et je savais que certains trésors était comme des boîtes de Pandore. Ce serait à nous de veiller à ne pas tomber sous les coups les plus malsains et les plus tordus qu'un dieu ou pire encore pouvait imaginer.

- Arwen... J'ai bien entendu, Haut Commandeur de Sparte.

Reconnaître son rang, dans la situation actuelle, je devais malgré la colère attisée en moi d'être passée au second plan légitimer la place de la déesse. La prendre sous mon aile serait un défi de taille, déjà l'approcher en serait un. Il me fallait jouer, jouer finement pour au moins la rassurer.

- Il est en effet grand temps de reprendre Sparte en mains et de veiller à ce que toute la lumière soit faite sur ce qu'il s'est passée en Olympe lors de mon Sommeil. Je te jure sur mon honneur, mon nom de déesse que je mettrais tout en oeuvre pour que la vérité et la justice éclatent, pour tes parents et pour l'ancien Haut Commandeur Hazama.

Et à vous, aussi, peuple de Sparte, apprentis des trois Maisons, moi, Athéna, déesse de la Sagesse et de la Guerre, Fondatrice de Sparte aux côtés d'Hypnos, de Thalie et d'Hazama, donne ma parole de mettre en lumière tout ce qu'il a pu se passer lors de mon absence. Justice sera faite aux trois Fondateurs disparus !!! Maison Blanche qui est sous ma protection tout comme sous celle du Sanctuaire où certains des vôtres œuvrent déjà pour la sauvegarde de la terre. Maison Blanche, je t'invite à faire entendre ta tristesse et te recueillir tout comme la Maison Noire et la Maison Dorée.


Mon cosmos s'était soudain élevé, appuyant mes paroles. Nul ne pouvait douter de mon retour. L'âme de Delphine et la mienne s'étaient fondues. Elle était simplement moi depuis sa naissance. Elle l'avait découvert simplement, un peu comme si elle s'était remise d'une longue amnésie. Le temps était venu de prendre les armes. Je m'étais engagée à accomplir la Justice et cela se ferait quelque que soit la boue qui finirait par remonter. S'il le fallait, je frapperais Hazama ou tout autre. Hazama qui n'avait choisi que trois divinités.  

La scène avait pris un tour solennel dont la grandeur avait fini par subjuguer les spartiates encore présents. Moi et Arwen étions maintenant officiellement côte à côte pour veiller sur la cité. Une phase venait de se passer. La seconde commencerait sous peu. Dès que les portes du bureau du Haut Commandeur se seraient refermées sur nous. Une nouvelle épreuve plus que redoutable. Je serais seule face à celle dominant l'entièreté de Sparte. Seule la Sagesse et la Stratégie devraient mener les discussions. Restaient les deux autres que la blonde déesse avait renvoyés.

- Clio, Hermès, rentrez en Olympe. Il vaut mieux que des dieux y soient présents. Je sens que les choses s'emballent et père aura besoin de tout le soutien possible.

" Clio, emmène Hermès, qu'il se calme surtout et n'oubliez pas, Arwen est ta nièce, la fille d'une muse mais elle porte aussi en elle le pouvoir de la descendance de Nyx. Son esprit a besoin de calme tout comme celui d'Hermès. Qu'il se reprenne, la violence, les armes, c'est Arès qui les maîtrisent et non lui. Qu'il devienne fort et capable de mener des combats s'il veut sauver Thalie. Hypnos était capable de cela. Personne n'aurait pu l'atteindre aussi facilement avec le dieu du sommeil veillant sur elle. La colère du dieu du Sommeil, personne ne peut imaginer l'ampleur qu'elle prendra. Avoir été séparé de sa femme et de ses enfants et apprendre qu'on a profité de cela pour s'en prendre à celle qu'il aime plus que tout. Tu ne peux imaginer la catastrophe s'il apprend cela...

Pars, Clio, pars et protège Hermès de lui-même le temps qu'il comprenne quel est le seul moyen d'avancer. Nous devons être forts, êtres unis entre Olympiens pour faire face à la crise qu'il se prépare. De mon côté, je veillerais depuis la terre. Les saints, je sais pouvoir compter sur eux. S'il le faut, j'irais en Olympe à la tête de mon armée. Va, ma tendre soeur, je ferai tout pour qu'on ne perde pas non plus Arwen...

Deviens forte, Clio et aie confiance en tes dons. Tu es l'Histoire et une muse. Les Muses sont aimées, n'oublie pas cela. Ta force et ta divine Inspiration. "


Ce message passé, je me contentais de faire comprendre à Hermès qu'il devait se reprendre et se préparer à ce qu'il pourrait se passer. Mon cosmos l'enveloppait dans une chaleur apaisante. Il fallait l'emmener et le plus tôt possible.

Ce dernier geste accompli, il me restait une dernière chose à faire. Prenant une profonde inspiration, je dirigeais cette fois mon esprit vers le Sanctuaire.

" Roboute, grand pope veillant sur le Sanctuaire, moi, Athéna, déesse de la Guerre et la Sagesse te salue et suis heureuse de te parler de nouveau. J'aurais aimé te parler de meilleures circonstances mais les faits sont là. Une nouvelle menace plus vaste que tout ce que nous avons pu connaître de par le passé menace l'ensemble des territoires divins en plus de la terre. Je te demande de garder le Sanctuaire en mains et de préparer les chevaliers aux combats qui risquent d'éclater contre celui qui convoite la terre en commençant par la cité de Sparte. Moi-même suis à Sparte la Sacrée face à un péril menaçant de s'emparer de son Haut commandeur. Vois avec l'un des saints issus de cette cité tout ce qui pourrait nous être essentiel au cas où une expédition de sauvetage deviendrait inévitable... "

Je devais me préparer maintenant, je n'avais plus qu'une chose à dire.

- Je te suis, Arwen. Allons dans ton bureau, nous y serons mieux pour discuter.

==> Bureau du Haut commandeur, en tête à tête avec Arwen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clio
Muse de l'Histoire
avatar

Messages : 151
Date d'inscription : 17/10/2013

Feuille de personnage
Hp:
241/241  (241/241)
CS:
502/502  (502/502)
Pa:
500/500  (500/500)

MessageSujet: Re: Le retour d'Arwen   Dim 3 Aoû - 19:38

[Bon petit post pour débloquer un peu la situation, j'ai attendu autant que je pouvais. T'inquiète Hermès, je te ramène juste à la maison puis je te laisse poster]

Après s'être adressé au peuple de Sparte, comme une reine se serait adressée à son peuple ne pût s'empêcher de penser Clio, Arwen s'adressa aux trois divinités. Et plus particulièrement à Hermès qu'elle avait l'air de considéré comme l'un de ceux ayant orchestré la mort d'Hypnos. La question n'était pas de savoir si c'était vrai ou non et de toute façon ça ne changerait probablement rien. Elle se lança dans une diatribe enflammée, semblant accuser le dieu des Voleurs de tous les maux possibles et imaginables.

"Hermès je t'en prie, reste calme. Surtout ne dit rien pour l'énerver d'avantage." Songea-t-elle intérieurement.

Il y avait tellement de colère chez Arwen, et probablement tellement de détresse. Ce que Clio aurait aimé faire quelque chose pour l’apaiser, la consoler. Mais elle ne pouvait rien faire,parce-qu’elle avait été l'un des instruments de la perte d'Hypnos. Si le Sommeil subissait mille morts au Tartare, c'était en partie sa faute car elle n'avait pas sût faire plier la volonté de Zeus. Comme elle n'avait pas sût protéger Thalie lorsqu'elle en avait eut besoin.

"Pourquoi Arwen? Pourquoi refuses-tu de comprendre que nous aussi nous souffrons? Tu penses être la seule a être écartelée parce-que tu es la fille de deux êtres qui se sont aimés plus que tout? Eh bien figure toi que non! Nous aussi nous souffrons de ce qui est arrivé à notre sœur. Et pour elle, nous avons même imploré Zeus d'être clément!"


C'est ce qu'elle pensait en son fort intérieure tandis qu'elle s'échinait à rester impassible  devant toutes les paroles d'Arwen qui s'obstinait à ne pas s'adresser à elle. Comme si elle ne comptait pas dans cette conversation. Comme si... Comme si elle n'avait pas de rôle actif à jouer ici. Ça ne l'empêcha pas de lâcher presque à mi-voix.

-En tant que cité voulu par Thalie, Sparte n'a rien à craindre de moi Arwen. Je ne chercherais pas à la détruire tant que je pourrais l'éviter. Ce que Thalie a un jour aimé, je chercherais toujours à le protéger pour ne pas la rendre triste.

Oui, elle chercherais toujours à protéger ce que Thalie ou un autre membre de sa famille aimait. C'est pour cela qu'elle avait voulu protégé Hypnos. Elle jeta un regard en biais à Hermès pour lui intimer le silence, tandis qu'Athéna prenait la parole. Elle ne savait pas ce que la Sagesse pensait de tout cela, elle espérait au moins qu'Athéna ne les voient pas comme de vulgaires assassins. Comme Arwen précédemment Athéna renvoya les deux divinités indésirables en Olympe.

"Je vois, si Arwen m'a fait venir jusqu'ici c'est juste pour que je serve de garantie tant qu'à la conduite d'Hermès. Elle ne me considère même pas comme quelqu'un de suffisamment digne pour qu'on lui adresse la parole..."

Elle avait perdue toute crédibilité aux yeux de sa nièce qui n'avait maintenant d'yeux que pour sa propre douleur et sa propre vengeance. C'est alors que la voix d'Athéna résonna dans l'esprit de la Muse. La Sagesse guerrière la conseillait, lui demandait de veiller sur Hermès et lui expliqua ce que Hypnos aurait été capable de faire s'il était toujours présent. Athéna voulait qu'elle croit en ses capacité de Muse, afin de protéger Hermès et de soutenir les Olympiens en ces temps rudes.  Elle envoya un message par télépathie à la déesse du Sanctuaire.

"Athéna, je fais confiance à ta Sagesse, et je compte sur toi pour faire avec Arwen ce que j'aurais dû faire. Protège la de ceux qui lui veulent du mal et dissipe ce qui menace notre monde jusqu'à parvenir à troubler les flots du temps.

De mon côté, je vais essayer de raisonner notre petit frère et je ne le laisserais pas se détruire sans rien faire. Même si les Olympiens ont davantage besoin de bras armés que de Muses en ces temps-ci, je continuerais à veiller sur eux comme tu veilleras sur la Terre. C'est le moins que je puisse faire pour ma famille. Essayer de la protéger..."


Ce qu'elle ne dit pas par contre, c'est qu'elle avait la ferme intention de retrouver Thalie.  Peut importe ce qu'elle devrait faire pour la sauver, si ça pouvait ramener un peu de paix en ce bas monde et contrer les plans du serpent à cheveux verts, elle le ferait. Elle regarda les deux déesses s'éloigner, se demandant si elle devait s'adresser une dernière fois à Arwen.

"Non, ça ne servirait probablement à rien... Elle me hait, elle ne l'a pas dit mais elle me hait tout autant qu'Hermès ou Zeus... Autant la laisser aux mains d'Athéna, elle seule pourra sans doute la raisonner."

Après un dernier regard à la porte par laquelle était sortie les deux divinités, Clio attrapa son frère par le bras et commença à le tirer d'une main douce et ferme vers le portail cosmique qu'elle venait de faire apparaitre. Les deux olympiens disparurent vers l'Olympe, et le portail se referma.

 Arrow
Terres enchanteresses des Muses
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le retour d'Arwen   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le retour d'Arwen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [REQUETE] Activer le retour clavier sur HTC HD2
» [AIDE] HD2 et retour sav
» [RESOLU] Echange + retour SAV Orange
» [RESOLU] Restauration ROM Officielle et retour SAV
» Echanges "aller-retour"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Knights of Hope :: Sparte la Sacrée :: Palais du Haut-commandeur-
Sauter vers: