Forum RPG dans l'univers de Saint Seiya (Les chevaliers du Zodiaque)
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Eleusis ~ Vers l'éveil de Perséphone

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Perséphone
Déesse des Enfers et des Saisons
avatar

Messages : 127
Date d'inscription : 13/08/2013
Localisation : Partout dans l'autre monde, en Olympe ou au Château d'Heinstein

Feuille de personnage
Hp:
359/359  (359/359)
CS:
735/735  (735/735)
Pa:
350/350  (350/350)

MessageSujet: Eleusis ~ Vers l'éveil de Perséphone   Dim 24 Nov - 20:22

Héléna et moi venons d'ici.

Partir pour le vaste monde, le coeur chargé de tant de pensées contraires avaient eu de quoi secouer la jeune femme. Son éveil s'en trouvait retardé tout comme sa reconnaissance aux yeux des autres divinités en tant que reine du Monde Souterrain. De quoi lui meurtrir encore davantage le coeur. Être privée de son roi était déjà horrible et une souffrance sans fin. Y ajouter la perte de son Royaume ne ferait sans doute rien pour apaiser son chagrin. Elle avait beau être fille de lumière, Coraline aimait le peuple qui lui était confié. C'était aussi cela, elle prenait soin de son Royaume comme toutes les autres épouses. Après tout, dans l'autre monde, il n'y avait pas qu'horreur et souffrance mais bien plus bien plus que cela. Sans eux, les hommes ne pourraient pas vivre tout simplement...

Un soupir et elle caressa la crinière de son monture sous le regard inquiet d'Héléna. De quoi la rendre encore plus mélancolique. Sa mère n'était pas incarnée et elle veillait malgré tout sur elle. L'amour l'entourait. La brune vierge ne pouvait en douter. Ses longs cheveux avaient pris une teinte de jais alors que sa robe demeurait toute empreinte d'une grâce chaude et automnale. Sentir les muscles d'acier de l'étalon noir était un lien avec le présent. Elle devait réfléchir à tout ce qu'il se passait. Tout ce qui avait du se dérouler durant son trop long Sommeil. Quoique...

Elle n'était pas la seule à sentir que les fils menant à son éveil étaient emmêlés. Par qui ?

- Héléna ?
- Oui, ma dame ?
- Penses-tu que mon cher époux soit le seul à être dans cette situation ?
- Hum... Non, ma dame. Poséidon lui-même l'est. C'est l'oeuvre d'Athéna.
- Athéna... Elle n'est pourtant pas là, je ne sens aucune trace de sa présence en ce monde.
- Non, ma dame.
- Héléna et ma mère... ?


Une telle crainte dans le coeur de la princesse qu'elle avait été au temps mythologiques, l'enfant merveilleuse de la déesse des Moissons. C'était tellement fort. La perte de tous les siens dans les profondeurs du monde souterrain et celle de sa mère en celui de la Surface. Quelque chose n'allait pas. Vraiment pas...

- Héléna, penses-tu que tout cela soit un avertissement du destin. Un appel des Moires pour nous avertir d'un péril surpassant les simples anicroches entre ma soeur et mon époux ? Les Enfers et le Tartare, tant de passages sont laissés sans surveillance de par la seule responsabilité d'Athéna. Pourquoi a-t-elle été aussi véhémente alors qu'elle est la Sagesse et n'ignore rien du rôle qui est le mien et celui de mon époux. Hadès...

Un regard violet empreint d'un voile de souffrance pure. Tout avait pris à peine quelques heures, loin des regards, loin de tous, juste une éclipse qui n'avait même pas eu le temps de prendre la véritable mesure de ce qui aurait pu se passer. La quasi totalité du plan d'Hadès en cette terrible époque s'était déroulé sans l'accord de son épouse, celle-ci reposant entre deux réincarnations. Combien de divinités le savaient ? Hermès et Clio étaient absents depuis trop longtemps et qu'était un jour, même pas complet dans l'éternité d'une nuit divine ? Rien, pas même une minute. Perséphone consacrait ses forces et son essence à nourrir les hommes en provoquant le cycle des Saisons et la Germination. Hypnos et Thanatos maintenaient les Cycles de la vie et la Mort alors que les âmes trouvaient refuge dans le monde Souterrain en attendant un nouveau cycle...

C'était cela le cycle éternel, celui que Perséphone connaissait aussi bien que Zeus. Se pouvait-il que quelque chose ait rendu Hadès fou ? Que quelqu'un lui ait infligé la pire des blessures pour le faire basculer dans la pire des folies destructrices au point de la mettre, elle, son épouse adorée en porte à faux...

- Héléna, ma précédente incarnation ?
- Elle a été...
- Héléna.
- Je ne sais, ma dame, mais quelqu'un a massacré vos fidèles les plus proches de vous, la Rose des Enfers en tête, avant de s'en prendre au noyau dur des armées infernale. Une prêtresse a même poussé le blasphème et le sacrilège de la pire des manières. Elle a tenté d'usurper votre identité et prendre place sur votre trône. Je n'en sais malheureusement guère plus que le peu qui nous est parvenu excepté que votre ami, le dieu du Sommeil est intervenu à temps...
- Hypnos. Oui, il faut que je le retrouve et le seul moyen est d'accomplir mon éveil...


Et relançant sa monture.

- Encore combien de temps pour Eleusis ?
Nous y serons bientôt, ma dame.


Un sourire radieux sur le visage si fermé d'Héléna. Voir sa protégée reprendre force était ce qu'elle espérait le plus. L'avenir s'annonçait parsemé d'embûches.

De longs instants s'écoulèrent ensuite puis enfin, l'enceinte de l'ancien temple des Mystères apparut. Juste quelques ruines aux yeux du commun des mortels mais bien plus que cela pour la future déesse des Enfers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perséphone
Déesse des Enfers et des Saisons
avatar

Messages : 127
Date d'inscription : 13/08/2013
Localisation : Partout dans l'autre monde, en Olympe ou au Château d'Heinstein

Feuille de personnage
Hp:
359/359  (359/359)
CS:
735/735  (735/735)
Pa:
350/350  (350/350)

MessageSujet: Re: Eleusis ~ Vers l'éveil de Perséphone   Jeu 26 Déc - 20:32

Prendre pied sur le sol d'Eleusis avait été plus qu'éprouvant pour la future déesse des Saisons et de la Germination. En cette heure qui serait décisive pour la suite, la jeune femme aux longs cheveux sombres s'était penchée sur les vestiges de l'antique temple. C'était d'une tristesse de voir ces pierres taillées avec tant d'amour par les premiers adorateurs des divinités antiques finir foulées de la pire des façons avant d'être réduites presque à néant. C'était ainsi que les choses s'étaient passées depuis la soit-disant émergence de la nouvelle et grande civilisation. Athéna avait hérité de la terre et s'en était faite la grande protectrice. Sa soeur, celle que leur père avait placé à la tête de l'humanité avec l'espoir qu'elle fasse toujours preuve de la Sagesse qui l'avait tant auréolée et fait admirer par ses pairs, Perséphone comprise.

Tant d'espoir avait nourri cette époque bénie où les dieux étaient multiples, également reconnus et adorés sous la flamme et la protection de la déesse aux yeux pairs dont les saints étaient le bouclier pour préserver le monde des dangers d'une guerre divine, une guerre de stature de la titanomachie qui avait par tant de fois failli détruire l'univers. C'était cela l'espoir qu'incarnait la vaillante Athéna avec l'appuis de l'Olympe et de Zeus. Les douze grandes divinités de la Montagne sacrée. De quoi rassurer à l'époque les autres divinités mais entre cette période bénie et celle que découvrait Coraline, plus rien ne correspondait. A croire qu'un vent de pure folie avait déferlé sur les hommes et les divinités les plus fréquemment adorées ou redoutées. Le nom des autres s'était effacé, purement et simplement. De quoi faire plier les essences divines les plus bénéfiques.

Un soupir lui avait échappé alors que de sa main, elle avait gratté le sol, en arrachant une pleine poignée de terre stérile, se blessant les doigts tant elle était devenue sèche et dure.

- C'est donc cela la terre qu'Athéna aime tellement ? La terre qui a failli connaître une fin sans cesse reportée ? Ma mère a pourtant fait tant et tant pour nous tous. Elle et moi sommes des divinités nourricières autant que le vaillant Dyonisos et l'insaisissable Artémis...
- Ma dame...
- Héléna, rien de nos cadeaux ne subsiste en ces lieux. Pourtant, tant de souvenirs subsistent de notre passé, de la nature florissante qui entourait ce temple. Tout cela en l'honneur de la puissante Déméter et maintenant qu'adviendra-t-il de la terre si elle disparaît ?

Au creux de sa paume, une lumière bleutée se mit à jaillir. Aussi doute et fraîche qu'un ciel d'été. Lentement des grains desséchés au coeur de cette terre devenue si ingrate se mirent à germer. Et un sourire apparut sur les traits de la splendide Coraline. Ses yeux violets s'attardèrent encore un instant sur les quelques plantules avant qu'elle ne se relève se tournant vers celle qui lui avait tout appris.

- Héléna, nous sommes toutes les deux initiées aux mystères. Sois celle qui me verra accomplir celui de la Germination et de la renaissance. Que tous sur terre puissent de nouveau sentir la tendre aura de mère. De celle à qui ils doivent de pouvoir se gorger de tous les bienfaits des cultures et à travers elle de leurs élevages.
- Oui, ma princesse, je serai avec toi, en tant de fidèle de Déméter, je serai aussi là pour veiller sur toi et te servir.


Au loin, le soleil commençait à décliner alors que le cosmos de Zeus rayonnait au-dessus de tant d'autres. Le temps passait et bientôt la jeune femme devrait reprendre sa place sur le double trône de la lumière et des Enfers. Perséphone et Coré était une et une seule essence dont le destin avait été coupé en deux suivant la volonté de l'Olympe et de Zeus.

- Père, c'est vous qui avez accordé ma main à Hadès et maintenant, vous aussi êtes de retour pour voir ce que le monde est devenu. Tant et tant de drames que je n'ai pu empêchés. Tant de vies gâchées et l'absence prolongée de ma mère mais cela ne l'empêchera pas d'être de nouveau honorée autant que vous et mon sombre époux. J'ai fini par l'aimer, père, par l'aimer à en perdre la raison tout comme lui était fou d'amour lorsqu'il m'enleva dans ce champ de Sicile.

De sa main libre, elle creusa le sol, offrant une place aux fragiles plantes qui ne mettraient plus trop de temps à croître et croître plus belles et fortes, honorant de leur forces l'ancien temple de la déesse des Moissons et des Mystères. Puis, adressant un regard complice à Héléna, elle se dirigea vers une source toute proche.

- Celles qui entrent dans le temple doivent se purifier. Que nulle trace de ce monde souillé ne demeure sur nous. Que nul tissu autre que celui dont nous parera notre grande déesse ne prenne place au contact de notre peau. Et ajoutant le geste à la parole, Coraline se dépouilla de tout ornement, ne gardant que sa gloire et sa longue chevelure noire pour tout vêtement. Près d'elle, Héléna faisait de même et c'était aussi nues qu'à leurs naissances que les deux femmes avancèrent vers ce qui était des siècles avant l'entrée dédiée aux seules déesses de la nature, des moissons et leurs gardes sacrées.

Sans la moindre hésitation, Coraline embrasa son cosmos avant de s'étendre à même le sol.

- Mère, je vais vers vous...

Un long moment se passa avant que des terres ne surgissent des centaines et des centaines de lianes qui vinrent tout en douceur recouvrir le corps de la future déesse et de la suivante allongée auprès d'elle, les plongeant dans une obscurité quasi totale mais pour Coraline, nulle crainte, le voyage ne faisait que commencer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perséphone
Déesse des Enfers et des Saisons
avatar

Messages : 127
Date d'inscription : 13/08/2013
Localisation : Partout dans l'autre monde, en Olympe ou au Château d'Heinstein

Feuille de personnage
Hp:
359/359  (359/359)
CS:
735/735  (735/735)
Pa:
350/350  (350/350)

MessageSujet: Re: Eleusis ~ Vers l'éveil de Perséphone   Sam 28 Déc - 11:39

Une onde de paix et un sommeil lourd si lourd qu'elle se sentait partir comme jamais auparavant. Des flammes, celles de lanternes et de torches et les appels, les appels d'une mère qui criait après son enfant. Un sentiment de vide, de sécheresse s'en suivit. Son parcours n'avait rien de commun avec ceux des anciens adorateurs, initiés aux Mystères. Coraline était la future déesse des Enfers et des Saisons et non un humain initié au culte. Tout cela était si ancien que les hommes n'en avaient quasi nul souvenirs mais cela n'avait pas d'importance. Ce n'était pas le but que poursuivait la jeune femme aux iris violettes en plongeant dans les méandres de la terre nourricière, la matrice qui prenait en elle toutes les graines. Tant de présence divine sommeillaient en elle. Les graines et les moissons, tout cela était lié à la puissante Déméter. Le cycle était encore et encore en cours. Il lui suffisait de plonger dans les méandres d'une dimension que nulle autre qu'elle ne pouvait traverser.

Pas même toi, Héléna, sans mon aide et ma protection, la puissance colossale de Déméter t'écraserait. A son plus grand regret. Tant qu'elle n'est pas incarnée, mère, existe en tant qu'essence éternelle reposant partout dans ce monde qui est le sien. Ce domaine dans lequel, elle erre lorsque je ne suis pas à ses côtés.

Rencontrer la puissante soeur de Zeus ne se ferait pas sans impair. Le corps d'Héléna souffrait de son voyage entre les mélanges de roches, d'humus et de semences. Tout était si sublimé en cette partie du chemin menant au temple de la déesse que même le plus fin des mycéliums pouvait lui infliger les pires blessures.

Encore plus profond...

Une nouvelle plongée entre les puissances de la terre avant qu'elle ne ressente un brusque chaleur.

Mère...

Si bonne, si douce, était l'aura résiduelle de cette déesse qui un bref instant, des années et des années auparavant, avait soigneusement choisi une humaine pour porter celle destinée à devenir l'incarnation de sa fille adorée. Si légère aussi que la brune Coraline n'avait pas d'autres choix que de projeter de toutes ces forces ce cosmos qui était le sien. Trouver la route, elle devait trouver elle-même le chemin qui la mènerait dans l'antre de la mère et de la fille. L'autre facette de Perséphone. Celle par laquelle la déesse pourrait accéder à l'Olympe et de là, reprendre le chemin qui la mènerait au sombre royaume. C'était cela l'épreuve de Coraline, se maintenir sans faillir dans les entrailles de la terre, ainsi que la vaillante Héléna, jusqu'à ce que la germination lui indique le seul et unique passage vers la surface et le temple des deux déesses.

Une explosion de cosmos aux couleurs aussi bien azurées que dorées avant qu'elle ne se sente soulevée vers la surface. Un immense effort en plus, lui arrachant cri sur cri, et elle fit exploser son cosmos comme jamais auparavant avant de se retrouver allongée sur un immense tapis à même le sol d'un temple aussi majestueux qu'accueillant. Tout autour d'elle et d'Héléna, se ployaient vers le ciel, des plantules toutes frêles, annonçant le retour du printemps et la renaissance aux yeux de tous de la puissante déesse des Saisons.

Un instant s'écoula encore le temps qu'elle reprenne pleinement ses sens et se relève. Aussi nue qu'à sa naissance, elle se dirigea vers sa représentation et celle de sa mère. Coré et Déméter se tenaient l'une près de l'autre. D'un pas solennel, ses longs cheveux sombres dégoulinant en une splendide cape sur son corps finement hâlé par le soleil du printemps. D'un geste, la jeune femme toucha la statue qui était la sienne alors qu'Héléna de son côté s'était aussi relevée. Sans même se retourner vers elle, Coraline savait ce qu'elle faisait. Des offrandes, des tas d'offrandes pour le culte des déesses nourricières, la mère et la fille. Les fumées ne tardèrent pas à envahir la pièce avant que le parfum ne remplisse l'air. Puis, ce fut le bruit de ses pas s'éloignant vers l'une des pièce de séjour. Lorsqu'elle en revint, l'amazone portait entre ses mains, deux plateaux. Un supportant des vêtements pour elle et l'autre pour Coraline. La parure d'une déesse dont le cosmos entra à cet instant précis en résonance avec les deux statues...

- Mère...
- Mon enfant...
- Mère, que se passe-t-il ?
- Une énième guerre entre Athéna et Hadès. En plein coeur de l'été. Sans doute le seul réconfort en mon coeur de mère et une colère certaine envers mon frère et ma nièce. Mettre en danger le monde à chaque fois que leurs combats reprennent pour la sauvegarde de l'humanité. Je ne peux maintenir qu'en ce temple mon âme, n'étant pas encore incarnée. Toute mon essence se concentre sur le maintient des moissons et des bienfaits que j'offre aux humains en plus de l'ensemble des êtres vivants. L'humanité ne peut survivre sans la terre, sans l'eau, sans la mort. Athéna, Hadès, Poséidon, tous l'oublient trop souvent. Nous qui sommes de natures bénéfiques perdons de nos forces, tout comme toi mon enfant. Nombre de nos précédentes incarnations n'ont pu voir le jour ou atteindre l'âge nécessaire à notre éveil.
- Assassinés ?
- Tout comme Athéna elle-même a failli l'être de la main de l'un de ses hommes. J'aimerais t'en dire davantage ma douce, ma tendre, ma merveilleuse enfant.
- Vous m'avez...
- Mise en sécurité au sein de cette famille pour que personne n'attente à tes jours. Thalie elle-même s'est dissimulée aux yeux des autres et cela n'a pas suffi à la préserver de la cruauté d'autres divinités. Zeus, seul Zeus peut aider à dénouer tout cela. Hadès et Poséidon sont prisonniers, Athéna n'est pas encore reparue. Cela n'est qu'un sursis et ne peut en aucun cas se prolonger davantage. Sans les deux frères, le déséquilibre va s'installer.


A ces mots, elle sentit Héléna approcher et lui présenter une robe somptueuse que la jeune femme s'empressa de passer avant de laisser la servante mettre une touche finale à sa mise. Les dessous lui avaient déjà été passés avec une dextérité d'habilleuse telle qu'elle s'en était à peine rendue compte tant son esprit s'était focalisé sur son échange avec sa mère, la puissante Déméter.

- Merci Héléna.
- Je suis à votre service, ma princesse.
- Ne souhaites-tu pas rester ici, dans le temple de ma mère. Là où personne ne pourra te nuire. Cette dimension...
- N'est pas ce que je souhaite. Ma place est parmi les autres servantes et auprès de vous.
 

L'émotion qui se peignit soudain sur le visage de Coraline suffit à montrer plus que le pourrait aucune parole aussi enrobée soit-elle ce qu'elle ressentait. Le bonheur d'avoir encore quelqu'un auprès d'elle même lorsque tout semblait sur le point de s'écrouler. Sa mère, la puissante Déméter, l'avait mise en garde contre un danger latent qui n'attendait que le bon moment pour éclater en plein jour. La jeune incarnation n'avait plus d'autre choix que de rejoindre l'Olympe et de là avertir Zeus. Pourtant, il lui restait une divinité à rencontrer maintenant que ses pouvoirs de déesse des Saisons s'étaient libérés...

- En cette époque, je ressens le cosmos du divin Hypnos. Il est temps que je le rencontre en tant que déesse des Saisons, seul le passage par notre Royaume Souterrain éveillera entièrement en moi la terrible Perséphone. Pour l'instant, c'est la tendre Coré qui se rend là où tant d'autres dieux se trouvent déjà.

Elevant alors les bras vers la statue sacrée de celle que l'on nommait la Vierge du Printemps, elle lança d'une voix vibrante.

- Attributs sacrés de la déesse des Saisons venez me couronner que je puisse quitter ces lieux.

Une immense lueur submergea l'ensemble de la pièce avant qu'elle ne sente les attributs de la déesse des Saisons la recouvrir. La Kamui de la déesse était encore hors d'atteinte mais ce n'était plus qu'une question de temps pour qu'elle reparaisse au grand jour.

==> Sparte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Eleusis ~ Vers l'éveil de Perséphone
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Goodbye Perséphone, dessins & photos
» Perséphone, le retour du printemps (diptyque)
» Déesse du Printemps ou Reine des enfers
» Persephone Books
» Persephone

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Knights of Hope :: Le Monde :: Territoires des Différents Sanctuaires-
Sauter vers: