Forum RPG dans l'univers de Saint Seiya (Les chevaliers du Zodiaque)
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'archère et le maître des dimensions au pied du Zodiaque d'or

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cypris
Chevalier d'or du Sagittaire
avatar

Messages : 213
Date d'inscription : 04/08/2013
Localisation : Sanctuaire, Temple du Sagittaire ou Sparte

Feuille de personnage
Hp:
214/214  (214/214)
CS:
300/300  (300/300)
Pa:
150/150  (150/150)

MessageSujet: L'archère et le maître des dimensions au pied du Zodiaque d'or   Sam 7 Déc - 19:00

==> je me suis fait porter par Ozymandias depuis ici

Le regard d'Ozymandias s'était plongé dans le sien lorsqu'elle lui avait parlé. Tant de choses passaient par les yeux. C'était un langage en lui-même. Celui qu'échangeaient en cet instant les deux saints. Plus que des paroles, c'était une promesse sacrée, de celle que se faisaient deux frères d'armes à l'approche d'une nouvelle ère de fureur et de sang. La promesse de se battre et de lutter ensemble, unis par le même idéal, sous la bannière de la Sagesse. C'était cela qui brillaient en cet instant entre eux, l'espoir et non la peur panique. Simplement la lumière, l'aura que dégageaient les chevaliers de l'espoir.

Un simple sourire quand il la souleva entre ses bras. Pas un gémissement ni même une plainte lorsque les Gémeaux ouvrit une faille vers une autre dimension. Sa demande avait été entendue et plus rien ne la retenait ici. Cypris n'était plus le Préfet de la Maison d'Athéna mais la sainte du Sagittaire. Sa place était sur les champs de bataille et non dans les couloirs surprotégés de Sparte. Qu'une bataille s'y était déroulée ne changeait rien. Le Commandeur était intervenu, l'espace de quelques instants, tout avait reposé sur les épaules de Cypris mais elle avait bien senti le regard d'Hazama posé sur elle ainsi que la puissance du cosmos d'Arwen.

Rien ne pouvait prévoir de ce qu'il allait se passer et l'avenir apporterait son lot de réponses. Tout découvrir prendrait du temps mais cela viendrait. En la blonde archère se répercutaient les leçons qu'elle venait de prendre. Son premier vrai combat venait de s'achever et elle s'en tirait plutôt bien et même très bien en regard de ce qu'elle venait d'affronter. La force destructrices des deux divinités et une mise à l'épreuve des plus intenses pour se montrer digne de l'armure du Sagittaire. C'était sa victoire à elle et elle seule. Prendre conscience de sa puissance et de la force de son cosmos autant que de celle de son esprit était si fort. Une source de fierté à nulle autre pareille.

Briller comme une étoile issue du Soleil et se joindre aux onze autres pour former l'élite du Zodiaque. D'un regard noisette par dessus l'épaule d'Ozymandias, elle repéra l'armure d'or du Sagittaire qui suivait. Le lien entre Cypris et la gold cloth était achevé et plus rien pas même la mort ne pourrait les séparer.

" Adieu Préfet de la Maison d'Athéna. Puisse mon habit retrouver preneur... "

" Arwen, ne sois pas triste, jamais, je ne te reprocherai d'être la fille du Rêve et de l'Inspiration. Au fond, je viens d'affronter la vision de ma vraie nature et de celle des centaures. Moi qui porte l'armure du plus sage et savant d'entre eux, j'ai aussi affronté la nature de tous ses semblables...

Merci Arwen ainsi qu'à vous Commandeur Hazama. Sans vous, je ne serai plus que cendres. Puisse la déesse veiller sur ses futures forces vives. "





Plus rien ensuite, juste un passage étourdissant qui la força à poser la tête contre l'épaule d'Ozymandias avant que le soleil du Sanctuaire ne les accueille. Si immense et majestueux en plus de concentrer des cosmos de puissance variable mais si nombreux qu'on ne pouvait douter la présence divine en ces lieux en plus de celle du grand pope régnant sur l'armée en renouveau.

Puis ce fut vers la route du Zodiaque que ses yeux noisette se posèrent. Il était temps pour elle de rejoindre son temple. Le Temple du Sagittaire, le plus proche d'elle, si familier. Un peu comme si elle retrouvait un vieux parent. Lointain et puissant, il émanait de lui des résidus cosmiques. Ceux que seule une sainte du Sagittaire aussi sensible qu'elle pouvait ressentir. Toujours au creux des bras du gardien du troisième temple, elle lui demanda.

" Ainsi, nous sommes de retour en ces terres qui sont les nôtres. Pouvons-nous passer par mon temple avant de rejoindre le Grand Pope. Je ne peux décemment pas me présenter à lui vêtue en tout en pour tout de quelques bandelettes enduites de baumes odorants. "

Un peu de rouge apparut sur son visage avant qu'elle n'éclate d'un rire léger. De quoi reprendre des forces et se refaire un moral tout en envisageant d'aller à la rencontre du Grand Pope, celui qui l'avait appelée en ses lieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ozymandias
Grand Pope et Chevalier d'or des Gémeaux
avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 10/09/2013
Localisation : Chaque jour vers l'Enfer descendant d'un pas, sans horreur, à travers des ténèbres qui puent.

Feuille de personnage
Hp:
192/192  (192/192)
CS:
400/400  (400/400)
Pa:
152/152  (152/152)

MessageSujet: Re: L'archère et le maître des dimensions au pied du Zodiaque d'or   Mar 10 Déc - 23:27

Arrow Je viens d'ici avec Cypris

*Retourne entre tes murs…*

Les derniers mots de la muse de la comédie résonnaient encore dans mon esprit, ayant piqués au vif mon orgueil et mon honneur ainsi que l’aurait fait une insulte. Par la Sagesse, elle pouvait bien être fille du roi des dieux ou dieu sais-je quoi encore, viendrait le jour où ceux et celles qu’elle inspirait lui rendrait la monnaie de sa pièce.

*Des questions, mais quelles questions au final ?*

La situation était clair, limpide même. Le père d’une des enseignantes les plus influentes de Sparte avait voué sa vie immortelle à la destruction même de ce que sa femme prétendait protéger, et pour ne pas changer, ces imbéciles éternels mettaient leurs fautes sur le dos de l’humanité.

*Athéna par ci, Athéna par là… Qu’il est facile de blâmer quelqu’un qui n’est même pas là pour se défendre. Est-ce là tout le courage des immortels ? Et vous, qu’avez-vous donc fait à ce moment-là, lorsque votre précieux maris dévastait avec son frère des pans entier de la Terre ? Qu’avez-vous donc fait lorsque le Lost Canvas a engloutis l’humanité ? Qu’avez-vous fait lorsque la Last Eclipse a noyé la création dans la nuit éternelle ? Qu’avez-vous fait ?!*

Blâmer les autres de leur erreurs, en cela les dieux étaient de vrais champions apparemment. Entre blâmer la Sagesse ou les hôtes qu’ils prenaient contre leur volonté, il ne restait apparemment qu’une conscience tranquille à ces esprits mystiques, enveloppant leur histoire d’un voile de mystère pour cacher la vacuité de leur existence.

*Des êtres malfaisant, des êtres absurdes, des faiseurs de guerre…*

La rage et la colère que leur souvenir me causait rendit mon pouvoir instable au point de me faire presque perdre le contrôle de la faille dimensionnel nous ramenant sur la terre des hommes.

*Pardonner ? Pardonner à un tel meurtrier ? A ce chien des enfers tout juste bon à mordre quand son maître le lui demande ? Rien de ce qu'il aura put faire au cours de sa longue et morne existence, y compris Arwen, ne pourra changer ce qu'il a fait.*

Il pouvait bien envelopper ses actes d’un linceul de droiture et de logorrhées pseudo-morale sophistes, il n’était rien d'autre qu'un monstre et un boucher.

Oui, qu’importait en vérité ce que sa femme et sa fille pouvait bien raconter sur lui, aveuglées par leur naïveté et leur sentiments. Comme tous mes semblables, je savais qui il était, et qui il resterait.

*Le moment venu, je n’hésiterais pas.*

Oui, le moment venu, je frapperai. De toutes mes forces, de toute ma vitesse, sans l’ombre d’un doute, sans la moindre hésitation et qu’importe ce qui devrait en ressortir.

*Si par la perte d’un etre autrefois aimé, je peux en sauver des milliards, alors je sacrifierais jusqu’à mon âme sans regret.*

Le cas d’Arwen était à présent réglé, restait le souci de Thalie et de ce David, très probablement un immortel lui aussi, et visiblement un proche de la muse de la comédie.

Affronter deux divinités ne devaient pas etre prit à la légère. Surtout si ces divinités disposaient derrière elles de forces encore insoupçonnées.

*Attaquer ou attendre… Etre un bouclier ou un glaive…*

Depuis des siècles et des siècles, l’approche du sanctuaire face aux problèmes était resté la même. Attendre, se préparer, retenir son souffle. J’en avais personnellement assez d’attendre. Les enfers étaient privés de leur chef suprême, et la vie de la fille d’Hypnos était à portée de main.

*Athéna… Que dois-je faire ? Que dois-je faire ?*

Priant un instant la seule divinité à trouver encore grâce à mes yeux, j’espérais un sursaut de lucidité en ces instants sombres. Une illumination soudaine qui me guiderait sur la voie à suivre, mais déjà la réalité se rappelait à moi sous la forme d’un cercle de lumière annonçant la fin de notre voyage.

« Bienvenue au sanctuaire chevalier. Bienvenue chez toi. »

Quelque chose avait changé depuis mon départ, et il ne s’agissait pas que de la disparition de Roboute et de mon fauteuil club. Une nouvelle énergie planait dans les airs, une énergie que je soupçonnais appartenir à ce vieux chevalier.

*On dirait bien son cosmos, mais à un niveau bien plus étendu… Un peu comme si…*

Tournant mes sens vers le sommet du sanctuaire d’où provenait le cosmos ambiant, la localisation même du point d’émission ne laissait que deux hypothèses possibles. Soit Roboute s’était autorisé un petit séjour dans les appartements du pope sans autorisation, soit…

*Impossible !*

Les mots de Cypris me sortirent de mes réflexions. Apparemment elle avait en sa possession des éléments que j’ignorais encore, mais qui validaient ma seconde hypothèse.

*Ainsi ce vieil escroc est notre nouveau pope… Il est temps que j'apprenne à faire la révérence.*

Un sourire amusé ourla mes lèvres alors que j’imaginais comment pourraient bien devenir nos jours sous les ordres d’un tel personnage, un sourire qui s’orna bientôt d’un petit rire en songeant à la quantité d’alcool qu’il lui faudrait ingurgiter pour ne pas déprimer sous l’exigence de la charge.

« Oui, tu fais bien de demander. Je dois bien avoir quelque chose à te proposer. Bon ça ne sera pas vraiment des vêtements de femme, mais au moins ça évitera à nos confrères de s’imaginer bêtement que je ramène dans mon temple des femmes de petites vertues. »

Reposant doucement sur ses longues jambes le nouveau sagittaire encore frémissant de sommeil, je l’invitais d’un signe de la tête à me suivre vers la pièce de mon temple que j’avais aménagé en dressing moderne via une nué de serviteur en provenance de Rodorio. Oui, donner à ce temple austère et décrépis tout le confort d’un foyer n’avait pas été chose aisée, mais le résultat était à la hauteur de mes espérances.

« Euh… Pardon de te demander ça… Mais tu fais quelle taille ? »

Ouvrant les placards où se trouvaient mes pantalons, j’en tirais les plus fins avec bon nombre de ceinture assorties avant de les proposer à Cypris.

« Et pour le haut, je n’ai que des chemises et des pull-overs à te proposer. »

Un costume de ville qui certes n’était pas vraiment le genre de vêtement que l’on aurait donné à une princesse de conte de fée, mais étrangement, je ne voyais pas cypris ainsi. Vraiment pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cypris
Chevalier d'or du Sagittaire
avatar

Messages : 213
Date d'inscription : 04/08/2013
Localisation : Sanctuaire, Temple du Sagittaire ou Sparte

Feuille de personnage
Hp:
214/214  (214/214)
CS:
300/300  (300/300)
Pa:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Re: L'archère et le maître des dimensions au pied du Zodiaque d'or   Sam 21 Déc - 17:11

Un véritable enchantement avait éclaté dans le temple des Gémeaux tant le rire délicat qui s'était échappé de ses lèvres était enchanteur. Faible mais déjà porteur du même entrain, à sa manière toute féminine, que celui de Seiya lorsqu'il exhortait les siens sur les voies de la destinée. Le pouvoir de fascination des saints du Sagittaire capables de mener les leurs au combat ou de leur rendre leur moral. Enfin, elle n'aurait le côté tête brûlée de Seiya. C'était trop éloigné de ce qu'elle était. Le don d'orateur d'un Chiron lui convenait mieux. A croire qu'en Cypris, le préfet de la Maison d'Athéna demeurait malgré le remise de son habit. Si loin, cela était si loin maintenant tout comme venait de le lui rappeler le saint des Gémeaux.

D'ailleurs, parlant de lui, elle fit semblant de s'offusquer à ses remarques. De quoi la faire bondir si elle ne s'était pas retrouvée si confortablement installée contre son torse.

" De petite vertu, moi ? Comment oses-tu, Ozymandias... Je n'ai rien à voir avec... "

Et sur le point de balancer quelques petits coups de ses mains brûlées, elle croisa le regard de son frère d'armes avant de se taire troublée. En lui, en plus de l'intention de nullement l'insulter ou la vexer, il y avait de l'intérêt pour elle et même de la gentillesse. Pour ainsi, lui ouvrir les portes de son temple sans arrière pensée ni autre. Ozymandias était un chevalier tout comme elle mais aussi et surtout un ami de longue date qui comme elle avait passé des années de sa vie à Sparte, en quête du cosmos et de sa destinée dans le monde des combattants cosmiques.  

Un instant qui s'étira sans un mot de plus avant qu'elle ne se sente déposer avec une douceur incroyable sur le sol du troisième temple.

" Merci, Ozymandias. C'est tellement gentil de ta part. Tes vêtements m'iront si je les revêts au mieux. Et puis, pour mes bandages, c'est l'idéal, ils les cacheront sans trop les serrer. Je préfère de loin cela à une vision superficielle de princesse fragile."

Un autre rire lui échappa suivit d'une rapide grimace. Cela lui faisait mal et tellement de bien. De nature positive et rayonnante, Cypris honorait les anciens porteurs de l'habit sacré de Chiron. Encore plongée dans le bien-être d'un demi-sommeil, la blonde archère tituba jusqu'à la penderie et autres armoires où pendaient toute une garde-robe digne d'un seigneur aussi élégant que combattant. D'ailleurs à bien y regarder, la pièce était d'un confort et d'un modernisme assumés et plus qu'intégrés entre les murs et colonnes du troisième temple. Chose qu'elle aussi devrait mettre en place. Qu'une partie du temple soit dédiée aux combats, une autre aux rites d'adoration de leur glorieuse Athéna était dans la logique, le naturel des choses. Déjà, elle s'imaginait face à son autel personnel, pas aussi impressionnant que celui d'un Capricorne ou d'une Vierge mais tout aussi sacré. Le faste tape à l'oeil était pour eux et non pour elle. Cypris était au-dessus de tout cela et se plaçant aux côtés de son frère d'armes tout en calmant ses tremblements, elle lui répondit sans perdre une seconde.

" Entre S et M, euh... 38 ou 40 (taille belge  Wink ) " 

Et observant la réaction de son chevalier servant, elle ajouta, nullement gênée.

" Entre 50 et 55 kilos si cela te parle plus... "

Le fait qu'elle éludait ses autres mensurations ne semblait guère affecter le saint, après tout, Cypris était restée féminine. Un petit moment s'écoula avant qu'elle ne se décide pour un pantalon assez étroit pour elle, sans doute l'une des anciennes tenues du jeune saint. Les jambes seraient sans le moindre doute trop longues pour elle mais la coupe serrée lui conviendrait. Pour la taille, les ceintures d'Ozymandias comblerait les petits défauts. En choisir une assez fine ne lui prit guère de temps, puis surprenant le regard du chevalier sur les pull-over sombres, elle sourit avant de se saisir de la dernier pièce de linge dont elle aurait besoin puis, s'éloignant, sa future tenue sur les bras, elle demanda.

" Tu peux te retourner ? "

Un sourire aux lèvres, elle s'empressa de se vêtir, réajustant certains de ses pansements au passage. Faire des ourlets de fortune mais suffisamment solides pour tenir le temps de l'entrevue avec le Grand Pope sans abîmer les vêtements de son ami. Et puis, en elle, elle se jura de les lui rendre en parfait état ou le cas échéant lui en acheter d'autres. C'était avec un point d'honneur que la jeune femme régler ses dettes. Juste et honnête, elle souhait de toute son ardeur servir au mieux la déesse de la Sagesse et l'emplir de fierté plutôt que de honte.

Un chantonnement s'éleva alors dans le temple des Gémeaux. Sans s'en rendre compte, Cypris avait commencé à redonner de la voix dans un registre autrement plus agréable que celui de ces précédents gémissements de douleur. Puis, ce fut vers l'une des glaces qu'elle se tourna, désireuse de nouer sa longue chevelure blonde. D'habiles mouvements des mains et des poignets plus tard, elle se présenta devant son compagnon, le corps habillement enveloppé de tissu sombre et discrètement repris à la taille. La ceinture, serrée sans exagération inutile, mettait sa taille fine en valeur, elle avait du ajouter un trou de plus, ce qui la mettait mal à l'aise.

" Je te rembourserai, Ozymandias. Pour les modifications que j'ai du faire pour les ajuster à ma taille. J'aurais préféré ne pas transpercer un cuir d'une aussi belle qualité mais tu as une carrure autrement plus développée que la mienne. Je te promets de te dédommager dès qu'on en aura le temps. Accepte déjà ceci. "

Et sans prévenir, elle déposa un baiser sur la joue de son compagnon, en toute fraternité.

" Bien, je pense être présentable ? Tu en penses quoi ? "

Puis, ayant entendu la réponse de son confrère et recomposé son visage de guerrière redoutable...

" Il est temps de nous présenter devant le Grand Pope. Veux-tu m'indiquer le chemin ? "

==> Réunion devant le Gépé avec Ozymandias...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ozymandias
Grand Pope et Chevalier d'or des Gémeaux
avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 10/09/2013
Localisation : Chaque jour vers l'Enfer descendant d'un pas, sans horreur, à travers des ténèbres qui puent.

Feuille de personnage
Hp:
192/192  (192/192)
CS:
400/400  (400/400)
Pa:
152/152  (152/152)

MessageSujet: Re: L'archère et le maître des dimensions au pied du Zodiaque d'or   Dim 29 Déc - 15:59

 Arrow La suite ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ozymandias
Grand Pope et Chevalier d'or des Gémeaux
avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 10/09/2013
Localisation : Chaque jour vers l'Enfer descendant d'un pas, sans horreur, à travers des ténèbres qui puent.

Feuille de personnage
Hp:
192/192  (192/192)
CS:
400/400  (400/400)
Pa:
152/152  (152/152)

MessageSujet: Re: L'archère et le maître des dimensions au pied du Zodiaque d'or   Lun 14 Avr - 17:51

Arrow Cypris et moi venons d'ici

Cela faisait maintenant deux fois en l’espace de quelques heures que j’amenais Cypris blessée dans ma maison afin qu’elle puisse s’y reposer et soigner ses blessures.

Franchissant alors le vaste porche de ma demeure, j’éludais autour de moi les ombres et les illusions assurant la protection de mon temple et avançait d’une traite vers la chambre à coucher où je déposais Cypris sur le lit.

« C’est à croire que chaque fois qu’on se retrouve, tu finis dans mes bras… »

Malgré la situation je trouvais encore le moyen de plaisanter, me perdant dans la contemplation de ce visage souillé de sang mais malgré tout vraiment, vraiment très joli.

Revenant à la réalité, je filais d’un bond à la salle de bain dont je revins chargé de petites serviettes et d’une trousse de premier secours, certes pas de quoi recoller un bras ou faire une transplantation, mais en l’état actuel des choses, c’était ce que je pouvais faire de mieux.

« Maintenant, euh… Il faudrait que je puisse accéder au corps de Cypris si tu veux bien. »

Et voilà que je me mettais à parler à une armure… J'avais peut etre perdu la raison suites aux révélations d’Hazama, mais après tout, il était de notoriété publique que les armures conservaient quelque chose de leur porteur, même lorsque celui-ci était décédé depuis des lustres.

Nul ne pouvait nier qu'elles pouvaient prendre leur propre décision, aussi peut être pouvaient elle nous comprendre.

« Je te promet que ce n’est que pour la soigner. »

J’espérais de tout cœur que l’armure allait coopérer, car malgré les garrots de contentions qu’elle appliquait sur les plaies de son nouveau propriétaire, les blessures de Cypris demandaient des soins que malgré tout son pouvoir, l’armure d’or du sagittaire ne pourrait pas prodiguer.

*A moins qu’elle ne dissimule des bandes stériles, du désinfectant, des antibiotiques à large spectre et une poche d’O- … Ce dont je doute.*

« Je t’en prie, tu dois me laisser la soigner. Durant tout le combat tu l’as protégé, maintenant laisse-moi prendre la relève. »

Et dans une série de flash de lumière dorée, l’armure d’or du sagittaire quitta la blonde archère pour aller se réassembler un peu plus loin sous sa forme totémique.

« Merci, merci beaucoup. »

Ayant révélé l’affreux spectacle du corps balafré de la blonde archère, je me hâtais d’éponger tout le sang coagulé ayant coulé le long de ses courbes, avant de devoir achever de la dévêtir en déchirant les loques ensanglantées qu’elle portait.

*Ce n’est que pour pouvoir la soigner, ce n’est que pour pouvoir la soigner…*

Finalement, après une dizaine de serviette propres trempées dans l’eau chaude et désormais toutes tachées de sang, je pouvais appliquer les baumes soignant sur le corps d’albâtre de ma sœur d’arme.

Sentant le feu me monter aux joues alors que de mes mains, je frôlais ses zones les plus secrètes, je me surpris à fermer par moment les yeux pour tenter de préserver au moins certains points de son intimité.

« Pardon, pardon Cypris… »

Enfin, après plus d’une demi-heure de soin, la blonde archère reposait nettoyée et pansée sur un lit propre dans une de mes robes de chambres tandis qu’installé dans un large fauteuil de cuir au profond dossier, je sirotais un scotch dont la boule de glace avait déjà fondu de moitié.

Patiemment, avec appréhension, j’attendais le réveil de mon invitée tout en songeant gravement à ce que l’avenir me réservait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cypris
Chevalier d'or du Sagittaire
avatar

Messages : 213
Date d'inscription : 04/08/2013
Localisation : Sanctuaire, Temple du Sagittaire ou Sparte

Feuille de personnage
Hp:
214/214  (214/214)
CS:
300/300  (300/300)
Pa:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Re: L'archère et le maître des dimensions au pied du Zodiaque d'or   Ven 25 Avr - 11:06

==> Ozy m'a amenée d'ici

Le froid s'était abattu sur l'entrée du Sanctuaire comme une tempête surgie des profondeurs gelées des enfers. Du moins, pour qui avait pu les connaître un jour. Cypris quant à elle était encore bien trop jeune pour avoir vécu cela. Les rares récits étaient consignés dans les bibliothèques de Sparte et plus que limitées. Les enseignements étaient plus que de qualité mais aussi justes pour les différents camps. Personne parmi les futurs saints ne pourrait avoir accès à certaines informations sur les Enfers tout comme les spectres en devenir ne pourraient avoir accès aux structures du Sanctuaire. Les aspirants recevaient tous un enseignement de choix mais dans des limites plus que strictes. Jamais une carte des domaines des différentes divinités ne serait entreposée en aucun lieu de la cité du Cosmos...

Une nouvelle fois, elle grelotta se serrant instinctivement contre ce qu'elle pensait encore être la statue de la déesse ne réalisant nullement qu'un chevalier servant était venu à son secours. Tous ses muscles se crispaient pour ne pas qu'elle tombe ou ne glisse dans les tréfonds d'un froid qui pourrait lui être mortel.

Ne jamais négliger les effets du froid ou de la sécheresse, apprendre à prendre soin de son corps, à répartir toute la chaleur de son cosmos pour la sauvegarde de sa propre vie, cerveau, cœur, reins...

Rediriger le cosmos vers les organes essentiels maintenant que le combat était gagné. Assurer sa survie et sa guérison en préservant tout ce qui était vital...

C'était aussi cela les enseignements d'Arwen, apprendre aux aspirants à connaître leurs propres corps et leurs limites. Passer de longues saisons à diffuser un cosmos davantage curatif que destructeur vers l'intérieur de son corps. Le cosmos ne servait pas qu'à tuer, loin de là. Manœuvré différemment, il pouvait engendrer des miracles.

Professeur...

L'image de la jeune femme blonde en tablier blanc repassait devant elle. Tout comme Chiron, elle avait été son mentor. Qu'elle soit fille de Muse et du Sommeil ne changeait rien à ce qu'elle avait accompli pour elle, Ozymandias et Raziel. N'était-elle pas davantage, l'enfant de réunion plutôt que celui de la destruction ? Tout Sparte bénéficiait de dons de la mystérieuse seconde du Haut Commandeur et sans doute que son ascendance particulière en était une des causes, une des clés. Le sang de Thalie et, par elle, celui de Zeus coulaient dans les veines d'Arwen. Elle était nièce de la déesse Athéna et cela, Cypris le prendrait en compte autant que le reste. Toutes les divinités, ou presque, avaient du sang en commun et ce n'était pas la présence de quelques fruits pourris qui devaient contaminer ou pire encore condamner toute la lignée...

Soudain, une nouvelle vague de frissons la prit et elle se serra davantage contre son ami. Elle ne pouvait le savoir mais le saint des Gémeaux venait de la ramener en sa demeure. La sainte du Sagittaire était plus que grièvement blessée. Ses sens étaient encore trop engourdis pour qu'elle reconnaisse son frère d'armes mais cela passerait. Pour l'instant, elle luttait encore, soutenue par les enseignements de la blonde scientifique pour rediriger son cosmos...

Le Sagittaire est un seigneur en maîtrise du cosmos, petite.

Une main affectueuse sur son épaule. Rude et vaste, elle couvrait quasi toute la surface de l'épaule dénudée de Cypris. Ce ton aussi était déjà connu.

" Héraclès... "

" Le Sagittaire est capable d'user au mieux du cosmos. Et tu en es la preuve vivante. Ma demi-sœur Athéna n'a rien à craindre si tous tes frères et sœurs d'armes se rappellent leur force et la puissance de leurs âmes. Ne laisse jamais tomber petite. Ta bravoure me rappelle celle des Amazones, le peuple de femmes protégé par Arès. Aucune n'abandonne. Toutes sont dotées de vaillance et courages autant que les hommes. "

Un sourire s'épanouit sur le visage de l'archère tandis qu'avec la paume d'Héraclès, un poids sembla soudain se volatiliser. Son habit sacré venait de la quitter. Une nouvelle fois, elle grelotta avant de soupirer presque d'aises. Quelque chose était en train de parcourir son corps et le soulager autant du sang que de la douleur. Tout cela se passait avec la plus grande délicatesse. Elle ne savait qui s'occuper ainsi d'elle même si une nouvelle image se dessinait en son esprit. Ses sens commençant à revenir...

Castor et Pollux...

Les Dioscures venaient d'apparaître dans les cieux de son rêve.

Les Gémeaux...

Ozymandias, mon ami. tu es là pour moi.


Un sourire rayonnant s'épanouissait sur le visage de la Sagittaire alors que les soins arrivaient à leurs termes.


*************


De longs instants plus tard, des heures ou des jours, elle ne le saurait que plus tard, la jeune femme reprenait tous ses sens...

" Ozymandias, tu es de retour ? Tout s'est bien passé pour toi. Dis-moi. Comment te portes-tu, mon ami... "

Une bien surprenante demande de la part d'une blessée grave mais en parfait accord avec sa nature profonde. Un silence suivit tandis qu'elle attendait la réponse de son meilleur ami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ozymandias
Grand Pope et Chevalier d'or des Gémeaux
avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 10/09/2013
Localisation : Chaque jour vers l'Enfer descendant d'un pas, sans horreur, à travers des ténèbres qui puent.

Feuille de personnage
Hp:
192/192  (192/192)
CS:
400/400  (400/400)
Pa:
152/152  (152/152)

MessageSujet: Re: L'archère et le maître des dimensions au pied du Zodiaque d'or   Ven 25 Avr - 22:00

Un frère… Un jumeau encore en vie, mon véritable nom. Toutes ces révélations tournaient dans ma tête en même temps que l’image à demi-nue de Cypris étendue devant moi.

Les conséquences ne pouvaient être que considérables. Mes prédécesseurs avaient tous eut leur destin scellé à cause de cette jumélité maudite pervertissant leur cœur et souillant leur âme de ténèbres insondables.

Tel ne sera pas mon cas. Quand bien même devrais-je commettre l’irréparable, je ne laisserai pas la malédiction des gémeaux se renouveler avec moi. Ma décision était prise. Je devais trouver ce frère, tout apprendre de lui, et si nécessaire, le détruire avant qu’il ne me détruise.

*Hazama… Sait-il vraiment où trouver mon frère ? D’où lui viennent ces connaissances ? Est-ce que mon frère est aussi un élu du cosmos ?*

La réponse semblait évidente si l’on se basait sur l’histoire de mes prédécesseurs. Jusqu’à quel point ma destinée était-elle identique à la leur ? Etais-je déjà damné ? L’avais-je été depuis ma naissance comme l’affirmait le haut commandeur ?

*Est-il possible qu’avec une bonne connaissance du passé et les gestes appropriés, je puisse changer mon avenir ? Ou dois-je acquérir d’avantage de connaissance ?*

Connaitre l’avenir… Voir son sentier sinueux parcourir l’infini… Pourrais-je jamais en tant qu’Homme approcher ces vérités interdites ?

*Je dois devenir plus qu’un Homme, beaucoup plus. Je dois m'élever au-dessus de mes semblables, au-dessus du genre humain, ce n'est qu'ainsi que je pourrais changer mon destin.*

Jamais en tant que simple mortel je ne pourrais avoir la moindre idée du pouvoir de la connaissance, il me fallait plus de temps, plus de hauteur, et plus que tous, il me fallait les moyens de les obtenir.

*De la puissance… Il me faut de la puissance, beaucoup de puissance et il me la faut rapidement.*

Encore une fois, ma propre histoire m’enseignait une source évidente de pouvoir situé à quelques kilomètres à peine.

Star Hill et les secrets que la montagne du Pope contenait. Tous mes prédécesseurs s’y étaient un jour rendu pour en percer les mystères, et ce qu’ils y avaient trouvés les avaient rendus supérieur encore au chef des armées de la Sagesse.

Mon destin était-il aussi de suivre ce chemin ?

Non, je n’étais pas prêt, pas encore prêt à affronter les dangers de la montagne sacrée, et encore moins prêt à en affronter le gardien…

*Par la déesse, qu’est-ce que je viens d’imaginer là…*

Pour la première fois depuis ma nomination en tant que chevalier d’or, je m’étais imaginé terrassant l’actuel Grand Pope pour en usurper l’identité ainsi que l’avait fait Saga.

Horrifié par cette seule pensée, je comprenais alors que la situation était plus grave que je l’avais imaginé.

*Je dois faire vite, le temps m’est compté, qui sait encore combien de temps je pourrais rester moi-même.*

Ce n’était pas la première fois que j’avais peur, mais c’était la première fois où j’avais peur de moi-même, peur de me réveiller entouré de cadavres autrefois amis les mains tachées de leur sang.

« Cypris ? »

Sa douce voix encore si faible m’arracha à ce cauchemars éveillé. Agissant comme un phare dans l’obscurité que devenait mon avenir, la seule cosmo-énergie du sagittaire me ramenait vers de plus agréables pensées.

« Cypris, tu es réveillée... »

Me levant pour la rejoindre aux pieds du lit, je pris sa main avec délicatesse pour en scruter le cosmos, cherchant en elle un éventuel signe d’infection ou de rechute.

« J’ai eu si peur en te découvrant… J’ai bien crus… »

Je n’osais pas en dire plus long et lui rendit sa main une fois mes analyses terminées alors qu’elle m’interrogea d’une bien étrange manière. Avait-elle compris ? S’était-elle rendu compte de mon état et si oui, jusqu’où ses analyses l’avaient-elle conduit ?

Une nouvelle frayeur s’empara de moi, celle d’être dénoncé comme dangereux, d’être emprisonné ou pire, éliminé comme une vermine par le sanctuaire. Une opération préventive, une épée de Damoclès sur ma tête que même l’innocence au fond des yeux de Cypris ne pouvait émousser.

« Oui, parfaitement bien maintenant, j’étais tellement inquiet pour toi. »

Tant pis, je devais amener la conversation vers un autre terrain sans que ça paraisse suspect, et j’y mettrais les moyens.

« Ce que j’ai ressentis en te voyant exsangue et blessée dans cet enfer de glace… Ca dépassait tout. »

Caressant avec douceur l’épaule et le haut du bras de la jeune archère, je sentais le feu me monter aux joues tandis que la honte mêlée au désir me faisait rougir.

« Mais c’est fini maintenant, tu ne risques plus rien. Comme je l’ai dit à Artémis lorsqu’elle m’informa de ton combat, un chevalier sacré animé d’une cause juste est invincible. J’ai toujours eut confiance en toi. »

Déposant alors un doux baiser sur le front de la blonde archère, j’osais espérer qu’ainsi, ma gêne trouverait pour elle à la fois une explication et une justification des plus crédibles.

« Et je ne me suis pas trompé on dirait. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cypris
Chevalier d'or du Sagittaire
avatar

Messages : 213
Date d'inscription : 04/08/2013
Localisation : Sanctuaire, Temple du Sagittaire ou Sparte

Feuille de personnage
Hp:
214/214  (214/214)
CS:
300/300  (300/300)
Pa:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Re: L'archère et le maître des dimensions au pied du Zodiaque d'or   Mar 29 Avr - 20:16

Un sourire illumina le visage blessé de la sainte du Sagittaire. C'était bien Ozymandias qui se tenait près d'elle. Cela lui faisait tant de bien de retrouver un visage connu après un tel combat. La crainte, la douleur apparaissaient seulement maintenant. La fureur du combat avait été portée à un tel niveau qu'elle en avait ébranlée les fondations du Sanctuaire. La tension, l'adrénaline avait tenu la blonde archère tout le long de l'affrontement et à présent que tout était terminé, Cypris se sentait vidée de toutes ses forces. Tout cela était si nouveau tout comme l'immense joie qu'elle ressentait.

" Oui, je suis réveillée et je suis si heureuse de te voir près de moi. J'ai juste cru un instant que l'autre dragon s'en était pris à toi. Lui maîtrisait la glace si fortement qu'il serait capable de rivaliser avec le saint du Verseau. Enfin s'il revient un jour... "

La main dans celle de son frère d'armes, Cypris se sentit rougir comme une enfant, une adolescente à ses premiers émois...

" Tu es venu pour moi ? "

Une telle lueur dans ses yeux. La trahison de Raziel lui avait brisé ses illusions d'enfances mais cela n'était rien en regard de ce qu'elle sentait naître en elle. Ozy était son ami depuis tant et tant d'années et elle se surprenait à attendre plus de lui...

" Tu étais inquiet ? J'en suis si émue. Moi qui pensais n'être qu'une sainte sans attrait à tes yeux. Une simple enfant. Enfin, c'est vrai que j'avais tout d'un garçon manqué quand on s'est rencontrés.

Un rire avait suivi. Cypris se souvenait en effet de son caractère et de sa violence des premières années. Être préfet de la Maison d'Athéna impliquait aussi de prouver sa valeur au combat et le port du masque avait imprégné les esprits bien plus qu'un le pensait. En calmer quelques-uns de manière plus que percutante avait était nécessaire pour asseoir davantage son autorité. Se faire respecter et montrer qu'on était une guerrière digne de ce nom avait été nécessaire. Cela lui semblait si loin maintenant. Soudain, elle sentit la main des Gémeaux remonter le long de son bras.

" J'aurais pu mourir mille fois mais en même temps, je n'en avais pas le droit. Je devais gagner. Je suis tellement contente de t'avoir près de moi. Tu es le seul ami que j'ai réellement, le seul en qui je peux avoir toute confiance...

Est-ce que... "


Elle rougit de plus belle en sentant la chaleur de la paume d'Ozy sur son épaule. L'inexpérience des jeunes saints en ce domaine était bien plus réel qu'ils ne voulaient bien le reconnaître. Entraîner pour combattre sans autre but pour certains, la plupart d'entre eux n'avaient pas de temps pour le reste ou vivre comme des jeunes adultes ordinaires.

" Tu me rends si heureuse... "

La confiance du gardien de troisième prison en elle était si touchante qu'elle en sentit les larmes lui monter aux yeux. Se retrouver ainsi était tellement gênant tout comme la semi-nudité qui était la sienne mais qu'heureusement, elle n'avait pas encore totalement réalisée.

" Ta confiance m'honore tellement. "

Le contact de ses lèvres sur son front la fit taire soudain...

" Est-ce une demande ? "

Elle ne pouvait nier son cœur battant plus vite mais ne savait trop où elle en était après le combat qu'elle venait de vivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ozymandias
Grand Pope et Chevalier d'or des Gémeaux
avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 10/09/2013
Localisation : Chaque jour vers l'Enfer descendant d'un pas, sans horreur, à travers des ténèbres qui puent.

Feuille de personnage
Hp:
192/192  (192/192)
CS:
400/400  (400/400)
Pa:
152/152  (152/152)

MessageSujet: Re: L'archère et le maître des dimensions au pied du Zodiaque d'or   Mer 30 Avr - 22:46

J’avais honte, j’avais tellement honte en cet instant que je craignais d’en laisser transparaître plus que de raison.

Me servir ainsi des sentiments du sagittaire, de sa naïveté, de son innocence… Tout ça pour couvrir mes arrières… Avais-je déjà sombré ?

*Non, j’ai encore une conscience, j’ai encore la honte et le regret. Je suis encore humain, et je dois le rester. Je dois agir vite.*

Le temps m’était compté. Depuis maintenant 26 ans je n’avais à ma connaissance eut qu’une seule personnalité, qu’une seule âme, mais en serait-il encore de même demain ? Ou dans quelques instants ?

Je pestais intérieurement devant le manque de connaissance quasi criminel qu’avait le sanctuaire à l’égard de ses propres chevaliers, plus encore envers celui qui à chaque génération se voyait affublé d’une malédiction le rendant pour le moins dangereux et imprévisible.

Etait-ce de la grandeur d’âme ? De la naïveté ? De la stupidité ? Pouvaient-ils vraiment se convaincre que l’avenir serait différent d’une génération à l’autre ? Et si oui, cela pouvait-il justifier ce manque de mesure ?

En y repensant bien, rien à Sparte ou au sanctuaire ne m’avait préparé à ce destin. On m’avait appris à me battre, contre tous les ennemis, fussent-ils des dieux, mais jamais à m’affronter moi-même. Face à un tel adversaire, sans forme, sans répit, face au mal tapis dans mon cœur, j’étais seul, désespérément seul.

Etait-ce une fatalité ? Ne pouvais-je donc mettre un terme à ma malédiction avant qu’il ne soit trop tard ? Aspros et Saga en leur temps avaient dut attendre la conclusion des conflits de leur temps avant de pouvoir obtenir leur rédemption, et cela leur avait couté la vie. En serait-il de même pour moi ? Mourrais-je ainsi pour racheter mes fautes comme mes prédécesseurs l’avaient fait avant moi ?

Fixant les yeux de Cypris sans les voir, j’entendais sans écouter ses dires, totalement perdu dans ce nouveau monde de brume et d’incertitude qui s’était révélé devant moi d’une simple révélation.

*Je dois agir, ne pas laisser les événements suivre leur cours, surtout pas. Saga fut entrainé au cosmos dès son plus jeune âge, et à ses 15 ans, il bascula, tuant du même coup le grand pope et usurpant sa place. Combien de temps cela me laisse-t-il ? Quelques années, quelques mois ? Peut-être moins.*

Je devais partir, je devais aller apprendre ce secret qu’Hazama m’avait promis, et je devais le faire sur le champ.

« Hum ? »

Une demande ? Ce mot résonna dans mon esprit comme s’il était sorti de nulle part. Une demande…

« Je… »

En vérité je ne savais pas quoi lui répondre. Plus que le trouble de mes sentiments pour elle, le caractère urgentissime de ma situation m’empêchait d’y réfléchir avec l’attention qu’une telle question demandait, et pourtant…

*Il serait si simple de dire oui.*

Le jeu de l’amour, de la séduction et du désir… Si Cypris était encore ignorante de ce monde, je m’y étais pour m’a part adonné sans retenue, il y a longtemps, dans une autre vie. Une vie d’excès et de luxure qui à la lumière actuelle de mes connaissances m’apparaissait encore plus monstrueuse.

*Par la Sagesse… Est-ce possible ? Ai-je déjà sombré par le passé ?*

Si la confirmation de cette hypothèse m’aurait presque soulagé du poids des morts dut à cet accident survenue en Antarctique il y a plus de 6 ans, qu’est-ce que cela voulait dire par rapport à ces changements ayant lieu sans même que je m’en rende compte ? Etait-je déjà de l’autre côté ? Comment savoir ? Qui pouvait savoir ?

A cet instant, plus que jamais, je regrettais amèrement l’absence de mon prédécesseur. Lui seul aurait pu m’enseigner ce que seul un chevalier d’or des gémeaux pouvait savoir.

*Mais c’est ça ! C’est ça la solution !*

Retrouver Saga, du moins retrouver son âme et apprendre de lui les moyens de lutter contre ce côté obscur contre lequel j’étais encore sans défense.

Oui mais voilà… Saga était mort. Il y a des années maintenant. Et son âme… Son âme était maintenant en enfers, hors de ma portée, du moins pour le moment.

*Du pouvoir, il me faut le pouvoir de me rendre aux enfers sans y devenir l’esclave d’Hadès.*

Hazama saura m’aider aussi pour cela. Tout ce qui touchait de près ou de loin les connaissances interdites lui était aussi savoureux et désirable que le nectar des dieux. En véritable trafiquant d’information, il ne pourrait pas ignorer la solution de ce problème.

« Je ne peux pas encore te donner de réponse Cypris. Trop de choses se bousculent encore dans mon esprit, et je ne veux pas te donner de faux espoirs. Pour le moment, je dois m’en retourner à Sparte m’entretenir avec le haut commandeur. Je suis partis si vite que nous n’en avons pas terminé, du moins pas encore. »

Quittant le chevet de la blonde archère, j’allais chercher mon verre encore posé sur la table basse toute proche avant de le vider.

« Je suis navré de devoir te laisser aussi vite, mais soit sur je ne le ferai pas si ce n’était pas absolument nécessaire. »

Reposant mon verre vide là où il se trouvait auparavant, je retournais vers le sagittaire alité pour lui déposer un dernier baiser sur la joue.

« Je sais que ce n’est pas vraiment le cas, mais tu es ici chez toi en mon absence, au moins le temps que tu te rétablisses et que tu puisses rejoindre ta propre demeure. Si on te le demande, réponds leur que j’ignore encore combien de temps durera mon absence, je n’ai plus aucune certitudes si ce n’est celle qu’il me faut désormais suivre mon intuition. Guette mon retour Cypris. Toi plus que tous les autres, guette mon retour, et prie pour nous. »

J’avais voulu éviter un au-revoir trop dramatique, c’était raté. L’émotion sans doute, ou la peur…

Ouvrant alors entre mes mains une faille dimensionnelle, j’y disparaissais dans un dernier sourire avant de m’en aller aux portes de la cité du cosmos.

 Arrow Entrée de Sparte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cypris
Chevalier d'or du Sagittaire
avatar

Messages : 213
Date d'inscription : 04/08/2013
Localisation : Sanctuaire, Temple du Sagittaire ou Sparte

Feuille de personnage
Hp:
214/214  (214/214)
CS:
300/300  (300/300)
Pa:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Re: L'archère et le maître des dimensions au pied du Zodiaque d'or   Ven 2 Mai - 19:22

Face à la réaction des Gémeaux, Cypris se mordit les lèvres. Elle avait parlé trop tôt, bien trop tôt. L'émotion et la peur de tout perdre avaient du jouer leurs rôles dans cette question aussi soudaine qu'inattendue. La gentillesse de son ami avait été une tel réconfort pour elle. Pourtant, elle ne pouvait douter. La blonde archère ne pouvait douter de la sincérité de ses sentiments. Entière et franche, elle n'avait jamais appris à se servir des sentiments des autres. Une personne de confiance et une combattante sur qui l'on pouvait compter, ces qualificatifs étaient les siens et elle retirait une certaine fierté. C'était sans doute cela qui lui avait aussi valu d'être amenée à devenir Préfet de la Maison d'Athéna. Les aspirants avaient pu compter sur elle dès sa nomination. Il lui était même arrivé d'intervenir en plein cœur des autres maisons lors de interventions conjointes des différents préfets. C'était aussi cela, Sparte. Apprendre à agir en faisant fi de ses méfiances ou de ses inclinaisons personnelles. La sainte du Sagittaire avait appris tant de choses en ces lieux et pourtant, elle était si ignorante sur d'autres plans. Était-ce de la naïveté ? Sans le moindre doute, elle ne pouvait en douter. C'était aussi cela, passer sa jeunesse à s'entraîner pour devenir digne de l'élite de la chevalerie et enfin en revêtir l'armure.

" Tu ne peux me répondre mais tu ne me repousses pas non plus. Tout espoir n'est donc pas perdu. Laisse-moi, laisse-nous une chance... "

Ses joues flambèrent presque lorsqu'elle osa poursuivre.

" Il est si difficile d'ouvrir son cœur à d'autre et sans doute est-ce la proximité de la mort en si peu de temps qui me donne la force de te parler ainsi. Je ne veux pas avoir de regrets. Je ne veux pas regretter de te perdre sans t'avoir au moins dit cela. Personne ne peut contrôler le cœur d'un autre à moins de s'appeler Éros ou Aphrodite. Mais au moins, j'ai osé te parler. Un autre matin viendra où nos âmes ou nos esprits apaisés trouveront assez de repos et de calme pour voir clair en elles. Et ce jour, nous pourrons nous parler à cœurs ouverts. Promets-moi de trouver un tel jour, Ozy, de trouver un tel instant et surtout de ne pas oublier cette question que je t'ai posé de tout cœur. "

Se forçant à sourire, elle trouva la force de répondre à l'au revoir qui n'avait plus tardé.

" Sois prudent, Ozy. Sois prudent, je crains pour toi. Je ne veux pas te perdre. Ce temple, promets-moi d'y revenir et que je pourrais m'y installer chaque fois que je le voudrais. Je veillerai à ce personne ne vienne profaner le temple des Gémeaux en ton absence. Mon temple a beau être celui du Sagittaire, cela ne m'empêchera pas de veiller sur ta demeure. Personne ne pourra m'en déloger mais promets-moi, reviens-moi...

Quels que soient tes sentiments, reviens me parler. Qu'on puisse avoir une chance... "


Les larmes de Cypris scintillèrent. L'émotion était si forte qu'elle n'avait pu les retenir davantage, baissant la tête pour que son ami ne les voit pas. Elle ne devait pas le troubler et était trop fière pour le laisser la surprendre en train de pleurer. Son état à lui seul pouvait justifier ses larmes de douleur. Toutes ces plaies parsemant son corps en plus de terrifiantes brûlures qu'elle avait déjà encaissées lors de l'affrontement entre Arès et Artémis. Longuement, elle guetta la disparition du cosmos d'Ozymandias et lorsque cela arriva, elle se laisse retomber sur sa couche, inondant l'oreiller de larmes de par trop retenues. Ces heures étaient celles des larmes solitaires, celles où elle connaissait pour la première fois l'émotion, la souffrance et la peur de la mort. Toutes ces épreuves ne feraient que le renforcer mais pour cela, elle devait se soigner et reprendre pied. Son mental aussi avait besoin de repos, de se trouver une nouvelle stabilité. Se fabriquer une nouvelle arme, un nouveau pivot et enfin s'équilibrer.

" Des paroles dignes de toi, petite. Soigne-toi et laisse ta nature toute féminine s'exprimer. Tu apprendras à la connaître. Et pour le reste, rappelle-toi les enseignements d'Héraclès. Deviens forte et fourbis tes armes, explore tes faiblesses, plus tu les connaîtras et plus tu deviendras redoutable... "

Un nouveau message rapporté par Héraclès mais aussi Chiron. Les deux images ne cessaient d'hanter ses rêves. A croire que la légende insistait pour reprendre pied dans la réalité...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cypris
Chevalier d'or du Sagittaire
avatar

Messages : 213
Date d'inscription : 04/08/2013
Localisation : Sanctuaire, Temple du Sagittaire ou Sparte

Feuille de personnage
Hp:
214/214  (214/214)
CS:
300/300  (300/300)
Pa:
150/150  (150/150)

MessageSujet: Re: L'archère et le maître des dimensions au pied du Zodiaque d'or   Sam 17 Mai - 15:06

[désolée pour le double post, ceci se passe quelques heures après le départ d'Ozymandias]

Depuis combien de temps ?

Une aura puissante venait de retentir depuis les terres de Sparte, si intense qu'elle avait fait réagir l'armure d'or du Sagittaire tout en tirant Cypris du sommeil dans lequel, elle avait fini par plonger.

Athéna...

Elle ne l'avait quasi jamais rencontrée mais son cosmos lui, était connu. Comment aurait-elle pu ne jamais le ressentir alors qu'elle avait été Préfet de la Maison Blanche. Les sceaux de la déesse était partout sur l'ensemble de la cité du Cosmos. Sparte était l'oeuvre d'Athéna autant que celle du Haut Commandeur Hazama. A sentir cette immense énergie rayonner jusqu'au Sanctuaire, l'archère pestait contre son état de faiblesse. Le seul geste qu'elle fit lui arracha un râle de douleur qu'elle ne put contenir qu'en serrant avec force les mâchoires. Blessée dans son orgueil de guerrière, elle se résigna à demander de l'aide. Le Grand Pope devait tout comme l'ensemble des occupants des lieux saints avoir ressenti le retour de la déesse de la Sagesse et il devenait urgent de lui faire part de tout ce qu'elle avait appris lors de son combat contre l'envoyé d'Arès.

Andros, j'ai le moyen de l'appeler où qu'il soit. Les gardes du Sanctuaire sont dévoués. Il fera le meilleur messager le temps que je puisse me lever sans risquer de retomber comme une pierre sur le sol.

Enfin, l'appeler une fois qu'elle se serait rendue présentable. Tout chevalier de la Sagesse qu'elle était, Cypris n'en demeurait pas moins femme. Aussi paraître à demi-nue dans le lit des Gémeaux, les cheveux emmêlés et un reste de fièvre lui colorant joliment les joues de rouge n'était pas ce à quoi elle aspirait aussi le plus. Quitte à être dans le temple de son ami et un jour peut-être plus, la jeune femme se jurait de ne pas donner de mauvaise image d'elle-même.

Quelques instants d'une toilette aussi comique que ardue entrecoupée de passage de bain et de chute d'objet en tout genre, rythmé autant par les éclats de rire que les plaintes dues à la douleur que lui imposait ses brûlures, la combattante prit place dans le salon d'Ozymandias. Ses pansements visibles sous les vêtements qu'elle avait empruntés au saint des Gémeaux. Cela finirait sans doute par devenir une habitude de prendre les habits d'Ozy lorsqu'elle s'installait chez lui...

Je vois pas la réciproque possible !!!

Un rire suivit cette pensée. Imaginer Ozymandias dans les tenues de Cypris était en effet d'un comique certain. Déjà la différence de taille, de stature mais aussi le genre de vêtements que la blonde possédait. Ozymandias en tailleur élégant ou en robe de soirée devrait valoir le détour. Non pas que la jeune femme avait quantité de tenue mais qu'elle avait du faire preuve d'élégance et de  politesse quand elle se trouvait entre les murs de Sparte. Hazama exigeait une éducation plus que stricte de ses Préfets. Que tous soient capables de prendre part à des réunions ou des rencontres avec les divinités ou les grandes figures du monde était une de ces directives.

Être capable de se sentir chez soi dans toutes les circonstances...

Cypris se souvenait de la première fois qu'Arwen lui avait offert une robe pour qu'elle représente la Maison d'Athéna lors des fêtes que Sparte faisait en l'honneur de la Sagesse. Saori se baladait en tenue riche et autres robes de princesse, oubliant totalement le côté martial associé à son nom. Aussi, Cypris avait-elle partagé l'idée d'être juste sobre et élégante dans une tenue n'excluant pas la possibilité de combattre. Le reste s'était passé sans le moindre accroc.

Cette petite escapade dans le monde de ses souvenirs lui fut d'une grande aide tout en lui rappelant qu'elle pouvait toujours demander de l'aide à la cité sacrée. C'était en partie l'oeuvre d'Athéna et la sainte du Sagittaire était comme tous ces prédécesseurs une fanatique de la déesse. D'ailleurs parlant de la déesse, la statue ancienne devait encore être au milieu des décombres de l'entrée. Demander à pouvoir s'en occuper lui plairait. Cette représentation primitive comptait énormément pour elle. C'était à ses pieds qu'elle s'était effondrée, tout danger écarté. Maintenant qu'elle était prête, elle put appeler le garde qui ne tarda pas à se présenter devant elle.

" Andros, à votre service, chevalier du Sagittaire. Magnifique victoire que la vôtre et permettez-moi de vous remercier au nom de tous ceux qui auraient pu périr sous les coups de ce monstre. Et vous comment vous sentez-vous ? Souhaitez-vous rejoindre votre temple ? "

Le ton du guerrier était calme et respectueux. Les gardes du Sanctuaire n'ignoraient rien du respect qu'ils devaient à l'élite dorée même si Cypris ne donnait pas l'image d'un tyran ou d'une péronnelle se prenant pour le centre du monde. D'ailleurs, la jeune femme ne tarda pas à répondre.

" Merci d'avoir répondu aussi vite. Non, pour l'instant, je compte rester encore entre les colonnes de ce temple. J'ai promis de veiller sur lui aussi longtemps que le Grand Pope me le permettra. Je ne puis le quitter aussi, j'aimerais que tu portes ceci à notre estimé maître. "

Elle tendit alors une lourde enveloppe scellée de son sceau au garde.

" C'est le rapport que j'ai écrit suite à mon combat contre l'envoyé d'Arès. Il comporte toutes les remarques que j'ai pu faire ainsi que certaines observations. "

Et saisissant le paquet, le garde s'empressa de prendre congé.

" Il en sera fait selon vos ordres, chevalier Cypris. Si vous avez besoin de quoi que ce soit et que je ne suis pas disponible, utilisez ceci. Les servantes se feront un plaisir de vous aider à reprendre des forces et mettre de l'ordre dans votre temple et celui du chevalier Ozymandias. Personne ne viendra vous importuner sans avoir affaire à nous. Tous les gardes sont là aussi pour veiller sur la bonne marche du Sanctuaire. "

==> Andros porte le rapport de Cypris au palais du Grand Pope

==> Cypris se réveille ici


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L'archère et le maître des dimensions au pied du Zodiaque d'or
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Trépied mitrailleuse hotchkiss
» L'amour en trois dimensions
» dimensions compartiment baterie et meilleur choix lipo
» dimensions vespa
» Tirage photos : dimensions standards (*)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Knights of Hope :: Sanctuaire de la déesse Athéna :: Temple des Gémeaux-
Sauter vers: