Forum RPG dans l'univers de Saint Seiya (Les chevaliers du Zodiaque)
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La Caverne aux trésors

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Thalie
Muse de la Comédie
Staff KoH
avatar

Messages : 539
Date d'inscription : 20/07/2013

Feuille de personnage
Hp:
220/220  (220/220)
CS:
525/525  (525/525)
Pa:
500/500  (500/500)

MessageSujet: La Caverne aux trésors   Sam 4 Jan - 21:27

==> Clio, Arwen, David et moi venons d'ici

[Post court pour débuter, écrit en accord avec Arwen pour son départ de Sparte  Wink ]

Légèreté et pureté, c'était avec autant de grâce que de lumière que l'Ange blond que j'étais sous l'éclat merveilleux d'Hélios avait pris son envol. La main dans celle de ma soeur à gauche et de mon frère à sa droite, je ne pouvais détacher le regard de celle qui voguait à quelques voiles de moi. C'était ainsi qu'Arwen et moi volions côte à côte dans un éternel enchantement. La chaleur dans mes yeux ne pouvaient tromper personne sur les liens m'unissant à celle dont le nom était devenu celui d'une Etoile.

- Mère...

Je pouvais lui parler des événements de Sparte, de l'intervention de son père dans les rêves de Cypris et dans la vague de Sommeil s'étant abattue sur la ville du Cosmos. Et puis, je lui présentais de loin sa tante flottant près de moi alors qu'elle riait aux plaisanteries du roi des Beaux Parleurs. C'était cela la force des divinités bénéfiques. Répandre une énergie puissante mais plus créatrice que destructrice. Telle un soleil, telle une enchanteresse, je me posais près des artistes, leur glissant de ma voix, des mots, des gestes, une attitude, un jeu de mouvements et enfin de rire. Quels étaient les dons de ma fille ? Jamais, elle n'avait révélé au monde ce qui dormait en elle sinon sa clairvoyance face aux élus de Sparte. L'art et la science mêlés au rêve et à l'imagination.

- Là bas ? Est-ce la magnificence du Mont Olympe ?
- Oui, Arwen. C'est cela le Royaume du roi des Dieux, ton grand père, ma tendre Etoile.


Emprunter la voie des chevaux du vent était toujours un délice qui s'achevait trop vite. Rester à voguer sur les courants loin de tout était tellement tentant mais je ne pouvais repousser davantage un atterrissage vers notre destin. Arès et Artémis étaient déjà aux côtés de père. Pourtant, ce ne serait pas mon temple ou celui de père ma première destination. J'avais un frère qui désirait passer d'abord par chez lui.

- Arwen, nous allons passer par le temple d'Hermès. Fais attention aux traces laissées par Arès.
- C'est lui qui a tout fait flamber ?


Elle me désignait ce qu'il restait du temple du dieu des Arts. Une grande tristesse m'envahit en pensant à mon grand frère. Il était un de mes proches et celui qui nous rejoignait en toute occasion, le dieu des Arts, protecteur avec sa jumelle Artémis des Muses. Voir sa demeure réduite à l'état de ruines carbonisées et encore le terme était trop doux me peinait tellement. Je n'osais même pas imaginer ce qu'il se serait passé si par malheur Apollon avait été éveillé en cet instant. Et comme je sentais qu'on m'attendait, je repris.

- Oui, c'est lui. Nul doute possible, ça y est, nous y sommes. Posons-nous devant l'entrée de ta demeure, David.

La caverne des voleurs d'Ali Baba... M'amusais-je à penser mais le temps n'était plus aux plaisanterie. Ainsi en un ballet d'ailes et de plumes imaculées, je rejoignis la terre ferme, déposant avec une infinie délicatesse ceux qui avaient fait la route avec moi tandis qu'Arwen rejoignait le sol avec la grâce d'un pétale se déposant sur un tapis de soie.

- Nous voici chez toi, petit frère...

Cela me fit sourire tandis qu'Arwen nous rejoignait. Le temps de présentations entre elle et Clio était venu. Surprenant le regard de ma fille, je lui laissai le choix de se présenter elle-même si elle le souhaitait. Un instant, mon esprit s'éloigna alors que ma main se posait sur mon coeur. Toujours cette crainte, cette appréhension.

Hypnos, mon amour, mon roi, mon soleil, si seulement tu étais là, près de moi. Je t'aime, je t'aime tant...

_________________
L'Or et la Foudre guident mes pas. Je suis l'Ange de Lumière et la Divine Inspiratrice veillant du haut de l'Olympe ou des profondeurs du monde des rêves...

Spoiler:
 



Spoiler:
 


Hypnos, mon roi, mon soleil, à jamais, je t'aimerai et suis tienne...

~ Paroles de Thalie ~ ° ~ Paroles de Bloody ~ ° ~ Pensées ~ ° ~ " Transmissions de Pensées " ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arwen
Haut-commandeur de Sparte la Sacrée
avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 10/08/2013
Localisation : Sparte la Sacrée

Feuille de personnage
Hp:
334/334  (334/334)
CS:
610/610  (610/610)
Pa:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: La Caverne aux trésors   Jeu 9 Jan - 18:25

[HRP : un peu en retard avec les fêtes. J'hésitais à t'appeler Tonton Hermès, David ^^ Du coup; je dis juste mon oncle  Razz Même chose pour Tata Clio]

==> Je viens d'ici avec ma mère, ma tante et mon oncle

C'est donc cela l'Olympe, la Montagne Sacrée où siègent les douze dieux...

Simples réflexions dans les pensées de la scientifique de Sparte dès que ses pieds soigneusement chaussés de bottillons clairs s'étaient posés sur le sol. Un sol baigné de lumière d'où émanait une douceur n'existant nulle part ailleurs. Où que se posât son regard, tout n'était que beauté et majesté, tantôt splendide tantôt menaçant, impérieux mais divin. Nul doute là dessus, tout était divin, jusque dans la noirceur de la Forge du divin Boîteux. Puis, il y avait le ciel qui les surplombait, d'un azur unique, parfait tout comme l'air dont la pureté était tout simplement inimaginable sur terre. Un air non vicié par l'industrie humaine mais préservé par les ans et l'isolement.

Un instant, Arwen se serait crue de retour dans l'enchantement éternel qu'était le jardin-monde d'Arcadia qu'avaient crée ses parents. Un lieu aussi accueillant que l'était en apparence la terre de son grand père. En apparence car ce qu'il flottait dans l'air n'avait rien de paisible. D'énormes traces de brûlures couvraient le sol en une piste plus que reconnaissable tout comme le cosmos de son propriétaire et le changement qui s'était opéré en lui depuis son expulsion de Sparte.

Hum, Argron est désormais le dieu de la Guerre à part entière tout comme celle qui s'opposait à lui dégage maintenant une énergie divine. Une chance que tous ne soient pas comme eux.

Un regard de biais vers sa tante et son oncle qui se tenaient à quelques pas d'elle et de sa mère, la Muse de la Comédie.

Quelle étrange contraste que celui s'étalant sous les rayons du soleil que celui de la jeune femme blonde, revêtue de sa blouse blanche, fermée par dessus sa tenue plus que moderne et celui des deux incarnations divines qui s'avéraient être plus anciennes qu'elles et paradoxalement plus fragiles en ces instants de doutes.

Clio était un véritable mystère pour elle. Dire que quelques instants à peine, la scientifique de Sparte se tenait encore au chevet de ses étudiants. Ses gestes et ses pouvoirs apaisant les nombreux blessés alors que le calme revenait enfin en maître et que déjà la vie reprenait ses droits. Une vie qu'elle avait toutes les chances de ne plus connaître. Maintenant que le secret de ses origines avait été dévoilé, la blonde enseignante savait que sa présence dans la ville du cosmos dépendrait des décisions du Haut Commandeur Hazama ainsi que du nombre de personnes dans la confidence. Un peu trop à son goût mais elle n'y pouvait rien. Hermès avait parlé sans se doute de la haine viscérale entre les saints et les divinités des Enfers. Annihiler Hadès en l'enfermant dans une urne ne leur suffirait jamais. Sans doute qu'il faudrait que son père subisse le même sort pour que les chevaliers de la déesse se sente enfin débarrassés de toute menace. Pourtant, Hypnos avait aussi son rôle à jouer tout comme son jumeau. Rien n'était aussi simple aussi manichéen que le pensait le commun des mortels. Perdre Hypnos serait la fin de l'humanité tout comme la perte de Thanatos, de Poséidon et même d'Hadès. Instaurer la paix était vital mais autrement que par les armes et les guerres semblait un rêve hors de portée de tous. Un rêve que partageait pourtant la jeune femme et sa mère. Les deux déesses avaient accepté l'existence de Sparte pour cela, pour ce monde nouveau et en paix dont quasi tous les dieux bénéfiques rêvaient...

Puis, soudain, elle tendit la main vers sa tante de l'Histoire.

- Bon retour chez toi, ma tante. J'espère qu'un jour, je pourrais aussi en dire autant.

De l'appréhension dans sa voix, la fille du Sommeil et de la Comédie n'ignorait rien des actes de son père lors des Guerres qui avaient fait rage entre Athéna et Hadès tout comme elle n'ignorait rien des épreuves qu'avait endurées sa mère. Les souffrances que tous deux avaient traversé n'excusaient en rien les massacres auquel son père avait participé de part son allégeance au sombre monarque du Royaume Souterrain. Rien n'effacerait cela...

Ainsi demeura-t-elle silencieuse tout en serrant la main de sa mère dont elle s'était rapprochée. La splendide Muse n'avait pas besoin de cela en plus, Arwen s'était promise de tout faire pour soutenir la cause de ses parents. Jamais, elle ne laisserait personne s'en prendre aux siens. Elle n'avait rien pour faire pour Sparte mais s'était efforcée d'apaiser les blessés et de réparer les dégâts. Sa seule faute était de ne pas avoir été sur place lorsque tout avait éclaté mais en ce cas, si elle était coupable de par son absence, quasi toutes les divinités l'étaient aussi...

Une nouvelle fois, elle regarda sa tante se rappelant leur rencontre. Elle lui avait offert un cadeau tout moderne pour voguer sur la toile et consulté tous ce que les humains s'amusaient à y envoyer par le biais de leurs nouvelles techniques de communication. A un détail près, ce que Arwen lui avait offert fonctionnait non au moyen de source d'énergie classique mais directement avec son cosmos. Et puis, au moins, la Muse nouvellement éveillée restait au contact d'éléments de sa vie quotidienne, après tout le temps des plumes et des feuilles de parchemins voire de papyrus était révolu depuis des centaines d'années. Voir une Muse tenir un Ipad en mains n'avait rien de choquant en tout cas, pas pour une enseignante de Sparte la Sacrée. Athéna, elle-même n'avait jamais dédaigné les outils de son époque même si, tout comme Arwen, elle pouvait totalement s'en passer. Clio en ferait ce qu'elle voudrait, elle pouvait ou non s'en servir, pour Arwen, c'était un présent du coeur pour une parente restée longtemps loin des siens...

Inutile en apparence pour nous qui sommes capables d'user du cosmos à un niveau que les humains ne connaissent point mais idéal en réalité pour les approcher et leurs parler sans les effrayer ou éveiller les plus bas instincts. Combien d'entre eux rêvent de détenir nos dons sans se rendre compte du prix incommensurable que nous en payons...

Les hommes tout comme les dieux ne sont point parfaits...

Un jour sans doute comprendront-ils qu'une nouvelle harmonie doit se mettre en place, une nouvelle paix pour sauver le monde. Si seulement, elle pouvait venir sans effusion de sang, sans guerre, sans vaine tentative de déicide...


Le regard qu'avait lancé Ozymandias avait été si éloquent. Il n'hésiterait jamais. En cas de guerre sous le chef de la Sagesse, le saint des Gémeaux s'en prendrait sans le moindre regret à elle et la détruirait, ou plus exactement neutraliserait son enveloppe...

Arwen le savait, les saints se retourneraient contre encore plus certainement que les feraient les spectres qui eux étaient des fanatiques au service de leurs divinités. Se méfier davantage des saints de l'Espoir plutôt que des Sbires d'Hadès, un bien surprenante mais inévitable réalité. Enfin, le temps pour cela n'était pas encore venu. En cet instant, ils étaient simplement quatre membres d'une même famille devant l'antre de l'un d'entre eux, le reste lui viendrait quand son heure aurait sonné...

Et pas avant... Ce sera pour l'instant qu'auront décidé les Moires.

Puis, secouant la tête aux paroles de sa mère, elle s'empressa d'ajouter, rajustant dans la foulée sa blouse blanche.

- Oui, bon retour chez toi aussi, mon oncle. Tu nous laisseras entrevoir certains de tes trésors ou c'est comme la caverne d'Ali baba ?

Un ton enjoué pour dissimuler du mieux l'appréhension qu'elle avait de se retrouver bientôt face à son grand père. Le roi des dieux, celui dont sa mère disait tant de bien. Elle avait beau avoir entendu des centaines non des milliers de fois que son grand père en pourrait qu'aimer une petite fille aussi talentueuse et magnifique qu'elle, la jeune femme ne pouvait s'empêcher de trembler à l'idée de le rencontrer.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hermès
Messager des Dieux
avatar

Messages : 181
Date d'inscription : 02/09/2013
Localisation : Quelque part à m'amuser

Feuille de personnage
Hp:
340/340  (340/340)
CS:
600/600  (600/600)
Pa:
500/500  (500/500)

MessageSujet: Re: La Caverne aux trésors   Mar 14 Jan - 2:18

Enfin... Depuis tout ce temps, il pouvait enfin sentir son but si proche, encore un peu et son but sera atteint. Tout sera enfin à lui sans même se forcer et en se comportant comme le dieu qu'il était depuis toujours. Si proche et pourtant, il restait encore une chose à faire; parler à Zeus son père. Dans cette situation, Hermès savait que Zeus ne pouvait qu'être heureux de savoir que son messager et l'un de ses fils favoris revenait à lui. Et c'est en comptant en partie sur cet effet qu'il allait faire son oeuvre sans avoir à cacher quoi que ce soit à son père.

Il savourant déjà les instants avant de voir enfin son père pour lui transmettre le danger qu'Arès représentait et ainsi, il écarterait un danger pour lui. Son heure arrivait et déjà il pouvait en trépigner d'impatience. Plus le temps avançait, plus son pouvoir grandissait pour se modeler dans son corps pour y recevoir toute sa puissance. Il y avait juste une petite partie qui restait encore là et qui faisait en sorte de préserver... David. Bien qu'Hermès semblât éveillé, il restait encore une étincelle de lui qui faisait que son éveil n'était pas encore total.

Il restait un dernier acte avant le retour du dieu des voleurs, celui où il ferait en sorte de préserver David avant de l'engloutir sans le vouloir. Clio... Oh Clio... Hermès voulait qu'elle préserve la mortelle qui était en elle avant que la muse en elle ne la fasse disparaître. Mais bon, un tel choix ne peut se faire sans être préparé mentalement et il fallait le faire de sa propre volonté. David et Hermès n'étaient pas une seule et même personne, l'esprit du dieu et celui du mortel se partageait encore ce corps bien que la limite devînt de plus en plus fine.

Se laissant porter par Thalie pour aller en Olympe, il ferma les yeux au début. Il pouvait en sentir la sensation de son cosmos, ah Thalie, si seulement elle n'était pas avec Hypnos, il aurait pu veiller sur elle comme jamais. Mais bon, ses sentiments ne devraient jamais à se savoir, il se l'interdisait. Jamais il ne devrait dévoiler ce qu'il pouvait avoir au fond de lui, après tout il avait l'habitude.

Ouvrant les yeux, finalement l'Olympe était en vue. Douce nostalgie lui frappa le coeur, tant de choses à se souvenir en ces lieux. Combien de fois il avait pu être là à observer les mortels pour diffuser sa chance pour eux? Un bon nombre de fois en tout cas. Les traces laissées par Arès étaient plus que visibles, c'étaient comme des balises pour signaler la direction qu'il avait pris à poursuivre Artémis.

Au loin, trois cosmos des plus intenses mais aussi reconnaissables qu'une lampe-torche dans le noir le plus total. Tout d'abord celui d'Artémis sa grande soeur, une femme aussi sauvage que la nature et celle où ses dialogues sont un peu délicats bien qu'il ne cherche jamais à la provoquer. Le second fut celui d'Arès, rien que de penser à ce qu'il venait de découvrir sur lui et la seule chose qu'il ne pouvait influencer le fit mettre sur ses gardes.

Et enfin, le dernier cosmos fut comme un retour aux sources, aussi puissant et intense, jamais Hermès ne se lassait de le sentir après tout ce temps. Zeus était enfin là, et un sourire s'affichait sur son visage, enfin son heure arrivait. C'est donc avec douceur qu'il put enfin poser ses pieds sur le tapis qui était en face de son antre. Ah ce tapis, il adorait le mettre ici, comme si son but était une invitation à y rentrer.

La question était, comment éviter d'y sortir les pieds devant? Hermès seul connaissait le secret de son antre et jamais il ne le dirait à qui que ce soit. Prenant une longue inspiration, la douce odeur des fleurs et l'air de l'Olympe le faisaient sourire encore plus. Thalie se mit à parler et finalement, Hermès porta son regard sur Arwen en riant d'une voix douce comme le cristal.


-Merci à vous deux, je me sens enfin bien. Et qui sait Arwen... Peut-être qu'un jour je montrerais quelque chose que toi seul pourras voir. Vois ça comme un porte-bonheur qui pourra me dire si oui ou non tu as besoin de moi. Mais pour le moment... Vous permettez, je vais y aller et je reviendrais dans une tenue plus... Adapté si je puis dire. Je reviens dans pas longtemps.

Inclinant la tête, il se mit à marcher en direction de son antre. Lentement mais sûrement, ses pas le menèrent au fond du temple à peu près vide comme toujours. Oh non il ne laissait rien paraître de ses trésors dans son temple rien qu'à lui. Derrière son petit autel, il toucha un mur tout ce qu'il y avait de plus banal, il fit grandir le cosmos divin coulant dans ses veines pour obtenir un résultat. Des symboles alchimiques firent leur apparition et prirent la forme d'un cercle où on put voir en son centre une flaque d'or se former. Ah voilà quelque chose qui n'avait pas changé depuis tout ce temps, ce portail dont il avait le secret de son ouverture conduisait directement avec la salle de son trésor.

Avec impatience, il franchit le portail et put enfin contempler ce qui lui manquait tant. Son trésor si unique et tant convoité se trouvait en face de lui à perte de vue. Depuis tout ce temps, à force de faire le meilleur métier du monde, les artéfacts des temps anciens et les trésors des rois et des empereurs tombaient entre ses mains. La salle elle-même brillait sous une lumière centrale qui était au plafond et illuminait tout l'endroit. Seulement, là où il voulait aller n'était pas encore cette pièce.


*-De nom de...! Tu es sérieux?! Tout ça c'est vraiment à toi?! Je veux dire, genre tu peux faire comme Picsou! Une piscine d'or quoi! Et tu vas prendre quoi ici? Que là j'avoue que c'est le genre de truc que n'importe qui rêverait d'avoir... Hermès, là tu me surprends, je savais que tu étais le dieu des voleurs mais là ça prend tout son sens.*

Un éclat de rire résonna et sans attendre, le dieu marcha dans un petit chemin entre deux montagnes d'or. Allant plus ou moins vers un mur pavé d'or pour y poser sa main, il fit grandir son cosmos encore une fois.

-Je préserve mon vrai trésor dans une autre dimension pour tout te dire, et le portail que tu as vu juste avant ne conduisait qu'au trésor que l'on voit en surface... Il y en a un bien plus important et que je suis sur le point de te dévoiler. Il contient la raison de ma venue ici... Donc un sceau à plusieurs couches aléatoires... Oui c'est comme je l'avais laissé, c'est parfait! Prépare-toi David, tu es l'unique personne à pouvoir poser les yeux sur le trésor des trésors.

Cette fois, la pièce suivante fut bien plus spectaculaire et impressionnante que la précédente. Accroché sur les murs et posés sur des piedestaux, une véritable réserve d'objets en tous genres. Que ce soit des armes ou bien des objets qui avaient l'air normaux, tous avaient une valeur très spéciale aux yeux du dieu. Et enfin, tout au fond de la pièce, quelque chose se démarqua de tout ce qui était posé.

-La voilà... Après tout ce temps... Je vais enfin retrouver ce qui me revient de droit...

Sa Kamui et son caducée étaient comme en lévitation en brillant du cosmos de leur propriétaire. Enfin le plaisir de les retrouver se faisait sentir et c'est simplement d'un mouvement de la main que sa Kamui se détacha pour venir se fixer sur Hermès alors que le caducée retournait dans sa main. Ses vêtements changèrent, son haut disparut pour ne laisser que sa Kamui le recouvrir.

Son bas resta bien entendu et vint enfin ses sandales ailées du même métal que le reste de sa Kamui qui se fixa sur ses pieds..


-Ahahahaha!!! Ah... Bien, je suis presque complet... Il me manque plus qu'à m'occuper de toi David et je pourrais enfin être éveillé.

*-Tu compte comment t'y prendre?*

-C'est très simple, je suis le maitre de l'alchimie et je compte bien faire quelque chose que je vais t'expliquer au fur et à mesure. Tout d'abord, il me faut une pierre bien spéciale.

Brandissant son caducée, une masse de cosmos fit trembler la pièce mais tout se concentra dans son caducée pour en faire sortir une pierre rouge comme le sang. Une pierre mythique, celle que tous les alchimistes rêvaient de pouvoir faire ou même d'obtenir.

-Mon cher David, je vais extraire la partie de ton âme qui reste pour l'incorporer dans cette légendaire pierre philosophale... Je sais ça peut être étrange mais crois-moi, les propriétés de cette pierre font que tu pourras encore exister tant que tu seras dedans. Et j'ai l'intention de faire en sorte que cette pierre soit en moi à côté de mon coeur. On sera ensemble et tu ne disparaîtras pas avec mon cosmos. Je regrette d'utiliser une telle chose pour ça mais c'est ainsi... C'est parti.

C'est donc ainsi qu'il posa la pierre à l'endroit où était son coeur pour l'assimiler et la faire rentrer comme s'il n'y avait rien pour la retenir. Par contre séparer David de son corps d'origine, cela était une opération des plus dangereuses, si jamais il s'y prenait mal, David ne serait plus rien. Et ce fut un succès parfait.

*-Brrr... Je me sens bizarre, tu es sûr que ça a marché? Ah bah oui je suis bête, si je peux encore parler et penser par moi-même, c'est que je suis encore conscient... Et maintenant?*

Il riait encore à pleine gorge, faisant cette fois exploser tout son cosmos au point de briller comme un soleil avant de s'arrêter pour de bon.

Spoiler:
 

-Ce jour marque enfin le retour d'Hermès! Je suis enfin là pour de bon! Mouahahahaha! Hum... Oui non le rire diabolique ce n'est pas mon truc. Par contre je peux enfin utiliser tous mes pouvoirs et faire comme bon me semble... Il est temps d'aller voir Zeus avec elles, tu vas voir comment on obtient ce qu'on veut en toute tranquillité. Je ne suis pas pour rien le dieu des voleurs.

Avant de sortir de là, il eut la bonne idée de regarder à côté de lui, une épée mais attention, pas n'importe quelle épée. Celle dont on dit qu'elle fut plantée dans le rocher ou bien donnée par la dame du lac. Excalibur bien sûr, à chaque fois qu'il la regardait, il ne pouvait s'empêcher de rire rien qu'à imaginer la tête de la dame du lac quand elle vit que son épée adorée avait disparu. Il était temps d'y aller cette fois.

Oh mais il eut la très bonne idée d'user dès maintenant un pouvoir bien à lui qui lui valait le titre de messager des dieux. Faisant un cercle avec son caducée, il ouvrit un portail qui le relia à l'endroit où les demoiselles se trouvèrent mais rien que pour s'amuser, le portail fut au-dessus d'elle. C'est sans attendre qu'il le traversa pour être maintenu en l'air via ses sandales qu'il croisa les bras avec le sourire.


-Et bien et bien... Me revoilà! Je me sens enfin moi-même avec mes attributs et mon éveil enfin total... On y va? Je voudrais que Zeus sache ce que j'ai à lui dire après tout ce temps...

Lentement, il posa ses pieds sur le sol, comme pour savourer le fait de voler à sa guise, il fit une révérence en inclinant la tête avec un rire.

-Allons-y! Nous ne devons plus perdre de temps!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clio

avatar

Messages : 149
Date d'inscription : 17/10/2013

Feuille de personnage
Hp:
241/241  (241/241)
CS:
502/502  (502/502)
Pa:
500/500  (500/500)

MessageSujet: Re: La Caverne aux trésors   Ven 17 Jan - 18:44

Quelle étrange sensation cela avait été pour Clio de s'envoler vers l'Olympe. Cela avait eu un gout de nouveauté, mais aussi de nostalgie. Comme si elle retrouvait enfin des sensations qu'elle avait perdu depuis de longs siècles. Elle avait profité de chaque instants comme si cela avait été un moment unique. Son cosmos encore hésitant s'était noyé dans celui de Thalie, touchant de temps à autre celui de David. Lorsqu'elle posa enfin les pieds sur le sol de l'Olympe, la jeune muse était toute chamboulée.
 
-C'était si... Si...

Elle n'arrivait pas trouver les bons mots pour expliquer ce qu'elle ressentait en cet instant. Autant l'expérience qu'elle venait de vivre avait réveillé de multiples sensations et pensées qui semblait avoir été enfouies pendant un autre âge. Autant celle qu'elle était en train de vivre en cet instant continuait à la chambouler. Cet endroit lui disait énormément de choses, et en même temps aucun souvenir ne remontait en surface.

 
"Alors c'est ça l'Olympe? C'est... Pourquoi aies-je l'impression d'être déjà venue ici si je ne suis pas capable de me rappeler quoique se soit?"
 
 Elle n'arrivait pas à comprendre la situation présente, et elle commençait légèrement à avoir peur. Elle préféra se concentrer sur la nouvelle venue du groupe. Une jeune fille blonde que Thalie disait être son enfant. Ce qui veut dire qu'Arwen était quelque chose comme sa nièce? Une nièce bien plus grande qu'elle en tout cas. Bien que se soit elle qui ai le statut de tante dans l'histoire, elle se sentait un peu intimidée. Elle sursauta légèrement quand la jeune déesse lui tendit la main.
 
-Ah euh... merci, elle lui fit un joli sourire, tu peux m'appeler Clio tu sais? Tu es plus âgée que moi, ça me fait bizarre de voir quelqu'un m'appeler "ma tante". Je suis heureuse d'avoir fait ta connaissance.
 
Elle regarda une nouvelle fois l'étrange objet plat que lui avait offert sa nièce, avec l'étrange impression qu'elle était une antiquité par apport à ce truc. Elle avait écouté attentivement ce que lui avait raconté Arwen à ce propos, mais savait qu’elle allait devoir s’entrainer avant de maitriser complètement l’appareil. Elle écouta la jeune fille saluer Hermès, et sourit en voyant qu'elle s'intégrait vite.

"Elle n'est pas intimidée de nous rencontrer Hermès et moi. C'est comme si elle avait toujours vécue entourée de divinités."


Elle laissa son regard glisser sur les alentours. Tout ce qu'elle voyait, jusqu'à l'air qu'elle respirait, tout lui semblait si... Si familier. Pourtant aucun souvenir ne lui revenait. Rien. Le néant total. Elle ne voulu rien dire à sa sœur, ne souhaitant pas vexer. Comment réagirait Thalie si elle apprenait que de souvenirs partagées entre sœurs avaient été perdus dans les limbes du passé. Tandis qu'Hermès s'éloignait, Clio continuait d'admirer le paysage de l'Olympe. Cherchant désespérément à se souvenir de quelque chose.

-Ça fait vraiment du bien de revenir à la maison. Je suis sûr que Zeus t’accueillera volontiers Arwen. Finit-elle par lâcher en souriant à sa nièce.

Dans son esprit la brèche qui s'était ouverte à l'arrivée de Thalie commençait à se désagréger petit à petit. Mais ce qu'elle laissait derrière elle n'était guère concluant. Un vide, un vide immense et insondable. Une passe informe dont rien de concret ne semblait vouloir sortir. Elle prenait peu à peu conscience de sa véritable nature, mais cela la troublait plus qu'autre chose.

"Si je suis vraiment Clio comme ils le disent tous... Pourquoi est-ce que je ne me souviens de rien? Pourquoi aies-je l'impression d'être complètement étrangère à ce lieu?"

Quelle tristesse d'enfin mettre le doigt sur la réponse à ses questions, et de voir qu'elle n’entrainait rien d'autre que davantage de questions encore plus douloureuse. lentement, une impression de ne pas être à sa place commençait à déferler sur son être. L'espace d'un instant, elle voulu faire demi-tour et retourner à Sparte. Mais elle se ravisa.

"Non, il ne faut pas que j'abandonne maintenant. Peut-être qu'en restant ici, je comprendrais mieux cette situation..."

La tirant de ses douloureuses pensées, Hermès apparu au-dessus des trois déesses. Clio sourit en voyant son petit frère s'amuser ainsi. Une lueur de tristesse passa néanmoins dans on regard quand il dit qu'il se sentait à nouveau lui-même. Il en avait de la chance. Elle plus ça allait, plus elle se sentait différente. Feignant la bonne humeur, elle lança.

-Eh bien si tout le monde est prêt, allons-y. Père, Arès et Artémis doivent en avoir assez de nous attendre.

Elle se tourna vers Thalie, et lui fit un gentil sourire. Il valait mieux que se soit elle qui les guident jusqu'au palais de Zeus puisqu'elle les avait menés ici.       


Dernière édition par Clio le Dim 19 Jan - 10:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thalie
Muse de la Comédie
Staff KoH
avatar

Messages : 539
Date d'inscription : 20/07/2013

Feuille de personnage
Hp:
220/220  (220/220)
CS:
525/525  (525/525)
Pa:
500/500  (500/500)

MessageSujet: Re: La Caverne aux trésors   Sam 18 Jan - 11:38

Si seulement...

Un soupir m'avait échappé alors que mon visage baigné sous le soleil si bienveillant de notre terre à tous. L'Olympe, magnifique et immortel tout comme nous les enfants de Zeus. C'était notre terre et aussi un lieu où le temps s'était comme arrêté. Un sursis que j'appréciais tellement, espérant de toute mon âme qu'il puisse durer...  

Oui, paisible, tout semblait si paisible juste avant la disparition d'Hermès dans les profondeurs de son antre. J'avais souri à ses paroles, à sa bienveillance envers Arwen et Clio. Tous ses dires pleins de gaieté étaient comme un véritable un baume sur le coeur de tout être. N'était-il pas le dieu des Beaux-parleurs, capable de charmer son auditoire et de l'emmener sur les pistes qu'il avait décidé d'emprunter ? Nostalgie, tant de nostalgie remontait en ce moment, étreignant mon coeur d'artiste. Il était si loin le temps où avec mes soeurs, nous formions le choeur des Muses, où l'Olympe était la Montagne sacrée des Dieux. En une ère de paix et d'abondance où humains et dieux vivaient en parfaite concorde. Athéna était alors la puissante fille aînée de Zeus, sa préférée et la garante de la paix. Si Sage et puissante, la déesse aux yeux pairs auréolait la terre de sa puissance et de sa Sagesse.

Qu'es-tu devenue ma soeur ? Personne ne le sait. Tout comme Clio, tu t'es égarée parmi les humains...

Si simple, si tentant est de se laisser aller à une vie d'humaine sans heurts, sans le poids de sa propre essence mais ce n'est jamais qu'un rêve, une illusion. A chaque fois que tu t'éloignes des dieux, tu donnes plus de forces aux troubles qui gouvernant ce monde...

Pourquoi as-tu oublié que tu peux à la fois soutenir les humains sur terre et en Olympe ? Ton Grand Pope et là pour accomplir ta volonté et mener les humains rassemblés sous ta bannière.


La mélancolie encore brillait en mes yeux avant que je ne la chasse soudain. Je ne savais que trop bien à quel point, certaines de mes expressions pouvaient me trahir et trahir le trouble en moi.

Pas devant Arwen...

Pas devant mon ange, ma petite étoile...

Ce que mon tendre Lucian me manquait mais au plus profond de moi, je sentais qu'il valait mieux qu'il ne pose pas le pied en Olympe, qu'il se tienne loin de Zeus, loin du roi des dieux et de son sens absolu de la justice.

Hadès et tous les autres responsables sont en sommeil ou déjà enfermés, seul lui est là pour prendre le poids des actes du passé...

C'était comme une épine plongée en plein centre de mon coeur. Petite et blessant sans que je puisse la retirer. Je devais la supporter comme le fardeau qu'elle était, l'angoisse lié à l'Amour. Nous, les Muses n'étions pas aussi stupides et frivoles que le commun des mortels pouvaient le penser. Sous le voile de la Comédie se cachait parfois des critiques féroces sur l'injustice de ce monde qu'ils avaient fait, qu'ils avaient changé en s'émancipant de plus en plus des dieux. Etait-il si idyllique, le monde des hommes ? Etait-il si beau sans l'aide des divinités bienveillantes ? Soudain, je sentis le regard d'Arwen posé sur moi.

Elle aussi est une déesse, une adulte depuis tout ce temps. Toutes ces années passées à lui enseigner la connaissance de ces forces sommeillant le plus souvent en elle. Sparte n'est plus pour elle, plus comme elle l'a été en tout cas mais je ferais tout pour qu'elle puisse continuer à vivre heureuse. Mon enfant, ma fille, la chair de ma chair...

Une douce aura emplie de toute la tendresse d'une mère pour sa fille s'éleva alors avant d'envelopper mon enfant. Puis, ce fut vers Clio mon attention se tourna. Elle aussi avait besoin de mon aide, si jeune, si fragile, encore en proie aux affres du réveil divin. Cette épreuve que tous, nous passions à un moment de notre existence. Arwen, elle, était née déesse, paisiblement, ce qui ne l'empêchait pas de se montrer compréhensive avec ce que vivaient les autres. Son geste envers ma soeur, sa tante m'avait tellement émue. Elle et Hermès seraient aussi là pour Clio. La Muse de l'Histoire aurait toute l'aide et le soutien dont elle aurait besoin. Cela me rappelait mon propre éveil en une époque pleine de rage et de sang, ravagée par une autre guerre entre humains sans intervention des dieux. Juste entre humains ambitieux et égoïstes s'accaparant des pouvoirs et des connaissances qui les dépassait. Que leurs semblables en souffrent était le cadet de leurs soucis, tout prendre et écraser tout obstacle sur leurs passages, seul cela comptait, les sacrilèges envers les dieux n'avaient pas manqué non plus avec en retour les réponses violentes quoique indirectes des offensés. Ces humains avaient payé le prix de leurs folies mais les conséquences avait été effroyables, risquant de m'entraîner dans la mort avant même mon éveil mais j'avais eu de la chance, une telle chance. Celle de toute mon éternité. Rencontrer l'Amour, le seul, le vrai, celui qui emporte tout sur son passage, rien ne pourrait jamais égaler cela. Ensemble, Hypnos et moi avions traversé des épreuves plus que cruelles sans qu'aucun humain n'ait en souffrir. C'était en une autre dimension dont nous seuls connaissions le chemin...

Hypnos, mon cher Lucian...

Un sourire magnifique en pensant à lui. Son intervention à Sparte n'avait pas du passer inaperçue. L'avenir était maintenant en marche et je savais qu'une nouvelle bataille allait commencer. Au plus fort de nous, nous le sentions tous, une menace sans nom planait sur l'Olympe. Les nuages sombres du retour de Zeus était un autre témoignage du changement qui allait commencer. Je sentais la nouvelle puissance de mon jeune frère avant même qu'il n'émerge de son antre. Une telle joie m'emplit qu'elle balaya un instant toute crainte en moi.

Hermès, mon jeune frère était de retour, vêtu de sa Kamui, son caducée en mains. Le voir léviter ainsi était comme un retour en arrière.

- Oui, il est temps, petit frère.

Et me tournant vers ma soeur et ma fille, je répondis au paroles de la future Muse de l'Histoire.

- Oui, je vais t'y guider. Hermès est maintenant capable de se déplacer par lui-même, aussi, nous serons toutes les deux seules comme autrefois.

Je songeais aux paroles de Clio sur la venue d'Arwen. J'espérais de tout coeur qu'elles correspondent à la réalité mais ma petite étoile n'était ni une habitante de l'Olympe ni une enfant née pendant l'éveil de Zeus...

Puisse l'avenir la préserver de tout danger...

==> Temple de Zeus

_________________
L'Or et la Foudre guident mes pas. Je suis l'Ange de Lumière et la Divine Inspiratrice veillant du haut de l'Olympe ou des profondeurs du monde des rêves...

Spoiler:
 



Spoiler:
 


Hypnos, mon roi, mon soleil, à jamais, je t'aimerai et suis tienne...

~ Paroles de Thalie ~ ° ~ Paroles de Bloody ~ ° ~ Pensées ~ ° ~ " Transmissions de Pensées " ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arwen
Haut-commandeur de Sparte la Sacrée
avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 10/08/2013
Localisation : Sparte la Sacrée

Feuille de personnage
Hp:
334/334  (334/334)
CS:
610/610  (610/610)
Pa:
300/300  (300/300)

MessageSujet: Re: La Caverne aux trésors   Jeu 30 Jan - 21:22

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arès
Dieu de la Guerre et de la destruction
avatar

Messages : 147
Date d'inscription : 04/08/2013
Localisation : Là où me porte l'odeur du sang

Feuille de personnage
Hp:
325/379  (325/379)
CS:
515/600  (515/600)
Pa:
67/500  (67/500)

MessageSujet: Re: La Caverne aux trésors   Mer 21 Mai - 15:23

Arrow La citadelle d'Airain

Remontant la montagne du pouvoir en direction de ses hauteurs, tu franchis un à un les domaines vides de tes demi-frères et sœurs, laissant dans ton sillage cendres et fumées, ainsi qu’une abominable odeur de soufre.

Tant de temples vides, tant de signes évident de la faiblesse de ton futur royaume, devenu décadent au fil des âges. Les faits étaient là, et leur cause te sautait aux yeux. L’Olympe n’avait pas fait la guerre depuis des millénaires, il s’était laissé tomber dans la monotonie d’une existence hédoniste et paresseuse. Seul Zeus assurait à présent la pérennité de ce royaume vétuste. Sans lui… L’Olympe basculerait dans le chaos, et cela te convenait parfaitement.

Ce serait pour toi l’opportunité rêvé pour gravir les échelons du pouvoir. Ton père parti, qui pourrait bien te résister ? Qui pourrait te refuser la couronne qui te revenait de plein droit ? Artémis ? Hermès ? Les muses ? Tous tremblaient à ton seul nom. Ils n’auraient pas le choix, il leur faudrait ployer le genou, ou rejoindre leur ancêtre au tartare.

Oui. En tant que seul fils légitime du couple royal, tu étais le seul prince ayant droit à la succession du trône divin. L’Histoire et la Loi étaient de ton coté, il te suffisait maintenant de te préparer, te préparer dans l’attente de cette heure que tu savais approcher à grand pas. Cette heure où comme Zeus l’avait fait avant toi, tu prendrais la place de ton père.

Dieu écarlate ivre de victoire et de gloire, tu approches à présent du repère du dieu-voleur et ressent en lui sa détestable présence. L’envie d’aller lui toucher deux mots t’effleure, mais à sa différence, tu n’es pas un beau parleur, et sa pleutre compagnie ne t’apporterait rien si ce n’est l’envie encore plus pressante de lui faire connaitre le fer de tes armes.

Accélérant alors le pas, tu arrives aux portes de son domaine et cette fois, ressent dans ton instinct de survie quelque chose de différent. Quelque chose de terriblement puissant, et surtout, de terriblement retors.

T’arrêtant alors devant l’encadrement des vastes portes d’entrées sans gardiens ni barreaux, tu poses tes doigts sanglant contre elles et fermant les yeux, ressent clairement l’énergie de ton demi-frère courir le long de ses murs.

Sa barrière est désormais active…

Te rappelant alors de la dernière fois que tu avais été prise en son sein, tu souris en te remémorant le véritable carnage que tu avais alors fait parmi ses créations, sans parler des dégâts que ton périple avait semé.

« Huk huk huk… »

Ne pouvant t’empêcher de rire à ces souvenirs agréables, tu te relèves et de ton poing serré, frappe trois coups aux portes de ce domaine n’étant pas le tien.

« Hermès ! »

Ta voix, telle le tonnerre de ton père, s’amplifie en un millier d’échos. Où que ce trouve alors le dieu des voleurs, il ne pouvait que t’entendre.

« Laisse-moi passer ! »

Simple et efficace. La balle était désormais entre les mains de ton bâtards de demi-frère. Soit il choisissait la manière douce, et pourrait voir Hélios se lever demain avec tous ses membres à leur place, soit il choisissait de la jouer hard, et alors il verrait que tu n’étais pas contraignant.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arès
Dieu de la Guerre et de la destruction
avatar

Messages : 147
Date d'inscription : 04/08/2013
Localisation : Là où me porte l'odeur du sang

Feuille de personnage
Hp:
325/379  (325/379)
CS:
515/600  (515/600)
Pa:
67/500  (67/500)

MessageSujet: Re: La Caverne aux trésors   Dim 25 Mai - 15:26

Faisant les cents pas devant l'entrée enchantée du temple de ton demi-frère, tu n’eus pas à attendre bien longtemps. Sans doute aussi pressé que toi d’en finir avec cette désagréable formalité, le dieu des voleurs t’envoya une de ses étranges créations pour s’excuser de son absence tandis qu’il faisait apparaitre un portail devant toi.

Grognant devant son message de mépris à peine voilé, tu écrases de ta botte d’airain cette vermine mécanique te relayant la voix enfantine de ce dieu couard et manipulateur et te réjouis de sentir ses mécanismes se rompre et éclater sous ta puissance.

Qu’Hermès ne s’inquiète, toi non plus n’a aucune envie de traverser son temple, pas même pour y dévaster tout ce sur quoi se poserait ton regard. Rien à l’intérieur ne saurait t’être même distrayant. Ce n’est qu’un repère de faible, empli de pathétiques créations d’esthète. Rien qui ne représente un défi à tes yeux.

Ne perdant pas de temps, tu franchis alors le portail dimensionnel en espérant pour Hermès qu’il ne t’ais pas tendu de piège ou joué de mauvais tours, car alors, tu le retrouverais, et lui ferai payer.

Un flash de lumière plus tard, tu te retrouvais à l’autre bout de son domaine, entier et convenablement déplacé. Le chemin vers Artémis t’était de nouveau ouvert et ton sourire carnassier s'agrandit alors. Un vrai défi au bout du chemin, ou une savoureuse victime...

Grognant une nouvelle fois comme déçus par l’absence de coup fourré du dieu des voleurs, tu reprends alors ton chemin, charriant dans tes pas cendres et fumées sans te retourner.

Hermès et son temple sont désormais du passé, te reste maintenant à atteindre Artémis et sa fierté légendaire promettant d’être des plus savoureuse à mater.

 Arrow Temple d’Artémis

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hermès
Messager des Dieux
avatar

Messages : 181
Date d'inscription : 02/09/2013
Localisation : Quelque part à m'amuser

Feuille de personnage
Hp:
340/340  (340/340)
CS:
600/600  (600/600)
Pa:
500/500  (500/500)

MessageSujet: Re: La Caverne aux trésors   Sam 16 Mai - 10:49

Arrow Entrée du Sanctuaire

Ce chevalier avait eu le don de me... Faire comprendre une certaine forme d'hostilité que je sentais très bien. Je crois qu'il ne m'aime pas, et je crois que je ne l'aime pas non plus. C'est même avec une forme de frustration que j'apparais au centre de mon domaine en sentant cette petite irritation qui me fait agir avec impulsion. Être cette jeunesse incarnée fait que je suis bien aisément soumis à la plupart de mes émotions qui vont et viennent.

Saleté de chevalier ! Si je n'étais pas doué à cacher ce que je ressentais, il aurait vite fini sans la moindre chance dans sa vie. Au lieu de ça je l'ai simplement provoqué en lui donnant une simple pièce comme une autre. Pas question de donner l'une des rares pièces qui sont un concentré de chance, celles-ci je me les garde comme des portes de secours en cas d'urgence.

Je vois alors toute l'étendue d'or et de trésors qui se dévoilent à mes yeux mais au final je me sens comme lassé de ça, ou presque du moins. Je possède tant de choses que seul le frisson de voler m'intéresse au final. J'avais bien tenté de voler la foudre de mon père une fois dans le passé mais ce fut juste pour le principe, de toute façon je ne saurais pas qu'en faire. Je lui aurais rendu vu que ce n'est pas quelque chose que j'aurais gardé.

Bien entendu au loin, je voyais le quatuor d'homonculus veiller sur les lieux, c'était un de leur rôle parmi tant d'autres. Puis en me retournant, je constate que le noyau qui alimente mon domaine est inactif. Hadès est celui que je dois remercier pour ça je crois, il n'a même pas pris la peine de simplement passer outre mais de désactiver l'ensemble de l'endroit. Dans un soupir, j'attrape l'immense globe d'une main et y infuse une dose massive de cosmos pour le remettre en marche. Le bruit des rouages dignes d'une usine se fait entendre, annonçant que mon domaine est enfin sécurisé.

Les vibrations dans le sol se font sentir et alors je laisse le globe flotter au centre de mon domaine, tournoyant sur lui-même tout en faisant tourner d'autres parties de lui en même temps. Donnant alors la vision d'une sphère ayant des parties qui vont et viennent dans tous les sens.

Une fois cela fait, je prends le temps de reprendre mon souffle, ce n'est pas tous les jours que je vais m'amuser à faire ça. La prochaine fois je veillerais à que mon oncle ne puisse pas simplement tout désactiver mais simplement passer à travers un portail. Pas question de négliger le moindre détail même si ma petite colère me fait pousser une montée de cosmos en grognant un peu. Des fois je me demande ce que ça fait d'inspirer la crainte comme Arès, il est bien le seul qui m'évoque automatiquement ce mot quand je pense à lui. Non pas que je le crains, mais il a cette réputation et le genre pour ça.

Peut-être que de rester un dieu dont on ne peut que rester tranquille, je devrais faire la preuve que même le messager des dieux n'est pas un être dont on peut se moquer gratuitement. J'y penserais la prochaine fois, on me priait autrefois pour la chance mais si je le désire, je peux distribuer la malchance. Si le destin représente une ligne dont on ne peut se défaire, la chance nuance toute la ligne sans pour autant la changer, mais simplement impliquer des changements.

Mon choix a été fait, je vais devoir me montrer un peu plus sérieux et moins montrer la facette que l'on connaît de moi. Il est temps de montrer un peu plus du vrai Hermès pensais-je alors qu'un sourire se montre sur mon visage, mais non pas un sourire d'amusement, mais un sourire qui montre une facette que je ne pensais jamais dévoiler. Que le rideau tombe et que la scène prenne fin pour de bon.


Arrow ???

Activation de la barrière (Non mais je vous jure...)

CS : 600 - 400 = 200 Cs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Caverne aux trésors   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Caverne aux trésors
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Caverne de la Rose d'Or
» La caverne de la rose d or
» [Diatchenko, Marina & Serguei] La Caverne
» Caverne aux monstres
» Caverne moquette - Création Romane

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Knights of Hope :: Terres sacrées de l'Olympe :: Repère d'Hermès-
Sauter vers: