Forum RPG dans l'univers de Saint Seiya (Les chevaliers du Zodiaque)
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une petite Muse perdue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Clio
Muse de l'Histoire
avatar

Messages : 151
Date d'inscription : 17/10/2013

Feuille de personnage
Hp:
241/241  (241/241)
CS:
502/502  (502/502)
Pa:
500/500  (500/500)

MessageSujet: Une petite Muse perdue   Jeu 14 Nov - 8:41

Cléo marchait depuis des heures lui semblait-il. Elle avait faim, soif et surtout très chaud. Sa robe lui collait au corps et ses cheveux étaient poisseux. Seul le coquelicot que lui avait donné l'étrange vieille dame ne semblait pas souffrir de la chaleur. Cléo se demandait bien où pouvait bien se trouver l'étrange dame qui avait été si gentille avec elle. Elle aurait aimé la remercier et en apprend plus sur elle, mais elle n'avait aucun moyen pour la retrouver. Tout ce qu'elle savait c'est qu'elle lui paraissait familière. Sa vision avait éveillé de vieux souvenirs et sentiments dans son esprit.
 
-Si seulement mes parents étaient là, ils pourraient peut-être m'expliquer ce qu'il m'arrive. Mais je ne sais pas non plus où ils sont! Je ne sais même pas où je suis et vers où je marche!
 
"Je t'en pris, n'abandonne pas maintenant... J'ai tellement attendu ton retour... J'ai été si triste quand...Tu y es presque, continue d'avancer..."
 
Et cette voix qui revenait sans cesse pour l'encourager. Qui la relançait sans arrêt dans cette marche qui semblait vaine. Elle semblait si triste, si désespérée que la petite humaine n'avait pas le cœur à refuser. C'est pourquoi elle continuait à marcher, malgré ses doutes et ses peurs. Soudain, elle aperçu de la fumée au loin. Il devait y avoir un campement. Où mieux, une ville! Elle pressa le pas, et fini par arrivée non loin de Sparte.
 
-Une ville! Peut-être que là-bas des gens pourront m'aider! Il faut absolument que j'y aille! En plus, j'ai tellement faim...
 
Son estomac émit un gargouillis comme pour approuver ses dires. Depuis combien de temps elle n'avait pas mangé au juste? C'était une bonne question, à laquelle elle ne pouvait pas répondre. Sur la route elle n'avait rencontré personne qui avait accepté de lui donner à manger. Pourtant, elle se serait contentée d'un quignon de pain et d'un demi-verre d'eau. En arrivant à Sparte, elle remarqua qu'une partie de la ville avait brulée. Il y avait eu un feu? Mais apparemment, il n'y avait pas eu beaucoup de dégâts. Elle interrogea un passant pour savoir ce qu'il c'était passé.
 
-Il y a eu un combat, petite fille. Sparte est une cité où des personnes aux étranges pouvoirs viennent s'entrainer. Tu devrais prendre garde à toi, on ne sait pas quand un combat peut se déclarer.
 
-Une cité d'entrainement? Vous voulez dire que des gens se battent ici, alors qu'il y a des habitations tout près? Mais c'est dangereux!
 
La petite fille-muse était terrifiée à l'idée de se retrouver prise dans un combat entre ces étrangers personnes. Pourquoi la personne qui la guidait l'avait-elle amené jusqu'ici? Elle ne savait pas du tout se battre, et ne savait pas comment elle réagirait. Voyant qu'il l'avait effrayée, l'homme lui assura qu'elle ne risquait rien tant qu'elle restait à l'écart des arènes. C'était là qu'avaient lieu les combats le plus souvent.
 
-Tu m'as l'air d'avoir fait une longue route et tu m'as l'air bien jeune pour voyager seule. Où sont tes parents? D'où viens-tu?
 
-Mes... Mes... Je ne sais pas...
 
Soudain, son estomac gargouilla une nouvelle fois faisant rire la personne à qui elle parlait. Il lui donna une des pommes qu'il venait d'acheter et lui conseilla de rentrer chez elle très vite. Ses parents allaient finir par s'inquiéter s'ils ne la voyaient pas revenir. Renonçant à lui expliquer son étrange aventure, la fillette accepta le fruit avec grand plaisir et commença à s'éloigner. Soudain, deux brigands l'attrapèrent par le bras. L'enfant se mis à hurler très fort, mais ils parvinrent tout de même à lui ravir son seul bien. Le dessin représentant la mère avec ses neuf enfants. Elle fut prise d'une terreur sans nom. Comme si on était en train de lui prendre un bien très précieux, ou plutôt un souvenir.

-Rendez-le moi! Vous n'avez pas le droit de me le prendre!

-Si tu veux ton dessin fillette, viens le chercher! Lui lança l'un des hommes en guise de provocation.

-Non! Non!

Cléo se mit aussitôt à poursuivre les deux malfrats. Mais elle avait beau courir de toutes ses forces, ses petites jambes ne lui permettaient pas de rattraper les deux individus. Elle parvenait à les garder à vue, mais il était clair que si elle tombait ou s’essoufflait, ils la sèmeraient. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hazama/Eris
Ennemi public n°1
avatar

Messages : 95
Date d'inscription : 04/08/2013
Localisation : Qui sait ?

Feuille de personnage
Hp:
330/330  (330/330)
CS:
1130/1130  (1130/1130)
Pa:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Une petite Muse perdue   Jeu 14 Nov - 22:50

Arrow Je viens d'ici

Emergeant lentement hors des ombres de sa ville désormais meurtrie, le haut commandeur de Sparte n’avait rien perdu de son sourire légendaire, éternellement fixé à ses lèvres comme s’il portait en permanence un masque sur le visage.

*Un de ces grand abandonnés au rire éternel condamné et qui ne peuvent plus sourire…*

Hazama resongeait avec amusement à son passé, aux évènements l’ayant conduit à cette journée. Une condamnation qui s’était voulu un châtiment exemplaire, mais qui finalement avait été une bénédiction à plus d’un titre.

*Que le bourreau soit vigilent, car rien n’est plus dangereux en ce monde que la vengeance d’un homme n’ayant désormais plus rien à perdre.*

« Hahahahahahaha ! »

Oh comme il était heureux en cet instant, le tout jeune commandeur de la cité du cosmos. En ce jour où tant d’etres avaient tout perdu à cause du chien de guerre de l’Olympe. Il serait si simple d’utiliser cette rancœur, cette soif de vengeance. Oui Hazama était heureux, et à son rire inquiétant, tous se retournaient.

« Bon, et maintenant… »

Tournant son visage souriant en direction des dortoirs encore étrangement indemnes, le haut commandeur de Sparte interrogea ses innombrables familiers dispersés dans la ville, et en un murmure parfaitement inaudible aux oreilles humaines, sa réponse lui parvint, sous la forme d’une série de sifflements si semblable à ceux de serpent.

*Hum… Intéressant.*

L’armure d’or du Sagittaire était enfin apparue, Ozymandias était revenu dans le décor, le nouveau dieu des voleurs s’était déjà trahi aux yeux de ses voisins, et d’après ses dires, Arwen s’était arrogé le droit d’invoquer son père dans l’esprit de Cypris.

*Il faut vraiment que j’aille voir ça de mes yeux, tant d’hôtes illustres au même endroit…*

« Qu’il va être agréable de revoir le visage mal à l’aise d’Adrian après tout ce temps. »

Le problème posé par Hypnos serait examiné en temps et en heure, restait la question du nouvel hôte du fils prodigue du roi des dieux, désormais actif et décidé à prendre part à la trame des événements.

« Nooooooooooooooooooon… »

Hazama resta un instant médusé devant la scène irréaliste que ses familiers lui renvoyaient de la petite réunion du dortoir de la maison blanche. Etait-ce bien réel ? Ce David venait-il vraiment de révéler la parenté d’Arwen devant un chevalier et qui plus est en plein cœur du dortoir de la maison Athéna ? Voulait-il donc la mort de la blonde scientifique ?

« L’imbécile ! »

Sparte ne devait pas l’apprendre, et surtout pas de la bouche du beau parleur de la montagne des dieux.

Sprintant à présent droit vers les dortoirs, Hazama avait à présent perdu son sourire pour arborer un visage furieux et froid, celui d’un prédateur en chasse.

Les yeux jaunes étincelant du commandeur semblait déjà fixer un point précis du dortoir blanc, comme s’il avait déjà repéré l’objet de son mécontentement, quoi de plus simple pour lui, être mille fois centenaire ?

Et ce fut à cet instant qu’il "heurta" véritablement un étrange duo de gougnafiers, un dessin enfantin à la main et poursuivit par une très jeune fille étrangère à Sparte.

« Holaaaaaaa. Qu’est-ce qui se passe ici ? »

Les deux compères tombèrent pratiquement à la renverse en découvrant le visage de nouveau souriant du haut commandeur de Sparte. Sa seule réputation, et les bruits de couloirs qui courraient à son sujet suffisaient à leur faire mouiller leur pantalon.

« Ooooooooooooooh, vous vous êtes fait mal on dirait ? Vous aimeriez peut-être que j’appelle quelqu’un pour vous examiner ? »

Se penchant vers les deux brigands sans jamais se départir de son sourire inquiétant, Hazama savourait en secret la peur qu’il inspirait à tous ceux qui avaient appris à le connaitre, une peur qui bien utilisée, pouvait s’avérer être la plus puissante de toute les armes.

« Vous n’avez rien à dire messieurs ? Faites preuve d’un peu de politesse et excusez-vous auprès de la jeune demoiselle ici-présente pour votre tenue déplorable. »

Quelques balbutiements incompréhensibles sortirent des lèvres tremblantes des deux babouins avant qu’Hazama ne se saisisse du dessin miraculeusement préservé que l’un d’eux tenait dans les mains.

« Je vais vous délester de ceci, après tout, ce serait dommage de le souiller avec votre… incontinence. N’est-ce pas ? »

Tournant alors les talons pour s’approcher de la jeune fille, Hazama jeta un regard des plus expressif aux deux compères qui dans la seconde s’enfuirent sans demander leur restes.

*Poursuit les, et emmène-les au laboratoire, il se peut que je leur trouve une utilité.*

Un bref, très bref et indistinct éclair sombre quitta les chaussures impeccables du haut commandeur pour s'en aller à la poursuite des deux voleurs avant qu'Hazama ne s'abaisse devant la petite fille.

« A en juger par vos larmes et par votre souffle court, je crois que ceci est à vous mademoiselle. »

Reprenant son plus beau sourire, Hazama tendis d’une main le dessin à la jeune fille tout en tenant de l’autre son fidèle chapeau

Spoiler:
 

*Ce cosmos… Incroyable…*

Le sourire d’Hazama s’agrandit encore alors qu’il découvrait l’identité profonde de la jeune fille se trouvant devant lui. Ses yeux ne pouvait le tromper, et ses sens avaient toujours été parmi les plus aiguisés de toute la création, ce qui lui avait d’ailleurs valut le poste qu’il occupait aujourd’hui. Après tout, qui de mieux pour déceler les élus du cosmos que celui capable de les reconnaître où qu’ils soient ?

« Je me présente, Hazama, haut commandeur de Sparte la Sacrée, pour vous servir. Et vous êtes ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clio
Muse de l'Histoire
avatar

Messages : 151
Date d'inscription : 17/10/2013

Feuille de personnage
Hp:
241/241  (241/241)
CS:
502/502  (502/502)
Pa:
500/500  (500/500)

MessageSujet: Re: Une petite Muse perdue   Mer 20 Nov - 20:15

Cléo courrait comme si sa vie en dépendait. Elle s'était plusieurs fois écorchée les pieds lors de sa folle course pour attraper les bandits qui lui avaient ravi son précieux dessin. Pourtant elle ne voulait pas abandonner. Elle devait récupérer son précieux bien. Cette idée tournait dans sa tête comme s'il s'agissait d'une question de vie ou de mort. Pourtant, chaque seconde qui passait l'éloignait davantage des deux voleurs. De la sueur perlait sur son front, tandis que ses cheveux s’accrochaient à son corps.
 
-Rendez-moi mon dessin! Vous n'avez pas le droit de faire ça, il n'est pas à vous! Hurla-t-elle de toutes ses forces.
 
Soudain, elle trébucha sur une pierre et tomba sur le sol. Elle geignit de douleur tandis que tout son corps s'affaissait comme une masse. Jamais elle n'avait du courir aussi vite et aussi longtemps. Son corps n'en pouvait plus. Pourtant elle devait se relever, pour pouvoir  rattraper les deux inconnus et récupérer son dessin. Elle se mordit les lèvres pour ne pas pleurer et releva la tête, voyant qu'ils avaient disparus. Elle poussa alors un cri de peur.
 
"Oh non... Je n'aurais pas dû... Il est trop tard maintenant..."
 
Pendant que le désespoir l'envahissait, des images commencèrent à tourner dans son esprit. Huit jeunes filles couronnées de fleurs dansant autours de leur mère dans une forêt durant une chaude journée estivale. Plus loin, une neuvième regardait ses sœurs danser avec un sourire aux lèvres. La maman tendit la main vers elle, l'invitant à rejoindre ses sœurs. Mais la jeune fille assise resta de marbre, ne semblant soudain plus voir la scène.
 
"Clio, Clio... Je suis tellement désolée que ton retour se fasse dans de telles conditions... Tu ne devrais pas à avoir à souffrir ainsi."
 
- Qui êtes-vous? Pourquoi m'appelez-vous toujours Clio? Demanda la petite fille, en reconnaissant la voix qui s'adressait à elle depuis un petit moment.
 
"Ne crains rien, tout ira bien. Tu finiras par te souvenir de tout. Je veillerais sur toi, jusqu'à ce que ce jour arrive."
 
De toute quoi? Cléo ne comprenait plus rien. En plus, ceux qui lui avaient chipé son dessin devait être loin maintenant. Mue par ce qui tenait plus de l'envie de constater un échec que d'un espoir de récupérer son bien, la jeune Muse reprit son chemin en courant. Elle aimerait tellement comprendre ce qui lui arrivait. Malheureusement, il semblerait que le sort ait décidé de s'acharner contre elle. Au détour d'une ruelle, elle tomba sur un étrange spectacle. Un jeune homme aux cheveux verts avait arrêté les bandits qui lui avait volé le dessin. Il semblait leur faire terriblement peur.

-Qui êtes-vous?

L'homme aux cheveux verts leur pris le dessin et les força à s'excuser auprès d'elle. Avant de les laisser partir, ce qu'ils firent à toute vitesse. Cléo resta donc seule avec l'étrange personnage. Bien qu'il n'eut pas l'air très méchant, elle n'était pas très rassuré quand même.Il s'abaissa à son niveau, et lui tendit le précieux dessin.

-Merci monsieur! Fit-elle en souriant et en reprenant son bien.

Pourquoi se sentait-elle mieux maintenant qu'elle l'avait enfin récupéré? Elle ne le savait pas. Mais il semblerait que de nombreuses choses lui échapperaient dorénavant. Elle avait l'impression d'avoir complètement changé de monde. L'homme finit par se présente. Hazama, haut commandeur de Sparte.

-Je m'appelle Cléo, monsieur Hazama. Je viens d'arriver en ville, mais je ne sais pas où aller... Et euh... C'est quoi un Haut Commandeur? C'est vous qui dirigez les entrainements?

En tout cas, il devait être quelqu'un de vraiment particulier pour que ceux qui lui avait pris son dessin ait aussi peur de lui. C'était peut-être le commissaire de la ville. Ou elle ne savait quoi d'autre. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hazama/Eris
Ennemi public n°1
avatar

Messages : 95
Date d'inscription : 04/08/2013
Localisation : Qui sait ?

Feuille de personnage
Hp:
330/330  (330/330)
CS:
1130/1130  (1130/1130)
Pa:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Une petite Muse perdue   Mer 20 Nov - 21:35

Tout en tendant la main vers elle, chargée de ce dessin apparemment inestimable aux yeux de la jeune fille, Hazama perçait de son regard expert tant le corps que l’âme de cette très jeune fille. Se forçant à conserver ce sourire qui le caractérisait si bien, le haut commandeur comprenait petit à petit la vraie nature de celle qui se présentait comme la jeune Cléo.

*Cléo ? Cacherait-elle donc son véritable nom ? Ou l’ignore-t-elle encore ?*

Ce n’était pas la première fois qu’Hazama avait à composer avec une fausse identité. Que ce fut sciemment ou inconsciemment, nombre d’hôte divin arrivaient à Sparte porteur d’une identité qu’ils ne garderaient guère longtemps. A présent qu’il avait un nom, il ne restait au haut commandeur qu'à apprendre si oui ou non, Clio se trouvait déjà là quelque part sous cette apparence juvénile.

« Enchanté petite demoiselle. »

Desserrant enfin ses doigts autour du dessin enfantin que la jeune Cléo pressa immédiatement contre elle, Hazama remarqua alors son changement d’humeur. Pour elle ce dessin représentait énormément.

*Et désormais pour moi aussi.*

Rien ne passait entre les mains du haut commandeur de Sparte sans en ressortir profondément transformé. Il en allait de même pour ce dessin, ce simple dessin désormais porteur de bien plus que de quelques simple trait de couleur.

« Quelqu’un qui dirige les entraînements ? Hum, oui et non. Disons que cette ville requiert un chef, tant militaire que civil, et que ce rôle est le mien depuis quelque temps déjà. Te décrire mes fonctions serait beaucoup trop fastidieux, alors pour résumer, je dirais que je suis ici celui qui donne les ordres et veille à la survie de tout ce qui se trouve au sein des murs de la ville. »

Certes Hazama n’avait jamais été limité par le rôle que les autres voulaient bien le voir jouer. Acteur, scénariste et metteur en scène, ses inspirations visaient de bien plus hautes sphères que celles de Sparte, ou de la Terre elle-même. Hazama avait un objectif à bien plus long terme que la seule survie de la cité du cosmos, un objectif que tous avaient toujours prit pour une chimère, un rêve de mortel, une utopie que même le haut commandeur avait traité d’illusion jadis, jusqu’à sa rencontre avec… Lui.

« Tu es nouvelle ici je me trompe ? Tu n’as pas vraiment choisi le meilleur jour pour nous rejoindre, comme tu peux le voir, nous sommes en plein nettoyage de printemps. »

Indiquant d’un signe de la tête les ruines environnantes encore chargées de braise, Hazama essayait de ne pas perdre le fil de la conversation se déroulant au dortoir blanc tout en observant avec attention sa nouvelle hôte.

« Tout être perdu se serrait immédiatement enfuis en voyant l’état actuel de ma cité, pourtant toi, tu es resté, mieux que ça, tu es entré, comme si tu savais avoir ici quelque chose à chercher. Dis-moi Cléo, sais-tu exactement ce que tu es venu chercher ici ? »

Plus instigateur que jamais, les yeux jaunes du haut commandeur de Sparte cherchaient déjà à percer jusqu’au plus profond de la jeune Cléo à la recherche des traces de sa véritable identité. Si la muse qu’elle refermait avait déjà commencé à s’éveiller, alors Hazama la trouverait.

« Est-ce pour le pouvoir ? La connaissance ? Ou alors pour obtenir enfin des réponses à tes nombreuses questions à commencer par la véritable signification de ce dessin ? »

Une simple question pouvant paraître bien innocente, mais pour le haut commandeur, voir un dessin représentant huit petites filles entourant leur mère était tout sauf innocent. Clio était déjà là, quelque part, cachée ou endormie mais bien présente, et il la trouverait.

*Peut-être est-elle celle dont j’ai besoin pour la suite de mon plan… Oui qui sait ? Son ascendance est de premier ordre, elle pourrait convenir. Mais son esprit pourra-t-il suivre ?*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clio
Muse de l'Histoire
avatar

Messages : 151
Date d'inscription : 17/10/2013

Feuille de personnage
Hp:
241/241  (241/241)
CS:
502/502  (502/502)
Pa:
500/500  (500/500)

MessageSujet: Re: Une petite Muse perdue   Jeu 21 Nov - 11:37

(Juste pour rectifier quelque chose, le dessin représente huit petites filles avec leur mère. L'enfant la plus à droite du dessin tend juste la main derrière elle, comme si elle voulait en attraper une autre (celle de Clio en l’occurrence) Wink)

Cléo était si heureuse d'avoir retrouvé son dessin. Au fond d'elle, quelque chose s'agitait. Une mémoire enfouie au plus profond de son âme. La présence de ce dessin entre les mains de l'enfant aidait cette mémoire à sortir de son profond sommeil. Monsieur Hazama la regardait avec le sourire, même si l'enfant avait plutôt l'impression qu'il scrutait son âme. C'était une très désagréable sensation, mais elle n'arrivait pas à se convaincre de partir. Après tout cet homme ne devait pas être bien méchant, puisqu'il lui avait récupéré son si précieux bien.

"Clio! Clio! Tu viens jouer avec moi?"

Quoi?

"Clio, Clio! Arrête donc de te fatiguer sur ce bout de papier et viens jouer avec moi! Nous allons tresser des couronnes fleuries pour notre mère et nos sœurs."

A qui donc pouvait bien appartenir cette voix? Ce n'était pas la même qu'elle entendait d'habitude. A bien y réfléchir, l'enfant avait l'impression qu'il s'agissait d'un souvenir. Mais elle ne parvenait pas à mettre un nom sur cette voix. Elle n'avait jamais eu de sœurs pourtant. Elle fut sortie de ses pensées par les explications du monsieur aux cheveux verts qui lui expliqua en quoi consistait sa fonction. Apparemment, c'était bien plus compliqué de diriger les entrainements.

-Si c'est vous qui veillez sur cette ville, vous devez avoir entendu parler de ces heu... Personnes possédant des étranges pouvoirs.

Il lui montra ensuite les ruines qu'elle avait aperçue peu auparavant. Qui étaient donc ces gens qui venaient s'entrainer ici et qui pouvaient faire autant de dégâts? Des mutants? Un peut comme dans ces séries dont elle avait entendu parler. Et Hazama était chargé de surveiller ces mutants afin qu'ils ne fassent pas trop de dégâts. Soudain l'adulte repris la parole, la questionnant sur sa présence ici. Elle n'aimait pas trop le regard qu'il avait. On dirait un policier faisant subir un interrogatoire à quelqu'un.

-Je... Je suis ici parce que...

Elle se tût, pendant que quelque chose se mit à bouillonner dans son esprit. Des tas d'interrogations se mirent à sortir les unes après les autres. C'est vrai, qu'est-ce qu'elle faisait ici? Pourquoi n'était-elle pas partie lorsqu'elle avait vu l'état de partie détruite de Sparte. Jamais cette idée ne lui était venu à l'esprit. Elle baissa les yeux, tandis que des paroles coulèrent de sa bouche.

-Je veux savoir qui je suis réellement... Je veux retrouver... Ma véritable identité... Mais je ne sais pas comment faire...

Ces aveux étaient sortis comme ça. Ils avaient été prononcés d'une voix rauque, comme s'ils venaient de très loin. Les yeux de l'enfant s'étaient assombris, tandis que la fleur qu'elle avait aux cheveux avait semblé briller davantage. Puis, le phénomène cessa aussi vite qu'il avait commencé. Et la petite Muse redevint tout simplement Cléo. Elle reporta son attention sur le dessin. Tout avait commencé depuis qu'elle l'avait fini. Étais-ce la clé du problème?


-Quand je l'ai montré à ma mère, elle avait dit que la dame avait l'air très triste. C'est vrai qu'elle à l'air malheureuse. Comme si elle avait perdue quelque chose.


Ou quelqu'un. Cette pensée lui traversa l'esprit comme un éclair, et provoqua un nouveau remous à l'intérieur de son âme. L'enfant se senti alors très triste et terriblement coupable. Comme si elle était liée à la tristesse de la plus âgée des personnes représentées. Il fallait absolument qu'elle en apprenne plus sur ces personnes! 


-Vous pensez que quelqu'un saurait me dire qui sont ces personnes? Demanda-t-elle avec une note d'espoir dans la voix.


"Clio ma chère enfant... je t'ai entendu... Pour la première fois depuis des siècles, ton âme s'est enfin manifestée."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hazama/Eris
Ennemi public n°1
avatar

Messages : 95
Date d'inscription : 04/08/2013
Localisation : Qui sait ?

Feuille de personnage
Hp:
330/330  (330/330)
CS:
1130/1130  (1130/1130)
Pa:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Une petite Muse perdue   Jeu 21 Nov - 22:15

Des personnes possédant des pouvoirs étranges. Une qualification bien naïve pour désigner les élus du cosmos, une qualification qui venait soutenir la thèse de l’hôte parfaitement ignorant de sa véritable nature.

*Encore une feuille vierge de toute inscription. Elle ignore donc son destin. Hum… Cela ne durera qu’un temps. Mais lorsque le moment sera venu, sera-t-elle prête à accepter la vérité ?*

Il n’y avait qu’un seul moyen de le savoir.

« J’imagine que tu veux parler des élus du cosmos ? Ceux qui d’après la légendes ouvrent le ciel de leur poing et déchire la terre de leur pied ? Eh bien oui, figure-toi que je les connais même plutôt bien. En fait, pour ne rien te cacher, c’est moi qui ai la tache de les repérer avant… Et bien avant qu’ils ne deviennent une menace pour les autres, et pour eux même. »

Le haut commandeur n’avait même pas besoin de citer d’exemple, un regard aux alentours valait mieux que mille mots.

« Et une fois repérés, je les invite à venir ici, à Sparte la Sacrée, le seul endroit au monde où ils pourront développer leur potentiel à l’abri du reste du monde, et de leur futurs ennemis. »

Petit à petit, idée après idée, Hazama amenait la conversation vers la révélation finale qu’il attendait déjà avec impatience.

« Car comme tu le sais surement, les Hommes sont prompt à se faire la guerre. Que ce soit avec des cailloux où des bazookas, la seule différence sera le nombre de mort que leur conflit causera. Je te laisse imaginer maintenant les ravages que peuvent causer celles et ceux disposant de ce genre de puissance et ce qu'ils peuvent faire ceux qu'ils appellent ennemis. »

La puissance, un but en soi pour tant de guerriers, un souhait tacite que tant d’ennemis partageaient malgré toute leur différence. Cléo était-elle venue ici pour cela ? Rien n’était aussi peu probable.

*Elle ne peut chercher ce qu’elle ignore. Alors elle est là pour autre chose. La seule question est, sait-elle au moins pourquoi ?*

La réponse de la jeune Cléo fit s’agrandir de manière démesurée le sourire désormais inquiétant d’Hazama alors qui notait le changement d’apparence aussi discret que fugace de la jeune fille.

« Hihihihihi… »

Le haut commandeur n’en revenait pas. Il avait vu juste. Clio était là, quelque part, et elle n’était certainement pas seule.

« HAHAHAHAHAHAHA ! »

Se courbant en arrière comme s’il était possédé, Hazama se laissa un instant aller en songeant aux possibilités que l’arrivée d’une muse présageait pour lui.

« Haaaaaaaaaaaaa… Merveilleux… »

Se redressant soudainement comme s’il était animé par une force étrangère, Hazama cessa son inspection minutieuse pour retrouver son sourire habituel, puis, tout en se penchant vers Cléo, il mit nonchalamment ses pouces dans ses poches avant de reprendre.

« Et bien tu es ici au bon endroit. Ce qui fut perdu n’a pour but que d’etre retrouvé, et il se trouve que je suis un champion pour retrouver les choses égarées. »

Jetant encore une fois un œil au dessin enchanté que tenait Cléo, Hazama se demandait qui pouvait bien en etre l’auteur. Etait-ce Cléo, ou l’autre ?

« Oui, il y a bien une personne qui pourra te dire ce que représente ce dessin, et elle en ce moment même avec nous. Regarde bien ce dessin Cléo. Qu’est-ce que tu y vois ? Une femme et huit jeunes filles se tenant la main à ses côtés ? On peut donc logiquement en déduire qu’elles sont proches, très proche. Serait-ce s’avancer trop loin que de dire qu’elle est leur mère, et qu’elles sont sœurs ? Je ne crois pas. »

Non, ce n’était pas Hazama qui donnerait sa réponse à Cléo, mais il pouvait la mettre sur la voie.

« Maintenant, comme tu le soulignes, cette mère est triste, comme en manque de quelque chose… ou plutôt en manque de quelqu’un, et regarde cette jeune fille, son bras tendu, comme si elle appelait quelqu'un à les rejoindre... Réfléchis Cléo, plonge dans tes cours d’Histoire, cherche dans la mythologie grecque. Une mère ayant eu neuf enfants, neuf filles plus précisément. Vois-tu de qui je parle ? Vois-tu où je veux en venir Cléo ? »

Les réponses étaient claires, si l’on savait où chercher. Cléo n’avait qu’à observer avec attention ce qu’elle tenait entre ses mains, cet indice si évident de sa véritable identité, ce dessin qu’elle n’avait surement pas pu faire toute seule, pas sans l’aide de celle encore endormie en elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clio
Muse de l'Histoire
avatar

Messages : 151
Date d'inscription : 17/10/2013

Feuille de personnage
Hp:
241/241  (241/241)
CS:
502/502  (502/502)
Pa:
500/500  (500/500)

MessageSujet: Re: Une petite Muse perdue   Dim 24 Nov - 15:52

Les élus du cosmos? Oui, Cléo avait entendu parler d'eux dans les histoires que lui racontait sa mère de temps en temps. Elle connaissait très bien le mythe des Chevaliers d'Athéna, protecteur de la Terre et secondant leur déesse millénaire dans sa tâche. Plusieurs fois, elle avait essayé de s'imaginer à quoi pouvaient donc bien ressembler ces guerriers prêts à tout sacrifier pour sauvegarder la terre. Mais jamais, elle n'avait pensé qu'ils pouvaient exister! Et que c'était ici qu'ils s'entrainaient!
 
-Mais alors... ce village est l'endroit où se réunissent tous ceux maitrisant le cosmos viennent? Et ceux qui vivent ici ne s'inquiètent pas d'avoir des gens comme eux aussi près de leurs maisons?
 
Les décombres autours d'eux montraient très bien que ces guerriers pouvaient être très dangereux. Qui sait ce qu'un pouvoir mal contrôlé pouvait faire comme dégâts. Ou alors, s'ils étaient utilisés à des fins mauvaises. Ce qui pouvait malheureusement arriver, puisque les Saints d'Athéna passaient leur temps à se battre contre des guerriers à cosmos se battant pour des dieux maléfiques.
 
-Je me demande comment vous faites pour les trouver et dissimuler leur présence dans ce village. Leurs combats ne doivent pas tous passer inaperçus.
 
Elle n'eut pas le temps de rajouter quoique se soit, qu'Hazama fit quelque chose qui la surprit beaucoup. Il explosa de rire, à un point que ça faisait presque peur. Encore une fois Cléo se demanda qui pouvait bien être ce type étrange. Peut-être que vivre continuellement auprès de personnes aux pouvoirs impressionnants lui avait détraqué un peu l'esprit. Après tout, cela pouvait se comprendre. Mais tout de même, la fillette était un peu effrayée.
 
-Vous vous sentez bien? Interrogea-t-elle.
 
Puis l'homme à cheveux verts sembla se reprendre, et lui annonça qu'elle était au bonne endroit pour trouver ce qu'elle cherchait. Elle sourit, se demandant comment il pourrait l'aider à y voir plus clair dans l'étrange tournure que semblait avoir prise son existence. Puis, il regarda de nouveau le dessin. Soudain, Cléo eu une vision. Elle se tenait dans une clairière où coulait un étang. Elle était en train de marcher, quand soudain elle avait trébuché et était restée prostrée. Autours d'elle, des rires d'enfants résonnaient.

"Allez vient! On t'attends!"

La voix d'Hazama la sortie de ses pensées, puis elle regarda autours d'elle. Elle ne voyait personne à part eux deux, qui pouvait donc la personne qui pourrait répondre à ses questions? Il avait raison, les huit filles étaient sœurs et la femme était leur mère. Elle ressenti alors une bouffée de nostalgie, et la même envie de pleurer que la dernière fois. Mais cette fois-ci, elle pût refouler ses pleurs. Elle se concentra une nouvelle fois sur le dessin, écoutant attentivement les paroles du Haut Commandeur spartiate.

 
"Il me demande une mère qui a eu 9 filles dans la mythologie. Oui il y en a une... Comment s'appelle-t-elle déjà?"


Ah elle s'en souvenait! Il s'agissait de la Titanide Mnémosyne, la mère des 9 Muses! Elle avait toujours aimé ces 9 divinités protectrices des arts, malgré le fait qu'elles soient très peu présentes dans la mythologie grecque. On disait qu'elles étaient les compagnes d'Apollon, et qu'elles guidaient les artistes.


-Mais... L'une des 9 Muses s'appelle Clio non? Elle est la Muse de l'Histoire il me semble bien...


Oui, c'était ça. Clio la Muse de l'Histoire et des Épopées! Mais c'était un être qui avait vécu pendant des millénaires? En quoi cette divinité avait-elle avoir avec une enfant de 9 petites années? Pourquoi des souvenirs où des personnes l'appelant Clio apparaissait-ils dans sa tête? Elle voulait comprendre!



-Oui, se sont 8 des Muses et leur mère qui sont représentées sur ce dessin! Clio doit être celle qui manque dans ce dessin... Mais pourquoi? Vous pensez qu'elle essaie de me faire passer un message?


Les guerriers à cosmos étaient liés à la mythologie grecque. Quitte à accepter leur existence, autant en faire de même avec les divinités qui la peuplaient.   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hazama/Eris
Ennemi public n°1
avatar

Messages : 95
Date d'inscription : 04/08/2013
Localisation : Qui sait ?

Feuille de personnage
Hp:
330/330  (330/330)
CS:
1130/1130  (1130/1130)
Pa:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Une petite Muse perdue   Lun 25 Nov - 23:17

*Etrange d’avoir choisi un hôte aussi jeune. Clio a-t-elle vraiment choisie de s’incarner à la manière d’Athéna ?*

Du point de vue du haut commandeur de Sparte, choisir l’incarnation au lieu de la possession était pour un dieu une coquetterie des plus absurdes. L’hôte en question se voyant alors dépourvu des souvenirs et de la connaissance nécessaire à sa survie jusqu’à ce que son esprit s’éveille à sa véritable condition.

*Fragile, si fragile… Si faible, il me suffirait de tendre la main pour prendre sa vie, et qui le saurait en ces heures sombres ? Qui viendrait la réclamer ? Elle petite chose sans mémoire…*

L'idée était séduisante, suffisamment pour que les doigts d’Hazama se resserrent sur eux même comme s’ils voulaient déjà étreindre le cou si frêle de l’enfant lui faisant face jusqu’à entendre ses os craquer.

*Pas encore. Lorsque le temps sera venu. En attendant, je vais profiter du spectacle de cette petite chose en proie à sa propre malédiction.*

« En fait, cette ville toute entière est consacrée à la formation de ceux maîtrisant le cosmos. Tous ceux s’y trouvant sont soit des apprentis, soit la machine nécessaire à la formation des apprentis. »

Des cuisiniers, des maçons, des forgerons, des professeurs, tout un petit monde se voyait enchâsser dans les murs de Sparte.

« Quant à la peur de côtoyer les élus, je dirais que toute personne ayant connaissance de ce pouvoir et ne le maîtrisant pas lui-même la connait. Ici au moins des précautions ont été prises pour éviter les pires débordements… »

Les ruines environnantes ne devaient pas être un brillant exemple de l’efficacité des mesures prises, et bien que tout cela soit dans les plans du haut commandeur, celui-ci devait encore jouer son rôle et feindre la gêne.

« Enfin, jusqu’à une certaine mesure… Malgré nos pouvoirs, nous restons des hommes. Que pouvons-nous faire face à la force des marcheurs du ciel ? »

Une question à laquelle pouvait réfléchir la jeune enfant, après tout l’intelligence des petites filles était réputée pour etre simple mais efficace.

« Les trouver ? Rien de plus simple pour qui peut ressentir le cosmos caché au plus profond des êtres, ceux qui comme moi sont des traqueurs. »

*Surtout si l’on amplifie ces capacités par des moyens artificiels.*

« Quand à les dissimuler, disons qu’il existe certains enchantements capable de miracle que tu ne soupçonne même pas. Celui de dissimuler aux yeux du reste du monde une ville entière et ses habitants par exemple. »

Tout à apprendre, cette jeune fille avait tout à apprendre, elle était si vulnérable, si naïve que cela en donna la nausée au commandeur faisant de son mieux pour rester souriant et aimable.

*Elle empeste l’innocence, c’est insupportable, je dois tenir bon et ne pas me laisser submerger par le dégoût qu’elle m’inspire ou je risque de lui vomir dessus.*

La jeune fille avait poursuivi ses introspections dans la voie que le haut commandeur lui avait indiquée. Confiante et enthousiaste, chaque miette de vérité qu’elle découvrirait la comblerait de joie comme un enfant déballant un cadeau précieux.

*Qu’il sera doux de lui prendre ses jouets le moment venu…*

De bien plaisantes pensées arrivèrent à l’esprit d’Hazama, des pensées n’ayant rien d’agréable pour leur victime, celle que le haut commandeur de Sparte fixait déjà avec des yeux de prédateur, comme un serpent lorgnant sur un œuf particulièrement alléchant.

Sans qu’elle le sache, ce qui sauva pour cette fois la jeune fille des griffes du haut commandeur fut justement sa grande faiblesse, son insignifiance dans les plans d'Hazama. Il n’avait aucun besoin d’elle, à ses yeux elle était même trop faible pour représenter un passe-temps digne de ce nom. Non, il allait la guider, l’éveiller, la faire grandir selon ses souhaits, et alors seulement, il la détruirait.

« Hum… Difficile à dire. Les dieux sont si différent de nous, et leur buts sont si impénétrables... Mais que tu ais ce dessin entre tes mains n’est certainement pas un hasard. Clio voulait que tu l’ais. Et si c’est ce qui t’a mené en ces lieux, c’est que c’est bien ici que tu auras tes réponses. »

Hazama devait-il déjà tenter de faire abandonner le dessin à la jeune Cléo ? Non, c’était d’un totalement prématuré, de deux très dangereux pour la croissance de la jeune fille.

« Quoi qu’il en soit, je n’ai pas la réponse à ta question. Ce que Clio attends de toi, elle seule le sait. Ce que je peux te proposer en revanche, c’est un endroit où te reposer en attendant de trouver tes réponses, et l’accès à l’une des plus grandes bibliothèques du monde des initiés. Quelque chose me dit que c’est dans l’histoire même de la muse de l’histoire que se trouvent la solution à l'énigme de ton identité. »

Nombre de réponse aux questions actuelles se trouvaient déjà couchées dans les livres rédigés par les anciens. Peut etre l’éveil de Clio passerait-il par la redécouverte de sa propre histoire.

« En tout cas, sache que si tu souhaites demeurer ici, il te faudra deux trois petite chose, à commencer par le choix de ta maison. Ici, tous les élèves sont répartis entre trois maisons à laquelle il adhère corps et âme. Le choix se fait sur la philosophie même que représente chacune d’elle, à commencer par la maison Blanche, celle gouvernée par Athéna. Ceux portant le manteau blanc ont juré de défendre l’humanité et l’espoir par-dessus toute autre considération, par-dessus même leur propre existence. C’est une voie faite de compassion et de discipline, une voie qui demande énormément d’apport personnel et surtout une empathie que peu de personne possède, car préserver les autres de la souffrance se fait le plus souvent au prix de notre propre bonheur. »

Fouillant dans sa poche de veste, Hazama en sortit trois petites broches ouvragées avant de tendre vers Cléo celle représentant un Omega majuscule.

« Vient ensuite la maison Noire, gouverné par Hadès, l’empereur du monde souterrain. A l’inverse de ceux de la Maison Blanche, ceux de la maison Noire pensent que la création tout entière est devenue bonne à jeter. Ils ne jurent que par l’Armageddon et l’éradication de la race humaine. Ils ont tous pour ainsi dire une dent contre ceux qui furent leur semblables, et une existence bien assez longue pour les avoir intimement convaincu de leur bon droit et de la pertinence de leur vision des choses. C’est une voie faite de violence et de souffrance, une voie qui demande beaucoup de courage et de pouvoir, car vouloir changer les choses, c’est à coup sûr se faire de nombreux ennemis. »

Hazama montra alors à Cléo une petite broche en forme d’épée avant de reprendre son discours.

« Et pour finir… »

Les yeux du haut commandeur s’écarquillèrent soudain comme si l’on venait de lui taper dans le dos. Se retournant d’un geste, son regard se fixa dans le lointain comme s’il cherchait à y percevoir quelque chose de précis.

« Hin… Hinhin… »

C’était fait, Zeus était donc enfin de retour et avec lui la prochaine étape du plan d’Hazama allait pouvoir commencer.

« HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA ! »

Riant de plus belle devant l’harmonie de précision quasi-mathématique qu’était devenus pour lui le fil du destin, Hazama sortit de sa bouche une langue anormalement longue avant de se lécher les lèvres, un regard oh combien satisfait sur le visage.

« Haaaaaaaaaaaaaaaaaa... Il semble qu’elle ait au moins servit à cela. La brave petite fille pleurant dans les bras de son père… »

Oh qu’il était heureux en cet instant le haut commandeur de Sparte, heureux de voir son plan se dérouler à merveille et d’une suite qu’il savait déjà inévitable, inévitable car il avait le temps à ses côtés.

*Oui seigneur… Oui… Je comprends… Ça sera fait… Tout est maintenant prêt.*

Avec qui Hazama s’entretenait-il en cet instant dans l’ombre de son mental ? Avec un etre n’ayant pas encore montré des signes de sa présence, un etre qui comme le haut commandeur, attendait patiemment son heure.

« Aaaaaaaaaaaaaaaaaah, quelle journée… »

Hazama semblait avoir totalement oublié la jeune Cléo dans son dos. Celui-ci semblait fixer un point lointain à l‘horizon, avec un sourire anormalement grand sur le visage, avant que son nez ne réagisse au parfum de la jeune divinité à ses côtés.

« Oups, veillez m’excuser mademoiselle, je viens de recevoir une très bonne nouvelle et… Et cela me comble de bonheur. »

Reprenant son visage souriant et amical, Hazama montra la dernière des trois broches sacrées, signe d’appartenance à Sparte, celle en forme d’éclair.

« Et enfin il y a la maison Dorée, celle régit par la Loi du roi des dieux, la maison du père de l’Olympe. Ceux portant la veste d’or sont les arbitres et les garants de l’ordre sur la Terre comme au ciel. Ce sont des êtres ne jurant que par la loi divine et méprisant le crime par-dessus-tout. C’est une voix glorieuse, la promesse d’être au service du plus grand parmi les grands, mais c’est aussi la promesse de vivre dans son ombre pour l’éternité. »

Trois broches, trois destins, un choix.

« Le choix t’appartient jeune Cléo. »

Un choix décisif. Les mains tendues devant l'enfant, Hazama ne tiqua pas lorsqu'il ressentit un nouveau pouvoir apparaître dans sa ville, un pouvoir bienveillant qu'il n'avait pas ressentit depuis bien des années.

*Tiens, tiens. La mère vient au secours de sa petite fille blessée. Dois-je m'attendre sous-peu à une visite du père ?*

Les remontrances, Hazama savait ne pas pouvoir y couper, il s'y était déjà préparé bien avant l'incident avec Angron. Mais lorsque ses remontrances venait de la part d'un parent, c'était bien autre chose que d'avoir simplement à s'expliquer à un supérieur. C'était beaucoup plus ennuyeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clio
Muse de l'Histoire
avatar

Messages : 151
Date d'inscription : 17/10/2013

Feuille de personnage
Hp:
241/241  (241/241)
CS:
502/502  (502/502)
Pa:
500/500  (500/500)

MessageSujet: Re: Une petite Muse perdue   Jeu 12 Déc - 9:14

(Ouille ouille, excuse du retard ^^' Je suis de retour et je vais essayer de reprendre un bon rythme)
 
Pourquoi le Haut-Commandeur de Sparte lui paraissait-il si menaçant tout d'un coup? Il n'avait pourtant fait aucun geste violent à son égard, pourtant la jeune Muse commençait à être légèrement effrayée par lui. Les mains d'Hazama s'étaient soudainement refermées sur elles-mêmes, et Cléo commençait à penser qu'il n'allait pas tarder à lui faire subir les mêmes choses qu'un meurtrier faisait subir à ses victimes. Sa maman lui avait pourtant bien dit de ne pas parler aux étrangers dans la rue!
 
-Tous ces gens ont choisi de vivre ici. Je les trouve bien courageux, surtout s'ils savent ce qu'il risque de leur arriver.
 
Elle se demandait si elle aurait le courage de faire comme eux plus tard. Mais pour l'instant, tout ce qu'elle voulait c'était en apprendre plus sur son dessin. Et aussi retrouver le chemin de sa maison. Elle ne comptait pas s'installer ici. Même s'il y avait visiblement des gens pour l'aider... Même si ces personnes pouvaient se montrer vraiment très bizarres et inquiétante. Cléo ressentait quelque chose qui pulsait dans son esprit. Quelque chose qui semblait réagir à son sentiment de peur.

"Clio, ne t'inquiète pas mon enfant. Tu es une Muse, rien ne pourra t'arriver... Retrouve tes pouvoirs, je t'en pris..."

Tient encore cette voix. Soudain, pendant qu'Hazama lui expliquait comment il trouvait les personnes possédant le cosmos, Cléo eu une autre vision. Cette fois-ci, elle se trouvait allongée dans un lit, dans une chambre semblable à celles que l'on pouvait trouver à la fin du XIX siècle. Son corps était meurtris à plusieurs endroits, sans qu'elle ne puisse se souvenir d'où provenait ses blessures Une petite fille apparue alors dans son champ de vision, et lui posa la main sur la joue.

-J'espère qu'un jour tu réussiras à revenir parmi nous... Que ta mémoire sera enfin libérée. Tu nous manques ma sœur... Pourquoi ta mémoire est-elle partie aussi loin?


La scène s'estompa rapidement, laissant planer un sentiment de malaise dans le cœur de la jeune Muse.  La chose qui pulsait à l'intérieur d'elle-même commença de plus en plus à s'activer. Et elle pulsa encore plus fort lorsqu'il lui parla de chercher sa réponse dans l'histoire de Clio. Mais si Clio ne pouvait répondre à ses questions, qui pouvait le faire? Une autre divinité peut-être? Mais où ça se trouvait une divinité? Dans un temple? Sur le Mont-Olympe? Elle esquissa une moue perplexe, avant de se ré intéresser à ce que disait l'homme aux cheveux verts.

"Je vois il existe plusieurs maisons correspondant à plusieurs camps. Je ne comprends pas pourquoi il faut répartir les gens dans les camps et les préparer à certaines choses. Surtout pour ceux de la maison Noire"


Soudain Hazama se retourna vivement. Une étrange joie mêlée à la mélancolie emplit l'être de la jeune Muse. Elle se sentait comme si quelqu'un qu'elle n'avait pas vu depuis longtemps était enfin de retour. Un sourire orna son visage, tandis que ses yeux étaient devenus brillants. Mais ce phénomène disparu rapidement lorsque le Haut-Commandeur de Sparte explosa littéralement de rire. Puis il s'excusa, et termina sa petite présentation. La maison du roi des dieux, celle de Zeus.

"Père..." Souffla-t-elle intérieurement.

Elle avait envie de rejoindre cette maison. Elle ne comprenait pas bien pourquoi, mais elle sentait qu'il fallait qu'elle le fasse. Rejoindre la maison Dorée de l'Olympe l'aiderait surement à trouver ce qui lui faisait défaut. Elle ressentait quand même une légère peur, la perspective de rencontrer des dieux ne la rassurait guère. Mais cette peur disparût très vite lorsqu’elle porta ses yeux sur le dessin.

-Si je dois rester ici... Alors je pense que j'intègrerais la maison Dorée. Je pense que là-bas, des personnes sauront peut-être me répondre.


Mais il fallait aussi qu'elle trouve un endroit pour récolter des informations sur les divinités. Dans les livres qu'elle avait lu concernant la mythologie grecque, elle n'avait pas vu grand chose concernant la Muse de l'Histoire. Mais peut-être qu'ici, elle trouverait des informations pouvant l'aider.

-Vous pensez que je pourrais accéder aux livres de Sparte. Il doit bien y avoir des livres qui pourront m'aider. Demanda-t-elle avec sa gentillesse habituelle.   


Mais au fond d'elle, quelque chose était en train de s'éveiller. Mue par la voix de sa mère, le réveil de son père et les différents souvenirs qui étaient en train de refaire surface. Malheureusement, il manquait encore quelque chose pour que Cléo disparaisse pour laisser la place à Clio.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hazama/Eris
Ennemi public n°1
avatar

Messages : 95
Date d'inscription : 04/08/2013
Localisation : Qui sait ?

Feuille de personnage
Hp:
330/330  (330/330)
CS:
1130/1130  (1130/1130)
Pa:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Une petite Muse perdue   Dim 15 Déc - 21:04

Trois broches, trois maisons, trois possibilités, un seul destin possible.

C’était un de ces instants qui faisait de la tache de commandeur une tache valant la peine d’etre accomplie, un de ces instants ou toute une vie se voyait cristalliser en un seul choix, .

*Oui… Découvre quelle sera ta fin, petite muse. Prend ta vie pour élan et lance-toi vers ta fin. Brille de mille feux avant que le désespoir ne te submerge.*

La petite fille se voyait devant le choix qui avait été proposé à tous les apprentis de Sparte, celui qui bientôt l’enverrait vers la suite de son aventure.

« Il ne s’agit pas ici de choix, mais de nécessité. Tu es encore jeune, mais sache que les individus doués des pouvoirs du cosmos ne se sont pas vu accordé un tel pouvoir par hasard. Je dirais même que chaque époque se voit pourvus de héros à la mesure des troubles à venir. Comprends-tu un peu mieux à présent ? »

Le destin, il s’agissait là de la force auquel même les dieux se soumettaient. Répartir les apprentis en fonction de leur allégeance pouvait sembler arbitraire, mais toute la subtilité de la chose venait dans l’essence même du choix de la maison. Un choix qui n’en avait jamais été un.

« Quant au cas de la maison noire. Et bien… Disons que sans adversaires, les héros n’existeraient pas. »

Tellement cynique était cette affirmation. Comme si aux yeux du haut-commandeur, le duel éternel entre le bien et le mal se justifiait à lui seul par sa seule existence. Une boucle sans fin, un serpent se mordant la queue.

« La maison dorée donc. »

Pourquoi le haut commandeur ne semblait pas surpris le moins du monde.

*Encore une qui se fait prendre au piège de l’illusion du libre-arbitre.*

« Voilà. Ne la perd pas surtout, elle te garantit le libre passage dans Sparte et t’identifie comme un membre de la maison du roi des dieux. »

Se redressant après avoir tendue la petite broche d’or à Cléo, Hazama se saisit de son chapeau et lui fit faire une série de cercle tout en s’inclinant devant la nouvelle apprentie.

« Bienvenue à Sparte, jeune Cléo. »

A présent, le sort de la jeune fille devait se poursuivre dans sa quête pour la vérité, la vérité sur sa véritable identité.

« Si c’est des livres que tu cherches, je te conseille la bibliothèque. En revanche, si c’est des réponses que tu cherches… »

L’aura divine que le haut commandeur n’avait pas cessé de suivre depuis son arrivée à Sparte se mis enfin à s’approcher.

« Je crois que tu devrais simplement attendre un peu. Il y a quelqu’un qui en chemin que tu devrais rencontrer. »

Une rencontre avec la muse de la comédie raviverait surement quelques souvenirs supplémentaires à Cléo. Et la présence du dieu des voleurs serait une distraction intéressante pour le haut commandeur.

*Est-ce que je lui propose une broche à lui aussi…?*

Inclinant sa tête sur le côté tout en haussant un sourcil, le sourire d’Hazama reparut de plus belle.

*Pas la peine pour lui.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clio
Muse de l'Histoire
avatar

Messages : 151
Date d'inscription : 17/10/2013

Feuille de personnage
Hp:
241/241  (241/241)
CS:
502/502  (502/502)
Pa:
500/500  (500/500)

MessageSujet: Re: Une petite Muse perdue   Mer 18 Déc - 10:15

Trois Maisons, trois destins. Cléo avait choisi sa voie avec une telle rapidité que beaucoup de gens se seraient posé des questions à son sujet. Et ils auraient été encore plus étonnés s'ils avaient sûr qu'intérieurement, la jeune fille ressentait une joie de plus en plus profonde. Comme si, enfin, une porte s'ouvrait à elle et lui permettrait peut-être de savoir qui elle était réellement. L'inconnu lui faisait pourtant face, pourtant elle ne se sentait plus du tout inquiète. Enfin si, un petit peu quand même.


-Des troubles à venir? Vous voulez-dire que les personnes possédant le cosmos sont choisies pour une certaine raison? Et que c'est cette raison qui les pousse à choisir telle ou telle autre maison?

Après tout, elle pouvait bien essayer de croire ça. Elle avait choisi la Maison Dorée avec une telle rapidité qu'elle voulait bien croire que quelque chose la guidait. Elle avait peut-être une mission à accomplir dans ce monde. Et cette mission était peut-être liée à la Muse de l'Histoire. Un frisson la parcourut soudain. Ça n'allait pas ça! Pourquoi une divinité millénaire voyait sa vie liée à une gamine de 9 ans? Elle avait des visions étranges, et une voix s'obstinait à l’appeler Clio mais... Hazama lui tendit alors une petite broche d'or.


  -Cette broche me permet d'accéder partout à Sparte. Répéta-t-elle comme pour bien enregistrer ça dans son esprit. 

Elle sourit en voyant le geste qu'effectua Hazama avec son chapeau tout en s'inclinant devant elle. Même si cet homme l'effrayait un peu parfois, elle l'aimait bien. Sans lui, elle aurait surement perdu son dessin pour de bon et aurait continué à errer dans cette ville, sans savoir quoi faire. Puis il lui conseilla quelque chose qui pourtant coulait de source. Pour trouver des livres, fallait aller dans une bibliothèque.


"Avec ma broche, je pourrais accéder à la bibliothèque facilement. Il a bien dit que je pourrais aller partout à Sparte avec elle."

Puis, il lui recommanda d'attendre un peu, car une personne pouvant lui venir en aide approchait. Curieusement, une joie s'instilla en elle. Elle était heureuse, sans savoir pourquoi elle était heureuse. Ne se préoccupant plus du Haut-Commandeur de Sparte, elle se tourna quasi-instinctivement vers une direction précise.

"Pourquoi est-ce que j'ai l'impression de sentir quelque chose là-bas? C'est... diffus... Mais c'est puissant... Il y en a deux, et..."

Une étrange énergie entoura alors la jeune Muse amnésique. D'abord replié tout autours de son corps, elle se développa et se dirigea dans le direction dans laquelle Cléo regardait. C'était une sorte d'appel, d'invitation à venir ici. Le cosmos disparût très vite, Clio n'était malheureusement pas assez réveillée pour que le cosmos puisse se maintenir. Il restait juste à la jeune fille l'impression de bientôt retrouver une personne qu'elle n'avait pas vue depuis longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hermès
Messager des Dieux
avatar

Messages : 181
Date d'inscription : 02/09/2013
Localisation : Quelque part à m'amuser

Feuille de personnage
Hp:
340/340  (340/340)
CS:
600/600  (600/600)
Pa:
500/500  (500/500)

MessageSujet: Re: Une petite Muse perdue   Mar 24 Déc - 3:39

Arrow Dortoirs

Son corps se faisait peu à peu à son nouvel occupant, les souvenirs revenaient comme pour préparer son hôte tout ce qui pouvait arriver. Hermès se sentait renaitre comment après un long sommeil, ce qui n'était pas entièrement faux d'un certain point de vue. Son hôte lui avait donné suffisamment d'information pour se faire une idée de quoi penser et s'adapter à ce monde. Il en parlerait avec Zeus le moment venu. Ce qui occupait ses pensées pour le moment était cette divinité qui pouvait être en danger si elle restait sans aide de Thalie et de lui.

De qui pouvait-il s'agir? Là était le centre de la question, fallait le savoir vite pour ne pas être dans l'ignorance. Hermès détestait ne pas savoir, sa curiosité le poussait encore à se diriger là où pouvait être ce cosmos qui semblait toujours faible bien qu'encore là. Être avec Thalie le remplissait de joie et de bonheur, il se sentait rassuré de savoir qu'il n'était pas seul. Son pas était à la fois léger mais déterminé, si jamais il arrivait trop tard sans savoir qui était-ce, il s'en aurait voulu.

Son visage n'affichait que le calme et une sensation d'harmonie en lui. De temps en temps il posait son regard sur Thalie, à l'époque, il n'hésitait pas à l'observer sans gêne sauf quand elle lui interdisait. Le souvenir d'avoir passé du temps avec elle fut comme un baume à son coeur... Comme toutes les autres muses. Il en aura à nouveau à l'avenir sans aucun doute.

Sa réflexion fut interrompue par un cosmos certes faible mais qui fut assez présent pour qu'Hermès puisse le sentir clairement. Cette sensation... Oui ça lui revenait mais pas encore assez pour en déterminer avec une grande précision qui était-ce. Il savait qu'il avait passé énormément de temps avec cette divinité au point d'en avoir retenu la saveur de son cosmos mais c'est tout. Toujours sur le chemin, il ouvrit la bouche pour parler à Thalie.


-J'ai la sensation de connaître ce cosmos mais, mes souvenirs ne sont encore pas assez précis, je sais juste qu'elle est importante cette personne. Faudra éviter qu'elle reste à Sparte, c'est bien trop dangereux ici... Surtout avec ce qui a bien pu se passer. Tu sais Thalie... Je n'aurais jamais pensé que tu sois avec Hypnos... Et puis je... Enfin bon, tout cela n'est pas important pour le moment, il y a tellement à faire avant.

Oui il saura attendre, toujours et encore, la patience et l'observation seront ses alliés pour cela. Mais son regard s'en trouvait affecté à chaque fois qu'il regardait Thalie. Finalement, il se focalisa sur l'objet de sa curiosité qui était cette divinité. Fouillant toujours plus loin dans ses souvenirs, chaque image que ce cosmos lui faisait souvenir avait cette sensation de rire, de joie, de pureté, comme si ça avait la même saveur que Thalie... Qui pouvait donner la même impression? Thalie était une muse et en partant de là... Il avait la réponse sur le bout de la langue, quelque chose lui échappait, c'était si subtil mais bien là que ça ne pouvait que le frustrer.

Quand enfin le duo allât à l'entrée, Hermès vit deux personnes bien distinctes. L'une était un homme que trop bien reconnaissable pour ne pas l'ignorer, le souvenir de son hôte confirmait bien son doute. David l'avait vu peu de temps après être rentré dans Sparte, il avait demandé à un autre élève et avait entendu qu'il était le haut commandeur de Sparte alias Hazama. Et vint le tour de l'autre personne qui se révéla être une petite fille qui semblait être toute nouvelle.

En toute logique, la divinité était donc cette petite fille, mais laquelle? On en revenait toujours à cette question. Mais sa méfiance fut tourné vers Hazama envers qui il tenait un visage neutre bien qu'il s'avançât sans crainte, ni hésitation. Se tenant devant les deux personnes, il les fixait sans rien dire dans un premier temps. Sa chevelure flottait au rythme du vent qui se levait doucement et de temps en temps, lui donnant l'air mystique.

C'est alors avec un grand sourire qu'il fixa Hazama, sachant très bien que derrière cet air, se cachait autre chose, cet homme cachait bien son jeu. Mais Hermès aussi savait se montrer malin et imprévisible.


-Et bien, et bien... Le haut commandeur de Sparte se déplace donc pour recevoir les gens. Mais nous savons tous les deux qu'il vaut mieux savoir s'entourer des bonnes personnes, n'est-ce pas? Sachez juste que si vous tentez d'approcher un peu trop Arwen, je vous conseille d'éviter de dormir. Ce n'est pas une menace je vous rassure, je ne suis pas une personne qui menace loin de là. Mais son père par contre... Je ne promets rien... Vous pouvez disposer haut commandeur, nous allons tout prendre en main ici. Oh et bien sûr avant que j'oublie, j'espère que la chance sera de votre côté... Soyez prudent haut commandeur hihihi !

Lâchant un petit rire, il défiait Hazama du regard, sachant parfaitement que ses paroles avaient un sens caché mais facilement compréhensible pour peu qu'on prenne le temps. Son attention fut portée sur la jeune fille peu de temps après, tellement innocente et pure, voilà ce qui pouvait sentir à travers ce visage d'ange. Comme si le mal du monde ne l'affectait pas, jamais il n'oserait mentir ou même la manipuler, surtout avec ce cosmos. Prenant une longue inspiration, cette fois ce faible cosmos était tellement proche qu'il pouvait en sentir complètement son intensité.

Oui... Un tel cosmos lui faisait souvenir l'une des muses... Clio... C'était vraiment surprenant de la voir être dans le corps d'une petite fille. Pourquoi avoir choisi cela? La réponse restera peut-être un mystère. Par contre il est clair qu'Hermès ressente du plaisir à la voir même si elle semblait encore pas éveillée dans ce corps. C'est donc ainsi qu'il s'approche de la jeune fille en parlant tranquillement.


-Bonjour jeune fille, cette femme et moi on est là pour toi, on ne te veut aucun mal. Par contre si tu es d'accord, on va t'emmener là où personne de mauvais te fera du mal. N'aie pas peur de nous.

Jetant un bref regard à Thalie, il hocha la tête pour lui faire comprendre qu'il confirmait que cette fille était une divinité à ne surtout pas laisser là où ce Hazama était. Trop d'enjeux étaient en cours, surtout en ce moment où le roi des dieux revenait.

-Comment tu t'appelle jeune demoiselle?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thalie
Muse de la Comédie
Staff KoH
avatar

Messages : 563
Date d'inscription : 20/07/2013

Feuille de personnage
Hp:
220/220  (220/220)
CS:
525/525  (525/525)
Pa:
500/500  (500/500)

MessageSujet: Re: Une petite Muse perdue   Jeu 26 Déc - 13:06

je viens d'ici avec Hermès

Glisser sur le sol en une succession de pas légers et gracieux, depuis quand ne l'avais-je plus fait au coeur d'un champ de   ruines ? Trop peu de temps en fait, si peu de temps. Toutes ces guerres incessantes n'avaient fait que raviver mes plaies mais je n'y pouvais rien. Entre l'appel à la guerre des divinités adorées des humains et celui des essences non-incarnées, la différence était de taille. Athéna, Hadès, Arès, Poséidon, tous étaient des privilégiés au sein du panthéon sacré. Les hommes avaient depuis des décades et des décades oublié les dieux dont je faisais partie tout en écoutant sans le savoir réellement ma voix. Celle des anges, au fond, cela me convenait comme nom tout en m'attristant. Surtout lorsque mon regard bleu émeraude se posait sur le véritable messager des Dieux. David, encore si jeune si fragile avec son corps mince et ses longs cheveux verts.

Une image encore si humaine, si fragile alors que déjà les pouvoirs d'Hermès, mon petit frère, se manifestaient en lui. C'était cela qui me passait par la tête tandis que je sentais le cosmos d'Hazama se faire de plus en plus proche. Mon coeur de mère ne faisait que tourner et tourner, s'efforçant d'étouffer la rage qui était la mienne.

Ma fille, ma petite princesse, elle aurait pu...

Hazama avait été négligent comme jamais auparavant. Une guerre entre les dieux sans passer par leurs combattants ne pouvait que mal se terminer. Mal se terminer comme le montraient si tristement les rues de Sparte. Les pouvoirs encore latents d'Artémis et d'Arès en avaient fait la démonstration. Ni l'un ni l'autre de mes frère et soeur n'étaient éveillés et déjà, ils avaient causé des dommages collatéraux capables de tout massacrer sans le moindre désir de le faire. Nous les dieux étions trop puissants pour nous battre directement en ce monde sans le faire souffrir de par notre seule puissance divine.

Soudain la voix de David me tira de mes pensées alors que d'un regard j'avais apaisé une jeune fille.

- Oui, ce cosmos m'est plus que familier. Je le sens à mesure que nous nous approchons de notre but...

Hypnos... Personne ne pourra jamais nous comprendre, je le crains. Personne ne pourra saisir ce que représente notre union et l'amour qui nous lie. Si seulement, tu pouvais le voir autrement qu'au travers des liens qui l'enchaînent à Hadès. Des serments antiques qui avec le temps se sont changés en véritable malédiction. Tout cela, tout cela te paraîtra un jour plus clair. Les saints nous haïssent de tout temps. Ils veulent détruire à jamais mon cher époux et à travers lui ses pouvoirs qui pourtant sont essentiels à leurs survies. Tout cela, tout cela est lié à leur vision prise dans le passé, figée tout comme le lien entre ce monstre d'Hadès et mon époux...


Ma tristesse transparaissait dans ma voix et je ne faisais rien pour la dissimuler. Tout cela était si dur pour moi. Depuis, le début, je savais que nous devrions lutter, encore et encore et sans doute à jamais. Ma propre enfant n'avait pas été épargnée et maintenant que la vérité sur ses origines avait été révélée en plein dortoir de la Maison d'Athéna, je craignais pour elle, pour sa vie. La ramener dans le monde onirique me tentais tellement. Moi qui souhaitais lui offrir le plus beau, je ne cessais de trembler.

Et ce cauchemar qui reparaissais en moi. Cette vision de mon époux et de mon enfant. Toute cette horreur...

Mon coeur manqua un autre battement lorsque nous parvinrent à destination. Sans s'en rendre compte, David m'avait menée face à une personne que j'adorais que j'avais tant espéré revoir ces dernières centaines d'années. Le laissant prendre la parole en premier, je plongeais mon regard sur la jeune fille. Toute frêle, une enfant, si jeune. La laisser grandir en même temps que ses pouvoirs était une option parmi toutes les autres mais plus que cela un risque. Nous avions si souvent vu le danger de n'être qu'une divinité dormant dans le corps de son incarnation. Savoir ce que cela pouvait donner comme catastrophe ne faisait que me rendre plus attentive, plus méfiante envers celui qui régnait sur Sparte. Plus que les paroles de David, ce fut ma voix désincarnée qui s'attacha à lui répondre.

" Commandeur Hazama, je ne m'élèverais pas contre vous dans l'immédiat mais n'oubliez pas que la sécurité d'Arwen était la condition absolue à sa présence en ces murs. Jamais, moi ni mon époux ne la laisserons en un lieu où sa vie est menacée. De par notre présence d'esprit, Hypnos et moi avons jugulé le danger mais cela n'efface pas le fait qu'elle aurait pu être prise entre les cosmos d'Arès et d'Artémis et être plus que grièvement blessée. Dès que nous en aurons fini avec le plus urgent, mon époux et moi-même comptons vous rencontrer pour éclaircir toute cette histoire. En attendant, j'ai veillé à ce qu'Arwen quitte au plus vite cette cité qui est un danger pour elle surtout maintenant que son ascendance a été révélée au grand jour. Son grand père sera le meilleur conseil pour toute cette affaire. Zeus saura trancher et veiller à éloigner tout danger...

D'ailleurs, il n'est pas le seul à se préoccuper d'elle, son oncle est déjà là pour elle...

Ne prenez pas un dieu comme Hermès à la légère son pouvoir est bien plus puissant que ne le pense le commun des mortels. "


Zeus, à l'énoncé du nom de mon père, je ressentis comme un malaise suivi de l'apparition en mon esprit de Bloody. Bloody pourquoi revenait-elle encore me hanter. Elle était détruite, détruite avec le venin. Plus rien n'aurait du subsister d'elle sinon le souvenir des ravages qu'elle avait déjà commencé à opérer. Des carnages sans nom alors que je n'étais même pas éveillée. Tant de dégâts alors que seule une étincelle de mon cosmos se trouvait entre ses mains. Quelle aurait été sa puissance si elle s'était imposée maintenant ?

Chasser ce souvenir, il fallait que chasse ce souvenir. L'eau du Léthé. Dès qu'Hypnos serait près de moi, je lui demanderais de m'apporter un peu d'eau du Léthé. De quoi la faire disparaître enfin pour toujours...

Reprenant toute contenance devant l'ensemble du groupe, je me tournai vers la jeune Cléo et le dessin qu'elle tenait entre ses mains. Sans doute qu'une part de sa mémoire était liée à ces quelques traits de crayons. D'un seul embrasement de cosmos, je laissais toute ma puissance de Divine Inspiratrice s'attarder sur le dessin et soudain, les traits de l'une des enfants se changèrent devenant si semblable aux miens.

- Bonjour, jeune fille, toi et moi sommes pareilles, même si tu ne t'en souviens pas encore, le même sang coule en nos veines. J'ai un nom, Clio, un nom que tu connais autant que celui de notre petit frère, notre demi-frère mais cela n'a pas d'importance car les sentiments qui nous unissent son bien ceux de frère et de soeur, tous porteurs du sang de Zeus...

Et à ces mots, mon cosmos se déploya de nouveau, enveloppant celui de ma jeune soeur. Le temps du retour d'une autre Muse était de retour, la Muse de l'Histoire...

- Viens et dis mon nom... Clio, rappelle-toi de mon nom...

_________________
L'Or et la Foudre guident mes pas. Je suis l'Ange de Lumière et la Divine Inspiratrice veillant du haut de l'Olympe ou des profondeurs du monde des rêves...

Spoiler:
 



Spoiler:
 


Hypnos, mon roi, mon soleil, à jamais, je t'aimerai et suis tienne...

~ Paroles de Thalie ~ ° ~ Paroles de Bloody ~ ° ~ Pensées ~ ° ~ " Transmissions de Pensées " ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hazama/Eris
Ennemi public n°1
avatar

Messages : 95
Date d'inscription : 04/08/2013
Localisation : Qui sait ?

Feuille de personnage
Hp:
330/330  (330/330)
CS:
1130/1130  (1130/1130)
Pa:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Une petite Muse perdue   Jeu 26 Déc - 22:09

Et alors que la jeune Cléo resserrait ses petites mains sur la broche dorée qu’Hazama lui avait donné, son sourire sembla disparaître l’espace d’une fraction de seconde alors que le haut commandeur ressentait avec un mélange de frustration et de soulagement à l’approche de deux énergies divines venant dans leur direction.

*Dommage, j’aurai bien voulu pouvoir travailler encore un peu au scénario. Le rendre encore plus horrible…*

« Oui, la bibliothèque et les salles d’études te sont désormais ouvertes, ainsi que l’appartenance à une noble communauté. N’oublie jamais jeune fille, choisir ceux qui nous entoure reviens à choisir notre évolution. »

C’était là sans doute le plus précieux de tous les conseils que le haut commandeur aurait pu donner à une jeune fille dans la situation de Cléo. Et alors qu’il se redressait pour rajuster son chapeau sur son front, arrivèrent les sources des deux cosmos divins.

« Les voilà. »

Si le haut commandeur avait déjà entendu parler à plusieurs reprise la muse de la comédie par sa fille, la voir ainsi en chair et en os était une première, tout comme sa rencontre avec le nouvel incarnat du dieu des voleurs.

*Hihihihi, en voilà un qui ne manque pas de tripes, enfin, le courage vient facilement à ceux qui comme lui résiste aux balles.*

Regard contre regard, Hazama supporta sans l’ombre d’une crainte le regard neutre et insistant de ce gaffeur divin cherchant visiblement les ennuis.

« Effectivement, qui mieux qu’un étranger sans broche et ne sachant même pas qui il est pour servir de guide à une jeune fille amnésique... Avec vous je suis sûr qu’elle sera entre de bonnes mains. »

Un résumé qui pouvait porter à sourire de par son coté totalement absurde et grotesque mais qui pourtant indifférait complètement le haut commandeur. Sa tache ici était achevée, sa graine en Cléo avait été plantée, le dessin en était le garant. Rien ne passait entre les mains d’Hazama et en ressortait indemne.

« Arwen ? Elle souffre moins de ma présence que de votre bêtise, votre langue trop bien pendue a bouleversée sa vie, et par votre faute, elle va devoir quitter ces lieux, mais de cela, vous devez vous moquer, elle sera avec vous, et c’est bien là tout ce qui vous importe n’est-ce pas ? Ne pas être seul ? »

S’il en avait le temps, peut-être qu’il se demanderait en toute honnêteté ce qu’il avait arraché à la jeune femme en brisant ainsi un secret que tant de précautions avaient préservées jusqu’à aujourd’hui. Peut-être, peut-être pas. Peu importait en vérité.

« C'est donc à vous que j'adresse votre propre conseil. Veillez à ne pas dormir. »

Un grand sourire à David et un sermon divin plus tard, voilà que le haut commandeur se tournait vers Thalie pour attiser d’avantage une colère déjà mûrement épanouie lorsqu’il senti dans le tréfonds de la muse quelque chose qui entra en résonance avec l’Ouroboros en lui.

*Cette sensation… C’est… Nooooooooooooon…*

Le sourire d’Hazama sembla s’agrandir encore et dans son regard une lueur dorée brilla l’espace d’un instant alors qu’il semblait scrutait au cœur même de la muse de la comédie.

*Aucun doute possible, il est encore là. Diffus, enfouis, presque éteint, mais il est encore là.*

L’humeur du haut commandeur sembla s’améliorer soudain comme elle l’avait fait lors du réveil du roi des dieux, et dans un effort conscient, il n’en trahis rien.

« Si je résume bien, vous me reprochez à moi ce que vos frères et sœur ont causés à ma ville et à ceux dont j’ai la garde ? Pardonnez-moi, mais je me dois d’avouer qu’en l’occurrence dans cette affaire, je ne puis revêtir que l'habit de la victime, au même titre que votre fille, épargnée et sauve autant par ses efforts que par les miens. »

Même si ses motivations restaient encore secrètes, Hazama n’avait-il pas sauvé tant le sagittaire que Sparte de l’explosion de la flèche d’or ? N’avait-il pas chassé les deux divinités belliqueuses loin des murs de la ville avant que celle-ci ne soit réduite en cendre et fumée ? N’avait-il pas maintenue en arrière Arwen alors qu’il allait seul au-devant de la fureur des immortels ?

« Leurs éveils ne pouvaient être prévus, ni par moi ni par aucun d’entre vous, la preuve, si vous l’aviez sut, vous l’auriez certainement préparé, hors aucun de vous n’a rien fait pour empêcher cela, vous ne pouvez qu’accuser et critiquer, impuissant en me reprochant d’etre imparfait, alors que je reste un humain, à votre différence. »

Hazama reconnaissait là la méthode divine d’auto-absolution, l’entière faute revenait à autrui, et toujours à autrui. Cela valait tant pour leur semblables que pour les Hommes.

Pendant un instant, son sourire s’était estompé, laissant ses traits prendre un air plus sérieux, plus fier, comme s’il était devenu un instant une toute autre personne.

« Pardonnez-moi cependant de ne poursuivre avec vous ces accusations mutuelles et stériles, mais je n'ai pas de temps à consacrer à de tels gamineries. Je sais ce qui vous amène tout deux ici, et ce n’est pas moi. Et vu que j’ai moi-même beaucoup à faire, je vous laisse entre vous, profitez-en pour apprendre à reconnaître vos ennemis. »

*A moins que l’idée de vous frotter à Arès et Artémis ne vous fasse trembler tout dieux que vous êtes.*

Il ne le dit pas, mais cela devait être si évident que les mots étaient ici inutiles.

*Enfin, il est vrai qu’aucun d’eux n’hésiteraient à prendre vos têtes en représailles à un affront ou un défis, ça doit peser dans la balance j’imagine. Après tout, même les dieux ont peur de mourir.*

« Mesdames, monsieur, je vous souhaite un bon séjour dans la ville du cosmos. »

Tirant ainsi sa révérence, les pas du haut commandeur le firent quitter la réunion divine où de toute manière il n’avait plus rien à faire. Il venait de faire une très intéressante découverte et devait à présent réfléchir au moyen de l’utiliser à son avantage.

*Avec ça, même la divine inspiration n’est plus hors de portée. Si seulement je parvenais à le faire ressurgir au grand jour…*

Du temps, il fallait pour cela du temps à Hazama, mais il en aurait. Il saurait s’en donner. Avec le retour de Zeus, c’est l’étape suivante de son plan qui allait commencer.

Arrow La suite par
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clio
Muse de l'Histoire
avatar

Messages : 151
Date d'inscription : 17/10/2013

Feuille de personnage
Hp:
241/241  (241/241)
CS:
502/502  (502/502)
Pa:
500/500  (500/500)

MessageSujet: Re: Une petite Muse perdue   Ven 27 Déc - 13:43

Les deux inconnus s'étaient rapprochés lentement. Pendant ce temps, Hazama eu le temps de confirmer à la jeune fille qu'elle pouvait effectivement se rendre à la bibliothèque. Ainsi qu'à la salle d'étude. Elle irait peut-être y faire un tour aussi, après avoir discuté avec les deux personnes qui arrivaient. Le Haut-Commandeur rajouta ensuite une phrase à propos du choix de notre entourage. Bien qu'elle n'ai pas tout compris, Cléo hocha la tête.

"Je me demande ce qu'il a voulu dire en affirmant que choisir ceux qui nous entoure détermine notre évolution. En quoi cela pourrait-il être possible?"


Elle verrait ça plus tard. Le duo fit enfin son apparition. La première personne se révélait être un jeune garçon aux cheveux verts. Les yeux de Cléo se voilèrent un instant, et un bruit semblable à ceux que produisait un oiseau lorsqu'il battait des ailes résonna dans sa tête. La vision de ce jeune garçon révélait en elle une foule de souvenirs informes, tandis qu'un nom essayait tant bien que de mal de s'imposer à son esprit.


"Qu'est-ce qui..." Elle commençait à paniquer intérieurement, tandis que la joie commençait à s'élever en elle.


"Chut ma chère enfant, n'ai crainte. Laisse tes souvenirs t'envahir...Oh Clio, ne résiste pas... Ne résiste pas à ta véritable nature..."

De ce qu'elle arrivait à percevoir de la discussion entre Hazama et l'étranger, les deux ne s'appréciaient pas beaucoup. C'est alors qu'elle fini par apercevoir la deuxième arrivante. Et le malaise qui l'assaillait depuis l'arrivée du garçon aux cheveux verts s'accrût. Quelque chose essayait tant bien que de mal de se libérer dans son esprit. Elle essaya tant bien que de mal de répondre à la question du Messager des Dieux.


-Je suis... Je suis Cl...

Pourquoi n'arrivait-elle pas à prononcer les deux dernières lettres de de son prénom. Elle n'entendit pas les dernières paroles d'Hazama ni celui-ci s'en aller vers d'autres aventures. Les mots de la dernière arrivante résonnaient encore et encore dans son esprit, tandis que l'enfant avait resserré sa prise sur son dessin. Comme si ce dernier était une sorte de bouée qui l'empêcherait de couler. Elle aussi l'appelait Clio, comme la voix qui l'accompagnait depuis quelques temps.

-Tu... Tu es du même sang que moi... C'est...


Elle se coupa nette dans sa lancée. Son dernier mot aurait dû être "impossible", mais il sonnait faux dans son esprit. Pendant que le cosmos de la jeune femme enveloppait celui de la petite Muse, celle-ci senti comment un craquement à l'intérieur d'elle-même. Comme si ce cosmos brisait une brèche trop longtemps fermée. Le cosmos de Clio s'éleva de nouveau, pour se fondre dans celui de celle qui prétendait être du même sang qu'elle.

-Tu es...

Ah, elle avait son nom sur le bout de la langue! Elle posa alors ses yeux sur le dessin représentant les Muses, et vit que l'une d'elles avait brusquement changé de visage.  Ses yeux s'étaient écarquillés devant ce prodige. Etais-ce l'un des pouvoirs de ces gens maitrisant le cosmos? Et soudain le nom de la jeune femme apparût très clairement dans son esprit.

-Tu es... Tu es Thalie! L'une des sœurs de Clio... Non tu es l'une de mes sœurs.


Sa dernière phrase était sortie toute seule. Soudain l'enfant sauta au cou de Thalie mûe par la joie de la déesse de retrouver l'une des membres de sa famille et la joie d'une enfant qui retrouvait l'un des siens. Oui ses sentiments n'étaient pas encore très clair à ce niveau là. Elle tourna alors son regard vers le jeune garçon.

-Thalie a dit que tu étais son demi-frère donc tu es... Tu es Hermès non? Le dieu aux sandales ailées.

Quelque chose s'était brisée à l’intérieur de Cléo, libérant ainsi certains souvenirs de Clio. Mais il restait tellement de zones d'ombres dans l'esprit de l'enfant. Tellement d'inconnu qui empêchait le retour définitif de Clio. 
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hermès
Messager des Dieux
avatar

Messages : 181
Date d'inscription : 02/09/2013
Localisation : Quelque part à m'amuser

Feuille de personnage
Hp:
340/340  (340/340)
CS:
600/600  (600/600)
Pa:
500/500  (500/500)

MessageSujet: Re: Une petite Muse perdue   Sam 28 Déc - 7:31

Doux souvenir du temps où les dieux étaient vénérés, mais dure réalité qu'est l'époque d'aujourd'hui. Les temps ont changé, les dieux ne sont devenus qu'un seul et unique dieu unique. Les anciennes croyances ne sont plus que des légendes qui se racontent de par le monde. Mais, certains endroits font que certaines de ces légendes vivent encore et existent comme Sparte. Et en ce moment même, plusieurs choses faisaient que les divinités restaient là le temps de pouvoir s'épanouir et s'éveiller pleinement.

Toujours attentif, l'homme ou du moins le dieu aux cheveux verts faisait attention à bien assimiler le faciès de ce Hazama... Il ne pourrait vraiment pas l'aimer ou bien l'adorer vu son attitude et son audace. Un jour où leurs routes allaient se rencontrer, Hermès s'en fit la promesse. Quitte à en faire un serment dans la chance elle-même pour que ça reste gravé. Des belles paroles... Trop belles justement, c'est ça qui lui mit la puce à l'oreille. Ce sourire, ce regard, même dans sa façon de se tenir, tout semblait être si... Il n'avait pas de mot pour définir ce qu'il pensait.

Son éveil n'était pas encore total et c'est bien ce qui le retenait d'agir comme bon lui semblait. Mais bon pour le moment, son plan ne pouvait se lancer qu'à partir du moment où enfin il irait en Olympe. C'est donc en prenant son mal en patience qu'il observa le haut commandeur s'en aller sans prendre la peine de voir vers où il allait.

Au final, il tourna la tête de nouveau vers la jeune fille qui semblait être perturbée que David quand il vit Thalie quelque temps juste avant. Son esprit était plus souple et résistant que celui de David vu sa réaction en les voyant, sans doute les enfants avaient cette capacité de s'adapter plus aisément à ce qu'ils pouvaient leur arriver. Ce dessin avait bel et bien une signification mais il n'avait pas eu le temps de l'examiner mais c'était sans importance à vrai dire.

Constatant qu'elle avait du mal à répondre à sa question, cela ne pouvait que signifier qu'en elle, déjà la Muse interférait avec sa personnalité. Il ne fallait en aucun cas brusquer son esprit sans quoi, le résultat pourrait être catastrophique. Thalie reprit le flambeau et alla directement au but, si jamais ça ne marchait pas... Sa crainte se faisait plus grande. Les muses étaient toutes aussi précieuses dans le coeur du messager des dieux, pas une était sa favorite. Mais il fallait avouer que su le coup, il aurait pu en avoir une ou deux.

C'est même avec surprise qu'il l'entendit répondre à la question de Thalie parfaitement. La voir se jeter à ses bras semblait signaler que des souvenirs de Clio remontaient et la poussèrent à faire cela sans attendre. Au moins elle allait bien et était heureuse. C'est toujours avec la même lenteur et grâce qu'il leva la main pour la poser sur la tête de Clio et la frotter comme pour s'assurer qu'elle était bel et bien réelle. Une douce chaleur réchauffa son coeur, voir Thalie et Clio unie le combla de joie, les muses seront à jamais les personnes avec qui il ne mentirait pas et ne jouerait pas au plus malin.


-Oui... Je suis Hermès, bon pas qu'aux sandales ailées mais c'est un bon début. Néanmoins il faut que je te prévienne; tu dois apprendre à faire la différence entre la vie de mortelle que tu as eu et celle de la muse que tu es. Ne les mélange pas et tu pourras t'éveiller pleinement. Comme toi je ne suis pas encore totalement éveillé mais mon hôte me laisse les commandes pour le moment. Ne t'en fais pas Clio, tu es entre de bonnes mains à présent, on veillera sur toi.

Malheureusement, le souvenir de ce qu'il devait faire remontait, bien que l'instant fût joli et si beau que le briser le rendait triste. Son sourire se changea et resta neutre quelques secondes après.

-Je suis désolé de briser ce moment de retrouvailles mais certaines choses me poussent à agir mais avant... Je veux faire un cadeau à toutes les deux. Même si mes pouvoirs ne sont pas encore entiers, une chose me tient à coeur.

Canalisant son cosmos, une sorte de flaque d'or se matérialisa au-dessus de sa main encore libre avant que deux fleurs totalement blanches tombèrent dans la paume de sa main, mais il était impossible à déterminer quel type. Comme si elles venaient de l'Olympe, Hermès gardait des trésors dont même les dieux ne pouvaient se douter. Ces fleurs avaient cette aura si spéciale, comme si Hermès les avait préservés de tout. La flaque d'or se dissipa aussitôt alors qu'il mit les fleurs juste derrière leur oreille, toujours aussi doux et soigneux, il prit le soin de bien les mettre en place avant de sourire.

-Ce sont des fleurs que moi seul dispose dans mon trésor, et j'ai gardé celles-ci pour un grand évènement. J'en donnerais à chaque muse qu'on rencontrera car elles sont faites pour vous. Si tu veux Clio, je t'offrirais autre chose mais pour le moment, nous devons aller à l'Olympe pour parler à notre père Zeus. Tu veux rester là ou bien nous accompagner? En tout cas Thalie, dépose-moi devant mon antre, j'ai des choses à reprendre sur place. Rien qu'avoir fait cela m'a bien plus fatigué que je ne l'aurais pensé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thalie
Muse de la Comédie
Staff KoH
avatar

Messages : 563
Date d'inscription : 20/07/2013

Feuille de personnage
Hp:
220/220  (220/220)
CS:
525/525  (525/525)
Pa:
500/500  (500/500)

MessageSujet: Re: Une petite Muse perdue   Dim 29 Déc - 14:15

- Thalie...

Thalie avais-je entendu, crié avec tant de joie, tant de force. C'était comme un rêve, un autre rêve dont la force était-elle qu'elle me submergea aussitôt, repoussant eu loin le souvenir et le visage de la terrifiante Bloody. En mon sein, battait mon coeur, si heureux d'un seul coup. Le soulagement de savoir mon enfant sauve et ces retrouvailles tant espérées.

Si tendre était son contact tout contre moi, ses petits bras enfantins se serrant autour de mon cou avec tant de forces. Comme si elle avait peur de me perdre de nouveau. Les larmes coulaient sur mes joues, fines, tellement fines et brillantes. Perles de joie inestimables, si chaleureuses que nul ne pouvait douter de la sincérité de nos sentiments et de la force de nos liens de sang. Clio était ma soeur, l'une de mes soeurs dont je n'avais eu de cesse d'espérer le retour...

D'un geste empli de tendresse, mes ailes s'étaient repliées sur nous, en un écran de blancheur et de douceur nous préservant de la cruauté de ce monde. Le plus merveilleux de tous les manteaux, celui fait des plumes d'une muse débordant de tendresse pour les siens...

C'était un instant unique que celui de nos retrouvailles. L'Histoire et la Comédie, nous étions les deux premières à être revenues en ce monde qui semblait tant nous repousser. Les humains comme j'en avais encore eu la preuve nous rendaient responsables de tous leurs maux et autres...

Le haut Commandeur Hazama, Ozymandias et tant d'autres, tant d'autres qui n'avaient que reproches à nous adresser. Hypnos, mon amour, mon merveilleux époux ne serait jamais connu que par l'une de ces facettes. Celle qui l'avait enchaîné à Hadès. Les Moires étaient cruelles avec nous et nous devions vivre cela. Le temps des épreuves approchait. Je le sentais clairement venir. Clio était de retour et je me surpris à souhaiter de toutes mes forces que le destin l'épargne et qu'elle n'ait jamais à subir ce que j'avais traversé pour mon malheur et mon plus grand bonheur.

Elle ne devait plus revenir jamais. Le Léthé, si j'avais enfin l'eau du Léthé, son souvenir cesserait de me hanter...

Puis soudain, je sentis la prise de Clio se resserrer autour de moi. C'était tellement fort comme si elle s'était rendue compte de la tristesse baignant mon coeur...

Non, je ne dois pas la laisser gâcher cet instant.

Aussitôt un sourire se peignit sur mes traits avant que je ne me mette à caresser les cheveux de ma jeune soeur.

- Laisse-moi te regarder, Clio, cela fait tellement de temps que j'espérais enfin te retrouver...

Altérée par l'émotion, ma voix était tremblante alors que mes larmes se faisaient plus légères. C'était des larmes de joie et d'amour. L'innocente et la joie enfantine de Clio avait repoussé au loin le souvenir néfaste de la reine rouge. C'était aussi cela le pouvoir des Muses. Sans le savoir, ma petite soeur m'avait baignée de son don de Divine Inspiratrice...

Encore si jeune et instable mais bien présent. Le don de la Divine Inspiration éclot doucement en toi. A nous de te protéger de la cruauté de ce monde...

Mes pensées étaient si rudes, si désenchantées. Les regards, les accusations pour tout ce qu'il se passait en ce monde, cette terre qu'Athéna avait prise sous sa coupe selon les volontés de Zeus. C'était l'évolution qui avait échappé à son regard, qu'elle avait négligée en s'humanisant de plus en plus, s'éloignant de sa famille. Je n'avais nulle envie de songer davantage à la Sagesse. Le monde onirique, L'Olympe, Elysion étaient davantage mes terres de prédilection qu'une terre au peuple aussi ingrat qu'irrespectueux.

Ne pas détruire les illusions de Clio. Elle qui était encore latente dans le corps d'une humaine tout comme Hermès. Elle qui n'avait pas été frappée par les Moires et Eris avait encore toute la puissance de voir les choses avec un regard neutre et neuf...

C'était notre chance, celle de voir les choses sous un angle neuf, sans rancoeur, sans lien, juste les voir comme des lignes tracées sur l'Histoire de notre monde...

- Clio...

J'avais murmuré son nom avant que la voix d'Hermès ne nous ramène soudain à la réalité. Le temps de l'insouciance de nos retrouvailles avaient déjà touché à son terme, si intense et si éphémère...

Clio comment prendrait-elle na nouvelle de mon mariage avec le maître du Sommeil et des Rêves et l'existence de ma petite princesse ? Arwen, notre étoile tant aimée, l'enfant que m'avait donnée Hypnos. Je me plaisais déjà d'imaginer leurs rencontres. Une telle vague de soulagement m'envahissait. Elle avait le don de m'apaiser et de repousser le mal dont j'avais tant souffert. Sans même le savoir, Clio me soignait...

Cela aurait pu s'éterniser encore si la voix de Hermès ne nous avait pas ramené à la réalité. Le voir saluer avec gentillesse notre petite soeur était tellement bon. Cela faisait tout oublier. Puis, recevoir de sa main un de ces présents dont il avait le secret. De quoi provoquer la jalousie du roi de mon coeur s'il avait assisté à cela.

Lucian, mon amour, comme je regrette que tu ne sois pas avec nous. Tu me manques tellement, tu me manques tant, mon amour. Être séparée de toi est le pire de tous les supplices, mon merveilleux époux...

Une vague de mélancolie me traversa. Si rapide que personne ne put s'en apercevoir. Puis, passant doucement la main sur la fleur pour en révéler le parfum, je ne pus que sourire à mon jeune frère.

- Merci pour ce magnifique présent, Hermès, j'en suis tellement ravie.

Puis, reposant doucement Clio sur le sol, je battis doucement des ailes avant de reprendre.

- Comme tu le souhaites, Hermès, je suis prête à t'emmener en Olympe rencontrer Père. Mais avant, je veux savoir ce que tu souhaites ma tendre Clio. Jamais, je ne t'emmènerais si tu n'es pas encore prête pour le voyage. N'aie pas peur de dire ce que tu veux le plus. Arwen, ma fille, sera aussi là pour toi, le temps de notre voyage. Aussi, prend le temps de rassembler tout ce que tu as et de voir ce qui t'aidera le plus en ce moment...

J'attends ta réponse, petite soeur, et n'aie aucune crainte, père comprendra que tu ne puisses pas encore te présenter devant lui. Arès et Artémis sont déjà là-bas et ce sont eux qui ont fait tant de dégâts en cette cité. La ville du cosmos aurait pu être détruite de par leur seul affrontement tant la Chasse et la Guerre sont surpuissantes.

Aussi, prend le temps et répond-nous avec ton coeur. Je ne souhaite nullement t'influencer... La voix du coeur ne peut venir que de nous et parfois voir certaines choses que nul autre ne peut distinguer...


Sur ces paroles, je songeais à ceux que j'aimais de toute mon âme et de tout mon coeur. J'espérais tellement revoir le roi de mon coeur avant de me présenter devant père. Et puis, je ne quitterais pas cette cité sans avoir revu Arwen et m'être assurée de sa sécurité. Elle avait hérité de certains de nos dons, je le savais mais une déesse seule, fille d'Hypnos entourée de saints en devenir n'était malheureusement pas dotée du don d'invulnérabilité. Partir sans prendre les mesures pour elle, je ne le pourrais, jamais, mon coeur de mère ne le pourrait.


_________________
L'Or et la Foudre guident mes pas. Je suis l'Ange de Lumière et la Divine Inspiratrice veillant du haut de l'Olympe ou des profondeurs du monde des rêves...

Spoiler:
 



Spoiler:
 


Hypnos, mon roi, mon soleil, à jamais, je t'aimerai et suis tienne...

~ Paroles de Thalie ~ ° ~ Paroles de Bloody ~ ° ~ Pensées ~ ° ~ " Transmissions de Pensées " ~


Dernière édition par Thalie le Sam 4 Jan - 19:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clio
Muse de l'Histoire
avatar

Messages : 151
Date d'inscription : 17/10/2013

Feuille de personnage
Hp:
241/241  (241/241)
CS:
502/502  (502/502)
Pa:
500/500  (500/500)

MessageSujet: Re: Une petite Muse perdue   Mar 31 Déc - 16:58

Il y a quelques minutes à peine, Cléo n'aurait jamais osé agir comme elle l'avait fait avec Thalie. Elle aurait sans doute préférer s'en aller vers la bibliothèque ou encore partir à la recherche de sa maison. Mais plus les secondes passaient, moins elle se sentait attachée à ses parents. Oh bien sûr, elle les aimait toujours. Mais pas autant qu'elle aurait pût les aimer autrefois. Elle ne pourrait jamais plus leur sauter dans les bras en poussant un cri de joie comme elle venait de le faire pour Thalie. 


Cette pensée la rendait triste d’un certain côté. Sa partie mortelle était en train de s’arracher tout de doucement, c'était comme perdre une partie d'elle même. Mais ce n’était plus le moment de s’occuper de cela. Inconsciemment, son cosmos s'était de plus en plus mêlé à celui de Thalie afin d'effacer toute trace de tristesse. Ce moment se devait d'être joyeux. Une sourde inquiétude commença à l'envahir.
 
"Qu'est-ce que cette part d'ombre que je ressens en toi ma sœurs? Est-ce seulement de la tristesse ou alors..."
 
La part d'ombre en question disparue rapidement, mais Clio était sure de ne pas avoir rêvé. Cette constatation venait de libérer un peu plus l'esprit de la Muse, qui s'était soudainement inquiétée pour Thalie. Il faudrait qu'elle enquête aussi pour savoir ce qui était arrivé à la Muse de la Comédie. Mais pas tout de suite. Et puis après tout, elle s'inquiétait peut-être pour rien. La Muse était à peine revenue, et aurait de toute façon des millénaires à rattraper du côté des dieux. Elle tourna sa tête vers Hermès, toujours accrochée aux bras de sa grande sœur. Elle ne se rappelait de rien d’Hermès, à part son nom et le fait qu’il portait des sandales ailées. Pourtant il lui caressait doucement les cheveux à son plus grand plaisir.

-Je suis contente de te revoir Hermès, Messager des Dieux.


Il se mit à la conseiller comme quoi il lui faudrait à présent apprendre à dissocier sa vie de mortelle et sa vie de Muse. Cléo ne comprenait pas, est-ce lié à la vie de Clio? Étais-ce liée à sa vie? Cette pensée la fit frissonner, depuis quand s'imaginait-elle être une Muse? Bien que des choses étranges se soient produites depuis quelques temps, elle n'était pas encore prête à se croire Clio. Elle se serra une nouvelle fois contre sa sœur, heureuse qu'elle était de la retrouver, avant que le dieu Messager ne les ramène à la réalité. Il fit alors apparaitre deux fleurs blanches qu'il leur offrit.

-Oh, comme elles sont jolies! Je serais ravie de voir ce que tu as d'autre à m'offrir. Je garderais ta fleur précieusement.

  En parlant de fleur, celle qui ornait ces cheveux quelques minutes plus tôt avait disparue. Comme si elle avait naturellement cédé la place au présent d'Hermès. A moins qu'elle n'ai disparue au moment où elle avait prononcé le nom de Thalie, ce qui avait en grande partie libéré la conscience de la Muse. Elle réalisa alors quelque chose. Il venait bien de parler de Zeus là? Lui et Thalie voulaient l'emmener voir le maitre des Dieux!

"Mais... Mais pourquoi!"

Elle était si surprise que ses yeux s'étaient écarquillés et sa bouche ouverte en grand. Elle finit par la refermer, mais son esprit était toujours en ébullition. La mention d'Arès et d'Artémis provoqua aussi quelques remous dans son esprit. Mais ce ne fut pas aussi fort que la mention du Maitre de l'Olympe. Elle resta un moment interdite, tandis que l'esprit de la Muse essayait du mieux qu'il pouvait de remonter à la surface. Elle baissa la tête.

-Je voudrais savoir qui je suis réellement... Je n'arrive pas encore à me faire à l'idée que je suis... J'aimerais en savoir plus et mieux comprendre Clio...

Une petite voix dans sa tête vint chasser la vague de tristesse qui s'était abattue sur elle, et lui souffla de suivre les deux divinités. Se rendre là où avait probablement vécue la Muse de l'Histoire l'aiderait surement à mieux comprendre Clio, et à mieux se comprendre elle-même aussi. Elle releva alors la tête. Quelque chose semblait avoir changé en elle. Comme si l'esprit de la Muse était davantage présent qu'auparavant.


-Si c'est là-bas que je pourrais trouver des réponses à mes questions, alors je dois vous suivre. Je dois me rendre en Olympe.

Même si rendre à la Montagne des Dieux l'effrayait, elle se sentait prête. Et puis, si elle voulait percer le mystère de Clio il lui faudrait passer par l'Olympe. Elle espérait juste que se ne serait pas trop difficile... Et que les divinités ne s'offusque pas trop de sa présence. C'était un risque à courir. Et puis...

-J'ai confiance en vous deux, je sais que si vous êtes là tout ira bien. Et puis Thalie pourra nous parler d'Arwen.

Étrangement cette dernière phrase, elle l'avait sortie avec un sentiment de complicité vis-à-vis de la Muse de la Comédie. Comme si cette discussion n'était plus un échange entre deux divinités et une humaine perdue, mais entre trois divinités dont une en train de lentement mais surement réapparaitre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thalie
Muse de la Comédie
Staff KoH
avatar

Messages : 563
Date d'inscription : 20/07/2013

Feuille de personnage
Hp:
220/220  (220/220)
CS:
525/525  (525/525)
Pa:
500/500  (500/500)

MessageSujet: Re: Une petite Muse perdue   Sam 4 Jan - 19:55

Une nouvelle onde de détresse me traversa soudain, me prenant au dépourvu tel un éclair. Si furtive, si sournoise qu'elle en était insaisissable, ne laissant derrière elle qu'un simple frisson. De nouveau, l'image de mon cauchemar revint, le temps de quelques battements de coeur mais si brusquement que j'en sursautais presque. Songeant aux maîtres des rêves, je ne pouvais me résoudre à en vouloir à Ikélos. Autre chose de bien plus subtil se cachait derrière ce simple fait. Je me rappelais le sourire de Phantasos. Si doux et si triste. Eux aussi étaient tellement perturbés par une force sans visage, une présence dénué de tout nom, de toute substance qui n'avait de cesse de hanter un monde réputé inaccessible. Leur amour pour leur père, leur demi-soeur et même pour moi étaient sincères. Divine Inspiratrice plus que sensible, je ne pouvais en douter même si cela m'avait meurtrie. Je ne pouvais douter de leurs affections.

Le doute, la méfiance s'étaient alors éveillés. Je ne savais mettre de nom sur cette chape pesant sur nous mais cela ne serait jamais qu'une question de temps. Ne pas se laisser surprendre comme la brebis attachée au poteau. Jamais, je n'accepterais cela, jamais, je ne laisserai tout le malheur du monde s'abattre sur nous sans rien tenter. Jamais et cette fois, ce fut le visage de mon aimé qui vint m'apporter force et courage.

Ô Lucian, mon amour, mon merveilleux époux. Pour toi, pour notre fille, pour tes fils qui m'ont si facilement acceptée et adoptée comme mère, pour ma tendre petite soeur que je retrouve enfin, pour vous tous, je me dois d'être forte. De puiser en moi, cette puissance insoupçonnée qui m'a sauvée des griffes de la folie. Moi, la Saltimbanque, la plus méconnue de toutes les Muses, suis prête à redevenir un simple pion. Un pion dont l'âme est celui d'une Reine, une reine prête à tout pour les siens...

Même les Enfers, même les coups des pires divinités n'ont pu me retenir. Tant que mes ailes me porteront, mon souffle sera pour toi, pour toi, mon Amour...

Pour notre rêve...

Arwen...


Tant de choses s'étaient passées en si peu de temps. Au plus profond de mon âme, je sentais un mal venir, quasi impalpable mais bien présent. Et sournois, si sournois qu'il serait capable de tout bouleverser sans jamais se trahir. Du grand art, le plus grand art, entre artistes, nous nous reconnaissions et c'était cela le plus redoutable, un mal capable de frapper sans qu'on ne puisse le voir arriver. On ne pouvait se préparer à tout. Ce dont j'étais moi, la Divine Inspiratrice, plus que consciente. Entre les méandres de nos rêves et de nos désirs, nos esprits et nos âmes pouvaient autant créer le meilleur que le pire. Pourtant, je ne pouvais me laisser aller à la crainte, pas encore. Contre tous, Hypnos et moi nous nous dresserions s'il le fallait. Ensemble, je le savais, rien ne pourrait nous séparer sans nous détruire...

Déesse, je suis une déesse comme mes soeurs et contrairement à ce que certains semblent penser, Artémis et moi sommes amies...

Tout comme je le suis avec Thanatos...


A cette idée, un sourire s'épanouit sur mon visage. Seule, je ne l'étais pas, loin de là. Même les cauchemars que m'avait envoyé Ikélos prenaient leur sens. Prendre soin des miens, je devais veiller sur les miens...

Lucian, Arwen...

Et maintenant Clio qui était face à moi tout comme le dieu des Voleurs, mon cher Hermès. Tous ceux que j'aimais étaient impliqués. Le froid, cette fois, ce fut une vague de froid qui me traversa avant de se muer en une chaleur aux relents de terreur que je chassa aussitôt de toutes mes forces. Lutter contre cette apparition et toutes les autres serait une épreuve contre laquelle je devrais m'apprêter à lutter.

Un souffle et mon énergie s'embrasa, en mon âme et entre mes mains, renaissaient les pièces d'un antique jeu d'échecs où un roi noir au cheveux d'or et une reine blanche se tenaient côte à côte sur un plateau se dégoulinant de sang...

Lucian et moi...

La mélodie de nos coeurs, notre mélodie, celle des deux coeurs battant à l'unisson contre la folie ce monde, la tyrannie de ceux ne pouvant envisager un nouvel avenir sans passer par une fin des mondes. Au plus profond de mon être, je maintenais la Divine Inspiration, inondant le monde des bontés des enfants de Zeus et Mnémosyne...

Puis, soudain, je surpris le regard de Clio posé sur moi, tendre et empreint d'une crainte que je pouvais surprendre malgré tous les soins dont l'Histoire s'entourait. C'était comme la caresse d'une plume d'or coulant sur mon âme, je sentais qu'elle s'efforçait de me soigner d'un mal dont elle ignorait tout.

Puisse l'avenir nous préserver de son retour...

Détruite, elle était détruite jusqu'à l'extinction finale. Seul son souvenir vibrait encore en moi. Nul, hormis, Hypnos, Eris et moi ne savaient. Tous les autres étaient morts, tous. Des centaines d'années s'étaient écoulées depuis le drame. Un jour, Hypnos était allé voir sa soeur sans que je ne sache ce qu'il en avait découlé mais jamais plus la Perfide Eris n'était parue devant moi. Dans l'oubli, tout avait sombré sans l'oubli.

Sentant le cosmos de ma soeur s'étendre de plus en plus vers moi pour me rassurer, je ne pouvais que sourire. C'était tellement enchanteur comme sensation. La Divine Inspiration n'était pas encore à sa portée. Loin de là mais elle pouvait malgré son jeune âge déjà user de son cosmos.

Un jour, tu y parviendras et la Divine Inspiration fera renaître la mémoire du temps. De tes mains, tu traceras le passé et la gloire de ce monde tout comme je trace la joie et l'imaginaire pour le bonheur de tous...

Mais maintenant, tout est au présent. Nous vivons dans le présent tout en gardant le passé en nos mémoires. Ne pas reproduire les erreurs du passé...


- Clio, puisque tu te sens prête, le temps de fouler les terres de l'Olympe est venu. Hermès, nous passons prendre Arwen. De nos cosmos, nous pouvons tisser bien plus que de simples mots. Viens, prend ma main et je pourrais te donner la force de voler à mes côtés.

Lui apprendre à déployer ses ailes, les secrets de Muses les plus anciens, serait ma première aide en sa faveur. Lentement, mon cosmos diffusa vers le sien, lui insufflant le secret des neuf filles de Zeus.

- Ce n'est qu'un aperçu de nos pouvoirs. Il est temps de prendre notre envol. Viens, Hermès, laisse moi te donner aussi la Divine Inspiration pour que notre voyage se passe au mieux. Nos cosmos unis feront le reste.

Puis, caressant une nouvelle fois la chevelure de Clio.

- Je regrette mais il te faudra attendre d'être en Olympe pour rencontrer Arwen. Elle volera à nos côtés sans qu'on puisse se parler mais ne sois pas déçue, tout ira très vite.

Et sur ces dernières paroles, je déployais mes ailes. Le temps de quitter la ville du cosmos était venu.

==> Olympe

_________________
L'Or et la Foudre guident mes pas. Je suis l'Ange de Lumière et la Divine Inspiratrice veillant du haut de l'Olympe ou des profondeurs du monde des rêves...

Spoiler:
 



Spoiler:
 


Hypnos, mon roi, mon soleil, à jamais, je t'aimerai et suis tienne...

~ Paroles de Thalie ~ ° ~ Paroles de Bloody ~ ° ~ Pensées ~ ° ~ " Transmissions de Pensées " ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Une petite Muse perdue
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petite Alice perdue dans un océan de lettres...
» Petite nordiste perdue recherche bonne librairie
» Campbell, Drusilla - Petite fille perdue
» petite belge perdue dans paris
» petite église perdue sur la montagne st michel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Knights of Hope :: Sparte la Sacrée :: Porte d'entrée de la ville et bureau d'accueil des apprentis-
Sauter vers: