Forum RPG dans l'univers de Saint Seiya (Les chevaliers du Zodiaque)
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La folie du serpent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hazama/Eris
Ennemi public n°1
avatar

Messages : 86
Date d'inscription : 04/08/2013
Localisation : Qui sait ?

Feuille de personnage
Hp:
327/327  (327/327)
CS:
1120/1120  (1120/1120)
Pa:
0/0  (0/0)

MessageSujet: La folie du serpent   Mar 13 Mai - 12:32

Arrow les entrailles de Sparte

En franchissant le passage dimensionnel connu jusqu’alors de lui seul et de son "associé", le haut commandeur senti comme un poids s’envoler de ses épaules.

Ici, dans cette poche de réalité que lui et son généreux contributeur avaient créé, Hazama se savait hors de la portée du roi des dieux, hors de la portée de l’Histoire et des visionnaires, presque hors de portée des moires elles même.

Arwen le suivant de près, elle déboucha à son tour dans la vaste pièce circulaire au centre de laquelle se trouvait un thermes dont les vapeurs parfumées semblaient n’attendre qu’eux.

« Ici nous pourrons converser en toute sécurité. Le regard du roi des dieux et de ses fidèles ne portent pas jusqu’à ces murs. Ici tu seras à l’abri, le temps que les choses se tassent à la surface. »

Refrénant intérieurement son envie de rire aux éclats, le haut commandeur affichait une attitude mêlée de peur et de soulagement maintenant qu’il savait sa plus proche collaboratrice en un lieu hors d’atteinte de sa décidément trop nombreuse famille.

*Quel dommage que mère et fille ne puissent être réunies…*

Thalie, en repensant à elle, Hazama senti son envie de rire s’accroitre, il fallait vite qu’il pense à autre chose.

« Tu as ici tout le confort d’une suite cinq étoiles. Tu as de quoi manger, de quoi t’occuper, de quoi te détendre, et plus important encore, tu es ici parfaitement isolée. Ici aucun cosmos ne peut t’atteindre, pas même celui de Zeus. Ce lieu ne peut être atteint que par ceux sachant déjà où il se trouve, et même le divin voleur ne saurait aller en un lieu dont il ignore l’existence. Retient bien cela Arwen, dorénavant le secret sera notre meilleure arme contre eux et leurs puissant pouvoirs. »

Ce que force ne savait accomplir, la ruse pouvait atteindre. Hazama le savait plus qu’aucun autre.

« Cependant prends garde au sommeil. En l’absence désormais de ton père, ce sont tes demi-frères et sœurs qui prendront la relève, et je doute qu’ils sauront garder bien longtemps ton secret si le roi des dieux venait à les interroger. Pour eux, comme pour toi, prends garde au sommeil. »

Le message était clair. Ne dors pas.

Pour une divinité cela n’était pas gênant outre mesure, même si à terme, cela conduirait à un affaiblissement des défenses mentales de la jeune déesse, comme le désirait le haut commandeur.

« Mais ne t’inquiète pas, je ferai ce qu’il faut pour que ton exil ne dure pas plus longtemps que nécessaire. Lorsque l’occasion se présentera, j’irai voir Zeus moi-même, et je ferai tout ce que je pourrais pour obtenir ton absolution, bien que je ne puisse encore deviner quels pourraient bien être tes crimes. »

Cette tache serait réglé certainement dans la journée, mais en vérité, en ces lieux le temps se déroulait bien plus rapidement que dans l’univers principal. Ici une journée s’était écoulé quand même pas une heure avait passé au-delà du portail. De quoi laisser Arwen seule avec ses pensées pour un moment plus que suffisant.

« J’ignore combien de temps je resterais absent. Peut être des jours, des semaines. Nous jouons maintenant la partie que d’autre ont élaborés pour nous, et nous n’avons d’autre choix que de nous battre selon leur règles si nous voulons survivre. Mais ici tu n’as rien à craindre. Il n’existe qu’un seul moyen d’atteindre cet endroit, et je suis le seul à en avoir la clé... »

Montrant à Arwen l’émeraude pendant au bout d’une chainette qu’il gardait au cou, le haut commandeur montrait en vérité une simple babiole imprégnée de son cosmos, un appât que ceux capables de les trahir en cet instant ne tarderaient pas à rapporter à qui de droit, qui alors tomberait dans le piège tendu pour eux.

« Et je la garde avec moi. »

Rangeant la pierre précieuse sous sa chemise, le haut commandeur se demande s'il valait mieux laisser avec elle un serpent-familier, mais se ravisa rapidement, d'autre pourrait utiliser le lien entre lui et son familier pour tracer cet endroits. Il prit alors les mains d’Arwen puis dans un regard plein de tristesse lui déposa un baiser sur le front.

« Courage, belle étoile du soir. Tu es désormais tout ce qui reste du rêve de tes parents, toi seule maintenant pourra apporter la paix à cet univers. Sache que j’ai foi en toi. Je sais que ton heure viendra, que le moment venu, tu les éclipseras tous et que l’univers pâlira devant ta gloire. Soit patiente. Guette mon retour et surtout prends garde au sommeil. »

Reculant tout en gardant les mains d’Arwen dans les siennes, le haut commandeur fit durer ce contact aussi longtemps que possible avant de s’en retourner au portail pour y disparaitre, laissant la blonde scientifique avec sa tristesse.

Arrivé de l’autre côté, et bien que l’envie l’en démangeait encore d’avantage, il se retint. Il se savait désormais de nouveau en territoire ennemi, peut être surveillé. Son allié avait promis l’aveuglement de tous les oracles, mais Hazama était d’une nature paranoïaque, pour lui, seule sa propre parole avait de la valeur.

Plus grande était la confiance, plus grande serait la trahison, telle était sa maxime.

*Bien, et maintenant, Zeus…*

Fermant le portail, Hazama, les mains dans les poches, reparti vers son bureau d’un pas tranquille, une nouvelle pièce ajoutée dans la partie, sa propre pièce. Des plans à l’intérieur des plans, un jeu à l’intérieur du jeu…

 Arrow les entrailles de Sparte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arwen
Haut-commandeur de Sparte la Sacrée
avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 10/08/2013
Localisation : Sparte la Sacrée

Feuille de personnage
Hp:
334/334  (334/334)
CS:
610/610  (610/610)
Pa:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: La folie du serpent   Dim 25 Mai - 18:41

==> Je viens d'ici

" Merci, Hazama, merci de me faire partager ce lieu secret dont seule la rumeur existait. Pour tous les spartiates, ce n'était jamais qu'une chimère, une légende comme aiment tant s'en raconter les aspirants. Me mettre dans la confidence me touche déjà tellement. Un tel courage et une telle confiance alors que nombreux auraient été ceux souhaitant me chasser de la cité ou me livrer à Zeus pour se mettre hors de portée de son regard ou pire de son bras. "

Sa sincérité était si touchante. Son univers venait de voler en éclat et loin de la repousser, le Haut Commandeur prenait sa défense, allant jusqu'à lui révéler le plus grand de ses secrets. La pièce secrète dont personne ne pourrait percer l'entrée. Pas même le roi des dieux, pas même les Moires. Elle l'avait suivi ensuite sans un mot, notant en sa mémoire tout ce qu'elle découvrait et son émerveillement devant ce qu'il avait mis en place. Le mécanisme était si subtil que seule la personne ayant conçu ce système pouvait le repérer et l'actionner. Les étagères, la position des astres, tout était si parfaitement commun et ordinaire dans sa banalité que rien ne les faisait transparaître comme aussi important au sein de toute ce qui encombrait ou décorait cette salle aussi vaste que riche.

Parfait, tout cela est si parfait.

En effet, pour dissimuler l'importance d'une chose, parfois, le plus simple était de la mettre en évidence, sous le nez des gens même. Pour qui ne savait ce qu'il cherchait, c'était la meilleure de toutes les cachettes. Sans effet, sans alarme, sous une forme banale, négligeable, cela ne pouvait que passer inaperçu.

Oui, mieux vaut cela. Tous les êtres ne sont pas aussi obtus et bornés que ces deux saints incapables de s'intéresser à un trésor laissé par leur propre déesse.

Athéna, son cosmos ne cessait de croître sur l'étendue de Sparte. Ce retour alors qu'elle venait de perdre ses parents laissa une très mauvaise impression à l'Etoile du Rêve et de l'Inspiration. Tout cela ne pouvait être une coïncidence. La Sagesse s'était servie de ses parents et de leurs pouvoirs avant de se débarrasser d'eux. Comment avoir autant fait de mal et poursuivre en se faisant passer pour une sainte, une martyre...

Le regard brillant de larmes, Arwen observait ce mécanisme si fin la menant vers le lieu secret où elle pourrait se reposer et se préparer en paix à affronter un avenir qui ne pourrait qu'être périlleux. Ses parents malgré leurs puissances n'avaient rien pu faire et la tendre enseignante était en proie au doute concernant ses propres donc. Un nouveau mécanisme plus loin et elle arriva enfin à destination. Le génie d'Hazama en matière de dissimulation ne faisait plus de doute. De quoi rendre le personnage encore plus incroyable à ses yeux. Le seul en qui elle pouvait avoir confiance et se reposer. Survivre aux turpitudes des dieux malgré sa propre faiblesse d'être humain était déjà un miracle en soi. Ces constatations en tête, elle déboucha enfin dans une piège circulaire dont le secret était tel que personne ne pourrait surprendre ce qu'elle échangerait avec le Haut Commandeur de Sparte. Bien sûr, elle avait reçu le message télépathique d'Hermès dont la compassion mielleuse lui avait parue si fausse. Elle avait bien vu son regard sur sa mère. Cette lueur qui était celle de la convoitise. Le dieu des Voleurs brûlait pour Thalie mais il avait un obstacle majeur sur le chemin. Le père d'Arwen, le puissant dieu du Sommeil. Comment ce misérable avait pu œuvrer contre ceux qui lui avaient donné le jour et venir ensuite lui porter ce message de n'avoir rien su faire.

Mère a du lui faire comprendre que seul père a sa place en son cœur et de dépit, il a du laisser Zeus s'en prendre à elle. Ce dieu n'est qu'un voleur et le cœur de ma mère était ce qu'il convoitait le plus.

Si dévastée, Arwen était tellement dévastée qu'elle ne pouvait croire à la sincérité des paroles du messager des dieux. Il se targuait d'avoir tout fait pour ses parents mais n'avait pas oser paraître devant elle. Seul Hazama avait été là. Seul lui avait songé à elle et à sa vie. La blonde scientifique était tellement ravagée par le chagrin que tout était troublé en elle. La peau de biche immaculée d'Artémis lui faisait pourtant un réconfort inattendu. Artémis n'avait aucun sentiment et s'était acquittée de sa tache envers elle.

Soudain, elle entendit Hazama lui parlait du danger du sommeil.

- Mais père est le Sommeil, jamais il n'aurait accepté que mes demi-frères soient des... Non, tu penses que Zeus irait jusqu'à les torturer voire pire pour me retrouver ? Il les forcerait. Mes pauvre demi-frères...

L'inquiétude d'Arwen ne faisait que croître, sachant que plus aucun membre de sa famille ne serait en sécurité.

- Hazama, Zeus ferait du mal à mes frères. Je suis un danger pour eux ?

Les larmes de nouveau coulaient.

- Alors, je perds tout ce qu'il me reste de ma famille. Mon père, ma mère et maintenant mes demi-frères. Hazama,tu resteras avec moi ?

La réponse fut à la hauteur des espérances de la tendre scientifique. Le Haut Commandeur veillerait sur elle et l'aiderait à réaliser le rêve brisé de ses parents. Il ferait tout pour la préserver de la cruauté du destin qui menaçait d'être le sien. Elle ferma les yeux quand il l'embrassa avant de partir.

- Sois prudent Hazama, sois prudent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hazama/Eris
Ennemi public n°1
avatar

Messages : 86
Date d'inscription : 04/08/2013
Localisation : Qui sait ?

Feuille de personnage
Hp:
327/327  (327/327)
CS:
1120/1120  (1120/1120)
Pa:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: La folie du serpent   Mer 18 Juin - 21:39

Arrow Je viens d'ici

Emergeant alors rapidement du portail dimensionnel d’Echo en remettant ses cheveux en place ainsi que son chapeau, le haut commandeur de Sparte sentait déjà sa précieuse prisonnière s’évertuer à s’échapper de la prison où il l’avait invité un peu contre son gré.

*Déjà reveillée ? Tsssss, c'est vrai que vous avez la peau dure.*

Le temps lui était compté. Il venait de se dévoiler plus qu’il ne lui était désormais possible de nier. A présent la suite du plan devait advenir au plus vite.

Insérant alors la clé d’activation du portail d’Echo dans la statue de pierre juxtaposant le miroir le conduisant à la salle secrète, Hazama, ou quoi qu’il fut en vérité, avait encore une dernière chose à faire avant de faire ses adieux à la scène, un dernier rôle à jouer avant de reprendre sa véritable apparence…

La lumière du portail le menant à Arwen illumina alors les ténèbres du couloir où il se trouvait, juste avant qu’il ne s’y engouffre, laissant ouvert le passage afin qu’Arwen puisse en ressortir le moment venu.

Hazama n’en ressortirait pas par-là, mais qu’importe. Arwen n’avait pas à le savoir.

« Arwen ! »

Retrouvant la voix qu'il avait eut jusqu'à présent et découvrant la jeune divinité ayant passé sans doutes des jours à se morfondre et à lutter contre le sommeil, Hazama afficha son air le plus soulagé et le plus heureux alors qu’il retrouvait son pion et la prenait dans ses bras.

« J’ai bien crus ne jamais te revoir, Zeus m’a questionné si longtemps, j’ai cru qu’il allait me détruire lorsqu’il en aurait eut fini avec moi… Il l'aurait surement fait si je ne m'étais pas enfuis... Oh Arwen j'ai eu si peur... »

La voix comme les yeux du haut commandeur exprimaient à merveille le soulagement de retrouver enfin celle qui comptait tant à ses yeux ainsi que la douleur que ces souvenirs aussi imaginaires que mensongers ravivaient.

« Il est devenu fou, il voit des traîtres partout. Les actes d’Hadès et de Poséidon lui ont obscurcit les sens. La peur a envahie son esprit, et elle progresse de jours en jours... L’Olympe n’est plus maintenant qu’une prison sans gardiens ni barrières, une prison pour l’esprit. Une prison où il voulait m’enfermer moi aussi tout comme… »

Marquant une pause dans son récit, le haut commandeur attrapa Arwen par les épaules et respira un grand coup avant de poursuivre.

« Arwen je… Je ne sais pas comment te le dire, alors je te le dirais aussi simplement que possible. Ta mère à disparue depuis le jugement d’Hypnos. Je crains que Zeus ne lui ai réservé un sort aussi peu enviable que celui qu’il a accordé à ton père. »

Le mot était lâché. Lorsqu’Arwen sortirait de cette pièce hors du temps et de l’espace, elle ne pourrait que rechercher ses deux parents, et cette fois, n’en trouverait pas la moindre trace.

A présent deux des quatre fondateurs de Sparte avaient disparu, pour la plus grande joie d’Hazama qui pour le moment faisait de son mieux pour le cacher.

« Ecoute moi je t’en prie, je n’ai que peu de temps. Ils vont me traquer, ils vont venir me chercher, ici et partout ailleurs. J’ai vu ce que je ne devais pas voir, j’ai appris ce que je ne devais pas apprendre. Ils voudront me réduire au silence, et ils viendront te demander ton aide pour cela. Ils te diront que je ne suis pas ce que je parais être, ils te diront que je suis un monstre, ou que je suis même le seul responsable de la disparition de ta mère voir de ton père, qui sait jusqu’où leur folie les aura mené. Ils viendront à Sparte pour moi, mais je n’y serais plus. Je vais disparaitre Arwen. Disparaitre corps et âme, pour un temps tout du moins. Personne ne sera en mesure de me trouver, pas même toi. Alors lorsqu’ils viendront t’interroger, ne leur ment pas, dis leur simplement que tu ignores où je serais. Feint de croire à leur mensonge, feint de les rejoindre pour mieux les utiliser. Si ton père et ta mère sont encore en vie, nous pouvons les sauver en apprenant où ils se trouvent. Tu comprends ? »

Bien sûr qu’elle comprenait. Arwen avait hérité bien des choses de ses divins parents, et son intelligence n’en était qu’une partie.

« A présent part, rejoins mon bureau par ce passage dimensionnel. Tu es intelligente, tu sauras retrouver ton chemin dans le labyrinthe. En mon absence, je te nomme haut commandeur de Sparte et te délègue tous mes pouvoirs sur la cité. Prend en soin, et fais de ton mieux pour la préserver. Soit forte pour des lendemains meilleurs. Endure leur méfiance à ton égards, charme les comme je t’ai appris à le faire. Fait toi une place en leur conspiration et quand l’heure sera venue, je reviendrais et nous agirons. Je te le promets. »

Lâchant alors les épaules de la blonde scientifique avant de lui remettre entre les mains l'insigne de haut commandeur de Sparte, Hazama s’éloigna à reculons de l’étoile du soir, les yeux plein de confiance et de regrets avant de se détourner en courant pour franchir de nouveau le portail dimensionnel dont il ne reparu jamais de l’autre côté.

*Hihihihi.*

 Arrow ???
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arwen
Haut-commandeur de Sparte la Sacrée
avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 10/08/2013
Localisation : Sparte la Sacrée

Feuille de personnage
Hp:
334/334  (334/334)
CS:
610/610  (610/610)
Pa:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: La folie du serpent   Ven 20 Juin - 19:24

Combien de temps s'était-il écoulé depuis le départ du Haut Commandeur de Sparte ? Si peu en fait mais une éternité pour qui souffre, pour qui attend dans l'angoisse après avoir perdu tous ses repères. Brisée par la perte de ses parents, seule et menacée par des ennemis dont elle découvrait seulement l'existence, la fille du Rêve et de l'Inspiration s'était plongée dans le travail. Son cosmos s'était déployé en une éclat inconnu de tous jusqu'à présent. Personne n'avait jamais réellement contemplé le véritable visage de la splendide jeune femme. Les yeux de sa mère et la blondeur de son père ainsi que ses oreilles un peu trop pointues étaient loin d'être ses seuls charmes. Plus que toutes autres, elle portait ce prénom à merveille. Qui la croisait en cet instant malgré l'immense peine qui était la sienne penserait s'être égaré en plein rêve.

Un cauchemar plutôt... Père, mère... Je ne puis vous aider en cet instant mais grâce à cette cité, l'espoir de vous retrouver survit. Même seule, je suis prête à reprendre le flambeau. A tout faire pour vous sauver...

Ainsi, les larmes et l'espoir se succédaient dans une solitude oppressante. Tout ce confort, toutes ces attentions du Haut Commandeur envers elle lui rappelaient tant ce qui lui avait été arraché. Ce dont ses parents avaient été dépouillés. Hypnos et Thalie avaient caressés un tel rêve de paix et d'harmonie, loin de la folie et de l'égoïsme dont faisaient preuve tant de leurs semblables.

Non, je dois pas me laisser aller. Je ne dois pas. Père et mère sont tellement forts. Je dois leur faire honneur, je dois être forte pour eux. Pour ce qu'il reste de leur oeuvre quand bien même n'en resterait-il une simple braise...

Une braise qui sans le moindre doute s'embraserait de nouveau si on prenait la peine de ne pas la laisser s'éteindre. Ses larmes, elle devait sécher ses larmes et se reprendre. Il était trop tôt pour prendre le deuil. Trop tôt pour renoncer à sauver ses parents. Tant qu'elle n'aurait pas tout tenté, elle ne renoncerait pas. Dès qu'elle aurait repris pieds qu'elle aurait du moins quelque peu apaiser l'immense douleur qui était la sienne, elle commencerait ses recherches. Thalie et Hypnos ne pouvaient pas s'être volatilisés. Ils ne pouvaient qu'être détenus quelque part. En un lieu d'où elle les arracherait avec l'aide d'Hazama.

On ne peut disparaître totalement.

La tempête ne cessait d'augmenter en son âme. Sentiments de douleur, amour filial pur et immense, confiance et crainte. Tout ne faisait que tournoyer à chaque nouveau soubresaut de sa peine sans fin. Seuls les retours de Thalie et Hypnos pourraient tout changer. Ses parents possédaient plus de dons qu'on ne pouvait le penser au premier abord mais là, ils étaient tombés dans un piège. Lorsqu'elle aurait fait la lumière sur toute cette affaire, les coupables paieraient.

Ainsi passèrent les heures puis ce qui sembla être des jours en ce lieu où le temps s'écoulait autrement. Des longs si longs moments s'étirant sans qu'elle ne puisse savoir ce qu'il advenait du monde extérieur, de ses parents, de ses proches, d'Hazama et de Sparte. Des éternités où sa force mentale était mise à rude épreuve. L'angoisse et le supplice de l'attente s'étirant en long fleuve tranquille...

Ne pas dormir...

Elle ne cessait de lutter contre le sommeil. Craindre de se retrouver en compagnie de ses demi-frères, jamais, elle n'aurait cru cela possible et pourtant le discours de son seul ami avait fait son petit bonhomme de chemin dans son esprit, ébranlant sa confiance en cette divinité qu'elle avait crue si juste. Zeus avait agi sur le monde onirique tant aimé de ses parents. Arwen ne pouvait que s'imaginer la Foudre du roi des dieux pointée sur ses frères pour les forcer à obéir. Et à cette vision, remontait à sa mémoire l'hurlement de douleur de sa mère. L'agonie de Thalie avait du être effroyable pour ainsi l'atteindre dans les murs de Sparte avant son isolement en cette pièce aveugle. Tout tournait alors que la fatigue se faisait sentir.

Non, j'ai les moyens de lutter.

Les idées d'Arwen quoique troublées par l'état second qui était maintenant le sien étaient encore assez claires pour lui éviter de sombrer. La blonde scientifique avait des connaissances particulières que nul autre ne possédait. Elle allait d'ailleurs les mettre en oeuvre lorsque le Haut Commandeur fit enfin son grand retour.

- Hazama !!! Enfin, tu es de retour.

N'écoutant que le bonheur de retrouver enfin un visage connu et rassurant, la blonde déesse s'était empressée de le rejoindre. Pourtant, sa joie fut vite battue en brèche par ce qu'elle lut sur les traits de l'un des quatre fondateurs de Sparte.

- Hazama, mon ami, que t'est-il arrivé ? A te voir, on te croirait poursuivi par...

Et ses traits s'assombrissant soudain.

- C'est lui, c'est Zeus ? Il t'a fait aussi du mal...

Sa voix était si douce, si vibrante. C'était comme si un ange de douceur et de miséricorde s'adressait à une âme éplorée. De sa mère, Arwen avait hérité la bonté d'âme. Tout cela était d'une sincérité à en faire hurler de joie malsaine son interlocuteur mais une nouvelle fois, jamais, la déesse ne pourrait voir cette facette de lui. Pas en cette rencontre en tout cas.

Un instant s'écoula, une vraie torture de plus avant que le maître de la cité ne fasse le récit de son horrible entrevue avec le fils de Cronos. A l'entendre la folie avait atteinte le roi des dieux, le faisant tomber dans une paranoïa telle qu'il ne pouvait plus supporter la présence de ses pairs. Le récit était déjà effroyable mais le pire restait à venir. En acteur de génie, Hazama prépara sa dernière carte. Celle qui broierait encore davantage le coeur d'Arwen en la privant de ce qu'il lui restait d'illusion quant au sort de sa mère.

-Quoi ? Il l'a donc bien condamnée. Il l'a massacrée à coup de Foudre...

Les cris d'agonie de la Muse de la Comédie ne cessaient de résonner en elle et même la chaleur des paumes de son supérieur sur ses épaules n'y pouvaient rien. C'était tellement cruel. Hypnos avait déjà été atteint et Thalie n'avait pas été épargnée. Une Muse aussi douce que sa mère. Même elle, Zeus s'en était méfié au point de la réduire à l'état de cendres voire pires...

Les larmes d'Arwen trop longtemps contenues ne purent alors que s'écouler. C'était comme deux rivières étincelantes glissant le long de la soie d'une joue trop pâle. A plusieurs reprises, elle manqua de défaillir. Son corps était agité de tant de soubresauts qu'il lui fallut un certain temps pour se reprendre alors que le commandeur lui faisait part une nouvelle fois de son soutien avant d'embrayer sur un autre discours.

- Te traquer ?

Elle comprenait. Arwen comprenait le tout. Dans sa tête, les plans se mettaient en marche. Les tenants et les aboutissants. La totalité des plans de Sparte et ses zones les plus secrètes. L'héritage de ses parents et celui qui lui confiait maintenant Hazama. A elle seule, elle était les trois fondateurs, possédant bien plus de poids que la Sagesse Fausse en ces lieux. Athéna avait comploté, Athéna apprendrait un jour qu'elle n'était pas la seule déesse capable de penser.

Un jour, un jour viendra où notre rêve sera réalité. Un rêve dont nous ferons notre avenir même si la Sagesse est trop stupide pour saisir.

Le reste se passa à une telle allure que la scientifique mit du temps à réagir.

- J'espère te revoir, Hazama, sois prudent...

Elle ne sut s'il l'avait entendue. Tout était allé si vite qu'elle n'avait pas réalisé qu'elle portait l'insigne du Haut Commandeur. Sparte était entre ses mains et avec elle l'ensemble des occupants apprendraient qu'elle était la nouvelle guide de la cité du cosmos et bien plus que cela encore. Les choses allaient changer. Le destin s'était emballé et avait placé à la tête de la cité une étoile, une étoile divine dont un seul éclat suffirait à défendre la cité...

Il est temps. Temps de montrer que je suis la triple héritière et avec cela que même si les temps ont changé, notre rêve lui survivra...


==> Bureau du Haut Commandeur.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La folie du serpent   

Revenir en haut Aller en bas
 
La folie du serpent
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» douce folie
» serpent 710-720
» serpent
» Kurtz Katherine - Roi de folie - La trilogie des rois 1 - Cycle des Derynis [Lecture commune de juin]
» Ma Folie (Quand elle ronge les mots)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Knights of Hope :: Le Monde :: Territoires des Différents Sanctuaires :: Le Labyrinthe dimensionnel de Sparte-
Sauter vers: