Forum RPG dans l'univers de Saint Seiya (Les chevaliers du Zodiaque)
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Contexte du forum

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sélène
Déesse Lune
Fondatrice
avatar

Messages : 344
Date d'inscription : 19/07/2013

Feuille de personnage
Hp:
300/300  (300/300)
CS:
300/300  (300/300)
Pa:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Contexte du forum   Dim 21 Juil - 19:15

C’est un jour comme tant d’autres qui se lève sur le monde, un jour où Hélios vient de sa lumière caresser le corps de Gaia, la terre éternelle sur laquelle tout le monde repose…

Pourtant tant de choses ont changées depuis la dernière grande guerre sainte. Venez, approchez et apprenez que plus de treize années se sont écoulées depuis la fin de la dernière guerre opposant les divinités. Athéna, Poséidon et Hadès. Tant de cris et de fracas qui ne demandaient plus qu’à s’éteindre et se perdre dans les méandres de l’Histoire comme tant d’autres auparavant. Guerres au terme desquelles les terribles maîtres des Océans et du Sombre Royaume se retrouvèrent scellés en des urnes où leurs âmes dormiraient pour encore des siècles et des siècles. Quant à leurs Royaumes, leurs sorts n'étaient guère plus enviables. De l'immense Sanctuaire Sous-marin de l'Ebranleur du Sol ne reste que ruines effondrées et noyées au plus profond de l'Océan sans même le chant d'une Sirène pour pleurer sur sa peine. Quant au Royaume du sombre monarque, il n'est plus que terres majoritairement effondrées. Effondrées et inaccessibles aussi bien au commun des mortels qu'aux spectres et même à la somptueuse déesse des Saisons. Rien ne peut passer le rempart si ce ne sont les âmes des défunts pour un monde dont plus personne n'a entendu parler. Reste les territoires secondaires dont le magnifique château d'Heinstein, piètre consolation pour le plus riche de tous les dieux.

La victoire revient donc encore une fois à la grande Athéna. Le prix à payer avait été lourd, si lourd, mais essentiel. Grâce aux sacrifices de tous, des cinq héros de Bronze, de la garde dorée et même la déesse Vierge, la paix était revenue et avec elle, le calme et la quiétude à nulle autre pareille. La paix et le silence suivis des prémisses annonçant la renaissance des différents sanctuaires. Tel avait été le cadeau des dieux au terme de ces guerres incessantes, un répit, le calme avant la tempête…

Treize années, treize années de paix, si longues et pourtant si rapides, tout dépend simplement des êtres et de leur place dans le monde. Un présent qui ne tend plus maintenant qu’à devenir un passé…

Illusions, tout n’avait été qu’illusions et à présent le rêve touche à sa fin. Le temps de l'oubli, le temps du sommeil où nul être n'a plus revêtu les protections sacrées et encore moins l'habit du Grand Pope, ce temps est désormais révolu. Au firmament brillent les étoiles des saints, chevaliers de l’espoir de la déesse Athéna dont les plus puissants défenseurs commencent déjà à se rassembler. Puissants, fidèles et dévoués jusqu’à la mort, ils ignorent la peur et n’hésitent jamais à se jeter dans la mêlée.  « De leurs poings, ils ouvrent le ciel et de leurs pieds, ils écrasent les étoiles… » Chante la légende et pourtant, cela est encore bien modeste face à la réalité car le jour de leurs éveils, tous reçoivent de leur déesse les habits sacrés qui les distinguent du commun des mortels. Armures et cosmos sont l’apanage des guerriers de la déesse aux yeux pers. Leurs retours annoncent la venue des troubles à venir mais seront-ils assez nombreux ? Le penses-tu, Grand Pope, toi qui vient à peine d'entendre l'appel d'Athéna ? Le penses-tu ? Ou l’espères-tu ? Dis-moi que vois-tu du haut de Star Hill ? Les sens-tu, toutes ces essences divines qui, une à une, s’éveillent ou se dévoilent ? Bienveillantes ou terrifiantes, elles annoncent la fin de la paix et cela, tu ne peux l’ignorer. Puisses-tes bras s’étendre, protéger en enfin diriger au combat le camp de la glorieuse Athéna alors qu’au loin, Sparte, la ville du cosmos, continue d’incarner l’espoir…

Sparte, Sparte la Sacrée, un rêve pour maintenir l'ère de paix si chèrement gagnée. Sparte, la ville du Cosmos, surgie du néant telle une pensée dans l'esprit d'un être dont nul n'avait jusque-là entendu parler. Ange ou Démon ? Toujours est-il qu'il porte un nom, un nom sous lequel il se présenta auprès de Grande Athéna. Brisée mais lucide, la déesse, de retour en son Sanctuaire, accepta de le rencontrer. Ce qu'il lui proposa était si séduisant et porteur d'espoir qu'elle accepta. Qu'était-ce donc ? Tout simplement la création d'une école où tous les élus du cosmos, tous les éveillés potentiels, quel que soit leurs camps, seraient regroupés, déjà en possession de certains connaissances ou simples mortels encore ignorants du pouvoir dormant en eux, tous y seraient. Tous ensembles pour apprendre à se connaître, à s'apprécier et nouer des liens tels qu'ils étoufferaient toutes nouvelles guerres. Un projet sans doute plus que difficile à réaliser mais qui valait la peine d'être tenté. Mieux valait tout essayer que rester sans rien faire dans l'attente de l’inéluctable conflit à venir. Aussi, la déesse accepta la proposition de cet homme nommé Hazama, cette idée merveilleuse qui fut le dernier rêve de Saori juste avant sa fin : Sparte, Sparte la Sacrée. Sparte dont Hazama devint le Haut Commandeur et dont la tâche serait désormais de chercher, de trouver, et de ramener à lui tout nouveaux cosmos s'éveillant sur la terre. Tout nouveau possesseur passerait sur sa route et sur celle de son héraut, qu'ils acceptent ou non sa proposition de le rejoindre, tous connaîtraient l'existence de la cité de l'Espoir. Nul le pourrait s'y substituer, pas plus qu'on échappe à sa destinée.

Ainsi s'instaura un nouvel équilibre mais fragile si fragile qu'il commence lui aussi à bouger, au terme de ces treize années de paix. Tel un grain de sable dans une machine trop bien huilée, l'Olympe, l’Olympe se rappelle soudain à tous et de la plus fracassante des façons.

Au sein de la ville de Sparte, celle-là même dédiée au rêve de la Sagesse et du Haut Commandeur, s'embrasa la première braise. Et pas n'importe laquelle, non, la plus terrifiante de toutes. Celle sur qui personne n'aurait jamais osé songer souffler. Celle du plus effroyable de tous les dieux grecs. La Guerre, la Guerre qui s'incarna sous les traits d'Angron, un massacreur ne vivant que pour la lutte et le combat maintenu pourtant loin de toute tentation. Qu'avait pu être le vent en question, l'oeuvre d'un déséquilibré ? D'un Kanon en puissance ? Non, même pas, ce fut une simple rixe entre apprentis chevaliers et futurs spectres qui en fut la cause. Un banal accrochage comme il pouvait y en avoir entre Maisons plus que rivales. Seulement, ce n'était ni le bon moment ni le bon endroit. Ainsi en avaient décidé les Moires et Angron passa par là. La bataille qui s'engagea, violente, sanglante, à la hauteur du pourfendeur, éveillant dans la foulée deux frères ennemis : Sagittaire et Griffon. Ennemis mortels qui pourtant s'associèrent contre le fléau olympien avant que ne surgisse un autre larron ou plus exactement une invitée imprévue, la future déesse Artémis. Puissante et sauvage, elle se lança à son tour dans la bataille...

Le choc s'avéra si dantesque que les effets ne se bornèrent pas à Sparte. Loin de là. Tout combat entre divinités était déjà plus que dévastateur et lorsqu'en plus, l'une des dieux était de nature sauvage ou violente, le pire était à craindre. Inutile de préciser qu'Angron était le summum de la fureur violente. Aussi, était-il prêt à tout pour vaincre sa soeur détestée, même à user des plus redoutables de ses techniques, celles capables de blesser à jamais la terre...

Technique qu'il ne put heureusement pas porter comme il le souhaitait. Le Haut Commandeur n'était pas de la trempe d'une Saori. Aussi, intervint-il juste à temps, expédiant les deux futurs dieux en Olympe où la lutte se poursuivit jusqu'aux pieds du trône de Zeus, provoquant son éveil. Ainsi reparut, après plus de deux mille ans d'absence, le maître de la Foudre. Inutile de préciser que cela avait attisé sa colère. Le temps de remettre de l'ordre dans sa famille et ce fut vers la terre que son regard se porta. De ses sens, il prit alors le pouls de la divine Gaia.

" Gaïa, tant de choses couvent en ton sein ou en ta surface. L’empire Souterrain se soustrait encore à l’influence de ma fille la divine Coré et que dire du Royaume des Mers, il nage encore en pleine incertitude...

Et même mes autres enfants... Certains s'éveillent alors que d'autres souffrent. Il est grand temps de reprendre le contrôle de la terre à Athéna. Les humains nous ont trop oubliés et rester dans l'ombre ne pourra mener la terre que vers sa fin... "


Telle est donc ta décision, grand Zeus ? Et Athéna ? Que penses-tu qu'elle fera ? Et même si elle n'est pas là, penses-tu que les chevaliers te laisseront faire. Eux dont certains sous les ordres du Grand Pope se dirigent vers Sparte ? Sparte, le centre de toutes les attentions et de toutes les rencontres.

Sparte, l'Olympe, la terre, tout est en marche...

La roue du destin poursuit sa course alors qu'Arès rumine en son temple, attendant son heure mais est-il le seul ? Lui parmi les dieux en plein éveil ? Dieux, chevaliers, spectres, spartiates, tous prennent lentement leur place sur l'échiquier des Moires.

Et vous, hommes et femmes du monde, sentez-vous aussi cette énergie qui ne cessent de croître et cet appel incessant ? Puissant, si puissant qu’ils vous attirent irrésistiblement, vers l’avenir vers la puissance, la gloire et les armes…

Tel est le chant des dieux, ils vous appellent de toutes leurs âmes, désirant une simple chose que vous rejoignez votre camp…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://knights-of-hope.forumactif.org
Thalie
Muse de la Comédie
Staff KoH
avatar

Messages : 539
Date d'inscription : 20/07/2013

Feuille de personnage
Hp:
220/220  (220/220)
CS:
525/525  (525/525)
Pa:
500/500  (500/500)

MessageSujet: Re: Contexte du forum   Mar 18 Fév - 21:56

Automne 2002...

La roue du destin poursuit sa course alors qu'Arès rumine en son temple, attendant son heure mais est-il le seul ? Lui parmi les dieux en plein éveil ? Dieux, chevaliers, spectres, spartiates, tous prennent lentement leur place sur l'échiquier des Moires.

Et vous, hommes et femmes du monde, sentez-vous aussi cette énergie qui ne cessent de croître et cet appel incessant ? Puissant, si puissant qu’ils vous attirent irrésistiblement, vers l’avenir vers la puissance, la gloire et les armes. Cette énergie salue les premiers pas d'une tragédie...

Premiers pas, premiers pions. Entre les mains des Moires, tous ne sont que simples acteurs conscients ou non de la portée de leurs actes sur le vaste monde et bien au-delà...

Du haut de l'Olympe, Zeus est enfin éveillé, Zeus a repris tout son pouvoir, appelant à lui le premier témoin de l'Histoire, le brillant Hélios avant d'interroger l'Histoire elle-même. Quelle ne fut sa surprise en découvrant l'étendue des massacres et des guerres qui avaient ravagé la divine Gaïa en son absence ? Arès était là, parmi eux, debout sur son char, vêtu de son armure sanglante mais il n'était pas le seul loin de là. Sous l’œil indigné du maître de la Foudre, Hélios déploya tout son savoir. Les Guerres Saintes opposant la déesse Athéna à tant d'ennemis. Tous plus acharnés, plus avides les uns que les autres jusqu'à ce qu'apparaisse face à lui la dernière guerre. La pire de toutes, celle qui avait failli voir l'émergence d'une terre privée de toute vie.

Hadès !!! Quelle folie t'a saisie là mon frère, rien ne surpasse un tel crime !!!

Quelle ne fut ta colère devant tant de massacres et de destructions, grand Zeus. Qu'avait donc fait l'ensemble de l'Olympe et de toutes les autres divinités ? Le temps de tout reprendre en mains était venu. Sous ton ordre, la Muse de l'Histoire fraîchement éveillée entre les murs de Sparte fit son apparition en ton palais.

Une enfant amnésique ? Mon enfant que t'a-t-on fait ?

Que se passait-il ? L'ampleur du péril était déjà si vaste. Il te fallait agir grand Zeus, agir et au plus tôt. Face à toi se trouvaient tes enfants à l'exception d'Arès toujours replié en son temple et de Perséphone sur le point de s'éveiller. L'histoire, la Comédie, la Chasse et la Nature sauvage puis, enfin le Messager des dieux, tels étaient le noms de tes seuls enfants présents attendant tes ordres. Puis, enfin, en parut une nouvelle, une toute jeune déesse dont tu n'avais jamais entendu parler et pour cause. Elle était née récemment...

Arwen, à la chevelure d'or, vivant et enseignant entre les murs de cette intrigante Sparte mais plus encore, c'était son ascendance qui te perturbait.

Mon enfant, ma petite-fille, tu as la grâce de ta mère Thalie et tes yeux sont ceux de ton père...

Ton père..?


Ton regard s'obscurcit soudain, grand Zeus, cette enfant était-elle celle d'Hypnos, le maître du Sommeil ? Hypnos à qui tu devais cet interminable sommeil de plus de deux mille ans ? Un éclair fugace contre ce complice d'Hadès portant tant de sang sur les mains mais tu ne pouvais encore savoir avec certitude qui était le père d'Arwen et le moment d'interroger Thalie, la Muse de la Comédie n'était point encore venu. Rassembler le peu de ta famille éveillée en cet instant et en apprendre le maximum était plus important.

Et alors qu'au sommet de l'Olympe, la terre s'apprête à voir sa destinée reprise en mains sur terre, les choses s'emballent...

Entre les murs de Sparte de nouvelles divinités amorcent leurs éveils finals et la première n'étant autre que la terrible Perséphone. Entre les murs de la Maison Noire d'Hadès, elle s'éveille sous la protection de la suivante de sa mère, la redoutable Héléna. Si puissante est son aura avant qu'elle ne disparaisse aussi vite qu'elle était venue. Du plus profond de sa retraite, le maître du Sommeil l'avait appelée. Avec le réveil de Zeus, une menace planait sur la tête du blond fils de Nyx et il le savait...

Ainsi avait-il appelé la divine épouse d'Hadès à le rejoindre au plus tôt sur les terres de l'Outre-monde mais un trouble-fête intervint au plus mauvais moment. Un importun qui avait pour nom Arès. Le maître des Carnages, profitant de la réunion tenant son père loin de lui en avait profité pour faire une récolte d'âmes meurtrières aux Enfers et c'était à lui que se heurtait maintenant la reine Perséphone...

Face à face, les deux divinités se lancèrent dans un échange aussi âpre que périlleux qui tenait autant du marchandage que du combat entre deux puissances portant en elle l'ichor sacrée de Zeus. Sous les menaces cosmiques du seigneur rouge, les Enfers tremblèrent contrairement à leur reine. Droite et fière, Perséphone faisait face à son frère. La Germination et les Saisons se dressèrent contre la Guerre. Le temps lui-même sembla se figer avant qu'enfin un accord ne naisse entre eux. Un accord qui se solda par la remise de quatre âmes déicides entre les mains d'Arès à la condition express que plus jamais aucune d'elle ne se dresserait contre les deux royaumes de Perséphone. Le pacte conclu, Arès s'en retourna, emmenant avec lui quatre âmes autrefois dévouées à Athéna...

Quatre âmes, quatre guerriers qui sous l'entraînement et la puissance d'Arès deviennent des généraux, des dragons aux corps d'acier dévorés par la même rage que le maître des Carnages. De leurs anciennes vies ne restent plus rien, de leurs anciens nom, ils n'ont plus souvenirs. Entre les murs de la Citadelle de sang et d'airain, ils sont renés en tant que dragons de l'apocalypse. Eskatos, Malygos, Nelhtarion et Bahamut sont désormais leurs noms. Et tandis que la divine Perséphone retrouvait enfin Hypnos en Elysion où se trouvait déjà Hermès venu chaparder dans le temple d'Hadès, les quatre dragons prenaient leurs envols vers les territoires de la déesse de Guerre...

Eskatos et Malygos ne trouvant nulle résistance, l'Isba de la Sibérie et Death Queen Island furent ravagées et détruites en un instant. Bahamut eut moins de chance, son assaut sur le Sanctuaire de la déesse Athéna se heurta à la sainte du Sagittaire. Un horrible combat débuta alors entre Cypris encore convalescente de son dernier combat à Sparte et le terrifiant Bahamut. La puissance destructrice libérée fut telle que les terres proches de l'Entrée et l'ensemble des arènes se changèrent en lac de laves et de roches incandescentes. Parée de ses ailes d'or, la blonde Cypris s'était élancée, se maintenant en le seul endroit où elle pouvait encore se tenir, les airs. Entre l'Ange et le Bahamut, le combat se poursuivit, l'arc contre l'épée. Au plus fort du combat, reparut l'antique entrée du temple d'Athéna. Un signe parmi d'autres avant que l'Ultime attaque de la sainte du Sagittaire ne vienne heurter le terrifiant Bahamut. Un assaut qui lui aurait sans conteste offert la victoire si le dragon de glace Malygos n'était venu sauver son frère de combat. Un seul souffle du général et toute la lave se figea en une roche couverte de glace. Emmenant son frère, Malygos jeta un regard sur Cypris avant de quitter les lieux...

Epuisée la sainte du Sagittaire s'effondra au pied de la statue de la déesse revenue au jour lors de la bataille et perdit aussitôt connaissance. Ainsi venait de s'achever le premier combat...

Et le second ?

Tout aussi cruel et impitoyable que ses frères de Carnages, Nelhtarion avait pris pour cible la Cascade de Rozan et l'ancienne demeure du saint de la Balance Dohko. Envoyés par le Grand Pope Roboute, les saints Bardamu du Scorpion et Alcor de Pégase l'interceptèrent juste à temps. La suite fut tout un spectacle digne du combat opposant Cypris au Bahamut. La puissance des attaques du dragon réduisirent les lieux à l'état de cratère embrasé mais cela n'était jamais qu'un dommage collatéral. Les deux saints luttaient de concert contre le monstre avec tout le courage de l'armée de l'espoir. Scarlett Needle et Météores de Pégase contre la masse et les flammes de Nelhltarion. La terre trembla, se lamenta, jusqu'à ce que les attaques conjointes du Scorpion et de Pégase ne mettent en péril leur monstrueux adversaire. Tout comme son frère Bahamut, Neltharion ne dut sa survie qu'à l'intervention de l'un des autres généraux d'Arès. Eskatos l'emporta loin de ces deux ennemis, leur abandonnant pour cette fois la victoire. Une victoire bien amère puisqu'elle voyait aussi la perte du saint de Pégase. Son premier combat lui avait été fatal et c'était le cœur gros que le Scorpion le ramenait au Sanctuaire pour lui rendre les derniers hommages...

_________________
L'Or et la Foudre guident mes pas. Je suis l'Ange de Lumière et la Divine Inspiratrice veillant du haut de l'Olympe ou des profondeurs du monde des rêves...

Spoiler:
 



Spoiler:
 


Hypnos, mon roi, mon soleil, à jamais, je t'aimerai et suis tienne...

~ Paroles de Thalie ~ ° ~ Paroles de Bloody ~ ° ~ Pensées ~ ° ~ " Transmissions de Pensées " ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thalie
Muse de la Comédie
Staff KoH
avatar

Messages : 539
Date d'inscription : 20/07/2013

Feuille de personnage
Hp:
220/220  (220/220)
CS:
525/525  (525/525)
Pa:
500/500  (500/500)

MessageSujet: Re: Contexte du forum   Dim 11 Mai - 20:29

En ce triste jour, les saints venaient de perdre Pégase dont l'âme s'envolait vers sa destinée. Une gloire dont Arès se grisa au plus haut de sa forteresse. Détruire le saint de Pégase, quel dieu n'en avait pas rêvé. Cette première petite échauffourée s'était avérée aussi divertissante qu'instructive. Le maître des Carnages en avait retiré un immense plaisir en plus de précieuses information sur la puissance des saints de sa demi-sœur honnie. Ce n'était jamais que partie remise et Arès avait déjà mis son nouveau plan en chantier...

Quant aux autres saints où étaient-ils en cette heure fatidique ?

Sparte, Sparte la cité du cosmos avaient été leur étape. Pour de multiples raisons, les saints s'y étaient rendus ou attardés. Alysha du Bélier et Aldébaran, envoyés à la rencontre du Haut Commandeur pour l'inviter à se rendre au Sanctuaire, auprès du Grand Pope pour être plus précis, avaient été les premiers à franchir l'enceinte de cette ville qu'ils ne cessaient de mépriser. En leurs cœurs, Sparte n'était qu'une hérésie devant disparaître au plus vite. Et c'était le cœur noir de ces sentiments ignobles qu'ils s'étaient rendus dans le bureau d'Hazama. Un lieu d'où jamais personne ne les reverrait sortir. Encore fallait-il qu'on les y ait seulement vu entrer...

Oser attenter à la cité et à la vie de la déesse qu'Hazama gardait précieusement sous son aile ou plus exactement ses écailles. Si seulement, le Sanctuaire avait été plus clairvoyant...

Et alors que les deux saints s'enfonçaient dans un voyage dont l'issue ne serait révélée que bien plus tard, Ozymandias des Gémeaux et Crystalia de la Vierge se présentaient à l'entrée de la Maison Blanche, la vaste demeure accueillant les aspirants chevaliers de Sparte. Si le Bélier et le Taureau devaient rencontrer Hazama, Les Gémeaux et la Vierge eux se dirigeaient vers les jeunes apprentis. S'assurer que tout allait au mieux faisait partie de leurs missions. Ce qu'ils avaient pu vérifier juste avant de sentir deux présences d'une puissance inhabituelle. La première était celle d'Artémis qu'Ozymandias décida de rencontrer et la seconde celle d'une déesse sur le point de s'éveiller. Attirée par son aura qui avait quelque chose de familier Crystalia se rendit auprès d'elle. Quelle ne fut sa surprise de découvrir une jeune femme blessée se prénommant Delphine. D'elle se dégageait une énergie à la fois puissante, douce et chaleureuse. Une future déesse dont elle souhaitait se rapprocher surtout maintenant que des énergies spectrales venaient de se manifester, Abbadon, Dante et surtout Pandore encore ignorants de leurs véritables natures se trouvaient aussi là, à quelques pas. Pas encore menaçants mais pas inoffensifs pour autant. Face à de tels êtres, la sainte savait ne pouvait rien faire, pas entre les murs de Sparte. Par chance, ils n'étaient pas les seuls. Un autre futur éveillé se trouvait là, Sanguinius, un être semblant tout droit sorti d'un comic. Un ange sans mauvais jeu de mots, ses ailes et ses plumes blanches en attestaient.

Et tandis qu'Ozymandias disparaissait pour rejoindre la déesse de la Chasse, la tension entre Abaddon et Dante montait en flèche. Une menace à laquelle Hazama, apparu subitement, mit un terme, expédiant Abaddon en un lieu où il pourrait se défouler sans porter atteinte à la cité. Quelques mots et explications plus tard et le Haut Commandeur prit congé des aspirants fraîchement débarqués aussi vite qu'il était venu. Restés seuls, Dante et Pandore se rendirent à la Maison Noire d'Hadès alors que Delphine suivie de Crystalia et Sanguinius rejoignaient celle de l'Olympe.

le temps que tout ce petit monde se dirigeait vers son destin, les choses s'emballaient de plus belle. La rencontre entre Artémis, Ozymandias et Hazama avait pris un tour tout particulier. Artémis avait affirmé ne pas menacer Athéna et avait même révélé à Ozymandias qu'il l'intéressait. Une déclaration qui avait eu le don d'effrayer le saint autant que le flatter. Mais il ne put pousser plus loin sa demande. Appelée par Zeus, Artémis prit congé, non sans avertir Ozymandias du combat entre Cypris et l'émissaire d'Arès. De quoi pousser le saint à rentrer au plus vite chez lui. Seulement, il avait encore quelques mots à échanger avec Hazama. Hazama qui lui révéla non seulement l'existence de son frère mais aussi la malédiction qui avait déjà commencé à s'emparer de lui. Le destin des saints des Gémeaux, Ozymandias semblait être condamné à le revivre...

N'y tenant plus, le saint quitta Sparte, bien décidé à retrouver la blonde Cypris, bien décidé à triompher de cette destinée qu'il ne laisserait pas l'emporter...

Resté seul, Hazama songeait à ce que signifiait le départ brusque d'Artémis. Quelque chose d'important se profilait et il se tiendrait prêt. L'Olympe, l'Olympe allait être un tournant qu'il saurait exploiter. Que se passait-il donc en ces lieux ?

Artémis n'avait pas été la seule à être convoquée. Hermès et Clio ne tardèrent pas à la rejoindre ainsi que Thalie. Thalie dont l'ichor se glaça lorsque son regard tomba sur son époux enchaîné aux pieds de Zeus...

Père...

Zeus n'avait pas perdu de temps. Profitant de la rencontre entre Perséphone et Hypnos, il s'était emparé du maître du Sommeil avant de l'emmener de force en son temple où il s'apprêtait à le juger sans la moindre pitié. Seul, le blond fils de Nyx porterait les poids des crimes de tous. Réduit au silence par des chaînes de Foudre, réduit à l'impuissance sans personne pour le défendre, Hypnos allait subir son jugement devant l'Aéropage. N'y tenant plus, Thalie se précipita vers lui pour le prendre entre ses bras, déclenchant accidentellement la Foudre de Zeus. Aussitôt la déesse s'embrasa et aurait vu son corps détruit sans l'intervention de son père. Dissimulant son émotion, Zeus confia la Muse de la Comédie à Perséphone avant de renvoyer cette dernière vers l'Outre-Monde qu'elle serait la seule à désormais gouverner. La tache s'annonçait rude pour la fille de Déméter mais elle était prête à l'assumer...

Thalie maintenue à l'écart dans l'une des chambres du temple de Zeus, le procès put reprendre. Sous le regard des derniers dieux présents, Clio l'Histoire révéla les horreurs des dernières guerres. Coupable, Hypnos l'était, sans le moindre doute, mais il n'était pas seul non plus. Ce qui n'empêcha pas Zeus de le châtier de la plus sévère des façons. Pour des siècles, le maître du Sommeil serait exilé, condamné à revivre chacune des vies perdues lors des guerres saintes en plus d'être harcelé par les Erinyes. La sentence tombée la Foudre frappa le fils de Nyx, l'envoya vers le lieu de son châtiment. Ainsi disparut l'un des plus puissants alliés d'Hadès. Pourtant, Zeus avait encore une autre cible. Thalie, le tour de Thalie était maintenant arrivé et le roi des dieux volait vers elle...

Hypnos disparu, condamné pour traîtrise, Perséphone releva seule les Enfers. Puisant dans les forces de son cosmos et de son corps, elle fit renaître l'ensemble du Royaume au prix de son enveloppe actuelle. Pour poursuivre sa tache, elle avait besoin d'une nouvelle enveloppe. Et ce fut ainsi que Dante devenu spectre de l'Incube entra à son tour en scène sur le vaste échiquier. Ramener la nouvelle incarnation de Perséphone serait sa première mission. Et les autres ? Les No-Life Lords Alicia et Minos. Ils avaient aussi fort à faire. A peine venaient-ils de reprendre la demeure ancestrale des Carminia et leur héritage que la sainte du Bélier se présenta à ses portes. Ne pouvant laisser un tel ennemi pénétrer en ces lieux sacrés, les deux spectres la dévorèrent aussi vite. De son sang, Alysha leur révéla le responsable de son dernier voyage...

Hazama, le Haut Commandeur s'est servi de nous pour se débarrasser de ce chevalier d'or.

Leurs méfiances éveillés, les deux spectres s'intéresseraient à cet étonnant présent, une fois débarrassé de l'armure d'or du Bélier. L'annonce de la perte d'Hypnos ne leur était pas encore arrivée mais cela ne pourrait plus tarder...

Une divinité disparaissait, une autre s'éveillait...

Au cœur de Sparte, Delphine s'éveillait auprès de Crystalia. Delphine qui n'était autre que la déesse Athéna. Loin des drames qui venaient de se jouer, la déesse de la Guerre se levait. Si loin qu'elle ne pouvait entre les pleurs et la détresse d'Arwen, la fille d'Hypnos et de Thalie, Arwen pleurant ses parents disparus sur ordre de Zeus.

Et le glas se mit à sonner sur Sparte alors que d'autres s'éveiller encore et encore...

Le glas sonnait sur Sparte alors que sur l'échiquier des Moires, les pièces se déplaçaient une à une...

Les Moires mais aussi les Nornes car les grands grands absents de cette première scène ne tarderaient plus à se rappeler aux trop fiers Olympiens. Du lointain Royaume d'Asgard, au confins du Septentrion, une magicienne et un sorcelleur apparurent côte à côte pour mettre à mal une sombre machination ourdie par un mystérieux émissaire venant du Sud. Nul ne savait encore qui étaient réellement ces deux êtres encore ignorants de la puissance enfuie en eux. Brunissen et Geralt de Riv venaient d'entrer à leur tour sur l'échiquier. Nul ne savait encore quel seraient leur destin, la seule chose certaine était que désormais Asgard venait de briser son autarcie et entrait de plein pied dans l'Histoire...

_________________
L'Or et la Foudre guident mes pas. Je suis l'Ange de Lumière et la Divine Inspiratrice veillant du haut de l'Olympe ou des profondeurs du monde des rêves...

Spoiler:
 



Spoiler:
 


Hypnos, mon roi, mon soleil, à jamais, je t'aimerai et suis tienne...

~ Paroles de Thalie ~ ° ~ Paroles de Bloody ~ ° ~ Pensées ~ ° ~ " Transmissions de Pensées " ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thalie
Muse de la Comédie
Staff KoH
avatar

Messages : 539
Date d'inscription : 20/07/2013

Feuille de personnage
Hp:
220/220  (220/220)
CS:
525/525  (525/525)
Pa:
500/500  (500/500)

MessageSujet: Re: Contexte du forum   Sam 7 Juin - 20:25

MAJ du 7/06/2014, ajout au contexte de l'ouverture du camp d'Asgard


_________________
L'Or et la Foudre guident mes pas. Je suis l'Ange de Lumière et la Divine Inspiratrice veillant du haut de l'Olympe ou des profondeurs du monde des rêves...

Spoiler:
 



Spoiler:
 


Hypnos, mon roi, mon soleil, à jamais, je t'aimerai et suis tienne...

~ Paroles de Thalie ~ ° ~ Paroles de Bloody ~ ° ~ Pensées ~ ° ~ " Transmissions de Pensées " ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Contexte du forum   

Revenir en haut Aller en bas
 
Contexte du forum
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Contexte du Forum
» Un tout nouveau forum Roleplay sur MLP
» Les meilleures phrases du forum, sorties de leur contexte
» Un nouveau forum pour les perleuses
» forum grb89 "TNT"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Knights of Hope :: Accueil et premiers pas sur le forum :: Contexte et Règlement :: Contexte-
Sauter vers: