Forum RPG dans l'univers de Saint Seiya (Les chevaliers du Zodiaque)
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 New-York, the Big Apple

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zoé
Spectre de la Succube
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 03/05/2014

Feuille de personnage
Hp:
145/145  (145/145)
CS:
250/250  (250/250)
Pa:
75/75  (75/75)

MessageSujet: New-York, the Big Apple   Lun 5 Mai - 19:49

Zoé sortit de la boutique de l'antiquaire. Elle savait qu'elle avait fait une folie en claquant 1000 $ pour une espèce de breloque qui, pour ainsi dire, ne lui servirait pas à grand chose, hormis avoir du succès dans les bals costumés et les conventions de comics, mais elle s'en foutait. A vrai dire, elle avait eu l'impression que le serre-tête l'avait en quelque sorte appellé. Elle n'en était pas complètement sûre mais un petit quelque chose lui disait qu'il était doté d'une volonté propre et qu'elle s'était sentie en symbiose avec cet objet.

Elle s'arrêta devant la vitrine d'un magasin et posa le diadème sur sa tête. Il n'y avait pas à dire mais elle avait un look d'enfer comme ça ! Le reflet était loin de valoir celui d'un miroir, aussi eut-elle la vision d'une jeune fille gothique aux cheveux violets et affublée d'une paire de cornes à faire pâlir d'envie n'importe quel bélier ou bouc. Cela lui donnait un air mystérieux, un peu démoniaque. Oui c'est cela, "démoniaque" était le terme qui convenait : elle avait l'impression d'être une démone comme on en voit souvent dans les illustrations d'heroic-fantasy (quoique erotic-fantasy soit plus approprié). Avec la tenue adéquate, elle pourrait avoir l'air d'une diablesse.

- Eh ben, matez-moi ça les mecs !

Elle se retourna vivement : sur sa gauche se tenait un trio, le même qui l'avait pourchassé peu de temps auparavant et qu'elle avait réussi à semer en entrant dans la boutique de Russel Nash. Damnation, elle les avait complètement oublié ceux-là ! Fuir semblait l'option la plus sensée, le problème était qu'ils étaient trop prêts d'elle et ils auraient vite fait de la rattraper. Et pas la peine de compter sur une aide extérieure : la rue était quasiment déserte.

- On peut dire que tu nous auras fait courir ! Au fait c'est quoi ce truc ? Tu vas au carnaval avec ?
- Qu'est ce que ça peut te foutre pauvre naze !
- Eh oh c'est quoi ces manières ?
- Je pense qu'elle a besoin d'une bonne leçon, hein chef ?
- Tout à fait ! Je peux pas blairer les pisseuses dans ton genre !
- Foutez-moi la paix sinon...
- Sinon quoi ? Tu vas nous embrocher avec ton jouet ?! Ouuuuuh j'ai peur !
- SINON JE T'ARRACHE LES GENITOIRES ET JE TE LES FAIS BOUFFER !!

La voix qui était sortie de la bouche de Zoé n'était pas la sienne : c'était une voix féminine mais elle était plus rauque, plus sensuelle et était chargée d'une telle violence, qu'elle en était presque palpable ; les trois voyous reculèrent d'un pas comme s'ils avaient été repoussés par une force invisible. En un instant leur visage se décomposa et ils commencèrent à s'éloigner, fixant Zoé avec une expression apeurée. Lorsqu'ils furent à bonne distance, ils tournèrent les talons et s'enfuirent à toutes jambes. Ils ne sauraient jamais au juste pourquoi ils avaient fui mais leur instinct leur avait murmuré à cet instant qu'ils avaient eu en face d'eux un être qui dépassait leur entendement et contre lequel il aurait été vain de lutter. Bien plus tard, dans leur sommeil, ils revivraient en rêve cet instant et ils ressentiraient de nouveau cette peur indicible qui les avait poussé à décamper comme si leur vie en dépendait, ce qui en un sens était vrai car elle avait été à deux doigts d'être tranchée, et alors ils se réveilleraient le corps tremblant et suant d'angoisse. Pour cette nuit et toutes les autres à venir...

Pour sa part, Zoé ne comprenait pas pourquoi ces trois crétins qui, il y a un instant, semblaient vouloir lui faire passer un sale moment, avaient fui comme des dératés. Elle enleva le serre-tête et fixa la gemme violette.

- Bon sang, mais qu'est ce qui se passe ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le chauffeur

avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 04/08/2013
Localisation : Partout où m'envoit le Maitre

MessageSujet: Re: New-York, the Big Apple   Mer 7 Mai - 13:52

 Arrow Je viens d'ici

Les jours ne se suivaient ni ne se ressemblaient pour le chauffeur d’Hazama. Chaque voyage était unique, chaque potentiel était une somme d’influence faisant de lui un spécimen mémorable.

Depuis 13 ans maintenant, chaque passager que le chauffeur avait pris dans son bus l’avait marqué, chacun à leur manière, et celle-ci ne ferait pas exception.

*Encore une… Elles arrivent quand les vacances déjà ?*

Ayant un sourire amer à cette pensée, le chauffeur savait pertinemment que dans son cas, les vacances n’étaient qu’un doux rêve inaccessible.

« Allons bon, encore un sens unique… Je hais ces villes modernes et leur sens de la logique absurde ! »

Pilant une nouvelle fois devant ce panneau de signalisation qui déjà lui faisait faire demi-tour sous les klaxons et les jurons des autres usagers de la route, le chauffeur se contenta d’une longue inspiration qui consuma quasi à moitié son cigare tout neuf, puis d’un grand coup de volant lui faisant faire un tête-à-queue, repartis droit dans l’autre sens en laissant sa signature sur l’asphalte.

« Bon, elle est par-là, et je peux aller qu’en ligne droite… Aaaaaaaaaaaaah, il faut que je demande au haut commandeur de me fournir un de ces systèmes de navigations par satellite. »

Sur le point de s’arrêter et de poursuivre à pied sa recherche de la potentielle, le chauffeur vit à sa gauche une allée piétonne, assez large pour que son véhicule puisse s’y engager, et assez populeuse pour que cela en vaille la peine.

*Non. Je ne dois pas. Ça serait pas bien…*

Mais ses bras engageaient déjà le volant du bus en direction de l’allée, comme s’ils n’avaient que faire de ce que la morale relativiste de l’émissaire de Sparte pouvait bien dire en cet instant.

« Oh et puis zut. Chaud devaaaaaaaaaaaaaaaaaant ! »

Un grand coup d’accélérateur plus tard, un tonnerre de klaxons et de hurlement se fit entendre à proximité de la boutique d’antiquité de Russel Nash. Son plus grand sourire aux lèvres, le chauffeur fonçait littéralement le long de l’allée, provoquant une peur panique parmi les piétons se jetant les uns sur les autres pour l’éviter lui et son bus improbable, glissant sur les cahots et les dos d’ânes sans même en trembler.

Les étals de fruits et légumes furent ensevelis sous les corps flasques de la populace tandis que les enfants pleuraient dans les poubelles.

« Plaaaaaaaaaaaaaaaaaace ! Faite plaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaace ! Please… »

N’oubliant pas de rester courtois malgré tout, le chauffeur lançait ici et là quelques excuse, quelques sourire de remerciement lorsqu’une de ses victimes terminait son vol plané de manière hilarante, comme celui qui s’expédia lui-même au cœur d’une benne à ordure en en refermant le couvercle.

« Pardon… Excusez-moi… Désolé… Pardon… »

Le fou rire guettait le chauffeur, un peu plus à chaque mètre que parcourait son engin motorisé le long de cette allée piétonne. Fort heureusement pour lui, sa cible était maintenant toute proche, il le sentait.

Déboulant à toute vitesse sur la rue où se trouvait sa future passagère, le chauffeur, dans un virage improbablement serré qui envoya presque l’arrière de son bus contre la façade du bâtiment lui faisant face, faillit du même coup aplatir un trio d’abrutis trop effarés ou mentalement déficient pour s’écarter.

Seule la virtuosité du pilote au commande du bus magique leur permis de rentrer chez eux ce soir, trempé par leur propre pisse certes, mais en un seul morceau.

« Pouvez pas faire attention non, bande de consanguins du dimanche ?! »

S’il s’était écouté, le chauffeur serait bien descendu pour leur en coller une paire à chacun, mais leur odeur et son devoir lui ordonnait d’achever rapidement sa mission avant que quelqu’un ne soit tué, et surtout, avant l’arrivée des autorités locales.

« Pisseux va ! »

Remontant la rue en direction de la source ténue de ce cosmos à peine éveillé, le chauffeur tomba rapidement sur celle que le haut commandeur avait envoyé chercher.

*Joli lot en plus.*

S’arrêtant devant la jeune demoiselle, le chauffeur ouvrit les portes du bus avant d’inviter la demoiselle à y entrer.

« Bien le bonsoir mademoiselle, permettez-moi de vous escorter loin d’ici. La course est gratuite ne vous en fait pas. »

Avait-il besoin de préciser les raisons de sa venue, devait-il d’abord faire un petit résumé de la situation à la jeune fille ? Oh, cela pourrait bien attendre qu’elle soit montée à bord, et qu’ils soient tout deux loin de cette ville pestilentielle et de sa population graisseuse.

Si la curiosité de la jeune femme pouvait l’emporter sur sa frayeur instinctive, alors la suite n’en serait que beaucoup plus simple.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoé
Spectre de la Succube
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 03/05/2014

Feuille de personnage
Hp:
145/145  (145/145)
CS:
250/250  (250/250)
Pa:
75/75  (75/75)

MessageSujet: Re: New-York, the Big Apple   Sam 10 Mai - 16:18

Zoé avait décidé de prendre le bus pour retourner au musée. La visite n'était pas terminée et elle espérait que son absence passerait inaperçue ; moins difficile que cela en avait l'air car sa classe avait plus ou moins quartier libre pendant quatre heures à l'intérieur du bâtiment. D'ailleurs, elle était sûre qu'elle n'était pas la seule à être sortie pour faire du shopping, aller à un café ou encore se balader.

Elle attendait depuis à peine une minute qu'un bus se pointa.

- Eh ben, ça aura pas traîné !

Il s'arrêta dans un crissement de pneus et le chauffeur ouvrit les portes. Avant de monter, elle remarqua deux choses étranges : le véhicule était complètement vide, alors que dans une ville comme New-York, même aux heures creuses, il y avait toujours au moins deux ou trois personnes à l'intérieur ; or on était en fin d'après-midi, c'est à dire presque aux heures de pointe... Quant à la seconde, elle concernait le chauffeur lui-même : il y avait un elle-ne-savait-quoi de bizarre chez lui.

- Bien le bonsoir mademoiselle, permettez-moi de vous escorter loin d’ici. La course est gratuite ne vous en faites pas.
- Comment ça, gratuite ?

Demanda-t-elle, les sourcils froncés. D'autres détails la frappèrent : le bus ne portait aucun numéro et nulle part n'était écrite la destination et il n'avait pas l'air d'être un bus des transports publics mais plutôt un bus lambda.

-Qu'est ce que c'est que ce cirque ? Pourquoi devrais-je monter dedans ?

Elle attendit la réponse du conducteur, prête à prendre la fuite si jamais ce dernier se révélait être une sorte de pervers ou de malade mental. Les Etats-Unis étaient remplis de sacrés spécimens en matière de fêlés et d'agités du bocal et ils étaient surtout nombreux dans les grandes villes comme New-York.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samina
Chevalier d'or du Lion
avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 14/04/2014

Feuille de personnage
Hp:
160/160  (160/160)
CS:
300/300  (300/300)
Pa:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Re: New-York, the Big Apple   Dim 11 Mai - 8:17

[Je m'incruste]

New-York, aussi appelée la Grosse Pomme de part sa forme qui pouvait rappeler celle d'une pomme pomme dont le noyau serait l'Ile de la Liberté, l'endroit où se trouve la mondialement connue Statue de la Liberté. Toutefois, ce n'était pas pour faire du tourisme que Samina se trouvait ici aujourd'hui. En fait, elle errait à travers le monde depuis maintenant plusieurs années. Tout avait commencé à la fin de la dernière guerre Sainte contre Hadès. Samina n'avait que huit ans à l'époque, mais elle se souvenait très bien de la terreur qu'elle avait ressenti en voyant le soleil disparaitre dans les cieux.

"C'est la fin!!"

"Nous allons tous mourir!"

La panique avait commencée à s'installer dans Rodorio, là où la jeune apprentie qu'était Samina à l'époque se trouvait. La petite fille aurait aimé rejoindre tous ces Saints qui étaient partis dans le royaume d'Hadès afin de combattre la menace. Mais elle n'avait pût qu'assister impuissante à la disparition de tous ces valereux guerriers qui n'avaient pas hésités une seule seconde à sacrifier leurs vies pour la gloire d'Athéna. Pendant que les habitants de Rodorio s'étaient réjouis de la réapparition du soleil, Samina elle avait pleuré la disparition des cosmos des Chevaliers et d'Athéna.

Deux ans plus tard, on lui avait appris qu'elle était enfin apte à revêtir l'armure d'Or du Lion, tâche pour laquelle on l'avait préparé depuis qu'elle avait quatre ans. Mais plutôt que de revêtir l'armure d'Or et de marcher sur les traces des précédents guardiens de la Cinquième Maison du Zodiaque, elle avait préféré partir du Sanctuaire. Ne se sentant pas digne de cet habit sacré.

Pendant 10 ans, elle avait erré de part le monde, pour se retrouver ici aujourd'hui, à New-York, la capitale économique des États-Unis d'Amérique. Se trouver ici ne lui plaisait guère, elle n'aimait pas cette ville. Elle ne s'y sentait pas à sa place. En fait, elle ne s'était sentie à sa place nul part dans ce monde. Elle secoua la tête pour chasser ses mornes pensées.

"Je ne dois pas penser à cela. Je ne veux pas me laisser emporter par mes idées noires, ce n'est pas moi!"

Non, son style serait plutôt de mordre lorsque quelque chose ne lui plaisait pas. Se défendre lorsqu'elle se sentait agressée. Ce n'était pas parce qu’elle ne portait pas son armure, qu'elle était une jeune fille sans défense. Loin de là. C'est alors qu'elle failli se faire écraser par un bus qui tenait plus d'une auto-tamponneuse que d'un réel transport en commun. Elle le vit s'arrêter quelques mètres plus loin, devant une jeune fille à cheveux roses.

-Un fou, un fou dans une grande ville. Soupira-t-elle intérieurement.

Et ce cinglé avait bien faillit la dégommer avec sa manière de conduire. Décidant d'aller lui dire ce qu'elle pensait de son comportement, Samina marcha vers le bus à l'arrêt, sans remarquer que l'engin avait quelques détails le différenciant des bus ordinaires. Elle se plaça devant la jeune fille à cheveux roses, les poings sur les hanches, l'air très mécontente.

-Je peux savoir où vous avez appris à conduire? Vous avez failli m'écraser, et c'est surement le cas pour bon nombres de citadins se trouvant ici! 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: New-York, the Big Apple   Mar 13 Mai - 19:05

Grandir dans un pays pauvre comme la Grèce n'était pas simple, mais lorsqu'on mesurait deux mètres, que notre force surpassait l'ensemble des habitants, rien n'allait plus. Peu importe le sport de combat qu'il pratiquait, Elnath en ressortait le meilleur, personne ne lui arrivait à la cheville, il avait d'après les dires des différents maîtres qu'il a pu rencontrer un talent inné pour le combat...
Ah quelle plaie, pensait-il. Pourquoi diable être aussi fort si personne ne pouvait se mesurer à lui ? Bien sûr il avait songé plusieurs fois à atteindre la sphère mondiale dans sa pratique des sports mais il lui fallait de l'argent, beaucoup d'argent pour passer une licence, rester inscrit dans un club... bref il devait penser à un autre moyen. On lui avait conté quelque histoire se passant en Amérique.
Un certain boxeur qui avait cherché la bagarre à une bande de motard s'est vus offrir, après sa victoire, une place en or dans un club de boxe réputé par le coach qui passait par hasard dans cette même ruelle. Ou cette fois où un footballer américain, en faisant ses preuves dans un match entre amis et en démolissant au passage l'équipe adverse, s'est vus amené dans une équipe nationale sans débourser le moindre centime. Il lui fallait partir lui aussi, quitter la Grèce et vivre aux USA. Il apprendrait la langue la bas, cela ne devrait pas être trop compliqué...
Il ignorait alors à ce moment que près de lui résidait le Sanctuaire d'Athéna où des centaines de personnes était beaucoup plus puissant que lui...

Premier obstacle à son voyage, payer un ticket pour prendre l'avion ou le bateau. A bien y réfléchir, il serait plus facile de passer inaperçu sur un bateau que dans un avion... Rester à savoir comment s'infiltrer. Elnath partit en direction du port le plus proche et vit un marin faire de grand signe à un bateau.

-Hé l'ami, l'interpella Elnath. Tu peux me dire quand part un bateau pour l'Amérique ?
-Bien sûr, celui-ci va partir dans quelque heure, dit le marin en désignant du doigt un navire magnifique. Mais je crains que vous n'aurez pas les moyens suffisant pour vous offrir un ticket. Il s'agit là un bateau de luxe fréquentait que par les plus riches de ce monde.

Habillait d'une simple tunique d'entrainement usé par le temps, il était facile de se rendre compte de la pauvreté d'Elnath. Ainsi le bateau partirait bientôt et il ne pourrait pas s'acheter un ticket. Il fallait la jouer fine.

En étudiant le navire de plus près, on pouvait remarquer que des marins chargeaient des marchandises, que des ouvriers faisaient les dernières vérifications et une foule s'amassait devant l'entrée du navire. L'un des marins se détacha du groupe et s'isola pour fumer une cigarette. Quelle aubaine ! Elnath se faufila vers lui et découvrit qu'il était bâti à sa mesure, une montagne de muscles, comme lui. L'excitation le gagnait.

-Hé, fit Elnath simplement, voyant que le marin l'ignora complètement, Elnath le prit par le col. Tu m'as l'air fort dit moi. Je pensais t’assommer, te voler tes vêtements et m'infiltrer sur le bateau... Mais ce serait d'une lâcheté que de ne pas affronté quelqu'un comme toi.
-M’assommer, dis-tu ? dit finalement le marin en riant aux éclats tout en se dégageant de la prise d'Elnath. Dire que je trouvais cette journée ennuyante, tu vas m'aider à me défouler un peu en te montrant ce que j'ai appris aux USA. Approche minable.

Le marin se mit dans une garde rappelant fortement la boxe. Les premiers échanges de coup partirent aussitôt, Elnath esquivait et répliquait, le marin esquivait et répliquait à son tour sans qu'aucun des deux ne prenaient le dessus. C'est alors que le marin changea de style de combat et porta un coup de poing à la tête d'Elnath qui recula de stupeur. Le marin enchaina des mouvements et prit le dessus sur l'autre colosse.
Elnath, peu importe son expérience, n'arrivait pas à lui porter le moindre coup, il était largement dépassé. L'Amérique était vraiment intéressante s'il existait des types comme lui. Il lui fallait vaincre, il lui fallait rejoindre CE pays ! Il ressentit alors une sensation de chaleur, cette même sensation qu'il avait déjà si souvent éprouver par le passé lors de ses nombreux combats difficiles, cette sensation de puissance et d'immensité tout en se sentant si petit par rapport à l'univers. A chaque fois qu'il était dans cet état, il finissait toujours par vaincre. Cette fois-ci n'était pas différente. Elnath arrêta le poing de son adversaire et l'envoya valser contre un mur avant de lui donner un coup de poing dans le ventre qui l'immobilisa suivi d'un coup à la tête qui le fit perdre connaissance. La sensation disparut alors.
Avoir vaincu le marin était le plus dur, une fois le costume enfilé, grand merci au gabarie similaire, Elnath s'était infiltré sur le bateau en passant inaperçu puis se cacha durant tout le voyage.

Une semaine s'était écoulé depuis, Elnath était débarqué aux Etats-Unis depuis deux jours et déjà il enchainait les combats de rues, mais hélas pour lui il ne trouva toujours pas d'adversaire à sa mesure ni de coach pour lui proposer une place dans leur club. La barrière de la langue n'aidant pas, il se retrouvait très vite seul, errant dans les rues, il chercha d'autre potentiel défi.

« Plaaaaaaaaaaaaaaaaaace ! Faite plaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaace ! Please… »
-Hm ? fit Elnath en se faisant percuter par un bus qui l'envoya littérallement voler dans une ruelle plus loin.
« Pardon… Excusez-moi… Désolé… Pardon… »

Elnath se releva, il était blessé, le sang coula le long de son visage tandis que la fureur le gagnait. Qui était ce sombre crétin qui roulait comme un damné ? Il vit le bus s'arrêter devant une femme... Il va voir celui-là ! Une autre femme autant en pétard que lui arriva la première mais ne fit rien d'autre que l'engueuler. En voyant l'homme au volant, Elnath ressentit une chose étrange en lui qui réfréna sa colère, comme un instinct animal qui lui hurlait que s'il lui cherchait bagarre il ne s'en sortirait pas vivant. Toutefois, folie ou courage, Elnath le pointa du doigt.

-Hé, toi ! Regarde un peu ce que tu m'as fait ?! Tu comptes faire quoi pour ça ?!
Revenir en haut Aller en bas
Le chauffeur

avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 04/08/2013
Localisation : Partout où m'envoit le Maitre

MessageSujet: Re: New-York, the Big Apple   Mer 14 Mai - 16:47

*Et meeeer… Une sceptique…*

Etouffant un soupir de lassitude, le chauffeur tira une grande bouffée de son cigare avant de lentement se lever de son siège pour descendre de son véhicule.

Visiblement, l’approche confiante avait échouée, malgré le pouvoir dormant en cette jeune fille, celle-ci demeurait irrémédiablement humaine dans ses réactions, ce qui décevait le chauffeur s’étant attendu à un comportement plus… insouciant, plus tête-brulée.

*La faute à la télé sans doute… Enfin peu importe.*

Une étrange sonnerie de téléphone se fit alors entendre et s’excusant auprès de la jeune fille, le chauffeur sortis de sa poche interne de veste un téléphone portable sur lequel il venait de recevoir un message.

« Trois ?! A New York en plus ?! »

Faisant la moue devant le surplus de travail imprévus qu’il venait de recevoir, le chauffeur croisa les bras et se mit à réfléchir, la tête basse.

Concluant rapidement qu’il lui faudrait d’abord régler la méfiance de sa première passagère, le chauffeur acheva de descendre de son véhicule, se trouvant maintenant face à la jeune fille dont il semblait scruter jusqu’à l’âme sans sourciller.

Il allait débuter son petit discours lorsqu’une autre jeune fille l’invectiva d’un air assez contrarié, sans doute une des personnes se trouvant dans la ruelle.

« Vous voyez pas que je suis occupé ?! »

Prêt à envoyer valdinguer cette importune aux quatre vent d'une gifle un peu trop violente pour un non-initié, le chauffeur changea littéralement d’expression en posant les yeux sur cette nouvelle arrivante. Que ce soit par hasard ou par jeu du destin, un de ses nouveaux passagers venait de le trouver.

« Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah... Mademoiselle Samina, je vous cherchez justement… »

S'inclinant devant la jeune demoiselle, le chauffeur entendis alors la voix d'un nouvel arrivant, nouvel énervé, cette fois en sang carrément.

« Oh mais c’est parfait, trois d’un coup, mon jour de chance on dirait. »

Se frottant presque les mains et visiblement ravis de la tournure de la situation, le chauffeur s'inclina à nouveau devant le nouvel arrivant avant de réajuster sa veste.

« Déjà, pour vous monsieur Elnath. »

S’en retournant à son fauteuil, le chauffeur en délogea une trousse de premier secours qu’il lança au jeune homme passablement furieux.

« Voilà déjà de quoi stopper l’hémorragie, je vous aurez bien soigné si j’en avais eu le pouvoir, mais ce n’est hélas pas mon domaine. »

Le mot pouvoir n’avait pas été utilisé à la légère, et tout en faisant volteface, les yeux du chauffeur, bien que voilés par la visière de sa casquette, brillèrent d’une étrange lueur.

« Mesdemoiselles, monsieur, vous l'aurez compris, je ne travail pas pour la compagnie locale des transports en commun, à vrai dire je ne suis même pas de cette ville ou de ce pays. Je viens d'un endroit situé très, très loin d'ici, et si je suis ici ce soir, c'est pour vous, pour vous trois très précisément. Je suis là sur ordre du haut commandeur de Sparte la sacrée, une ville spécialisée dans l’éducation et la formation de personnes qui comme vous disposent d'un certain disons… talent. »

A partir de maintenant, les questions allaient sans doute pleuvoir, mais le chauffeur y ferait face, comme il l’avait toujours fait.

« Peut être que cela sera une surprise pour vous, peut être que certains se reconnaitront déjà, mais vous êtes spéciaux, et pas de la manière dont chaque Homme sur cette Terre pourrait se targuer d’être spécial, vous êtes spécial parmi des millions car en vous sommeil encore un pouvoir impossible à décrire si ce n’est qu’à travers lui, les miracles deviennent réalité. »

En cet instant, le chauffeur regretta de ne pas avoir le sens de la répartie du haut commandeur, et surtout sa verve inimitable.

*Comment il leur présenterait ça lui ? Ah je sais.*

« Vous devez surement au moins supposer de quoi je parle. Ces choses bizarres, ces choses inexpliquées se déroulant autour de vous, lorsque vous êtes en colère ou que vous avez peur. Vous avez ce pouvoir en vous, vous n’en prenez pas encore pleinement la mesure mais il vous habite malgré tout, comme un implant, de quoi vous rendre malade ou dangereux s’il n’est pas maitrisé à temps.

Je suis ici pour vous offrir un choix, un choix qui bouleversera sans doute votre vie à jamais. Sachez qu’une telle proposition n’arrive qu’une fois dans une vie, vous ne pourrez plus faire machine arrière. Choisissez de rester ce soir sur le trottoir, et tout s’arrête. Après vous pourrez faire de beau rêves, et pensez ce que vous voulez.
Choisissez de monter à bord, et je vous emmène au pays des merveilles.
»


C’était ce que l’on pouvait appeler le saut de la foi. D’un côté le confort et la sécurité d’une vie dont ils connaissaient déjà l’issue, de l’autre, l’inconnu, avec une simple promesse, celle d’un avenir plus beau, plus merveilleux et plus grandiose que leur rêves les plus fous.

Après un tel discours, le silence était de mise, mais une petite mise au point semblait nécessaire.

« En tous les cas n’oubliez pas, je ne vous offre que la vérité, rien de plus, la vérité tant sur vous-même que sur ce monde. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoé
Spectre de la Succube
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 03/05/2014

Feuille de personnage
Hp:
145/145  (145/145)
CS:
250/250  (250/250)
Pa:
75/75  (75/75)

MessageSujet: Re: New-York, the Big Apple   Mar 20 Mai - 8:07

Le chauffeur n'eut guère le temps de répondre qu'une jeune fille se plaça carrément devant Zoé et tança vertement le chauffeur, lui demandant où est-ce qu'il avait appris à conduire, qu'il avait failli écraser des gens et ainsi de suite.

Zoé se décala pour mieux voir la nouvelle arrivante : mince, la chevelure noire, peut être un peu plus âgée qu'elle. En tout cas, elle avait beau être menue, tout comme Zoé, elle n'était guère impressionnée par l'apparence plus que louche du chauffeur.

C'est alors qu'un troisième personnage fit son entrée : un grand gaillard costaud à la mine un peu patibulaire (1) qui s'adressa au conducteur du bus avec un peu plus de véhémence que la jeune fille. Apparemment lui aussi avait failli être heurté par le bus.

La situation avait vraiment quelque chose d'irréel : Zoé avait l'impression d'être dans une pièce de théâtre plein de rebondissements et de personnages. Elle se demanda si elle n'était pas en train de rêver ; d'ailleurs, depuis qu'elle était entrée dans la boutique de Russel Nash, elle avait impression que sa vie prenait un tour des plus étranges...

D'ailleurs, à sa grande surprise, le chauffeur semblait connaître les deux nouveaux arrivants puisqu'il les appela par leurs noms ! Là, Zoé faillit prendre la tangente, histoire de s'éloigner de cette bande de fous, mais un petit quelque chose lui dit qu'elle ferait mieux de rester.

Donc, après que le mystérieux conducteur eut refilé au colosse une trousse de premiers secours, il s'adressa au trio de manière quelque peu grandiloquente : il n'appartenait pas à une compagnie de transport public, n'était pas amerloque et encore moins new-yorkais, en fait il venait sur ordre du commandeur de Sparte la sacrée...

-Hein ?!

Fit Zoé, qui se demanda si ce type n'avait pas pris des substances illicites.

Peut être que cela sera une surprise pour vous, peut être que certains se reconnaitront déjà, mais vous êtes spéciaux, et pas de la manière dont chaque Homme sur cette Terre pourrait se targuer d’être spécial, vous êtes spécial parmi des millions car en vous sommeil encore un pouvoir impossible à décrire si ce n’est qu’à travers lui, les miracles deviennent réalité.

Oulalah, mais que ce que c'était que ce charabia ?! On se croirait dans un roman pour ado, un de ceux où un jeune blaireau ou une cruche découvre qu'il ou elle est l'élu(e), a des pouvoirs extraordinaires et ainsi de suite.

Après une courte pause, il reprit :

Vous devez surement au moins supposer de quoi je parle. Ces choses bizarres, ces choses inexpliquées se déroulant autour de vous, lorsque vous êtes en colère ou que vous avez peur. Vous avez ce pouvoir en vous, vous n’en prenez pas encore pleinement la mesure mais il vous habite malgré tout, comme un implant, de quoi vous rendre malade ou dangereux s’il n’est pas maitrisé à temps.

- Maintenant que vous le dites, des fois je me réveille la nuit et... euh... j'ai une méchante envie de crème glacée !

Elle avait dit ça de manière à faire sa crâneuse mais intérieurement, c'était tout autre chose : elle n'arrivait pas à expliquer comment elle avait réussi à faire fuir les trois brutes de tout à l'heure ; elle se souvenait avoir eu peur face à eux, puis une seconde ou deux de blanc, et après elle voyait les voyous courir ventre à terre comme si ils avaient le diable aux fesses.

Je suis ici pour vous offrir un choix, un choix qui bouleversera sans doute votre vie à jamais. Sachez qu’une telle proposition n’arrive qu’une fois dans une vie, vous ne pourrez plus faire machine arrière. Choisissez de rester ce soir sur le trottoir, et tout s’arrête. Après vous pourrez faire de beau rêves, et pensez ce que vous voulez.
Choisissez de monter à bord, et je vous emmène au pays des merveilles.


On se croirait dans Matrix ! Quand Morfalus (un nom comme ça) propose à Néo de choisir entre la pilule bleue ou la pilule rouge. Elle jeta un oeil aux deux autres, regarda son serre-tête puis haussa les épaules : qu'avait-elle à perdre après tout ? Si jamais ça tournait mal, elle trouverait un moyen de se barrer du bus ; sans compter qu'une petite voix secrète lui murmurait qu'elle ne risquait rien.

Elle monta dans le véhicule et alla s'assoir non loin de la place réservée au chauffeur. D'ailleurs elle demanda à ce dernier :

- Comment se fait-il que vous connaissiez leurs noms ?

(1) Désolée, mais comme tu n'as pas mis d'avatar, je sais pas vraiment à quoi ressemble ton perso ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samina
Chevalier d'or du Lion
avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 14/04/2014

Feuille de personnage
Hp:
160/160  (160/160)
CS:
300/300  (300/300)
Pa:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Re: New-York, the Big Apple   Jeu 22 Mai - 16:17

Si, elle voyait bien que ce type était occupé. Mais il n'empêchait que Samina n'avait pas apprécié la manière dont celui-ci avait failli la tuer. De plus, combien de personnes avait-il blessées, voir même tuées, avec sa conduite incorrecte. Dans d'autres circonstances, elle aurait sans doute attaqué le chauffeur à coups de griffes cosmiques. Et elle était sur le point de le faire, lorsqu'elle le vit s'incliner devant elle. Quel brusque changement de situation. De plus, il semblait connaitre son prénom, alors qu'elle ne s'était même pas présentée.

-C... Comment? Comment connaissez-vous mon prénom vous?

C'est alors qu'un personnage tout de sang recouvert, du moins au niveau du visage, fit son apparition derrière la jeune femme. Il paraissait aussi furieux qu'elle et commença lui aussi à apostropher le chauffeur imprudent.Et apparemment ledit chauffeur connaissait aussi le nom du nouvel arrivant qui se prénommait Einath. Samina ne sût plus quoi dire devant cet étrange personnage qui semblait les connaitre tous les deux. Et peut-être même tous les trois, si d'aventure il connaissait aussi l'identité de la jeune fille aux cheveux roses.

-C'est sûr que si ce pays payait des chauffeurs comme vous pour conduire en ville, il n'y resterait plus grand monde.

Elle avait dit ça ironiquement, tout en essayant de contenir la colère qui l'habitait encore. Telle un fauve, elle préféra observer sa proie voir c'était nécessaire de l'attaquer une fois encore, ou s'il valait mieux rentrer ses griffes. Un détail la perturba, l'homme venait de dire qu'ils étaient spéciaux tous les trois. Il affirmait venir de la part d'un certain Haut Commandeur d'une ville appeler Sparte, ville spécialisée dans la formation de personnes... Comme eux.

-Sparte? Vous voulez dire comme la ville se trouvant en Grèce? Ce n'est pourtant qu'une vieille ville en ruine.


Enfin, aux dernières nouvelles. Mais elle s'était éloignée du monde du cosmos depuis 13 ans à présent, et peut-être s'y était-il produit des choses qu'elle ignorait. Enfin, si c'était bien du cosmos qu'il parlait. Attendez une seconde! Alors ça voudrait dire que le garçon et la fille autour d'elle étaient aussi des personnes ayant un cosmos? Pourtant, la fille n'avait pas l'air d'en avoir conscience.

"Ce Haut-Commandeur serait donc capable de déceler les personnes ayant un potentiel cosmique et chercherait à les réunir dans sa ville? Mais dans quel but?"

Le Sanctuaire aussi envoyait des émissaires de part le monde à la recherche de personnes, le plus souvent des enfants, pouvant potentiellement maitriser le cosmos. Penser à cet endroit qu'elle avait fuit, voilà longtemps, la rendit nostalgique. Parfois, elle se demandait ce qui lui avait pris de fuir. Mais elle n'avait jamais eut le courage de retourner là-bas depuis... Depuis la fin de la dernière guerre contre Hadès. Elle prêta alors attention au discours final du chauffeur. La promesse d'un monde meilleur, d'aventures et de merveilles.

-Ce dont vous parlez paraitrait intéressant à ceux voulant fuir un quotidien monotone. le mien est loin de ressembler à celui de mademoiselle tout le monde.

Il le savait peut-être, ou pas sinon il ne serait pas venu la chercher, mais elle était une ancienne disciple du Sanctuaire. Sa vie ne pouvait pas ressembler à celle d'un humain lambda. Elle regarda la jeune fille aux cheveux roses monter dans le bus et s'y asseoir, visiblement prêtre à suivre l'homme. Samina quant à elle, fronça les sourcils. D'un côté, monter dans ce bus ne lui plaisait pas. Mais d'un autre côté... Elle ne se sentait à sa place nul part sur cette Terre.

"Eh bien... Pourquoi pas, je peux toujours essayer..."

Elle eut encore un moment d'hésitation, avant de ce décider. Alors que l'inconnue interrogeait leur conducteur, Samina grimpa les quelques marches qui séparait l'intérieur de l'extérieur du véhicule. Une fois montée dans le bus, elle se tourna vers le chauffeur installé devant le volant.

-Que se soit clair entre nous, je vous suit par simple curiosité. Mais j'aimerais moi aussi savoir comment vous avez eut nos noms. Est-ce votre Haut Commandeur qui vous les a livrés?

Elle n'essaya pas de savoir de quels pouvoirs il avait par précédemment. Elle en apprendrait surement plus en voyageant avec eux. Elle doutait que les deux autres connaissent le cosmos, et ils se poseraient surement des questions.      
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hypnos
Dieu du Sommeil et des Rêves
Staff KoH
avatar

Messages : 425
Date d'inscription : 21/07/2013
Localisation : Jamais loin de ma reine

Feuille de personnage
Hp:
250/250  (250/250)
CS:
720/720  (720/720)
Pa:
250/250  (250/250)

MessageSujet: Re: New-York, the Big Apple   Mar 3 Juin - 10:36

Aucunes nouvelles d'Elnath depuis maintenant près de deux semaines, son tour passe. S'il revient, ça sera à lui de vous rattraper.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le chauffeur

avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 04/08/2013
Localisation : Partout où m'envoit le Maitre

MessageSujet: Re: New-York, the Big Apple   Mar 3 Juin - 11:00

Un a un, les passagers intéressés montèrent dans le bus aussi improbable que confortable du chauffeur.

Nombreuses allaient être leurs questions, cela le chauffeur s’en doutait. Après tout il n’en était pas à son premier voyage, et ce ne serait surement pas son dernier.

« Allons allons, dépêchons je vous prie. »

L’agenda du chauffeur avait beau ne pas être surchargé, surtout quand on connaissait ses capacités spéciales, mais il n’aimait pas du tout perdre son temps. Jetant un œil amusé à Zoé et à Samina qui suivant leur instincts, s’installèrent confortablement sur les couchettes arrières, le chauffeur fut cependant déçus pour l’inaction et l’immobilisme criant de son dernier passager, encore indécis devant les portes de son bus.

« Ne pas choisir, c’est rester sur place jeune homme. Au final, il ne te restera que des regrets si tu ne te décide pas. »

Laissant au jeune Elnath le temps de réfléchir à ces mots, le chauffeur tira une grande bouffée de son cigare avant de se retourner vers Samina, visiblement bien plus éveillé que son compagnon ensanglanté.

« Je ne sais pas tout de votre existence, pas plus que le haut commandeur lui-même. Quand à votre nom, disons que j’ai moi aussi quelques talents spéciaux, comme celui de lire au travers des pensées, c’est un don que vous apprendrez à maîtriser, si vous choisissez de suivre la voie que Sparte vous propose, la voie du cosmos. »

Le mot avait été lâché. Si Samina ne serait surement pas surprise par ce terme spécial, la coquette Zoé quant à elle méritait quelques explications.

« Ce pouvoir coulant en vous. Il a eu bien des noms au cours de l’Histoire. Don des dieux, magie, possession et j’en passe. Mais nous autres qui en sommes ses véritables adeptes, nous le nommons Cosmos, et Sparte est le seul lieu sur Terre à réunir en son sein l’ensemble des potentiels élus de ce pouvoir afin de les former. »

Enfin, quand le chauffeur disait l’ensemble des potentiels, il devrait préciser l’ensemble des potentiels élus situés dans les limites juridiques du traité signé il y a 13 ans par les quatre fondateurs de Sparte, mais quelque chose lui disait que c’était très superficiel comme information. Pour le moment en tout cas.

Se tournant alors de nouveau vers Samina, le chauffeur semblait comme scruter quelque chose en elle, à la manière d’un connaisseur appréciant un objet particulièrement attrayant.

« Vous avez quitté le sanctuaire il y a longtemps alors qu’en vous sommeil un pouvoir immense. Vous avez été partiellement formé par le précédent lion d’or et pourtant, vous n’avez pas su encaisser sa disparition et avez fui cette douleur. Mais dites-moi, qu’est-ce qui a changé aujourd’hui ? Si votre vie actuelle vous satisfait donc tellement, pourquoi êtes-vous monté à mon bord ? »

La question avait toute sa place dans la conversation, et Samina pourrait bien tirer grandement partie de sa réponse, si elle parvenait à la trouver avant que le chauffeur ne referme les portes et ne démarre, laissant Elnath sur le trottoir pour toujours.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zoé
Spectre de la Succube
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 03/05/2014

Feuille de personnage
Hp:
145/145  (145/145)
CS:
250/250  (250/250)
Pa:
75/75  (75/75)

MessageSujet: Re: New-York, the Big Apple   Ven 13 Juin - 18:11

(désolée pour le retard^^)

Zoé alla donc s'assoir non loin du mystérieux chauffeur suivie par la dénommée Samina. Seul le colosse se montra quelque peu hésitant, restant devant les portes du véhicule, les bras ballants. Le chauffeur l'invectiva en ce sens mais Einath n'arrivait pas à se décider.

En attendant, Zoé sortit un bubble-gum de son sac, enleva l'emballage et l'enfourna, commençant à le mastiquer avec lenteur.

- T'en veux un ? proposa-t-elle à la jeune fille aux cheveux noirs.

*mâche*

Elle eut une expression amusée quand elle vit le conducteur allumer un cigare et tirer dessus, répandant dans l'habitacle une épaisse fumée. L'odeur du tabac ne la dérangeait pas spécialement - son propre père était amateur de havanes et elle même clopait de temps en temps - mais ce geste anodin enlevait un peu de solennité à la situation présente.

*mâche* *mâche*

D'ailleurs le bonhomme s'entretint quelques instants avec Samina, et Zoé en profita pour consulter ses messages sur son portable, avant de reporter son attention sur la jeune allemande :

Ce pouvoir coulant en vous. Il a eu bien des noms au cours de l’Histoire. Don des dieux, magie, possession et j’en passe. Mais nous autres qui en sommes ses véritables adeptes, nous le nommons Cosmos, et Sparte est le seul lieu sur Terre à réunir en son sein l’ensemble des potentiels élus de ce pouvoir afin de les former.

*mâche* *mâche* *mâche*

Cosmos ? Drôle de nom pour désigner ce pouvoir. Ça faisait un peu penser à La Guerre des Étoiles avec la Force, tout ça. Zoé se demanda si on allait pas lui apprendre à se battre avec des néons géants... Quant à Sparte, elle connaissait ce nom, grâce au film 300, qu'elle avait vu au cinéma avec ses copains et ses copines ; elle avait trouvé le film un peu trop violent et caricatural à son goût (des Perses qui ressemblaient à des Africains, mais bien sûr...) mais elle avait quand même apprécié de voir bon nombre de biscottos et de torses huilés au m². Rien à voir avec la bedaine qu'affichaient certains de ses copains alors qu'ils n'avaient pas encore 20 ans (la bière et la vodka, ça aide pas pour garder la ligne...).

Pour toute réponse, Zoé approuva de la tête, continuant à mâcher son bubble-gum. Au bout d'un moment, elle réussit à faire une grosse bulle qui tint bon durant deux secondes avant d'éclater avec un *PAF !* retentissant.

- Ce euh... Cosmos, ça marche comment ? Faut s'entraîner dans une académie, comme les Jedi ou faut étudier dans une école de magie comme dans Harry Potter ?


Dernière édition par Zoé le Sam 11 Oct - 8:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Samina
Chevalier d'or du Lion
avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 14/04/2014

Feuille de personnage
Hp:
160/160  (160/160)
CS:
300/300  (300/300)
Pa:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Re: New-York, the Big Apple   Sam 14 Juin - 15:38

Einath ne bougeait pas le moins du monde, et le chauffeur lui lança un dernier avertissement, s'il ne se bougeait pas il ne pourrait que regretter son geste. Samina lança un bref coup d’œil dans la direction du jeune garçon, avant de détourner le regard. Après tout il faisait ce qu'il voulait, c'était son problème. Puisse-t-il trouvé le chemin qui lui permettrait d'être heureux autrement. Elle jeta un regard sur l'étrange machin que lui tendait la fille aux cheveux roses. Bien qu'elle vive parmi les gens sans cosmos depuis quelques années déjà, elle avait encore quelques lacunes.

-Oui, merci. Fit-elle en prenant un des chewing-gum.

Pendant qu’elle mastiquait cette étrange chose élastique, qui n'était pas si mauvaise que ça en fin de compte, l'ancienne apprentie d'Aiolia regarda le chauffeur allumer son cigare. avant de répondre à ses questions. Samina fronça les sourcils, ne s'attendant pas à ce que ce simple chauffeur dispose de pouvoirs pareils. Il ne savait pas tout sur elles, mais ses dons pourraient lui permettre de le faire. Elle fronça les sourcils, mais ne parût pas surprise lorsqu'il mentionna le monde du cosmos.

-Je me doutais bien que c'est de ce monde dont vous parliez...

Tout en continuant à mâcher lentement ce qu'elle avait dans la bouche, elle écouta le chauffeur donner quelques explications à la jeune fille aux cheveux roses qui ne devait pas être familière avec cela. La jeune fille allait se retrouver projetée dans un monde inconnu sans même y avoir été préparée. Samina avait toujours vécue aux abords du Sanctuaire, environnée du monde du cosmos, mais elle pouvait deviner que tout ça risquait de chambouler sa compagne à cheveux roses.

-Le cosmos est une sorte d'énergie que chacun possède en lui, une espèce d'aura que certaines personnes sont plus aptes que d'autres à développer. Cette aura nous donne des pouvoirs que les autres ne possèdent pas. Une sorte de magie oui.

Le mot magie ne correspondait pas parfaitement à la description du cosmos, mais c'était ce qui pouvait se rapprocher le mieux. Ne connaissant pas de légendes parlant de Jedi, elle ne pouvait donc pas vérifier si cela pouvait correspondre également. Si elle n'avait pas eut peur de faire exploser le bus, Samina aurait pût faire une démonstration cosmique à la fille aux cheveux roses. Mais ça faisait tellement longtemps qu'elle ne l'avait pas utilisé.

"Enfin si je l'ai bien utilisé quelques fois... Mais jamais comme je ne le faisait au Sanctuaire avant la dernière guerre contre Hadès..."

Ses yeux s'assombrirent de tristesse, tandis que de vieux souvenirs émergeaient de sa mémoire. Les cris de paniques des villageois lorsque l'Ultime Éclipse avait commencée. La longue attente des habitants du Sanctuaire avant de finalement conclure que tous ceux étant partis se battre aux Enfers avaient péris. Elle remarqua alors que le chauffeur la scrutait, elle n’eut pas le temps de lui demander ce qu'il y avait qu'il se mit à parler.

-Que... Vous savez donc également que j'habitais au Sanctuaire avant.

Et il savait aussi qu'elle avait été entrainée par l'ancien Saint d'Or du Lion Aiolia. Comme s'il avait pût lire une partie de son histoire dans sa tête. Dérageant, vraiment très dérangeant. Savait-il aussi que s'il avait osé dire du mal de son ancien maitre, il se serait retrouvé avec une fauve prête à bondir? Elle n'avait jamais supporté que l'on dise du mal de lui. Le chauffeur lui demandait la raison pour laquelle elle était montée dans ce bus après avoir passé tellement de temps dans le monde sans cosmos.

-Eh bien, c'est vrai que je n'ai jamais renoué avec le Sanctuaire ni avec aucun autre endroit lié au cosmos... Mais, même si j'ai passé treize ans à voyager dans le monde, je n'ai jamais réussi à trouver l'endroit où je voulais être. Alors, j'aimerais essayer d'aller à Sparte, voir si je pourrais trouver des réponses.


Elle avait passé son enfance environnée de cosmos, avant de finalement décider de tout plaquer du jour au lendemain. Ne se préoccupant pas des conséquences. Mais peut-être avait-elle eut tort de vouloir tourner le dos à cette partie d'elle-même. Sparte lui apporterait sans doute des réponses... A supposer que ce chauffeur ait vraiment l'intention de les emener en Grèce, pays se trouvant sur le continent européen alors qu'ils se trouvaient actuellement aux États-Unis d'Amérique!     
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le chauffeur

avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 04/08/2013
Localisation : Partout où m'envoit le Maitre

MessageSujet: Re: New-York, the Big Apple   Sam 14 Juin - 22:01

 Arrow La suite ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: New-York, the Big Apple   

Revenir en haut Aller en bas
 
New-York, the Big Apple
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Apprentit Barman au New York city bar =)
» Empire State Club au New York
» New York Unité Spéciale
» Patinoire artificielle de l'hôtel New York
» Toy Fair International New York 2010 - 14 au 17 Février 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Knights of Hope :: Le Monde :: Les Amériques-
Sauter vers: