Forum RPG dans l'univers de Saint Seiya (Les chevaliers du Zodiaque)
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 A la rencontre du Sommeil [Privé Hypnos]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Coré/Perséphone
Déesse des Enfers et des Saisons
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 13/08/2013
Localisation : Partout dans l'autre monde, en Olympe ou au Château d'Heinstein

Feuille de personnage
Hp:
359/359  (359/359)
CS:
735/735  (735/735)
Pa:
350/350  (350/350)

MessageSujet: A la rencontre du Sommeil [Privé Hypnos]   Mer 26 Fév - 13:12

Héléna et moi venons d'ici

Le temps s'écoulait. De tout côté, elle pouvait sentir des présences, des cosmos encore latents. Les traces d'explosions cosmiques étaient aussi plus que visibles et, pourtant, rien ne venait. Personne n'allait à sa rencontre. A croire que l'aura en cours d'éveil de la déesse était encore trop faible pour être prise en compte tout comme celle d'Héléna.

Pas le moindre signe d'énervement en elle, pas même lorsque la jeune femme remit une de ses mèches sombres en place. Attendre indéfiniment ne servirait à rien. Autant avancer, ici, rien ne se passerait avant un bon moment. Juste quelques mouvements de cosmos à peine décelables, vraiment pas de quoi fouetter un chat, si peu qu'elle ait ce genre de distraction. Ce qui n'était pas le cas, loin de là, Coraline adorait les félins et ne porterait jamais la main sur l'un d'entre eux. En dehors d'Athéna ou d'Héra, la plupart des déesses étaient tendre et passionnées, imaginatives et défendaient ceux qu'elles aimaient avec ardeur.

- Héléna, ne perdons pas de temps. J'ai repéré plusieurs sceaux cosmiques portant la signature du dieu du Sommeil. Lui seul pourrra...
- Ma dame, je n'ose penser...
- Il le faut. Plusieurs spectres en puissance se trouvent en ces lieux et puis, cela sera de courte durée...
- Le premier qui ose porter la main sur vous...
- Je sais, il connaîtra non seulement la colère des dieux des Enfers mais aussi celle des suivante de Déméter.


Sur ces mots, la jeune femme s'éloigna, laissant l'étrange cortège tout juste débarqué aux mains de celui qui ne pouvait qu'avoir un rôle important en ces lieux. Ce ne serait que bien plus tard qu'elle apprendrait que cet homme accompagné de serpents cosmique n'était autre qu'Hazama.


***********


Le chemin s'avéra moins long qu'elle ne l'aurait cru. Le pas des étalons sacrés se répercutaient sur le sol épargné menant aux différentes Maisons. Dans le cas de Coraline, c'était comme suivre une piste balisée. Elle qui était proche des dieux jumeaux, reconnaissait le cosmos émanant des différents sceaux du fils de Nyx. Les deux autres aussi avaient une certaine résonance pour elle, ce qui l'amenait à certaine conclusion.

- Sparte est une zone neutre où certains des nôtres se retrouvent avant leurs éveils. Ces humains sont autant de candidats potentiels pour quelques-unes des armées. Tous ces cosmos sont destinés à s'éveiller ou non. Seules les Moires le savent même si dans le cas des spectres, un seul être suffit.
- Personne ne prend la peine de vous connaître, ma déesse. Cela est malheureusement le lot des divinités comme vous. Bien  plus complexe et généreuse qu'ils ne peuvent l'imaginer. L'esprit des saints d'Athéna sont parmi les plus étriqués que l'on puisse voir. Hormis eux, nul autre n'aide l'humanité...
- Tu penses à ma mère...
- Oui, elle qui s'épuise alors que personne ne remplit plus aucun des rites en son honneur. La déesse des Mystères et des Moissons est oubliée comme tant d'autres. Les hommes préfèrent honorer Arès et Athéna voir Hermès.
- Seuls ceux encore dans le secret des dieux. Athéna nous a plongé dans l'oubli, nous a effacés...


Et sur ces derniers mots, la déesse des Saisons apparut au pied de la Maison Noire. C'était davantage une immense bâtisse réservées aux jeunes aspirants qu'une véritable caserne. Enfin, rien de comparable avec ce qu'était les Enfers que tous ces jeunes êtres seraient, si les Moires le décidaient, amenés à garder une fois leurs éveils parachevés.

Y entrer fut si simple. Coraline n'avait eu qu'à pousser la porte. Un calme immense y régnait. Héléna et elle avaient du laisser les chevaux mais nulle crainte n'était à redouter. De nature divine, ceux-ci étaient parfaitement capables de se diriger et se défendre seuls. Les cavales formant l'attelage d'Hadès étaient plus que féroces si on venait à les ennuyer. Tout spectre se devait de les traiter avec le soin que ces animaux méritaient. Et s'il se montrait cruel envers eux, c'était à leurs risques et périls en plus d'encourir ensuite la colère des divinités et les conséquences qui s'en suivaient.

Un dernier regard avec les immenses étalons, la déesse des Saisons commença à gravir les marches. La Maison était équipée aussi d'ascenseurs, après tout, cette Sparte n'était pas uniquement peuplée d'être surnaturels et le personnel avait droit à tout le confort et les aménagements nécessaires en plus de solides primes de risques. Enfin, c'était ainsi que Coraline voyait les choses. Il fallait faire vivre cette ville et pas uniquement sur le plan militaire...

Une à une les marches défilèrent sans que la déesse en songe à prendre l'ascenseur. Cela n'était pas dans son goût et puis, elle était parfaitement capable de marcher sans se servir de ses hommes comme aides voire montures. C'était bon pour d'autres pas pour elle.

Enfin, elle atteignit le seuil se trouvant juste au centre de l'immeuble et sans se gêner poussa la porte de la plus vaste chambre. Personne ne s'y trouvait. C'était une immense pièce qui visiblement était encore occupée quelques instants auparavant. Une sombre énergie y flottait encore. D'une main, la jeune femme s'empara d'une lettre dont l'entête la fit sourire.

-Hum, je vois, l'un de nos juges se trouvait encore séants quelques instants auparavant. Peut-être plus...
-Je vois, ma déesse, vous souhaitez prendre possession de cet appartement le temps de plonger dans le sommeil.
-N'y a-t-il pas de meilleur endroit.
-Aucun en effet et puis, je suis là au cas où.
-Non, il ne tardera pas. J'en suis certaine, il ne tardera pas...


Un sourire à l'adresse de son escorte avant qu'elle ne dénoue sa longue chevelure noire et n'aille s'allonger sur la couche de l'ancien Préfet. Le temps de l'éveil final de la déesse des Enfers approchait et nul ne pourrait maintenant s'y opposer.

" Que le Sommeil se joigne à moi. Hypnos, dieu du Sommeil et fils de Nyx, je t'invite à m'ouvrir les portes de ton Royaume. Où que tu sois, entend mon appel. Moi, Coraline, Coré, fille de Zeus et Déméter t'appelle pour que tu libères enfin la déesse des Enfers qui sommeille encore en moi "  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hypnos
Dieu du Sommeil et des Rêves
Staff KoH
avatar

Messages : 425
Date d'inscription : 21/07/2013
Localisation : Jamais loin de ma reine

Feuille de personnage
Hp:
250/250  (250/250)
CS:
720/720  (720/720)
Pa:
250/250  (250/250)

MessageSujet: Re: A la rencontre du Sommeil [Privé Hypnos]   Mer 26 Fév - 15:53

Arrow Je viens d'ici

Si vite, tout évoluait si vite.

Le retour des Olympiens, le réveil du roi des dieux, les élus qui les uns après les autres s’éveillaient à leur destin. Tout allait si vite…

En ces conditions, il me fallait me focaliser sur le principal, sur ma famille, sur ma reine et ma fille. Toutes deux en première ligne et si exposées face à des adversaires qui trop content seraient de les blesser pour m’atteindre.

*Ce vil serpent ne m’avait jamais prévenu qu’Arwen pourrait être mise en danger. Et maintenant que son secret est divulgué, elle n’en sera que d’autant plus exposé à la basse vengeance de mes ennemis.*

Des profondeurs du royaume des rêves, j’avais suivit les pérégrinations de ma reine tout comme celle de mon enfant, des ruines de Sparte jusqu’aux merveilles peuplant l’Olympe. J’avais assisté impuissant au retour du maître des nuées, et désormais, je savais que son œil était braqué sur la Terre, et plus particulièrement sur ces deux milles ans d’Histoire qu’il a manqué par ma faute.

*Deux milles ans de guerre entre Athéna et ses ennemis, deux milles ans où nous avions les mains libres... Nous n’en rechaperons pas. Il voudra faire savoir à tous ce qu’il en coûte que de défier son autorité, et son châtiment sera exemplaire.*

Poséidon était hors d’atteinte, scellé par la Sagesse, tout comme l’était le sombre monarque. Des dieux infernaux, il n’y avait que moi d’à présent éveillé. Il n’y avait que moi pour porter le poids de nos péchés.

*Cela valait la peine, le Grand Œuvre se poursuivra même si la colère de Zeus s’abat sur moi, d’autre prendront ma relève en attendant mon retour.*

Cruels et impitoyables étaient réputés être les châtiments du père de l’Olympe, mais jamais ils ne pourraient être éternel, pas plus qu’il ne pourrait entièrement m’enchainer ainsi qu’il l’avait fait pour Prométhée.

Seul mon corps physique sera sous son joug, mon esprit lui jamais ne sera soumis à sa volonté.

Et alors que j’observais d’un œil inquiet le retour de mon enfant dans la ville du cosmos, je crus un instant ressentir comme une présence, une présence que je n’avais pas ressentis depuis effroyablement longtemps, une présence qui depuis plus de cinq siècles nous avait à tous, peuple des enfers, énormément manqué.

*Serait-ce possible ?*

Captivé par cet espoir aujourd’hui presque abandonné, je focalisais maintenant mes sens sur la recherche de l’origine de cette sensation, passant au crible la moindre des créatures conscientes peuplant Sparte. Elle devait s’y trouver, elle devait être là quelque part.

*Où-êtes-vous ?*

Comme toujours en cette cité, desceller un cosmos était particulièrement difficile, la faute au trio de sceau de protection que nous avions placé, nous, les trois divins fondateurs de Sparte.

*Treize ans déjà, treize ans que nous ne nous sommes pas rencontré Athéna… Et maintenant où es-tu ? Dans quelle enveloppe humaine t’es-tu incarnée pour mieux nous échapper ?*

Au final j’aurai dut l’affronter lorsque j’en avais eu l’occasion. J’aurai dut prendre moi-même sa tête au lieu de remettre son sort entre les mains de mon seigneur. Si j’en avais eu le courage, jamais nous n’aurions eu à accepter cette paix imposée, ce dictat qui désormais nous forçait à accepter cette mascarade idiote où de futurs spectres côtoyaient de futurs chevaliers.

A l’époque je n’avais dit oui que pour nous rapprocher de nos ennemis, eux qui ne verraient alors en nous que des humains porteurs d’un manteau de couleur sombre, alors que nous, nous assisterions à leurs enseignements, à leurs entrainements, à leurs quotidiens. Nous qui tirions nos pouvoir de notre incommensurable vécu n’avions que faire de tous ce que nos hôtes pouvaient bien apprendre durant ces quelques années, mais eux… Un avantage significatif, qui correctement utilisé nous permettrait sans doute d’arracher enfin la victoire.

*Mais maintenant que Zeus est éveillé, que nous reste-t-il comme marge de manœuvre ?*

Défier la puissance du roi des dieux était suicidaire, même pour le sombre empire. Sans commune mesure était la force du maitre des nuées et il lui suffirait d’un instant pour nous anéantir tous jusqu’au dernier. Seul la ruse et mon pouvoir bien particulier pouvaient espérer remporter la moindre victoire sur lui. Mais si je devais l’endormir, il faudrait que l’instant soit bien choisit, et que cette fois nul ne puisse briser mon sortilège.

*Ici !*

Je n’osais en croire mes sens. Je l’avais trouvé, l’hôte de la déesse des saisons !

Que devais-je faire maintenant ? L’enlever en pleine Sparte ? Cela aurait remis en question les fondements même du traité sur lequel reposait la cité, c’était impossible.

M’y rendre pour la rencontrer ? Je me serai alors exposé prématurément à la colère de son père qui désormais devait me chercher partout, moi qui pendant deux milles ans l’avait maintenu loin de nos affaires.

*Le monde onirique, c’est le seul endroit où nous pourrons être en paix elle et moi.*

Elle devait l’avoir devinée elle aussi, car déjà je ressentais son appel. Ce fut alors qu’insidieusement, de la plus séduisante des façons possibles, j’instillais en son être l’envie de céder à l’oubli pour me rejoindre.

"Je t’entends divine Perséphone et maintenant j'accours vers toi. Que tes yeux se ferment et que ton esprit me rejoigne en ces lieux secrets où nous ne craindrons ni ton père ni la main des mortels apostats."

Glissant alors d’un monde onirique à l’autre, j’allais à la rencontre de la sphère très fermés des rêves divins où seul Morphée et moi avions le droit d’accès. Désormais en vue de celui de la déesse des saisons, il ne me restait plus qu’à l’attendre sur ce parterre de fleur qui s’étendait à perte de vue sous un ciel limpide, un lieu si semblable à Elysion…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Coré/Perséphone
Déesse des Enfers et des Saisons
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 13/08/2013
Localisation : Partout dans l'autre monde, en Olympe ou au Château d'Heinstein

Feuille de personnage
Hp:
359/359  (359/359)
CS:
735/735  (735/735)
Pa:
350/350  (350/350)

MessageSujet: Re: A la rencontre du Sommeil [Privé Hypnos]   Sam 1 Mar - 14:04

Quelques pensées jetées en un souffle de cosmos à peine décelable en cette cité si singulière. Un souffle mais aussi un appel lancé de la plus délicate des façons, si légère que personne hormis l'intéressé ou ses enfants ne pourrait l'entendre. C'était son avenir et sa sécurité que la brune Coraline mettait en balance pour atteindre enfin son éveil total. Allongée de tous son long sur l'ancienne couche de Raziel, Héléna veillant sur elle, la splendide fille de Zeus avait baissé sa garde, s'offrant aux appels de Morphée...

Enfin, je me sens sombrer. Ces énergies qui m'entourent. Tout est doux si doux.

D'un mouvement délicat de la tête, elle se tourna vers sa suivante.

- Ils sont là, ils m'appellent. Bientôt, tout sera achevé et notre destin se remettra en route. J'ai toute confiance en toi, Héléna. Mon sommeil sera parfaitement protégé en ta présence.
- Ma dame, plutôt mourir que laisser ma princesse, la fille de ma vénérée et redoutable Déméter, exposée au danger. Nul spectre ne viendra troubler votre rencontre avec le fils de Nyx. Ensuite, je vous retrouverai enfin telle que vous auriez du être dès que les cavales d'Hadès étaient venues à nous. Dès que le seigneur Hypnos sera près de vous, plus rien ne pourra s'opposer à votre retour. Ce sera un honneur pour moi d'être le témoin privilégié de cet instant extraordinaire...
- Et j'en serai heureuse. Mère ne pouvait choisir mieux...


Sur ces derniers mots, Coraline sentit ses paupières devenir lourdes et enfin glisser. Son souffle était si calme alors qu'elle se sentait attirer vers les profondeurs d'un autre monde...

Non, ce n'est pas Morphée mais bien toi, Hypnos mon ami qui répond directement à ma demande. Ainsi, notre rencontre va bel et bien avoir lieu...

Un sourire s'épanouissant sur ses lèvres et la jeune femme sombra totalement dans le sommeil. C'était comme si elle pouvait sentir les pavots sacrés tout près d'elle. Une sensation qu'elle seule était capable de reconnaître aussi finement. Elle qui avait été absente plus de cinq cents ans ignorait bien sûr tout des alliances nouvelles que son allié avait nouées quelques siècles auparavant.




Le voyage fut de courte durée mais pouvait-on parler de l'écoulement du temps en ce genre de lieux car c'était bien au coeur du monde onirique de la déesse que les deux divinités allaient se retrouver. Magnifique et encore mouvant en ces débuts de sommeil. Le rêve prenait corps lentement, tout en harmonie alors qu'une magnifique lumière inondait déjà le tout de sa chaleur et de sa gaité. Une brise chaude faisait se lever une pluie de pétales odorants alors qu'un champ apparaissait tout autour de la divine Coré. Des fleurs, des fleurs par centaines et quelques arbres majestueux aux branches croulant sous autant de corolles blanches ou roses. Un éternel printemps pour l'accueillir alors qu'au détour d'un chemin, juste face à une rivière au cours calme, se créait doucement un kiosque ne demandant qu'à l'accueillir ainsi que son ami et allié.

Pieds nus dans des sandales fines et confortables, la déesse des saisons s'avança, encore couverte d'une robe mauve mettant en avant son corps splendide et ses yeux uniques. Sa longue chevelure noire coulait librement dans son dos, en une splendide parure de nuit où seules quelques broches aussi discrètes que précieuse brillaient intensément.

Quelques pas et elle le vit enfin apparaître et lui tendit la main en un geste de bienvenue et véritable joie...

- Hypnos, mon ami, enfin, je te retrouve. Après tant de siècles et de saisons égarées, je suis enfin de retour... A toi, dieu du Sommeil, je peux confier ce qui m'empêche de renaître totalement même si tu dois déjà le savoir. Mon divin époux est scellé et sans lui, je ne peux libérer toute ma puissance et m'éveiller entièrement...

Mais toi, tu en a le pouvoir...

Je sais que tu en est tout autant capable que lui et qu'ensemble, nous pourrons remettre de l'ordre dans tout ce qui a été détruit.


C'était rapide mais en même temps, le temps qui s'écoulait sur terre était un danger pour son enveloppe terrestre. Et qu'Hypnos le sache lui aussi, Perséphone ne pouvait qu'en être certaine. Le temps pour les autres discussions viendrait juste après. Jamais Coraline ne le traiterait en subordonné mais bien en allié et ami.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hypnos
Dieu du Sommeil et des Rêves
Staff KoH
avatar

Messages : 425
Date d'inscription : 21/07/2013
Localisation : Jamais loin de ma reine

Feuille de personnage
Hp:
250/250  (250/250)
CS:
720/720  (720/720)
Pa:
250/250  (250/250)

MessageSujet: Re: A la rencontre du Sommeil [Privé Hypnos]   Sam 1 Mar - 21:10

Vite.

Il nous fallait faire vite même si ici nous étions hors d’atteinte de tout et de tous. Même si je n’avais encore rien à craindre au niveau physique du fait que je n’avais pas encore choisi d’enveloppe corporel, son cas à elle était bien différent, si différent alors que déjà je tremblais pour son corps laissé vulnérable loin de mon pouvoir...

*Cinq siècles sans s’incarner. Cinq siècles sans prendre forme physique pour ne rester qu’un souffle, un baume apaisant pour une création affreusement balafrée.*

Pourquoi ? A qui la faute ? Il me faudrait lui demander, il me faudrait des réponses. Mais pas avant de l’avoir aidé, pas avant de l’avoir fait revenir à son divin statut.

Le rêve prenait forme, un kiosque de bois ouvragé se matérialisa près de moi sous l’influence de la propriétaire des lieux. Des arbres fleuris m’entourèrent bientôt porteur d’une flagrance irréelle tandis qu’un vent doux et parfumé annonçait le retour de la déesse des saisons.

« Perséphone… Enfin. »

La voilà, encore partiellement en sommeil, vêtue en toute simplicité dans ses voiles et ses sandales légères, on aurait alors juré apercevoir une nymphe de la divine Gaia.

« Te revoir après tout ce temps… C’est un tel soulagement. »

Tu nous as tant manqué… Je ne le dis pas. Je n’en avais pas le droit, je n’en avais plus le droit depuis que mon cœur avait été ravis par une autre. Alors je m’étais juré de ne plus jamais parler de beauté si cela n’était pas pour parler d’Elle, et je tiendrais parole, aussi difficile que cela devait être parfois.

« Je sais, ton essence est encore partiellement liée au sombre empire, et depuis la… Disparition d’Hadès, celui-ci demeure inaccessible aux mortels comme aux spectres. Nous seuls pouvons désormais lui rendre sa gloire d’antan mais pour cela, il faut que tu te réveilles, complètement. »

M’avançant d’un pas léger, presque irréel vers elle, je savais ce qu’il me restait alors à faire, comme si sans le savoir, j’avais toujours été conscient que ce moment arriverait.

« Donne-moi tes mains, et laisse mon cosmos te rendre à celle que tu as toujours été. »

Faisant croître encore et encore mon propre pouvoir, je savais qu’en Perséphone demeurait encore une barrière l’empêchant de se souvenir de sa pleine puissance, et je savais qu’en lui montrant les bons souvenirs, les bonnes visions, les bons rêves également, elle se souviendrait et nous reviendrait enfin.

« Regarde, regarde ce que fut ton existence aux temps jadis, bien avant la folie, la guerre, et la discorde. Bien avant que tu nous quittes. »

Cinq cent ans en arrière nous ramenaient ces visions, ces souvenirs lointains issus de notre passé commun.

« Regarde celle que tu fus, celle que tu dois redevenir, regarde la bien. Ressent son pouvoir, ton pouvoir, éveille toi maintenant divine Perséphone. »

Aux images s’adjoignirent bientôt des sensations, des émotions, autant de subtilités qui ne manqueraient pas d’éveiller en elle autant de souvenirs, autant de clés pour déverrouiller son pouvoir alors que petit à petit, mon cosmos se joignait au sien comme pour le ramener à sa gloire passée.

« Reviens-nous Perséphone. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Coré/Perséphone
Déesse des Enfers et des Saisons
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 13/08/2013
Localisation : Partout dans l'autre monde, en Olympe ou au Château d'Heinstein

Feuille de personnage
Hp:
359/359  (359/359)
CS:
735/735  (735/735)
Pa:
350/350  (350/350)

MessageSujet: Re: A la rencontre du Sommeil [Privé Hypnos]   Dim 2 Mar - 18:40

Grand, paré d'une chevelure d'or digne des plus grandes divinités, son éclat était resté pareil à lui-même, bien au-delà de celui de l'or le plus pur. Deux yeux dorés perçants où brillaient une lumière qu'elle ne leur avaient jamais connus auparavant. Tout en lui exprimait la grandeur des enfants de Nyx. Ce fut de quelques mots qu'il la salua en ce parc baigné de lumière et de fragrances aussi discrètes qu'agréables.

Un sourire avait fleuri sur les lèvres délicatement maquillées de la déesse. Brune avec de magnifiques yeux violets, elle savait se mettre en valeur sans la moindre outrance. C'était une reine majestueuse que la déesse des Saisons, une reine attendant qu'on lui remette ses pleins pouvoirs.

A qui penses-tu, mon ami ? J'ai beau être déesse, je suis aussi femme et je ressens ce genre de choses. Ton coeur est accaparé par une tendre lumière...

Le nouveau bonheur du dieu du Sommeil ne la laissait pas indifférente mais le temps n'était pas à ce genre de réflexions. En effet, le corps de Coraline était entre les murs de la Maison Noire sans défense réelle. D'une oreille attentive, elle écouta les paroles d'Hypnos avant de lui prendre les mains.

- Oui, mon ami, le Royaume Souterrain ne doit pas rester en l'état. Il doit renaître pour l'ensemble de notre monde. Un tel désordre ne peut rester en l'état. Que ton cosmos me guide vers la réalité et mon éveil total. En toi, j'ai toute confiance.

L'amitié entre la reine des Enfers et le fils de Nyx était sincère et réciproque.

- Je suis prête, allons-y. Ce voyage, il me faut le faire. Pour m'éveiller de nouveau...

Ainsi débuta le long périple de la déesse des Saisons. Les premières images étaient floues, lointaines, remontant à une époque où les hommes respectaient encore les dieux. Tout petite, la déesse se tenait en terre sicilienne aux côtés de sa mère. Peu nombreux étaient les visiteurs mais elle en était heureuse si heureuse. La terre débordait de fleurs et de fruits. D'immenses champs courbaient leurs épis dorés. Les rires des nymphes autour d'elle et l'apparition fugitive de Zeus. Tout était un éternel printemps même si la déesse souffrait parfois de solitude. Déméter était une mère aimante mais tellement méfiante aussi. Elle craignait tant pour sa fille qu'elle la dissimulait aux yeux de certaines autres divinités. Au plus profond d'elle-même, Coraline ne pouvait lui en vouloir. Pourquoi l'aurait-elle fait ?

Toute cette partie de son existence était marqué par le printemps et surtout l'été. L'apanage de la déesse des Saisons qu'elle était déjà. La Vierge du Printemps...

- Hypnos, cette vision est si douce. Elle est celle que nous reproduisons si souvent à Elysion. Le printemps, l'été et même la beauté des deux autres. Merci de m'offrir cela avant d'entrer dans ce qui ne pourrait qu'être plus pénible.

Et elle ne parlait pas de son enlèvement ni de son mariage pour le moins étrange qui en avait suivi. Coraline n'était pas cette image de princesse victime qu'on se complaisait tellement à faire véhiculer parmi les hommes. Celle reléguant les princesses comme elle en éternelle endormie doublée de naïve dont l'innocence avoisinait la bêtise.

Les images, le décor se troublèrent de nouveau puis ce fut un passage au travers des siècles. Tant d'années où les âmes passaient et repassaient. Athéna n'était encore que la déesse de la Sagesse lointaine et non une déesse devenue tristement humaine au point de laisser son essence et pire encore son ichor se dissoudre dans ce Sanctuaire qu'elle aimait tant. Les saisons passèrent en une splendide mosaïque de couleurs jusqu'à se ralentir à l'approche du XVIè siècle, date de sa dernière apparition au sein de son royaume...

Les images s'éclaircirent soudain et avec elle une amas de sensations. Elle se revoyait, jeune et rayonnante escortée de Nymphes sacrées la tenant hors de portée des hommes. Les temps étaient à la guerre, à la conquête d'un nouveau monde dont les peuples souffriraient avant de descendre presque entièrement au plus profond des Enfers tandis que d'autres seraient arrachés à leurs terres natales pour nourrir la cupidité et la cruauté des conquérants. Conquérants et riches propriétaires, esclavagistes, pilleurs, hérétiques détournant les paroles divines. Tant d'être qui passeraient devant les juges avant de brûler éternellement au sein des prisons. Les hérétiques se verraient plus que nombreux. Tous les massacreurs au nom de dieu. Et ils seraient tellement à venir pourrir alors que les grands conquistadors tiendraient une place de choix parmi les damnés...

Tous ces événements étaient loin maintenant si loin. Les hommes se faisaient la guerre depuis des générations et des générations. Déjà en ce temps, Athéna semblait s'éloigner mais ce n'était pas d'elle que la déesse se souciait mais bien de se renaissance.

Une nouvelle fois, elle se laissa entraîner par le cosmos du maître du Sommeil et son image de jeune femme splendide lui reparut. Ses pieds foulaient toujours les terres du Royaume de Sicile, si proche de la Grèce ottomane. Elle respirait l'air de la nuit. Les étoiles scintillaient encore alors que la nuit commençait à pâlir. Le temps qu'elle progresse en direction de l'Etna et du Vésuve, le jour se levait.

L'image se brouilla de nouveau et la déesse s'arrêta. Ses paupières closes se crispèrent alors que ses mains se mirent à serrer celles d'Hypnos. Elle sentait que quelque chose lui faisait mal. Quelque chose qu'elle préférait prendre le temps de comprendre avant de se laisser aller. Des flammes apparurent alors et elle comprit. Elle devait passer par les volcans pour se rendre dans l'Hadès et sans être totalement éveillée, elle ne pouvait le faire seule.

Sa voix s'éleva alors tandis qu'elle relevait la tête vers le dieu du Sommeil.

- Hypnos, aide-moi. Il faut que nous traversions ensemble ce lieu en en brisant l'écorce entre les mondes sans provoquer le courroux du divin Forgeron. Le passage des volcans est celui qui nous permettra de redonner vie au Royaume Souterrain. Le Vésuve en est une des portes cachées. Une fois passée cette épreuve, il ne restera qu'une dernière étape pour rompre le lien m'empêchant de reprendre toutes mes forces. Le cadeau qui m'a liée à Hadès et aux terres infernales. C'est cela dont j'ai besoin pour reprendre toute ma puissance et redonner vie aux Enfers. C'est cela l'ultime étape lorsque mon cher époux est absent. Il faut que tu nous mènes, nous ou juste nos énergies, au Vésuve et ménage l'esprit du Forgeron pour qu'il ne s'oppose pas à nous...

Le rêve lui avait au moins permis de gagner encore davantage de force. Elle s'était bien dirigée au bon endroit avant de s'égarer et d'errer dans le monde et finalement atterrir à Sparte mais maintenant, ses pérégrinations touchaient à leur fin. L'ultime passage allait se faire dès que les deux divinités auraient uni leur puissances pour ouvrir l'ancien passage sacré...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hypnos
Dieu du Sommeil et des Rêves
Staff KoH
avatar

Messages : 425
Date d'inscription : 21/07/2013
Localisation : Jamais loin de ma reine

Feuille de personnage
Hp:
250/250  (250/250)
CS:
720/720  (720/720)
Pa:
250/250  (250/250)

MessageSujet: Re: A la rencontre du Sommeil [Privé Hypnos]   Dim 2 Mar - 21:18

Rêves, souvenirs et visions. Le tout enchevêtré dans un complexe canevas devant amener au grand retour de la sombre impératrice.

D’abords l’enfance, puis la jeunesse, puis le temps du doute et de l’errance, avant que ne vienne le grand silence.

A chaque époque que nous traversâmes, un nouveau morceau du passé de Perséphone nous était révélé.

Si proche à présent du moment des adieux, si proches de ce moment fatidique où plus de cinq siècles plus tôt, elle nous quittait pour ne revenir qu’aujourd’hui.

Enfin son absence allait prendre fin. A présent, nous étions tous deux enfin réunis pour rendre au sombre empire toute la gloire que des mains infidèles avaient souillées.

"Si tu es prêtes, allons-y immédiatement."

Le temps nous était compté, chaque secondes que je passais hors du monde des rêves était une seconde pendant laquelle le roi des dieux pourrait me repérer, et me sommer de venir à lui ou pire encore.

Il ne faisait pas bon de faire preuve de lèse-majesté avec un être aussi tatillon que l’était le père de l’Olympe, surtout maintenant qu’il devait avoir tant à cœur de raffermir son autorité après plus de deux mille ans d’absence.

"Suis-moi."

Esprits nous étions, dans le monde des rêves, mais pour le voyage que nous devions accomplir, nous devions devenir tangibles, au moins assez pour pouvoir influer sur la triste réalité où Perséphone souhaitait être ramené.

D’un souhait, je nous fis devenir brumes et nuages d’or ou d’améthyste. Tout allait se jouer maintenant, alors que je nous faisais maintenant apparaître à l’entrée des forges du divin boiteux.

Imposante, d’un style architectural sobre et brut de forge, comme à peine tirées de l’enclume, les larges portes d’airain ne nous retinrent aucunement. Nous infiltrant en elles au travers de leur imposante serrure, nous pénétrâmes alors dans le sanctuaire aujourd’hui inhabité du divin forgeron.

Il y régnait comme d’ordinaire une chaleur proprement étouffante, une chaleur qui aurait été simplement intenable pour un être simplement fait de chair et de sang.

Louant alors ma vivacité d’esprit pour nous avoir ainsi rendus éthéré, je nous fis progresser toujours plus loin parmi les fonderies et les innombrables sillons creusés à même la roche où devait en temps normal couler à flot le métal en fusion.

L’entrée des enfers, notre objectif. Située au plus profond des entrailles du Vésuve, je savais que tout serait une question de timing, mon retour sur Terre ne passerait pas inaperçus, pas à Ses yeux.

"Plus vite Perséphone, plus vite pour notre salut."

Le choix était drastique, sans avantage apparent. Soit nous utilisions d’avantage de cosmos, et accélérions notre découverte, soit nous restions ainsi le plus discret possible, mais augmentions le temps que nous passions à découvert.

Plus secret encore nous devions être, plus rapides et plus malins.

"Les conduites de lave !"

Courant au travers de la montagne, elles plongeaient profondément en son sein jusqu’à la croute terrestre, là où elles puisaient le magma rougeoyant indispensable à Héphaïstos.

Changeant radicalement de direction, je nous fis alors littéralement entrer dans un des becs verseurs servant à emplir les vastes cuves de l’une des principales fonderies de la forge divine.

A présent vide pour notre plus grand bonheur, nous suivîmes alors son cour encore et encore, probablement sur des centaines et des centaines de mètres dans le noir le plus total, jusqu’à ce qu’enfin, au bout de ce qui semblait être une interminable descente, nous atteignîmes tous deux ce que je reconnus être l’immense réservoir à magma où tous les tuyaux prenaient leur source.

Fermé par un immense iris rougeoyant et luisant au cœur de l’immensité de la poche de métal, derrière lui je savais trouver le magma, et l’entrée du sombre empire juste après.

"Prête ?"

Je lui aurais alors volontiers serré la main, mais n’ayant pas de corps, je ne pus que lui dispenser d’avantage mon cosmos comme pour l’encourager dans cette épreuve avant qu’ensemble, nous ne traversâmes le métal brulant pour nous immerger dans la lave en fusion que le cœur de Gaia faisait monter à la surface.

Aveuglant, de mille tons de rouge, d’orange et de jaune, l’océan de feu nous accueillit sans nous bruler, nous qui n’étions alors que pur énergie.

Nous laissant alors couler au cœur de la fournaise n’ayant rien à envier à celle du sombre empire, je sentais que notre destination finale approchait, déjà les énergies infernales nous entouraient en nous révélant l’autre côté.

A chaque mètre que nous faisions, la vision devenait plus distincte, jusqu’au moment où la frontière fut franchie, et que le sombre empire nous apparaisse enfin.

"Bon retour chez toi Perséphone, enfin, dans un de tes chez toi."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Coré/Perséphone
Déesse des Enfers et des Saisons
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 13/08/2013
Localisation : Partout dans l'autre monde, en Olympe ou au Château d'Heinstein

Feuille de personnage
Hp:
359/359  (359/359)
CS:
735/735  (735/735)
Pa:
350/350  (350/350)

MessageSujet: Re: A la rencontre du Sommeil [Privé Hypnos]   Jeu 6 Mar - 20:48

C'était une demande, un appel d'un ami vers un autre. C'était en toute confiance que Coraline avait placé sa vie et son avenir entre les mains d'Hypnos. L'éveil final était tout proche, si proche qu'elle pouvait sentir son coeur battre plus intensément. Même au plus profond du sommeil que lui offrait le fils de Nyx, elle réagissait. Tout son corps réagissait, s'entourant d'un halo sombre et magnifique. Héléna pour seule garde, la jeune femme était vulnérable en cet instant tel un bourgeon sommeillant encore au plus profond de l'hiver. Une splendide pousse endormie sous un épais manteau mais fragile si fragile. La suivante de Déméter était capable de tout pour celle que sa déesse aimait plus que tout, l'enfant chérie qu'elle avait eu de Zeus.

Plus encore que les flammes des volcans, c'était les saints venant d'apparaître dans l'enceinte de Sparte qui représentaient un danger pour elle. Attaquer une déesse en son sommeil ne les dérangerait pas plus que cela. Coraline ne le savait pas encore mais une partie d'elle-même réagissait à ce que son instinct reconnaissait comme une menace. Son aura se faisait plus trouble, oscillant entre l'ombre et la lumière tout en passant pas des passages plus colorés.

- Oui, je vais aussi vite que mes sens me le permettent. Mon esprit s'ouvre davantage à chaque nouvelle strate franchie. Les flammes sont si forte si belles tels devait l'être l'Achéron avant d'être jeté aux Enfers pour avoir trahi les dieux. Le fils du Soleil prisonnier des Enfers, réduit à un fleuve...

Le reste ne fut que traversée au travers des passages établis par le dieu forgeron pour alimenter sa forge au plus puissant de tout les feux. Si fort que cela aurait détruit tout être avant même qu'il ne le ressente. Y entrer sans dommage en suivant les canalisations du divin Boîteux était un tour de force que seuls les dieux pouvaient réaliser. Hypnos ouvrait une piste d'or et de lumière dans laquelle Coraline s'engageait sans crainte, éblouie par le véritable soleil qu'était devenu le fils de la Nuit.

Elle sentait aussi son regain de puissance. Quelque chose avait changé dans l'éternité du maître du Sommeil et si les circonstances avaient été tout autre, elle lui aurait demandé qui était à l'origine de ce changement...

Tu sembles tellement rayonner malgré les menaces sur ta tête. J'aimerais avoir le temps d'en reparler avec toi quand tout sera en place.

Une promesse qu'elle se fit alors que soudain une nouvelle sorte d'énergie l'entoura. Se laissant guider par Hypnos dont le cosmos suffisait, la déesse des saisons se concentrait sur cette énergie si différente de celle de la surface. Yeux fermés, elle la laissait l'entourait, l'approchait. Des longs filins de cosmos sombres furent les premiers à l'effleurer. Lenteur et douceur comme si les lieux auxquels ils appartenaient se réjouissaient de son retour tout proche. D'effroyables pour le commun des mortels, les courants cosmiques changeaient à son contact. C'était comme si un cocon amoureux l'étreignait en rejetant toute la noirceur et la cruauté dont il était chargé. Cela n'avait rien de commun avec tout ce que les sacrilèges en connaissaient. C'était plutôt la face tendre du roi des Enfers qui se manifestait au travers de ce cocon de douceur entrant en résonance avec l'énergie de la déesse des Saisons. Une à une les dernières entraves se brisaient. Seul le cosmos latent du seigneur du Sombre Royaume en était capable. Et alors qu'enfin un des passages s'ouvraient totalement une entrée devant eux, la déesse ressentit un immense changement en elle. C'était comme si l'écorce qui la maintenant à l'état de fleur demi-éclose se brisait, se rompait enfin. Une immense explosion de cosmos s'en suivit, puissante, bleuté intense avec des pointes de couleurs évoquant l'été...

- Oui, enfin, je suis de retour chez moi...

Le dieu du sommeil se trouvait face à elle. Splendide et rayonnant en ces terres qui étaient aussi les siennes. Ces lieux étaient davantage destinés à la déesse des Enfers mais Coraline n'était pas aussi limitée que certaines autres déesses. Aussi sourit-elle à son ami et allié tandis que les lieux prenaient une forme nouvelle à son approche. Un seul souffle de son cosmos suffit pour que se révèle la magnificence de l'antichambre des Enfers qu'Hadès avait offert à sa reine. Un lieu qui contrairement à son nom avait tout d'un paradis de douceur et de joie. Tout ici était fait pour la déesse et son bonheur. Un passage entre les mondes qui avait pour plus précieux trésor, le grenadier sacré.

De sa main immatérielle, Coraline toucha le fruit. Elle savait ne pouvoir le consommer mais quelqu'un pouvait encore l'y aider.

- Hypnos, peux-tu transporter ceci dans ma réalité ? Toi qui est capable de tout matérialiser, peux-tu m'offrir ce fruit sacré là où se trouve mon enveloppe ? Il te suffit de le déposer et de m'éveiller...

C'est la dernière étape mon ami. Le passage vers les Enfers est de nouveau ouvert et dès que mon cosmos explosera, tout se rouvrira... 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hypnos
Dieu du Sommeil et des Rêves
Staff KoH
avatar

Messages : 425
Date d'inscription : 21/07/2013
Localisation : Jamais loin de ma reine

Feuille de personnage
Hp:
250/250  (250/250)
CS:
720/720  (720/720)
Pa:
250/250  (250/250)

MessageSujet: Re: A la rencontre du Sommeil [Privé Hypnos]   Jeu 6 Mar - 22:21

Enfin, devant nous, le sombre empire, ou tout du moins ce qu’il en restait après la dernière guerre sainte.

Autrefois débordant d’énergies sombres, aujourd’hui manquant cruellement de la puissance de leur suzerain légitime, disparut corps et âme depuis plus d’une décade maintenant. Tant avait été perdu, tant avait été oublié. Pendant treize longue années, nous avons attendu, espérés patiemment le retour d’un des deux souverains du sombre empire, et voilà qu’aujourd’hui la divine fille des saisons nous revenait, porteuse du vent du renouveau.

"Il semble que ton cosmos soit de retour."

Lui souriant sans qu’elle puisse le voir, toujours sous la forme de nuages éthérés, nous nous rendions à présent là où s’était joué le sort de la sombre impératrice, au seul endroit du sombre empire ou des fleurs s’étaient vue accorder le droit de pousser. Un cadeau d’Hadès pour s’elle dont il s’était épris dès le premier regard.

Survolant alors les cercles infernaux et les prisons où s’entassaient par légions les damnés, en cela au moins je voyais la rassurante vision d’un royaume conforme à son passé. Au moins en cela il n’avait pas changé.

"Nous y voilà."

Enfin le champ de fleur apparaissait au loin comme une vague de couleur et de lumière dans un monde éternellement plongé dans la noirceur et la détresse.

C’était là, des milliers d’années avant aujourd’hui, qu’Hadès avait lié le sort de Perséphone à celui du sombre empire, c’était là que se trouvait l’arbre aujourd’hui sacré qui de ses fruits nous avait apporté une impératrice.

"Le voilà. Ça doit te rappeler des souvenirs j’imagine, et peut être pas que des bons étant donné les circonstances."

A l’époque effectivement, l’union d’Hadès et de Perséphone s’était faite de manière pour le moins unilatéral, et la douce fille des saisons n’avait alors pas vraiment eut son mot à dire. Ce ne fut qu’avec les années puis les siècles passant qu’elle commença à partager les sentiments de son suzerain, allant jusqu’à apprendre à apprécier son nouveau statut d’impératrice infernale pour au final devenir celle qu’elle allait redevenir aujourd’hui.

"Perséphone ?"

Elle avait raison, ce qui avait été fait dans le passé, aujourd’hui devait être refait. Pour que les enfers renaissent, il leur fallait de nouveau l’apport du pouvoir d’un de leur souverain. Et en l’absence d’Hadès, ce rôle lui revenait de droit.

"Oui, il en sera fait selon tes vœux. Pour ma part, je vais rester ici et t’attendre. Trop longtemps ces terres sont restées sans surveillance, et maintenant que tu nous reviens, je sais que de grandes choses trop longtemps mise de côté vont pouvoir être accomplies."

Manifestant l’incarnation de ma volonté sous la forme du sable d’or, je l’envoyais alors cueillir un des fruits du divin grenadier pour l’amener vers nous.

"Je te renvois maintenant à ton enveloppe corporelle chargée de ce fruit sacré par lequel tu reprendras ce qui t’appartient. Reviens-moi vite Perséphone, ces terres, tes terres ont besoin de toi. Et l’orage approche."

Je ne me faisais pas d’illusions, mon temps était compté, et avant que ne sonne le glas, j’avais encore une dernière chose à accomplir, et pour cela, j’avais besoin d’elle pleinement incarnée.

Rompant peu à peu le lien qui nous unissait, je la faisais lentement revenir à son propre monde onirique avant de la renvoyer en elle, là où elle se réveillerait avec en main la clé de son avenir.

"Reviens-moi vite."

 Arrow Le champ de fleur


Dernière édition par Hypnos le Sam 8 Mar - 0:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Coré/Perséphone
Déesse des Enfers et des Saisons
avatar

Messages : 126
Date d'inscription : 13/08/2013
Localisation : Partout dans l'autre monde, en Olympe ou au Château d'Heinstein

Feuille de personnage
Hp:
359/359  (359/359)
CS:
735/735  (735/735)
Pa:
350/350  (350/350)

MessageSujet: Re: A la rencontre du Sommeil [Privé Hypnos]   Ven 7 Mar - 18:39

La dernière, l'ultime phase avant son réveil. Délicate et si sensible, la déesse était de retour en son Royaume, du moins en esprit. Déjà les lieux réagissaient à son cosmos. Les fleurs se faisait plus belles tout comme ce lieu secret où elle seule avait accès. Face à Hypnos, Coraline ne pouvait que se réjouir. Son absence avait été tellement longue, bien plus qu'elle ne l'aurait imaginé. Plus de cinq siècles s'étaient écoulés depuis son départ de ces terres tant honnies.

- Mon cosmos est de retour pour faire renaître l'autre monde. Notre monde, celui des êtres ayant achevé leurs vies sur les étendues de Gaïa. Ces lieux morts porteurs de morts n'attendent que le retour de l'un de leurs souverains pour renaître. Tout ce qui était notre outre monde n'est plus, tout ce qui sera notre monde n'attend que mon essence. Les humains nous haïssent, nous rendent coupables de tous les maux de la terre mais ils ne voient pas ce qu'endurent quotidiennement les spectres et l'ensemble de l'Hadès à force de n'être nourris que de leur noirceur. Mon cher époux n'était pas un monstre capable de ce qu'on m'a rapporté au cours de mon errance. Jamais, il n'aurait mis ma vie en danger. Je ne sais ce qui a pu se passer mais moi aussi, je compte l'apprendre, le savoir, mon cher ami...

Un sourire de la part de la déesse avant que le maître du Sommeil n'accède à sa requête. Un des précieux fruits venait de se détacher de l'arbre sacré avant de se déposer entre ses paumes jointes. Le temps de redresser la tête pour sourire au dieu et elle se sentit repartir vers le monde réel...




Un rayon de soleil l'accueillit soudain alors qu'elle ouvrait les yeux sous le regard inquiet d'Héléna.

- Tout va bien, mon chère Héléna...
- Ma déesse, il devient dangereux de demeurer davantage en ces lieux. Des énergies se sont faites ressentir. Celles de guerriers au service de votre soeur et celle d'une déesse d'une puissance égale à celle de la Sagesse.
- Une de mes soeurs donc.
- Oui, la déesse Artémis.
- Je n'ai rien à craindre d'elle. Artémis n'a rien contre moi...
- Oui mais...
- Ne crains rien pour les saints de ma soeur Athéna. Aucun d'eux ne peut plus rien désormais. Grâce à Hypnos, le temps de l'errance est achevé et celui de mon nouveau sacre et de la renaissance des Enfers approche.

A ces mots, elle releva. Sa longue chevelure noire dénouée coulant en une véritable cape soyeuse dans son dos. Toute la splendeur de la déesse des Enfers s'était éveillée mais il lui restait un dernier acte à accomplir. Entre ses paumes aussi douces que délicates s'était matérialisé le fruit sacré que lui avait fait parvenir Hypnos. D'un geste, elle le rompit et en avala les graines.

Ses yeux se fermèrent un instant tandis que les grains s'étaient brisé libérant en elle le lien et la puissance de la reine des Enfers. De part ce geste sacrée, elle annonçait à tous son retour. L'ombre de la Mort s'étala soudain sur la Maison Noire accompagnée d'une chaleur nouvelle et de la promesse de la renaissance, du retour du printemps. Sans ajouter un autre mot, elle glissa vers le bord du lit qu'avait si souvent occupé Raziel avant de se relever.

- Héléna. Tu as été la meilleure de toutes les suivantes de ma mère, la meilleure de tous les professeurs et une amie dévouée. Les Enfers ne sont pas pour toi, néanmoins, je t'offre ceci pour qu'entre toutes les dames de ce monde, tu puisses accéder aussi bien au Royaume de ma mère qu'au mien. De part ce présent, tu es l'élue sacrée de la Reine des Enfers. Merci pour tout mon amie...

Sa voix s'était faite aussi douce qu'une brise d'été avant qu'elle ne tende un diadème serti de rubis représentant des fleurs de pavots et d'or ciselé en sublimes épis de blé. Submergée par l'émotion, la brune Héléna, s'agenouilla devant la reine des Enfers avant de tendre les mains et de le ceindre, tremblant doucement. Les larmes aux yeux, elle finit par se reveler.

- Vous allez partie ma déesse.
- Il le faut. Les Enfers mais aussi Hypnos courent un grave danger. Maintenant que je suis éveillée, je le sens au travers des courants de cosmos. Notre monde a besoin de nous, de moi et de l'appuis des spectres.
- Je serai toujours à vos côtés, ma déesse tout comme aux côtés de votre divine mère, la grande Déméter. Zeus est de retour.
- Tout comme Artémis, Arès, Hermès, Thalie, Clio ainsi qu'une déesse encore inconnue.
- Celle dans le... ?
- Oui, je ne sais qui elle est mais sa bonté est immense. Je le sens, elle est comme l'étoile brillant au lointain...


Soudain, le cosmos de la reine des Enfers s'embrasa et éclata dans l'ensemble de la Maison Noire. Sa puissance était telle qu'aucun futur spectre ne pouvait douter de sa présence.

" Spectres de tous horizons et futurs spectres. C'est votre reine qui vous parle. Après d'innombrables saisons loin de vous, je suis enfin de retour. Pour l'avenir de notre Royaume, je dois repartir aux Enfers sur-le-champ. Pour vous et pour l'ensemble des nôtres, je déploierai toute ma puissance pour faire renaître notre monde. Tenez-vous prêts à nous rejoindre dès que mon cosmos débordera des Enfers, ce sera pour tous et toutes le signal de la renaissance de notre monde et du grand rassemblement pour la plus grande gloire des Enfers. Que tous sachent que moi, Perséphone suis prête à reprendre le flambeau laissé par mon cher époux après son scellement et qu'une nouvelle ère de gloire et d'espoir commence pour nous selon le code de Justice des Enfers.

Entraînez-vous pour être les meilleurs, les plus redoutables et redoutés et surtout les plus puissants dans l'immense assemblée des guerriers sacrés. Que votre seul nom fasse tremble sur l'ensemble de la terre. Et lorsque le moment sera venu, rassemblez-vous autour de notre représentante, Lady Pandora, dès qu'elle sera de retour et vous appellera tous. Sa parole et ma parole. Quoi qu'elle vous demande, respectez la. Manquer de respect à ma prêtresse et la châtelaine d'Heinstein est me manquer de respect.

Pour les destinées de notre monde, Hypnos et moi allons joindre nos forces et vous rendre ce qui vous a été traîtreusement dérobé.

Que vos routes soient juste et aveugles. Que seule la loi des Enfers guident vos pas pour assurer la survie de la planète et des deux royaumes "


L'énergie de Perséphone brilla encore un long moment faisant vibrer l'ensemble de la Maison Noire qui s'en trouva renforcée avant de retomber lentement.

- Héléna
- Ma déesse...

Les deux femmes s'étreignirent longuement avant qu'elles ne se séparent.

- Au revoir mon amie...
- Au revoir ma déesse.


Et sur ces simples mots, Perséphone fit exploser son cosmos et se transporta de suite aux Enfers...

" J'ignore qui vous êtes mais merci d'avoir créer cette cité. Je ne peux vous récompenser de suite pour ce que vous avez fait pour mes futurs spectres mais le moment viendra. Vous avez la parole de la reine des Enfers, Haut Commandeur de cette cité. Perséphone n'oublie pas ce que vous avez fait pour les siens... "

Et sur ce dernier message à destination d'Hazama dont elle connaissait depuis peu l'existence, Perséphone disparut, s'empressant de retrouver Hypnos.

==> Enfers

HRP : Héléna s'en retourne dans le temple de Déméter ne pouvant demeurer à Sparte.

L'ensemble des spectres et futurs spectres ont pu ressentir l'immense énergie de la reine des Enfers. Lady Pandora comme l'appelle la déesse sera reconnue comme représentante de la déesse dès qu'elle sera éveillée, tout spectre lui devra le respect sous peine d'insulter ouvertement la déesse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A la rencontre du Sommeil [Privé Hypnos]   

Revenir en haut Aller en bas
 
A la rencontre du Sommeil [Privé Hypnos]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vos photos d'Hypnos le Dieu du Sommeil
» 04 - Hypnos, le Sommeil
» [TUTO] Envoyer un message privé à un membre
» La paralysie du sommeil !!! (attention ame sensible s'abstenir)
» Shooting privé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Knights of Hope :: Sparte la Sacrée :: Dortoirs :: Maison d'Hadès-
Sauter vers: